Navigation – Plan du site
Notes et documents

Une statue d’Epona en tôle de bronze sur modèle en bois à Saint-Valérien (Yonne)

Cyril Driard et Simone Deyts
p. 435-442

Résumés

La fouille préventive réalisée à Saint-Valérien en 2009 a permis de mettre au jour, sur une surface de 1,7 hectare, un quartier de l'agglomération antique. La zone étudiée correspond à un secteur artisanal se développant entre le Ier et le IIe siècle, dont la principale activité est la métallurgie du fer. L'occupation du site perdure jusqu'au ive siècle, période durant laquelle sont comblés deux puits qui ont été fouillés complètement. L'un d'eux renfermait, avec une riche vaisselle métallique, une statue de la déesse gauloise Epona particulièrement remarquable en raison de sa technique de fabrication : un alliage cuivreux plaqué sur un modèle en bois, la statue ayant été conservée grâce à son séjour dans l’eau. C’est ainsi pour sa rareté que nous avons choisi de présenter cette découverte à part.

Haut de page

Texte intégral

1La commune de Saint-Valérien, située à une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Sens, est reconnue aujourd’hui comme un site majeur de l’Antiquité en Bourgogne. Dès le début du XXe siècle, divers sondages et prospections ont permis de localiser un vaste établissement romain, situé à l’ouest du bourg actuel, autour du lieu-dit La Croix-Sainte-Marguerite. Entre 2001 et 2012, trois diagnostics et quatre fouilles archéologiques, complétés par l’examen de photographies aériennes, ont permis d’identifier une agglomération antique située de part et d'autre de la voie menant d’Orléans à Sens. Cette petite bourgade rurale s’étendait sur au moins une trentaine d’hectares et elle semble avoir connu un développement important au cours de la seconde moitié du Ier et durant le IIe siècle. Deux spécialités artisanales majeures ont été mises en évidence. Il s’agit d’une part de la production de poteries et de divers objets, comme les pesons en terre cuite, ainsi que de matériaux de construction, d’autre part de la métallurgie du fer et plus particulièrement des activités de post-réduction.

Circonstances de la découverte et contexte archéologique (C. Driard)

2La statue a été découverte en 2009 lors de la fouille archéologique préventive réalisée rue du Chemin de César, au lieu-dit les Prés de la Ville, à Saint-Valérien (DRIARD et alii, 2010 ; DRIARD, DEYTS, 2010). Cette opération a permis de mettre au jour un quartier de l’agglomération antique sur une surface de 1,7 hectare. Plusieurs phases d'occupation ont été mises en évidence. La plus ancienne a été datée des deuxième et troisième quarts du Ier siècle. Elle correspond à la mise en place d’un parcellaire délimité par des fossés, avec quelques bâtiments. La deuxième phase d’occupation est datée de la fin du Ier et du IIe siècles. Elle est caractérisée par le développement de voies et de parcelles délimitées par des clôtures. Plusieurs constructions en terre et bois y ont été découvertes, certaines abritaient des forges. L’est de la zone fouillée était occupé par une grande cour quadrangulaire de 40 m de côté entourée de galeries sur les côtés sud, ouest et nord. La galerie ouest était bordée par un bâtiment rectangulaire dont la fonction est indéterminée. À l’est de la cour, plusieurs fosses contenant des dépôts de figurines en terre cuite, de monnaies, d’outils et de restes humains ont été découvertes. À partir du IIIe siècle, des travaux d’ampleur sont réalisés. Le quartier est rehaussé d'une trentaine de centimètres en moyenne par un apport massif de déchets sidérurgiques. La dernière phase d’occupation mise en évidence est datée de la seconde moitié du IIIe et de la première moitié du IVe siècle. En l’état des connaissances, l’évolution de l’agglomération antique au cours de cette période est difficile à appréhender. Peu de vestiges du Bas-Empire ont été mis en évidence à Saint-Valérien. Différentes observations effectuées lors de travaux réalisés dans le bourg laissent supposer l’existence de niveaux archéologiques datables de l’Antiquité tardive sous le village actuel. A contrario, les fouilles réalisées plus à l’ouest (rue du Gâtinais) n'ont pas permis de mettre au jour d’occupations postérieures au début du IIIe siècle. Lors de la fouille réalisée rue du Chemin de César, en 2009, les niveaux archéologiques attribués au Bas-Empire affleuraient sous la végétation et étaient très arasés (fig. 1).

Fig. 1. Localisation de la fouille archéologique de 2009 sur fond cadastral et localisation du puits contenant la statue (dessin : Cyril Driard, Eveha).

3Un seul bâtiment, identifié par la présence de solins délimitant les restes d’un sol en terre battue sur une surface de 11,30 m de long par 10,40 m de large, a été découvert. Très peu de fosses ont été reconnues. Seules les structures les plus profondes ont été bien conservées, soit douze puits et une citerne. Les données archéologiques recueillies pour cette période proviennent presque exclusivement des fouilles manuelles de deux puits à eau, réalisées par Bruno Zélie (service de fouille des puits, Eveha). Le comblement de ces deux structures contenait un abondant mobilier archéologique apportant des informations sur la vie du quartier au Bas-Empire ainsi que sur son environnement, alors même que l’érosion avait fait disparaître la plupart des aménagements de cette époque en surface.

4La statue se trouvait dans l’un des deux puits fouillés manuellement (fig. 2). Localisé dans la partie sud-ouest du chantier, il s’agit d’un ouvrage hydraulique dont le creusement recoupe les remblais datés du IIIe siècle et dont le comblement contenait de la céramique datée de la seconde moitié du iiie et de la première moitié du IVe siècle. Il mesure 0,55 m de diamètre, environ 5,80 m de profondeur et il est construit en moellons de calcaire.

Fig. 2. Coupe stratigraphique du puits (relevé : Bruno Zélie, DAO : Cyril Driard, Eveha).

5Lors de la fouille, l’eau apparaissait à environ 1,60 m de profondeur. La représentation d’Epona était positionnée debout contre la paroi du puits, enfouie à 4,50 m de profondeur. Elle se trouvait dans un niveau argilo-limoneux brun foncé contenant des blocs et des pierres provenant probablement d’un effondrement ou d'un démantèlement du cuvelage. Cette couche archéologique contenait aussi de la vaisselle en alliage cuivreux (fragments de récipients, situle et seau), ainsi que les restes de huit canidés (sept chiens et la possible présence d’un loup) et d’un grand rapace, très probablement un pygargue à queue blanche.

Le rejet de la statue dans le puits

6La statue a été mise dans le puits entre la fin du IIIe siècle et la première moitié du IVe siècle. Elle était endommagée avant même son rejet et avait été attaquée par les insectes xylophages. Le comblement des deux puits à eau fouillés manuellement est assez similaire. Concernant la couche archéologique où se trouvait la sculpture, l’inventaire du mobilier découvert est assez atypique et ne semble pas correspondre à un dépotoir domestique. Il s’agit d’objets disparates en alliage cuivreux, fragmentaires et détériorés (percés, déchirés, découpés) ou intacts. Leur provenance est indéterminée, mais elle pourrait être variée : rachat ou récupération de métal, butin issu d'un pillage comme cela a été démontré dans le nord-est des Gaules (FURON et alii, 2008 ; SCHÖNFELDER, 2009). Ces lots d’objets pourraient s’apparenter à des réserves de métal destinées au recyclage. Quelques résidus caractéristiques des ateliers de fonte d’alliage cuivreux ont d’ailleurs été trouvés à proximité des puits. Le rejet des objets métalliques dans les deux puits est assez difficile à expliquer, d’autant plus que la quantité de métal laissée n'est pas négligeable. Ces cavités pourraient avoir servi de cachettes, la récupération des objets semblant toutefois compliquée. Quoi qu’il en soit, la statue d’Epona a très certainement été associée aux autres objets en alliage cuivreux, en vue de la récupération des tôles recouvrant la sculpture en bois.

La statue de la déesse Epona (S. Deyts) (fig. 3 à 9)

7Trouvée dans un puits, la statue, un personnage et sa monture, était en dix fragments. Certains éléments n’ont pas pu être remis en position première. C’est le cas, notamment, pour la jambe antérieure droite du cheval (qui a gardé presque tout son placage métallique), pour sa jambe postérieure droite (boulet et fanon sur lesquels adhère encore le métal), pour la queue, faite à part, qui s’insérait dans une mortaise ménagée sur la croupe ; enfin pour le fouet avec lequel le personnage dirigeait sa monture. Les dimensions actuelles : hauteur approximative d’origine 40 cm ; largeur 35 cm ; épaisseur de 7 à 8 cm.
La restauration a été confiée au Laboratoire UTICA de Saint-Denis qui a assuré le nettoyage, le recollage et la consolidation de l’ensemble.

Fig. 3. La statue d’Epona, de face (photo : C. Driard).

8Les composantes de la sculpture sont le bois, le métal et la pâte de verre. Pour le bois, selon le rapport UTICA : « Il y a 80 % de chance pour que ce soit du chêne et 20 % de probabilité pour que ce soit du châtaignier ». Pour le métal, il s’agit essentiellement d’un alliage cuivreux et de minces traces de tôle d’argent. Le métal est aujourd’hui d’une couleur vert bronze, mais on relève aussi par endroits une patine brune. Ceci est dû « à la présence d’oxydes de fer très adhérents sur la partie supérieure gauche de la tête du personnage et le haut de la tête du cheval » (rapport UTICA). On peut dès lors se demander si cette différence de tons est accidentelle ou volontaire.

Fig. 4. La statue d’Epona, de dos (photo : C. Driard).

9À l’origine la sculpture était constituée d’une âme en bois entièrement recouverte de feuilles de métal fixées au bois par des clous (rapport UTICA : « certains sont encore en place à la base de la crinière droite, au niveau des pieds du personnage et sur la croupe »). C’est un travail « au repoussé-estampé avec modèle en bois » selon une définition actuelle (BAUDRY, BOZO, 1978, p. 314, 635-636), le modèle en bois ayant la double fonction de donner forme au placage des feuilles de métal sur le bois et de servir de support à ces dernières.

Fig. 5. La statue d’Epona, de trois quarts avant (photo : C. Driard).

10Avec l’usure et le long séjour dans l'eau, l’emboutissage métallique n’a laissé que des traces lacunaires : sur la tête du personnage, comme sur la poitrine et son côté droit ; sur la tête du cheval, une grande partie de son poitrail et sur son flanc arrière gauche. Ailleurs le bois est presque toujours à nu et transparaissent ainsi des lignes éparses et fugitives du vêtement du personnage.
Tant l’iconographie est connue, on identifie aisément dans le personnage assis sur un cheval, la déesse Epona en amazone sur sa monture.

Fig. 6. La statue d’Epona, détail (photo : C. Driard).

11Le cheval, dirigé vers la droite, était à l’arrêt, membres antérieurs tendus, membres postérieurs arqués, comme on peut le percevoir d’après les deux éléments de jambes qui n'ont pas été replacés. Il montre un poitrail fort, une tête baissée au chanfrein vigoureux bien découpé, les oreilles pointées vers l’avant. Les poils de sa crinière sont largement et souplement déployés jusque bas sur l’encolure. Les yeux étaient constitués de pâte de verre blanche et noire (conservée côté gauche) (fig. 7).

Fig. 7a et b. Détails de la tête du cheval (photo laboratoire UTICA, Saint-Denis).

12Il porte une bride dont différentes parties ont été détaillées avec soin. On distingue (côté gauche) l’entretoise qui réunit au-dessus de la bouche les deux montants le long des joues et le frontal de la têtière qui passe en avant de la tête, juste sous les oreilles (fig. 7). Les rênes sont marquées dans le bois au bas de l’encolure et une partie de la martingale en bronze subsiste sur le poitrail.

13Ces éléments de harnachement apparaissent surimposés sur les feuilles de métal déjà mises en place, ainsi que fignolés par ciselure à l’origine (petit grènetis ponctuant branches et languettes) sur la mince tôle qui recouvrait la tête du cheval.

14La déesse est assise en amazone, sans doute sur un tapis de selle (suivant le découpage quadrangulaire dans le bois, flanc gauche, visible sur une photo avant traitement). Son visage, au menton pointu, est juvénile, les traits délicats, le nez droit, la bouche très petite. Les yeux avaient fait l’objet d’un travail particulier. Rapport UTICA : « La recherche du niveau original des yeux de la déesse apporte l’hypothèse qu’il pouvait y avoir une très fine tôle d’argent (présence de points de corrosion noirs très pulvérulents sur l’œil gauche) entourant une bille de verre translucide (présence de matière vitreuse sur l’œil droit) ».

15Le dessin de la chevelure a fait l’objet de beaucoup de soin : séparée par une raie médiane, elle encadre le visage de grosses boucles rejetées en arrière. Puis elle est peignée sur le crâne en mèches minces et régulières qu’encadrent deux bandeaux de mèches plus lourdes, harmonieusement découpées, dont la chute est retenue dans un chignon sur la nuque (fig. 8).

Fig. 8. Détail de la coiffure d’Epona (photo laboratoire UTICA, Saint-Denis).

16La trace du bras droit est sensible à la pliure du coude, qui est couvert d’une large manche. L’avant-bras, plaqué et levé haut sur la poitrine, est cassé au niveau de la main. Cependant on peut restituer avec une forte probabilité le mouvement de celle-ci : dans son poing serré et quasiment fermé devait être inséré un fouet (un élément fait à part et retrouvé desserti de son support, mais parfaitement reconnaissable à son manche et à l'enroulement de sa lanière, d’une hauteur conservée de 6 cm (fig. 9).

Fig. 9. Détail du fouet (photo MdC, Musées de Sens).

17La main devait être restée plaquée au corps, ce qui réduisait la difficulté d’exécution et le risque d’un décrochement ultérieur ; le manche du fouet, mince de 2 mm environ, pouvant être placé facilement dans l’interstice de la main. L’autre grande manche cachait quelque peu la crinière, l’avant-bras gauche retenant de la main (dont le tracé n'est plus visible) la rêne du cheval.

18Le vêtement à encolure ronde et larges manches était semblable au manteau tombant jusqu’aux pieds que portent habituellement la plupart des personnages féminins sur les stèles funéraires régionales ; ici plutôt une tunique qu’un manteau, si on en juge par les quelques traces de plis épars visibles encore dans le bois, qui semblent avoir souligné le volume du buste. Et un ressaut ténu du métal, au-dessus de l’avant-bras droit, pourrait faire penser au passage d’un pan de drapé sur la tunique, sorte de manteau d’apparat et apanage fréquent des divinités.

Place de la statue de Saint-Valérien dans le répertoire général d’Epona

19Les dimensions de l’Epona de Saint-Valérien sont dans une bonne moyenne si l’on considère la taille des reliefs en pierre (pour beaucoup autour de 30 à 60 cm de hauteur environ). C'est sensiblement aussi la taille de l’Epona en bronze de Loisia (Jura), conservée au Cabinet des Médailles, tandis que l’Epona en fonte creuse du trésor de Champoulet (Loiret), localité assez proche de Saint-Valérien (Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye), ne mesure que 22 cm de haut. Quant à la seule statue entièrement en bois connue en Gaule, celle de Saintes, trouvée au début du xixe siècle dans un puits, elle ne mesure que 16 cm de hauteur (ESPÉRANDIEU, t. 2, 1908, n° 1716 ; MAGNEN, THÉVENOT, 1953, p. 47, n° 77).

20Sur le plan iconographique il apparaît que c’est le schéma de la déesse assise en amazone sur un cheval dirigé vers la droite qui est nettement le plus courant. Quant aux attributs qu’elle peut tenir dans ses mains, ils sont fréquemment, chez les Lingons voisins des Senons, une patère dans la main droite, la main gauche étant posée sur sa monture ou présentant une corne d’abondance. Mais on constate par ailleurs que nombre de sculptures peuvent porter des signes autres et que l’éventail d'attributs est assez large. Cependant le port du fouet est tout à fait inhabituel et on ne peut citer, tout au plus, ici, que l’Epona d’une stèle maison découverte à Gourzon-le-Châtelet (Haute-Marne) et conservée au Musée de Langres (fig. 10), qui tient un grand fouet de sa main droite tandis que sa main gauche est posée sur la crinière de sa monture (MAGNEN, THÉVENOT, 1953, p. 59-60, pl. 41, n° 228).

Fig. 10. Epona de Gourzon, Le Châtelet (Haute-Marne). Musée de Langres (photo D. Geoffroy).

21Dédicaces et représentations nous renseignent bien, on peut le rappeler, sur les attributions de la déesse gauloise, protectrice des voyageurs et de leurs montures, des routes et des carrefours, des écuries. Elle est ainsi connnue dans une grande partie du monde romain mais c’est en Gaule propre que les témoins sont les plus nombreux avec, pour la Bourgogne, une particulière concentration sur le territoire des anciens Lingons et Éduens. Chez les Senons les représentations recensées, toutes en pierre, sont jusqu’ici assez rares : on a pu en signaler trois ou quatre seulement (DELOR, 2002, p. 150 et 264 ; MAGNEN, THÉVENOT, 1953, p. 49, n° 98 et pl. 32 ; BOUCHER, 1990, p. 192).

22Autour de deux cent vingt sculptures sont à ce jour connues dans le monde antique. La grande majorité est en pierre, souvent un calcaire local, et en bas-relief plutôt qu’en ronde-bosse. St. Boucher, dans le LIMC de 1990 (BOUCHER, 1990, t. V 1 et V 2, p. 985-999 et p. 619-628) n’en recense que vingt-quatre en terre cuite, treize en bronze et une seule entièrement en bois ; cette dernière, trouvée à Saintes au début du XXe siècle dans un puits.

Une technique rarement conservée

23Mais l’intérêt de cette sculpture trouvée dans l’Yonne réside surtout dans la mise en évidence d’une technique de l’Antiquité rarement parvenue jusqu’à nous. On sait qu’elle était pratiquée en Grèce dès l’époque archaïque : le terme de shyrélaton, martelage, désigne ce procédé et quelques rares statues ont été conservées, que les modernes appellent shyrelata (ROLLEY, 1983, p. 22). Et si on a pu écrire que certains masques en bronze gallo-romains devaient avoir été travaillés selon cette même méthode, la preuve tangible fait défaut, le bois n’ayant pas résisté à l’usure du temps. Quant à la quasi totalité des autres statues en bronze connues jusqu’ici, elles étaient fabriquées, on le sait, en fonte creuse ou en fonte pleine.

24Les prolongements de ce procédé particulier se retrouvent, de façon claire, sur des sculptures religieuses du XIIe siècle : la Vierge d’Orcival (Puy-de-Dôme ; BAUDRY, BOZO, 1978, p. 317) peut à cet égard servir d’exemple.

25À Saint-Valérien, la conception originale de l’œuvre était aussi particulièrement raffinée, si on en juge par les seuls vestiges conservés : rappelons notamment les pièces métalliques rapportées sur la tôle de bronze première, avec plusieurs rehauts de ciselure (sans doute nombreux et pas seulement sur le harnais du cheval), ainsi que le jeu d’alliages métalliques, peut-être pour mettre plus en relief certaines parties, comme aussi les détails plastiques de la tête de la divinité.

26Complétée probablement à l’origine par un socle en bronze, la statue laisse à penser, de par sa qualité, qu'elle était placée initialement soit dans un sanctuaire, soit dans une villa de grande importance.

27Le fait qu’elle ait été découverte dans un puits - et donc conservée jusqu’à nous grâce à ce milieu aqueux - fait présumer qu’elle avait été jetée au rebut en raison d’une dégradation ancienne.

28Il reste que, tant sur le plan technique qu’artistique, une telle sculpture antique parvenue jusqu’à nos jours se révèle une pièce d’exception. Et même si nous sommes limités en raison de son unicité actuelle, on peut proposer deux observations pouvant resserrer un peu la réflexion sur une telle découverte. On peut noter, d’une part, que Pline l’Ancien dans son chapitre concernant les bronziers antiques et leurs statues (Histoire naturelle, livre XXXIV) n’évoque pas ce mode de fabrication. On peut rappeler, d’autre part, que nombre de sculptures en bronze du panthéon romain trouvées (et pour la plupart sans doute fabriquées) en Gaule, reflétent des influences esthétiques plus grecques que romaines dans le registre du panthéon gallo-romain : ceci ayant été remarqué surtout pour des représentations de Mars, Apollon et tout particulièrement Mercure. Enfin, dans ce domaine, St. Boucher (1976, p. 163) écrit que le modèle de la déesse « cavalière » gauloise est un dérivé direct de l’iconographie propre à certaines divinités féminines grecques ayant fait usage de montures. Le champ d'investigations reste donc largement ouvert.

Haut de page

Bibliographie

BAUDRY M.-Th., BOZO D., 1978, La sculpture : méthode et vocabulaire, Inventaire général des Monuments et des richesses artistiques de la France, Paris, Imp. nat., Ministère de la Culture et de la Communication, 2 vol. (Coll. Principes d’analyse scientifique).

BOUCHER St., 1976, Recherches sur les bronzes figurés de Gaule pré-romaine et romaine, Rome, École française de Rome/Paris, de Boccard, 382 p. (Bibl. des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 228).

BOUCHER St., 1990, Notice ‘Epona’ dans Lexique d’IconographieMythologique Classique [LIMC], Addenda, t. V 1 (texte et t. V 2 (illustrations), p. 985-999 et p. 619-628.

DELOR J.-P., 2002, L’Yonne, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 883 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 89-2).

DRIARD C., DEYTS S., 2010, Saint-Valérien : une agglomération antique de la cité des Sénons (Yonne), Dijon, Service régional de l’archéologie, 18 p. (Archéologie en Bourgogne, 22).

DRIARD C., DISSER A., GOUEROU G., GRAY L., LEROY B., MAUDUIT C., ROUX E., SAEDLOU N., SARTOU A., SAVE S., TALLUAULT O., VIGOT A.-S., 2010, Le Pré de la Ville, Rue du Chemin de César, Saint-Valérien (89), Rapport final d’opération archéologique (fouille préventive),Eveha, Dijon, Service régional de l’archéologie, 6 vol.

ESPÉRANDIEU, 1908, Recueil des Bas-reliefs de la Gaule, t. II, Aquitaine.

EUSKIRCHEN M., 1993, « Epona », Bericht der Römisch-germanichen Kommission, 74, p. 607-838.

FURON S., MIRON A., MIRON A. V. B., 2008, Le trésor des Barbares : un butin englouti dans le Rhin, Sarreguemines, Conseil général de la Moselle, 44 p.

MAGNEN R., THÉVENOT É., 1953, Epona : déesse gauloise des chevaux, protectrice des cavaliers, Inventaire des monuments, Bordeaux, Delmas, 71 p., 66 pl.

PLINE, Histoire Naturelle, livre XXXIV, Traduction 1983, H. Le Bonnec et H. Gallet de Santerre, Paris, Belles Lettres.

ROLLEY Cl., 1983, Les bronzes grecs, Fribourg, Office du livre/Paris, éd. Vilo, 270 p.

SCHÖNFELDER M., 2009,« La découverte de Neupotz dans le Rhin : quelle interprétation ? », Archéologie fluviale en Europe, Dijon, éd. Faton, p. 42-43 (Dossiers d'Archéologie, 331).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de la fouille archéologique de 2009 sur fond cadastral et localisation du puits contenant la statue (dessin : Cyril Driard, Eveha).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 2. Coupe stratigraphique du puits (relevé : Bruno Zélie, DAO : Cyril Driard, Eveha).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 3. La statue d’Epona, de face (photo : C. Driard).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7641/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 4. La statue d’Epona, de dos (photo : C. Driard).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7641/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 5. La statue d’Epona, de trois quarts avant (photo : C. Driard).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7641/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 6. La statue d’Epona, détail (photo : C. Driard).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7641/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 7a et b. Détails de la tête du cheval (photo laboratoire UTICA, Saint-Denis).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7641/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 8. Détail de la coiffure d’Epona (photo laboratoire UTICA, Saint-Denis).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7641/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 9. Détail du fouet (photo MdC, Musées de Sens).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7641/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 10. Epona de Gourzon, Le Châtelet (Haute-Marne). Musée de Langres (photo D. Geoffroy).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7641/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Driard et Simone Deyts, « Une statue d’Epona en tôle de bronze sur modèle en bois à Saint-Valérien (Yonne) », Revue archéologique de l’Est, Tome 62 | 2013, 435-442.

Référence électronique

Cyril Driard et Simone Deyts, « Une statue d’Epona en tôle de bronze sur modèle en bois à Saint-Valérien (Yonne) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 62 | 2013, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://rae.revues.org/7641

Haut de page

Auteurs

Cyril Driard

Eveha, Études et valorisations archéologiques.

Simone Deyts

Université de Bourgogne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page