Navigation – Plan du site
comptes rendus

Pierre Aupert, avec la coll. de Christel Ablonet, Catherine Carponsin, Stéphane Gustave, Philippe Jourde, Dominique Tardy, relevés et dessins Jean-Claude Colin, BARZAN II, Le sanctuaire au temple circulaire (« Moulin du Fâ ») : tradition celtique et influences gréco-romaines

Bordeaux, Ausonius éd./Fédération Aquitania, 2010, 470 p. (Ausonius, Mémoires, 24 - 22ème suppl. à Aquitania). ISSN : 1283-29995. ISBN 978-2-35613-040-2.
Albéric Olivier
p. 389-394

Texte intégral

1Ce beau livre de 470 pages accompagnées d’un dossier contenant 28 planches hors texte, est à porter au crédit de l’auteur, de ses collaborateurs et de ses éditeurs. Le format classique de 22 x 29 cm permet une mise en page agréable.

2Cette publication concerne les vestiges du grand temple de plan rond avec façade saillante rectiligne tournée vers l’Est, connus depuis longtemps sous l’appellation de « Moulin du Fâ » du fait de la présence d’un moulin à vent construit sur les ruines. Ce monument est situé à moins de 2 km de la Gironde, rive droite, sur une légère éminence (15 m), à proximité de Talmont, célèbre par sa belle église romane dominant l’estuaire. Il a été considéré en 1715 par C. Masse comme un phare faisant partie d’une agglomération. Les fouilles ne commencent vraiment qu’au vingtième siècle et prennent consistance avec L. Basalo et son article dans Gallia. Des photographies aériennes de J. Dassié confirment la présence d’une véritable agglomération.

3L’ouvrage se compose de sept chapitres complétés par trois annexes, respectivement « Contenu des unités stratigraphiques » par C. Carponsin-Martin, « Les monnaies » par S. Gustave, « Extension des aires géographique et chronologiques de la pince à crochet » par P. Aupert et D. Tardy.

4L’auteur de ce compte rendu est architecte : il n’est donc pas habilité à porter une appréciation sur tout ce qui touche aux fouilles, étude du matériel et des monnaies, recherches historiques et religieuse ; son propos ne concernera que l’analyse de l’architecture et du dossier graphique.
Le sujet de cet ouvrage est le sanctuaire, temple et péribole. Dans l’introduction, après le rappel historique des connaissances, l’auteur livre une recherche sur le nom de la cité et son origine, et une description de la ville avec son réseau viaire d’après les vues aériennes et quelques fouilles locales (pl. 1).

5Après un « Avertissement » où sont données les informations techniques, le premier chapitre est consacré aux fouilles récentes. Une série de sondages d’ampleur limitée concernant le péribole, à l’ouest, au sud et à l’est du temple, ainsi que d’autres sondages ponctuels dans le temple et à proximité, ont permis à l’auteur de définir trois phases : les états antérieurs (état I), le premier sanctuaire gallo-romain (état II) ; le sanctuaire lui-même (état III). Ensuite l’auteur propose une restitution du temple et tente de dater sa construction, puis il consacre un important chapitre aux sanctuaires celtiques, aux monuments de plan circulaire, à la structure du fanum spécialement à la cella turriforme, le tout accompagné par une documentation graphique utile.

6Le chapitre traitant des états antérieurs décrit un premier sanctuaire de 200 a.C. environ, composé d’un fossé exceptionnellement large et profond installé dans des couches plus anciennes, entourant une cour de plan trapézoïdale où se trouverait un temple (?) non au centre mais dans l’angle S.-O.

7De l’état II, postérieur à notre ère, n’a été mis au jour qu’une clôture maçonnée qui a enveloppé le sanctuaire primitif et en a conservé le plan, clôture formée d’une série de pièces au nord et un portique (?) à l’est. Cet état est daté du Ier siècle par les blocs d’architecture (tambours de colonnes, fragments de chapiteaux corinthiens, etc…) qui ont été trouvés enfouis dans une fosse mais pour lesquels il n’a pas été possible de restituer un monument, temple ou propylées.

8Lors de la reconstruction du sanctuaire du IIe siècle, les constructeurs ont fait table rase de ce qui existait et procédé à l’édification d’un nouveau sanctuaire à la même place. Les vestiges conservés du temple, très clairs sur la magnifique photographie aérienne de J. Dassié (p. 42), se réduisent à une sorte de terrasse plane haute de 3 m, circulaire avec une avancée correspondant à la façade ; presque au centre se dresse le moulin du Fâ privé de sa toiture ; autour de ce dernier le bas du mur de la cella avec ses renforts internes en grand appareil possède une élévation partielle de quelques décimètres.

9Cet ensemble présente une technique de fondation extrêmement intéressante qui a pu être décrite grâce aux informations obtenues par les sondages et l’observation des ruines. Ce temple a été construit au-dessus du temple primitif que les constructeurs semblent ne pas avoir voulu détruire : de ce fait la première opération a consisté à niveler le terrain par un apport de déblais afin d’obtenir une surface horizontale correspondant au niveau du sol de l’espace entourant le temple, c’est-à-dire le bas du podium.

10Les fondations ont deux aspects : des murs construits dans des tranchées creusées dans ce nouveau sol aménagé, auxquelles se superpose un épais massif qui occupe toute la surface du temple. Des tranchées de plan circulaire complétées par d’autres rectilignes ont été creusées pour les fondations proprement dites qui s’enfoncent plus ou moins profondément jusqu’à un sol résistant : là où cette fondation se trouve dans le grand fossé protohistorique, son parement extérieur présente des empattements successifs ou ressauts, appelés par l’auteur « contreforts ». Les fondations circulaires se trouvent sous le mur de la cella et sous la façade extérieure du podium ; celles qui sont rectilignes se voient sous la façade rectiligne et les deux murs latéraux de l’avancée. Grâce à un puits les fouilleurs ont pu observer un parement de deux murs rectilignes qui se croisent à angle droit sous la cella ; de même sous le vestibule, un trou dans la fondation de la façade a permis de mettre au jour deux autres murs parallèles de direction est-ouest, qui n’atteignent pas la façade elle-même et qui se dirigent vers l’entrée de la cella. Par déduction l’auteur propose, à la suite de L. Basalo, de compléter ces fondations en tranchées par une série de murs rayonnants liant les deux fondations de plan circulaire (pl. 18).

11Sur cette solide résille dont le sommet atteint le niveau du nouveau sol, a été construite une énorme plate-forme en maçonnerie de blocage qui couvre toute la surface du temple : elle est limitée par les blocs de grand appareil, aujourd’hui disparus, du podium, et par les blocs de fondation de la façade ; son épaisseur correspond à la hauteur de ce podium, près de 3 m. Cette plate-forme posée sur une série de fondations ressemble assez à un radier construit sur un terrain instable mais renforcé. Ceci explique pourquoi les fouilleurs n’ont pas pu observer plusieurs points importants dont l’épaisseur des fondations circulaires, ainsi que toute la zone sous le péristyle.

12C’est à l’intérieur de ce massif que naissent les chaînages de grand appareil qui renforcent l’extérieur du mur de la cella. En effet, si les blocs d’appareil du podium et des piles de la façade prennent naissance au sommet des fondations en tranchée, les chaînages de la cella naissent une cinquantaine de cm au-dessus. Ce détail est intéressant parce qu’il montre que la plate-forme a été construite par strates successives, correspondant à la hauteur des assises de grand appareil. Une confirmation est apportée par la façade du podium formé de trois assises d’égale profondeur supportant deux assises supplémentaires plus profondes, qui ne peuvent être posées que sur la maçonnerie de la plate-forme pour éviter le porte-à-faux. Un tel volume de maçonnerie ne se fait pas par coulée de béton mais par une construction véritable : il n’est pas douteux que se trouvent dans cette maçonnerie des joints obliques comme celui de la photo donnée p. 73. Cette façon de construire romaine, par grande masse de maçonnerie de blocage, est fréquente : un exemple particulièrement éloquent se voit dans les ruines des grands thermes sud de Bulla Regia en Tunisie, non publié : ce monument entièrement bâti en opus caementicium n’a pas résisté à un tremblement de terre ; en s’effondrant, il s’est disloqué selon les arases et les joints obliques qui sont autant de limites de période de travail.

13La façade du podium circulaire et des avancées vers la façade orientale présente une suite ininterrompue de blocs d’appareil. En revanche la façade rectiligne offre une variante : les fondations se présentent sous la forme d’une succession de six piles de grand appareil posées directement sur la fondation construite en tranchée comme pour le mur du podium et noyées dans le blocage. Ces piles de cinq assises ont toutes été récupérées sauf une, qui a conservé un bloc en place. Cette façade formait la limite orientale de la plate-forme. Si le pourtour de cette plate-forme fait partie de l’élévation du monument, l’intérieur de celle-ci peut être considéré comme la fondation du mur de la cella et des sols.

14La fondation du mur de la cella est complexe. Géométriquement elle est divisée en quinze segments ou pentédécagone régulier (pour cette forme géométrique, le côté est très facilement déterminé à partir du cercle circonscrit). Sur le monument cette figure géométrique est matérialisée par douze chaînes verticales, appelées « pilastres » par l’auteur, en blocs de grand appareil, régulièrement espacées et de dimensions analogues, larges de 1,18 m et s’enfonçant dans la maçonnerie de 1,80 à 2,15 m ; ces assises formées de deux blocs très soigneusement liés par des agrafes en double queue d’aronde font l’objet d’une description précise. Le mur de la cella à l’air libre étant épais de 2,71 m, ces chaînes ne le traversent donc pas. De part et d’autre de la porte ces blocs étaient plus puissants et de plan complexe. Le niveau du quinzième sommet du pentédécagone se trouve au milieu de la porte d’entrée.

Fig. 1. Plan restitué du temple, pl. XXI de la publication.

15Bien sûr, ces murs conservés ne donnent pas le vertige comme à Périgueux ou à Autun, mais ils sont suffisamment complets pour réfléchir à une restitution du temple. L’auteur en a fait une proposition qui correspond à son interprétation des ruines et à sa propre culture (fig. 1) : une cella circulaire entourée d’un péristyle de vingt-trois colonnes, interrompu à l’est par un pronaos comprenant deux rangs de quatre colonnes précédant la façade rectiligne hexastyle ; la cella, couverte d’une coupole dont le sommet culmine à 33 m au-dessus du sol, se prolonge au-dessus des différents toits par une tour ronde ornée de contreforts peu saillants ou de véritable pilastres corinthiens et est éclairée par quatorze oculi de 70 cm de diamètre placés à plus de 20 m d’altitude (fig. 2). Cette restitution est agrémentée d’une recherche métrologique qui paraît d’une grande subtilité et qui, il faut le reconnaître, suscite parfois l’incrédulité.

Fig. 2. Temple circulaire du Moulin du Fâ, restitution de P. Aupert (DAO : E. Follain), planche XXVII de la publication.

16Techniquement la restitution proposée de ce monument est constructible dans l’ensemble, mais si le parti général est clair, néanmoins plusieurs points de cette restitution posent problème.

17• La façade circulaire du podium ainsi que les deux retours vers la façade orientale sont formés par un alignement continu de blocs de grand appareil, alors que la façade d’entrée est composée de six piliers indépendants. Pourquoi ne pas avoir utilisé le même type de fondation pour supporter ces éléments identiques que sont les colonnes ? Ce puissant monument a été construit d’un seul jet et cette différence de fondation est très surprenante. Il faudrait réfléchir à une restitution qui pourrait être un temple rond avec une façade d’entrée comportant quatre colonnes in antis, c’est-à-dire encadrées par deux antes ; il n’y aurait pas de colonnes pour la galerie entourant la cella, mais un mur plein percé de fenêtres pour l’éclairage ; ce mur qui pourrait alors être décoré par les arcatures ornant le mur du podium selon la restitution proposée par l’auteur, serait même assez puissant pour permettre de couvrir cette galerie par une voûte.

18• La présence d’une double rangée de colonnes entre la façade et la cella est à rejeter du fait de l’absence de fondations spécifiques ; le fait que ces colonnes reposeraient sur des dalles, même plus épaisses que celles de la cella, est tellement contraire aux pratiques de construction romaine qu’il est surprenant qu’il en soit fait état. La distance entre les murs latéraux, 15,50 m environ, n’est vraiment pas un obstacle pour une charpente unique lorsque la nef centrale de la basilique Ulpia du forum de Trajan, qui venait d’être achevée au moment de la construction du temple de Barzan, avait une largeur de 25 m, largeur qui a aussi été celle des deux basiliques constantiniennes, postérieures, il est vrai, de Saint-Pierre du Vatican et de Saint-Paul-hors-les-murs.

19• En ce qui concerne les fameux blocs de chaînage encastrés dans le mur de la cella, l’auteur n’y voit que la présence de « pilastres » répondant en quelque sorte aux colonnes du péristyle, un pilastre pour deux colonnes. Ces pilastres seraient prolongés, au-dessus de la toiture du péristyle, par des contreforts lisses et peu saillants jusqu’au toit de la cella (pl. 24 et 25) ou par des pilastres corinthiens (pl. 26 et 27). Mais sentant bien que ces éléments n’ont pas besoin des si puissants chaînages verticaux, l’auteur explique leur présence par la nécessité de conforter la voûte de la cella par des doubleaux de grand appareil liés par des voûtains en opus caementicium construits au-dessus d’une coupole maçonnée de quelque 75 cm d’épaisseur ; ou, devant les difficultés de construire un tel agencement, par des arcs en grand appareil prenant naissance sur les chaînes prolongées, en parties hautes, jusqu’à atteindre le parement intérieur de la cella : dans ce cas il propose, pour diminuer les poussées, des arcs avec des claveaux très originaux, de forme inusitée et de dimensions impressionnantes (le premier claveau au-dessus de ceux posés en tas de charge, pèserait plus de 4 tonnes) ; au sommet, une énorme clé circulaire haute de 1,60 m et d’un diamètre de 3 m (fig. 348 de la publication) pèserait plus de 10 tonnes (fig. 3).

Fig. 3. Barzan - P O3. Vue axonométrique de la restitution des arcs en grand appareil intégrés à la maçonnerie de caementicium. Dessin A. O. fait à partir de la fig. 348, p. 259 de la publication.

20Un monument augustéen, le trophée des Alpes de La Turbie que l’auteur mentionne, possède, masquée il est vrai, une structure interne présentant avec notre temple une analogie certaine. Il s’agit d’un puissant signal au-dessus de Monaco, constitué d’une tholos à colonnade extérieure posée sur un socle de plan carré. La restitution de Formigé est très convaincante, même si elle peut prêter à discussion concernant la hauteur des murs du socle (Supplément n° 2 de Gallia, 1946). La structure interne de la partie circulaire est extrêmement intéressante : en plan elle est formée d’un cercle complet en blocs de grand appareil, munis d’une ceinture de vingt-quatre redans en grand appareil aussi, le tout ressemblant à une roue dentée (fig. 4). Cette tour ronde, posée directement sur le roc, était entièrement englobée dans une masse de blocage où se voient, maintenant que le monument a été en partie détruit lors de conflits armés, des strates correspondant aux assises de libage. Sur ces redans étaient posées vingt-quatre colonnes doriques supportant un entablement à triglyphes et métopes ornées.

Fig. 4. La Turbie, le Trophée des Alpes : dessin analytique montrant la structure interne du monument. Dessin A. O., 1977, fait à partir de la publication Formigé, suppl. N° 2 à Gallia, 1946.

21 Curieusement, il se trouve que les dimensions de cette tholos sont très proches de celles du temple de Barzan : un plan comparatif fera comprendre l’intérêt de ce parallèle (fig. 5). Le diamètre interne de la fondation circulaire du trophée de La Turbie est de 15,50 m, celui de la cella du Moulin du Fâ étant de 15,40 m. Le diamètre externe de la cella du temple et celui des redans en grand appareil du trophée sont identiques : 20,80 m.

Fig. 5. Barzan - P O2. Plans comparatifs à deux niveaux du temple de Barzan à droite, et du trophée des Alpes de La Turbie, à gauche. Au bas, plan au niveau des fondations : en A, plan au niveau des premières assises du podium ; en B, plan au niveau des deux assises supérieures du podium. Au-dessus, plan au niveau de la tholos. Le poché noir représente les blocs de grand appareil et le rendu « caviar » correspond à la maçonnerie de caementicium.

22À Barzan il n’y aurait que quinze colonnes au lieu de vingt-quatre pour le trophée des Alpes : de ce fait l’entraxe des colonnes passerait de 2,50 m pour le trophée à 4 - 4,10 m pour le temple ; il faudrait donc songer, non à un entablement continu, mais à un entablement à décrochements, parti fréquent que l’on voit à la bibliothèque d’Hadrien à Athènes avec des colonnes libres ou encore au monument à arcades d’Escolives-Sainte-Camille près d’Auxerre avec des colonnes engagées (fig. 6). Plus haut il a été dit que le quinzième sommet du pentédécagone correspondant aux chaînages de grand appareil, devait se trouver au milieu de la porte d’entrée de la cella. Dans l’hypothèse d’une colonnade régulière entourant le mur de la cella au-dessus de la toiture du péristyle, la quinzième colonne prendrait appui sur un arc liant les deux puissants chaînages encadrant la porte, distants seulement de 5 m.

Fig. 6. Barzan - P O1. Proposition de restitution du temple avec des colonnes libres pour la partie au-dessus de la toiture du péristyle et un mur plein pour celui-ci. Dessin fait à partir de la planche 27 de la publication.

23Cette restitution ne fragiliserait en rien la coupole : les différentes formes et techniques (voûte à côtes, voûte à caissons comme au Panthéon, utilisation du blocage assisé qui crée un monolithe artificiel n’exerçant pratiquement aucune poussée, utilisation de pierre ponce plus légère, ou encore une fausse voûte en charpente et parement de mortier…) sont autant de solutions pour couvrir cette cella de 15,40 m de diamètre.
Cette restitution qui reste, bien sûr, une hypothèse, n’est pas très éloignée pour les parties hautes de celle exposée aux planches 26 et 27.

24En tant qu’architecte, il me paraît utile de faire quelques remarques sur le dossier graphique.
L’auteur et les éditeurs ont souhaité que les dessins soient publiés à des échelles convenables, les plus utilisées étant 1/10 pour les blocs, 1/50, 1/100 et 1/200 pour les coupes et les plans. Bravo. La lecture s’en trouve grandement facilitée.

25Ce dossier graphique dans le texte et sous forme de planches pourra, dans une nouvelle édition, être amélioré sur quelques points. Le plus difficile à admettre ici est que les dessins ne soient pas cotés, à quelques exceptions près (figures 88, 91, 151 excellente, 166, 171, 172, 202) : de ce fait des erreurs apparaissent ici ou là. De plus il n’est pas toujours facile de placer les cotes données dans le texte sur les dessins correspondants. Enfin l’expression graphique laisse à désirer, en particulier dans les dessins des blocs, pour lesquels il est très difficile de différencier les parties cassées des parties conservées, alors qu’il s’en faudrait de peu pour rendre ces dessins très utiles : des traits différents, soutenus pour les contours conservés et minces pour les parties cassées, des grisés ou des hachures pour les parties cassées, des pointillés pour compléter des parties manquantes, des grisés plus soutenus pour les mortaises et trous de louves, des schémas axonométriques faciles à exécuter pour les blocs complexes, des légendes intégrées ou non au dessin pour préciser une donnée, etc. Les figures des pages 211, 229, 256 auraient dû être bien plus soignées parce qu’elles concernent la restitution. Que dire du bloc décrit page 262, sans dessin et avec une photo illisible, qui est interprété comme un fragment d’oculus et qui compte tellement dans la restitution ?

26Enfin de nombreuses petites imperfections trahissent une certaine désinvolture vis à vis des dessins, reflet de la suprématie de la plume sur le crayon, comme disaient les architectes autrefois : par exemple dans la planche 24, au-dessus de la toiture du péribole, les pilastres du rez-de-chaussée ne sont pas prolongés correctement : de ce fait six pilastres sont dessinés alors que huit sont visibles. Dans le même dessin la corniche du péristyle, à droite et à gauche du fronton de la façade, est dessinée comme si elle était rectiligne avec même l’indication du bloc d’angle et des modillons parfaitement équidistants, alors que cette partie est courbe. Enfin la colonnade du péristyle se termine sur le plan (pl. 21) par un pilastre adossé au mur du pronaos et sur l’élévation (pl. 24) par une colonne engagée.

27Sur la coupe longitudinale, pl. 11, les zones grisées sont décalées vers la gauche de 1,6 cm, ce qui n’est pas visible au premier abord mais trouble le lecteur. La perspective de la pl. 27 est parfaite mais en regardant bien, il apparaît que les tuiles ont, le long de la pente, une longueur uniforme de 44 cm environ pour des largeurs au bas de quelque 95 cm à 1 m et en haut de quelques centimètres : il faut faire attention aux pièges de l’informatique dont les performances donnent des dessins chatoyants mais quelques fois inexacts…
Enfin, il ne faut pas passer sous silence l’originalité de présenter les chapiteaux corinthiens sur l’angle page 238 ou encore, page 128, aussi sur l’angle mais avec un fleuron unique ornant l’extrémité de l’abaque…

28Ces petites critiques naissent d’une certaine distorsion existant entre la précision extrême des cotes souvent données au millimètre près et même au dixième de millimètre (p. 110, le diamètre supérieur du bloc 11032.7), alors qu’à Barzan ce n’est pas une architecture de marbre exécutée par de très habiles tailleurs de pierre, mais une construction en maçonnerie assez abîmée dont la plupart des éléments de parement ont disparu.
Au sujet de la métrologie il eût été utile de compléter le tableau de la page 263 par des dessins schématiques pour voir directement et exactement quelles sont les mesures concernées.

29Encore un mot sur les planches. Que ce dossier fait souffrir le lecteur ! Les planches sont nécessaires lorsque les réductions rendent le dessin illisible mais il faut les limiter au maximum sauf, bien entendu, lorsque la publication est formée de deux volumes, texte et planches. Le dossier accompagnant cette publication est composé de 28 planches présentées sur 13 feuilles volantes : de ce fait ces planches sont imprimées recto-verso, sauf la pl. 3. De plus, plusieurs planches sont groupées sur une même page, ce qui complique singulièrement la numérotation et sa mise en page : il est vraiment pénible de trouver facilement la planche citée dans le texte. C’est infiniment dommage car il s’agit d’un gros et sérieux travail qui se trouve vraiment handicapé par cette négligence éditoriale. De plus, en respectant parfaitement les dessins et les échelles des planches elles-mêmes, dix-sept d’entre elles auraient pu, donc dû, être imprimées dans le texte (les planches 1, 2, 4, 5, 6, 8, 9, 14, 15, 16, 17, 18, 21, 25, 26, 27 et 28).

30Cependant il faut saluer le courage des auteurs qui ont repris un vieux dossier et réussi à donner vie à ce temple important dans le patrimoine gallo-romain et dont l’étude donne maintenant des éléments sérieux pour formuler des hypothèses et faire des comparaisons.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan restitué du temple, pl. XXI de la publication.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 2. Temple circulaire du Moulin du Fâ, restitution de P. Aupert (DAO : E. Follain), planche XXVII de la publication.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 3. Barzan - P O3. Vue axonométrique de la restitution des arcs en grand appareil intégrés à la maçonnerie de caementicium. Dessin A. O. fait à partir de la fig. 348, p. 259 de la publication.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7402/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 4. La Turbie, le Trophée des Alpes : dessin analytique montrant la structure interne du monument. Dessin A. O., 1977, fait à partir de la publication Formigé, suppl. N° 2 à Gallia, 1946.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7402/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 5. Barzan - P O2. Plans comparatifs à deux niveaux du temple de Barzan à droite, et du trophée des Alpes de La Turbie, à gauche. Au bas, plan au niveau des fondations : en A, plan au niveau des premières assises du podium ; en B, plan au niveau des deux assises supérieures du podium. Au-dessus, plan au niveau de la tholos. Le poché noir représente les blocs de grand appareil et le rendu « caviar » correspond à la maçonnerie de caementicium.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7402/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 6. Barzan - P O1. Proposition de restitution du temple avec des colonnes libres pour la partie au-dessus de la toiture du péristyle et un mur plein pour celui-ci. Dessin fait à partir de la planche 27 de la publication.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7402/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Albéric Olivier, « Pierre Aupert, avec la coll. de Christel Ablonet, Catherine Carponsin, Stéphane Gustave, Philippe Jourde, Dominique Tardy, relevés et dessins Jean-Claude Colin, BARZAN II, Le sanctuaire au temple circulaire (« Moulin du Fâ ») : tradition celtique et influences gréco-romaines », Revue archéologique de l’Est, Tome 61 | 2012, 389-394.

Référence électronique

Albéric Olivier, « Pierre Aupert, avec la coll. de Christel Ablonet, Catherine Carponsin, Stéphane Gustave, Philippe Jourde, Dominique Tardy, relevés et dessins Jean-Claude Colin, BARZAN II, Le sanctuaire au temple circulaire (« Moulin du Fâ ») : tradition celtique et influences gréco-romaines », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 61 | 2012, mis en ligne le 27 septembre 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rae.revues.org/7402

Haut de page

Auteur

Albéric Olivier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page