Navigation – Plan du site
comptes rendus

Patrick Porte, avec des contributions de Philippe Allart, Lionel Bionda, Marc Bompaire, Luc Buchet, Philippe Columeau, Bernadette Prévost, Larina de l’Antiquité au Moyen Âge

Biarritz, Éd. Atlantica-Séguier, 2011, 2 vol., 509 et 303 p., 910 fig. couleur et N & B ; préface de Christian Goudineau (T. XXV bis des Mémoires publiés par l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne) ; ISBN : 978-2-8404-9652-6 ; 45 et 40 € (75 € les deux vol.).
Henri Gaillard de Sémainville
p. 401-43

Texte intégral

1Cette parution constitue un véritable évènement : quinze ans de fouilles (1977-1992), près de 10 ha fouillés, une « tâche de publication immense », selon les mots de l’auteur, jalonnée par la soutenance d’une thèse en 2001, c’est l’aboutissement d’une « longue aventure » pendant laquelle les difficultés n’ont pas manqué. Patrick Porte a su la mener à son terme au prix d’un très gros travail et parallèlement à une carrière professionnelle qui l’a conduit du Ministère de la Culture (conservateur du patrimoine à la Direction des Antiquités de Rhône Alpes) à celui de la Jeunesse et des Sports (directeur du musée national du sport) ; conservateur général, il est depuis peu à la tête du musée Dobrée de Nantes.

2La célébrité du site de Larina (commune de Hières-sur-Amby, Isère) date du début des années quatre-vingt, lorsque Patrick Porte nous faisait découvrir sur ce plateau pittoresque, un site d’un type nouveau qui nous révélait en particulier que les habitats de l’époque mérovingienne n’étaient pas tous construits en matériaux périssables…, une idée qui prévalait trop souvent alors, notamment depuis les fouilles de Brébières. La connaissance de l’habitat mérovingien a beaucoup progressé depuis, y compris au sud de la Loire, mais les fouilles de Larina n’en ont pas été pour autant reléguées au rang de simples pionnières, loin de là. La durée exceptionnelle de cette opération programmée, l’ampleur de l’échelle à laquelle elle se situe et des problématiques abordées – tant sur le plan géographique que sur le plan chronologique –, le caractère souvent original des établissements mis au jour, la volonté constante de la part de l’auteur de pousser à fond les études et de les replacer dans leur contexte, sa connaissance très approfondie des enjeux historiques, comme du site et de sa région, la mise en œuvre d’une vaste bibliographie, tout concourt à faire de la présente publication une référence de premier plan.

3Le premier volume a pour titre Études archéologiques et historiques en Nord-Isère, ce qui donne une idée du cadre géographique appréhendé… Il se subdivise en quatre parties. La première présente le site et son histoire (58 p.) à travers la géographie et les traditions, l’historique et les méthodes des recherches, l’histoire de son occupation replacée largement dans le contexte de son territoire. C’est une grosse introduction dans laquelle sont rassemblées de très nombreuses informations concernant la nature du site et de son environnement sur le plan naturel et humain. On y trouve en particulier une présentation synthétique des différentes phases d’occupation du site dont le résumé donnera une petite idée de l’intérêt et de la complexité.

4Occupé depuis l’Âge du Bronze, le plateau de Larina est le siège d’un oppidum allobroge au second Âge du Fer, mais paraît en grande partie abandonné au début de l’époque gallo-romaine.
À partir du milieu du IVe s. commencent environ quatre siècles d’occupation ininterrompue, avec la succession de quatre établissements principaux, sans compter deux phases intermédiaires. Le premier, constitué de cabanes en torchis et à poteaux de bois, disparaît totalement avant le milieu du Ve s. Le second prend la place de ces cabanes peu de temps après leur destruction et utilise à peu près les mêmes modes de construction, sauf pour deux bâtiments en moellons et mortier. Il dure jusqu’au début du siècle suivant. Ces établissements de l’Antiquité tardive, qui, selon l’auteur, constitueraient des annexes d’une villa des environs, ont livré également des installations liées à la production (entrepôts, granges, ateliers, pressoirs…). Complétant ce tableau extraordinairement complet, ont été mis au jour un fanum des alentours de 500 – une construction très inhabituelle à une période aussi tardive – et, au lieu-dit « La Motte », la nécropole associée à l’habitat avec deux niveaux de tombes superposées, les plus anciennes (IVe-Ve) « en pleine terre » et les plus récentes (Ve-VIe s.) en coffres de dalles (lauzes).

5Avec l’époque mérovingienne, le type d’occupation change : le troisième établissement est considéré comme une villa comprenant trois édifices entièrement en pierre, y compris le toit (en lauzes). Les inhumations contemporaines, toujours en coffres de lauzes, passent progressivement du site précédent à un nouveau, celui du « Mollard », au sein duquel une chapelle est construite. Cette phase dure environ un siècle (début VIe-début VIIe s.) et se termine par la destruction de la villa. Le dernier établissement, aménagé dans le courant du VIIe s. et qualifié de castrum, comprend, à l’abri de remparts, une vaste demeure aristocratique en pierre, d’un type inconnu jusque-là, avec ses bâtiments d’exploitation, sa nécropole (toujours au « Mollard ») et, à la place de la précédente, une nouvelle église d’un certain luxe, à caractère clairement funéraire, où les membres de la ou des familles dominantes ont été inhumés au sein de chapelles et d’enclos spécifiques. L’abandon, qui est situé dans le courant du VIIIe s., voire au début du IXe, présente la caractéristique de s’être fait en bon ordre, de manière délibérée, certains éléments importants (pressoirs, autel) ayant été déménagés et les ouvertures des bâtiments subsistants murées.

6Les deuxième et troisième parties de ce volume sont consacrées tour à tour à l’étude très détaillée (près de 350 p.) de l’établissement de l’Antiquité tardive et de celui du haut Moyen Âge. On y trouve successivement l’analyse des bâtiments, la présentation de leurs mobiliers, les nécropoles (y compris les chapelles mérovingiennes) et un bilan des caractéristiques de l’occupation, une synthèse intégrant de nombreuses données, y compris d’archives, replacées systématiquement dans le contexte régional. On soulignera particulièrement, au sein d’une matière d’une très grande richesse qu’il est impossible d’aborder en détail dans ce cadre, la grande abondance de l’iconographie, concernant non seulement le site proprement dit – plans, coupes et relevés du bâti, restitutions, nombreuses photographies…–, mais aussi les sites environnants ou les établissements comparables.

7La quatrième partie (58 p.) regroupe les études scientifiques thématiques. Les premières concernent les monnaies de l’Antiquité tardive (Marc Bompaire), les apports de l’anthropologie (Luc Buchet) et la faune (Philippe Columeau). On regrettera que celle consacrée aux monnaies soit ancienne et que celle portant sur la faune ignore bien des travaux récents au nord de la Loire, ce qui en affaiblit les conclusions. Quant à l’étude anthropologique, malgré les insuffisances et incertitudes de la documentation, elle débouche sur d’intéressantes observations concernant l’évolution de la population d’une période à l’autre (y compris dans l’alimentation et dans les activités, lesquelles deviennent beaucoup plus guerrières à l’époque mérovingienne), qui étayent l’hypothèse de l’arrivée de nouveaux individus sans doute en liaison avec la conquête franque. La dernière de ces études est la plus originale. Elle a pour titre Ethnologie de l’architecture traditionnelle du plateau et étude thermique du bâtiment I (Philippe Allart et Patrick Porte) : c’est une approche très bienvenue de l’architecture en lauzes régionale, sous l’angle ethnologique, et, ce qui est beaucoup plus nouveau, de la question de l’habitabilité de différentes pièces d’un bâtiment d’époque mérovingienne, en fonction de caractères thermiques (déperditions, inertie…).

8Le deuxième volume a pour sous-titre Domaines ruraux et forteresses de hauteur. Son ambition est de replacer les recherches menées à Larina et dans sa région au sein des grandes problématiques qui concernent les habitats ruraux entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge. Pour cela, l’auteur fait appel à une impressionnante documentation archéologique puisée dans de nombreux travaux de terrain menés en Gaule et au-delà, sans négliger l’apport de l’iconographie (mosaïques par exemple) comme celui des textes, ainsi que le regard des historiens. Également très illustré, ce volume rassemble quantité de données qui seront très utiles pour les synthèses futures.

9La première partie (80 p.) s’intéresse à l’évolution des résidences aristocratiques, à travers le passage de la villa de l’Antiquité tardive à la villa mérovingienne et aux autres habitats aristocratiques du haut Moyen Âge, les forteresses de hauteur bénéficiant en particulier d’une information très riche (et pas seulement pour l’époque mérovingienne, comme l’indique le titre, mais aussi pour l’Antiquité tardive), très à jour et très large géographiquement.

10La deuxième partie (101 p.) s’intitule Larina : des acquis archéologiques aux perspectives historiques. C’est l’occasion pour l’auteur de reprendre les bilans des études du premier volume, avec d’inévitables redondances, mais en leur donnant une beaucoup plus grande ampleur grâce à la mise en œuvre d’une très abondante documentation. Des questions comme celles de l’habitat, de l’occupation du sol et de l’économie rurale, de la christianisation, du peuplement – sur le plan démographique, ethnique et social – bénéficient notamment d’un éclairage tout particulier et stimulant. L’intérêt stratégique de ce site exceptionnel est bien souligné, ne serait-ce qu’à travers la volonté qu’ont eue les nouveaux pouvoirs de l’occuper : la présence d’une aristocratie liée aux Francs est manifeste ; celle-ci est à l’origine de la construction de la chapelle funéraire, dans laquelle ont été pratiquées des inhumations privilégiées (malheureusement très mal conservées), dont celle d’une femme avec une bague précieuse et celles d’hommes de haute stature, dont plusieurs portaient les traces de blessures par armes. Mais, auparavant, les Burgondes se sont certainement intéressés à cette position stratégique, proche de Genève, leur première capitale : on ne voit pas comment la découverte d’un individu au crâne déformé au sein de la nécropole de La Motte, dans un contexte chronologique où le Ve s. est bien représenté, pourrait être attribuée à une autre présence que la leur, le manque de mobilier caractéristique pouvant s’expliquer à la fois par les pratiques funéraires des Burgondes et par les destructions subies par le site. On peut donc se demander si dès cette époque le site de Larina n’était qu’une simple villa et s’il n’avait pas déjà un rôle militaire (comme par exemple le site jurassien d’Écrille ; remarquons que certains objets découverts à Larina se rencontrent alors en contexte militaire). La vision de l’évolution de l’occupation et de l’utilisation des lieux que nous propose l’auteur est donc peut-être un peu schématique et on peut se demander également s’il ne va pas trop loin, eu égard à une documentation qui a ses limites, quand il propose une « pyramide sociale » et son évolution, dont le caractère très hypothétique aurait dû au moins être mieux souligné (p. 180-184). Plus généralement, c’est sans doute un des reproches que l’on peut faire à l’auteur : celui de manquer parfois de prudence dans des synthèses où il arrive que ce qui était précédemment présenté comme une possibilité se transforme en affirmation.

11On – c’est-à-dire les spécialistes de telle ou telle question – pourra évidemment relever d’autres faiblesses dans un travail dont l’ampleur et les ambitions supposent la maîtrise d’une bibliographie très vaste, dans des domaines divers. De même, on pourra déplorer l’ancienneté de quelques études spécialisées (qui s’explique aisément par la durée du travail de rédaction) ou quelques problèmes de forme ; pour se limiter à l’illustration, d’une très grande richesse il est vrai – ce qui constitue une des qualités de l’ouvrage –, on regrettera la qualité médiocre de quelques figures, trop petites, peu lisibles, des plans parfois mal orientés (le nord vers le bas…) et des coupes stratigraphiques difficiles à situer sur les plans. Mais ce sont des reproches bien minces, eu égard à la richesse des matériaux et des pistes de réflexion que fournira cet ouvrage à tous ceux qui s’intéressent au haut Moyen Âge, qu’ils soient archéologues ou historiens, quelle que soit leur spécialité. Conscient de certaines limites de son étude, l’auteur termine du reste opportunément sa deuxième partie par un chapitre intitulé Interrogations, problématiques et recherches nécessaires.

12Par ailleurs, Patrick Porte a toujours été très soucieux de la mise en valeur de ses recherches et de ses fouilles. Ce n’est pas le cas de tous les archéologues et on doit lui en savoir gré, car le site en vaut évidemment la peine et sa visite contribue, soyons en sûrs, à faire apprécier nos travaux par le grand public. Ce devrait être la préoccupation de tous si l’on veut que l’archéologie et ses coûts soient de mieux en mieux admis et intégrés dans notre monde. La dernière partie (39 p.), précisément consacrée à cette question, montre la grande qualité et le caractère innovant du travail de restauration et de médiation réalisé en collaboration avec les collectivités locales. Le texte, très vivant et bien illustré, complète heureusement la présentation de ce site exceptionnel, lequel peut être considéré dorénavant, avec la parution de cet important bilan, comme véritablement exemplaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Gaillard de Sémainville, « Patrick Porte, avec des contributions de Philippe Allart, Lionel Bionda, Marc Bompaire, Luc Buchet, Philippe Columeau, Bernadette Prévost, Larina de l’Antiquité au Moyen Âge », Revue archéologique de l’Est, Tome 61 | 2012, 401-43.

Référence électronique

Henri Gaillard de Sémainville, « Patrick Porte, avec des contributions de Philippe Allart, Lionel Bionda, Marc Bompaire, Luc Buchet, Philippe Columeau, Bernadette Prévost, Larina de l’Antiquité au Moyen Âge », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 61 | 2012, mis en ligne le 27 septembre 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rae.revues.org/7410

Haut de page

Auteur

Henri Gaillard de Sémainville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page