Navigation – Plan du site
comptes rendus

Jacques Guillaume avec la coll. de Claude Lefebvre, La nécropole médiévale du « Mont Saint-Germain » à Châtel-Saint-Germain (Moselle)

Nancy, Presses Univ. de Nancy, 2010, 526 p., 201 fig. N & B, 128 pl. ; préface de Michel Colardelle (Coll. Archéologie, Espaces, Patrimoines) ; ISBN : 978-2-8143-0034-7 ; 40 € (diffusion : CID).
Henri Gaillard de Sémainville
p. 403-405

Texte intégral

1Établie sur un promontoire de la Côte de Moselle dominant le village de Châtel-Saint-Germain, cette nécropole se situe à l’emplacement d’un éperon barré aménagé au second Âge du Fer et réoccupé durant l’Antiquité tardive. Dans une position stratégique à proximité d’importantes voies de communication et tout près de Metz, le site a vu s’installer une église dédiée à saint Germain d’Auxerre, attestée au XIe s. et en partie démolie au XVIIIe, et un château au XIIe s., sans doute abandonné au XIIIe s.

2Cette nécropole est d’un grand intérêt, ne serait-ce qu’en raison de son exceptionnelle durée d’utilisation – du VIe au XVe s., soit l’ensemble du Moyen Âge – et du nombre élevé de tombes mises au jour : 366, ayant livré les restes de 530 corps. La publication que méritait incontestablement une telle fouille n’était pas chose facile. Outre l’ampleur de la tâche, on indiquera simplement que les recherches se sont échelonnées de 1967 à 1991, sous la direction d’au moins quatre responsables successifs et avec des méthodes de fouille qui, au moins pour les travaux les plus anciens, ne fournissent naturellement pas toutes les données attendues aujourd’hui (dans le domaine de la taphonomie, par exemple). Il faut donc être reconnaissant à Jacques Guillaume d’avoir mené à bien ce gros travail, avec l’aide de Claude Lefebvre. Excellent connaisseur de l’archéologie funéraire médiévale, et plus particulièrement mérovingienne, notamment dans l’Est, Jacques Guillaume a ainsi porté des données précieuses à la connaissance de la communauté archéologique.

3La publication est conduite de manière logique et habituelle pour un tel site. Elle commence par la présentation du contexte naturel et culturel (20 p.) : cadre physique, voies de communication, topographie et couverture végétale du site (à souligner l’intérêt des études malacologiques effectuées par Christine Guillaume, développées par ailleurs en annexe), contexte archéologique, historique des fouilles. Cette première partie s’achève par un bilan des occupations autres que la nécropole médiévale : le Néolithique, La Tène et l’Antiquité tardive ne sont pratiquement connus que par des découvertes mobilières – particulièrement de la céramique, notamment pour la dernière période, avec des productions d’Argonne – et semblent correspondre, au moins pour les deux périodes historiques, à une occupation de type défensif. Le prieuré et son église, ainsi que le château des évêques de Metz, donnent lieu à une présentation plus détaillée, eu égard à leur intérêt pour le sujet traité et grâce aux vestiges conservés et aux textes, ces derniers étant bien pris en compte dans l’étude.

4La deuxième partie (63 p.) traite de la nécropole médiévale : après l’évocation de l’hypothèse d’un cimetière fortifié, sont abordées les questions des corps (on retiendra en particulier – ce n’est pas une surprise dans ce contexte – la fréquence des inhumations multiples et des réductions), de leur orientation et de leur position dans la tombe. Mais c’est la typologie des tombes qui constitue incontestablement l’étude la plus détaillée, la plus substantielle et la plus utile de cette partie.

5Les coffres de pierre, plus ou moins soignés, en murettes, en dalles de chant ou mixtes, dominent nettement, mettant en œuvre les ressources géologiques locales ou proches.
Les sarcophages sont au nombre de 73, soit 20 % des contenants. Leur étude est précise et bien replacée dans son contexte, notamment régional. La nature géologique et l’origine de la plupart sont bien identifiées : ils sont en calcaire oolithique extrait, pour les plus nombreux, dans la région, mais aussi dans le Perthois, ce qui suppose un transport de 160 km environ, que ce soit par voie terrestre ou fluviale. On retiendra la présence, dans quelques sarcophages, d’une alvéole céphaloïde d’un type très inhabituel, prenant la forme d’un bourrelet en croissant aménagé dans le fond de la cuve. Le corps contenu dans l’un d’entre eux est daté du début du XIe s. par 14C. Pour finir, la datation – malheureusement trop souvent imprécise du fait de la rareté du mobilier –, ainsi que l’interprétation sociologique et religieuse des sarcophages de cette nécropole certainement ad sanctos sont abordées à la lumière de comparaisons avec des sites analogues du haut Moyen Âge de Lorraine et de Rhône-Alpes.

6Une des originalités de ce site tient dans la présence d’une importante série de stèles (trois, dont une décorée) et surtout de pierres tombales (« dalles funéraires », au nombre de neuf, toutes décorées). Si les conditions de leur découverte ne permettent pas d’en donner une datation très précise, leur type de décor les rattache en revanche à l’époque mérovingienne. Il s’agit d’un décor à caractère chrétien manifeste, dans lequel la croix est toujours présente, accompagnée parfois de motifs animaliers, comme dans le cas de la dalle de la sépulture 253, la plus intéressante de la série. Un seul regret, pour la commodité de la lecture : que toutes ces dalles ne soient pas figurées en regard du texte qui les concerne (pour plusieurs, il faut consulter le catalogue des tombes, en fin d’ouvrage, pour en avoir le dessin). Une telle quantité de dalles ornées n’est pas du tout habituelle pour des sites de cette époque, surtout en milieu rural. Faut-il y voir l’influence d’un centre urbain proche, en l’occurrence Metz, même si, du moins dans l’état actuel des découvertes, le décor des dalles funéraires messines contemporaines n’est pas de même type ? On ajoutera encore la découverte de plusieurs croix gravées sur des dalles de chevet (du côté intérieur de la tombe) et d’un nom de personne (« ALCETRA ») gravé sur la tranche d’une dalle de couverture.

7La troisième partie, qui s’intitule « Les pratiques funéraires », est très courte (4 p.). Elle consiste en une présentation d’ensemble, par grandes catégories, du mobilier et de sa position dans la tombe. Cette démarche est possible surtout pour les tombes attribuables à l’époque mérovingienne (au nombre de 100), mais aussi pour treize sépultures postérieures, un fait suffisamment rare pour être souligné.

8La partie suivante, qui porte sur la typochronologie du mobilier, est la plus développée (74 p.). L’auteur y fait preuve d’une excellente connaissance du sujet, à la fois pour la datation et pour les comparaisons, en particulier régionales. Le texte est accompagné de figures soignées reproduisant l’ensemble des objets et permettant une lecture aisée. Le mobilier mérovingien, de loin le plus abondant, tient logiquement la plus grande place. Parmi les accessoires du vêtement, les boucles (au nombre de seize) et les plaques-boucles de ceinture (74 exemplaires) sont de loin les plus nombreuses et comprennent des pièces intéressantes, voire exceptionnelles : une boucle de ceinture dont la base de l’ardillon est ornée des apôtres Pierre et Paul (identifiés grâce à l’inscription « PETRIPAUL »), représentés de part et d’autre d’un arbre ; une plaque-boucle dérivée d’un type byzantin et une autre de type wisigothique ; plusieurs belles plaques damasquinées.

9Parmi les objets de parure, on remarque quelques bijoux de qualité, comme une fibule discoïde à feuille d’or filigranée et ornée de nacre, et surtout une précieuse épingle en argent à tête d’or et grenats. On soulignera également la présence de deux cyprées (« porcelaines ») dans des contextes bien tardifs pour ce genre de découverte (vers 600 et au début du VIIe s.). Les bagues (21) et surtout les peignes (63) sont nombreux, ces derniers provenant en majorité, mais pas exclusivement, de tombes féminines (71 % pour 29 % de masculines).

10À côté d’une grande variété d’objets usuels et d’équipement (parmi lesquels 62 couteaux : 73 % proviennent de tombes masculines et 27 % accompagnaient des femmes), les armes tiennent une place assez importante, avec une épée longue, une fourche, deux pointes de flèche et vingt scramasaxes, ces derniers étant présents dans 17 % des sépultures masculines attribuées à l’époque mérovingienne, ce qui représente un pourcentage élevé pour la Lorraine.

11Enfin, le dépôt funéraire est illustré par la présence de 36 récipients, trois en verre et 33 en céramique, dont une majorité de cruches. Deux monnaies mérovingiennes découvertes sous le pied d’un homme pourraient également relever de la même pratique.

12Le mobilier postérieur à l’époque mérovingienne comprend surtout des boucles, mais aussi un chapelet en os et un lot d’épingles « de linceul » datant du XIVe s., lesquelles compteraient parmi les plus anciennes découvertes de ce type connues en France à ce jour.

13La chronologie de la nécropole (11 p.) est abordée ensuite de manière très critique et bien documentée, particulièrement en ce qui concerne la chronologie relative. On soulignera le fait que le nombre de recoupements et de superpositions de tombes est bien faible pour une nécropole de ce type. Il est vrai que la densité des inhumations est loin d’atteindre ce que l’on rencontre en milieu urbain contemporain. Pour préciser la chronologie absolue, il a été procédé à treize datations par 14C. Judicieusement appliquées à des sépultures sans mobilier et à des secteurs difficiles à dater, elles fournissent des datations qui s’échelonnent entre le XIe et le XIVe s.

14La très courte partie consacrée à la topochronologie (3 p.) aurait gagné à être regroupée avec la précédente, d’autant plus qu’elle ne se limite pas à la chronologie spatiale de la nécropole, mais aborde la question des grandes phases de son utilisation, notamment pour l’époque mérovingienne. À ce sujet, on peut se demander si le début de l’utilisation de la nécropole, fixé par l’auteur au dernier quart du VIe s., ne pourrait pas être un peu plus précoce, au moins pour quelques inhumations (voir par exemple un objet comme la boucle de ceinture à ardillon tronconique HC30, manifestement plus ancien) ; dans ses conclusions, l’auteur évoque du reste le milieu du VIe s. comme début possible.

15Les conclusions (5 p.) sont l’occasion d’insister sur la longue durée d’utilisation de la nécropole – près d’un millénaire, ce qui est un fait unique à ce jour en Lorraine – et de poser la question de sa nature. Une discussion bien étayée permet à l’auteur de privilégier de manière convaincante l’hypothèse d’un cimetière chrétien dès ses origines, attiré par un sanctuaire placé sous le vocable de saint Germain d’Auxerre (qui a vécu, comme on le sait, au Ve s.), sanctuaire très plausible même si aucune confirmation de l’existence d’un tel édifice à l’époque mérovingienne n’a été apportée par les fouilles. Le cimetière aurait été jusqu’au XVe s. celui des habitants du village de Châtel et d’un village voisin, ce qui n’exclut pas, à mon avis, que, du fait de son prestige, il ait aussi attiré pendant sa première phase d’utilisation des inhumations de gens privilégiés des alentours, selon une pratique très répandue dans le monde mérovingien.

16Suivent cinq annexes, dont les deux premières sont consacrées respectivement aux études biologiques des ossements mérovingiens et des ossements postérieurs ; les deux études ayant été conduites à des dates différentes – 1996 pour la première – et par deux personnes distinctes, cela entraîne un net manque d’homogénéité (on ne peut évidemment pas en vouloir aux auteurs de la publication) et certains manques ; un regret, par exemple : un « crâne déformé » est signalé sans autre précision dans le texte (dans une réduction de la sépulture 143), mais on n’y revient plus ensuite. S’agit-il d’une déformation artificielle ? Si c’était le cas, ce serait pourtant d’un intérêt certain pour l’histoire des débuts de la nécropole. Les autres annexes portent sur les restes organiques et ligneux conservés sur les objets métalliques et sur la faune malacologique, la dernière donnant les résultats des analyses 14C.

17L’ouvrage comprend, comme il se doit, le catalogue des tombes (128 p.), bien organisé, avec un avertissement précisant clairement les conventions adoptées (on aimerait que toutes les publications de nécropoles en fassent de même), et se termine par 128 planches de dessins, soignés, de l’ensemble des tombes et des objets.

18Il faut donc souligner l’excellent travail réalisé par Jacques Guillaume et Claude Lefebvre qui, à partir de données de fouille imparfaites, ont effectué l’étude de qualité que méritait ce site exceptionnel à plus d’un titre. On regrettera d’autant plus que la qualité de l’édition ne soit pas toujours à la hauteur de ce que l’on pouvait attendre : il y a des problèmes de mise en page (pas toujours assez professionnelle, comme par exemple la mauvaise disposition de certains tableaux « à l’italienne », des notes de bas de page mal placées ou des titres courants erronés) ou des illustrations peu lisibles (certains sarcophages décorés sont à trop petite échelle). Une page en couleur regroupant les photographies de quelques beaux bijoux n’aurait-elle pas été envisageable ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Gaillard de Sémainville, « Jacques Guillaume avec la coll. de Claude Lefebvre, La nécropole médiévale du « Mont Saint-Germain » à Châtel-Saint-Germain (Moselle) », Revue archéologique de l’Est, Tome 61 | 2012, 403-405.

Référence électronique

Henri Gaillard de Sémainville, « Jacques Guillaume avec la coll. de Claude Lefebvre, La nécropole médiévale du « Mont Saint-Germain » à Châtel-Saint-Germain (Moselle) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 61 | 2012, mis en ligne le 27 septembre 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rae.revues.org/7411

Haut de page

Auteur

Henri Gaillard de Sémainville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page