Navigation – Plan du site
comptes rendus

Dieter Quast, Das merowingerzeitliche Reliquienkästchen aus Ennabeuren : eine Studie zu den frühmittelalterlichen Reisereliquiaren und Chrismalia

Mainz, Römisch-Germanisches Zentralmuseum, 2012, 165 p., 78 fig. + 11, 44 pl. h.t. (Kataloge Vor- und Frühgeschichtlicher Altertümer, Bd 43) ; ISBN : 978-3-88467-184-9 ; ISSN : 0076-275X.
Henri Gaillard de Sémainville
p. 407-408

Texte intégral

1Cette toute récente publication de Dieter Quast concerne une découverte faite en 1936 dans l’église d’Ennabeuren, dans le sud de l’Allemagne (Land de Wurtemberg). Il s’agit d’un petit reliquaire en forme de maison, qui, malgré sa célébrité, n’avait encore jamais fait l’objet d’une étude détaillée. Sur le plan technique, la restauration de 1972 a montré qu’il était en bois de tilleul recouvert de tôles de cuivre dorées. L’examen attentif de son décor au repoussé conduit l’auteur, sur la base d’un poinçon décoratif emprunté au motif d’un rivet de fourreau de scramasaxe, à dater l’objet du milieu du VIIe s. et à envisager une fabrication en Burgondie. L’étude détaillée de l’iconographie se fonde sur de nombreux motifs de comparaison et une importante illustration, y compris sous forme de cartes de répartition. Une place privilégiée est accordée au motif du saint cavalier armé d’une lance et triomphant du mal, symbolisé par le serpent. Est abordée et figurée une importante série de décors comparables, empruntés à des supports multiples : monnaies, bractéates, fibules circulaires, phalères, ainsi que la plaque-boucle de Ladoix-Serrigny. L’étude conclut que la dernière fonction de cette châsse découverte sous l’autel – et qui pourrait être arrivée à Ennabeuren vers 1100 – serait celle de chrismal, un objet utilisé pour la conservation du saint chrême.

2Dans une deuxième partie, l’auteur effectue un très utile travail de synthèse concernant l’ensemble des chrismaux et reliquaires portatifs du haut Moyen Âge, qui bénéficient tous d’une notice (catalogue) et d’une ou plusieurs photographies (planches hors-texte). Les exemplaires nord-alpins sont classés en trois groupes, sur la base de leurs caractéristiques stylistiques : 1. groupe irlandais et du nord de la Grande-Bretagne ; 2. groupe anglo-saxon ; 3. groupe gallo-franc-méditerranéen. Ce dernier, le plus nombreux (il a pu être subdivisé), compte notamment plusieurs pièces provenant de Suisse (Saint-Maurice d’Agaune, Sion, Beromünster et Chur), ainsi que le reliquaire du trésor de la cathédrale de Sens. Ajoutons que le reliquaire de Saint-Laurent d’Auzon (Haute-Loire) bénéficie en outre d’une étude spécifique d’une dizaine de pages (signée de Jean Berger). Ce travail très documenté et très illustré est par ailleurs accompagné d’un résumé en allemand, anglais et français.

3Dû à un des meilleurs spécialistes de l’archéologie et de l’art de l’époque mérovingienne, cet ouvrage rendra, à n’en pas douter, les plus grands services à tous ceux qui s’intéressent à cette catégorie d’objets et, plus généralement, à l’art du haut Moyen Âge. Cette courte présentation est destinée à en faire connaître sans tarder la parution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Gaillard de Sémainville, « Dieter Quast, Das merowingerzeitliche Reliquienkästchen aus Ennabeuren : eine Studie zu den frühmittelalterlichen Reisereliquiaren und Chrismalia », Revue archéologique de l’Est, Tome 61 | 2012, 407-408.

Référence électronique

Henri Gaillard de Sémainville, « Dieter Quast, Das merowingerzeitliche Reliquienkästchen aus Ennabeuren : eine Studie zu den frühmittelalterlichen Reisereliquiaren und Chrismalia », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 61 | 2012, mis en ligne le 27 septembre 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rae.revues.org/7414

Haut de page

Auteur

Henri Gaillard de Sémainville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page