Navigation – Plan du site
Article
Annaïg Le Martret

L’enclos d’une colonne de Jupiter à Bavilliers (Territoire de Belfort) ?

p. 187-210

Résumés

La fouille réalisée sur le site de la « Grand Rue François Mitterrand » à Bavilliers a permis d’étudier les vestiges d’un site cultuel gallo-romain caractérisé par un enclos carré de 32 m de côté, au centre duquel ont été mises au jour les fondations d’un monument imposant. Un niveau de sol plan a été aménagé dans la cour et le radier de seuil de l’entrée principale était conservé sur la façade sud. Cette configuration ainsi que la découverte d’un fragment de foudre et d’un pendentif en forme de lunule sont interprétées comme des indices de colonne de Jupiter. L’étude des monnaies et l’analyse dendrochronologique des pieux de soutènement des fondations du monument apportent de nouveaux éléments de datation de ce type de monument. La création intervient autour des années 122-123 ap. J.-C., le fonctionnement de l’ensemble se serait prolongé jusqu’à la moitié du IIIe siècle et le démantèlement se situerait à la fin du IVe siècle. Ce monument se distingue par son éloignement des zones de concentration de colonnes de Jupiter situées près du limes rhénan, et par la précocité de sa construction.

Excavations of Grand Rue François Mitterrand at Bavilliers revealed the remains of a Gallo-Roman sanctuary measuring 32 m square, with a massive building at its centre. The courtyard was at ground levelandthe foundation plate ofthe main gate waslocated on the south-east wall of the building. This spatial organization and the discovery of a Jupiter thunderbolt and a moon-shaped pendant suggest the temple included an Anguiped Jupiter column. Dating is based on coinage and the dendrochronology of the foundation piles. The temple was built in 122–123 AD and used until the mid-3rd century ; it was demolished at the end of the 4th century. The Bavilliers sanctuary is distinguished by its early construction and the fact that the Jupiter columns generally characterize the Rhenish limes area.

Bei der Grabung in der „Grand Rue François Mitterrand“ in Bavilliers konnten die Überreste einesgallo-römischen Kultplatzes untersucht werden. Es handelte sich um eine viereckige Umfriedung mit einer Seitenlänge von 32 m, in deren Zentrum die Grundmauern eines imposanten Monuments freigelegt wurden. In diesem Peribolos war ein Bodenniveau aufgeschüttet worden. An der Südseite des Haupteingangs war die Torschwelle erhalten. Diese Eigenschaften sowie die Entdeckung eines Blitzfragmentes und eines halbmondförmigen Anhängers werden als Hinweise auf eine Jupitersäule gedeutet. Aus der Untersuchung der Münzen und der dendrochronologischen Analyse der Fundamentpfähle ergeben sich neue Datierungselemente für die Jupitersäulen. Das Bauwerk wird um 122-123 n. Chr. errichtet und bis Mitte des 3. Jh. besucht. Gegen Ende des 4. Jh. wurde es wohl abgerissen. Dieses Monument zeichnet sich nicht nur durch seine Entfernung vom rheinischen Limes aus, wo sich die Jupitersäulen konzentrieren, sondern auch durch seine frühe Errichtung.

Texte intégral

1La commune de Bavilliers est située à 3 km au sud-ouest de Belfort, dans les collines pré-jurassiennes, à une altitude moyenne de 365 m (fig. 1). Elle est traversée par la rivière Douce, qui coule à une centaine de mètres à l’est du site. Les cartes du XVIIIe siècle montrent que son tracé était anciennement décalé de 40 m vers l’est. Le sanctuaire gallo-romain est installé sur une parcelle en bas de pente, située 45 Grande Rue François Mitterrand. Le terrain naturel est caractérisé par un sédiment argileux rougeâtre, ponctuellement marqué par un fin gravier.

image

Fig. 1. Cartes de situation de Bavilliers (DAO A. Le Martret).

2La construction d’une boulangerie industrielle au sein de cette commune à fort potentiel archéologique a motivé une opération de diagnostic (BILLOIN, 2009), suivie d’une opération de fouille de sauvetage réalisée par la société Antéa-archéologie. Elle s’est déroulée entre décembre 2009 et mars 2010 et a concerné une surface de 2 200 m² environ (LE MARTRET et alii, 2011).

3Hormis une occupation d’Époque moderne probablement liée au terrassement et au drainage de ce terrain inondable, l’ensemble des structures mises au jour peut être associé à la fin de La Tène finale et à l’époque gallo-romaine. La majorité d’entre elles se rattache à un établissement cultuel. Le site a livré un corpus de monnaies relativement important, qui vient éclairer la chronologie et le fonctionnement du sanctuaire.

Contexte archéologique gallo-romain

4La région belfortaine constitue un passage naturel entre le Jura au sud et les Vosges au nord. À l’époque romaine, elle était traversée par deux axes principaux. La voie du Rhin reliait Lyon à la région rhénane en passant par Mandeure. Plus au nord, longeant les Vosges, une autre reliait Langres à Strasbourg. Des voies secondaires quadrillaient par ailleurs la région, dont l’une permettait, en partant de Mandeure, de rejoindre celle de Langres-Strasbourg en passant par Bavilliers, Belfort et Offemont (JOAN, 2003).

5Les vestiges gallo-romains découverts sur la commune de Bavilliers évoquent une agglomération secondaire revêtant probablement un rôle cultuel lié à des sources guérisseuses. La fontaine Saint-Ambroise (fig. 2 : 1), située à proximité de l’actuel cimetière, était d'ailleurs toujours réputée au XIXe siècle pour le soin des yeux. La chronologie de cette agglomération est encore mal connue, mais il semblerait que, si les traces d’occupation s’étendent du Ier au IVe siècle, le dynamisme du site ait atteint son paroxysme au cours des IIe et IIIe siècles.
Hormis des opérations de diagnostic récentes, les principales fouilles réalisées sur la commune sont anciennes. Les vestiges observés se concentrent au centre de l’actuelle ville de Bavilliers.

image

Fig. 2. Plan des vestiges gallo-romains de Bavilliers (DAO A. Le Martret).

6Au sud de l’église (fig. 2 : 2) et s’étendant jusqu’au cimetière (fig. 2 : 3), des fouilles de sauvetage et des prospections réalisées dans les années 70-80 ont permis de mettre au jour les témoins d’un important complexe antique se développant sur près de 3 hectares et orienté nord-ouest/sud-est (fig. 2 : 4 - propriété Jeanney-Spadone - BILLEREY, 2010). Des éléments d’architecture monumentale et des restes de décors témoignent de son caractère luxueux (éléments de colonne, stucs, mosaïques, hypocaustes, etc.). Le bâtiment principal est muni d’au moins une aile. Une galerie et une salle sur hypocauste ont pu être observées. Bien que la fenêtre de fouille soit réduite, on peut soupçonner que les éléments mis au jour appartiennent à un grand ensemble s’organisant autour d’une cour. L’étude des décors et les thèmes iconographiques abordés posent la question de la destination cultuelle de cet ensemble. Deux phases chronologiques d'occupation ont été déterminées : fin Ier-début IIe siècle et deuxième moitié IIe-début IIIe siècle.

7Au sud de cet ensemble, plusieurs fragments de stucs et d’enduits peints ont été trouvés dans le cimetière, et au lieu-dit Le Breuil (fig. 2 : 5) un fût de colonne et un chapiteau sont notifiés. Signalons enfin que des fouilles réalisées en 2004 au sud du cimetière, au lieu-dit Les Chenevières (fig. 2 : 6), ont permis de mettre en évidence une partie d’un luxueux bâtiment d’orientation similaire à celle des vestiges découverts sur la propriété Jeanney-Spadone (CHAUVIN, MAZIMANN, 2004). Des éléments de décoration dénotant un luxe certain y ont également été prélevés (fragments de colonne, fragments de marbre, dalles calcaires sciées, tesselles, etc.). Des sondages géophysiques ont enfin été réalisés, qui ont révélé que ces vestiges se prolongent à l’ouest (fig. 2 : 7).

8Un autre sondage réalisé en 2004 rue des Écoles (CAYROL, 2004) a démontré l’expansion de l’agglomération romaine sur 500 m vers l’est (fig. 2 : 8). La partie centrale de la parcelle était traversée par un large fossé (7,50 m) au sud duquel se développaient des bâtiments gallo-romains datés des Ier-IIe siècles ap. J.-C. Le fossé était bordé d’un mur sur sa partie sud, permettant de l’identifier comme un canal. Il semble rejoindre un paléochenal situé à l’est. Là encore, la question du caractère cultuel de ces constructions n’est pas à écarter. La similarité d'orientation de ces vestiges avec ceux du 45 Grande rue F. Mitterrand (fig. 2 : 9) doit être soulignée.

1. Les traces d'une occupation laténienne

9Bien que ténues, les traces d’une occupation de La Tène finale méritent d’être soulignées puisqu’elles sont les premières reconnues sur la commune de Bavilliers. Cette période est matérialisée par un fossé et un ensemble de trous de poteau mis au jour sous les niveaux romains (fig. 3).

image

Fig. 3. Plan des vestiges antérieurs à la mise en place de l’enclos cultuel (DAO A. Le Martret).

10Une portion d'un grand fossé (fossé 37) pouvant atteindre 2 m de large et traversant le terrain selon un axe nord-est/sud-ouest a pu être observée sur une longueur de 34 m. Son orientation diverge de celle des aménagements antiques et il est recoupé par l’enclos et la pile soutenant le monument central. Le profil de son creusement, profond d'une soixantaine de centimètres, varie entre une forme en V et une forme en cuvette. Des fragments de céramique caractéristiques de La Tène D2 à la période augustéenne étaient piégés dans son comblement : un bord de Dressel 1b, un pied de Dressel 1 et un bord de dolium (fig. 4). Ce fossé n’a pas été perçu dans la parcelle voisine, diagnostiquée en 2005 (GOY, 2005), ce qui pourrait indiquer une interruption ou une bifurcation de son tracé.

image

Fig. 4. Fragments de céramique laténienne (dessin A. Langlois – Antéa Archéologie).

11Contrairement aux abords de l’enclos cultuel, l’espace intérieur est marqué par la présence de nombreux trous de poteau. Aucun alignement révélateur de bâtiment ou de palissade n’a cependant pu être mis en évidence. Tous apparaissent sous le remblai de nivellement mis en place lors de la construction de l‘ensemble cultuel. L’un de ces trous de poteau (TP 52) comprenait des éléments céramiques caractéristiques de l’occupation laténienne du site (un fond de gobelet et un fragment de jatte), et une monnaie augustéenne était piégée dans le comblement d'un autre (TP 33). La datation des autres trous de poteau s’avère néanmoins plus délicate. En effet, si certains sont manifestement révélateurs d’installations contemporaines du fossé 37, d’autres recoupent celui-ci et lui sont donc postérieurs. L’hypothèse de vestiges liés à la phase de construction (abris, systèmes de levage pour la colonne, etc.) peut être envisagée.

12Enfin, la découverte, dans le remblai de nivellement de l’enclos, d’un potin séquane au nom de Togirix daté de La Tène D2, constitue un autre témoin de la première phase d’occupation du site.

2. Le sanctuaire gallo-romain

2.1. Organisation de l’espace

13La fenêtre de fouille étant réduite, peu d’éléments structurant l’espace autour de l’enclos cultuel ont pu être mis au jour. Deux portions de voie ou chemin ont néanmoins été observées (fig. 5), révélant une situation de carrefour qui a pu influencer le choix de l’emplacement du sanctuaire.

image

Fig. 5. Plan des vestiges d’époque gallo-romaine (DAO A. Le Martret).

14La première (voie 1) longe la façade nord-ouest de l’enclos à environ 12 m de celui-ci. Elle se situe en bordure de fouille et seule une section de 16,50 m a été mise au jour. Sa largeur atteint 3,30 m, et sa construction est soignée. Elle est constituée d’un radier de pierres calcaires recouvert d’un cailloutis. Deux fossés mal conservés bordent la voie à une distance d'environ 6,50 m au sud.

15Une seconde (voie 20) a été découverte à l'angle nord-est de la zone de fouille. Moins bien conservée que la voie 1, son mode de construction et sa largeur semblent similaires. Son orientation, nord-ouest/sud-est, diverge de celle de la voie 1 et de l’enclos.

16Aucun chemin menant à l’enclos n'a été mis au jour lors de la fouille, mais l’entrée principale se trouve sur la façade sud-est, proche de la limite de fouille, dans un secteur perturbé par des aménagements modernes.

2.2. Modes de construction de l'ensemble cultuel

17L’ensemble cultuel se présente sous la forme d’un enclos carré de 32 m de côté, installé autour d’un monument central. Il est orienté nord-ouest/sud-est et une entrée principale est aménagée sur la façade sud-est.

18Les moellons utilisés pour la construction des murs de l’enclos ont fait l’objet d’une récupération massive. Les fondations sont élaborées à base de pierres calcaires soigneusement posées de chant, et peuvent atteindre 0,70 m de profondeur. L’élévation est constituée de murs en petit appareil, à double parement. L’angle sud du bâtiment se trouvant en bas de pente était le mieux conservé : quatre assises étaient préservées sur une hauteur de 0,40 m (fig. 6). Les relevés d’altitude des semelles de fondation débordantes montrent que le sol à l’intérieur de l’enclos devait former une surface plane, impliquant donc des travaux de remblaiement préalables à son aménagement.

image

Fig. 6. Relevé du mur 4 (DAO A. Le Martret).

19L’étude du comblement de cette cour intérieure vient le confirmer. Les niveaux archéologiques qui le caractérisent sont absents à l’extérieur de l’enclos. Une première couche est formée de substrat remué (argile rougeâtre), correspondant aux déblais de creusement des fondations du monument central et des murs. Une deuxième couche est constituée de restes de travail d’un calcaire tendre (vergenne), probablement utilisé pour la réalisation du monument votif. Un remblai principalement constitué d’un limon brun foncé a ensuite été apporté. Lors du démontage de l’ensemble cultuel, des éléments de démolition (pierres calcaires, éléments en plomb) et des objets liés aux pratiques cultuelles (principalement des monnaies) ont été mélangés à ce niveau, gênant la lecture et la distinction entre le remblai de construction et la couche de démolition. Les restes d’un pré-aménagement de sol ont cependant pu être très ponctuellement préservés au-dessus du remblai de nivellement. Ils sont marqués par des niveaux de pierres calcaires posées à plat et en contact, manifestement destinés à accueillir un sol de type dallage. Un fragment de calcaire scié, rappelant une dalle, a d’ailleurs été découvert lors du diagnostic.

20Le monument cultuel était implanté au sein de la cour. Il a été entièrement démonté et récupéré. Ses fondations ont toutefois subsisté. Leur robustesse permet de prendre la mesure de l’ensemble monumental qu’elles devaient soutenir. Plusieurs étapes d’installation peuvent être distinguées (fig. 7).

image

Fig. 7. Coupe des fondations du monument (DAO A. Le Martret).

21Dans un premier temps, un creusement plus ou moins quadrangulaire de 4,50 m sur 4,90 m a été réalisé. Il entaille le substrat composé d’argile rougeâtre et de fin gravier sur une profondeur de 0,95 m, avant d’atteindre une couche très compacte d’argile bleue qu’il entaille de 0,40 m. Au fond de ce creusement a été planté, sur une surface carrée de 3,15 m de côté, un ensemble de 64 pieux ayant pour vocation de stabiliser le terrain. Ces pieux ont été taillés dans du bois de chêne. Leur diamètre varie de 0,19 m à 0,31 m et la longueur des pieux prélevés varie de 1,60 m à 2,08 m. Tous sont taillés en biseau et présentent des traces d’outils (hache). L’humidité constante de leur milieu d’enfouissement explique leur très bonne conservation (fig. 8), qui a permis le succès des analyses dendrochronologiques.

image

Fig. 8. Coupe des fondations du monument et apparition des pieux de soutènement (photo A. Le Martret- Antéa Archéologie).

22Au-dessus de ces pieux a été disposé un imposant radier de 1,15 m de hauteur. Sur 0,75 m à 0,85 m de hauteur, celui-ci est constitué de hérissons de pierres calcaires superposés. L’inclinaison des pierres s’inverse d’une rangée à l’autre. Une superposition de pierres posées à plat a ensuite été mise en place sur une hauteur de 0,30 m à 0,40 m. Ce radier a été scellé par la coulée d’un mortier de chaux, formant une dalle destinée à accueillir la base du monument (fig. 9).

image

Fig. 9. Vue zénithale de la base du monument (photo S. Coubel – Antéa Archéologie).

23De cette base, seul subsiste un bloc de grès rose (hauteur 0,63 m ; longueur 0,85 m) qui semble avoir subi un dégrossissement complet lors de la phase de démontage, comme le suggèrent les fragments de grès rose découverts dans la tranchée de récupération du monument. De tels fragments n’ont pas été trouvés à d’autres endroits du sanctuaire. Les faces intactes de ce bloc montrent une surface non lissée, comprenant de nombreuses traces d’outils, suggérant donc qu’il occupait une place non visible au sein du monument. Une hypothèse possible est que la base du monument ait été constituée par d’imposants blocs de grès rose, cachés par des bas-reliefs, probablement réalisés en calcaire tendre (vergenne) tel que celui retrouvé dans les niveaux de travail jouxtant ce monument (voir plus haut, la description du comblement de la cour). L’utilisation de ce matériau pour la réalisation de l’élévation du monument est probable. Un exemple de fondations de même type est connu sur le site d’Avenches « En Chaplix 2 » (NELLIS-CLÉMENT, 2008, p. 85-86) : il s’agit d’une colonne dont le fût porte une dédicace à Silvain et Neptune. Bien que les dimensions de cet ensemble soient plus réduites que celles du monument de Bavilliers, les techniques de construction restent similaires : une colonne de 3,25 m de haut repose sur une base quadrangulaire de 0,50 m de haut et pour soutenir ce monument, un radier est aménagé dans un creusement de 0,60 m de profondeur, dont le fond est stabilisé par l’installation de pieux plantés au fond du creusement.

24De nombreux fragments de plomb, participant au scellement des blocs de grand appareil, ont par ailleurs été trouvés dans l’enceinte du sanctuaire, abandonnés au moment du démontage de l’ensemble cultuel. Le mur-péribole étant, comme nous l’avons évoqué précédemment, construit en petit appareil, ces éléments de scellement doivent être associés à l’assemblage du monument central. Une carte de répartition montre d'ailleurs leur concentration dans la partie centrale de la cour. Les 47 kg d’éléments en plomb prélevés ont pu être répartis en plusieurs catégories : les éléments de scellement des blocs architecturaux (45 %), les déchets liés au travail du plomb (46 %), les possibles éléments de statuaire (2 %) et les fragments indéterminés (7 %).

25Les fragments identifiés comme des éléments de scellement sont de forme longitudinale et de section creuse, formée par trois bords (fig. 10). Beaucoup présentent des traces de découpe ou des déformations. Ces éléments ont été formés par une coulée de plomb destinée à recouvrir et à protéger les crampons en fer en forme de Π qui raccordaient les blocs de grand appareil. La mesure de ces éléments en plomb et la découverte d’un fragment de crampon en fer permettent de restituer les dimensions des crampons utilisés : section de forme carrée de 1,4 cm de côté, longueur avoisinant 26 cm, retours devant atteindre 6-7 cm.

image

Fig. 10. Scellement de crampon en plomb (dessin V. Gaillard – Antéa Archéologie).

26La deuxième catégorie identifiée correspond aux déchets issus de la fonte du plomb (plaques, coulées), vraisemblablement intervenue au moment de la coulée des scellements de crampons, ou lors de la récupération des matériaux (fig. 11).

image

Fig. 11. Fragments de plomb : 1. hypothétiques fragments de statuaire ; 2. plaques de coulées issues du travail du plomb sur le site (photos A. Le Martret - Antéa Archéologie).

27Par ailleurs, quatre éléments de plomb particuliers pourraient être liés à de la statuaire. Ils se présentent sous la forme de plaques façonnées dont la couleur foncée fait penser que le plomb a été allié à un autre métal. Leurs deux faces sont lissées et leur épaisseur est très régulière (entre 0,6 et 0,7 cm) (fig. 11).

28L’examen global de l’ensemble cultuel fait apparaître un défaut de centrage du monument dans la cour. Étant donné les analyses stratigraphiques décrites précédemment, ce décentrage ne peut pas être expliqué par un décalage chronologique dans la construction. La qualité générale de l’ouvrage exclut également une erreur architecturale. L’identification d’une, voire de deux entrées, situées dans l’axe du monument, vient d’ailleurs le confirmer. Ainsi, les vestiges de l’entrée principaleont été mis en évidence sur la façade sud de l’enclos. Ils sont constitués d’un radier de pierres calcaires posées de chant, dont les dimensions atteignent 5,75 m sur 2,40 m pour une épaisseur de 0,20 m. Ce radier est installé contre le mur, sa base se trouvant au niveau de l’assise de réglage de celui-ci. Il était très vraisemblablement destiné à soutenir le seuil de l’entrée principale. De plus, l’observation d’un cailloutis recouvrant le mur 05 sur une longueur d’environ 3 m nous a conduits à envisager une hypothétique entrée secondaire se trouvant sur la façade nord-est de l’enclos. L’explication de ce défaut de centrage doit donc être recherchée dans la présence d’autres structures, associées au sanctuaire, dont il ne reste pas de trace perceptible. On pense notamment à l’aménagement d’une galerie d’accès pour les fidèles, le long des murs nord-est et sud-est de l’enclos. Sa construction en matériaux périssables ou l’usage de poteaux en pierre, récupérés, justifieraient l’absence de traces archéologiques. Ainsi, le monument se trouverait centré au sein de l’espace dédié à la divinité.

3. Le mobilier : datation et pratiques cultuelles

3.1. Les monnaies

29127 monnaies ont été trouvées au cours de la fouille de l’enclos cultuel de Bavilliers. Ce mobilier numismatique est bien plus abondant que les fragments de céramiques, renforçant encore l’interprétation religieuse du site. L’étude des monnaies a mis en évidence deux phases de circulation distinctes. L’une, concernant 70 % du corpus, est caractéristique du IIe siècle et de la première moitié du IIIe siècle. L’autre est attribuable à la fin du IVe siècle (fig. 12). Une monnaie d’époque indéterminée reste à l’écart des comptages.

image

Fig. 12. Tableau récapitulatif des monnaies trouvées sur le site (réal. A. Le Martret).

30Onze monnaies, soit 8,7 % du lot, ont été émises au Ier siècle ap. J.-C. et 13,3 % des monnaies sont du Haut-Empire. Seules deux sont issues de la dynastie julio-claudienne et quatre autres proviennent de l’époque flavienne (69-96). La faible représentation des monnaies du Ier siècle et leur état d’usure avancé semblent indiquer qu’elles ont pris part à une circulation monétaire postérieure.

3143,6 % des monnaies sont datées du IIe siècle ap. J.-C. Elles se répartissent ainsi : un exemplaire de Nerva, onze de Trajan, douze d’Hadrien, dix-huit d’Antonin le Pieux, onze de Marc-Aurèle, un de Commode et un d’Albin. Peuvent s’y ajouter deux monnaies de Septime Sévère frappées au début du IIIe siècle. Ce faciès monétaire est caractéristique d’un dynamisme maximal de l’occupation intervenant pendant la deuxième moitié du IIe siècle. Outre le fait que les monnaies d’Antonin soient majoritaires, le maintien du numéraire de Marc-Aurèle et la présence de monnaies postérieures telles que celles d’Albin et de Septime Sévère sont révélateurs d’une fréquentation des lieux se prolongeant jusqu’au début, voire au milieu du IIIe siècle.

32Après le début du IIIe siècle, un hiatus est perceptible jusqu’aux années 260. Les monnaies frappées entre 260 et 294 sont au nombre de seize, soit une proportion de 12,7 % du lot. Cette faible part n’est pas caractéristique d’une fréquentation soutenue. Il est ainsi probable que ces monnaies ont pris part à la circulation monétaire du IVe siècle.

33Dix-huit monnaies ont été frappées au IVe siècle, soit 14,3 % du lot global. L’apport monétaire est régulier. Celles du début du siècle sont bien représentées, notamment les frappes de Constantin Ier, comprises entre 309 et 313. La période 330-335 connaît un pic significatif lié aux grandes émissions de type Gloria exercitus ou Vrbs Roma / Constantinopolis. Les monnaies valentiniennes et théodosiennes, avec quatre exemplaires, sont bien représentées, donnant l’image d'une circulation monétaire tardive (fin IVe-début Ve siècle). L’origine de ces monnaies est majoritairement gauloise avec huit monnaies de Trèves, deux de Lyon et une d’Arles. Des ateliers non gaulois sont cependant présents avec une frappe de Londres, une de Cyzique et une d’Antioche.

34En conclusion de cette analyse, le démontage de l’ensemble cultuel semble être intervenu au IVe siècle. En effet, si l’on prend en considération le fait que les antoniniens de la fin du IIIe siècle ont probablement été intégrés à la circulation monétaire du IVe siècle, on voit apparaître deux lots distincts. Un premier découle de la circulation monétaire du IIe siècle et du début du IIIe siècle (91 monnaies), et correspondrait à la phase de fréquentation du site. Un second est issu d’une circulation monétaire du IVe siècle (34 monnaies). La valeur des monnaies du IVe siècle étant très réduite, le nombre de 34 pièces ne doit pas être associé à une fréquentation régulière et assidue des lieux. Donnons pour exemple deux sites cultuels ayant fonctionné au IVe siècle. Des fouilles du sanctuaire de Viuz-Faverges, en Haute-Savoie (AMANDRY, RÉMY, 1997), sont issues 70 monnaies d’Auguste à Commode, 82 monnaies de 192 à 294 et 787 monnaies du IVe siècle. Le sanctuaire de la forêt d’Halatte, dans l’Oise (BERDEAUX-LE BRAZIDEC, 2000), a quant à lui permis de découvrir 108 monnaies frappées entre Auguste et Commode, 271 monnaies frappées entre les années 192 et 294 et 673 monnaies frappées entre 294 et 408. Il apparaît ainsi que les sites fréquentés au IVe siècle livrent des quantités proportionnellement plus importantes de numéraires. Au final, les monnaies du IVe siècle semblent donc constituer les vestiges d’une fréquentation courte des lieux, qu’on serait tenté d’attribuer à la phase  de démolition de l’ensemble cultuel.

35Le levé systématique des monnaies à l’aide d’un tachéomètre a permis l’élaboration d’une carte de répartition (fig. 13). L’impossibilité de différencier, sur un site à vocation cultuelle, les monnaies perdues de celles offertes à la divinité constitue une difficulté importante pour l’interprétation d’une telle carte. Globalement, on serait tenté d’attribuer aux monnaies issues de la circulation du IIe et du début du IIIe siècle un rôle de don rituel, puisqu’elles correspondent de façon certaine à la phase de fonctionnement de l’enclos. À l’inverse, les monnaies du Bas-Empire concordant probablement à la phase de démolition de l’ensemble cultuel pourraient être comprises comme des pertes accidentelles. Il faut cependant nuancer cette vision des choses. En effet, quelques monnaies correspondant à la phase de fonctionnement du sanctuaire ont pu être perdues accidentellement, mais elles représentent a priori une faible part du lot. De même, on ignore si des croyances anciennes ne perduraient pas au moment du démontage de l’ensemble. Ainsi, on peut imaginer que certains dons ont été effectués à cette occasion.

image

Fig. 13. Carte de répartition des monnaies (réal. A. Le Martret).

36Ici, deux éléments illustrent la vocation cultuelle des monnaies. Tout d’abord, quasiment aucune monnaie ne provient de l’extérieur de l’enclos. D’autre part, des concentrations particulièrement marquées sont visibles, bien que les monnaies soient mêlées dans le remblai, sans stratigraphie différenciée. La majorité de celles des Ier-IIe siècles est dispersée autour de la pile centrale, avec des concentrations à l’est et au sud de celle-ci, c’est-à-dire au niveau des lieux de circulation correspondant aux entrées dans l’enclos. Cette répartition pourrait également s’expliquer par la présence d’un hypothétique espace de circulation périphérique de type galerie d’où les monnaies auraient été jetées vers le monument central dédié à la divinité. Signalons par ailleurs qu’une concentration de huit monnaies a été trouvée contre l’angle est de l’enclos, indiquant peut-être la présence d’un autel secondaire ou d’un tronc à offrandes. Les monnaies de la fin du IIIe et du IVe siècle sont dispersées au centre de l’enclos, mais présentent deux zones de concentration, l’une à proximité du creusement de récupération de la pile centrale, l’autre au sein de ce creusement.

37En conclusion, l’ensemble des éléments recueillis permet d’établir la présence de deux phases de circulation monétaire. L’une est associée à la période d’activité de l’enclos et s’étend depuis le début du IIe siècle jusqu’au milieu du IIIe siècle. L’autre, correspondant peut-être à la phase de démontage, se situe à la fin du IVe, voire au début du Ve siècle. Cette chronologie est cohérente avec celle établie par l’étude de la céramique et, en l’absence de mobilier céramique spécifique à l’usage cultuel, le don monétaire semble bien constituer le principal type d’offrande pratiqué dans ce sanctuaire.

3.2. La céramique

38Le mobilier céramique est peu présent sur le site. Ainsi, seuls 87 restes et 21 individus ont été répertoriés. Quelques éléments ont été trouvés lors du nettoyage des murs, mais aucun ne figurait dans les tranchées de fondation de ceux-ci. La majeure partie des fragments provient du comblement de la cour de l’enclos cultuel. Ils ont permis de mettre en évidence une fréquentation du site entre la période flavienne et le début du IIIe siècle. L’étude du mobilier numismatique révèle une présence au IVe siècle qui ne transparaît pas, ou à peine, dans le faciès céramique associé.

image

Fig. 14. Diagramme de répartition de la céramique (réal. A. Murer – Antéa Archéologie).

39Dans ce contexte cultuel, le rôle joué par la céramique commune au détriment de la sigillée doit être souligné (fig. 14). En effet, les fragments retrouvés correspondent majoritairement à des jattes destinées à la préparation des aliments. D’autre part, le fait que des éléments de vaisselle de type coupes ou cruches, ou même amphores, en relation avec des rituels de libation, ne soient pas plus présents au sein de ce corpus doit être souligné (fig. 15).

image

Fig. 15. Fragments de céramique gallo-romaine (dessin A. Langlois – Antéa Archéologie).

3.3. Le mobilier métallique

40Le mobilier métallique s’est avéré déterminant dans l’identification de la divinité vénérée. Plusieurs éléments de parure en alliage cuivreux ont été découverts dans l’enceinte du sanctuaire, parmi lesquels une épingle polyédrique décorée d’ocelles et datée des IIIe-IVe siècles, une fibule zoomorphe représentant un lièvre et datée de la fin du Ier-début IIe siècle, une bague en alliage cuivreux décorée d’une scène représentant un oiseau et un motif végétal (fig. 16), une agrafe, deux boutons décorés. Mais deux éléments méritent une attention particulière puisqu’ils peuvent être associés au culte de Jupiter à l’anguipède.

image

Fig. 16. Bague en alliage cuivreux (dessin O. Chifflet – Antéa Archéologie).

41Un pendant de harnais en forme de croissant de lune (lunule) a été trouvé au cours du diagnostic (fig. 17). Il est long de 5 cm et sa hauteur atteint 3,7 cm, auxquels vient s’ajouter 1,1 cm d’attache.

image

Fig. 17. Applique de harnais en forme de lunule (dessin V. Gaillard – Antéa Archéologie).

42Il semble constitué d’une âme en fer, recouverte d’une pellicule d’alliage cuivreux, elle-même couverte d’une feuille d’or sur sa face extérieure. Le caractère protecteur de ce motif est bien connu dans le monde romain. Ainsi le retrouve-t-on notamment sur des talismans portés au cou des enfants (bulla) (DUFRASNES, 2008, p. 6-7) ou attaché au harnachement des chevaux. D’ailleurs, des appliques en forme de lunule peuvent être observées sur les harnais de chevaux figurant sur plusieurs monuments romains (FEUGÈRE, 2002) et la lunule pendant au front du cheval du cavalier à l’anguipède de Tongres, en Belgique (MERTENS, 2000), est un indice d’interprétation particulièrement parlant dans notre cas. D’autre part, des marques spécifiques ont pu être observées sur plusieurs groupes du cavalier tels que Grand (Vosges), Portieux (Vosges) ou Haguenau (Bas-Rhin). Il s’agit d’une petite mortaise ou d’un petit trou portant des traces d’oxydation situé entre les oreilles du cheval (BOULANGER, 1996). Ces creusements témoignent manifestement de l’apport d’éléments métalliques associés au harnachement, qui viennent compléter la sculpture en pierre.

image

Fig. 18. Fragment de foudre en alliage cuivreux (dessin V. Gaillard – Antéa Archéologie).

43Un fragment de foudre (fig. 18) a également été trouvé lors du diagnostic archéologique. Il est long de 26 cm et composé de trois segments de 10 cm, 5,2 cm et 14,3 cm, formant deux coudes en angle droit. La largeur de la lame atteint 1,6 cm. Le plus grand segment se termine par une flèche, dont l’un des côtés est cassé. Il a entièrement été forgé dans un alliage cuivreux. Cette trouvaille se rapporte au foudre (faisceau d’éclairs) brandi par la statue de Jupiter. La présence d’un orifice pratiqué dans la main droite levée de Jupiter et destiné à accueillir cet élément a pu être constatée sur plusieurs groupes (BOULANGER, 1996). Rares sont les monuments pour lesquels le foudre est conservé mais trois exemples peuvent être cités. Sur le site du Wasserwald (Bas-Rhin), deux colonnes au cavalier à l’anguipède ont été trouvées. Le premier monument, daté du IIIe siècle, fut découvert en 1908. Le foudre de la statue était conservé et se présente sous la forme d’un fagot de trois tiges métalliques coudées (FLOTTÉ, FUCHS, 2000, p. 316). Plus récemment, les fragments du foudre de Jupiter ont été mis au jour sous une colonne jetée dans un puits comblé au IIe siècle à Heildelberg en Allemagne (LUDWIG et alii, 2010). Enfin, deux fragments de foudre en alliage cuivreux, très comparables à celui de Bavilliers, proviennent du sanctuaire de Bad Bubendorf (Suisse, BL) (fig. 19).

image

Fig. 19. Plan de l'enclos de Bad Bubendorf - Furlenboden, et dessin des deux fragments de foudre trouvés sur le site (d'après FELLMANN, 1992, p. 281).

3.4. Chronologie et interprétation

44Bien qu’aucun élément lithique provenant du monument central n’ait pu être identifié, la fouille réalisée au 45 Grande Rue François Mitterrand a permis de mettre au jour plusieurs indices permettant d’interpréter ce site comme un ensemble dédié à Jupiter, dont le culte se rassemblait autour d’une colonne votive.

45Tout d’abord, le site n'est pas caractérisé par un bâtiment cultuel fermé de type temple, mais par un monument autour duquel un mur de péribole délimite l’espace sacré voué à la divinité. Cette disposition semble être en adéquation avec l’aménagement d’une colonne votive. Malheureusement, le contexte archéologique des colonnes à Jupiter déjà mises au jour est généralement peu ou pas connu. En milieu cultuel, le site de Jouars-Ponchartrain dans les Yvelines (BLIN, 2000) semble cependant fournir un élément de comparaison intéressant qui comporte de nombreux points communs avec le sanctuaire de Bavilliers. Cet ensemble, constitué d’un mur d’enclos d’une dizaine de mètres de côté et d’un monument central dont la base a été conservée, a été rattaché à la zone cultuelle au milieu du IIe siècle. Un dépôt de fondation composé de dix-neuf monnaies dont le terminus post quem se situe au règne de Nerva était enseveli sous un angle du radier. D’après les informations recueillies en fouille, la destruction du monument est estimée au plus tôt dans la deuxième moitié du IVe siècle. Le socle central est composé de pierres de meulière et mesure 3,60 m de côté. Un imposant bloc calcaire (1,40 m x 0,80 m x 0,40 m) est resté en place. Plusieurs milliers de fragments d’un riche décor sculpté, façonné dans le même calcaire que celui trouvé dans la base centrale, ont également été retrouvés, parmi lesquels 840 étaient identifiables. L’étude épigraphique a permis de démontrer la présence d’au moins deux dédicants. Si aucune divinité représentée n’a pu être déterminée avec certitude, quelques restes d’un cavalier ont pu être reconstitués (jambe de cheval, éléments de harnachement). Tous ces éléments évoquent bien sûr une colonne de Jupiter. De plus, le grand nombre de restes de sacrifices de bœufs trouvés semble désigner une divinité majeure du Panthéon romain telle que Iupiter Optimus Maximus. Le sanctuaire de Bad Bubendorf (Suisse, BL) pourrait constituer un comparatif majeur (fig. 19). Il se présente en effet sous la forme d'une petite enceinte d’une quinzaine de mètres de côté, au sein de laquelle ont été mises en évidence les fondations d’une colonne (FELLMANN, 1992, p. 281-282). Là encore, le monument central présente un défaut de centrage dans l’enceinte. Un mur intérieur parallèle à la façade nord-est de l’enclos pourrait être interprété comme le vestige d’une galerie, qui expliquerait ce décalage (la colonne serait au centre de l’espace intérieur réservé à la divinité). De plus, deux fragments de foudre rappelant la trouvaille de Bavilliers ont été mis au jour. Les monnaies sont révélatrices d’une fréquentation des lieux s’étendant jusqu’au IVe siècle.

46Les autres contextes archéologiques connus se rapportent le plus souvent à des occupations de type habitat. Plusieurs exemples montrent un type d’aménagement commun au sein duquel le monument était entouré d’un enclos délimité par des poteaux en pierre creusés d’encoches destinées à accueillir des planches de bois formant une barrière (BOULANGER, 1996).

47Les objets découverts sur le site participent aussi à l’interprétation de cet ensemble comme un lieu dédié à Jupiter. Le foudre en alliage cuivreux mis au jour lors du diagnostic est particulièrement évocateur. Enfin, le pendant en forme de lunule semble correspondre à une applique décorative de harnais se rapportant au domaine équestre, et donc à la représentation d’un cavalier.

48L’ensemble de ces éléments évoque une colonne à Jupiter à l’anguipède, dont les caractéristiques générales, connues grâce à quelques monuments entiers tels que Merten (Moselle), Hausen, ou encore Ehrang (Allemagne), peuvent être rappelées ici.

49Ces monuments, dotés d’un symbolisme fort, sont constitués d'un groupe sculptural placé au sommet d’une colonne. Il figure un cavalier, barbu ou non, parfois cuirassé, qui brandit généralement un foudre. Il peut aussi disposer d’attributs tels que la roue, qui se rapporte à une origine gauloise du culte. G. Bauchhens défend d’ailleurs l’hypothèse d’une origine celtique des colonnes au cavalier (BAUCHHENS, NOELKE, 1981). Le cheval peut être harnaché ou non, et son allure varie. Il terrasse un monstre, le plus souvent couché, doté d’une tête et d’un torse humain, et dont le corps se termine en queue de serpent. Le groupe de Tongres (Belgique), qui réunit deux anguipèdes, est une exception. Des variantes sont connues : à Vienne-en-Val (Loiret), le monstre est accroupi ; à Luxeuil (Haute-Saône), il est enterré jusqu'au cou ; à Neschers (Puy-de-Dôme), il est représenté sous la forme d'un masque auquel deux bras sont soudés. Plusieurs interprétations de cette scène ont été proposées (MERTENS, 2000) dans une littérature abondante. L’hypothèse la plus courante y voit la représentation de Jupiter, comme semble l’indiquer la présence, sur plusieurs monuments, d’une dédicace à Iupiter Optimus Maximus. En tant que maître du ciel romain, Jupiter est honoré par tous, mais la répartition des dédicaces à ce dieu montre une très forte concentration à proximité du limes, dans les Germanies romaines (RAEPSET-CHARLIER, 2006, p. 387-388). Ainsi, dans ces régions particulièrement exposées aux incursions barbares, ces monuments peuvent-ils symboliser la domination romaine et la victoire de l’empereur sur les Germains (LAVAGNE, 2001). Ils reflèteraient alors un aspect du culte impérial.

50Ce groupe statuaire repose sur un chapiteau de type corinthien, décoré de feuilles d’acanthe, dont les quatre faces portent généralement les bustes des allégories des quatre saisons. Le fût de la colonne est lisse ou décoré de motifs végétaux. Il présente la particularité d’être plus court que les proportions généralement observées et sa partie médiane présente un renflement important (WALTER, 1970). L’ensemble repose le plus souvent sur deux piédestaux. Le bloc supérieur, octogonal, est orné de divinités se rapportant aux jours de la semaine (la huitième face peut porter une dédicace). Le bloc inférieur est parfois appelé stèle ou pierre à quatre dieux lorsqu’il est retrouvé seul. Ses quatre faces sont ornées des représentations de divinités majeures généralement identifiées comme étant Junon, Mercure, Minerve et Hercule, mais des variantes existent. Dans plusieurs cas de monuments plus modestes, ce socle se limite à une simple pierre quadrangulaire non décorée. La hauteur de ces monuments est variable : entre 3 m (Dommartin-la-Chaussée, Meurthe-et-Moselle) et 10-15 m (la colonne de Merten atteint 13 m). Bien entendu, les dimensions et la qualité des monuments érigés dans un cadre public surpassent celles des monuments privés, qui sont cependant les plus nombreux. Le monument de Bavilliers se trouve dans un contexte cultuel et la robustesse de ses fondations laisse présager des dimensions imposantes.

51Plusieurs éléments ont permis de définir une fourchette chronologique de l’occupation du sanctuaire. L’analyse dendrochronologique, effectuée par le laboratoire Archéolabs en 2010, sur les pieux très bien conservés qui soutenaient les fondations de la pile, a permis d’obtenir une date de construction en 122-123 ap. J.-C. Deux faciès de circulation monétaire ont par ailleurs été distingués par l’étude numismatique. L’un est caractéristique d’une période allant du début du IIe siècle jusqu’au milieu du IIIe siècle. L’autre se situe à la fin du IVe et au début du Ve siècle. Enfin, les fragments de céramiques romaines, bien que peu nombreux, ont permis de proposer une occupation s’étendant de la période flavienne au début du IIIe siècle. Un fragment pourrait éventuellement provenir d’une céramique de la fin de la période romaine.

52Schématiquement, l’étude de ces éléments permet d’estimer que la fréquentation des lieux est la plus intense entre 120 et 200. Elle s’estompe ensuite jusqu’en 250. Les monnaies témoignent enfin d'une présence sur le site à la fin du IVe siècle, correspondant manifestement à la phase de démantèlement de l’ensemble cultuel. Aucun indice matériel ne va dans le sens d’un démantèlement postérieur. Le recoupement des murs de l’enclos par des murs de l’Époque moderne signale enfin que le site n’existait déjà plus dans le paysage à cette période.

53On estime généralement que la majorité des colonnes de Jupiter a été érigée à partir du milieu du IIe siècle jusqu’au troisième tiers du IIIe siècle. Cette évaluation s’appuie sur la datation de documents épigraphiques figurant sur neuf colonnes de Germanie supérieure datées entre 170 et 246 ap. J.-C. Il convient cependant de souligner que les monuments datés ne représentent qu’une faible minorité de l’échantillon (5 % environ), ce qui rend cette fourchette chronologique incertaine. Les autres moyens de datation se réfèrent surtout aux modèles stylistiques et manquent de précision. Quant aux contextes archéologiques, ils demeurent souvent inconnus. Avec les indices dont ils disposent, dont l’analyse stylistique des pierres à quatre dieux, certains auteurs sont néanmoins favorables à un élargissement de cette fourchette chronologique dès l’époque flavienne, et jusqu’à la deuxième moitié du IIIe siècle (BAUCHHENS, NOELKE, 1981 ; BOULANGER, 1996). Pour les monuments considérés comme précoces, la découverte récente d'une colonne au cavalier à Heidelberg (Allemagne) peut être citée. Cette colonne de 4,30 m de haut réunit les caractéristiques habituelles des colonnes à l’anguipède. Elle a été jetée dans un puits après un démontage probablement lié à une restructuration urbaine (LUDWIG et alii, 2010). Elle a stylistiquement été datée du milieu du IIe siècle, et ses vestiges reposaient sur une couche stratigraphique datée du dernier quart du IIe siècle. Sa durée de vie semble donc avoir été très courte. La colonne retrouvée au Wasserwald (Bas-Rhin) a elle aussi été datée du milieu du IIe siècle et a été mise au jour dans un niveau de remblai de la fin du IIe siècle. De même, la mise en place du monument de Jouars-Ponchartain est datée du milieu du IIe siècle, mais pour ce cas, il faut noter que le terminus post quem donné par un dépôt de fondation de dix-neuf monnaies se situe sous le règne de Nerva.

54Le monument de Bavilliers peut donc être considéré comme particulièrement précoce. Les données nouvelles que la fouille a permis de rassembler pourraient par conséquent inciter à revoir les datations communément admises des colonnes de Jupiter.

4. Diffusion et contexte archéologique des monuments à l’anguipède

55La lecture de la carte de répartition des trouvailles de colonnes ou d’éléments de colonne de Jupiter est éloquente (fig. 20): ce culte spécifique se concentre dans le secteur du limes rhénan, plus particulièrement entre la région rhénane et la Meuse (environ 160 groupes), et pourrait plaider pour une origine de ce culte dans cette région. On ne peut que rapprocher cette concentration de la forte présence militaire romaine qui caractérise ce secteur, mais le caractère indigène qui marque certaines représentations (style, attributs gaulois de type roue…) pourrait être le signe d’un phénomène d’acculturation. Une poche secondaire, beaucoup moins marquée, prolonge cette zone de concentration au sud-ouest, jusqu’à la Loire (peuples lingon, leuque et séquane). Bavilliers se situe au sud de la zone de concentration principale et à l’est de cette poche secondaire. Les colonnes votives sont donc peu représentées dans ce secteur. Deux autres monuments sont connus dans un rayon de 50 km (Luxeuil-les-Bains en Haute-Saône et Neuwiller dans le Haut-Rhin), quatre autres s’y ajoutent dans un rayon de 100 km : Corre (Haute-Saône), Saint-Dié-La Bure et Portieux (Vosges), Obenheim (Bas-Rhin) et Bad Budendorf (Suisse, BL). Les sites de Luxeuil, Corre, Obenheim et Neuwiller se rapportent à des trouvailles d’éléments de statuaire dont le contexte archéologique est inconnu. La trouvaille du camp de la Bure correspond à quelques éléments de statuaire et des fragments de colonne et se réfère à un site d’habitat de hauteur, tandis que le groupe de Portieux serait lié à l’emplacement d’un passage à gué. Le site de Bad Budendorf se rapproche plus de celui de Bavilliers, avec un enclos au centre duquel ont été découvertes les fondations d’un monument.

image

Fig. 20. Carte de répartition des colonnes de Jupiter (DAO A. Le Martret, d’après MERTENS, 2000).

56Plus globalement, plusieurs tentatives ont tenté d’associer la présence de ces colonnes avec certaines spécificités géographiques. Aucune corrélation n’a pu être mise en évidence pour des secteurs en limite de cités ou à proximité des voies de communication à forte fréquentation. On soupçonne cependant que dans certains cas, les colonnes ont pu être utilisées comme repères visuels dans le paysage. L’hypothèse a par exemple été avancée pour le monument de Portieux, devant signaler un passage obligé important. Par ailleurs, le rôle, souvent évoqué, des sources ou des cours d’eau n’apparaît pas clairement déterminant, puisque les principaux arguments allant dans ce sens concernent des sites de sanctuaires de source tels que Luxeuil-les-Bains ou Niederbronn-les-Bains. Ce type de sites ne constitue d’ailleurs pas un lieu d’implantation privilégié. La présence de colonnes de Jupiter y est en effet moins marquée que dans des sites d’habitat ruraux et de hauteur. En milieu urbain, le contexte d’élévation est souvent mal connu car après démantèlement, ces monuments sont souvent déplacés, jetés dans des puits ou réemployés pour de nouvelles constructions. Plusieurs trouvailles se rapportent cependant à des habitats urbains. Ainsi, la sphère privée semble être à l’origine d’une part importante des colonnes de Jupiter et incite à minimiser l’importance de ce culte dans le domaine public.

57Nombre de colonnes ont toutefois été découvertes en contexte de sanctuaire. Dans la majorité des cas, il semble que le cavalier à l’anguipède ait joué un rôle secondaire par rapport à la divinité principalement honorée. Au Donon ou à Niederbronn (Bas-Rhin), par exemple, la divinité principale est Mercure ; à Alzey (Allemagne) ou à Grand, c’est Apollon ; à Luxeuil-les-Bains, la divinité associée à la source prend le dessus. Le contexte archéologique de l’agglomération de Bavilliers est encore mal connu, mais plusieurs indices pourraient plaider en faveur d’un site de sanctuaire étendu, dont l’installation serait liée à la présence d’une source, mais dont la divinité principale reste inconnue. L’hypothèse d’un culte secondaire associé à un complexe plus important peut dès lors être proposée. La réalisation de nouvelles fouilles sur le territoire du vicus sera nécessaire à l’éclaircissement de ce point.

Catalogue des monnaies

Époque gauloise

581. Séquanes, potin, La Tène D2
Droit : tête casquée à gauche.
Revers : quadrupède à gauche (type TOC ?).
17 mm, 6h, 4/5
Gruel, 2007, 97.1

Ier siècle

592. Auguste ou Tibère, as, Rome, 1ère moitié Ier siècle
Droit : tête à gauche.
Revers : SC au centre de la légende.
26 mm, 11h, 5/5
ST 33

603. Néron, as, atelier indéterminé, 54-68
Droit : tête à gauche.
Revers : S/C, Victoire marchant à gauche tenant un bouclier inscrit SPQR.
28 mm, 6h, 4/5

614. Vespasien, as, atelier indéterminé, 69-79
Droit : [IMP CA]ES VESP AVG P[ ]. Tête à droite.
Revers : personnage debout à gauche.
24-25 mm, 6h, 3/5

625. Vespasien, as, atelier indéterminé, 69-79
Droit : tête laurée à droite.
Revers : fruste (corrosion).
27 mm, 5/5

636. Domitien, dupondius, Rome, 81-96
Droit : IM[ ]. Tête radiée à droite.
Revers : fruste.
28 mm, 4/5

647. Domitien, as, Rome, 90-91
Droit : IMP CAES DOMIT AVG GERM COS XV CENS PER PP. Tête laurée à droite.
Revers : [FORTV]NAE - AVGVSTI / S/C. Fortuna debout à gauche tenant un gouvernail et une corne d’abondance.
28 mm, 6h, 2/5.
RIC, I, 394

658. As, atelier indéterminé, 69-81
Droit : tête à gauche.
Revers : fruste.
26 mm, 4/5

669. As, atelier indéterminé, 69-81
Droit : tête à droite.
Revers : personnage debout à gauche.
27-28 mm, 6h, 4/5

6710. As, atelier indéterminé, 69-96
Droit : tête à gauche.Revers : personnage debout.
25-27 mm, 4/5

6811. As, atelier indéterminé, Ier siècle
Droit : portrait à gauche.
Revers : fruste.
25-26 mm, 5/5

6912. As, atelier indéterminé, Ier siècle
Droit : portrait à gauche.
Revers : personnage debout.
22-25 mm, 5/5

IIe siècle

7013. Nerva, dupondius, Rome, 96-98
Droit : [ ]VA CAES AVG PM [ ]. Tête radiée à droite.
Revers : S/C. Personnage debout à gauche.
28 mm, 6h, 3/5

7114. Trajan, dupondius, Rome, 98-99
Droit : IMP CAES NERVA TRAIAN AVG GERM PM. Tête radiée à droite.
Revers : TR POT - COS II PP // SC. Abundantia assise à gauche sur un siège formé de deux cornes d’abondance, tenant un sceptre.
25 mm, 6h, 2/5
RIC, II, 382

7215. Trajan, dupondius, Rome, 103-117
Droit : IM[ ]IANO AVG GERM DAC [ ]. Buste radié à droite, drapé sur l’épaule gauche.
Revers : S/C. Abundantia debout à gauche tenant une corne d’abondance et des épis de blé.
26 mm, 6h, 3/5

7316. Trajan, dupondius, Rome, 114-117
Droit : [IMP] CAES NER TRAIANO OPTIMO AVG GER DAC PARTHICO PM [TR P COS VI PP]. Buste radié à droite.
Revers : SENATV[S POPVLVSQVE R]OMANVS // SC. Trajan en tenue militaire entre deux trophées.
26 mm, 6h, 1/5
RIC, II, 676

7417. Trajan, dupondius, Rome, 98-117
Droit : [ ]IAN AVG GER DAC PM [ ]. Buste radié à droite, draperie sur l’épaule gauche.
Revers : personnage debout à gauche.
25-26 mm, 6h, 3/5

7518. Trajan, dupondius, Rome, 98-117
Droit : IMP CAES NERVAE TRAIANO AVG GER [ ]. Buste radié, drapé à droite.
Revers : [ ]GSTA / S/C. Allégorie debout à gauche, tenant une corne d’abondance.
28 mm, 6h, 3/5

7619. Trajan, dupondius, Rome, 98-117
Droit : tête radiée à droite.
Revers : personnage assis à gauche.
29 mm, 6h, 4/5

7720. Trajan, as, Rome, 99-100
Droit : Tête laurée à droite.
Revers : COS III PP CLE[MENTIA AVG] / S/C.
Clementia debout à gauche, tenant une patère et un sceptre.
24-25 mm, 6h, 3/5
RIC, II, 409

7821. Trajan, as, Rome, 99-100
Droit : IMP CAES NERVA TRAI-AN AVG GERM PM. Tête laurée à droite.
Revers : TR POT - COS III PM / S/C. Victoire marchant à gauche, tenant un bouclier inscrit SPQR.
27 mm, 6h, 2/5
RIC, II, 417

7922. Trajan, as, Rome, 103-117
Droit : tête laurée à droite, draperie sur l’épaule gauche.
Revers : SPQR [OPTIMI PRINCIPI] / S/C. Abundantia debout à gauche, tenant des épis de blé et une corne d’abondance. Un enfant à ses pieds.
24-26 mm, 6h, 3/5
RIC, II, 459 ou 604

8023. Trajan, as, Rome, 114-117
Droit : [ ]IANO OPTIMO AVG GER D[ ]. Buste lauré à droite, draperie sur l’épaule.
Revers : SENAT[VS POPVLVSQVE RO]MANVS / S/C. Victoire marchant à droite, tenant une couronne et une palme.
25 mm, 6h, 3/5
RIC, II, 675

8124. Trajan, as, Rome, 98-117
Droit : tête laurée à droite.
Revers : Victoire marchant à gauche tenant une branche et un bouclier inscrit SPQR.
27-28 mm, 6h, 4/5

8225. Hadrien, sesterce, Rome, 121-122
Droit : IMP [CAES]AR TRAIAN HADRIANVS AVG. Buste lauré, drapé et cuirassé à droite.
Revers : [PM TR P COS III] / S/C. Minerve debout à gauche, tenant une lance et posant de l’encens dans un encensoir. Un bouclier est posé à terre, derrière elle.
33 mm, 6h, 3/5
RIC, 611b.

8326. Hadrien, sesterce, Rome, 125-138
Droit : [HADRIANVS]AVGVS[TVS]. Buste lauré à droite.
Revers : [ ] COS III [ ] / S/C. Personnage debout à gauche.
32 mm, 12h, 3/5

8427. Hadrien, sesterce, Rome, 117-138
Droit : buste lauré à droite.
Revers : fruste.
33 mm, 4/5

8528. Hadrien, sesterce, Rome, 117-138
Droit : buste lauré à droite.
Revers : personnage debout à gauche.
32-33 mm, 6h, 4/5.

8629. Hadrien, sesterce, Rome, 117-138
Droit : [ ]IANVS - A[ ]. Tête laurée à droite.
Revers : Liberalitas debout à gauche tenant une tessère et une corne d’abondance.
32-33 mm, 6h, 4/5

8730. Hadrien, sesterce, Rome, 117-138
Droit : [ ]IANV[ ]. Tête laurée à droite.
Revers : allégorie tenant une corne d’abondance, debout à gauche.
31 mm, 6h, 4/5

8831. Hadrien, sesterce, Rome, 117-138
Droit : tête laurée à droite.
Revers : fruste (corrosion).
31 mm, 5/5

8932. Hadrien, dupondius, Rome, 119-121
Droit : IMP CAESAR TRAIANVS HADRIANVS AVG PM TR P. Buste radié à droite.
Revers : [VI]RTVTI [AVGVSTI]/ S/C. Virtus debout à gauche, tenant une lance et un parazonium.

9027-28 mm, 6h, 3/5
RIC, 605

9133. Hadrien, as, Rome, 118
Droit : IMP C[AES DIVI TR]A PARTH F DIVI NER] NEP TRA]AINO HADRIANO AVG. Buste lauré, cuirassé à droite. Drapé sur l’épaule.
Revers : PONT [MA]X TR POT COS II // SC. Trois étendards: deux étendards de légionnaire et un aigle au centre.
28 mm, 6h, 3/5
RIC, II, 546b

9234. Hadrien, as, Rome, 132-13
Droit : [ ] AVGVTV[ ]. Tête laurée à droite, drapé sur les épaules.
Revers : [FELICITATI AVG / S/C] // COS III PP. Galère à droite.
25 mm, 6h, 3/5
RIC, II, 718

9335. Hadrien, as, Rome, 134-138
Droit : [ ]AVG COS III PP. Tête laurée à droite.
Revers : AFRICA // SC. L’Afrique assise contre un rocher, coiffée d’une peau d’éléphant, portant une corne d’abondance et un scorpion. Un panier de blé à ses pieds.
26 mm, 12h, 3/5.
RIC, II, 841

9436. Hadrien, as, Rome, 117-138
Droit : [ ]STVS. Tête laurée à droite.
Revers : allégorie debout à gauche, tenant une corne d’abondance.
26-27 mm, 6h, 3/5

9537. Antonin le Pieux, sesterce, Rome, 152-153
Droit : ANTONINVS AVG - PIVS PP TR P XVI. Tête laurée à droite.
Revers : INDVLGENTIA AVG COS IIII // SC. Indulgentia assise à gauche, tendant la main droite et tenant un sceptre.
31 mm, 12h, 3/5
RIC, III, 902

9638. Antonin le Pieux, sesterce, Rome, 145-161
Droit : ANTONINVS AVG [ ]. Tête laurée à droite.
Revers : // [COS I]III - S[C]. Antonin dans un quadrige, tenant le sceptre-aigle.
30-31 mm, 12h, 3/5
RIC, III, 767

9739. Antonin le Pieux, sesterce, Rome, 138-161
Droit : [ANT]ONINVS AVG - PIVS [ ]. Tête laurée à droite.
Revers : S/C. Fortuna debout à gauche, tenant une corne d’abondance et un gouvernail.
29-31 mm, 12h, 3/5

9840. Antonin le Pieux, sesterce, Rome, 138-161
Droit : tête laurée à droite.
Revers : Allégorie debout à gauche, tenant une corne d’abondance.
30 mm, 6h, 4/5

9941. Antonin le Pieux, dupondius, Rome, 153-154
Droit : [ANTO]NINVS AVG - PIVS PP TR P XVII. Tête radiée à droite.
Revers : [LI]BERT-AS - COS [IIII] / S/C. Libertas debout à droite, tenant un pileus et tendant la main droite.
25 mm, 12h, 2/5
RIC, II, 920

10042. Antonin le Pieux, as, Rome, 139
Droit : ANTONINVS AVG PIVS PP. Tête laurée à droite.
Revers : [TR POT] COS II / S/C // PAX. Pax debout à gauche, tenant une corne d’abondance et une branche.
28 mm, 6h, 2/5
RIC, II, 563a

10143. Antonin le Pieux, as, Rome, 141-161
Droit : [ ]NVS - AVG[ ]. Tête laurée à droite.
Revers : TR POT - [ ]. Annona debout à gauche, tenant des épis de blé et une corne d’abondance.
26 mm, 12h, 3/5

10244. Antonin le Pieux, as, Rome, 138-161
Droit : [ ]ONINVS [ ]. Tête laurée à droite.
Revers : S/C. Allégorie debout à gauche.
25 mm, 6h, 4/5

10345. Antonin le Pieux, as, Rome, 138-161
Droit : tête laurée à droite.
Revers : S/C. Fortuna debout à gauche tenant un gouvernail et une corne d’abondance.
25-28 mm, 6h, 3/5

10446. Antonin le Pieux, as, Rome, 138-161
Droit : [ ]ONINVS - PIVS PF[ ]. Tête laurée à droite.
Revers : personnage debout à gauche.
26 mm, 6h, 3/5

10547. Antonin le Pieux, as, Rome, 138-161
Droit : ANTONINVS [ ]VG PIVS PP. Tête laurée à droite.
Revers : TR POT [ ]. Illustration illisible.
27 mm, 6h, 3/5

10648. Antonin le Pieux, as, Rome, 138-161
Droit : tête laurée à droite.
Revers : personnage debout à gauche.
25 mm, 6h, 4/5

10749. Antonin le Pieux, as, Rome, 138-161
Droit : tête laurée à droite.
Revers : fruste.
27 mm, 4/5

10850. Antonin le Pieux, as ou dupondius, Rome, 138-161
Droit : portrait à gauche.
Revers : deux personnages se serrant la main.
23-25 mm, 6h, 4/5

10951. Faustine l’Ancienne, sesterce, Rome, 141-161
Droit : DIVA FAV[STINA AVGV]STA. Buste à droite.
Revers : [VE]STA / S/C. Vesta debout à gauche devant un autel.
30 mm, 12h, 3/5
RIC, II, 1200

11052. Faustine l’Ancienne, as, Rome, 138-141
Droit : buste à droite.
Revers : S/C, Junon assise à gauche, tenant une patère et un sceptre.
27 mm, 12h, 3/5

11153. Faustine l’Ancienne, as, Rome, 141-161
Droit : DIVA AVGVSTA FAVSTINA. Buste drapé à droite.
Revers : [PI]ETAS - [A]V-G / S/C. Pietas debout à gauche, déposant de l’encens au dessus d’un autel.
24-26 mm, 12h, 3/5
RIC, III, 1192A

11254. Faustine l’Ancienne, as ou dupondius, Rome, 141-161.
Droit : DIVA FAVSTINA. Buste drapé à droite.
Revers : AETERNITAS / S/C. Junon debout à gauche, levant la main et tenant un sceptre.
24 mm, 12h, 3/5
RIC, II, 1155

11355. Marc-Aurèle, sesterce, Rome, 170-171
Droit : M ANTONINVS - AVG TRP XXV. Tête laurée à droite.
Revers : COS III / S/C. Mars marchant à droite, tenant un trophée et une lance.
32 mm, 12h, 2/5
RIC, II, 992

11456. Marc-Aurèle, sesterce, Rome, 171-172
Droit : M AN[TONINVS] AVG TR P XXVI. Tête laurée à droite.
Revers : IMP VI - COS III / S/C. Roma assise à gauche tenant une victoire et une lance. Sous elle un bouclier gravé d’un portrait de Méduse.
28-30 mm, 12h, 2/5
RIC, II, 1033

11557. Marc-Aurèle, dupondius, Rome, 163-165
Droit : [M AVRE]L ANTONINVS AVG [ ]. Tête radiée à droite.
Revers : Mars debout à droite, tenant un bouclier et une lance.
25 mm, 11h, 3/5
RIC, II, p. 281-284

11658. Marc-Aurèle, dupondius, Rome, 179-180
Droit : M ANTONINVS AVG TR P XXIIII. Tête radiée à droite.
Revers : SALVTI [AVG CO]S III / S/C. Salus debout à gauche, nourrissant un serpent sortant d’un autel à l’aide d’une patère.
25 mm, 12h, 2/5
RIC, III, 979

11759. Marc-Aurèle, as, Rome, 163-166
Droit : [ ]CVS PM. Tête laurée à droite.
Revers : fruste (corrosion).
25 mm, 3/5

11860. Faustine la Jeune, sesterce, Rome, 161-175
Droit : buste à droite.
Revers : S/C. Minerve debout à droite, tenant une branche d’olivier, la main gauche posée sur un bouclier.
29-31 mm, 6h, 4/5
RIC, II, 1644

11961. Faustine la Jeune, sesterce, Rome, 175-176
Droit : DIVA FAV-[ ]. Buste drapé à droite.
Revers : [AETERNITAS / S/C]. Faustine assise entre deux danseuses faisant voler un voile au dessus de leur tête.
28-29 mm, 12h, 3/5
RIC, III, 1697

12062. Faustine la Jeune, sesterce, Rome, 161-176
Droit : FAVSTINA AVG[VSTA]. Buste à droite.
Revers : [MATRI MAG]NAE // SC. Cybèle tenant un tambour, assise à droite entre deux lions.
27-28 mm, 6h, 3/5
RIC, III, 1663

12163. Lucius Verus, sesterce, Rome, 163-164
Droit : L AVREL VER[VS] AVG ARMENIACVS. Buste lauré et cuirassé à droite.
Revers : TR P IIII IMP II COS II / S/C. Mars marchant à droite, tenant une lance et portant un trophée sur l’épaule.
30 mm, 12h, 2/5
RIC, III, 1379

12264. Lucius Verus, sesterce, Rome, 168
Droit : L VERVS AVG ARM PAR[H MAX]. Tête laurée à droite.
Revers : TR POT VIII IMP V COS III / S/C // FORT RED. Fortuna assise à gauche tenant un gouvernail et une corne d’abondance.
28-30 mm, 6h, 2/5
RIC, III, 1476

12365. Lucille, sesterce, Rome, 164-166
Droit : LVCILLA AVG - ANTONINI AVG F. Buste à droite, drapé sur les épaules.
Revers : [V]E[NV]S / S/C. Venus debout à gauche, tenant une pomme et un sceptre.
29-32 mm, 6h, 3/5
RIC, II, 1763

12466. Crispine, as, Rome, 180-182
Droit : buste drapé à droite.
Revers : S/C. Personnage debout à gauche.
25-26 mm, 6h, 4/5

12567. Albin, sesterce, Rome, 194
Droit : D CLOD SEPT - ALBIN CAES. Buste, tête nue à droite.
Revers : [F]ELICITAS COS II / S/C. Felicitas debout à gauche, tenant un caducée et un sceptre.
29 mm, 12h, 3/5
RIC, IV, 52d

Indéterminées Ier-IIe siècle

12668. Sesterce
Droit : portrait à droite.
Revers : fruste (corrosion).
31 mm, 4/5

12769. Sesterce
Droit : portrait lauré à droite.
Revers : allégorie assise à gauche, tenant une patère.
30-31 mm, 6h, 4/5

12870. Sesterce
Droit : portrait à droite.
Revers : fruste (corrosion).
31 mm, 5/5

12971. Dupondius
Droit : tête radiée à droite.
Revers : fruste.
27 mm, 3/5

13072. As
Droit : portrait à droite.
Revers : fruste.
26 mm, 5/5

13173. As
Droit : portrait à droite.
Revers : fruste.
28 mm, 5/5

13274. As
Droit : portrait à droite.
Revers : personnage debout à gauche.
28 mm, 6h, 4/5

13375. As ou dupondius
Droit : tête à droite.
Revers : personnage debout.
25 mm, 12h, 4/5

13476. As
Droit : portrait à droite.
Revers : fruste.
26 mm, 5/5

13577. As
Droit : tête à droite.
Revers : personnage assis à gauche.
25 mm, 6h, 4/5

13678. As ou dupondius
Droit : buste à droite.
Revers : fruste.
24-26 mm, 5/5

13779. As ou dupondius
Droit : portrait à droite.
Revers : fruste (corrosion).
24 mm, 5/5

13880. As
Droit : tête à droite.
Revers : fruste.
24 mm, 5/5

13981. As
Droit : tête laurée à droite.
Revers : personnage assis à gauche.
25 mm, 6h, 4/5

14082. As
Droit : tête laurée à droite.
Revers : fruste (corrosion).
25 mm, 4/5

14183. As
Droit : fruste (corrosion).
Revers : fruste.
26 mm, 5/5

14284. As
Droit : tête laurée à droite.
Revers : fruste (corrosion).
27 mm, 4/5

14385. As
Droit : tête à droite.
Revers : fruste (corrosion).
24-25 mm, 5/5

14486. As ou dupondius
Droit : tête à droite.
Revers : fruste.
26-29 mm, 5/5

14587. As
Droit : portrait à droite.
Revers : personnage debout à gauche.
24-25 mm, 12h, 4/5

14688. As
Droit : portrait à droite.
Revers : fruste.
22 mm, 5/5

14789. As
Droit : fruste (corrosion).
Revers : fruste (corrosion).
25 mm, 5/5

14890. As
Droit : portrait à droite.
Revers : fruste.
26 mm, 4/5

Le IIIe siècle

149Première moitié du IIIe siècle
91. Septime Sévère, sesterce, Rome, 195
Droit : L SEPT SEV PERT - AVG PM I[MP V]. Tête laurée à droite, drapé sur l’épaule.
Revers : SA[ECVLI FELICITAS] / S/C. Felicitas debout à gauche, le pied sur une proue, tenant un caducée et une corne d’abondance.
27-28 mm, 12h, 3/5
RIC, IV, 692

15092. Septime Sévère, as, Rome, 193-211
Droit : [ ]V PE-RP AV[ ]. Tête laurée à droite.
Revers : personnage (victoire ?) debout à droite.
25 mm, 12h, 4/5

151De Gallien seul à Aurélien (260-274)
93. Gallien, antoninien, Milan, 262-263
Droit : buste radié à droite.
Revers : LAETITIA AVG. Laetitia debout à gauche.
16-17 mm, 4h, 3/5
RIC, V, 489

15294. Gallien, antoninien, Siscia, 260-268
Droit : [GALLIENVS AVG]. Tête radiée à droite.
Revers : [VBERIT]AS AVG. Uberitas debout à gauche, tenant une bourse et une corne d’abondance.
15-16 mm, 12h, 3/5
RIC, V, 285

15395. Salonine, antoninien, Rome, 260-268
Droit : SALONINA AVG. Buste à droite. Croissant en arrière plan.
Revers : VESTA // Q. Vesta assise à gauche, tenant une patère et un sceptre.
RIC, V, 32

15496. Claude II le Gothique, antoninien, Rome, 268-270
Droit : [ ]DIVS PF AVG. Buste radié à droite.
Revers : VICTORI-A AVG // [ ]. Victoire marchant à droite, tenant une couronne.
19 mm, 6h, 2/5
RIC, V, 107

15597. Claude II le Gothique, antoninien, Rome, 268-269
Droit : [IMP C] CLAVDIVS AVG. Buste radié et cuirassé à droite.
Revers : AEQVIT[AS AV]G. Aequitas debout à gauche, tenant une balance et une corne d’abondance.
18-20 mm, 12h, 3/5
RIC, V, 14

15698. Claude II le Gothique, antoninien, Rome, 268- 270
Droit : IMP C CLAVDIVS [AVG]. Tête radiée à droite.
Revers : AEQ[VITAS AV]G. Aequitas debout à gauche, tenant une balance et une corne d’abondance.
17-19 mm, 6h, 3/5
RIC, V, 14

15799. Quintille, antoninien, Rome, 270
Droit : IMP QVINTILLVS AVG. Buste radié et drapé à droite.
Revers : CONCO EXERC // T. Concordia debout à gauche, tenant un étendard et une corne d’abondance.
18-20 mm, 6h, 3/5
RIC, 45

158L’« Empire Gaulois »
100. Postume, antoninien, atelier indéterminé, 260-269
Droit : [ ]POSTVMV[ ]VG. Buste radié à droite.
Revers : illisible (corrosion).
17-18 mm, 2/5.

159101. Tetricus Ier, antoninien, atelier indéterminé, 270-274
Droit : IMP TETRICVS PP A[VG]. Buste radié, cuirassé, à droite.
Revers : LA[ETITIA] AVGG. Laetitia debout à gauche, tenant une couronne et une ancre.
17-18 mm, 6h, 3/5
RIC, 88

160102. Tetricus II, antoninien, atelier indéterminé, 273-274
Droit : [ ]V ESV T[ ]. Buste radié à droite.
Revers : monnaie incuse.
19 mm, 3/5.

161103. Antoninien, atelier local, 274-300
Droit : [ ]VQ PF AVG. Buste radié, cuirassé à droite.
Revers : IVD[ ]. Hilaritas debout à droite, tenant une corne d’abondance et une palme.
16 mm, 3h, 3/5

162104. Antoninien, atelier local, 274-300
Droit : [ ]PP AVG. Buste radié à droite.
Revers : [ ]X [ ]. Pax debout à gauche, tenant une branche et un sceptre.
11-12 mm, 12h, 4/5

163105. Antoninien, atelier local, 274-300
Droit : buste radié à droite.
Revers : fruste (corrosion).
15-19 mm, 4/5

164106. Antoninien, atelier indéterminé, 270-300
Droit : tête radiée à droite.
Revers : fruste.
18 mm, 4/5

165274-284
107. Aurélien, aurelianus, Siscia, 274-275
Droit : IMP C AVRELIANVS AVG. Buste radié à droite.
Revers : CONCORDIA MILITVM // XXIT. Aurélien debout à droite serrant la main de la Concorde debout à gauche.
19-22 mm, 6h, 2/5
RIC, 244

166De la réforme d’Aurélien à la réforme de Dioclétien – 284-294
108. Constance Chlore, néo-antoninien, Lyon, 293
Droit : FL VAL CONSTANTIVS NOB C. Buste radié à droite.
Revers : PROVIDEN-T DEOR. Providentia debout à gauche tenant un sceptre et un bâton, un globe à ses pieds.
21-22 mm, 6h, 2/5
Bastien n° 39 p94

167De la réforme de Dioclétien à la fin de la 2ème Tétrarchie (294-306/7)
109. Constance Chlore, néo-antoninien, Trèves, 296-297.
Droit : CONSTANTIVS NOBIL C. Tête laurée à droite.
Revers : GENIO POPV-LI ROMANI / B / gamma // TR. Génie debout à gauche, tenant une patère et une corne d’abondance.
26 mm, 6h, 2/5
RIC, IV, 203

Le IVe siècle

168306 – 318
110. Constantin I, nummus, Trèves, 310-311
Droit : CONSTANTINVS AVG. Buste lauré et cuirassé à droite.
Revers : SOLI IN-VICTO // PTR. Sol debout de face, tête radiée à gauche, main droite levée, tient un globe dans la main gauche.
18 mm, 6h, 2/5
RIC, VI, 899

169111. Constantin I, nummus, Lyon, 309-310
Droit : IMP CONSTANTINVS PF AVG. Buste lauré, cuirassé et drapé à droite.
Revers : SOLI INVICTO COMITI / F / T // PLC. Sol debout de face, tête radiée à gauche, main droite levée, tient un globe dans la main gauche.
23 mm, 12h, 1/5
RIC, VI, 309

170112. Constantin Ier, nummus, Lyon, 309-310
Droit : IMP CONSTANTINVS PF AVG. Buste lauré et cuirassé à droite.
Revers : SOLI INVIC-TO COMITI / F/T // PLC. Sol debout de face, tête radiée à gauche, main droite levée, tient un globe dans la main gauche.
27 mm, 6h, 1/5
RIC, VI, 308

171113. Constantin Ier, nummus, Londres, 312-313
Droit : CONSTANTINVS MAX AVG. Buste lauré, cuirassé à droite.
Revers : SECVRI-TAS AVGG / * // PLN. Securitas debout à gauche, accoudée à une colonnette.
22-23 mm, 6h, 1/5
RIC, VI, 277

172318 – 324
114. Constantin Ier, nummus, Trèves, 318-324
Droit : IMP CONSTAN[ ]. Buste casqué, cuirassé à droite.
Revers : VICTORIAE LAETAE PRINC PERP // PTR. Deux victoires face-à-face, tenant un bouclier inscrit VOT / PR au dessus d’un autel.
18 mm, 12h, 2/5
RIC, VII, 213

173115. Crispus, nummus, Trèves, 322-323
Droit : IVL CRISPVS NOB CAES. Buste cuirassé et lauré à droite. Crispus tient un bouclier et une lance reposant sur son épaule.
Revers : BEATA TRANQVILITAS // °PTR°. Globe posé sur un autel inscrit VOT/IS/XX.
18 mm, 6h, 2/5
RIC, VII, 372

174330 – 335
116. Nummus, Trèves, 330-335
Droit : VRBS - R[OM]A. Buste casqué de Roma à gauche.
Revers : // TRS*. La louve et les jumeaux.
18 mm, 11h, 2/5
LRBC, 70

175117. Constance II, nummus, Trèves, 330-335
Droit : FL IVL CONSTANTIVS NOB C. Buste lauré, cuirassé à droite.
Revers : GLOR-IA EXERC-ITVS // TRS°. Deux étendards entre deux soldats.
17-19 mm, 6h, 2/5
LRBC, 56

176118. Constantin Ier, nummus, Trèves, 330-335
Droit : CONSTANTI-NVS MAX AVG. Buste diadémé (rosettes), cuirassé et drapé à droite.
Revers : GLOR-IA EXERC-ITVS // TR°S. Deux étendards entre deux soldats.
18 mm, 6h, 1/5
RIC, VII, 549

177119. Constance II, nummus, Cyzique, 330-335
Droit : FL IVL CONSTANTIVS NOB C. Buste diadémé, cuirassé à droite.
Revers : GLOR-IA EXERC-ITVS // SMKA°. Deux étendards entre deux soldats.
18 mm, 6h, 1/5
LRBC, 1212

178120. Constance II, nummus, Atelier indéterminé, 330-335
Droit : FL IVL CONSTANTIVS NOB C. Buste lauré à droite.
Revers : GLOR-IA EXERC-ITVS // [ ]. Deux étendards entre deux soldats.
15-16 mm, 6h, 2/5

179335 – 341
121. Théodora, nummus, Trèves, 337-341
Droit : [[FL MAX THEO]-DORAE AVG. Buste à droite.
Revers : PIET[AS ROMANA] // TR P palme. Pietas debout à gauche, tenant un enfant dans ses bras.
14 mm, 6h, 2/5
LRBC, 129

180353 – 357/8
122. Demi-maiorina, Antioche, 353-357/8
Droit : buste à droite.
Revers : // AN[ ]. Type Fel Temp Reparatio au cavalier tombant.
13 mm, 6h, 4/5

181364 – 378
123. Bronze au 1/132 de livre, atelier indéterminé, 364-378.
Droit : [ ]S PF AVG. Buste diadémé, cuirassé à droite.
Revers : [SECV]RITAS [REIPVBL]ICA[E] // [ ]. Victoire marchant à gauche, tenant une couronne et une palme.
16 mm, 6h, 3/5

182378 – 383
124. Gratien, AE2, indéterminé, 378-383
Droit : DN GRATIA[ ]. Buste diadémé, cuirassé et drapé à droite.
Revers : [REPARATIO] REIPVB. L’empereur debout à gauche, tenant une victoire, relevant une femme tourelée, agenouillée.
19-21 mm, 12h, 3/5

183383 – 408
125. Magnus Maximus, AE2, Arles, 383-387
Droit : DN MAG [MAXI]-MVS PF AVG. Buste cuirassé, diadémé (+rosette) à droite.
Revers : REPARATIO - REIPVB // [P C]ON. L’empereur relevant une femme tourelée, agenouillée.
22 mm, 6h, 2/5
LRBC, 554

184126. AE4, atelier indéterminé, 383-408
Droit : buste diadémé à droite.
Revers : Victoire marchant à droite, tenant une couronne et une palme.
12 mm, 12h, 4/5

Monnaie indéterminée

185127. Nummus, IVe siècle ?
Droit : fruste.
Revers : fruste.
17 mm, 5/5.

Bibliographie

AMANDRY M., RÉMY B., 1997, Les monnaies de fouilles du sanctuaire de Viuz-Faverges, Faverges, 302 p., 2 pl. (Bull. d’histoire et d’archéologie des Amis de Viuz-Faverges, n° 35-1995 et 36-1996).

BAUCHHENS G., NOELKE P., 1981, Die Iupitersäulen in den Germanischen Provinzen, Köln, Rheinland-Verlag/Bonn, R. Habelt, 515 p. (Beihefte der Bonner Jahrbücher, 41).

BERDEAUX-LE BRAZIDEC M.-L., 2000, « Étude des monnaies romaines issues des fouilles du sanctuaire gallo-romain de la forêt d’Halatte (Oise), 1996-2000 », Revue archéologique de Picardie, n° spécial 18, p. 211-266.

BILLEREY R., 2010, « Bavilliers, l’établissement gallo-romain et ses abords », Bull. de la Société Belfortaine d’émulation, n° 100, p. 25-222.

BILLOIN D., 2009, Bavilliers, 45 Grande Rue François Mitterrand, Rapport de diagnostic, Inrap - SRA Franche-Comté.

BLIN O., 2000, « Un sanctuaire de vicus : Jouars-Ponchartrain (Yvelines) », in : Van ANDRINGA W. dir., Archéologie des sanctuaires en Gaule romaine, Saint-Étienne, Publ. de l’Univ. de Saint-Étienne, p. 91-117 (Centre Jean Palerne, Mémoires, 22).

BOULANGER K., 1996, Les groupes en ronde-bosse du cavalier à l’anguipède du secteur de Dieuze / Saverne / Sarre-Union / Le Donon, Mémoire de DEA, Univ. de Strasbourg.

CAYROL J., 2004, Bavilliers (90) ‘rue des Écoles’, Rapport de diagnostic archéologique, Inrap - SRA Franche-Comté.

CHAUVIN M., MAZIMANN J.-P., 2004, Bavilliers (90), ‘Les Chenevières’, D.F.S. de sondage.

DUFRASNES J., 2008, « Sur le symbolisme de quelques appliques de harnais gallo-romains et autres pendentifs », Bull. de la Société tournaisienne de géologie, préhistoire et archéologie, vol. XI, n° 1, 40 p.

FELLMANN R., 1992, La Suisse gallo-romaine, cinq siècles d'histoire, Lausanne, éd. Payot, 470 p.

FEUGÈRE M., 2002, « Militaria de Gaule méridionale, 19 : le mobilier militaire romain dans le département de l’Hérault (F) », Gladius, XXII, p. 73-126.

FLOTTÉ P., FUCHS M., 2000, Le Bas-Rhin, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, 736 p. (Carte archéologique de la Gaule, 67).

FOURNIER P.-Fr., 1962, « Le dieu cavalier à l’anguipède dans la cité des Arvernes », Revue archéologique du Centre, T. I, fasc. 2, p. 105-127.

GOY C., 2005, Bavilliers (90) ‘Route Nationale’, Rapport de diagnostic archéologique.

JOAN L., 2003, Le Doubs et le Territoire de Belfort, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, 561 p. (Carte archéologique de la Gaule, 25/90).

LA TOUR H., 1994, Atlas des monnaies gauloises, édition originale Plon, 1892, mise à jour FISCHER B., Paris, Maison Florange, 80 p., 55 pl.

LAVAGNE H., 2001, « Les ambivalences d’une image du pouvoir impérial : le cavalier à l’anguipède en Gaule romaine », in : MOLIN M. dir., Images et représentations du pouvoir et de l'ordre social dans l'Antiquité, Actes du colloque d’Angers, 28-29 mai 1999, Paris, de Boccard, p. 37-43 (Coll. De l’archéologie à l’histoire).

LE MARTRET A., BOURY L., MURER A., PERRIN X., ROTH-ZEHNER M., 2011, Bavilliers, 45 Grande Rue François Mitterrand – Territoire de Belfort – Franche-Comté, Rapport final d’opération d’archéologie préventive, SRA Franche-Comté.

LUDWIG R., MAYER-REPPERT P., KEMMET E., 2010, « Dem Bildersturm entkommen, die neuentdeckte Jupitergigantensäule aus Heidelberg », Denkmalpflege in Baden Württemberg, p. 87-93.

MERTENS J., 2000, « Interférences culturelles aux confins des provinces de Germania Inferior et de Belgica : Tongres et la sculpture provinciale au IIe siècle », in : WALTER H. dir., La sculpture d’époque romaine dans le nord, dans l’est des Gaules et dans les régions avoisinantes, Actes du colloque de Besançon, 12-14 mars 1998, Besançon, Presses univ. franc-comtoises, p. 35-48.

NELLIS-CLÉMENT J., 2008, « Les dédicaces religieuses d’Avenches », in : CASTELLA D., MEYLAN KRAUSE M.-F. dir., Topographie sacrée et rituels : le cas d’Aventicum, capitale des Helvètes, Actes du colloque d’Avenches, 2-4 nov. 2006, Bâle, p. 81-102 (Antiqua, 43).

PICARD G. C., 1977, « Imperator Caelestium », Gallia, 35, p. 89-113.

RAEPSAET-CHARLIER M.-Th., 2006, « Les dévots dans les lieux de culte de Germanie supérieure et la géographie sacrée de la province », in : DONDIN-PAYRE M., RAEPSAET-CHARLIER M.-Th. dir., Sanctuaires, pratiques cultuelles et territoires civiques dans l’Occident romain, Bruxelles, p. 347-435.

STRÜBIN Th., 1977, « Ein Jupiterheiligtum beim Bad Bubendorf », Baselbieter Heimatbücher, 13, p. 307-315.

WALTER H., 1970, La colonne ciselée dans la Gaule romaine, Paris, Les Belles Lettres, 139 p. (Annales littéraires de l’Univ. de Besançon, 119).

WALTER H. dir.,2000, La sculpture d’époque romaine dans le nord, dans l’est des Gaules et dans les régions avoisinantes, Actes du colloque de Besançon, 12-14 mars 1998, Presses univ. franc-comtoises, p. 21-33.

WOOLF G., 2001, « Representation as a cult : the case of the Jupiter columns », in : SPICKERMANN W., Religion in den germanischen Provinzen Roms, Tübingen, Mohr Siebeck, p. 117-134.

Pour citer cet article

Référence électronique

Annaïg Le Martret, « L’enclos d’une colonne de Jupiter à Bavilliers (Territoire de Belfort) ? », Revue archéologique de l’Est, Tome 62 | 2013, [En ligne], mis en ligne le 12 décembre 2014. URL : http://rae.revues.org/7567. consulté le 26 mars 2017.

Auteur

Annaïg Le Martret

Bureau d'études Éveha. Annaig.lemartret@eveha.fr

Droits d'auteur

© Tous droits réservés