Navigation – Plan du site
Notes et documents

Nouvelles données sur la diffusion des terres cuites architecturales antiques en Gaule Belgique à partir d’une découverte réalisée au Châtelet-sur-Sormonne (Ardennes)

Régis Bontrond, Jérôme Marian et Yahya Balhawan
p. 425-434

Résumés

Plusieurs carreaux de pilette d’hypocauste ont été mis au jour lors d’un diagnostic réalisé en 2011 sur la commune du Châtelet-sur-Sormonne. Ils proviennent d’un bâtiment balnéaire lié à un établissement rural antique. L’un des carreaux porte une estampille TRPS. Cette marque, bien connue chez les Tongres et les Nerviens, suscite quelques réflexions sur l’approvisionnement de ce secteur des Ardennes en matériaux de construction au cours de l’Antiquité.

Haut de page

Texte intégral

1Un diagnostic archéologique (A304, tranches B et C) a été réalisé en 2011 sur le tracé autoroutier A304 entre Charleville-Mézières et Rocroi sur la commune du Châtelet-sur-Sormonne (Ardennes), située dans l’Antiquité aux confins des territoires rème, nervien et tongre (fig. 1).
Le cadre naturel et géologique de l’opération alterne entre un terrain secondaire marqué par des grès calcaire et un terrain primaire caractérisé par du quartz et du schiste.

Fig. 1. Localisation de l’opération en Gaule Belgique.

2Aucun site n’était connu sur ce tronçon avant cette opération. Depuis 2008, les diagnostics réalisés dans ce secteur ont permis d’étoffer le contexte archéologique. Ces interventions ont montré une faible densité de vestiges sur le plateau de Rocroi (tumuli liés à la nécropole de la forêt des Pothées et absence d’éléments antiques sur une centaine d’hectares diagnostiqués) et une densité relativement importante d’occupations (protohistoriques et romaines) dans les fonds de vallée (vallées de l’Audry, de la Sormonne, du This et des Rejets).

3La découverte lors de cette opération de diagnostic de deux carreaux de pilette d’hypocauste (bessales), dont un estampillé TRPS, apporte de nouveaux éléments quant à la production et à la diffusion des terres cuites architecturales dans ce secteur. Cet article abordera dans un premier temps le contexte de la découverte pour se consacrer dans un second temps à la présentation technique des carreaux et aux informations qu’ils apportent pour la connaissance de la diffusion des matériaux de construction en terre cuite.

Contexte de la découverte

4La mise au jour des bessales s’inscrit dans le cadre de la découverte d’un bâtiment balnéaire qui s’intègre au sein d’un établissement rural romain daté entre la seconde moitié du Ier siècle après J.-C. et le IIIe siècle.
À l’issue du diagnostic, cette occupation s’étendrait sur environ 400 m de long et 310 m de large, soit 12 ha. Elle est délimitée au sud par le bâtiment balnéaire dont proviennent les carreaux de pilette (sondage A51) et au nord par un ensemble de fosses (25 fosses découvertes dans les 10 % sondés) et un second bâtiment qui pourraient correspondre à une pars rustica (sondage B76) (fig. 2).

Fig. 2. Localisation du bâtiment balnéaire sur le plan du diagnostic.

5La fouille en cours par Bruno Duchêne et Marc Feller (Inrap) permettra d’apporter des éléments complémentaires sur la nature, l’organisation et la datation de l’occupation.

6Le bâtiment balnéaire, localisé dans le sondage A51, délimite au sud l’occupation (fig. 2) : orienté ouest-est, l’édifice présente un premier espace de plan rectangulaire ramassé à trois alcôves de 8,70 m de longueur sur 4,50 m de largeur. Au nord de ce premier ensemble, un second espace ouvert à l’ouest mesure 6,50 m de longueur sur 5 m de largeur. Un sol en ardoise daté du IIIe siècle a été mis au jour à l’ouest du bâtiment. Le remblai, à base de matériaux de destruction qui comble le premier espace, comporte de la céramique datée de la période romaine, deux fragments de bessales dont celle qui porte l’estampille TRPS et deux fragments de tubuli.

7Le bâtiment balnéaire, par son plan quadrangulaire ramassé, la présence d’un hypocauste aux dimensions similaires, d’un caldarium et d’un tepidarium chauffés par un praefurnium et d’un frigidarium, aménagés en alcôves, présente des agencements comparables aux bains de Macquenoise (Belgique) qui s’inscrivent dans un établissement rural du Haut-Empire (seconde moitié du IIe siècle - seconde moitié du IIIe siècle). Le second espace du bâtiment pourrait être interprété comme une galerie qui se poursuivrait sur la face occidentale du premier édifice et se confondrait avec l’aire réservée au praefurnium. Cette aire correspondrait au niveau de sol en ardoises du IIIe siècle, repéré en amont du praefurnium (fig.3).

Fig. 3. Les bains du Châtelet-sur-Sormonne et de Macquenoise : des similitudes.

Description des estampilles

8Des deux bessales mises au jour, l’une est fragmentaire (21 cm x 4 cm), la seconde est complète (20,5 cm de côté pour 3,2 cm d’épaisseur et un poids de 2480 g). Toutes deux présentent une pâte orange relativement mal cuite. Une observation macroscopique montre de rares inclusions de chamotte de 1 à 5 mm de longueur, accompagnées de dégraissants minéraux clairsemés inférieurs à 1 mm (quartz ou felsdpath) ainsi que de quelques végétaux. Le carreau complet porte sur un angle de sa face supérieure une estampille bien marquée TRPS disposée parallèlement aux traces de lissage longitudinales (fig. 4 et 5). L’estampille est longue de 5 cm et les lettres sont hautes de 1,3 cm. La première lettre, mal formée, peut être confondue avec un I.

Fig. 4. Photographie de l’estampille TRPS.

Fig. 5. Dessin de la brique bessale et de son estampille.

9Cette estampille, très courante dans les cités tongre et nervienne, a fait l’objet d’une étude typologique par A. De Poorter et P.-J. Claeys (1989, p. 186-198). L’exemplaire découvert au Châtelet-sur-Sormonne appartient au type D, caractérisé par sa petite taille et la graphie imparfaite de la lettre T, dont la barre transversale est tronquée (fig. 6).

Fig. 6. Typologie des estampilles TRPS (d’après DE POORTER, CLAEYS, 1989).

  • 1  D’après la photographie transmise par J.-P. Lémant, que nous remercions ici. Les estampilles de Vi (...)

10La partie supérieure des lettres R et P est par ailleurs manquante, défaut également récurrent sur ce type d’estampille. Elle n’est pas inédite dans le département des Ardennes, puisque deux autres sont signalées dans la Carte archéologique de la Gaule, à Arreux et à Charleville-Mézières (NICOLAS, 2011, p. 157). Celle découverte à Arreux appartient aussi vraisemblablement au type D, par sa lecture fautive IRPS. En revanche, l’exemplaire de Charleville-Mézières (plateau de Berthaucourt) semble plutôt attribuable au type B ou C (fig. 7)1. Une quatrième marque de ce tuilier, plus incertaine car moins bien imprimée et partiellement oblitérée par une empreinte d’animal, a par ailleurs été découverte à Vireux-Wallerand au lieu-dit La Campagne, à proximité immédiate de Treignes (Belgique) où elle est également connue (fig. 7).

Fig. 7. Briques estampillées de Charleville-Mézières « Plateau de Berthaucourt », de Vireux-Wallerand « La Campagne », et de Château-Porcien « Nandin » (photographies J.-P. Lémant).

11La seule autre estampille sur terre cuite architecturale répertoriée dans la carte archéologique des Ardennes a été mise au jour à Givron en 1914. Elle marque une tegula et a été déchiffrée A(?)VCPSB ou AVGPS (HÉRON de VILLEFOSSE, 1914, p. 265, note 1 ; NICOLAS, 2011, p. 278). Le sigle n’est pas sans évoquer l’estampille TRAVCPSB également courante sur le territoire des mêmes populations. Une probable lecture fautive de ce sigle (TRAVG) a d’ailleurs déjà été signalée par ces mêmes auteurs (DE POORTER, CLAEYS, 1989, p. 221).

12Enfin, une dernière estampille inédite, malheureusement incomplète, a été mise au jour à Château-Porcien, au lieu-dit Nandin (fig. 7). La lecture proposée […]VCHEI (d’après photographie), avec une ligature entre le H et le E, reste à confirmer par un examen direct de l’inscription. Elle semble totalement inconnue des répertoires régionaux. Les trois marques de tuilier signalées par J.-P. Lémant ne nous ont été accessibles que par photographie.

Aire de diffusion

13La marque TRPS est classée par A. De Poorter et P.-J. Claeys parmi un groupe d’estampilles associées par leur aire de dispersion commune (groupe IIIA). Outre TRPS, celui-ci comprend les sigles CVS/GVS, HAMSIT et TRAVCPSB. La diffusion des produits de ce ou ces ateliers s’étend sur un territoire fort vaste de 11 700 km² le long de voies routières (Bavay-Cologne et Bavay-Dinant) et fluviale (la Meuse) (DE POORTER, CLAEYS, 1989, p. 234). Les trois estampilles TRPS groupées autour de l’agglomération antique de Charleville-Mézières apparaissent comme les plus méridionales de ce groupe : elles sont en effet distantes de près de 30 km de la dernière découverte (à Treignes) et de 70 km du centre de l’aire de diffusion (fig. 8). La marque probable de TRAVCPSB de Givron est encore plus excentrée vers le sud. Le ou les atelier(s) producteur(s) ne sont cependant pas encore connus, et l’on ne peut donc estimer la distance exacte du trajet effectué par ces matériaux.

Fig. 8. Carte de l’aire de diffusion de l’estampille TRPS en Gaule Belgique.

Éléments de chronologie

  • 2  Cette chronologie relative devant être assez resserrée, puisqu’elle ne concerne qu’un seul atelier (...)

14Parmi les rares contextes de découverte suffisamment documentés de l’estampille TRPS, ceux de Braibant et Treignes en Belgique se situent chronologiquement entre la seconde moitié du IIe siècle et le troisième quart du IIIe siècle (DE POORTER, CLAEYS, 1989, p. 259). Ils ne concernent que les variantes A et C. Le type D, issu de la matrice la plus petite et la plus maladroitement réalisée, peut résulter d’un surmoulage et être ainsi plus tardif que les autres2. Une estampille de type D découverte à Champion est associée à du mobilier de la première moitié du IIIe siècle (VAN OSSEL, DEFGNÉE, 2001, p. 67 et 173). Une autre marque du même groupe de tuiliers IIIA (HAMSIT) y a été mise en évidence dans la construction d’un praefurnium qui ne paraît pas antérieure au milieu du IIe siècle (VAN OSSEL, DEFGNÉE, 2001, p. 83, 86 et 173). Enfin, des recherches plus récentes permettent d’envisager une datation de l’estampille TRAVCPSB entre la fin du IIe siècle et le IIIe siècle (CATTELAIN, LUPPENS, à paraître). Ces mêmes auteurs ont constaté que les tuiles de cette période sont beaucoup moins bien cuites que celles datées du Ier siècle, ce qui pourrait permettre, à condition d’élargir suffisamment le corpus pour valider à grande échelle cette observation, de l’utiliser comme critère de datation. Il se trouve justement que le carreau estampillé TRPS du Châtelet-sur-Sormonne possède une pâte mal cuite. Si le bâtiment dont est issu le carreau reste pour l’heure mal daté (il s’agit d’un diagnostic), l’une de ses phases d’aménagement peut néanmoins être située dans le courant du IIIe siècle.

Réflexions sur la dispersion des estampilles

  • 3  Et qui évoque irrésistiblement la situation du tuilier Clarianvs dans la vallée du Rhône (VERGUET,(...)

15La plupart des auteurs s’accordent pour considérer que la majorité des ateliers civils ne diffusent guère leur production au-delà d’un rayon de quelques dizaines de kilomètres (CHARLIER, 1995, p. 76). Cette vaste aire de distribution des estampilles TRPS, et plus généralement des marques du groupe de tuiliers IIIA, peut induire l’existence sur ce territoire de plusieurs officines successives ou complémentaires appartenant aux mêmes propriétaires, hypothèse émise par A. De Poorter et P.-J. Claeys (1989, p. 240)3. Ce phénomène impliquerait cependant une répartition spatiale spécifique de chaque type de marque (les types A à D de TRPS par exemple), ce qui ne transparaît pas véritablement dans l’étude des auteurs belges. Ainsi, deux sites au moins (Bavay et Treignes) ont chacun livré trois types différents d’estampilles de ce tuilier. Faut-il alors plutôt envisager le déplacement « aléatoire » des matrices et des tuiliers au sein des différentes officines du propriétaire ? Ou l’utilisation dans un même atelier de plusieurs matrices différentes, comme le suggèrent P. Cattelain et L. Luppens (à paraître) ?

L’approvisionnement en terres cuites architecturales des confins rème, tongre et nervien

16La situation géologique du secteur de Charleville-Mézières peut apparaître comme un facteur déterminant justifiant un apport extérieur de terres cuites architecturales : cette zone constitue en effet la limite méridionale du massif primaire de l’Ardenne, qui semble peu propice à l’exploitation de l’argile (LEBRUN, 2012, p. 18). Seuls quelques gisements ponctuels peuvent avoir été utilisés dans ce secteur, comme par exemple les argiles du Toarcien de Flize (LEJEUNEet alii, 2011, p. 51), mais aucun atelier de terres cuites architecturales n’est attesté pour la période antique. Les ateliers de potiers s’avèrent tout aussi rares, un seul ayant été identifié sur la commune de Novion-Porcien (NICOLAS, 2011, p. 359). Cette situation laisse à penser que l’essentiel, sinon la totalité des terres cuites architecturales mises au jour dans la partie nord du département n’est pas d’origine locale et résulte d’importations plus ou moins lointaines.

17Les trois sites ardennais sur lesquels l’estampille TRPS est avérée se trouvent à l’extrémité nord de la cité rème ou en territoire tongre ou nervien, l’imprécision des limites de cités ne permettant pas une attribution certaine. Ces découvertes pourraient ainsi rendre tangible une frontière culturelle sur le plan économique. Bavay, chef-lieu de la cité des Nerviens, a en effet également fourni plusieurs exemplaires de cette estampille, dénotant un approvisionnement commun. Cette limite plus ou moins artificielle entre populations est toutefois à relativiser, celle séparant Tongres et Nerviens n’ayant visiblement eu aucun impact en matière de diffusion des terres cuites architecturales (DEPOORTER, CLAEYS, 1989, p. 242). La présence possible d’une autre tuile d’origine nervienne plus au cœur du territoire rème (à Givron) confirme du reste l’absence de frontière économique pour ce type de matériaux.

  • 4  Seule une hypothétique voie Bavay-Metz pourrait traverser cette zone (NICOLAS, 2011, p. 122).

18En revanche, l’apport de ces terres cuites depuis le nord ou le nord-ouest est bien plus significatif pour la compréhension des modes de transport utilisés. Aucune voie routière importante ne paraît en effet desservir ce secteur4,qui semble par conséquent avoir été plutôt approvisionné par la Meuse. Cette observation confirme celles d’A. De Poorter et P.-J. Claeys sur une diffusion à la fois par route et par voie fluviale.

  • 5  Le transport par voie fluviale apparaît néanmoins bien moins onéreux, notamment pour des matériaux (...)

19Si l’approvisionnement en terres cuites architecturales depuis le nord est de fait avéré, il n’est toutefois pas nécessairement monopolistique. Une diffusion des productions des ateliers de tuiliers d’Argonne, distants d’une centaine de kilomètres, ne peut être écartée dans l’absolu. Elles pourraient avoir accompagné les sigillées issues du même secteur géographique. Par ailleurs, l’axe routier majeur Reims-Cologne dessert également cette zone, et la capitale de la Gaule Belgique peut apparaître plus proche que l’atelier ayant estampillé le carreau, ou du moins plus accessible. Elle se situe à environ 70 km du secteur de découverte de ces estampilles, tandis que le trajet par la Meuse apparaît bien moins rectiligne et nécessite de remonter le courant sur une distance assez considérable : la rivière sinue de fait sur une centaine de kilomètres entre Dinant, desservie par une voie venant de Bavay, et Charleville-Mézières5. Des ateliers de tuiliers sont présumés aux alentours de Reims, mais ne sont pas encore précisément localisés. La difficulté d’identification des productions de la périphérie rémoise réside dans le fait que celles-ci ne semblent pas avoir été estampillées. Ainsi, seules les pâtes et les modules mis en œuvre peuvent servir de marqueur de diffusion, ce qui nécessite l’établissement d’une typo-chronologie actuellement en cours d’élaboration par l’un des auteurs de cet article. On ne peut ainsi pour l’heure affirmer que Durocortorum ne fournissait pas de matériaux de construction en terre cuite dans ce secteur en marge de son territoire.

  • 6  Le type d’organisation qui apparaît comme étant le plus courant (FERDIÈRE, 2012, p. 81).

20L’absence patente de toute estampille à Reims, sur un marché pourtant éminemment vaste, peut toutefois fournir une piste de réflexion quant à l’organisation de la production locale. Il paraît en effet difficilement concevable qu’un tel marché n’ait pas suscité des phénomènes de concurrence entre tuileries domaniales6 entraînant un estampillage pour mettre en exergue sa production, comme on peut l’observer à Bavay par exemple (DE POORTER, CLAEYS, 1989, p. 227). Peut-être faut-il dès lors imaginer une administration municipale centralisée des tuileries dans ce cas précis, comme cela est supposé par exemple à Rome ou à Trèves (FERDIÈRE, 2012, p. 39), afin d’assurer un approvisionnement optimal de l’agglomération. Les exportations ont pu de fait s’avérer très limitées, nécessitant pour les Rèmes des confins l’activation d’autres circuits commerciaux.

21Par ailleurs, même si le massif primaire de l’Ardenne n’est certes pas le plus favorable à l’exploitation de l’argile, on ne peut exclure une production locale de tuiles, qui semble confirmée par la présence à Warcq, par exemple, de terres cuites architecturales à dégraissant schisteux (BONTROND, 2011, p. 97).

Conclusion

22Ces découvertes d’estampilles nerviennes ou tongres aux confins de ces territoires voire chez leurs voisins rèmes ouvrent des perspectives fort intéressantes quant à l’identification des circuits commerciaux de cette micro-région charnière, tant du point de vue géologique que culturel. De fait, des études systématiques de terres cuites architecturales issues des opérations de fouille dans ce secteur pourraient s’avérer particulièrement instructives pour caractériser ces liens et en évaluer le poids par rapport à des approvisionnements locaux en matériaux de construction. Ainsi, les tubuli associés au carreau estampillé du Châtelet-sur-Sormonne présentent macroscopiquement une pâte très différente : rose à crème, très tendre, elle comporte essentiellement des inclusions de chamotte clairsemées de 1 à 5 mm de longueur. Elle témoigne à l’évidence d’une autre production (pâte « savonneuse » ?) et donc d’un approvisionnement diversifié.

23L’identification de terres cuites à dégraissant schisteux et l’estimation de leur diffusion apparaissent également comme un enjeu majeur dans ce cadre. Cette production, qui apparaît de prime abord comme un appoint local en matériaux, pourrait en effet s’avérer bien plus importante, quelques indices laissant penser qu’elle a été diffusée jusqu’à Durocortorum. Enfin, la place de la terre cuite par rapport à l’ardoise, dans une région où cette dernière est de plus en plus régulièrement avérée en contexte antique, mérite également d’être mesurée.

Haut de page

Bibliographie

BILLOIN D., 1994, La déviation de Rocroi (Ardennes), Rapport de diagnostic archéologique, AFAN, DRAC Champagne-Ardenne, SRA, 7 p.

BONTROND R., 2011, « Synthèse sur les terres cuites architecturales antiques », in : Cartron G. dir., Warcq ‘A34-Y Ardennais-Tranche D’ (Ardennes), Rapport de diagnostic archéologique, Conseil Général des Ardennes, SRA Champagne-Ardenne, p. 97-101.

BOUET A. dir., 2003, Thermae Gallicae : les thermes de Barzan (Charente-Maritime) et les thermes des provinces gauloises, Bordeaux, Ausonius, 762 p. (11ème suppl. à Aquitania – Mémoires Ausonius, 10).

BOUET A., 2003, Les thermes privés et publics en Gaule narbonnaise, Rome, École Française de Rome, 2 vol., 416 p. et 381 p.

BRULET R., 1985, « Établissement gallo-romain à Macquenoise : thermes et centre sidérurgique », Documents et Rapports de la Société royale d’Archéologie et de Paléontologie de Charleroi, 59, p. 27-55.

CARTRON G., MARIAN J., 2010, Murtin-et-Bogny et Rémilly-les-Pothées ‘A34-variante de l’Audry’, Rapport de diagnostic archéologique, vol. 1, Cellule dép. d’Archéologie du Conseil général des Ardennes, DRAC Champagne-Ardenne, SRA, 175 p.

CATTELAIN P., LUPPENS L., à paraître, « La circulation des terres cuites architecturales dans l’Entre-Sambre-et-Meuse et zones contiguës, d’après la répartition des estampilles : essai de chronologie », in : Consommer dans les campagnes de la Gaule romaine, Actes du Xe congrès de l’association AGER, Univ. Lille 3, 4-6 avril 2012.

CHARLIER F., 1995, « La diffusion des tuiles antiques : l’intérêt des marques digitées », in : Éclats d’Histoire : 10 ans d’archéologie en Franche-Comté, 25 000 ans d’héritages, Besançon, p. 74-77.

CHRISTOL M., FICHES J.-L., 1999, « Le Rhône : batellerie et commerce dans l’Antiquité », Gallia, 56, p. 141-155.

DE POORTER A., CLAEYS P.-J., 1989, Les sigles sur matériaux de construction romains en terre cuite en Belgique, Leuven, 300 p. (Acta Archaeologica Lovaniensa, Monographiae I).

FERDIÈRE A., 2012, « La production de terres cuites architecturales en Gaule et dans l’Occident romain, à la lumière de l’exemple de la Lyonnaise et des cités du nord-est de l’Aquitaine : un artisanat rural de caractère domanial ? », Revue Archéologique du Centre de la France, 51, p. 17-187.

HÉRON de VILLEFOSSE A., 1914, « Verre peint trouvé dans une sépulture à Fraillicourt (Ardennes), P.V. du 23 sept. 1914 », Bull. de la Société des Antiquaires de France, p. 255-269.

LEBRUN G., 2012, Les ateliers de tuilier de la région d’Orchies à l’époque gallo-romaine : approches multi-scalaires, Mémoire de Master sous la dir. de J. Arce et X. Deru, Univ. Lille 3, 2 vol., 111 et 92 p.

LEJEUNE O., DEVOS A., FRONTEAU G., DUMÉNIL C., KRAUS V., 2011, « Le milieu physique du département des Ardennes », in : NICOLAS D., Les Ardennes, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 48-54 (Carte archéologique de la Gaule, 08).

MARCHADIER A., 2010, A34, Branche ouest de l’‘Y’ ardennais, Saint-Pierre-sur-Vence à Rocroi, Phase 5 : Sévigny-la-Forêt à Rocroi (08) : les tumuli de la forêt des Pothées, Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, DRAC Champagne-Ardenne, SRA, 124 p.

MARIAN J., 2011, Châtelet-sur-Sormonne, Le Prés du Croizet et Le Tranliau, Rapport de diagnostic archéologique, Cellule dép. d’Archéologie du Conseil général des Ardennes, DRAC Champagne-Ardenne, SRA, 39 p.

MARIAN J., 2012, Châtelet-sur-Sormonne, Branche Ouest de l’‘Y’ ardennais, tranches B et C, Rapport de diagnostic archéologique, Cellule dép. d’Archéologie du Conseil général des Ardennes, DRAC Champagne-Ardenne, SRA, 198 p.

MARIAN S., 2012, Tremblois-les-Rocroi et Châtelet-sur-Sormonne, Autoroute A 34, phase G2, Ardennes, Rapport de diagnostic archéologique, Cellule dép. d’Archéologie du Conseil général des Ardennes, DRAC Champagne-Ardenne, SRA, 36 p.

NICOLAS D., 2011, Les Ardennes, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 512 p. (Carte archéologique de la Gaule, 08).

POIRIER S., 2012, Tremblois-les-Rocroi et Châtelet-sur-Sormonne, Autoroute A 34, phase G1, Ardennes, rapport de diagnostic archéologique, Cellule départementale d’Archéologie du Conseil général des Ardennes, DRAC Champagne-Ardenne, SRA, 48 p.

RÉMY A., 2008, Autoroute A34, Branche ouest de l’‘Y’ ardennais, phase IV, tranche A, Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, DRAC, Champagne-Ardenne, SRA, 47 p.

RÉMY A., 2011a, Autoroute A34, Branche Ouest de l’‘Y’ ardennais, phase IV, tranche B, Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, DRAC, Champagne-Ardenne, SRA, 73 p.

RÉMY A., 2011b, Autoroute A34, Branche Ouest de l’‘Y’ ardennais, phase III, Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, DRAC, Champagne-Ardenne, SRA, 70 p.

ROLIN D, 1996, Gué d’Hossus, Rapport de diagnostic archéologique, AFAN, DRAC, Champagne-Ardenne, SRA, 14 p.

VAN OSSEL P., DEFGNÉE A., 2001, Champion, Hamois : une villa romaine chez les Condruses :archéologie, environnement et économie d'une exploitation agricole antique de la Moyenne Belgique, Namur, Min. de la région wallonne, 278 p. (Études et documents. Archéologie, 7).

VERGUET M., 1974, « La marque de Clarianus sur briques, tuiles et tuyaux d’hypocauste, époque des Antonins », R.A.E., t. XXV, fasc. 2, p. 239-249.

Haut de page

Notes

1  D’après la photographie transmise par J.-P. Lémant, que nous remercions ici. Les estampilles de Vireux-Wallerand et Château-Porcien citées plus loin nous ont également été communiquées par J.-P. Lémant.

2  Cette chronologie relative devant être assez resserrée, puisqu’elle ne concerne qu’un seul atelier, il est certainement illusoire de pouvoir la mettre en évidence sur le terrain, à moins de disposer de contextes exceptionnellement précis.

3  Et qui évoque irrésistiblement la situation du tuilier Clarianvs dans la vallée du Rhône (VERGUET, 1974, p. 249).

4  Seule une hypothétique voie Bavay-Metz pourrait traverser cette zone (NICOLAS, 2011, p. 122).

5  Le transport par voie fluviale apparaît néanmoins bien moins onéreux, notamment pour des matériaux pondéreux (CHRISTOL, FICHES, 1999, p. 150).

6  Le type d’organisation qui apparaît comme étant le plus courant (FERDIÈRE, 2012, p. 81).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de l’opération en Gaule Belgique.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 2. Localisation du bâtiment balnéaire sur le plan du diagnostic.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 3. Les bains du Châtelet-sur-Sormonne et de Macquenoise : des similitudes.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7527/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 4. Photographie de l’estampille TRPS.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7527/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 6. Typologie des estampilles TRPS (d’après DE POORTER, CLAEYS, 1989).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7527/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 7. Briques estampillées de Charleville-Mézières « Plateau de Berthaucourt », de Vireux-Wallerand « La Campagne », et de Château-Porcien « Nandin » (photographies J.-P. Lémant).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7527/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 8. Carte de l’aire de diffusion de l’estampille TRPS en Gaule Belgique.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7527/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Bontrond, Jérôme Marian et Yahya Balhawan, « Nouvelles données sur la diffusion des terres cuites architecturales antiques en Gaule Belgique à partir d’une découverte réalisée au Châtelet-sur-Sormonne (Ardennes) », Revue archéologique de l’Est, Tome 62 | 2013, 425-434.

Référence électronique

Régis Bontrond, Jérôme Marian et Yahya Balhawan, « Nouvelles données sur la diffusion des terres cuites architecturales antiques en Gaule Belgique à partir d’une découverte réalisée au Châtelet-sur-Sormonne (Ardennes) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 62 | 2013, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rae.revues.org/7527

Haut de page

Auteurs

Régis Bontrond

Service Archéologique de Reims Métropole

Jérôme Marian

Cellule départementale d’Archéologie des Ardennes, Conseil général des Ardennes

Yahya Balhawan

Cellule départementale d’Archéologie des Ardennes, Conseil général des Ardennes

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page