Navigation – Plan du site
comptes rendus
Henri Gaillard de Sémainville

Christian Sapin, Françoise Vallet dir., Aux origines de Saint-Quentin : de la tradition littéraire à la réalité archéologique

Saint-Quentin, Musée Antoine Lécuyer, 2011, 132 p., nombreuses ill. couleur et N & B.
p. 405-406

Texte intégral

1Cet ouvrage édité à l’occasion de l’exposition présentée au musée de Saint-Quentin du 16 novembre 2011 au 13 février 2012 n’est pas un simple catalogue. Bénéficiant des résultats des recherches les plus récentes, en particulier dans le domaine archéologique, et de la confrontation des données des textes et du terrain, il constitue aussi une très utile mise au point scientifique réalisée par les meilleurs spécialistes. Très bien illustré par ailleurs, il intéressera non seulement le public éclairé, notamment régional, mais aussi l’ensemble des historiens et des archéologues travaillant sur ces questions.

2Comme on le sait, la ville de Saint-Quentin doit son nom à Quintinus, venu évangéliser la Gaule sous l’empereur Dioclétien. Emprisonné et torturé à Amiens, il fut inhumé à Saint-Quentin qui portait alors le nom d’Augusta Viromanduorum, où sa sépulture, située à l’emplacement de l’actuelle collégiale, attira très vite de nombreux pèlerins.L’ouvrage est divisé en deux parties, la première sous la responsabilité de Christian Sapin et la seconde rédigée par Françoise Vallet.

3La première partie, intitulée Saint Quentin, de la légende au culte, donne lieu à une féconde confrontation des différentes sources. L’ouvrage commence fort logiquement par le rappel des récits hagiographiques et leur critique (« l’élaboration d’une légende »). Sous le titre L’histoire de saint Quentin entre textes et images (p. 7-14), Michèle Gaillard (Université Lille 3) et Jean-Luc Villette montrent bien les incohérences de la Passio sancti Quintini, en particulier en ce qui concerne le rôle attribué à saint Éloi : en fait une tentative de « récupération » de sa part – dans le but de mieux asseoir son autorité sur son diocèse – d’un culte qui existait bien avant lui, ainsi que les fouilles récentes l’ont bien établi. La deuxième étude, due à Claudia Rabel (CNRS), sous le titre « L’athlète de Dieu ». La vie de saint Quentin illustrée dans l’Authentique (p. 15-28), présente le manuscrit connu sous ce nom, datant des alentours de 1100 et toujours conservé à Saint-Quentin. On soulignera la grande beauté de ses enluminures dont une partie importante est heureusement reproduite, même si elles auraient indiscutablement gagné à bénéficier d’une plus grande échelle.

4Dans cette première partie, le chapitre qui apporte le plus d’informations nouvelles est incontestablement celui intitulé L’archéologie d’un site : les origines de Saint-Quentin révélées (p. 29-58). Christian Sapin (CNRS) y présente dès leur achèvement les remarquables résultats des fouilles de la crypte qu’il a conduites avec son équipe du CEM d’Auxerre (UMR ArTeHiS, Dijon) entre 2003 et 2010. Sur un site malheureusement gravement perturbé par divers travaux et recherches des deux siècles derniers, ainsi que par l’explosion qui s’est produite en 1917, il fallait toute l’expérience et la compétence de cette équipe pour aboutir à de tels acquis. On découvre ainsi qu’une première tombe a été aménagée sans doute vers le milieu ou dans la seconde moitié du IVe s., qu’elle a donné lieu très tôt à des aménagements spécifiques (traces d’un mausolée de pierre) ainsi qu’à la construction d’une première église (fin IVe ou début Ve s.) et qu’elle a attiré dès la première moitié du Ve s. – cas exceptionnel à une date aussi haute – des sépultures privilégiées ad sanctos. C’est la preuve de l’attrait du tombeau du saint dès cette époque, attrait qui se poursuivra pendant au moins trois siècles en ce qui concerne les inhumations. La fouille a précisé également les divers aménagements successifs des lieux et confirmé le caractère peu crédible de l’« Invention » de l’évêque Éloi. Les recherches ont notamment permis de dater postérieurement à ce dernier (à la fin du VIIe ou au début du VIIIe s.) une mosaïque anciennement connue et mal située dans le temps jusque-là, ainsi que de situer au IXe s. la réalisation de la crypte. L’ensemble est illustré d’excellents plans et relevés architecturaux.

5Le dernier chapitre de cette première partie, dû à Jean-Luc Villette, Christian Sapin et Bruno Maës (Université de Reims) et intitulé Saint Quentin, un culte et un site au cœur de l’Europe (p. 59-67), aborde la question des récits de miracles, de la nature et de l’importance des pèlerinages depuis le Moyen Âge et de l’adaptation de l’architecture d’une grande abbatiale à la forte attractivité du lieu.

6La seconde partie porte sur Les collections mérovingiennes de Saint-Quentin (p. 72-131). Elle est entièrement due à Françoise Vallet, ancien conservateur en chef au Musée d’Archéologie Nationale et remarquable connaisseur du matériel funéraire mérovingien, notamment celui de Picardie. Elle rappelle tout d’abord le rôle éminent de la Picardie dans le développement de l’archéologie mérovingienne au XIXe et au début du XXe s., avec Jules Pilloy, un « savant chercheur », Théophile Eck, premier conservateur du musée de Saint-Quentin, et Clodomir Boulanger, qui a vendu beaucoup d’objets…

7Th. Eck avait rassemblé une prestigieuse collection qui passait pour disparue depuis la guerre de 1914. Une petite partie de ces pièces (70) a heureusement été retrouvée et F. Vallet a pu identifier la provenance de certaines, en majorité dans les environs de Saint-Quentin, et présenter le catalogue illustré de tous ces objets pour la plupart inédits. Il s’agit surtout de boucles, de garnitures de ceinture et d’objets de parure.

8La collection Pilloy de la Société académique de Saint-Quentin est également abordée à travers quelques objets exceptionnels, qui, s’ils ne sont pas inédits, bénéficient à cette occasion d’un éclairage très à jour et souvent renouvelé. Il s’agit de la célèbre plaque ajourée de Cugny (Aisne), ornée d’un masque humain et de motifs de style animalier II scandinave, qui fait partie d’un petit groupe de pièces découvertes dans un étroit périmètre en Picardie et en Seine-Maritime ; de la parure et de la sacoche richement décorée d’une femme d’Essigny-le-Petit (Aisne) ; et d’une série de remarquables plaques de châtelaine de Picardie : ajourées, figurant un homme accosté de deux rapaces, elles constituent manifestement un type régional dont les liens avec certaines pièces de Burgondie sont à juste titre soulignés par l’auteur.

9L’ouvrage se termine par deux études importantes concernant des objets exceptionnels provenant de la collégiale de Saint-Quentin. Si la ceinture découverte en 1955 et figurant le Christ en gloire est célèbre, elle n’a jamais bénéficié d’un examen aussi complet et documenté. La prise en compte de l’ensemble des travaux concernant des découvertes comparables (en particulier celles d’Augsbourg) conduit F. Vallet à conclure que son porteur, mort dans la première moitié du VIIe s., s’il n’était pas forcément un clerc, était proche de l’Église car il avait été inhumé avec ses ustensiles d’écriture et son exceptionnelle plaque-boucle reliquaire, dans des conditions privilégiées, tout près de la tombe du saint. L’autre ensemble, inédit, provient de découvertes faites en 1997 – malheureusement dans de très mauvaises conditions – à l’intérieur de sarcophages situés contre la collégiale. Parmi plusieurs objets de grande qualité, on retiendra notamment une extraordinaire boucle de ceinture en alliage cuivreux, damasquinée d’or et d’argent. Cette découverte atteste que dès le VIe s., des personnes fortunées se faisaient enterrer près du tombeau du saint. Elle complète donc heureusement les résultats des fouilles récentes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Gaillard de Sémainville, « Christian Sapin, Françoise Vallet dir., Aux origines de Saint-Quentin : de la tradition littéraire à la réalité archéologique », Revue archéologique de l’Est, Tome 61 | 2012, [En ligne], mis en ligne le 27 septembre 2013. URL : http://rae.revues.org/7412. consulté le 01 mai 2017.

Auteur

Henri Gaillard de Sémainville

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés