Navigation – Plan du site
Articles
Jean-François Reynaud, Pierre Guibert, Armel Bouvier, Philippe Lanos et Philippe Dufresne

Saint-Irénée (Lyon) : une église funéraire des Ve-VIIe-Xe siècles

p. 223-258

Résumés

Grâce à des fouilles anciennes et partielles, à des analyses et à des relevés de toutes les parties anciennes, à un décapage récent des murs, à des analyses (datations par luminescence et archéomagnétisme), à une relecture des textes, nous proposons plusieurs états de construction de la basilique funéraire de Saint-Irénée. État 1 : probable mausolée. État 2 : grande basilique de la deuxième moitié du Ve siècle, dédicacée par Avit de Vienne puis visitée par Grégoire de Tours : petite abside, transept débordant et grande crypte, trois nefs de sept travées comme à Saint-Laurent de Choulans. État 3 : reconstruction de l’abside de la crypte, accès par des escaliers à l’ouest (première moitié du VIIe siècle). État 4 : église réduite à sa partie orientale au Xe siècle (crypte-halle à trois nefs, accès en U). État 5 : agrandissement à l’ouest par un avant-corps et une galerie de façade (XIe siècle).

The funerary basilica of Saint-Irénée seems to have passed through several states during its construction. This deduction is based on ancient and partial excavation projects, analysis and study of plans of all the ancient sections, recent scouring of the walls, dating using luminescent and archaeomagnetic analyses, and the rereading of texts. First state : probably a mausoleum. Second state : a large basilica during the second half of the 5th century dedicated by Avitus of Vienne and visited by Gregory of Tours : small apse, extensive transept and large crypt, two aisles and a nave of seven spans, like at Saint-Laurent de Choulans. Third state : reconstruction of the crypt apse, access using the west staircase (first half of the 7th century). Fourth state : church limited to its eastern section in the 10th century (large crypt with nave and two aisles, U-shaped access). Fifth state : enlargement to the west by means of an avant-corps and external gallery (11th century).

Dank älterer und unvollständiger Grabungen, Analysen und Vermessungen aller alten Gebäudeteile, einer kürzlich durchgeführten Reinigung der Mauern, Analysen (Thermoluminiszens und Archäomagnetismus), sowie einer Neuinterpretation der Texte schlagen wir für die Coemeterialbasilika von Saint-Irénée mehrere Bauphasen vor. Phase 1 : wahrscheinlich ein Mausoleum. Phase 2 : eine große von Avitus von Vienne geweihte und von Gregor von Tours besuchte Basilika der zweiten Hälfte des 5. Jahrhunderts : kleine Apsis, ausladendes Querhaus und große Krypta, dreischiffiges Langhaus mit sieben Jochen wie in Saint-Laurent in Choulans. Phase 3 : Wiederaufbau der Apsis der Krypta, Zugang über Treppen im Westen (erste Hälfte des 7. Jahrhunderts). Phase 4 : auf den Ostteil reduzierte Kirche im 10. Jahrhundert (dreischiffige Hallenkrypta, Zugang in U-Form). Phase 5 : Erweiterung im Westen durch einen Vorbau und eine Fassadengalerie (11. Jahrhundert).

Texte intégral

PDF 23MSignaler ce document
  • 1  Nous remercions d’abord O. Puel, doctorante qui a suivi le chantier ces dernières années et qui a (...)

1L’église de Saint-Irénée, située au sud de la colline de Fourvière (fig. 1, n° 7), compte parmi les plus anciennes de Lyon. D’après les écrits de Grégoire de Tours, qui quitta Lyon en 573, Irénée fut enterré sous l’autel, entouré d’Alexandre et d’Epipode, dans la crypte très célèbre de la basilique Saint-Jean (devenue plus tard Saint-Irénée). Au milieu du IXe siècle fut créé un collège de chanoines et l’église fut restaurée. En partie détruite par les Protestants en 1562, puis restaurée, elle fut enfin reconstruite au début du XIXe siècle, alors que la crypte ne le fut qu’un peu plus tard, au milieu du siècle (piliers et arcs intérieurs)1.

image

Fig. 1. Plan de Lyon du IVe au VIIIe siècle (Biarne et alii, t. IV, révision 2011). Points gris : tombes antiques ; petites croix noires : tombes de l’Antiquité tardive ; grandes croix noires : basiliques funéraires (Saint-Irénée n° 7, Saint-Laurent de Choulans n° 8, Saint-Pierre de Vaise n° 6).

2De l’ancienne basilique funéraire subsistent la base des murs gouttereaux de la nef, construits en gros blocs de « choin » de réemplois et percés au nord et au sud d’une porte monumentale, les murs gouttereaux de la crypte et ses escaliers d’accès ainsi qu’un angle de murs au nord-est de l’église. La crypte a fait l’objet de plusieurs études : celle de D. Meynis en 1880 (Meynis, 1880), puis celle d’A. Audin qui découvrit sous le chœur une abside semi-circulaire (Audin, Perrat, 1959) et identifia la crypte de Saint-Irénée comme celle décrite par l’évêque Avit de Vienne dans un sermon de consécration (Perrat, Audin, 1957). L’Association culturelle des sanctuaires de Saint-Irénée et de Saint-Just (S. Wyss, A. Degors et B. Bourrust) a rassemblé les documents iconographiques pour tenter une reconstruction des états anciens et récents de la construction (Wyss, 2005).

3Avant 1986 et depuis 2006-2007, J.-F. Reynaud a analysé les murs des accès et les parois extérieures de la crypte, a fait effectuer des relevés de toutes les parties anciennes (Reynaud, 1998, p. 176-182) et s’est reposé la question de savoir si des éléments de la crypte appartenaient bien à l’époque burgundo-mérovingienne. Une analyse approfondie des murs et des ouvertures l’avait poussé à envisager plusieurs états de construction. Le premier aurait comporté les murs gouttereaux d’une grande basilique et ses deux portes latérales dont les murs en grand appareil étaient typiques de la construction du Ve siècle et en relation probable avec l’abside semi-circulaire en gros blocs de « choin » trouvée autrefois par A. Audin. À un ou plusieurs états postérieurs auraient appartenu le chevet polygonal, les descentes d’escalier, la crypte-halle à trois nefs. Mais faute de comparaisons régionales suffisantes et en raison des difficultés à appliquer les données historiques à telle ou telle partie de l’édifice, il était délicat de dater avec précision les murs à arases de briques des descentes d’escalier de la crypte et les claveaux de pierres et de briques des ouvertures anciennes et de choisir entre le VIe et le IXe siècle, chacun des trois éléments pouvant appartenir à l’époque burgondo-mérovingienne ou à l’époque carolingienne. Une question fondamentale restait donc sans réponse précise.

4En l’absence de fouilles exhaustives, seules les analyses de laboratoire ou de nouvelles données archéologiques pouvaient apporter des éléments nouveaux. Des analyses de laboratoire effectuées dans le cadre de l’UMR 5060 du CNRS par les laboratoires de luminescence de Bordeaux (P. Guibert dir. et A. Bouvier) et d’archéomagnétisme de Rennes (Ph. Lanos dir. et Ph. Dufresne) ont fourni des résultats intéressants, et un décapage des enduits récents sur les flancs de l’église a mis au jour un angle de mur ancien. Plusieurs états de construction de la crypte ancienne et de ses accès ont donc été identifiés et désormais, nous l’espérons, mieux datés à partir des données historiques (textes et documents iconographiques), des données archéologiques et des données de laboratoire.

I. Les données historiques (documents d’archives, documents iconographiques, documents archéologiques)

5Il est difficile d’apporter de nouveaux documents mais il est encore possible de pousser plus loin l’analyse des documents connus pour finalement nous appuyer surtout sur les textes d’Avit de Vienne (Homilia XXIV) et de Grégoire de Tours (GM, 49).

I.1. Les documents anciens

6D’après B. Beaujard, les évêques de la deuxième moitié du Ve siècle et en particulier Patiens de Lyon auraient cherché à renforcer l’unité de leurs cités en faisant la promotion de saints ou de martyrs locaux (Beaujard, 2000, p. 130-134). C’est aussi à ce moment que l’on passe d’un culte privé où la dévotion des saints est aux mains des notables à un culte public au service de la pastorale des évêques (Guyon, 2003, p. 124). Les Lyonnais avaient le privilège de pouvoir vénérer leurs propres martyrs, ceux de 177, mais l’essor de ce culte était freiné par l’absence de reliques, alors que celui de l’évêque Justus, dont le corps avait été rapatrié d’Égypte, s’était développé dès la première moitié du Ve siècle. Le clergé lyonnais suscite donc d’autres cultes martyriaux dont les origines nous sont connues par les textes et par l’archéologie. Ainsi, l’homélie 55 de la collection de sermons dite d’Eusebius Gallicanus rassemblés au début du VIe siècle (Beaujard, 2008, p. 55-57) concerne les martyrs Epipode et Alexandre. Autrefois attribuée à Eucher (441-449), mais plutôt postérieure à 470 et peut-être l’œuvre de Fauste de Riez (462-485), elle nous renseigne surtout sur le culte des martyrs et par là-même suggère qu’ils reposent déjà dans un édifice funéraire puisque l’on distribue la « poussière précieuse des martyrs… pour la guérison des peuples » (Février et alii, 1986, p. 29-30). Viendrait ensuite la Passion d’Epipode et d’Alexandre (AA SS, Apr. III, 8-10), qui développe le thème d’un culte caché de crainte des païens et fait référence à un état ancien du culte et des lieux. Il n’y aurait pas encore de monument et les deux martyrs seraient ensevelis ensemble dans une grotte (spelunca) au fond d’un vallon, lieu dont le souvenir était conservé et où un culte est suggéré (Beaujard, 2000, p. 347). Mais faut-il prendre ces textes au pied de la lettre ? Ch. Perrat et A. Audin émettent des doutes sur l’origine de ces martyrs : le nom d’Epipode viendrait d’une mauvaise lecture d’un texte ancien et celui d’Alexandre de la « nationalisation » de reliques orientales (Perrat, Audin, 1956, p. 227-251).

7Il est aussi intéressant de voir comment Irénée, deuxième évêque de Lyon, fut progressivement considéré comme martyr. Paradoxalement, le culte de ce personnage historique est difficile à cerner. J. van der Straeten a examiné comment Irénée, mentionné d’abord comme évêque, aurait ensuite été considéré comme martyr sans que l’on puisse trouver trace d’une tradition lyonnaise concernant cette mutation (Van der Straeten, 1978, p. 145-153) ; il a mis en évidence le silence d’Eusèbe de Césarée et, sur place, de l’évêque Eucher. C’est par le biais de la Franche-Comté et de la Bourgogne que le culte d’Irénée martyr prit son essor. La Passio SS. Ferreoli et Ferrucionis, qui fait du prêtre Ferréol et du diacre Ferrucio des disciples d’Irénée, serait d’après le père de Vregille indépendante du cycle des martyrs bourguignons et daterait de la fin du Ve siècle (Jeannin et alii, 2007, p. 33). Elle était connue de Grégoire de Tours (Beaujard, 2008, p. 24) qui réside à Lyon entre 551 et 573 et considère bien Irénée comme martyr dans son ouvrage In Gloria Martyrum (49). Si ce texte paraît clair, le passage sur la vie de saint Irénée dans l’Historia Francorum, vers 591, serait quant à lui en partie interpolé, inspiré de la Passio et moins digne d’intérêt (Perrat, Audin, 1956, p. 231-237 ; Van der Straeten, 1978, note 3, p. 148).

8Pour B. Beaujard, la passion de Férréol et Férrucion inspira la Passio S. Herenei qui associe clairement dans le martyre Irénée et ses sept compagnons, dont Andoche et Bénigne (Beaujard 2000, p. 221). Ce texte, qui figure dans le cycle des passions des martyrs d’Aurélien, est extrait de la légende de saint Bénigne dans la tradition bourguignonne (Van der Straeten, 1961, p. 447-468) et est daté de la première moitié du VIe siècle, vers 530 pour B. Beaujard (Beaujard, 2000, p. 347). Il fut sans doute mal diffusé puisqu’en 602, l’évêque de Lyon Aetherius et le pape Grégoire le Grand regrettent l’absence d’Actes relatant la vie de ce prélat. Dans la passion d’Irénée, sont cités une crypte et un autel : le corps d’Irénée a été caché par le prêtre Zacharie dans une crypte abditissima, très secrète, et l’autel est installé sur le tombeau (Beaujard, 2000, p. 219). À la fin du VIe siècle, cette passion aurait inspiré le martyrologe hiéronymien, qui transmit à Lyon la légende d’Irénée martyr et qui ajouta que la dédicace de la crypte est célébrée le 24 avril, le jour du natalis d’Alexandre (AA SS, Nov. II, 2).

9On peut donc considérer qu’Alexandre et Epipode sont déjà l’objet d’un culte dans le dernier tiers du Ve siècle alors que les mentions d’un culte au martyr Irénée n’apparaissent qu’au premier tiers du siècle suivant ; ce qui suggèrerait que la basilique fut au départ destinée à abriter les corps d’Alexandre et Epipoy. Nous préférons nous appuyer sur le texte de Grégoire pour envisager la construction d’une grande basilique destinée au culte d’Irénée, enterré sous l’autel et accompagné des deux « martyrs », dans la crypte très bien éclairée magna claritas de la basilique Saint-Jean (GM, 49). Grâce à l’archéologie, on peut également évoquer le témoignage d’un contemporain de la construction de la basilique funéraire, l’évêque de Vienne Avit, dont l’homélie XXIV porte sur la dédicace d’une église difficile à localiser mais pourvue d’une crypte de grande taille et qui pourrait être l’église Saint-Jean, plus tard consacrée à Irénée (MGH, AA, VI-2, 1883, p. 141-145). De récents décapages d’enduits suggèrent en effet une hypothèse qui s’accorde parfaitement à la description de l’évêque de Vienne. Par voie de conséquence, nous pourrons aussi évoquer le poème qui attribue à Patiens la construction de la basilique et dont l’ancienneté est discutable (AA SS, Juni, 28, p. 341).

10La dédicace par Avit d’une basilique qui comportait une église inférieure aussi grande que l’église supérieure et sans doute voûtée, se situerait soit peu après 500, date de la victoire de Gondebaud victorissimus sur son frère Godégisèle (Perrat, Audin, 1959, p. 109-118), soit à la fin de son règne après la conversion de Sigismond entre 513-516 (Colardelle, 2008, p. 206). Bien des éléments faisant défaut, on ignorait dans quelle ville se trouvait l’édifice, sans doute dans une capitale, Lyon pour Ch. Perrat, A. Audin et B. Beaujard (Beaujard, 2000, p. 348-49), mais peut-être Grenoble pour R. Colardelle (ibid., p. 156-162) ; une ville dont la topographie supposait une colline et une église à crypte, ce qui est le cas de Lyon avec Saint-Irénée (Reynaud, 1998, p. 240-241) et de Grenoble avec Saint-Laurent ; une église aux multiples espaces à Saint-Laurent de Grenoble qui était pourvue de six absidioles. Mais une église où « le septénaire » (sept travées d’après Ch. Perrat et A. Audin, 1957, p. 441) s’oppose à un espace transversal (transept ?) n’est pas possible à Saint-Laurent, mais l’est à Saint-Irénée où les récents décapages d’enduits suggèrent la présence d’un grand transept. En s’appuyant sur le texte d’Avit, on peut supposer également l’existence d’une crypte de grande taille dès le début du VIe siècle.

11Pour le poème copié en 1410, qui figurait en mosaïque sur les murs latéraux du chœur de la crypte et qui attribuait à l’évêque Patiens la construction d’un édifice qui rassemblait « deux temples sous un même toit » tecto fundata sub uno et dont la crypte était illuminée par un triple rayon de lumière ter spiclum, les spécialistes sont très divisés (Reynaud, 1998, p. 176-177). Les uns sont certains d’une grande ancienneté du texte qu’ils estiment antérieur à l’époque carolingienne avec le VIe siècle comme datation post quem : langue classique, référence à une grotte profonde qui rappelle la Passio SS. Epipodii et Alexandri, références à Venance Fortunat ; les autres soulignent le goût des auteurs du XIIe siècle pour les distiques élégiaques. Au XIIe siècle, date probable de la mosaïque, le rédacteur de l’inscription qui attribuait à Patiens la construction de l’église et de sa crypte a pu soit reproduire un poème ancien, soit s’appuyer sur une tradition ancienne. Nous verrons que les données archéologiques fournissent des arguments pour une datation haute : le triple rayon de lumière peut être reconstitué pour l’état 3 de l’édifice (première moitié du VIIe siècle) alors que l’éclairage de la crypte est réduit à la fenêtre d’axe à l’état 4 (deuxième moitié du Xe siècle).

12À l’époque carolingienne, le martyrologe de l’Anonyme lyonnais reprend au sujet d’Irénée les termes de la Passio (Dubois, Renaud, 1976) alors qu’Adon fournit une précision importante (PL 123) : la basilique est consacrée à saint Jean-Baptiste (il est toutefois curieux qu’à l’époque moderne le patron de l’église devienne Jean l’Évangéliste). Florus dans son Martyrologe s’inspire de Grégoire de Tours pour sa description de la crypte (PL 94) mais nous considérons avec le père de Vregille que ses Carmina varia (PL 119) concernent le groupe épiscopal : Florus décrit la dédicace d’un livre à l’autel de Saint-Étienne (carmen IV), signale les reliques des martyrs « lybiens » Cyprien, Spérat et Pantaléon dans une arca (carmen V) et un décor peint ou mosaïqué, au-dessus des martyrs et de l’autel dédié à Jean-Baptiste, donc sans doute dans l’abside de la cathédrale (carmen VI). Le lien entre les trois poèmes désigne clairement les deux églises du groupe épiscopal, consacrées à Étienne et à Jean-Baptiste, l’ecclesia qui abrite les reliques de Cyprien.

13Des chanoines apparaissent dès les années 830 dans le Liber Confraternitatum (MGH, Libri confr. 1879, 94-96). Un collège de chanoines, commun à Saint-Irénée et à Saint-Just, est mentionné sous l’évêque Agobard ; à la même époque, l’évêque Barthélémy de Narbonne fit don de reliques de son saint patron qui furent placées au milieu de la nef, sous l’autel situé au-dessus du « puits des martyrs » (Wyss, 2005 p. 15-18). En 868, l’évêque Remigius restaura l’église « réduite à l’état de ruines » (Guigue, 1885-93, n° 3, p. 6-8). Des personnages importants, en particulier les comtes du Forez, furent enterrés d’après Paradin dans une chapelle au nord de l’église dès le début du Xe siècle (Paradin de Cuiseaulx, 1573, p. 259 ; Meynis 1880, p. 52) comme le comte ArthaudIen 909, puis Arthaud II, comte de Beaujeu en 993, qui avec son épouse et son frère Hughes - qui avait le titre d’abbé - procéda à des donations « considérables » (Meynis, 1880, p. 52), les chanoines-comtes de la cathédrale se faisant inhumer dans une chapelle au sud de l’église. L’évêque Jubin (ou Gébuin) fut enterré en 1083 dans la galerie extérieure à droite de l’escalier d’accès à l’église. En 1084, Saint-Irénée fut érigée en collégiale indépendante (Meynis, 1880, p. 53 ; Wyss, 2005, p. 20-21). Le dernier des Arthaud fut enterré en 1494 ante valvas sancti Johannis. Lors de son séjour à Lyon entre 1244 et 1251, Innocent IV consacra le maître-autel, sous le vocable de saint Irénée.

14En 1410, un conflit opposa les chanoines de Saint-Just et de Saint-Irénée au sujet de la possession des reliques d’Irénée. Les chanoines de Saint-Irénée obtinrent gain de cause. Les visiteurs ont relevé dans la crypte le texte qui attribue à Patiens la construction de deux sanctuaires placés sous un même toit AA SS XVIII, Jun. 348) (ADR, 12G, fonds Saint-Just 124 fol. VIII) (Meynis, 1880, p. 59-66).

15Ces documents suggèrent que le culte des saints - mis à part celui de saint Just - prend son essor dans la deuxième moitié du Ve siècle et qu’une basilique importante a été construite où la sépulture d’Irénée prit la première place, sous l’autel de la crypte, au cours de la première moitié du VIe siècle.

I.2. Iconographie et documents récents

16Les documents d’archives et les documents iconographiques apportent des précisions sur les destructions et reconstructions successives. D. Meynis puis S. Wyss ont rassemblé cette documentation.

17En 1562 l’église de Saint-Just fut complètement détruite par les Protestants ainsi que partiellement, celle de Saint-Irénée. Pour faire écrouler la voûte de la crypte, des colonnes furent abattues (presque toutes à l’exception de quatre ou seulement de deux, selon les auteurs), ce qui n’aurait provoqué qu’un léger déplacement de la corniche intérieure. D’après Chifflet, qui écrit vers 1620, « la crypte… subsiste privée de ses colonnes » et la nouvelle église « est loin de valoir l’ancienne » (Meynis, 1880, p. 85).

image

Fig. 2. Plan Scénographique (milieu XVIe siècle) (fac-similé Séon et Dubouchet).

18Le Plan Scénographique montre vers 1550 les deux églises de la colline encore intactes et une vue du De Tristibus Galliae carmen illustre la destruction de Saint-Just et de Saint-Irénée par les Protestants en 1562 (BML, ms. 156 du fonds général). Les marges du Plan Scénographique sont très abîmées à l’emplacement de Saint-Irénée et le fac-similé gravé au XIXe siècle a reconstitué les éléments disparus (fig. 2). En 1550, on distingue bien, à l’est, une construction basse (l’abside) puis moyenne (le chœur limité au nord-est par l’absidiole romane et cantonné d’une chapelle annexe), puis à l’ouest une construction plus monumentale sous un toit unique. Sur le document de 1562 (fig. 3), où les Protestants sont en train de procéder à des démolitions à l’ouest de l’édifice, on remarque, au nord et au sud, des murs gouttereaux percés d’ouvertures ainsi que quatre colonnes à l’intérieur d’un espace vide ; une galerie apparaît clairement en façade occidentale de l’église. Il est difficile à partir de ces deux documents de proposer une reconstitution, mais si vraiment l’édifice comportait trois volumes différents, on peut supposer qu’en 1562 subsistaient encore à l’ouest des vestiges de la basilique primitive à l’intérieur desquels avait pu s’installer un ensemble doté de portiques.

image

Fig. 3. Destruction de Saint-Just et Saint-Irénée en 1562 (BML, ms. 156 du fonds général : De Tristibus Galliae carmen).

19Un procès-verbal décrit la situation en 1590 : « après les désordres et renversements faicts par les coreligionnaires… nous avons été conduits… dans un grand puy ou caverne crotte… pleine de marain et ordure » (Meynis, 1880, p. 211-213) ; la crypte conservait une partie de son décor de marbre en placage sur la voûte et en pavement, ainsi que dans le chœur surélevé d’un mètre une mosaïque « incrustée d’or et de pierres précieuses » (Paradin de Cuiseaulx, 1573, p. 259) ; l’autel de l’église haute, dédié à saint Jean, était situé au-dessus de celui de saint Irénée (vérification en est alors faite au fil à plomb) et la mosaïque de l’église supérieure était en mauvais état. La reconstruction de l’église supérieure commença en 1584 (Meynis, 1880, p. 86), le maître-autel fut consacré en 1593 (Wyss, 2005, p. 38). La crypte fut restaurée entre 1625 et 1639, peut-être en 1635, par le prieur Grolier (Meynis, 1880, p. 87-88) qui la fait nettoyer, fait remplacer les colonnes par des piliers circulaires en pierres et réparer l’autel de marbre blanc (Wyss, 2005, p. 39). Au XVIIe siècle, Bullioud signale trois petites fenêtres à l’est (Lugdunum sacro prophanum, BM, ms. n° 950, f° 94). Le clocher fut construit en 1637 et l’on retrouva à cette occasion les vestiges de la chapelle où étaient enterrés depuis le XIe siècle les chanoines-comtes de Lyon, plus tard appelée chapelle de la Recluse.

20Des documents graphiques rassemblés par S. Wyss illustrent l’état des XVIIe-XVIIIe siècles (Wyss, 2005, p. 76-100) : un plan d’un anonyme italien du milieu du XVIIIe siècle, conservé à la Bibliothèque Municipale de Lyon, atteste la petitesse de l’église moderne avec ses quatre piliers (cinq travées) et sa façade pourvue d’annexes latérales encadrant l’escalier d’accès, ses trois absides semi-circulaires à l’est, dont une abside centrale large et courte (ms. 5708, f° 35) (Clapasson, 1741 ; plan reproduit dans l’édition de Chomer, Pérez, 1982, p. 178) (fig. 4).

image

Fig. 4. Plan de Saint-Irénée au XVIIIe siècle (ms. 5708, f° 35).

21La même disposition figure sur le plan du quartier de Saint-Irénée en 1763 (Atlas « Condamine » ADR 12G 527 ; Wyss, 2005, page de garde verso) (fig. 5).

image

Fig. 5. Plan de Saint-Irénée en 1763 (Atlas Contamine, ADR 12G 527).

22Sur le plan géométral de 1812 (Wyss, 2005, p. 72-73), l’église, toujours de plan ramassé, est pourvue d’un chœur allongé et d’une abside semi-circulaire (ou polygonale) renforcée par des contreforts ; un même chœur allongé figure sur un lavis de qualité médiocre de Ch. Percier, daté de 1786 (ibid., p. 68). Un autre plan cette fois coté dessine un chœur allongé, une grande abside semi-circulaire renforcée de contreforts, soit une longueur totale de l’église de 16,70 m jusqu’à la porte d’entrée et de 21,40 m, y compris la galerie. Le décapage récent des murs de l’église a montré que cet édifice, caractérisé par des ouvertures baroques, était intégralement conservé sous les enduits plus récents (analyse en cours par le Service archéologique de la ville de Lyon, dir. des recherches Ch. Becker). Les travaux ont donc sans doute été réalisés entre 1750 et 1780, voire entre 1763 et 1786 (ibid., p. 67). Un plan de Piraud, daté de 1828 (Société académique d’architecture de Lyon), figure, en jaune pâle sous le projet du nouveau chœur, le chœur ancien long de deux travées et une abside polygonale à trois pans renforcée de quatre contreforts.

23La mosaïque qui ornait le chœur de l’église haute et qui représentait les signes du Zodiaque, les Arts Libéraux et les Vertus, était connue de Paradin en 1573 (Paradinde Cuiseaulx, 1573, p. 259) et un siècle plus tard de Spon (Spon, 1673, éd. 1857, p. 71-72), qui notèrent les huit lignes de l’inscription. À la fin du XVIIIe siècle, Artaud fit le relevé des mosaïques qui disparaîtront sous les roues des charrettes lors des travaux de reconstruction de l’église supérieure (Meynis, 1880, p. 69)(fig. 6).

image

Fig. 6. Mosaïques romanes du chœur de l’église haute (relevé Artaud, début XIXe siècle, in : Meynis, 1880, p. 69).

24L’église, qui avait servi de fenil pendant la Révolution et était en mauvais état, dut être reconstruite. Vers 1820, l’intérieur de la crypte fut illustré par la gravure de Schroeder, d’après Fleury Richard (Wyss, 2005, p. 17), où l’on distingue bien les piles cylindriques des restaurations du XVIIe siècle. En 1824, le porche fut démoli, une nouvelle façade fut construite (ibid., p. 83). En 1825, un devis pour un plafond en plâtre signale que l’église a été agrandie de 12 pieds en façade occidentale (ADR,16 G, fondsSaint-Irénée 1825). Les lavis de Grobon,les aquarelles et dessins à l’encrede Hubert de Saint-Didier commentés par Mme Wyss (ibid., p. 76 et 82) illustrent la façade ouest de l’édifice : avant la démolition de 1824, avec les traces de la galerie de façade (fig. 7 et 8) et après, avec la disparition de la galerie qui fit apparaître le mur ouest de l’ancienne église avec la porte principale au sommet de l’escalier. S. Wyss situe à juste titre la façade ancienne au-dessus du mur ouest des descentes d’escalier à la crypte (voir l’état 4 de nos reconstitutions). Comme nous l’avons vu, les décapages récents ont confirmé que l’église du XVIIIe siècle a seulement été agrandie vers l’ouest et modifiée dans ses élévations.

image

Fig. 7. Hubert de Saint-Didier : vue de l’église avant 1824, encre (Musée de Gadagne. Inv. N° 2481.9).

image

Fig. 8. Hubert de Saint-Didier : vue de l’église fin 1824, aquarelle (Musée de Gadagne. Inv. N° 2481.10).

25D’autres travaux furent réalisés dans le reste de l’église en 1828-30, comme l’agrandissement du chœur vers l’est au-dessus d’une nouvelle crypte, par les architectes Louis-Cécile Flacheron, Piraud (architecte diocésain) et C-A. Benoît (Wyss, 2005, p. 84) (ADR, 16 G, fonds Saint-Irénée, 1828 et 1830). La crypte ancienne est peu touchée ; Meynis signale simplement qu’en 1824, on transforma la fenêtre d’axe de la crypte en passage vers la salle des catéchismes située plus à l’est (Meynis, 1880, p. 94-95) ; sur le plan et la coupe de A.-C. Benoît, la fenêtre d’axe, qui correspond à l’ouverture à trois pans retrouvée par A. Audin avec un prolongement de la corniche intérieure et l’ouverture des fenêtres latérales, est rectangulaire (S.A.A.L, Fonds C.-A. Benoît, 39 B X2) comme sur la coupe de J.-P. Gay (Wyss, 2005, p. 87, fig. 56) ; curieusement Benoît dessina l’abside centrale avec un tracé semi-circulaire à l’intérieur et à l’extérieur et l’absidiole nord avec un tracé semi-circulaire à l’intérieur et rectiligne à l’extérieur.

26Les travaux de restauration de la crypte ancienne jugée trop vétuste furent réalisés par Tony Desjardins en 1863 (Wyss, 2005, p. 86-87, 96-97). En 1861, des demandes de subventions concernèrent la rectification des fenêtres « faites à une date peu ancienne pour éclairer cette partie de l’édifice » (AML, série M Saint-Irénée) : la fenêtre d’axe fut rétablie, des colonnes de granite rouge furent installées à la place des anciennes piles ;une remarque de l’historien Steyert suggère que les arcs avant restauration étaient de profil outrepassé : « le porte-à-faux des arcs sur les colonnes… a été implacablement supprimé, comme une imperfection notable du plus désagréable aspect » (Steyert, 1895-97, t. II, p. 149). Dans les bas-côtés furent gardées des portions de pavement ancien fait d’hexagones et de triangles de marbre noirs et blancs (ibid., p. 149, fig. 137, dessin de Montvenoux) (fig. 9), alors que des « fragments de pavé antique en tout semblables à ceux du sanctuaire principal » furent détruits dans la chapelle du midi (Meynis, 1880, p. 100). La porte d’entrée fut reconstruite et l’on retrouva dans le renfoncement qui lui fait face un sarcophage trapézoïdal, sans doute celui qui abrita la dépouille du comte Arthaud en 1494 (ibid., p. 107). En 1868, la voûte du chœur de la crypte, en partie effondrée après la chute de la voûte de l’église supérieure au-dessus de l’autel majeur, fut reconstruite en tuf (ADR 16 G, fonds Saint-Irénée).
Ces documents sont surtout précieux pour les périodes récentes (destruction du XVIe siècle, construction de la nouvelle église supérieure au XVIIIe siècle, restauration de la crypte).

image

Fig. 9. Pavement de la crypte (cliché E. Bouvard, Service archéologique de la ville de Lyon).

II. L’environnement archéologique

27Les premières découvertes se situent au début du XIXe siècle. En 1825, des travaux de décapage effectués dans la cour en avant de l’église firent apparaître plusieurs niveaux de tombes en « pierre de choin » et de nombreux « cippes ou autels » qui furent mis à l’abri à l’entrée de la crypte ou au « Palais des Arts » et qui rappelaient à A.-F. Artaud les « champs alysiens d’Arles » (Artaud, 1846 p. 40 ; Wyss, 2005, p. 83). On peut supposer qu’à l’origine, ces tombes se trouvaient à l’intérieur des nefs d’un édifice de plus grande taille que l’actuel.

28En 1855, le chœur de la crypte, alors surélevé, fut excavé sur 1 m de profondeur jusqu’au niveau du sol de la nef (amas de débris de marbre et de vitraux), les murs latéraux apparurent couverts de mortier de tuileau et les arcs de la nef construits en pierres blanches et briques alternées (Meynis, 1880, p. 218-221). En 1857, les travaux de creusement d’une cave dans la maison Teste au sud-ouest de l’église mirent au jour un mur parallèle à la façade, reconnu sur deux mètres de profondeur et fait de blocs de « choin » dont certains inscrits, et qui aurait appartenu, d’après D. Meynis, au « frontispice de la basilique primitive ou [à] la partie principale de son péristyle » (Meynis, p. 37 ; Le Mer, Chomer, 2007, p. 675) ; en 1901, lors de la démolition d’une autre maison Teste située cette fois au nord-ouest de l’église, on dut « briser à la masse et coins les assises de l’ancienne basilique » (Wyss, 2005, p. 95 et plan p. 96). En 1880, D. Meynis va reconstitué la crypte ancienne dont il imaginait les nefs pourvues d’un pavement primitif et de douze colonnes en marbre, le chœur surélevé avec un autel de marbre blanc et éclairé d’une seule fenêtre (Meynis, 1880, p. 72-76 et p. 212).

image

Fig. 10. Abside : évolution de la crypte, étapes de construction, d’après les fouilles d’A. Audin (Reynaud, 1998, p. 179, fig.155).

29Au milieu du XXe siècle, les travaux concernèrent la crypte mais aussi l’environnement de l’église. Dans la crypte, A. Audin a fouillé l’intérieur de l’abside (Audin, Perrat, 1959, p. 109-118, ici fig. 10) où il a rencontré en profondeur deux murs parallèles nord-sud et l’assise profonde d’une abside semi-circulaire de 4 m de diamètre construite en gros blocs disposés en éventail et prolongée sur 1,50 m par deux murs droits ; au-dessus, des dalles peu épaisses servaient de support à un chœur rectangulaire dont les parois étaient couvertes de mortier à tuileau ; ce chœur fut ensuite pourvu de pans coupés et doté d’une fenêtre d’axe de 1,40 m d’ouverture, dont le linteau se terminait par trois pans au-dessus de la corniche. Il décrit les parois de cette ouverture avec un coup de sabre séparant un mur primitif de 1,50 m de large et un doublage extérieur de l’épaisseur des niches latérales. L’épitaphe de Stratonice trouvée dans la fosse du chauffage à l’est de l’abside et les textes (poème attribuant à Patiens la construction de l’église et dédicace d’Avit) lui ont suggéré la chronologie suivante (fig. 11, 12) : abside d’une basilique funéraire gallo-romaine pourvue d’une façade à colonnade, basilique chrétienne construite par Patiens puis reconstruite et dédicacée par Avit, évêque de Vienne.

image

Fig. 11. Abside : élévation (étude par A. Audin, 1959) (archives personnelles J.-F. Reynaud).

image

Fig. 12. Plan du chevet (étude par A. Audin, 1959) (archives personnelles J.-F. Reynaud).

30En effet Ch. Perrat et A. Audin, ayant étudié cette dédicace avec attention, ont conclu qu’il décrivait une église lyonnaise et effectivement, parmi les églises connues dans notre ville, Saint-Irénée, mieux que Saint-Just, répond à la mention d’une église construite sur un terrain en pente et pourvue d’une crypte de grande taille (Perrat, Audin, 1957, p. 433-451). A. Audin (archives Audin à la Bibliothèque Municipale de Lyon), qui n’a pas étudié le reste de la crypte, signale toutefois une porte à claveaux de briques et pierres alternés et extradossée de briques dans le mur du bas-côté nord, ce qui suppose une autre salle au nord et constitue un argument en faveur d’une crypte qui, à l’époque d’Avit, se serait étendue au nord et au sud du transept et qui aurait ensuite été réduite l’époque carolingienne.

image

Fig. 13. Rue des Macchabées (AML : Inventaire. Fonds Audin. Cote 063II 001. Dossier Fouilles 1950-52. Enveloppe Saint-Irénée Rue des Macchabées).

31Ses fouilles rue des Macchabées concernent également l’environnement de l’église (Audin, 1960, p. 3-34)(fig. 13). En 1951-52, furent mis au jour des mausolées païens accolés à un mur d’enclos et à une voie nord-sud dont les matériaux servirent à la construction des mausolées chrétiens, ainsi que trois niveaux de sépultures « chrétiennes » (fig. 14).

image

Fig. 14. Nécropole de la rue des Macchabées (AML : Inventaire. Fonds Audin. Cote 063II 001. Dossier Fouilles 1950-52. Enveloppe Saint-Irénée Rue des Macchabées).

32Les mausolées C et D étaient païens mais le mausolée C accueillit dans un deuxième temps des tombes chrétiennes. L’édifice E présentait des murs de gros blocs de « choin » superposés sur plusieurs niveaux (largeur des murs de 1,80/1,50 m en fondation et 1,30 m en élévation) avec des parois enduites de mortier de tuileau ; les angles de l’édifice, où se superposent quatre séries de gros blocs, sont semblables à ceux de Saint-Laurent de Choulans et de Saint-Pierre de Vaise ; son sol se trouvait à 270,68 m, c’est-à-dire plus bas que le niveau de l’église primitive voisine. D’après l’auteur, il aurait été construit vers la fin du IVe siècle ou entre la deuxième moitié du IVe et la première moitié du Ve siècle (Audin, 1960, p. 7, 15-16). On pourrait facilement le remonter jusqu’au milieu ou à la deuxième moitié du Ve siècle. L’édifice F, caveau construit entre C et E, était voûté et ses murs utilisaient des blocs en calcaire blanc taillés en arêtes de poisson. Il daterait de la première moitié du VIe siècle (époque burgondo-mérovingienne) pour l’auteur et pour nous plutôt de la première moitié du VIIe siècle. À l’ouest de l’escalier de l’église, une construction non identifiée comportait des structures légères et une « crypte » ; un mur est-ouest de 1 m de large, repéré immédiatement sous le sol de la cour (AML, Fonds A. Audin) et situé dans le prolongement du chaînage d’angle récemment découvert, correspondrait à l’élévation du mur nord du transept (mur sans doute plus large en fondation).Enfin, A. Audin signalait, sans l’expliquer, la présence de nombreuses pierres en calcaire de Seyssel d’appareil allongé (28/12 cm) abandonnées sur le pourtour de la basilique dans la couche de terrain renfermant les sarcophages ; on pourrait les considérer soit comme des rebuts de construction de l’état 2, soit comme des témoins de la destruction de l’église (état 3).

33Des fouilles récentes au sud-ouest (sondage 2) (dir. G. Ayala) et au nord-ouest de l’église (dir. Le Nezet) ont précisé l’histoire de la nécropole entre le Haut-Empire et le Bas-Empire (Becker et alii, 2000). La nécropole antique apparaît dans ce secteur comme un noyau de faible ampleur (3 tombes) qui se développe entre le IIIe et le Ve siècle (7 à 9 tombes) en liaison avec un chemin allant de Trion vers le sud ; aux VIe-VIIe siècles, les sépultures se multiplient (32 tombes) ; enfin quelques tombes antérieures au XIe siècle sont coupées par des niveaux d’habitation (fosses) et par un fossé. Les archéologues ont constaté une grande variété de sépultures, des inhumations en fosses ou en cercueil cohabitant avec les sarcophages. D’après F. Blaizot, la typochronologie s’établit de la façon suivante : pour le Bas-Empire des cercueils cloués, des amphores africaines et des coffrages mixtes (coffres de bois et tegulae) avec une monnaie de la deuxième moitié du IVe siècle ; pour le haut Moyen Âge, des sarcophages rectangulaires (parfois trapézoïdaux à l’intérieur) aux parois assez épaisses parfois pourvues de logettes céphaliques, des demi-cuves accolées, de rares tombes monoxyles, des coffrages rectangulaires ou trapézoïdaux (coffres de bois avec tegulae ou pierres de calage), des fosses étroites puis des coffrages de pierres et des tombes anthropomorphes. Dans ce secteur comme au bas de la pente (Reynaud, 1998, p. 203-221), les tombes se superposent sans se détruire, alors que la nécropole s’interrompt dans l’axe de l’église et qu’au nord-ouest n’apparaissent plus que des sarcophages de la couche supérieure ou des sépultures encore plus tardives (sondage rue Trouvé) ; un habitat du XIe siècle est connu (destruction des couches supérieures et fosses contenant de la céramique à fond marqué). On peut rattacher à la nécropole le remplissage d’un « espace creux » sur un mètre de hauteur par des déchets provenant peut-être de la taille sur place des sarcophages (déchets différents des pierres en appareil allongé signalés par A. Audin rue des Macchabées sur le flanc nord de l’église).

34Un décapage des murs de l’ensemble de l’église et de ses annexes (2011, Service archéologique de la ville de Lyon, Becker C. dir., inédit) a mis en évidence un chaînage de mur à 4 m à l’ouest de l’angle nord-est d’une annexe proche de l’escalier nord. L’utilisation de gros blocs de remploi pour cette structure suggère l’angle d’un mur décalé de 5,20 m par rapport aux murs gouttereaux de l’église et appartenant à un état ancien de la basilique. Deux niveaux de sarcophages ont également été repérés à proximité au nord.

35Les fouilles anciennes à l’intérieur de l’église sont parfois difficiles à interpréter mais elles apportent des données incontournables qui sont complétées par les fouilles, anciennes et récentes, dans les environs immédiats de l’édifice.

III. Datations par luminescence et archéomagnétisme

36Une campagne de datations a été mise en œuvre à Saint-Irénée dans le cadre des activités du groupe de recherche européen (GDRE) du CNRS « Ceramic Building Materials and New Dating Techniques » (Terres cuites architecturales et nouvelles méthodes de datation) dont l’un des objectifs, en rassemblant spécialistes des méthodes de datation chronométrique, historiens d’art et archéologues, était de tester la capacité des briques à fournir des indications chronologiques pour l’histoire des édifices au haut Moyen Âge et plus généralement pour l’Histoire de la Construction (Sapin et alii, 2008 ; Guibert et alii, sous presse).

III.1. Analyse des datations par luminescence (P. Guibert et A. Bouvier)

37Le détail des datations par luminescence (thermoluminescence et luminescence optiquement stimulée) est en cours de publication (Bouvier et alii, à paraître). Nous rappelons ici les données obtenues et les interprétations chronologiques que nous avons élaborées. Nous proposons d’examiner structure par structure la distribution des datations obtenues, puis d’analyser globalement l’ensemble des résultats (fig. 15).

image

Fig. 15. Datations par luminescence obtenues sur des briques prélevées dans plusieurs structures de l'église Saint-Irénée. Chaque valeur est donnée en années. Sauf mention « BC » pour BDX 12007 qui fournit une datation très imprécise, toutes les dates appartiennent à notre ère. Les dates moyennes de chaque structure correspondent aux moyennes pondérées des datations pertinentes pour la structure.

38- Les datations effectuées sur les briques surmontant le linteau nord constituent un cas simple (BDX 12009, 12010, 12011). En effet les dates se distribuent de manière assez homogène entre le milieu du IVe et le début du VIe siècle. Pour tester la normalité de la distribution en âge, nous avons procédé à un test de χ2. Celui-ci, avec une valeur de 0.45, appartient à l’intervalle à 80 % de probabilité (0.21 à 4.61 ; CEA, 1978) ; il montre que la dispersion des âges obtenus est normale et n’est liée qu’aux incertitudes de mesure. Ceci nous autorise donc à envisager les échantillons comme étant contemporains, dans la mesure où la précision limitée de la méthode ne permet pas de mettre en évidence des écarts significatifs entre les trois âges. Nous proposons donc une datation moyenne pondérée de 456 ± 116 ap. J.-C. comme période de construction de la structure. La pondération utilisée est une pondération individuelle des âges, proportionnellement à l’inverse de leur variance statistique.

39- Les briques surmontant l’arc sud-est (BDX 12006, 12007, 12008) montrent des datations TL très significativement dispersées (valeur de χ2 de 60 pour un intervalle à 80 % de 0.21 à 4.61 pour deux degrés de liberté). On a dans cette structure plusieurs productions non contemporaines, les briques les plus vieilles étant certainement en situation de remploi de matériau antique ; on ne peut donc exclure l’hypothèse où toutes les briques seraient réutilisées. Dans le cas ou l’on fait l’hypothèse que les éléments les plus récents sont caractéristiques de la construction de la structure, l’arc sud-est aurait donc été édifié en 627 ± 70 ap. J.-C., en tenant compte de la datation obtenue par OSL et TL de l’échantillon BDX 12008.

40- La structure de la descente d’escalier présente un degré de complexité plus important encore. Les datations obtenues sur ces briques (BDX 11998, 11999, 12000, 12002 et 12005) réintroduisent la question du remploi. Pour ces cinq datations, on peut distinguer trois catégories : deux briques de production vraisemblablement antique (BDX 12000 et 12005), deux briques qui, au vu des incertitudes, pourraient appartenir à l’Antiquité tardive (BDX 11998, 11999) et la dernière (BDX 12002) à la fin du haut Moyen Âge. Il est évident que l’on ne peut considérer ces cinq datations comme liées à un événement de fabrication unique (la valeur de χ2 sur ces cinq datations est de 47 pour un intervalle théorique compris entre 1.06 et 5.39 à 80 % de probabilité). En revanche la question peut se poser pour les échantillons BDX 11998, 11999, 12000, quoique les dates soient relativement dispersées. Cependant, étant donné l’incertitude associée à ces dates, on a procédé à un test de χ2 pour tester leur contemporanéité de production. La conclusion est mitigée, avec une valeur de χ2 de 5.71 pour un intervalle entre 0.21 et 4.61 à 80 % et entre 0.103 et 5.99 à 90 % de probabilité. Il est donc assez probable que l’une de ces trois briques, BDX 12000, soit remployée d’un édifice antique.

41Quoi qu’il en soit, plusieurs hypothèses peuvent être formulées. Soit on considère la structure comme un tout dans lequel quatre des cinq briques datées sont en situation de remploi et où le seul élément datant est le terminus post quem donné par la datation obtenue sur l’échantillon BDX 12002, 977 ± 70 ap. J.-C. Soit on envisage l’existence de deux périodes de construction superposées, l’une datée par les échantillons BDX 11998 et 11999 et l’autre par l’échantillon BDX 12002. En ce cas, en ne prenant en compte que les échantillons BDX 11998 et BDX 11999 pour dater cette phase de construction (χ2 à 0.24 pour un intervalle théorique de 0.0158 - 2.71 à 80 % de probabilité), on peut proposer une date moyenne de 643 ± 77 ap. J.-C.

42L’analyse de l’ensemble des datations montre trois grandes périodes de production des briques : l’Antiquité, l’Antiquité tardive et la fin du haut Moyen Âge. Les quatre briques datées de l’Antiquité se trouvent ici manifestement en situation de remploi (BDX 12000, 12005, 12006 et 12007). Six échantillons ont présenté des datations à rattacher à l’Antiquité tardive (BDX 11998, 11999, 12008, 12009, 12010 et 12011), ce qui semble indiquer une phase majeure de construction pendant cette période. Enfin, une date indique la fin du haut Moyen Âge (BDX 12002), mettant en évidence la présence d’un troisième état dans la maçonnerie.

III.2. Analyse des datations par archéomagnétisme (Ph. Lanos et Ph. Dufresne)

43Les prélèvements pour analyse archéomagnétique ont été effectués par carottage sur :
- 12 briques de l’arc extérieur de la fenêtre sud-est : ref. 69123I
- 12 briques provenant du mur ouest de l’escalier nord menant à la crypte : ref. 69123J
- 8 briques provenant de l’arc extérieur du linteau nord : ref. 69123K.

44Pas de datation possible par l’inclinaison : les mesures des aimantations des briques, après désaimantation thermique et correction d’anisotropie d’aimantation thermorémanente (ATR), montrent des directions très dispersées sur les trois structures prélevées, ce qui rend impossible toute datation à partir de l’inclinaison du champ magnétique terrestre. En effet, à cause de cette dispersion, et aussi du fait du très faible échantillonnage, il n’est pas possible de restituer avec certitude la logique de chargement des briques dans les fours au moment de leur cuisson.
En conclusion, il n’y a pas de datation AM possible à partir de l’inclinaison.

45Point d’étalonnage pour l’archéo-intensité avec le linteau nord : seules les briques du linteau nord présentent des datations TL cohérentes, ce qui permet de considérer que les huit briques prélevées pour l’archéomagnétisme sur cette structure peuvent appartenir à une même production.

46Il a été possible de déterminer l’archéo-intensité sur sept briques (l’échantillon 41B1 est rejeté du fait de l’existence de deux composantes d’aimantation). L’archéo-intensité moyenne obtenue est donnée ci-après :
Fa : archéo-intensité corrigée de l’anisotropie d’ATR
Fa+cr : archéo-intensité corrigée de l’anisotropie et de la vitesse de refroidissement
Fparis : archéo-intensité Fa+cr ramenée à Paris par correction géographique (VADM)

image

L’erreur associée à Fparis est donnée par : 6,3/racine (7) = 2,4 µT (micro-Teslas)

47Ce résultat ne permet pas la datation car la courbe d’étalonnage de la variation de l’intensité du CMT en France est en cours de construction. En revanche, ce résultat de Saint-Irénée peut contribuer à améliorer la courbe en utilisant la datation par la luminescence, soit 456 ± 116 ap. J.-C.

48On notera enfin que la valeur de près de 61 µT est compatible avec les valeurs déjà observées entre les années 400 et 500 ap. J.-C (Gómez-Paccard et alii, à paraître 2012).

IV. Les principaux états de l’édifice : ébauche de synthèse

49Une certaine unité de construction depuis les couloirs en U jusqu’à l’abside est suggérée par l’aspect des mortiers (mortier beige à gros grains), des appareils et du décor (gros blocs de « choin » ou de pierres du Midi, taille décorative sur un appareil allongé en calcaire de Seyssel, module des briques de 0,42-44 m, impostes à cavet). Pourtant une analyse plus approfondie des murs et des ouvertures, les changements d’axe, les comparaisons avec d’autres édifices lyonnais ou viennois et les analyses de laboratoire poussent à envisager plusieurs états et à proposer des datations en liaison avec les documents anciens.

- État 1 (fig. 16)

50On ignore où se trouvait la sépulture primitive des martyrs mais on pourrait la chercher à proximité des nombreux mausolées du IIIe au VIe siècle qu’A. Audin a mis au jour au nord de l’église, alignés le long d’un mur de clôture de la nécropole et d’une voie qui débouchait sur la porte nord de l’église. Si l’on prolonge cette disposition sous l’église, on peut supposer que la tombe d’Irénée et son mausolée ou celles d’Alexandre et Epipode se trouvaient sous l’église actuelle à l’ouest des descentes d’escalier, derrière le renfoncement situé dans l’axe de la porte de la crypte ; mausolée sans doute de petite taille, comme ceux du Haut-Empire. On ne peut toutefois exclure une autre possibilité, celle d’un mausolée situé plus à l’est et constitué des deux murs nord-sud mis au jour par A. Audin sous le chœur de l’église (fig. 10, I).

image

Fig. 16. États 1 et 2 (conception : J.-F. Reynaud, d’après plan : Selarl ADMW Ville de Lyon ; DAO : M. Drot, SAVL, O. Puel, UMR 5138).

- État 2 (fig. 16)

Reconstitution

51La reconstitution de cet état doit partir des murs gouttereaux nord et sud de la nef, de l’abside semi-circulaire d’A. Audin, du chaînage d’angle retrouvé au nord-est et du texte d’Avit de Vienne pour arriver à une étonnante comparaison avec Saint-Laurent de Choulans.

52L’abside mise au jour par A. Audin sous le chevet actuel était faite de gros blocs déployés en éventail sur une épaisseur qui atteindrait environ 1,50 m ; on retrouve cette même épaisseur de murs à l’épaulement sud-est de la crypte de Saint-Irénée et cette même disposition à l’abside de Saint-Laurent de Choulans, où les blocs de remploi atteignent également 1,50 m de longueur (Reynaud, 1998, p. 153). Le très bas niveau des premiers blocs de fondation par rapport au sol de l’église haute s’expliquerait par la présence d’une crypte. On peut supposer que cette abside, semi-circulaire à l’intérieur, pouvait être polygonale à l’extérieur, comme à Saint-Just, dessin qui aurait déterminé le plan du deuxième état de l’abside.

53L’angle de mur en gros blocs trouvé au nord-est de l’édifice à 5,20 m au nord du murgouttereau sous la chapelle de semaine a pour principal intérêt d’être dans le prolongement exact de l’épaulement de l’abside (fig. 17). Le mur d’un mètre de largeur signalé par A. Audin plus à l’ouest est dans le prolongement de ce chaînage d’angle et pourrait correspondre à une élévation. Ces vestiges suggèrent un grand espace transversal, d’autant qu’au sud, le clocher moderne s’inscrit très exactement dans son angle sud-est. Ce grand transept débordant atteindrait alors 30 m de longueur en fondation et un peu plus de 29 m en élévation, c’est-à-dire les mêmes dimensions qu’à Saint-Laurent de Choulans (30 m en fondation). La largeur de ce volume peut être reconstituée presque exactement à 11 m grâce à la portion de mur mise au jour par A. Audin au nord et le prolongement du mur sud de la nef à l’est de la porte méridionale, qui calent l’emplacement du mur ouest du transept.

image

Fig. 17. Angle nord-est du transept (cliché E. Bouvard, Service archéologique de la ville de Lyon).

54Une crypte est attestée, nous l’avons vu, par la profondeur des fondations de l’abside mais aussi par le mur qui limitait l’ancien chœur à l’ouest (actuel mur est des descentes d’escalier). Très légèrement désaxé par rapport aux murs gouttereaux, celui-ci est construit en moellons de schistes, petits ou moyens et irréguliers, liés par un mortier jaune, alors que de part et d’autre de la porte actuelle, un appareil allongé avec quelques tailles décoratives appartient à un état postérieur (fig. 18).

image

Fig. 18. Mur est de l’escalier de descente dans la crypte (conception : J.-F. Reynaud ; relevés : O. Puel, C. Becker, G. Martin ; DAO : O. Puel, UMR 5138).

55Plusieurs anomalies rendent intéressante l’analyse de ce mur : au-dessus et de part et d’autre de la porte actuelle, deux éléments de piedroits suggèrent la reconstitution non pas d’une porte qui aurait été trop large (4,30 m d’écartement) et trop haute, mais de deux portes voisines donnant accès à la crypte, leur seuil étant à 272,20 m, ce qui est le niveau du sol de la nef et du seuil de la porte nord. Il faut supposer, comme à Saint-Gervais de Genève, un escalier axial descendant jusqu’à environ 269,20 m, c’est-à dire à un niveau moins profond que celui de la crypte actuelle (fig. 19).

image

Fig. 19. Reconstitution hypothétique de la crypte (coupe) (conception : J.-F. Reynaud ; DAO : O. Puel, UMR 5138).

56De l’abside jusqu’aux descentes d’escaliers, on peut alors imaginer une salle rectangulaire centrale voûtée d’environ 11,80 sur 5 m, assez proche de la crypte de Saint-Oyend à Saint-Laurent de Grenoble ; là-aussi des arcatures latérales pouvaient réduire la portée de la voûte et donc sa hauteur. Le reste de la crypte est inconnu mais Avit décrivant une église inférieure aussi importante que l’église supérieure, celle-ci aurait pu s’étendre sous les bras du transept où l’on pourrait reconstituer deux salles rectangulaires voûtées (8,50 sur 5 m), proches de celles de Saint-Just 2 (fig. 16).

57Les murs gouttereaux de la nef, de forte épaisseur (1 m en élévation), sont construits en grands blocs de remploi liés par du mortier beige à gros grains recouvert de mortier à tuileau conservé par endroits (fig. 20 et 21).

image

Fig. 20. Mur gouttereau nord (conception : J.-F. Reynaud ; relevés : O. Puel, C. Becker, G. Martin ; DAO : O. Puel, UMR 5138).

image

Fig. 21. Mur gouttereau sud (conception : J.-F. Reynaud ; relevés : O. Puel, C. Becker, G. Martin ; DAO : O. Puel, UMR 5138).

58À l’est du couloir, on constate une rupture de continuité entre les assises de gros blocs reconnues des deux côtés sur 6 à 7 m de longueur dans la situation actuelle (mais le mur nord a été repéré sur une plus grande longueur au début du XXe siècle) ; discontinuité qui suggère soit une évolution dans la construction, soit la nécessité de s’accorder avec la pente du terrain (état 2A et 2B). Les portes nord et sud au linteau en bâtière fait de briques et pierres alternées sont situées dans le prolongement de la voie funéraire antique d’axe nord-sud. Au nord, un linteau puissant surmonté d’un arc de décharge en bâtière fait de claveaux de pierre et de brique alternées (0,44 m de longueur) (fig. 22) surmontait au départ une porte de plus de 3 m de hauteur ; au sud, seule apparaît la partie supérieure de l’arc (fig. 23).

image

Fig. 22. Porte nord (relevé : G. Martin ; DAO : O. Puel).

image

Fig. 23. Porte sud (cliché : G. Bourrust).

59La partie inférieure des murs est plus épaisse, avec un ressaut au niveau du linteau de la porte (couvercle de sarcophage retourné d’après Ch. Becker) et les récents décapages ont montré que cette surépaisseur était tardive, peut-être contemporaine de l’installation du linteau et de la transformation de la porte en fenêtre (même ressaut au mur gouttereau sud).

60Les trois nefs - une nef centrale et des bas-côtés - avaient 19 m de large. Pour situer la façade occidentale, on peut tenir compte des murs en blocs de « choin » trouvés lors de leur démolition dans deux maisons Teste, l’une située au sud-ouest de l’église (dans la cave) et l’autre au nord-ouest. On peut donc facilement reconstituer des nefs d’une trentaine de mètres de longueur par comparaison avec celles de Saint-Just et Saint-Laurent de Choulans qui ont également 19 m de largeur et 29 m de longueur, avec sept travées reconnues pour cette dernière église. C’est dans le secteur de l’actuel parvis qu’ont été dégagées de nombreuses tombes au XIXe siècle.

61Un grand espace transversal ou transept s’opposait donc aux sept travées des nefs dans un plan qui rappelle celui de Saint-Just et d’une façon encore plus étonnante celui de Saint-Laurent de Choulans, sans que l’on puisse savoir lequel a servi de modèle à l’autre (fig. 24) : même abside en gros blocs rayonnants, même grand transept, même largeur des nefs ; seules diffèrent les dimensions de l’abside plus petite à Saint-Irénée (4,45 m intra-muros contre 8,34 m), réduction due sans doute à la présence d’une crypte, dont la voûte ne pouvait dépasser une certaine largeur, et de la pente ; seule la basilique de Saint-Just était encore plus grande. Les dimensions impressionnantes de Saint-Irénée étaient en rapport avec le culte des martyrs : elles semblent presque normales à Lyon comme à Vienne (Saint-Ferréol ou Notre-Dame d’Outre-Gère), comme l’était à Lyon la présence d’un transept. Le plan d’ensemble est proche de celui de la basilica orientalis de Salone, église martyriale de la seconde moitié du Ve ou du début du VIe siècle (transept de 30/12 m, nefs de 29/30 m de longueur sur 18 de largeur) (Marin, 1986, t. 2, p. 1127-1128).

image

Fig. 24. Plans comparés de Saint-Just, Saint-Laurent, Saint-Irénée, et superposition des trois plans (M. Drost, SAVL).

62La reconstitution de l’église haute pose quelques problèmes. Si les trois nefs charpentées (nef centrale de 9 m entre les colonnes) sont à l’identique de celles de Saint-Laurent de Choulans et se subdivisent facilement en sept travées, la liaison entre le transept et les nefs pouvait se faire, comme à Saint-Just, par des piliers cruciformes supportant une tour de croisée ou par un support puissant mais plus simple comme à Saint-Laurent de Choulans.

63Sans vouloir tomber dans des spéculations métrologiques hasardeuses, on peut toutefois trouver un sens au chiffre sept des travées - le septenaire d’Avit - et aux dimensions des nefs et du transept qui avoisinent les trente mètres soit 100 pieds romains.

Culte

64Pour l’église inférieure, on aimerait connaître les cérémonies qui se déroulaient dans cette crypte ; on sait seulement que Grégoire de Tours mentionne un autel au-dessus de la tombe d’Irénée. De même, à Milan, Ambroise place les reliques de Felix et Nabor, de Vital et Agricol sous des autels (Février, 1986, p. 10). C. Sapin suppose, mais sans preuves archéologiques, un autel à l’ouest de la tombe dès l’état 3 de Saint-Germain d’Auxerre (début VIIe- milieu VIIIe siècle) (Sapin, 2000, p. 228-236). On peut s’interroger sur la nature de ces autels. Si les célébrations eucharistiques étaient réservées à l’autel majeur de l’église supérieure (Nussbaum, 1965, p. 269), l’autel de la crypte aurait pu servir de table pour les offrandes ou pour les saintes espèces. Pour les églises martyriales, il pouvait avoir d’autres fonctions. En Espagne, Prudence confirme la consécration d’autels dédiés aux martyrs, en particulier à Sainte-Eulalie de Merida. Le concile de Braga (572) interdit de distribuer l’eucharistie sur les tombes vénérées, mais cette pratique, qui est soutenue par saint Augustin et Isidore de Séville, se répand sur les autels renfermant les reliques de martyrs et le lien entre eucharistie et culte martyrial se renforce (Godoy Fernandez, 1995, p. 51-53). Les portes de la crypte facilitaient l’accès aux tombes des martyrs, ce que suggèrent aussi les scènes de dévotion sur la tombe de saint Nizier (Grégoire de Tours, HF, IV, 36), peut-être lui aussi inhumé dans une crypte.

Datation

65La datation de cet état repose sur des données archéométriques, archéologiques et textuelles.
Commençons par les données archéologiques qui seules justifient l’utilisation de textes parfois mal situés dans le temps ou dans l’espace. L’édifice peut être daté par la typologie des murs construits en gros blocs de remplois qui se retrouvent à Lyon à Saint-Laurent de Choulans (Reynaud, 1998, p. 150-160), à Saint-Pierre de Vaise (Février et alii, 1986, révision Reynaud, à paraître), de même qu’à Vienne à Saint-Pierre, Saint-Férréol et Notre-Dame d’Outre-Gère, édifices de la deuxième moitié du Ve et du VIe siècle (Jannet-Vallat et alii, 1986) ; l’abside en gros blocs rayonnants est construite de la même façon que celle de Saint-Laurent de Choulans, de l’église de l’amphithéâtre de Tarragone et de nombreuses autres églises espagnoles des Ve-VIIe siècles (Godoy Fernandez, 1995, p. 191-202). Pour les arcs de décharge en bâtière, une comparaison peut être trouvée avec la partie inférieure du Quadratbau de la cathédrale nord de Trèves, construction en moellons de calcaire blanc des années 340 à 353 (Weber, 1996, p. 82-83). L’abside polygonale, certes hypothétique, se situerait dans la droite ligne de Saint-Just 2 (avant 469) et de nombreuses absides contemporaines (Reynaud, 1998, p. 249-252).

66Les analyses des briques de la porte nord par le laboratoire de luminescence de Bordeaux fournissent des datations assez précises puisqu’elles remonteraient aux années 456 ± 116 (voir ci-dessus).

67À cet édifice seraient associées les couches inférieures puis moyennes de la nécropole voisine (tombes en grosses dalles de remplois, sarcophages à parois épaisses taillés dans du « choin », sarcophages rectangulaires à parois minces et tombes en demi-cuves), les épitaphes contemporaines à partir de 448 ainsi que le bâtiment E fouillé par A. Audin au nord de Saint-Irénée (gros blocs de remploi, murs de 1,30 m à 1,80 m d’épaisseur) (Audin, 1960, p. 15-16).

Relecture des textes anciens

68Les données archéométriques et archéologiques confirment donc les textes anciens : celui de Grégoire de Tours qui à la fin du VIe siècle signale la présence des tombes des trois martyrs dans la crypte (GM, 49) et celui d’Avit, sur lequel on peut maintenant s’appuyer et qui nous fournit même la date approximative de la dédicace peu après 500 ou vers 513-516, dates compatibles avec les analyses de laboratoire. Contrairement aux hypothèses de R. Colardelle, le texte de l’évêque de Vienne s’appliquerait mieux à Saint-Irénée qu’à Saint-Laurent de Grenoble. On remarque tout d’abord que l’évêque de Vienne, Avit, et ceux de Lyon, avaient des relations amicales. Ils figuraient dans les mêmes cérémonies à Lyon lors des grandes fêtes religieuses, par exemple de la saint Just (Ep. 68 et 59, 67, 69, 73) ; Avit, qui dédicace deux églises lyonnaises dont Saint-Michel d’Ainay construite par la reine Carétène (Homilia XVII), se plaint aussi parfois de ne pas pouvoir être présent à Lyon par exemple pour Noël (Ep. 67, 80) (Coville, 1928, p. 310-311). En laissant de côté le fait que Grenoble n’était pas une capitale burgonde, « la puissance des mérites » des « saints portiers » (notons le pluriel, qui pourrait s’appliquer aux martyrs Irénée, Alexandre et Epipoy et aux martyrs de 177) était supérieure à celle d’un évêque de Grenoble, simple confesseur. Une église inférieure de grande taille, voûtée et pourvue de piliers, est possible si l’on en croit Avit : « au moyen de ces supports, les maçonneries surgissant du sol s’élancent jusqu’au faîte sans être coupées par aucune poutraison ».Dans l’église supérieure, les sept travées du « septenaire » s’opposaient à l’espace transversal et surélevé du chœur, « les parties les plus élevées où se trouve l’autel étant séparées du niveau inférieur par un léger surhaussement ». L’église est décrite comme une vue de l’extérieur, triple quand on entre, avec « en son milieu maintes ramifications pour retrouver au sommet son unité » ; allusions aux trois nefs et au transept. On peut encore envisager des portiques le long des nefs et en avant de la façade occidentale, comme à Saint-Just et à Saint-Laurent de Choulans, voire un atrium.

69Le texte que les spécialistes datent entre l’Antiquité tardive et l’époque romane et qui attribue la construction d’une église avec crypte à Patiens reprend donc une certaine valeur, d’autant que l’on sait que ce prélat a été un grand constructeur entre 450 et 490 (Sidoine Apollinaire, Ep.VI, 12). La construction a pu se faire en plusieurs temps, être initiée par Patiens(449-450 et décédé peu avant 494) et poursuivie par ses successeurs. On peut donc estimer que cet édifice de grande taille et pourvu d’une crypte très vaste est celui qu’ont connu Avit et Grégoire de Tours, qu’il abritait les tombes des trois « martyrs » et que l’église avait peut-être été construite au-dessus du mausolée de l’un d’eux. La deuxième moitié du Ve siècle est bien la grande époque de l’essor du culte des martyrs, à Lyon d’Alexandre, Epipoy et Irénée - considéré comme martyr - puis des martyrs de 177, à Vienne de Férréol, à Agaune de Maurice.

- État 3 (fig. 25)

Reconstitution

70L’église a surtout été transformée dans sa partie orientale. L’abside primitive a été reconstruite selon un plan polygonal avec des murs de gros blocs de remploi plus épais à l’est (2,90 m) qu’au nord et au sud (1,95 m) ; ils sont percés de trois ouvertures. Seules les parties basses de la crypte appartiendraient à cet état et seraient contemporaines de l’installation d’une église supérieure plus puissante, actuellement disparue.

image

Fig. 25. État 3 (conception : J.-F. Reynaud, d’après plan : Selarl ADMW, Ville de Lyon ; DAO : M. Drot, SAVL, O. Puel, UMR 5138).

71A. Audin fait figurer, sur ses relevés, un coup de sabre à 1,50 m du parement extérieur, que l’on ne retrouve sur place, ni dans les fondations ni dans les élévations (fig. 11). Deux schémas différents sont donc envisageables mais difficiles à vérifier : soit une abside primitive dont les murs pouvaient atteindre environ 1,50 m de largeur puis un doublage polygonal conservé sur une assez grande hauteur, soit une première abside presque entièrement détruite et reconstruite selon un plan polygonal au-dessus de l’assise de fondation seule préservée, et en effet le mur paraît homogène dans la partie basse de la fenêtre méridionale. L’appareil est fait de gros blocs de « choin » et de pierre du Midi, où s’intercalent quelques pierres en moyen appareil allongé en calcaire de Seyssel et quelques briques qui apparaissent en arases discontinues dans les parties basses (fig. 26) ; sous les impostes des arcs latéraux, le mortier beige d’origine est proche de celui des murs gouttereaux et les joints sont repris avec un mortier à tuileau. L’appareil à taille décorative est présent à tous les niveaux ainsi qu’à l’intérieur des arcs ; il apparaît également à l’est mais de façon plus épisodique.

image

Fig. 26. Élévation de la crypte (mur est) (conception : J.-F. Reynaud ; relevés : O. Puel, C. Becker, G. Martin ; DAO : O. Puel, UMR 5138).

72Les ouvertures latérales d’abord assez larges (2 m) furent rapidement réduites (1,40 m). En effet les piedroits orientaux des arcs nord et sud sont séparés du reste du mur par un coup de sabre vertical (évolution dans la construction ou états différents ?) et surmontés d’arcs à claveaux de pierres et de briques alternées (12, 20, 44 cm) (fig. 27) au-dessus d’impostes dont le profil simple était semblable à celui de la porte d’entrée dans la crypte (fig. 28).

image

Fig. 27. Ouvertures de la crypte (relevé et cliché J.-F. Reynaud).

image

Fig. 28. Impostes (mur ouest des descentes dans la crypte).

73L’analyse des liaisons entre les murs montre que le piedroit gauche de la fenêtre méridionale est lié au reste du mur, de même que les parties hautes de la fenêtre, ce qui va à l’encontre de l’hypothèse d’un doublage alors que le piedroit de droite correspondant au rétrécissement de l’ouverture est appliqué contre le mur ; la fenêtre d’axe surmontée de deux arcssuperposés fut également modifiée pour passer de 2 m de largeur à 1,40 m. Ces ouvertures ne pouvaient fonctionner qu’avec le chevet rectangulaire à l’intérieur et un niveau de sol plus haut que l’actuel. Elles correspondent au triple rayon de lumière dont parlait la mosaïque du chœur. Sur le parement est, on repère trois inscriptions dont une en cursive (illisible) et des pierres gravées représentent un quadrupède et trois étoiles (fig. 29) ; à l’intrados de la fenêtre sud apparaît un orant vénérant une croix (fig. 30).

image

Fig. 30. Orant, fenêtre sud de la crypte (estampage G. Lucas, photographié par Y. Montmessin, MOM, UMR 5138).

74À l’intérieur, l’abside était rectangulaire (4/3,60 m), voûtée en berceau, et l’on peut supposer que, grâce à l’élargissement des murs, l’abside supérieure était plus large que l’ancienne (fig. 11 et 31).

image

Fig. 31. Vue intérieure de la crypte (étude A. Audin 1959 ; Reynaud, 1998, p. 180, fig. 158).

75D’importantes modifications apparaissent dans les accès à la crypte : des descentes d’escalier mènent à la crypte à partir des portes latérales. Les portes axiales anciennes trop hautes sont condamnées et une porte unique et plus basse ouvre dans le mur est où, de part et d’autre des piedroits, est installé un appareil moyen à taille décorative (fig. 18). Ce type de taille se retrouve aux angles des parties basses et moyennes (limite de mortier horizontale à 271,90 m) du mur ouest où des pierres étroites et allongées à décor de chevrons et de losanges sont associées à des arases de briques et à un appareil irrégulier (fig. 32).

image

Fig. 32. Mur ouest de l’escalier (conception : J.-F. Reynaud ; relevé : M. Caillet ; DAO : O. Puel, UMR 5138).

76Les impostes à profil simple de la porte axiale sont de même type que celles des fenêtres de la crypte ; le sol de la crypte est plus bas et le chœur surélevé, qui recouvre désormais les escaliers, fut donc agrandi d’environ 3 m vers l’ouest (fig. 33).

image

Fig. 33. Reconstitution hypothétique de la crypte état 3 (coupe) (conception : J.-F. Reynaud ; DAO : O. Puel, UMR 5138).

77La fenêtre repérée dans le mur sud (fig. 21) pourrait avoir servi à éclairer les bas-côtés dont le sol se trouvait à 2 m de leur appui, situé vers 273 m, si l’on suppose un abaissement du niveau de sol dans les bas-côtés pour un accès plus facile à la crypte et une fermeture des portes latérales.
On peut supposer que le plan d’ensemble de l’église reste le même.

Datation

78Des comparaisons suggèrent une datation haute.
- Les arases de briques se retrouvent entre le Ve et le VIIe siècle à la phase 7 de Saint-Laurent de Grenoble (à partir de 600) (Colardelle, 2008, p. 179-208), à l’abside de Saint-Ferréol de Vienne (deuxième moitié du Ve siècle) (Reynaud, 1978, p. 44-51), aux cryptoportiques de Saint-Just de Lyon (première moitié du Ve siècle) et au porche de Saint-Laurent de Choulans où elles sont alliées à l’utilisation de la pierre de Seyssel à taille décorative (VIe-VIIe siècles) (Reynaud, 1998, p. 127 et 160).

79- L’appareil décoratif est signalé, nous l’avons vu, à Saint-Laurent de Choulans mais aussi à l’état 2 de l’abside de Saint-Jean (VIe-VIIe siècles) (ibid., 1998, p. 66, 78). Il est contemporain des sarcophages des VIe-VIIe siècles gravés de stries en bandes horizontales ou en chevrons (Périn, 1991, p. 288-305), nombreux en Poitou (Antigny, Vienne), où le couvercle d’un sarcophage présente des rectangles striés en chevrons (ibid., p. 291). Autour de Paris et, entre autres, à Saint-Marcel (collections du musée Carnavalet), ont été retrouvés des sarcophages en pierre « à bandes de stries gravées », bandes horizontales striées dans un sens puis dans l’autre, ainsi qu’avec des croix pattées. Le type bourguignon-champenois avait ses petites faces décorées de stries en zigzags et de triangles hachurés (également sur les flancs) et le type de Bordeaux des sillons taillés au poinçon.
- Les descentes d’escalier vers la crypte sont connues dans la région à Saint-Laurent de Grenoble (début du VIe siècle et VIIe siècle avec des arases de briques) (Colardelle, 2008, p. 156).

80Certes plusieurs de ces éléments ne fournissent qu’une fourchette très large : les claveaux de briques et pierres alternés sont connus du IVe au XIe siècle, assez tôt à Saint-Pierre de Vienne en façade occidentale (édifice où fut inhumé l’évêque Mamert après 473) (Jannet-Vallat et alii, 1986, p. 42-54) et à l’église de Saint-Romain-en-Gal, mal datée, mais qui pourrait remonter aux Ve-VIe siècles (Descombes, 1986, révisé Reynaud, à paraître), à Saint-Laurent de Grenoble dès le VIe siècle, à Saint-Romain-le-Puy (Loire) (Carcel et alii, 1992, p. 36-41) avant l’époque carolingienne mais à Lyon, les seuls exemples datés appartiennent au IXe siècle, à Sainte-Croix et à la Manécanterie (Reynaud, 1994 ; Vialettes, 1995), comme plus tard encore à l’église Notre-Dame de l’abbaye de Savigny, en cours d’étude par O. Puel ; de même le type des impostes des ouvertures de l’extérieur de la crypte et de la porte de la crypte est connu aux baptistères de Poitiers et du Puy (en cours de publication) (VIe-VIIe siècles) mais se retrouve à l’époque carolingienne à Saint-Germain d’Auxerre (Sapin, 2000, p. 383, fig. 422).

81- L’abside polygonale, assez différente de celle de Saint-Just, rappelle celle de San Cugat del Vallès (Barcelone) mais avec une forme outrepassée à l’intérieur (Gody Fernandez, 1995, p. 207-212) (fin VIe-première moitié VIIe), celle de l’église triconque de Concordia Sagittaria (Vénétie) (Reynaud, 1998, p. 249-252) et celle de l’état 3 de Saint-Germain d’Auxerre, datée entre le VIe et le VIIIe siècle (Sapin, 2000, p. 228-236).

82Enfin les analyses de luminescence ont daté les briques de la fenêtre sud de la crypte de 627 ± 70 et la partie moyenne du mur ouest des escaliers des années 643 ± 77, ce qui est concordant, même si une seule brique de la fenêtre sud a donné des résultats utilisables, les autres étant des remplois.

83À cet état appartiendraient également le mausolée F installé au nord de l’église entre les mausolées C et E, avec sa crypte inférieure qui présente des moellons en calcaire de Seyssel à taille décorative, la couche supérieure de sépultures (demi-cuves accolées et sarcophages de molasse grise ou trapézoïdaux à l’intérieur) ainsi que les dernières épitaphes.

84Cette reconstruction dans la première moitié du VIIe siècle tendrait à prouver que la situation politique est moins mauvaise que ne le suggérait la vision par trop pessimiste de Grégoire de Tours à la fin du siècle précédent. Deux évêques auraient pu procéder à ces travaux : Arigius (évêque entre 603 et 614/626) qui présida le concile de Paris en 614 et fut un des proches de la reine Brunehaut, ou Ennemond qui, élevé au palais sous Dagobert et Clovis II, fut très influent auprès de ce dernier au milieu du siècle (Kleinclausz, 1939, t. I, p. 85-86 ; Coville, 1928, p. 352-365 et 366-416).

- État 4 (fig. 34)

Reconstitution

85Les textes et de nombreux fragments de dalles à décor d’entrelacs exposés dans les couloirs d’accès à la crypte ou au musée historique de Gadagne attestent une ou plusieurs campagnes carolingiennes.

image

Fig. 34. État 4 (conception : J.-F. Reynaud, d’après plan : Selarl ADMW, Ville de Lyon ; DAO : O. Puel, UMR 5138).

86Une première campagne dont ne subsiste aucune trace archéologique, si l’on excepte les éléments de décor, concernerait une restauration de l’édifice limitée aux élévations et aux toitures et une rénovation du décor liturgique que l’on situerait, en accord avec les textes, au milieu du IXe siècle (voir supra).

87La deuxième campagne est mieux connue grâce aux vestiges archéologiques conservés en sous-sol : la nouvelle église, presqu’entièrement reconstruite dans la partie orientale de l’ancien édifice, comportait une crypte-halle dont les murs étaient nettement désaxés par rapport à ceux de l’édifice précédent, ainsi qu’une église haute ; l’ensemble étant raccourci de moitié par rapport à la précédente.

88L’hypothèse d’une réduction aux dimensions proches de l’actuel édifice repose sur l’aquarellede Hubert de Saint-Didier (1824) (Wyss, 2005, fig. 170) (fig. 8) où l’on voit apparaître la façade ancienne de l’église. Nous avions d’abord supposé que l’église était encore de grande taille en raison des descentes d’escalier en U qui devaient se prolonger à l’abri des intempéries et donc dans une nef encore existante. Toutefois, l’hypothèse d’une réduction peut se combiner avec l’idée d’escalier ou de rampes débouchant sous les galeries de portiques dont les dimensions correspondraient à celle des anciennes nefs. L’église haute aurait eu trois nefs de quatre travées dont une nef centrale assez large ; l’ensemble devait être couvert d’une charpente.

89L’abside de la crypte fut reconstruite dans ses parties hautes en appareil allongé (10 à 15 cm de hauteur sur 50 à 70 cm de longueur) (fig. 26) visible dans l’ancienne chaufferie. À l’intérieur, les modifications ne touchèrent que les parties hautes ou des détails de plan : par adjonction de pans coupés, l’abside devint elle aussi polygonale et fut couverte par une voûte à arases de briques appuyée sur une corniche au profil simple (dans un premier temps seule la partie supérieure était à pans coupés) (fig. 10 et fig ; 31) ; la fenêtre d’axe ouvrait par un linteau à trois pans dans la paroi orientale et centrale de la voûte et les pans coupés supprimèrent les ouvertures latérales. Une coupe du début du XIXe siècle montre la corniche qui souligne le départ de la voûte se poursuivant le long de l’ébrasement de l’ouverture (Gay, Benoit, Archives de l’Académie d’architecture de Lyon).

90Si l’on considère que la restauration du XIXe siècle s’est inspirée de l’état ancien, la crypte est désormais pourvue de trois nefs voûtées de 10 m sur 11 (fig. 35) mais la restauration a rendu pour l’instant impossible toute étude de ses murs latéraux qui étaient couverts d’enduits à tuileau, et de ses voûtes où apparaissaient des arases de briques ; des témoins attestent en effet la conservation des voûtes de la crypte malgré la disparition de la plupart des colonnes (ou de seulement quatre) lors du passage des Protestants (voir ci-dessus) ; au-dessus des colonnes, les arcs peut-être outrepassés étaient faits de claveaux de pierres et briques. On peut aussi estimer que la corniche de la nef centrale est en partie ancienne.

image

Fig. 35. La crypte actuelle (Meynis, 1880, p. 30).

91Les descentes d’escalier adoptent désormais un tracé en U qui se prolonge dans les couloirs latéraux le long des anciens murs gouttereaux. Les parties hautes du mur ouest des escaliers sont reconstruites en appareil allongé en calcaire blanc de Seyssel (70/10, 30/15 cm) (fig. 32), de même type qu’à l’extérieur de la crypte (parties hautes) ; dans le couloir nord, cet appareil allongé se prolonge en partie basse du mur sud, décalée vers l’intérieur et au-dessus de l’état 3 (limite de mortier à 271,90 m) et s’interrompt à 6,20 m de l’angle ouest (fig. 36).

image

Fig. 36. Couloir nord d’accès à la crypte, mur sud (conception : J.-F. Reynaud ; relevé et DAO : O. Puel, UMR 5138).

92À l’entrée du couloir nord, quelques assises de ce parement, non décalé et conservé sur une rangée, reçoivent deux impostes simples - celle du sud est plus complexe - ainsi que des arcs outrepassés en claveaux réguliers de calcaire de Seyssel (arc de 0,67 m de profondeur lié au mortier de tuileau) (fig. 37).

image

Fig. 37. Arcs d’entrée du couloir nord (conception : J.-F. Reynaud ; relevé : M. Becker, G. Martin ; DAO : O. Puel, UMR 5138).

93Des ouvertures dont subsiste le départ de l’ébrasement en pierre de Seyssel ont remplacé les anciennes portes nord et sud ; elles sont contemporaines des portes des couloirs nord et sud car on peut établir la liaison avec l’arc d’entrée à l’angle du couloir sud. Elles auraient eu pour fonction d’éclairer les descentes d’escalier qui devaient déboucher plus à l’ouest. Comme dans l’état précédent et comme le confirme le niveau de ces fenêtres, la voûte des descentes d’escalier était plus haute que l’actuelle et se trouvait à la hauteur de la voûte au-dessus du palier central.

94On ignore ce qu’est devenu le transept mais le chaînage de l’angle nord-est du transept, qui a subsisté jusqu’à nos jours, est la preuve de l’existence de constructions dans ce secteur. Une chapelle mortuaire des comtes de Forez pouvait occuper l’emplacement du bras nord et une porte à claveaux de pierres et briques et extradossée de briques, repérée par A. Audin dans le mur du bas-côté nord de la crypte, ouvrait sans doute sur une chapelle basse, peut-être installée en dessous de la précédente. La même situation pouvait exister au sud où un pavement identique à celui de l’espace central fut détruit, au XIXe siècle, dans ce qui devait être la chapelle des chanoines ; de même, le clocher moderne s’est inscrit précisément à l’intérieur du bras sud du transept comme si ce dernier était encore en partie visible. Des annexes auraient donc pu occuper les vestiges des anciens bras du transept. Seules des fouilles apporteraient des renseignements plus précis.

Datation

95La datation de cet état pose problème : si l’on se base sur les textes l’édifice pourrait avoir été reconstruit au milieu du IXe siècle mais aussi au Xe siècle, à l’époque où les comtes du Forez s’y font inhumer. On peut donc envisager plusieurs campagnes. Certaines données archéologiques suggèrent plutôt l’époque carolingienne classique, comme les linteaux à pans coupés de la fenêtre d’axe à l’intérieur de l’abside de la crypte (fig. 38) et la porte signalée par A. Audin dans le mur nord de la crypte (à claveaux alternés « habillée à l’extrados par d’autres briques »), mais ils peuvent aussi être plus tardifs si l’on se réfère à d’autres éléments de datation (voir ci-dessus).

image

Fig. 38. Fenêtre d’axe de la crypte (int.) (étude A. Audin, 1959 ; archives personnelles J.-F. Reynaud).

96Le pavement ancien des bas-côtés a été partiellement conservé dans la restauration du XIXe siècle, pavement qui, si l’on admet que la crypte à trois nefs remonte à l’époque carolingienne, ne pourrait être antérieur à cette époque. Par son type, il est très proche de celui de Santa Maria Foris Portas de Castelseprio (Lombardie) (fig. 39) ; malheureusement, les spécialistes restent divisés entre une datation haute pour l’édifice et pour les fresques (VIe-début du VIIIe siècle) et une datation basse (VIIIe-Xe siècle) ; de même certains pensent que le pavement de marbre est le seul et unique vestige du pavement primitif alors que d’autres considèrent le mortier de tuileau sur lequel il repose comme un premier sol.

image

Fig. 39. Pavement de Santa Maria Foris Portas à Castelseprio (Lombardie) (cliché Ch. Sapin).

97Dans les années 1980-83, des fouilles ont été menées par G.P. Brogiolo et M.H.O. Carver à l’ouest de l’église, et des analyses de laboratoires en dendrochronologie ou luminescence ont été effectuées sur l’édifice : la luminescence a porté sur un radier de tessons daté de 787 ± 70 et situé sous le mortier à tuileau qui supporte le pavement en opus sectile, ainsi que sur des tuiles (828 ± 90) ; le radiocarbone a daté des entraits antérieurs aux fresques de l’abside orientale de 865 ± 87 (Limonta et alii, 2003, p. 36 ; Brogiolo, Gelichi, 1996, p. 149-158). Ces résultats contredisent les comparaisons avec les pavements proches comme celui du baptistère de Saint-Jean l’Évangéliste du même site ou ceux d’églises milanaises (San Nazaro) ou romaines de datation haute (De Spiribo, 1998, p. 25-26). En définitif, même si les spécialistes continuent à soutenir deux hypothèses très différentes, on peut, en s’appuyant sur les analyses de laboratoire, prendre parti pour une datation basse. Mais celle-ci peut osciller entre la fin du VIIIe siècle-début du IXe siècle et une période encore plus récente pour se rapprocher de celle d’édifices du XIe siècle comme à Aquilée (Barral i Altet, 1977, p. 105-116). Cette datation tardive est confirmée par des comparaisons avec les pavements du massif occidental de la cathédrale de Paderborn (1009-1015) ou de la crypte de la cathédrale de Magdebourg (1004-1012) (Stiegemann, Kraker, 2010, Catalogue, p. 373-375). C’est donc à l’époque carolingienne au sens large mais plutôt au Xe siècle qu’aurait été installé le pavement de Saint-Irénée.

98Deuxième argument pour une datation basse, la crypte-halle de Saint-Irénée se rapproche de celles de la fin de l’époque carolingienne ou de l’époque ottonienne. Il semble qu’au milieu du IXe siècle, les cryptes-halles n’en soient qu’à leurs balbutiements avec comme premiers exemples encore atypiques les cryptes de Saint-Germain d’Auxerre, de Saint-Gall, de Werden ou de Meschede, pour s’épanouir au milieu du Xe siècle à Gernrode ou Memleben, où les trois nefs sont bien individualisées, et à la fin du siècle à Paderborn, à Quedlimburg et à la cathédrale d’Hildesheim (Lobbedey, 1998, p. 78-101).

99Cette datation basse est enfin confirmée par les analyses en luminescence, qui ont situé l’arase supérieure de briques de la descente d’escalier de Saint-Irénée vers 977 ± 70 ; mais avec une réponse sur une seule brique, on se retrouve dans la même situation que pour l’ouverture sud de l’état 3.

100Une reconstruction par l’évêque Rémy a dû intervenir au milieu du IXe siècle, mais sans que l’on en connaisse l’ampleur, puis la collégiale connut sans doute de nombreuses difficultés et un manque total d’entretien. Une deuxième phase de travaux pourrait avoir eu lieu dans la deuxième moitié du Xe siècle, époque où les textes nous indiquent que l’église est choisie de préférence à d’autres pour accueillir la sépulture de personnages importants et des donations à la fin de ce même siècle. La crypte qui, dans son état actuel, a été refaite à l’identique de l’ancienne (les documents iconographiques du début du XIXe siècle ne permettent pas d’en douter), fut donc entièrement reconstruite à cette époque. L’église haute, réduite au chœur de l’ancienne basilique, était peut-être prolongée à l’ouest par des portiques.

- État 5 (fig. 40)

101Un notable changement concerne la partie occidentale de l’église : elle fut alors prolongée à l’ouest par deux avant-corps qui surmontaient une galerie à arcade constituée d’une double série de trois niches, sans doute voûtées d’arêtes et séparées par des murets ; galerie qui perdure du XIe au début du XIXe siècle (d’après l’aquarelle de Hubert de Saint-Didier peinte en 1824) (Wyss, 2005, fig. 171) (fig. 7). Les couloirs d’accès à la crypte furent alors agrandis pour déboucher au niveau de la galerie occidentale. Actuellement ne subsistent de cet ensemble que les parties basses du mur et le départ de deux arcs, aux angles de l’élargissement des couloirs qui conservent la trace du piedroit de l’arc nord de la galerie de façade (fig. 37) ; cette galerie, visible sur les gravures anciennes, fut détruite en 1824 dans ses parties hautes jusqu’au niveau du sol du XIXe siècle, si bien qu’elle ne figure pas sur l’aquarelle où seuls apparaissant les arcs d’entrée des descentes dans la crypte, au nord et au sud.

image

Fig. 40. État 5 (conception : J.-F. Reynaud, d’après plan : Selarl ADMW, Ville de Lyon ; DAO : O. Puel, UMR 5138).

102L’église haute conserverait son état ancien : trois nefs charpentées de quatre travées. Des chapelles annexes seraient possibles, au nord la chapelle mortuaire des comtes du Forez déjà citée et au sud la chapelle mortuaire des chanoines-comtes de Lyon datée du XIe siècle par Meynis (Meynis, 1880, p. 52). La façade occidentale, telle qu’on la voit avec sa galerie et ses avant-corps sur le dessin à l’encre et sur les gravures d’avant 1824, remonterait donc au début de l’époque romane, et serait antérieure à l’installation de la tombe de Jubin en 1083. Les portiques, visibles sur les documents anciens, auraient été raccourcis par l’installation des avant-corps.

- État 6 (fig. 41)

103Au XIIe siècle, deux absidioles romanes furent ajoutées à l’est.

image

Fig. 41. État 6 (conception : J.-F. Reynaud, d’après plan : Selarl ADMW, Ville de Lyon ; DAO : O. Puel, UMR 5138).

104L’absidiole nord a été conservée (fig. 42). L’absidiole sud, actuellement réduite à quelques traces dans la fosse sud-est, ne présentait peut-être qu’un seul niveau qui donnait sur l’église supérieure ; ces vestiges prouvent l’existence d’un niveau bas de l’absidiole qui devait ouvrir, comme au nord, sur une chapelle latérale. L’église supérieure était couverte d’un tapis de mosaïque (fig. 6). Au cours du XIIIe siècle, la porte occidentale fut reconstruite. Les progrès de la technique rendaient possible un voûtement de la nef centrale malgré sa grande largeur (près de 10 m) et des bas-côtés.

image

Fig. 42. Absidiole nord (Meynis, 1880, p. 103).

- État 7

105a) La reconstruction du XVIIe siècle comporta sans doute une réfection de la porte de la crypte, la mise en place des voûtes des descentes d’escalier qui viennent fermer la partie supérieure des ouvertures nord et sud et se plaquent maladroitement contre l’arc d’entrée des couloirs. Le linteau qui s’encastre à l’est et en oblique sous l’arc d’entrée des couloirs d’accès à la crypte a été rendu compatible avec la voûte moderne d’axe nord-sud par une taille en biseau ; plus à l’ouest et décalées vers l’intérieur par rapport à la base du mur se retrouvent les mêmes assises régulières que sur le mur nord (fig. 36). Vers 1780, les fenêtres latérales de la crypte furent ouvertes ou transformées grâce à des ébrasements obliques qui permettaient un maigre éclairage. Avant 1824, l’abside de l’église haute fut agrandie vers l’est mais il n’en reste rien. À cette époque disparaît également l’absidiole sud.

106b) En 1824 se place la destruction en deux temps de la façade occidentale, y compris, comme nous l’avons vu, la voûte des couloirs d’accès à la crypte, et la reconstruction de l’église haute dont la façade est avancée de douze pieds, comme l’ont confirmé les décapages récents, celle des trois nefs de la crypte et de la voûte des couloirs d’accès (peut-être en deux temps comme le suggère le coup de sabre dans la voûte des couloirs de la crypte en avant de l’élargissement de ces derniers). Quelques reprises dans les murs et les voûtes des descentes d’escalier, la pose des inscriptions le long des murs appartiennent à ces aménagements tardifs.

107Les recherches archéologiques de ces quarante dernières années ont enrichi le patrimoine lyonnais en édifices religieux d’époque burgonde. Après plus de vingt ans de recherches sans résultats définitifs, la situation a évolué grâce à l’apport de l’archéométrie, à des décapages récents et à une nouvelle interprétation des textes anciens. Certes, on ignore tout de l’éventuel mausolée primitif de saint Irénée ou des martyrs Alexandre et Epipode, mais il pouvait se situer dans le même axe que les mausolées retrouvés au nord de l’église. Un résultat semble maintenant acquis : la première basilique était un monument remarquable, doté d’un grand transept et d’une vaste crypte comme les décrit l’évêque de Vienne et daté de la deuxième moitié du Ve-début du VIe siècle, de l’époque de l’évêque de Lyon Patiens, peut-être initiateur de la construction, et d’Avit qui prononça le sermon de dédicace ; c’est aussi le monument qu’a connu Grégoire de Tours. La qualité architecturale de ces constructions illustre clairement ce que l’on peut appeler la renaissance de la deuxième moitié du Ve et du début du VIe siècle, caractérisée à Lyon par de grandes basiliques à transept et parfois à cryptes. La ressemblance frappante entre les églises de Saint-Laurent de Choulans et de Saint-Irénée suggère même la présence d’un grand architecte qui aurait eu la charge des deux édifices. Dans un troisième temps (première moitié du VIIe siècle), l’abside adopta un plan rectangulaire à l’intérieur, polygonal à l’extérieur, à l’extrémité orientale d’une crypte dont les descentes d’escalier étaient déjà presque dans leur disposition actuelle. Dans un quatrième (deuxième moitié du Xe siècle), l’église fut raccourcie et réduite au chœur de l’édifice ancien ; la crypte d’axe nettement oblique fut pourvue de trois nefs voûtées ; le mur ouest des descentes d’escalier reçut le mur de façade de l’église. Enfin au XIe siècle, des avant-corps agrandirent l’église vers l’ouest et une galerie qui reçut la tombe de saint Jubin fut installée en façade occidentale. Du XIIe siècle sont datés les absidioles et le tapis de mosaïque de l’église supérieure qui illustre les signes du zodiaque et les Arts libéraux. Au XVIIe siècle l’église et la crypte furent restaurées avant d’être reconstruites aux XVIIIe et XIXe siècle (partiellement pour la crypte).

108Certaines hypothèses reposent sur de solides arguments alors que d’autres demanderaient des analyses du bâti plus systématiques et des vérifications dans le sous-sol, mais l’on sait maintenant où faire porter nos efforts. Notre souhait le plus cher est que ces quelques remarques servent de catalyseur pour susciter une étude exhaustive.

Résultats provisoires des sondages de vérification de Juin 2012

109(J.-F. Reynaud, Camille Collomb)

110Cet article donne l’état de la question en 2011. Les sondages réalisés en juin 2012 avaient pour but de préciser l’emplacement de la façade occidentale de l’église primitive et du bras nord du transept. En façade, tous les vestiges (sarcophages et structures) ont disparu, sans doute en 1824. Deux fosses de récupération des matériaux (murs fantômes) ainsi que des structures anciennes repérées dans la cave de la maison voisine au sud suggèrent une façade située soit plus à l’ouest, soit plus à l’est que prévu (nefs de 29/30 m à 35 m de longueur). Au nord de l’église, un mur orienté nord-sud constituerait une partie du mur est du bras nord du transept, qui serait donc plus étroit et plus long que prévu, donc plus proche de Saint-Just que de Saint-Laurent de Choulans. Cet apport d’une fouille trop réduite en dimensions fera l’objet d’une prochaine publication.

Bibliographie

Abréviations
AA SS : Acta Sanctorum

ADR : Archives dép. du Rhône

Arch. Hist. et Stat. du département du Rhône. Archives Historiques et Statistiques du département du Rhône

AML : Archives municipales de Lyon

BHL : Bibliotheca hagiographica latina antiquae et mediae aetatis, Subsidia hagiographica, 6, Bruxelles, 1898-1901, réimpression, 1949, 2 vol.

BML : Bibliothèque municipale de Lyon

GM : Liber in gloria martyrum

HF : Historia Francorum

MGH, AA : Monumenta Germaniae historica Auctores Antiquissimi

MGH, SRM : Monumenta Germaniae historica Scriptores rerum merovingicarum

PL : Patrologiae cursus completus, series latina

SAAL : Société académique d’architecture de Lyon

VP : Liber vitae patrum

Sources
Avit de Vienne, Homiliae, MGH, AA, VI, 2, 1883, p. 103-157.

Cartulaire lyonnais, éd. M.-C. Guigue, Lyon, 1885

Eusebius Gallicanus, Collectio homiliarum, éd. F. Glorie, Turnhout, Brepols, 1971, p. 635-644.

Florus, Carmina varia, éd. E.Dümmler, MGH, Poetae latini aevi Karolini, II, 1884, p. 507-566, réed. 1973.

Grégoire de Tours, Historia Francorum, éd. B. Krusch, W. Levison, MGH, SRM,I, 1, Hanovre, 1951 (2e éd.).

Grégoire de Tours, Vitae Patrum, éd. B. Krusch, MGH, SRM, I, 2, Hanovre, 1885.

Grégoire de Tours, Liber in Gloria martyrium, MGH, SRM, I, 2Hanovre, 1885, p. 72.

Martyrologe hiéronymien, AA SS, Novembris, éd. H. Delahaye et H. Quentin, Société des Bollandistes, Bruxelles, 1931, t. II, 2.

Libri Confraternitatum sancti Galli Augiensis Fabariensis, éd. P. Piper, MGH, Libri confraternitatum, p. 257-259

Monumenta Germaniae historica, Auctores antiquissimi, Berlin, 1877-1919, 15 vol.

Monumenta Germaniae historica, Scriptores rerum merowingicarum, éd. B. Krusch et W. Levison, Hahn, Hanovre, 1884-1920, 7 vol.

Passio SS. Epipodii et Alexandri, AA SS, Aprilis, éd. Société des Bollandistes, M. Cnobarum, Anvers, 1675, t. III p. 8-10.

Passio S. Herenei episcopi (BHL 4458),éd. J. Van der Straeten, Les actes des martyrs d’Aurélien en Bourgogne, Analecta Bollandiana, 79, 1961, p. 451-459.

Passio SS. Ferreoli et Ferrucionis (BHL 2903b, 2903, 2904), éd. B. de Vregille, Autour de Lactance. Hommage à Pierre Monnat, PULC, 2003, p. 181-196.

Vita S. Nicetii (BHL 6088), éd. B. Krusch, MGH, SRM, III, p. 521-524

Sidoine Apollinaire, Œuvres, t. III : Lettres (livres VI-IX), Texte établi et traduit par A. Loyen, Paris, Les Belles-Lettres, 1970, 263 p. (Coll. des Univ. de France).

Documents d’archives
Archives dép. du Rhône 12G 527, Atlas Contamine

AML. Inventaire. Fonds Audin. Cote 063II 001. Dossier Fouilles 1950-52. Enveloppe Saint-Irénée Rue des Macchabées

AML Plan Scénographique (milieu XVIe siècle), fac-similé, gravé entre 1872 et 1876 par J. Séon et F. Dubouchet

BML, ms. 156 du fonds général, f°3 : De Tristibus Galliae carmen

Musée Historique de Gadagne, Hubert de Saint-Didier, dessin à l’encre : Saint-Irénée, avant 1824 et aquarelle : vue de l’église fin 1824

Bibliographie
Artaud A.-F., 1846, Lyon souterrain, ou observations archéologiques et géologiques faîtes dans cette ville depuis 1794 jusqu’en 1836, Lyon, Imp. de Nigon, 253 p.

Audin A., 1960, « Fouilles à Saint-Irénée. 1950-1952 », Album du Crocodile, Lyon, p. 3-34.

Audin A., Perrat Ch., 1959, « Fouilles exécutées dans la crypte de Saint-Irénée de Lyon en 1956 et 1957 », Bull. des musées et monuments lyonnais, t. CXVII, p. 109-118.

Barral i Altet X., 1977, « La mosaïque de pavement médiévale dans l’abside de la basilique patriarcale d’Aquilée », Cahiers Archéologiques, 16, p. 105-116.

Beaujard B., 2000, Le culte des saints en Gaule : les premiers temps, d’Hilaire de Poitiers à la fin du VIe siècle, Paris, éd. Cerf, 613 p., 15 fig., 7 cartes (Histoire religieuse de la France, 15).

Beaujard B., 2008, « Grégoire de Tours et Lyon », in : Reynaud J.-F., Richard F. dir., avec la coll. des Amis de Saint-Martin d’Ainay, L’abbaye de Saint-Martin d’Ainay : neuvième centenaire, Actes du colloque de janvier 2007, Lyon, Presses Univ. de Lyon, p. 53-60.

Becker Ch., Blaizot F., Bonnet C. et alii, 2000, Place Saint-Irénée : Lyon 69005, Lyon, DFS de sondage et d’évaluation.

Bonnet Ch., 1986, Genève aux premiers temps chrétiens, Genève, Fondation des clefs de Saint-Pierre, 87 p., 83 fig.

Bonnet Ch., 1989, « Les salles de réception du groupe épiscopal de Genève », Rivista di Archeologia Cristiana, t. 65, p. 71-86.

Bonnet Ch., 1993, Les fouilles de l’ancien groupe épiscopal de Genève (1976-1993), Genève, Fondation des clefs de Saint-Pierre, 90 p. (Cahiers d’archéologie genevoise, I).

Bonnet Ch., Privati B., 1990, « Les origines de Saint-Gervais à Genève », Comptes-rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 747-764.

Bonnet Ch., Reynaud J-F., 2000, « Genève et Lyon, capitales burgondes », in : Ripoll G., Gurt J.-M., Sedes regiae (ann. 400-800), Barcelona, Reial Acadèmia de bones lletres, p. 241-266 (Series maior, 6).

Bonnet Ch., Santschi C., 1986, « Genève », in : Biarne J., Colardelle R., Février P.-A., Bonnet Ch., Descombes F., Gauthier N., Guyon J., Santschi C., Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle. III : Provinces ecclésiastiques de Vienne et Arles (Viennensis et Alpes Graiae et Poeninae), Paris, de Boccard, p. 37-48 (Topographie chrétienne, III).

Bouvier A., Reynaud J.-F., Guibert P., Blain S., à paraître, « Interdisciplinary study of the early chronology of St Irénée’s church (Lyon, France) : a combination of luminescence dating and building archaeology », Archéoscience.

Brogiolo G.-P., Gelichi S., 1996, Nuove ricerche sulli castelli alto medievali in Italia settentrionale, Firenze, All’Insegna del giglio, 241 p.

Carcel A., Parron I., Reynaud J.-F., 1992, Le prieuré de Saint-Romain-le-Puy, Saint-Étienne, Publ. de l’univ. de Saint-Étienne, 87 p., 46 fig.

Clapasson A.,1741, Description de la ville de Lyon, édition annotée et illustrée par G. Chomer et M.-F. Pérez,Seyssel, Champ Vallon, 1982, 216 p.

Colardelle R., 2008, La ville et la mort : Saint-Laurent de Grenoble, 2000 ans de tradition funéraire, Turnhout, Brepols, 413 p., 1 CD (Bibliothèque de l’Antiquité tardive, 11).

Coville A., 1928, Recherches sur l’histoire de Lyon, du Ve au IXe siècle (450-820), Paris, A. Picard, 558 p.

Descombes F., 1986, « Vienne », in : Biarne J., Colardelle R., Février P.-A., Bonnet Ch., Descombes F., Gauthier N., Guyon J., Santschi C., Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle. III : Provinces ecclésiastiques de Vienne et Arles (Viennensis et Alpes Graiae et Poeninae), Paris, de Boccard, p. 19-35 (Topographie chrétienne, III).

De Spiribo G., 1998, « À propos des peintures murales de l’église de Santa Maria foris portas de Castelseprio », Cahiers Archéologiques, t. 46, p. 25-26.

Dubois J., Renaud G. dir., 1976, Édition pratique des martyrologes de Bède, de l’anonyme lyonnais et de Florus, Paris, éd. du CNRS, 307 p.

Février P.-A, 1986, « Baptistères, martyrs et reliques », RAC,XII, 1-2, p. 109-138.

Février P.-A., Picard J.-C., Pietri Ch., Reynaud J.-F, 1986, « Lyon », in : Beaujard B., Février P.-A., Picard J.-Ch., Piétri Ch., Reynaud J.-F., Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle. IV : Province ecclésiastique de Lyon (Lugdunensis prima), Paris, de Boccard, p. 15-36 (Topographie chrétienne, IV).

Gaillard de Sémainville H., dir., 1995, Les Burgondes : apports de l’archéologie, Actes du colloque international de Dijon, 5-6 nov. 1992, Dijon, Ass. pour la connaissance du patrimoine de Bourgogne, 248 p.

Godoy Fernandez C., 1995, Arqueologia y Liturgia. Iglesias Hispanicas (siglos IV al VIII), Barcelona, Univ. de Barcelona, 372 p. (Publ. de la Universitat de Barcelona, 12).

Gómez-Paccard M., Chauvin A., Lanos Ph., Dufresne Ph., Kovacheva M., Hill M.J., Beamud E., Blain S., Bouvier A., Guibert P. and Archaeological Working Team, 2012, « Improving our knowledge of the rapid geomagnetic field intensity variation observed in Europe between 300 and 1300 AD. », in :Earth and Planetary Science Letters (EPSL), accepté.

Guibert P., Baylé M., Blain S., Bouvier A., Büttner St., Chauvin A., Dufresne Ph., Gueli A., Lanos Ph., Martini M., Prigent D., Sapin Chr., Sibilia E., Stella G., Troja O., sous presse, « The use of dating methods for the study of building materials and constructions : state of the art and current challenges », in : Proceedings of the 4th International Congress on Construction History, Paris 3-7 July 2012.

Guigue G. (textes recueillis et publiés par), Cartulaire lyonnais : documents inédits pour servir à l’histoire des anciennes provinces du Lyonnais, Forez, Beaujolais, Dombes, Bresse et Bugey comprises jadis dans le Pagus major lugdunensis. t. I, Documents antérieurs à l'année 1255, Lyon, 1885-1893.

Guyon J., 2003-2004, « Aux origines du culte des saints (IIIe-VIe siècle) : dévotion populaire ou volonté pastorale ? », La Maison-Dieu, 236, p. 113-152.

Jannet-Vallat M., Lauxerois R., Reynaud J.-F., 1986, Vienne (Isère) aux premiers temps chrétiens, Paris, Min. de la Culture/Lyon, Patrimoine rhônalpin, 75 p. (Guides archéologiques de la France, 11).

Jeannin Y., Reynaud J.-F., Vrégille B. de, 2007, « Besançon » in : Bonnet C., Lieb H., Santschi C., Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle. XV : Province ecclésiastique de Besançon : Maxima Sequanorum, Paris, de Boccard, p. 21-34 (Topographie chrétienne, XV).

Kleinclausz A., 1939, Histoire de Lyon. T. 1er : Des origines à 1595, Lyon, Lib. P. Masson, 559 p.

Le Mer A.-C., Chomer C., 2007, Lyon, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 883 p., (Carte archéologique de la Gaule, 69-2).

Limonta D., Bertoni A., De Marchi P.-M., 2003, Castelseprio e la Giudicaria : cinquant'anni di studi : resoconti e nuove proposte, Varese,Liceo Artistico Frattini, 117 p.

Lobbedey U., 1998, « Ottonische Krypten : Bemerkungen zum Forschungsstand am Hand ausgewählter Beispiele » in : Althoff G., Schubert E., Herrschaftsrepräsentation im Ottonischen Sachsen, Sigmaringen, p. 78-101.

Marin E., 1986, « La topographie chrétienne de Salone », in : Duval N. dir., Actes du XIe congrès international d’Archéologie Chrétienne, Lyon, Vienne, Grenoble, Genève, Aoste, 21-28 sept. 1986, t. 2, Rome, Cité du Vatican, 2027 p. (Coll. de l’École française de Rome, 123).

Meynis D., 1880, La Montagne sainte, Mémorial de la Confrérie des Saints Martyrs de Lyon, Lyon, Impr. catholique, 231 p.

Nussbaum O., 1965, Der Standort des Liturgen am christlichen Altar vor dem Jahre 1000 : eine archäologische und liturgiegeschichtliche Untersuchung, Bonn, P. Hanstein Verlag, 2 vol. : 1. Text, 478 p. ; 2. Abbildungen und Tafeln, 220 p., 38 pl.

Paradin de Cuyseaulx G., 1573, Mémoire de l’histoire de Lyon avec une table des choses mémorables contenues en ce présent livre, Lyon (rééd. Horvath 1973), 116 p.

Perrat Ch., Audin A., 1956, « Saint Irénée : l’histoire et la légende », Cahiers d’Histoire, p. 227-251.

Perrat Ch., Audin A., 1957, « Alcimi Ecdidii Aviti Viennensis Episcopi homilia dicta in dedicatione superioris basilicae », in : Studi in onore di Aristidi Calderini e Roberto Paribeni. t. II, Milan, p. 433-451.

Périn P., 1991 « Les sarcophages mérovingiens », in : Naissance des arts chrétiens : atlas des monuments paléochrétiens de la France, Paris, Impr. Nationale/Min. de la Culture et de la Communication, p. 288-305 (Coll. Atlas archéologique de la France).

Reynaud J.-F., 1978, « Saint-Ferréol, une des plus anciennes églises viennoises », Archéologia, 122, sept. 1978, Dijon, éd. Faton, p. 44-51.

Reynaud J.-F., 1994, « L’ancienne église Sainte-Croix du groupe cathédral de Lyon », in : Guichard P. et alii dir., Papauté, monachisme et théories politiques : études d'histoire médiévale offertes à Marcel Pacaut,t. II, Lyon, Presses Univ. de Lyon, p. 777-788 (Coll. d’histoire et d’archéologie médiévales, 1).

Reynaud J.-F., 1995, « Lyon, groupe cathédral », in : Duval N. dir., Les premiers monuments chrétiens de la France. t. I. Sud-Est et Corse, Paris, Picard, p. 283-290 (Coll. Atlas archéologique de la France).

Reynaud J.-F., 1998, Lugdunum christianum, Lyon du IVe au VIIIe s. : topographie, nécropoles et édifices religieux, Paris, éd. de la M.S.H., 288 p. (Documents d’archéologie française, 69).

Reynaud J.-F., 2011, « Lyon, Saint-Irénée : une basilique funéraire des Ve-VIIe siècles », BM, t. 169-2, p. 153-155.

Reynaud J.-F., à paraître, « Saint-Pierre de Vaise et la basilique des Martyrs », Bull. Monumental.

Reynaud J.-F., Richard F., dir., avec la coll. des Amis de Saint-Martin d’Ainay, 2008, L’abbaye de Saint-Martin d’Ainay Neuvième centenaire, Actes du colloque de janvier 2007, Lyon, Presses Univ. de Lyon.

Rubellin M., 2003, Église et société chrétienne d’Agobard à Valdès, Lyon, Presses Univ. de Lyon, 550 p. (Coll. d’histoire et d’archéologie médiévales, 10).

Sapin Ch., 2000, Archéologie et architecture d’un site monastique. 10 ans de recherches à l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre, 493 p., 1 CD (CTHS, 10).

Sapin C., 2004, « La mosaïque médiévale en Bourgogne », in : collectif, Le décor retrouvé à Saint-Philibert de Tournus, Actes du colloque du Centre International d’Études Romanes, Tournus, 18 et 19 septembre 2003, p. 67-79

Sapin C., Baylé M., Büttner S., Guibert P., Blain S., Lanos P., Chauvin A., Dufresne P., Oberlin C., 2008, « Archéologie du bâti et archéométrie au Mont-Saint-Michel, nouvelles approches de Notre-Dame-sous-Terre », Archéologie Médiévale, 38, p. 71-122.

Spon J., 1673, Recherches sur les antiquités de Lyon et les curiosités de la ville de Lyon, BN, ms.lat. 2194, Lyon, réed. Lyon, Renier L., 1858, 403 p.

Steyert A., 1895-1939, Nouvelle Histoire de Lyon, Paris, éd. Bernoux et Cumin, 4 t.

Stiegemann Ch., Kraker M., 2010, Für Konigtum und Himmreich. 1000 Jahre Bishof Meinwerk non Paderborn, Katalog zur Jübiläaumaustellung im Museum in der Kaizerpfalz Paderborn 2009-2010, Schnell. Steiner, 500 p.

Terrier J., 2004, « Meinier : les fouilles archéologiques de l’église Saints-Pierre-et-Paul », Genava, n.s. LII, p. 219-25.

Van der Straeten J., 1961, « Actes des martyrs d’Aurélien en Bourgogne : texte de Farfa », Analecta Bollandiana, t. 79, p. 447-468.

Van der Straeten J., 1978, « Saint-Irénée fut-il martyr ? », in : Les martyrs de Lyon, Actes du colloque international, Lyon, 20-23 sept. 1977, Paris, éd. du CNRS, p. 145-153.

Vialettes M., 1995, « Le Bâtiment de la ‘Vieille Manécanterie’ de la cathédrale Saint-Jean », Bulletin Monumental, 1, p. 47-63.

Vregille B. de, 1983, « Église de Lyon et Église des Gaules IIe-IIIe siècles : les évêques de Lyon du IVe au VIIIe siècle », in : Gadille J. dir., Le diocèse de Lyon, Paris, Beauchesne, p. 11-50 (Histoire des diocèses de France, 16).

Weber W., 1996, « Trier : Antike Kirchenanlage im Bereich von Dom und Liebfrauen », Antiquité Tardive, p. 82-83.

Wuilleumier P., Leroi-Gourhan A., Audin A., 1949, L’église et la nécropole Saint-Laurent dans le quartier lyonnais de Choulans : étude archéologique et étude anthropologique, Lyon, Audin, 113 p. (Inst. des études rhodaniennes de l’univ. de Lyon, Mémoires et documents, 4).

Wyss S., 2005, Vingt siècles à Saint-Irénée, Lyon, Ass. culturelle des sanctuaires de Saint-Irénée et de Saint-Just, 234 p.

Notes

1  Nous remercions d’abord O. Puel, doctorante qui a suivi le chantier ces dernières années et qui a réalisé l’essentiel des relevés et de la DAO (avec C. Becker et G. Martin dans les années 80), l’Alssam (G. Franck dir.), le Service régional  de l’archéologie et l’Association culturelle des sanctuaires de Saint-Irénée et Saint-Just qui ont financé les analyses archéométriques, le Service archéologique de la ville de Lyon (A. Pariente dir.) qui a financé la mise au net des relevés et des plans, Ch. Bonnet pour ses conseils judicieux.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Reynaud, Pierre Guibert, Armel Bouvier, Philippe Lanos et Philippe Dufresne, « Saint-Irénée (Lyon) : une église funéraire des Ve-VIIe-Xe siècles », Revue archéologique de l’Est, Tome 61 | 2012, [En ligne], mis en ligne le 26 septembre 2013. URL : http://rae.revues.org/7364. consulté le 24 mars 2017.

Auteurs

Jean-François Reynaud

Professeur honoraire des Universités, 14, Chemin de Montessuy, 69009 Lyon.

Articles du même auteur

Pierre Guibert

CNRS IRHC, IRAMAT-CRP2A, Institut de recherche sur les Archéomatériaux, Centre de recherche en physique appliquée à l’archéologie, UMR 5060, CNRS, Université de Bordeaux 3, Maison de l’archéologie, 33607 Pessac Cedex.

Armel Bouvier

UB3 ATER, IRAMAT-CRP2A, Institut de recherche sur les Archéomatériaux, Centre de recherche en physique appliquée à l’archéologie, UMR 5060, CNRS, Université de Bordeaux 3, Maison de l’archéologie, 33607 Pessac Cedex.

Philippe Lanos

CNRS, DR, Géosciences-Rennes, UMR 6118, Université Rennes 1, Campus de Beaulieu, Bât. 15, CS 74205 - 35042 Rennes Cedex ; IRAMAT-CRP2A, Université de Bordeaux 3.

Philippe Dufresne

CNRS, AI, Géosciences-Rennes, UMR 6118, Université Rennes 1, Campus de Beaulieu, Bât. 15, CS 74205 - 35042 Rennes Cedex ; IRAMAT-CRP2A, Université de Bordeaux 3.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés