Navigation – Plan du site
Article
Arnaud Lefebvre, Magaly Mondy, Hubert Cabart , Franck Decanter et Marc Feller

Premières données sur l’archéologie funéraire de l’Antiquité tardive dans la cité des Médiomatriques : l’exemple d’Uckange (Moselle)

p. 253-281

Résumés

Bien que très partiellement reconnue lors de la fouille de 2001, la nécropole de la rue Jean Moulin, à Uckange, a livré des restes de crémations humaines datées du IIe-IIIe siècle ap. J.-C., d’une construction quadrangulaire, sans doute un enclos, un mausolée ou un ustrinum fonctionnant en même temps que les crémations, ainsi que huit inhumations qui nous apportent de précieuses informations concernant les modes funéraires pratiqués à la fin du IVe siècle et au début du Ve siècle ap. J.-C. Ces inhumations appartenant à une période chronologique relativement resserrée ont permis de mettre en évidence la diversité des pratiques funéraires en usage durant l’Antiquité tardive, comme l’utilisation de coffrage en bois ou de cercueil chevillé, de cercueil cloué, de tronc évidé ou encore de chambre funéraire. Ce dernier type, qui semble préfigurer certaines tombes du haut Moyen Âge, demeure sans doute à ce jour le plus rare et le moins bien documenté.

In 2001 excavations in Rue Jean Moulin in Uckange (Moselle) revealed part of a Roman cemetery. The site has returned several human cremations and a quadrangular building, maybe an enclosure or an ustrinum, all dated to the 2nd–3rd century AD. Furthermore, eight burials ascribed to Late Antiquity illustrate the diversity of funerary practices in the late 4th–early 5th centuries, in particular the use of hollow trunks, coffins, wooden formworks and funerary chambers. The funerary chambers may have been the precursors of similar, early medieval constructions. They remain the rarest and least documented burial type during Late Antiquity.

Seit einer Grabung im Jahr 2001 ist das römische Gräberfeld von Uckange (Moselle, Frankreich), Rue Jean Moulin, teilweise bekannt. Die damalige Rettungsgrabung hat es gestattet, mehrere, ins 2 und 3. Jh. n. Chr. zu datierende Brandbestattungen, eine zugehörige quadratische Anlage, wahrscheinlich ein Grabgarten oder ein ustrinum, sowie acht spätantike Körperbestattungen nachzuweisen.
Die einem eng begrenzten Zeitraum am Ende des 4. und am Anfang des 5. Jh. zuzuweisenden Körperbestattungen haben wertvolle Erkenntnisse zu den verschiedenen spätantiken Bestattungssitten geliefert. Dazu gehört die Nutzung von Holzkästen, verdübelten oder genagelten Holzsärgen, Baumsärgen und Grabkammern. Letztere, die möglicherweise Vorläufer vergleichbarer frühmittelalterlicher Grabkammern waren, stellen für die Spätantike die seltenste und die bisher am schlechtesten dokumentierte Bestattungsform dar. (trad. Julian Wiethold)

Entrées d'index

Texte intégral

PDF 4,3MSignaler ce document

1La commune d’Uckange se situe dans la vallée de la Moselle à 20 km au nord de Metz et 7 km au sud de Thionville (fig. 1). La rue Jean Moulin, lieu de la fouille, est localisée au nord de l’agglomération actuelle, à une altitude moyenne de 155 m NGF, sur les alluvions modernes de la rive gauche de la Moselle, qui s’écoule actuellement à environ 550 m à l’est du site.

image

Fig. 1. Localisation de la commune d’Uckange et des principales nécropoles de l’Antiquité tardive en Lorraine (document et DAO M. Mondy).

2La voie romaine menant de Metz à Trèves passe à moins de 300 m à l’est de l’actuelle rue Jean Moulin. Plusieurs vestiges d’époque gallo-romaine ont été reconnus à proximité de cet axe nord/sud. Les plus proches se situent entre cette voie et la nécropole de la rue Jean Moulin aux lieux-dit « Billich » et « Himmelsklop ». Ils appartiennent principalement à une zone artisanale, probablement spécialisée dans la céramique et dans la métallurgie ; d’autres traces ont également été découvertes à un kilomètre de l’autre côté de la voie, au lieu-dit « la Carrière de sable » (LEGENDRE, 1997, p. 157-164).

3Plusieurs nécropoles à incinération du IIe siècle et à inhumation du IVe siècle ont également été repérées de part et d’autre de cette voie. L’une d’elles, localisée sur la commune de Florange au lieu-dit « Portier Sainte-Agathe », à environ 1 km de la rue Jean Moulin, a été fouillée dans les années 1990 et compte une trentaine d’inhumations de l’Antiquité tardive et de l’époque mérovingienne (BLAISING, 1992).

4C’est le projet d’extension de la gendarmerie d’Uckange qui a permis de mettre au jour une petite zone à vocation funéraire, fouillée par une équipe de l’Inrap (MONDY et alii, 2006). Le site a été utilisé entre la fin du Haut-Empire et l’Antiquité tardive.

5Les structures mises au jour lors de la fouille se composent d’une construction rectangulaire très arasée, de huit sépultures à inhumation, d’une crémation avérée et de quatre autres vestiges possibles de crémation (fig. 2). L’ensemble des structures se répartit principalement du côté est de la construction. L’inhumation 15, très fortement arasée, est le seul témoin de l’occupation du site au sud de l’édifice.

image

Fig. 2. Plan général de la nécropole (document et DAO M. Mondy).

6Les limites de la nécropole restent incomplètes. De toute évidence, cette dernière se poursuit en dehors de l’emprise du projet d’aménagement, comme semble l’indiquer la densité croissante des structures vers le nord et l’est de la zone. De plus, l’érosion, qu’elle soit naturelle ou mécanique, a également joué un rôle non négligeable dans la disparition ou l’altération des structures, en particulier dans le secteur sud-ouest du site.

7Si ce site présente bien des lacunes qui ne nous permettent pas d’aborder l’organisation spatiale et les questions de recrutement éventuel, faute d’un échantillon suffisant, en revanche, l’étude que nous présentons ci-après permet de mieux appréhender les traitements du cadavre et l’architecture des sépultures de l’Antiquité tardive. Alors que ces données ont déjà été observées depuis longtemps dans d’autres régions, on constate que l’archéologie funéraire sur le territoire des Médiomatriques n’est connue qu’au travers de rares fouilles anciennes de nécropoles (fig. 1), comme Fontoy (SEILLY, 1995), Folking « Hérapel » (HOFFMANN, 1999), ou Dieue-sur-Meuse (GUILLAUME, 1975), à une époque où l’étude des ossements n’était pas systématique. Pour le moment, seule la crémation en milieu rural aux trois premiers siècles de notre ère en Lorraine a fait l’objet d’une thèse de troisième cycle (ANCEL, 2012). Les études sur la taphonomie des inhumations doivent donc être multipliées pour permettre une synthèse ; la nécropole d’Uckange donne l’occasion de présenter des observations anthropologiques précises.

Les structures liées à la crémation

8Avant d’aborder le cas des inhumations, il paraît nécessaire de présenter les autres tombes et aménagements découverts dans l’emprise de la fouille.

Mausolée, enclos funéraire ou ustrinum ?

9Une construction rectangulaire (fig. 3), dont il ne reste plus que les tranchées de récupération des murs, larges de 60 cm à 75 cm et conservées sur une quinzaine de centimètres de profondeur, a été repérée au centre de l’emprise de la fouille. Orientée nord-sud, elle mesure 13,30 m de longueur sur 7,20 m de largeur, sa superficie étant de 96 m2. La partie nord de la construction est pourvue de deux murs parallèles distants l’un de l’autre d’un mètre. L’état de conservation des vestiges n’a pas permis de déterminer les raisons de ce double aménagement.

image

Fig. 3. Plan et coupes de la construction quadrangulaire (document et DAO M. Mondy).

10Cette construction quadrangulaire renfermait trois structures en creux très partiellement conservées sur 14 cm de profondeur et de forme plus ou moins circulaire s’étendant sur un diamètre d’environ 1 m pour la plus grande (fig. 2). Elles contenaient des cendres, du charbon, des fragments de céramique et de verre calcinés, des clous, ainsi que de tous petits fragments d’os brûlés dans les structures 2 et 3 (fig. 4 et 5). La faible quantité de céramique découverte dans ces structures permet au mieux de les situer dans la période gallo-romaine.

image

Fig. 4. Plan, coupes et mobilier des structures 1 à 3 (document et DAO M. Mondy).

image

Fig. 5. Tableau synthétique des crémations (document A. Lefebvre).

11L’état de conservation des murs, ainsi que l’absence d’un niveau de sol et de vestiges appartenant à l’élévation, rendent difficile l’interprétation de cette construction. Nous nous contenterons donc de soulever les trois hypothèses qui s’imposent dans le cadre d’une nécropole : l’ustrinum, l’enclos funéraire ou le mausolée. De prime abord, l’absence de traces de rubéfaction nous a incité à exclure l’hypothèse de l’ustrinum. Cependant, l’archéologie expérimentale a clairement démontré que ce critère n’était pas toujours valable (LAMBOT et alii, 1994). Dans ce cas, les restes des trois « structures en creux » pourraient simplement être des dépressions du sol comblées par des résidus de bûcher. Elles pourraient également correspondre à des dépôts secondaires implantés à l’intérieur d’un enclos ou sous un mausolée. S’il s’agit d’un enclos funéraire, ses dimensions sont supérieures aux différents exemples connus, comme ceux des nécropoles des « Sagnes » à Pontarion dans la Creuse (LINTZ, 2001), des « Mahis » à Gy-en-Sologne dans le Loir-et-Cher (COUDERC, 2006) ou encore du Champ del Mas à Banassac en Lozère (FEUGÈRE, Gros, 1996).

12Que cet aménagement soit lié à un ustrinum, à un enclos ou à un monument funéraire, l’absence de remaniement par les inhumations postérieures nous indique qu’il était encore visible dans le paysage et qu’il avait encore sa place au cœur de la nécropole au IVe siècle. En effet, aucune sépulture ne le recoupe ; au contraire certaines d’entres elles s’alignent sur ses murs à l’instar de la sépulture 15.

Les crémations

13Mis à part les indices d’ossements brûlés présents dans cet aménagement quadrangulaire, d’autres traces de crémations ont également été relevées à 6 m de là, dans la partie sud-est de l’emprise de la fouille, le long de la limite de décapage (fig. 2).

14Là encore, il s’agit de traces très ténues de crémations révélées par la présence de nombreux débris de charbon, d’os brûlés humains et de verre fondu étendus sur toute la surface (environ 12 m²) en une couche très superficielle (structure 9).

image

Fig. 6. La sépulture à incinération n° 8 (document et DAO M. Mondy et H. Cabart).

15Seule l’une d’entre elles (sép. 8) nous est parvenue en partie conservée sur une vingtaine de centimètres de profondeur ; elle a livré un mobilier archéologique relativement abondant (fig. 6), composé de nombreux fragments de verre fondu, d’une petite anse en bronze de coffret, d’un stylet, d’un élément de harnachement de cheval (peut-être un mors), ainsi que quelques fragments osseux humains calcinés (15,8 g, fig. 5). Ces différents éléments étaient placés dans une fosse de forme carrée. Mais la fouille n’a montré aucun agencement particulier, l’ensemble paraissant remanié. La faible conservation de cette structure ne nous a malheureusement pas permis de comprendre les raisons de ce remaniement (taphonomie, pillage, activité humaine, …).
Cette crémation est datée de la fin du IIe ou du début du IIIe siècle ap. J.-C.

Les inhumations de l’Antiquité tardive

Présentation succincte

16L’essentiel des vestiges mis au jour sur cette opération archéologique concerne, comme nous l’avons dit en introduction, des sépultures à inhumation. Celles-ci sont au nombre de huit (sép. 4, 10, 14, 15, 16, 17, 19 et 20) et se localisent toutes dans la partie est et sud de l’emprise de la fouille, notamment en bordure du décapage, indiquant de fait une éventuelle poursuite de la nécropole en dehors de l’emprise du projet (fig. 2). Le faible effectif étudié interdit, bien entendu, une réelle analyse spatiale ainsi que toutes réflexions sur le recrutement.

17Les sépultures 4, 10 et 14, toutes trois orientées selon un axe sud-nord, sont localisées à l’est de la construction. Elles sont séparées de celle-ci par un espace atteignant 4,50 m depuis la sépulture 4, et 7 m depuis la sépulture 14.

18La sépulture 15, très fortement érodée, est le seul témoin d’une extension de la nécropole au sud de la construction. Distante de moins de deux mètres de celle-ci, elle suit l’orientation du mur sud.

19Les sépultures présentes au nord-est de la construction sont implantées suivant diverses orientations. La sépulture 16 suit une orientation sud-est / nord-ouest, alors que la sépulture 17, la plus septentrionale de la fouille, et la sépulture 19, qui peut marquer la limite nord-ouest de la nécropole, suivent respectivement une orientation sud-sud-est/nord-nord-ouest et est-ouest. À l’image de la sépulture 15, l’orientation de la sépulture 19 semble parallèle à celle du mur nord de la construction qui n’est distant que de quatre mètres.
Enfin, la sépulture 20, localisée entre les sépultures 16 et 14, suit une orientation ouest-est.

Étude anthropologique de la population inhumée

Méthodologie

20Sur le terrain, les huit sépultures ont fait l’objet d’une fouille et d’un enregistrement fondés sur les méthodes d’approche des sépultures définies par H. Duday (DUDAY, 1990, 2005 ; DUDAY et alii, 1990). Permettant souvent de mettre en évidence les pratiques funéraires, ces méthodes s’attachent à déterminer le mode de décomposition des individus, ainsi que la présence éventuelle de contenant en matière périssable, grâce à l’analyse de la position des ossements et du mobilier d’accompagnement.

21L’âge au décès des immatures a été estimé grâce à la maturation dentaire (SCHOUR, MASSLER, 1944) et osseuse (SCHEUER, BLACK, 2000 ; OWINGS-WEBB, SUCHEY, 1985). La volonté d’affiner l’âge au décès des adultes n’a pas été réalisable, en dépit de l’utilisation de l’approche bayésienne (SCHMITT, 2005), les sujets étant trop jeunes ou les coxaux trop mal conservés.

22La mauvaise conservation des os coxaux n’a pas permis de mettre en œuvre une approche probabiliste de la détermination sexuelle (MURAIL et alii, 2005) ; seule une observation visuelle directe a été réalisée (BRUZEK, 2002 ; BRUZEK et alii, 2005).
Afin de tenter de caractériser les conditions de vie des individus, la présence de lésions osseuses ou dentaires a été recherchée de manière macroscopique.

Données biologiques

23Dans tous les cas, il s’agit de sépultures primaires individuelles à inhumation. Seuls quelques fragments d’os brûlés, provenant de crémations plus anciennes, ont été découverts en position secondaire dans le comblement de la fosse.

24L’échantillon étudié dans le cadre de ce site se résume à un sujet immature âgé de 8 à 9 ans (sep. 10), un jeune adulte âgé de 20 à 25 ans (sep. 4) et quatre adultes de plus de 30 ans (sep. 14, 15, 17 et 20). Les deux derniers sujets (sep. 16 et 19) sont respectivement un adulte et un grand adolescent ou un jeune adulte, sans plus de précisions (fig. 7).

image

Fig. 7. Tableau synthétique des fosses et des individus (document A. Lefebvre).

25La détermination sexuelle a été fortement limitée par l’état de conservation des os du bassin (cf. supra, méthodologie). Les sujets des sépultures 4 et 15 se sont avérés féminins, les sujets des sépultures 14 et 17, masculins, alors que les sujets des sépultures 16, 19 et 20 sont restés indéterminés. Le sexe du sujet de la sépulture 10 n’a pas été estimé en raison de son jeune âge (fig. 7).

26Les observations portant sur l’état sanitaire des individus n’ont pas mis en évidence d’atteintes particulières, qu’elles soient liées au stress et aux carences, où à une origine dégénérative, traumatique ou infectieuse. De même, l’état sanitaire dentaire ne nous a rien appris de particulier, les seules traces étant celles d’une usure normale en lien avec l’âge des individus.

Les modes funéraires

L’espace de décomposition et l’architecture funéraire

27Les observations réalisées durant la fouille montrent clairement que l’ensemble des sujets a subi une décomposition en espace vide, au sein d’un contenant en matière périssable. Les différents indices relatifs à ce type de décomposition sont la mise à plat des volumes et les différents déplacements osseux hors du volume corporel constatés chez tous les individus. À ce titre, la migration vers l’arrière du crâne et de la mandibule des sujets 10 et 16, indique sans doute la présence d’un coussin funéraire en matière périssable (fig. 14 et 17). En revanche, le maintien en équilibre instable et à distance des parois de la fosse du cranium du sujet 17 est le signe de l’existence d’un élément ayant retenu les os durant la décomposition, probablement la paroi du contenant (fig. 18). La présence de certains éléments périssables est d’ailleurs encore visible dans deux sépultures (14 et 16) sous la forme de traces ligneuses noirâtres. Cette étude a permis d’identifier quatre types de contenant différents : le coffrage ou cercueil chevillé, le cercueil cloué, le tronc évidé et la chambre funéraire (ou « double contenant »).

Le coffrage ou le cercueil chevillé

28Il est difficile de différencier ces deux types de contenants même s’ils relèvent de modes opératoires différents. En effet, le coffrage est installé dans la tombe avant qu’elle ne reçoive le défunt, alors que le cercueil, chevillé ou cloué, sert également au transport du corps (Ariès, 1977). Dans notre cas, l’existence d’un contenant en bois non cloué a été mise en évidence dans cinq sépultures (4, 10, 14, 17 et 19) grâce à la présence de traces ligneuses, délimitant un espace rectangulaire de 2,30 m de long pour 0,55 m de large (sépulture 14, fig. 15), et par la position des ossements (migration hors du volume corporel).

29 De manière générale, ces tombes mesurent, pour les adultes (4 et 14), environ 3 m de long, pour une largeur variant de 1,20 à 1,30 m, seule la tombe 17 est plus petite avec une longueur de 2,40 m pour une largeur de 85 cm (fig. 7). Les sépultures 10 et 19 renfermant respectivement un enfant et un adolescent probable sont également plus petites (1,70 à 2 m de long pour 0,85 m de large).

30Les sépultures 10 et 14 bénéficient en outre d’un aménagement sur leur côté oriental, matérialisé par une banquette réalisée dans l’encaissant à environ 10 cm du fond, sur laquelle repose une partie du mobilier d’accompagnement. Dans le cas de la sépulture 10, cette banquette se poursuit plus ou moins à plat sur près d’1 m de longueur, alors que pour la sépulture 14, elle suit une pente douce et remontante sur près de 30 cm (fig. 14 et 15).

Le cercueil cloué

31Ce type de contenant a été identifié dans la sépulture 20 grâce à la présence de plusieurs clous autour du sujet (fig. 20). Cinq clous ont ainsi été dénombrés autour du crâne, dont un en position verticale, pointe vers le bas ; trois autres ont été découverts au niveau du bassin ; le dernier clou a été mis au jour latéralement à la fibula droite. L’ensemble de ces clous reposait sensiblement à la même altitude à l’exception de celui placé verticalement qui se trouvait 6 à 10 cm plus haut. La position même de ces éléments autour du sujet atteste bien la présence d’un cercueil.

Le tronc évidé

32L’étude taphonomique de la sépulture 15 a permis de mettre en évidence de nombreuses migrations osseuses associant à la fois des déconnexions totales, des sorties hors du volume corporel et des rapprochements vers le centre de la tombe (fig. 16).

33Ainsi, le crâne, qui apparaît par sa face latérale droite, a basculé vers la poitrine et s’est retourné, le maxillaire étant dirigé vers l’est, tandis que la mandibule, totalement déconnectée, repose en vue supéro-latérale gauche dans la partie est de la fosse.

34L’ensemble des éléments rachidiens et des côtes est déconnecté, plusieurs vertèbres cervicales se trouvent hors du volume corporel au niveau de l’épaule gauche, quelques côtes viennent recouvrir l’humérus gauche, alors que d’autres sont coincées sous l’humérus droit. Une grande majorité des côtes, des vertèbres et des éléments composant la ceinture scapulaire paraît resserré sur le plan médian du corps. Les membres supérieurs sont eux aussi totalement déconnectés, l’humérus gauche apparaissant en vue latérale, tandis que les os de l’avant-bras homolatéral ont migré en direction du fémur. L’humérus droit, en vue antérieure, semble avoir migré vers le bassin, les os de l’avant-bras, partiellement sortis du volume corporel, reposant en travers de son extrémité distale. Les os des mains sont éparpillés dans la zone pelvienne. Le coxal gauche, ouvert et à plat, a légèrement migré vers le centre de la fosse et a été partiellement recouvert par le coxal droit (vue latérale) qui a lui aussi migré vers le centre entraînant d’ailleurs le fémur homolatéral dans son déplacement. Le membre inférieur gauche s’est retourné (vue postérieure). Il est cependant resté en connexion partielle (la fibula et la patella sont déconnectées), tandis que le fémur s’est rapproché du plan médian par sa moitié proximale. La jambe droite est totalement déconnectée et a migré à la fois vers la paroi ouest et vers la jambe controlatérale. Les pieds n’ont pas été conservés.

35L’ensemble de ces déplacements dans et hors du volume corporel, associés au retournement complet de certains os ou membres et à l’effet de gouttière central, plaident en faveur d’une inhumation en tronc d’arbre évidé. Ces phénomènes déjà décrits à plusieurs reprises pour différentes périodes chronologiques (BLAIZOT, 2008 ; BOËS et alii, 2000) peuvent également être mis en parallèle avec l’analyse récente d’une sépulture particulièrement bien conservée sur le site médiéval de « Lasserre » à Marsans dans le Gers (GEORGES et alii, 2012).

Les chambres funéraires ou « double contenant »

36Ce type d’architecture, jusque là inédit en Lorraine pour l’Antiquité tardive, a été mis en évidence dans la sépulture 16.

37Dans cette sépulture, le défunt était inhumé dans un coffrage ou un cercueil chevillé en bois, dont certaines traces ligneuses étaient encore visibles (fig. 17). À l’intérieur du contenant, les os présentent des déplacements assez importants, pouvant partiellement résulter de la pente d’ouest en est de la fosse (environ 5 à 6 cm), et peut être aussi d’un aménagement interne indéterminé (matelas, brancard légèrement surélevé ?). Cette dernière hypothèse expliquerait également la position des membres inférieurs (migration des genoux vers le sud et retournement du fémur gauche), à moins que cette position ne résulte de l’effondrement d’une partie latérale du contenant alors que l’espace vide interne est conservé.

38La présence des traces ligneuses de part et d’autre du défunt démontre, sans aucune équivoque, que seule une partie du mobilier a été déposée dans le contenant, aux pieds du sujet, tandis que le reste était disposé entre la paroi de la fosse et celle du contenant, à gauche du défunt. Les différentes photographies et les relevés réalisés in situ montrent clairement qu’une partie au moins de ce mobilier a migré dans la tombe (fig. 8). En effet, une jatte (n° 3) est totalement retournée, ouverture contre le sol, tandis que le pot à anse (n° 6) et la coupe (n° 5) sont renversés et maintenus en équilibre instable par la paroi du coffrage.

image

Fig. 8. Vues de la sépulture 16 et du mobilier renversé (photos A. Lefebvre).

39Des déplacements sont également observables parmi les restes fauniques (épaule de porc et poule), qui sont déconnectés et éparpillés autour des céramiques 3, 5 et 6, certains étant même venu buter contre la paroi du coffrage, alors que d’autres sont restés collés à la paroi de la jatte (n° 3) par l’action des fluides de décomposition (fig. 9). De même, le plat n° 9 qui conserve des ossements collés à sa paroi est à la fois retourné et fragmenté ; il recouvre par ailleurs la coupe n° 8 (fig. 8 et 9).

image

Fig. 9. Vues des offrandes alimentaires collées au fond des récipients par les différents fluides (photos F. Decanter).

40Enfin, les altitudes prises lors du prélèvement de l’ensemble confirment également cette hypothèse : dans la portion est, une partie du mobilier repose sur le fond de la fosse (nos 7 à 9), mais se trouve retourné, fragmenté ou dispersé, alors que le mobilier présent vers l’ouest (nos 3 à 6), également retourné et dispersé, se trouve en moyenne 5 à 7 cm au-dessus du fond de la fosse.

41Compte tenu de tous ces paramètres, il paraît plausible que la majeure partie de ce mobilier ait été installée sur un support périssable. Celui-ci était sans doute placé contre la paroi sud de la tombe, là où un espace vide d’environ 50 cm de long pour 20 cm de large a été observé lors de la mise au jour de la sépulture.

42Dans la mesure où le défunt était déposé dans un coffrage ou un cercueil chevillé, ces mouvements induisent la persistance d’un espace vide en dehors de ce contenant. Dans ce cas de figure, l’absence d’autres traces ligneuses à proximité des parois sud, est et ouest du creusement nous incite à proposer un système de « double contenant » pouvant s’apparenter à une petite chambre funéraire, le défunt étant inhumé dans un coffrage de bois doté ou non d’un couvercle, lui-même disposé dans une fosse beaucoup plus large. Cette fosse, apparemment non consolidée par un boisage, était fermée par un couvercle en matière périssable (fig. 10). Il s’agit d’un type d’aménagement déjà observé dans d’autres régions, comme par exemple dans la tombe 504 du site du Pillon à Marennes dans le Rhône, attribuée au Bas-Empire (BLAIZOT, 2009).

image

Fig. 10. Proposition de restitution de la sépulture 16 (document et DAO M. Mondy).

Orientation et position des corps

43Trois orientations sont discernables, à quelques degrés de variations près. Par commodité, elles sont indiquées depuis la tête du sujet vers ses pieds. La plus courante est l’orientation sud-nord pour quatre sépultures (sép. 4, 10, 14 et 17), suivie de l’orientation est-ouest pour trois sépultures (sép. 15, 16, 19) et de l’orientation ouest-est pour une sépulture (sép. 20).

44La position classique des sujets est le décubitus dorsal, les membres inférieurs en extension (sept cas, un indéterminé, sujet 16). Quelques différences sont à noter dans la position des mains : trois sujets (sép. 4, 10, 20) sont inhumés avec une main sur le bassin (généralement la gauche) et une main sur le sol, latéralement au fémur ; un sujet (sép. 17) se trouve dans une position très proche des autres, avec la main gauche sur le thorax et la droite sur le sol à côté du fémur ; les membres supérieurs du sujet 19 sont en extension avec les mains sur le sol, tandis que les mains du sujet 14 sont posées sur le pubis. La position des mains des sujets 15 et 16 reste inconnue du fait des importantes migrations subies.

Les dépôts funéraires

45Les inhumations étaient, pour la plupart, accompagnées d’un mobilier diversifié composé principalement de récipients en céramique et en verre. L’étude de ces deux catégories de vaisselle permet d’aboutir à des horizons chronologiques précis appartenant à la période tardo-antique. Parures et accessoires enrichissent également le corpus de mobilier propre à cette période chronologique et trouvent des similitudes avec d’autres nécropoles de la région.

Position du mobilier d’accompagnement

46Le mobilier se trouve généralement disposé à la fois dans et en dehors du contenant, à l’exception de la sépulture 15 (aucune offrande) et de la sépulture 20, dont la seule « offrande » potentielle (un galet) est présente dans le cercueil (fig. 11).

image

Fig. 11. Répartition du mobilier présent dans les tombes (document A. Lefebvre).

47En dehors du contenant, la position prépondérante du mobilier est en amont du crâne (sép. 4, 17 et 19) ou sur le côté gauche du sujet, depuis la tête jusqu’au bassin (sép. 16) et sur le côté du genou (sép. 17). Dans au moins un cas (sép. 14), peut-être deux (sép. 10), le dépôt repose sur la banquette latérale aménagée sur le côté droit.

48Les plats, les jattes, les pots à anses et les coupes sont préférentiellement déposés en dehors du coffre. Dans deux cas (sép. 4 et 16), certains récipients contenaient encore les restes carnés de porc, de poule et de coq.
Aucun reste alimentaire n’étant conservé dans les autres récipients, il est impossible de savoir si des offrandes y étaient éventuellement déposées.

49Le mobilier découvert à l’intérieur du contenant est principalement placé, pour la partie supérieure du corps, sur le côté gauche (crâne : sép. 4, 10, 19, 20 et épaule : 4, 10). Il convient d’ailleurs sans doute de noter ici que le seul élément présent dans la sépulture 20, un galet, est disposé à gauche du crâne, au même titre que les céramiques ou les objets de parure découverts ailleurs. Dans la partie inférieure du corps, c’est plutôt la partie droite qui est choisie, avec trois dépôts placés latéralement à la jambe (4, 14, 16) et trois autres sur le pied ou latéralement à celui-ci (sép. 14, 16, 19).

50Les récipients pouvant contenir des liquides tels que les cruches en céramique (sép. 4, 14 et 16), les gobelets, les vases et les bouteilles en verre (sép. 4, 10, 14, 16 et 19) sont fréquemment déposés au contact direct du corps, les bouteilles étant posées au niveau des pieds et les gobelets plutôt vers le crâne.

51Les objets de parure, pour l’essentiel des bracelets et des épingles, étaient en position fonctionnelle, au niveau du bras pour le bracelet de la sépulture 19, et au niveau des cheveux et de la tête pour les épingles et les perles de la sépulture 10.
Le bracelet en lignite de la sépulture 4, ayant appartenu à un enfant, a été déposé près de la tête de l’adulte, probablement en guise d’offrande.
Quant à la sépulture masculine 14, elle contenait un anneau et un couteau, tous deux disposés au niveau du genou gauche du défunt.

52Trois cas de figure se distinguent concernant les modes d’organisation de ces dépôts dans la tombe. Dans le premier cas, le dépôt est directement posé au fond de la tombe, sur le sol, au même niveau que le coffrage (sép. 4, 17 et 19). Dans le second cas, une banquette a été aménagée pour recevoir ces dépôts (sép. 14 et peut-être 10). Enfin, dans le troisième cas (sép. 16), le mobilier est en surélévation sur un support en matériau périssable (coffret, tabouret ?).

Les dépôts de céramique

53La fouille des six inhumations avec mobilier a livré vingt-trois récipients en céramique, présents à titre de dépôts funéraires. Dans la majorité des cas, le vase est complet.

54L’identification des types a été réalisée d’après les typologies de Chenet (CHENET, 1941) et Dragendorff (1895 ; 1896) pour la sigillée et la métallescente tardive et d’après les publications des sites de Krefeld-Gellep (PIRLING, 1989), d’Alzey (UNVERZAGT, 1916) et des thermes de Trèves (HUSSONG, CUPPERS, 1972) pour la céramique rugueuse et la céramique flammée.

55La distinction entre les groupes techniques a pu être réalisée après observation à la loupe binoculaire (grossissement X20) et comparaison avec les éléments du tessonnier en cours de réalisation en Lorraine (projet PCR : Céramique de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge entre Meuse et Rhin).

Détermination

56Dans ce lot figure de la vaisselle de table et de service (sigillée, métallescente et céramique flammée) qui est associée dans les tombes avec des éléments du service culinaire (céramique rugueuse). Ces différents récipients proviennent exclusivement des centres de production de l’Argonne (sigillée : 9 ex. ; métallescente tardive : 1 ex.) et de l’Eifel (12 ex.), hormis l’un d’entre eux attribué à Trèves (1 ex.).

La sigillée tardive d’Argonne

57La sigillée tardive d’Argonne comprend essentiellement de la vaisselle de table et de service. Elle compte huit récipients de forme ouverte correspondant aux quatre types principaux du Bas-Empire : le plat Ch304 en trois exemplaires (sép. 10, nos 6 et 7 et sép. 4, n° 4) et les coupes Ch320 en deux exemplaires (sép. 16, nos 8 et sép. 19, n° 2), Ch324 en trois exemplaires (sép. 4, nos 6 et 7 et sép. 18, n° 2) et Ch328 en un exemplaire (sép. 16, n° 5).

58L’apparition du répertoire argonnais tardif n’est pas encore datée avec précision. Le renouvellement a-t-il lieu plutôt à la fin IIIe ou dans les premières décennies du IVe siècle ? La question n’est pas arrêtée définitivement. Il semble que certaines formes puissent être déjà présentes dès la fin du IIIe siècle, comme certains gobelets ou le plat Ch304 et le bol Ch319. En tout cas, la gamme de produits se met assez rapidement en place pour rester ensuite très stable jusqu'au Ve siècle où une évolution technique se fait sentir, en particulier dans les modes de cuisson et dans certains détails morphologiques.

59La panse de la coupe Ch320 (sép. 19, n° 2) est ornée d’une molette UC110. Par comparaison avec la molette 108 qui est assez proche, ce décor serait à rapprocher de la phase 1 de D. Bayard, c’est-à-dire 370 à 410/415 ap. J.-C. (horizon d’Altrip d’après BAYARD, 1990). La chronologie actuellement admise par la majorité des chercheurs se situe plutôt vers 320.

60Les vases découverts à Uckange correspondent au répertoire classique de l’Argonne, qui a cours plus d’un siècle, ce qui explique que, même si la céramique d’Argonne est le fossile directeur principal en matière d’identification des sites de l’Antiquité tardive, elle n’est pas d’un grand secours pour fixer des datations plus affinées.

La céramique métallescente tardive d’Argonne

61La céramique métallescente tardive d’Argonne est représentée par un gobelet de type Ch337 en forme de tonnelet dont la panse est ornée d'un décor végétal réalisé à la barbotine (sép. 16, n° 1).

62Le démarrage de cette autre production argonnaise qui est représentée par la céramique métallescente tardive est bien identifié dès le dernier quart du IIIe siècle. Elle perdure vraisemblablement jusqu’au Ve siècle, mais la chronologie spécifique des différentes formes n’est pas bien établie. A priori, le gobelet à décor de barbotine de la tombe 16 n’est pas très tardif.

La sigillée tardive de Trèves

63La sigillée tardive de Trèves est diffusée de façon discrète dans la moyenne vallée de la Moselle ; elle est représentée par une coupe Dr41 à bord évasé et à pied peu marqué repris dans la typologie de Dragendorff (sép. 16, n° 10).

64Quant à la sigillée trévire, cette production n’est, pour l’instant, pas bien calée chronologiquement. Dans l’état actuel de nos connaissances, la sigillée des ateliers tardifs de Trèves serait plutôt caractéristique de la première moitié du IVe siècle.

La céramique rugueuse de Speicher

65La céramique rugueuse de Speicher se caractérise par une pâte blanche ou jaune avec un abondant dégraissant de grains de quartz arrondis qui, en cas de réoxydation en fin de cuisson, sont auréolés par des oxydes de fer. Deux groupes de pâtes ont pu être distingués à partir de la coloration finale due à l'atmosphère de cuisson (pâte 1 : pâte blanche ; pâte 2 : cuisson oxydante). Le répertoire comprend trois formes : cruche, petit plat et pichet. À Uckange, on compte un plat à lèvre oblique Niederbieber 112 à pâte de type 1 (sép. 16, n° 9) ; le pichet de type Alzey 30 est représenté par un exemplaire à pâte de type 1 (sép. 16, n° 6) ; on compte enfin une cruche à une anse du type Krefeld-Gellep 117 à pâte type 1 (sép. 14, n° 3).

La céramique flammée de Speicher

66La céramique flammée de Speicher correspond à un autre aspect des productions tardives de Speicher. La pâte s’apparente à la pâte 1 de la céramique rugueuse sans le dégraissant de sable siliceux et la surface est ornée d'un décor de barbotine brune. La nécropole d’Uckange a livré une cruche à une anse certainement de type HC Kellergänge 61 (sép. 16, n° 2).

67Si la chronologie des productions tardives de la céramique de l’Eifel au sein des deux groupes d’ateliers connus n’est pas encore assurée, les observations récentes montrent qu’il existe une évolution technique traduisant des datations différentes.

68En ce qui concerne les ateliers de Speicher, leur activité débute vraisemblablement vers le milieu du IIe siècle. Il semble que leur diffusion vers la moyenne vallée de la Moselle reste faible à cette époque en raison de la concurrence très forte exercée par les ateliers d’Urmitz-Weissenthurm. Suite au déclin de ces derniers, à la fin du IIIe ou au début du IVe siècle, les produits de Speicher se font plus abondants dans les contextes constantiniens et sont aisément reconnaissables à la coloration blanche de la pâte (céramique rugueuse et flammée). Par la suite, les produits prennent une coloration sombre due à l’augmentation des températures de cuisson. Cette production tardive de Speicher, constatée dans certains sites lorrains, s’échelonne jusqu’à la fin du IVe siècle et peut-être le milieu du Ve siècle.

La céramique rugueuse de type Mayen

69L’appellation céramique de type Mayen correspond à un groupe technique de céramique rugueuse caractérisé par un dégraissant constitué d’abondants grains de quartz d’aspect anguleux auxquels sont associés des grains de minéraux noirs liés au contexte géologique de nature volcanique de la région de Mayen (Allemagne).

70Deux groupes techniques ont pu être différenciés à partir de la coloration due à l’atmosphère de cuisson et la fréquence des minéraux noirs (pâte 1 : cuisson oxydante, grains de quartz abondants anguleux et abondants minéraux noirs ; pâte 2 : cuisson réductrice, grains de quartz abondants de forme anguleuse et minéraux noirs en quantité modérée).

71Les répertoires sont assez proches ; il s’agit de : cruche, plat, pichet, gobelet, jatte et bouilloire. À Uckange, on compte une cruche de type indéterminé conservé à 80 % (le col est manquant) à pâte de type 2 (sép. 4, n° 3) ; un plat à panse oblique et lèvre rentrante dérivé du type Alzey 29 à pâte de type 1 (sép. 14, n° 1) ; trois pots à anse de type Alzey 30 à pâte de type 1 (sép. 10, n° 5) et de type 2 (sép. 19, n° 3 et sép. 10, n° 8) ; un gobelet à haut col tronconique de type Alzey 16 à pâte de type 2, dont la panse est décorée de quatre dépressions (sép. 10, n° 4) ; une jatte de type Alzey 28 à pâte de type 1 (sép. 16, n° 3) ; une jatte hors typologie (peut-être un mélange entre une jatte Alzey 28 et un plat Alzey 34) à pâte de type 1 (sép. 4, n° 5) ; et enfin, une cruche à bec tréflé ou bouilloire à pâte de type 1 (sép. 4, n° 1).

72Les travaux en cours sur les collections anciennes du Musée de Mayen tendent à montrer que les premières productions de ce groupe d’ateliers sont bien à situer à la fin du IIIe siècle, avec des produits dont l’aspect est assez proche de ceux de Speicher (pâte blanche). La même évolution technique est constatée avec l’introduction de températures de cuisson plus élevées donnant aux récipients un aspect très foncé, voire surcuit. Pour l’instant, les produits de Mayen ne sont attestés sur le cours moyen de la Moselle qu’à partir du dernier tiers du IVe siècle, ce qui fait de cette catégorie un marqueur pour identifier les contextes tardo-antiques. Alors que la production de Speicher semble prendre fin dans la première moitié du Ve siècle, celle de Mayen va au contraire perdurer largement jusqu’au Moyen Âge, voire jusqu’à la période contemporaine.

La chronologie des groupes et des types

73Les catégories techniques représentées ont une durée de production et de diffusion assez large, ce qui réduit les possibilités de datation resserrée. L’attribution chronologique générale est fournie par la céramique tardive d’Argonne et les productions de type Speicher et Mayen.

74La sigillée d’Argonne, pour les tombes qui en contiennent, permet de les situer pendant l’Antiquité tardive, dans une fourchette allant de 300 à 425. La molette apposée sur un des bols Ch320 est à situer dans la première moitié du IVe siècle. La sigillée trévire a une amplitude de fabrication centrée sur la première moitié du IVe siècle d’après l’état de nos connaissances. La chronologie détaillée des différents gobelets en céramique métallescente tardive d’Argonne n’étant pas établie, il est difficile d’être très précis dans la datation du gobelet Ch337 à décor de barbotine.

75En ce qui concerne les productions de l’Eifel, il faut distinguer dans les produits de Speicher les récipients à pâte blanche (rugueuse et flammée) qui semblent caractéristiques de la période constantinienne et des productions plus tardives. Quant aux produits de Mayen, si le début de la production est à situer à la fin du IIIe siècle (REDKNAP, 1999), ils semblent être diffusés dans la moyenne vallée de la Moselle plus tardivement que ceux de Speicher, c’est-à-dire à partir du dernier tiers du IVe siècle (FELLER, HOERNER, 1994). Les observations récentes montrent que le répertoire céramique de l’Antiquité tardive évolue à partir du milieu du Ve siècle (BET et alii, 2011). Dans la mesure où aucun type plus récent caractéristique de la seconde moitié du Ve siècle n'est présent, le terminus ante quem sera fixé dans la première moitié du Ve siècle, vers 430-440. L’intervalle chronologique ainsi obtenu représente une amplitude d’environ 75 ans, mais ne permet malheureusement pas de savoir si les tombes sont plutôt de la fin du IVe ou du milieu Ve siècle.

Le verre

76L’étude du verre a été conduite de façon indépendante, sans connaissance préalable de la céramique et du reste du matériel. Cette manière de procéder permet, une fois le travail terminé, de comparer les résultats, de les discuter et éventuellement de les affiner.

77Dans le cas des sépultures à inhumation qui fournissent des vases complets et isolés au moment de la fouille, l’étude est simple. Après le lavage, il y a, au besoin, un remontage avec une colle réversible. Viennent ensuite le dessin et la photo puis une étude classique de description puis de comparaison.

78Pour les fouilles d’incinération ou d’habitat, qui fournissent un matériel fragmenté et incomplet, le travail commence, après lavage, par un tri par couleur et par épaisseur. Il est possible d’en déduire un nombre d’individus dont on cherche à identifier les formes. Ces verres, toujours brisés et parfois déformés par la chaleur, sont rarement reconstituables.

79Les comparaisons ont été recherchées, de façon préférentielle, dans les cimetières régionaux de l’Antiquité tardive de Florange, Fontoy, Folkling-Hérapel, Steinfort et Dieue-sur-Meuse. Les ouvrages de B. Rütti pour Augst (RÜTTI, 1991) et de H. Cool et J. Price pour Colchester (COOL, PRICE, 1995) ont fourni des exemples avec parfois des datations.

Détermination

80Cinq inhumations ont livré au total sept vases. À titre de comparaison, ce sont vingt-trois céramiques qui ont été déposées dans les inhumations. Généralement, les tombes contiennent à la fois de la céramique et du verre, mais dans la tombe 16, il n’y avait que de la céramique et au contraire dans la tombe 17 le matériel funéraire n’était constitué que de deux verreries et d’une coupelle en plomb, sans céramique. La matière utilisée pour la fabrication des vases est d’une qualité médiocre. La teinte verdâtre est la règle. Les filandres indiquent un verre mal affiné. La technique la plus utilisée est le soufflage dans un moule ouvert. Dans trois cas, la lèvre des gobelets est laissée coupante après le détachement de la canne. Dans le cas du gobelet n° 6 de la sépulture 14, la finition est plus poussée et la lèvre est arrondie.

81Les formes sont peu nombreuses. On distingue une sorte de bol, quatre gobelets tous différents et deux bouteilles. Les décors utilisés sont les côtes obtenues par moulage et les filets brun jaunâtre. Les objets décorés viennent tous les deux de la même sépulture 14.

Les bouteilles

82Deux bouteilles étaient présentes dans les sépultures 17 (n° 3) et 19 (n° 4). Ces vases ont un corps sphérique terminé par un goulot cylindrique. La lèvre est ourlée soigneusement vers l’intérieur. Les hauteurs sont pratiquement identiques avec respectivement 12 et 11,8 cm. Cette forme, Isings 101, est très commune dans les tombes de l’Antiquité tardive. Par exemple, ce sont plus de dix exemplaires qui ont été découverts à Fontoy (SEILLY, 1995). À Florange, une seule bouteille est identique et les autres sont plus petites (inédit).

83Isings fait apparaître le type dès le IIIe siècle. À cette époque, la liaison entre la panse et le goulot est marquée par un léger rétrécissement. La forme reste utilisée pendant tout le IVe siècle et elle est remplacée, dans le courant du Ve siècle, par des bouteilles, dont l’épaule large est peu marquée et le goulot conique (FEYEUX, 2003, p. 51).

Les gobelets

84Le premier gobelet, de la sépulture 10 (n° 1), correspond à la forme Isings 96, très courante au IVe siècle. La fabrication est peu soignée, en verre verdâtre avec de nombreuses filandres, avec une lèvre laissée brute et coupante. Son diamètre est de 8,4 cm, pour une hauteur de 6,6 cm. À Trèves, le type 49a est présent dès le début du IVe s. Les exemplaires les plus anciens peuvent être décorés par meulage ou porter des touches de verre bleu (GOETHERT-POLASCHEK, 1977, p. 50-55). La forme disparaît au cours du siècle et ne semble plus fabriquée au Ve s. Toutefois, elle figure encore dans certaines sépultures privilégiées, comme la tombe de Hochfelden (Bas-Rhin), datée de la première moitié du Ve s. Cette conservation de types anciens doit être mise en parallèle avec la présence de céramiques sigillées gallo-romaines dans certaines inhumations du haut Moyen Âge. On retrouve ces gobelets évasés, non rebrûlés, dans la classification des verres mérovingiens de J.-Y. Feyeux sous le numéro 54 (FEYEUX, 2003, p. 130).
Les exemples régionaux sont nombreux avec cinq exemplaires à Fontoy, cinq exemplaires à Florange et huit à Scarponne-Dieulouard (BILLORET, BERTAUX, 1967).

85Le gobelet de la sépulture 17 (n° 1) se différencie du précédent par la présence d’un petit pied annulaire. Le diamètre est de 8 cm pour une hauteur de 6,4 cm. C’est la forme Isings 108a. Elle apparaît dès le IIIe siècle, mais elle est plutôt typique du IVe siècle.
Les parallèles régionaux sont nombreux : Steinfort (Musée de Luxembourg), quatre exemplaires du IVe siècle (WILHELM, 1979, p. 26) ; Fontoy (Moselle), trois exemplaires (SEILLY, 1995) ; Folkling (Moselle), deux exemplaires (HOFFMANN, 1999, p. 112).
Pour la fabrication, il semble bien y avoir deux artisans ou deux ateliers concurrents qui produisent cette même forme Isings 108a avec des techniques différentes. À Fontoy, l’anneau est constitué d’un repli de la paraison et il est creux alors qu’à Uckange l’anneau est formé avec un filet de verre rapporté et il est plein.

86Le gobelet tronconique de la sépulture 4 (n° 2) correspond à la forme Isings 106. Le diamètre est de 7,2 cm pour une hauteur de 11,2 cm. Ce type apparaît dans la deuxième moitié du IVe siècle. Les plus anciens vases ont l’embouchure coupante, comme c’est le cas ici. Au Ve siècle, le fond se rétrécit et le gobelet ne tient plus debout sans support. Les fabrications mérovingiennes ont généralement une lèvre ronde et peuvent porter un décor de filets, d’arcades de verre blanc opaque ou de côtes moulées. Dans la typologie des verres mérovingiens de Feyeux, c’est la forme Fx 51. L’absence de décor et la lèvre brute indiquent une production du IVe siècle. Un exemple identique a été mis au jour à Fontoy (SEILLY, 1995).

87Le gobelet conique de la sépulture 14 (n° 6) est d’une fabrication soignée. Toute la panse porte un décor optique de côtes torses jusqu'à deux centimètres du fond. La lèvre est soigneusement arrondie. Le haut du vase porte un décor constitué de sept tours d'un filet de verre brun jaunâtre. Ce filet a été appliqué avant de rebrûler la lèvre, car, en fondant, il a donné à l’embouchure une coloration brune. Le diamètre est de 10,8 cm pour une hauteur de 14 cm.
Les parallèles sont originaires de la région rhénane, de l’Eifel, des Ardennes et de la Moselle : Mézières ‘Saint-Julien’, tombe 24 (deuxième moitié du IVe siècle (WAURICK, 1980, p. 132, n° 184d) ; Folking ‘Hérapel’ (HOFFMANN, 1999, p. 113, n° 38) ; Tongres, fouilles de 1860 (VANDERHOEVEN, 1958, p. 61) ; Steinfort au Musée de Luxembourg (WILHELM, 1979, p. 28, n° 110) ; l’exemplaire cité par Fremersdorf n’a pas d’origine précise (FREMERSDORF, 1961, Taf. 127).

88Isings donne à la forme le n° 106b2 (quel que soit le décor). Les chercheurs allemands précisent ‘type Mayen’, du nom du site qui a livré plusieurs tombes avec ce type de gobelet et des monnaies de Gratien (366-383), tombe 6, et d’Arcadius (383-408), tombe 12 (KOCH, 1987, p. 71). Une autre tombe datable est celle de Wolfsheim, anciennement au Musée de Mayence. Le gobelet y était accompagné d’un autre gobelet Is. 96 et d’un barillet à deux anses Is. 128 signé ECVA, ce qui permet de proposer le dernier tiers du IVe s. ou le tout début du Ve s. (HARTER, 1999, p. 75, forme B20d). À Trèves, la forme, qui est notée 53b, correspond à trois exemplaires, dont un seul à une origine précise à Dierfeld. La datation proposée s’étend sur le dernier quart du IVe s. et le début du Ve s. (GOETHERT-POLASCHEK, 1977, p. 73). La tombe 101 de Dieue-sur-Meuse a fourni un exemplaire très fruste accompagné entre autres d’une lance et de céramiques d’Argonne Chenet 320 et Chenet 348 (GUILLAUME, 1978, p. 93). Ce dernier vase peut être considéré comme un des ultimes représentants du type, dans le courant du Ve siècle.

Le bol

89Le bol de la tombe 14 est un vase en verre transparent de forme Isings 115 (n° 2).La lèvre est repliée vers l’extérieur. Le pied en forme d'anneau creux est formé par un repli de la matière. Toute la panse porte un décor optique de fines côtes torses. On retrouve ces côtes sur l’anneau qui sert de pied. La lèvre ourlée, le pied et le décor optique indiquent une fabrication très soignée. Le diamètre maximal est de 12,2 cm pour une hauteur comprise entre 8,1 et 7,4 cm.

90La forme apparaît à Colchester à la fin du IVe siècle (COOL, PRICE, 1995, p. 221). Plusieurs exemples sont connus en Grande-Bretagne peut-être jusqu'au Ve siècle (PRICE, COTTAM, 1998, p. 132). Dans la région, il faut citer aussi le vase de la tombe 8.1 de Folkling-Hérapel, avec sa lèvre ourlée, sa panse côtelée et son petit pied, mais le profil du vase est plus rond, sans carène (HOFFMANN, 1999, p. 116, n° 45).

91Les deux verres de la tombe 14 présentent plusieurs points communs comme la matière et le décor optique obtenu par le soufflage dans un moule. Le même genre de travail se retrouve sur des verres de formes différentes comme le gobelet à pied annulaire Is. 109c de Folkling-Hérapel (HOFFMANN, 1999, p. 116, n° 42) ou le grand gobelet à pied de la tombe 151 de Fontoy (SEILLY, 1995, p. 152). Tous ces vases sont datés de la fin du IVe siècle. Ils peuvent provenir de la même officine. Ils sont pourtant très différents par leurs formes complètes, ce qui rend l'interprétation de Rütti très hasardeuse lorsqu'on voit la grosseur du fragment qui justifie le discours (RÜTTI, 1991, forme AR 67, p. 75 et Taf. 186, n° 1433).

La chronologie des formes

92Tous ces vases sont caractéristiques du IVe siècle. Certaines formes comme la bouteille Isings 101 et le gobelet Isings 108a apparaissent dès le IIIe siècle. D’autres comme le bol Isings 115 sont plutôt typiques de la fin IVe siècle. Le gobelet Isings 106b, qui apparaît dans le dernier tiers du IVe siècle et perdure au tout début du Ve siècle, est le plus tardif.

Imitation de vaisselle en argent

93La sépulture 17 a livré une coupelle en plomb très mal conservée, déposée en dehors du contenant principal (fig. 12). Sa forme correspond à celle d’une coupelle à lèvre débordante, de 9 cm de large et d’environ 3 cm de haut.

image

Fig. 12. Sépulture 17. Coupelle en plomb (photo M. Mondy).

94Le matériau utilisé est pour le moins très surprenant. Malgré nos recherches, nous n’avons pas trouvé d’exemple de comparaison. Les seuls récipients qui s’en approchent s’apparentent aux imitations de vaisselle en argent (TASSINARI, 1975, pl. XIII, nos 59 à 64) ; le bronze passé dans un bain d’étain serait, dans notre cas, remplacé par du plomb.

Le petit mobilier

95Quatre inhumations sur les huit découvertes ont livré, en plus des récipients en céramique et en verre, des objets de parure et divers accessoires. La sépulture 4 contenait un bracelet probablement en lignite (n° 8), une armature de silex (n° 10) et des clous de chaussures (n° 9). Dans la sépulture 10, il n’y avait que des bijoux : une épingle en os (n° 2), une épingle en argent (n° 2c), quatre perles tubulaires en verre (nos 2a, 2b, 3a, 3b) et un chaton de bague (n° 3c). La sépulture 14 a livré un anneau (n° 4) et un couteau (n° 5). Un fragment de porphyre (n° 2) a été mis au jour avec un gobelet en verre dans la sépulture 17. Enfin, la sépulture 19 contenait trois bracelets en bronze, dont deux très partiellement conservés (nos 1a, 1b, 1c), des fragments d’épingle en os et en bronze (n° 5), plusieurs clous isolés ou regroupés en amas.

Les éléments de parure

Épingle à cheveux

96L’épingle à cheveux en argent de la sépulture 10 (n° 2) est pourvue d’une tête piriforme. Des exemples analogues ont été découverts à Krefeld-Gellep (PIRLING, 1966, Taf. 96). La datation proposée sur ce site (fin IVe-début Ve siècle ap. J.-C.) est en parfait accord avec la céramique et la verrerie présentes dans la sépulture 10 d’Uckange.

97Plus proche géographiquement de notre site, la tombe 200 de Fontoy (SEILLY, 1995) a livré une épingle de même forme ; il s’agit cependant d’une épingle en os.

Bracelet en bronze

98En dehors de la céramique et du mobilier en verre, la sépulture 19 a livré un bracelet en bronze à jonc aplati (1c), côtelé et finement ciselé d’un riche décor. Il comporte une fermeture en œillet discoïde et crochet.

99Bien que plus élaboré, ce bracelet peut être rapproché de ceux trouvés au Hérapel, également datés du IVe siècle (HOFFMANN, 1999, nos 80 et 81) et de celui provenant d’Augst (RIHA, 1990, Taf. 70, n° 2875, inv. SLMZ 22453). Mais c’est à Krefeld-Gellep que les bracelets de la sépulture 594 (PIRLING, 1966, Taf. 56), datée de la première moitié du Ve siècle, se rapprochent le plus de la sépulture 19 de Uckange.

Bracelet en lignite (?)

100Le bracelet taillé dans une matière minérale sombre (probablement du lignite) (n° 8 ; diamètre : 5,6 cm ; épaisseur : 0,4 cm) de la sépulture 4 est un bijou découvert en abondance dans plusieurs sépultures de la nécropole de Krefeld-Gellep (PIRLING, 1989, Taf. 36, 39 et 67). Ceux-ci se trouvaient soit accompagnés d’autres bracelets en bronze (T. 3203), soit de céramique, de récipients en verre et de perles (T. 3168), soit isolés (T. 3418).

101Le mobilier d’accompagnement de la sépulture T. 3168 de Krefeld-Gellep permet de la dater vers le début du IVe siècle. La céramique et le verre découverts dans la sépulture 4 d’Uckange tendraient davantage vers une datation fin du IVe siècle-1ère moitié du Ve siècle.

Objet de toilette et instrument

Palette à fard en porphyre

102La tombe 17 a livré un fragment d’une plaquette de porphyre cassée aux deux extrémités (8 x 6 x 1,2 cm), et dont les petits côtés sont biseautés ; les surfaces sont finement taillées. Bien que cassé, cet objet s’apparente fortement à une palette à fard et peut être rapproché de celle de la sépulture 3218 de Krefeld-Gellep, complète et de dimension à peu près semblable (PIRLING, 1989, Taf. 47).

Couteau en fer

103Parmi les instruments de la vie quotidienne, on compte un couteau en fer de 16 cm livré par la sépulture 14 (fig. 15, objet n° 5).

Les clous

104Des clous ont été découverts au niveau des pieds dans la sépulture 4, sous le sacrum, la jambe et le pied, dans la sépulture 14, et le long de la jambe dans la sépulture 19. Cette dernière sépulture renfermait aussi un amas de cinq clous.

105Il ne s’agit pas de clous de chaussures, ni de cercueil, comme dans le cas de la sépulture 20, bien que certains d’entres eux aient pu servir ponctuellement à renforcer un coffrage. Leur nombre relativement faible ne permet pas d’imaginer une utilisation pour de l’ameublement, mais nous oriente davantage vers l’hypothèse de petits objets en matière périssable, maintenus par un ou plusieurs clous. Évidemment, nous ne pouvons pas non plus écarter l’utilisation de ces clous dans des pratiques cultuelles ou « magiques » comme cela a parfois été avancé (BAILLS-TALBI, DASSEN, 2008).

Les offrandes alimentaires carnées

106Au sein de la nécropole d’Uckange, deux sépultures à inhumation (4 et 16) ont fourni des ossements animaux, ultimes témoins de dépôts de viande auprès du défunt. Cette pratique se rencontre dans les nécropoles durant toute la période gallo-romaine et perdurera encore pendant une partie du haut Moyen Âge avant de disparaître totalement des tombes.

107Signalons que la présence de ces quelques ossements n’est pas forcément représentative de l’ensemble des dépôts carnés initialement présents dans les offrandes. En effet, une partie peut avoir été désossée, en particulier lorsqu’il s’agit du bœuf. Il en résulte de fait, une carence en traces témoins. Ainsi, l’importance des dépôts détectés est amoindrie et l’absence de denrée carnée dans les autres tombes n’est peut-être qu’apparente. Dans plusieurs nécropoles du nord de la France, on observe que la proportion de tombes qui en livrent se situe entre 30 et 50 % (LEPETZ, VAN ANDRINGA, 2004). Ici, on obtient un taux de 25 %, mais la taille de l’échantillon relativise ce résultat.

Les morceaux déposés

108Dans la sépulture 4, seule une mandibule provenant d’un porc âgé de 16 à 18 mois a été découverte. Elle était disposée dans un bol accompagnant d’autres poteries à la tête du défunt, en dehors du contenant funéraire.

109La sépulture 16, quant à elle, contenait plus de vestiges. Ils sont presque tous localisés au sein d’un dépôt de céramiques placé à hauteur du côté supérieur gauche du défunt, toujours à l’extérieur du contenant funéraire. On dénombre :
- les deux ailes et les deux pattes d’un jeune coq dans le pichet à anse n° 6 ;
- un fémur droit de poule et un humérus d’adulte dans le même pot n° 6 ;
- les deux ailes et deux pattes d’une poule (fond de tombe) ;
- une épaule gauche de porc (scapula + humérus + radius/ulna) prélevée sur un individu de moins de 12 mois et découverte sur le fond de la fosse ;
- dans le plat n° 9, un tibia et un humérus de porc immature avec trace de découpe au tranchet.
À cet inventaire, il faut ajouter la collecte sur le fond de la tombe d’un fémur de fœtus de porc et d’un fragment de métapode du même taxon.

Choix des individus, choix des morceaux

110D’après une étude de Sébastien Lepetz (1996), durant toute la période gallo-romaine, les dépôts d’offrandes alimentaires carnées se caractérisent par un choix presque exclusif d’animaux domestiques, le plus souvent jeunes. Le même auteur observe aussi que dans les nécropoles de la moitié nord de la France, le porc et le coq sont les espèces dominantes. Il rappelle également que le porc était déjà largement majoritaire dans les sépultures de La Tène et que le coq fait son apparition à la fin de cette période. Dans les tombes à incinération du Haut-Empire, c’est le porc qui domine toujours, avec une proportion de coq plus importante. Vers le IIIe siècle, simultanément au changement de pratique funéraire (passage de l’incinération à l’inhumation), le coq devient l’espèce la plus couramment choisie pour l’offrande (LEPETZ, 1996). En Lorraine, dans les sépultures caractérisant la dernière phase d’utilisation de la nécropole de Laneuvelotte, en Meurthe-et-Moselle, on retrouve ce même type de dépôt, avec une large dominante de porcs et de coqs majoritairement juvéniles à immatures (communication personnelle N. Meyer). Ces tendances se retrouveront également aux VIe et VIIe siècles dans les nécropoles mérovingiennes (DIERKENS et alii, 2008).

111À Uckange, la présence du porc et du coq était donc attendue. Néanmoins, avec ces deux seules tombes il est impossible de distinguer la prépondérance de l’une ou l’autre espèce dans la nécropole. Une dominante de jeunes individus semble toutefois se dégager.

112Il n’y a pas d’animaux déposés entiers, seulement des quartiers. C’est ce qui s’observe le plus couramment dans les nécropoles gallo-romaines. Même si aucun indice de cuisson n’a été relevé, on ne peut écarter l’hypothèse que certains morceaux étaient cuits préalablement. Néanmoins, comme le suggère Sébastien Lepetz (1996), la rareté des traces de feu et les connexions strictes des os indiquent que les quartiers ne sont le plus souvent ni grillés, ni bouillis.

113Tous les restes animaux découverts sur le fond de la tombe ne procèdent pas forcément d’offrandes alimentaires. Lorsque des os isolés, ne revêtant parfois aucune valeur culinaire (dents, côtes ou vertèbres décharnées…), sont découverts sur le fond ou dans le comblement de la tombe, la question se pose de savoir s’il s’agit réellement de restes provenant d’offrandes, de repas commémoratifs ou revêtant une valeur symbolique. En effet, ces restes osseux peuvent tout aussi bien n’être que des éléments intrusifs apportés sur le site par des carnivores ou faisant partie d’unités stratigraphiques antérieures à l’installation de la nécropole.

114Il est possible que ce soit le cas pour le fémur de fœtus de porc et le fragment de métapode de la même espèce, découverts dans la tombe 16.

Caractéristique du mobilier d’accompagnement

115Le mobilier présent dans les tombes est de différentes natures : parures et objets du quotidien, récipients en verre et en céramique uniquement destinés au service de la table.

116Les parures et objets du quotidien accompagnent les défunts au plus près de leur corps ; ils sont en général en position fonctionnelle, car souvent il s’agit d’une parure vestimentaire ou d’un instrument d’accompagnement : les épingles proches du crâne, les bracelets autour du poignet et le couteau sur le flanc latéral du défunt à proximité du bassin. Seul le bracelet de la sépulture 4 est une offrande, puisqu’il est déposé près de la tête de la défunte. Par ailleurs, le diamètre de ce bracelet conviendrait davantage à un enfant qu’à un jeune adulte.

117Les récipients en verre sont composés de verres à boire et de bouteilles pour contenir les offrandes liquides. Les lèvres coupantes et mal terminées observées ici ont déjà été remarquées dans d’autres fouilles de cimetières (VANPEENE, 1993), alors que les gobelets, de même forme, trouvés en contexte d’habitat, ont des lèvres plus arrondies. Cette différence de finition semble signifier que ces gobelets étaient fabriqués spécialement pour les funérailles et qu’ils n’auraient qu’une valeur symbolique.

118Les récipients en céramique sont, quant à eux, destinés à la fois à contenir des liquides et des produits solides. Contrairement aux verres, leur usure permet d’en déduire qu’ils ne sont pas produits spécifiquement pour un usage funéraire, mais font partie de la vie quotidienne.

119Enfin, si le corpus d’offrandes alimentaires carnées découvert dans les tombes est peu fourni, les tendances qui se dessinent sont néanmoins cohérentes et en accord avec les grandes lignes définies par les études de référence.

Synthèse

120Les résultats présentés dans cette étude permettent d’obtenir quelques informations pertinentes sur les pratiques funéraires du Bas-Empire chez les Médiomatriques et de proposer une première réflexion sur la chronologie des contextes funéraires à travers le mobilier découvert, l’orientation des tombes et le type de contenant utilisé.

121La chronologie des contextes funéraires de la fin de l’Antiquité est encore difficile à fixer avec précision en l’absence d’une datation bien assise des différentes catégories de mobilier caractéristique de cette période. Seule une fourchette chronologique très large peut donc être proposée pour les sépultures contenant du mobilier funéraire.

122Si la sigillée d’Argonne et les formes de récipients en verre permettent de dater ces tombes de façon générale de la période 300 à 450, la céramique rugueuse de l’Eifel, en particulier celle de Mayen, permet de restreindre la fourchette. Le terminus post quem des tombes est à situer après 360-375 si l’on retient la chronologie admise pour les productions de Mayen qui figurent dans la majorité des sépultures. L’apparition de cette catégorie technique est actuellement située au cours du dernier quart du IVe siècle (HUSSONG-CÜPPERS, 1972 ; REDKNAP, 1999) et ses formes appartiennent au répertoire typique de la première moitié du Ve siècle. Dans la mesure où aucun type plus récent caractéristique de la seconde moitié du Ve siècle n’est présent, le terminus ante quem sera fixé avant le milieu du Ve siècle, vers 430-440. L’intervalle chronologique ainsi obtenu représente une amplitude d’environ 75 ans, mais ne permet malheureusement pas de savoir si les tombes sont plutôt de la fin du IVe ou du milieu Ve siècle.

123Les quelques récipients en verre de la nécropole d’Uckange sont les témoins fragiles de cette période charnière. Les formes dérivées de l’époque gallo-romaine persisteront encore plusieurs décennies avant d’être progressivement remplacées par les formes nouvelles qui caractérisent la production mérovingienne.

124Contrairement aux sépultures du Moyen Âge, qui suivent généralement une orientation ouest-est, les tombes d’Uckange, toutes datées de la fin du Bas-Empire, présentent des orientations variées. Cette absence d’orientation privilégiée est récurrente en Lorraine comme par exemple sur les sites du Hérapel en Moselle (HOFFMANN, 1998) ou de Dieulouard-Scarponne en Meurthe-et-Moselle (BERTAUX, 1968-1974). Pour certains auteurs (SEILLIER, 1978 ; WERNER, 1957), l’orientation nord-sud caractérise les tombes du IVe siècle dans le nord de la Gaule, tandis que l’orientation ouest-est tend à se généraliser à partir du Ve siècle comme par exemple sur les nécropoles de Florange ‘Portier Saint-Agathe’ en Moselle (BLAISING, 1992) ou de Sainte-Barbe à Strasbourg dans le Haut-Rhin (BLAIZOT et alii, 2005). L’orientation est-ouest ne semble pas spécifique d’une période chronologique particulière et se retrouve sur de nombreux sites tels que Fontoy en Meurthe-et-Moselle (SEILLY, 1995) ou Cutry ‘Solmon’ en Moselle (LEGOUX, LIÉGER, 1989).

125Les différentes orientations mises en évidence à Uckange ne sont pas liées à un contenant particulier et peuvent être associées indifféremment aux trois types identifiés. Le plus courant, le contenant en matière périssable à fond plat (de type cercueil chevillé, assemblage de planches…) est présent dans six des sépultures. Les deux autres sont le tronc évidé (15) et le cercueil cloué (20). Le premier type est fréquemment observé dans les nécropoles tardo-antiques de la région, telles que Fontoy en Meurthe-et-Moselle (SEILLY, 1995) ou Florange en Moselle (BLAISING, 1992), et perdure durant une grande partie du haut Moyen Âge (BLAIZOT et alii, 2005). En revanche, les exemples de « chambres funéraires » ou « double contenant » sont plus rares pour la période tardo-antique. Selon certains chercheurs, elles semblent se développer en Gaule du Nord au Ve siècle (nécropole de Vron dans la Somme) et se diffuser progressivement vers l’est dans le courant du Ve-VIe siècle (SOULAT, en ligne). Cependant, une observation attentive des tombes de la nécropole de Krefeld-Gellep en Allemagne (PIRLING, 1966) montre l’existence de chambres funéraires dès la première moitié du IVe siècle (tombes 552, 1203 et 1134 ; Taf. 131 à 133), remettant en cause ces affirmations et permettant plutôt de supposer une apparition ponctuelle de ces tombes en divers lieux, sans doute sous l’influence d’une pratique funéraire (ré)émergente. En effet, des structures de ce type sont connues dès la période protohistorique (par exemple, à Esvres-sur-Indre, RIQUIER, 2004) et aussi fréquemment découvertes sur des sites du haut Moyen Âge, comme à Erstein dans le Bas-Rhin (GEORGES, 2004) ou à Cutry en Meurthe-et-Moselle (LEGOUX et alii, 2005). L’agencement de ces chambres, dimensions mises à part, avec le défunt placé dans un cercueil occupant une moitié seulement de la structure, l’autre moitié étant dévolue au mobilier d’accompagnement, est d’ailleurs très proche du type de tombe mérovingienne dit de « Morken » découvert sur le site éponyme (BÖHNER, 1959).

126Le second type, le tronc évidé, qui a déjà été mis au jour dans le même contexte chronologique à Beaune ‘Saint-Étienne’ en Côte-d’Or (MAUREILLE et alii, 1995) ou à Cutry, Meurthe-et-Moselle (LEGOUX, LIÉGER, 1989), tend, lui aussi, à perdurer durant la première moitié du haut Moyen Âge (GEORGES et alii, 2012).

127Le dernier type, le cercueil cloué, semble caractéristique de l’Antiquité et se retrouve dans toute la Gaule. Il tend néanmoins à disparaître durant le Ve siècle (BLAIZOT et alii, 2005).

Conclusion

128La présente étude renforce nos connaissances régionales sur les pratiques funéraires au travers de la multiplicité des orientations et des contenants utilisés entre le IVe et le Ve siècle de notre ère. Elle permet également de poser plusieurs jalons amenant une meilleure connaissance de la céramique et du verre tardo-antique en contexte funéraire. Le point le plus regrettable reste cependant notre incapacité à mieux caractériser cette nécropole : est-elle rurale, liée à une agglomération secondaire, aux quartiers artisanaux situés à proximité ? Aucun élément probant ne permet actuellement de le dire.

Catalogue raisonné des sépultures

129Ce catalogue décrit chaque sépulture dans le détail, selon un ordre pré-défini. Tout d’abord sont livrées les informations d’ordre général sur le creusement (orientation, forme du creusement, dimensions, nature du comblement) ; vient ensuite la description précise du squelette et du mode d’inhumation. Les dépôts mobiliers sont également énumérés en fonction de leur catégorie (céramique, verre, mobilier métallique, faune, autre), tout en tenant compte de leur place dans la sépulture (hors ou dans le contenant). Une proposition de datation clôt chaque fiche.

La sépulture 4 (fig. 13)

130Structure : orientation sud-nord. Rectangulaire, bords droits, fond régulier. Longueur 2,90 m, largeur 1,20 m, profondeur conservée 0,50 m. Pente du fond vers le nord (15 cm). Comblement composé de limon brun clair avec des fragments de céramique et d’os brûlés.
Squelette : complet, fragmenté, sujet féminin, 20 à 25 ans (synostose de la crête iliaque en cours). Position primaire, décubitus dorsal, tête au sud. Bascule arrière du crâne, membres supérieurs semi-fléchis (main gauche ramenée sur le bassin et main droite au niveau du fémur), membres inférieurs en extension.
Mode d’inhumation : décomposition en espace vide dans contenant large en matière périssable indiquée par la mise à plat des volumes, les migrations hors du volume corporel (crâne, mandibule, jambe gauche).

image

Fig. 13. Sépulture 4. Inhumation en contenant périssable (document et DAO M. Mondy, H. Cabart et J.-J. Bigot).

131Céramique : hors du contenant : 1 plat de type Chenet 304 (n° 4), 1 jatte (n° 5) hors typologie (peut-être croisement entre une jatte Alzey 28 et un plat Alzey 34) ; 2 coupes de type Ch324 (nos 6 et 7). Intérieur du contenant : 1 cruche certainement à une anse à pâte de type Mayen 2 surcuit (n° 3) latéralement à gauche du crâne ; 1 cruche à bec tréflé ou bouilloire latéralement à la jambe droite (n° 1).
Mobilier en verre : intérieur du contenant : 1 gobelet tronconique de type Isings 106 (n° 2) en verre verdâtre avec quelques filandres localisées au niveau de l’épaule gauche ; la lèvre est coupante.
Mobilier métallique : intérieur du contenant : 2 clous au niveau des pieds (n° 9).
Dépôt faunique : hors du contenant : une mandibule de porc (n° 5bis) contenue dans la jatte n° 5.
Autre : intérieur du contenant : 1 bracelet probablement en lignite (n° 8) ; 1 armature en silex sous le coxal droit (15 cm de long ; 0,9 cm de large ; 0,3 cm d’épaisseur : élément intrusif ? n° 10).
Datation : deuxième moitié du IVe siècle (verre), de 370 à 450 après J.-C. (céramique), élément discriminant : céramique de Mayen.

La sépulture 10 (fig. 14)

132Structure : orientation sud-nord, forme plus ou moins rectangulaire, bords droits et fond en forme de légère cuvette. Longueur 1,70 m, largeur 0,85 m, profondeur conservée 0,50 m. Comblement constitué de limon brun clair contenant quelques fragments de céramique et d’os brûlés. La sépulture 10 est très vraisemblablement associée à la structure 5 dont les limites, très peu visibles, rejoignent celles du petit côté nord de la tombe. La structure 5 est probablement une banquette sur laquelle reposait le mobilier.
Squelette : incomplet, fragmenté, immature âgé de 8 à 9 ans (maturation dentaire). Position primaire, décubitus dorsal, tête au sud, membres en extension (main droite ramenée vers le bassin).

133Mode d’inhumation : décomposition en espace vide, dans un contenant large en matière périssable indiqué par la mise à plat des volumes et les migrations (crâne, mandibule, jambes, avant-bras gauche). La position du crâne, relativement éloigné du reste du corps, témoigne de l’existence d’un coussin funéraire. Le fond en cuvette de la tombe a probablement accentué la dislocation d’au moins une partie du contenant, entraînant ainsi la migration des jambes du sujet. Il est possible que la pierre présente sous l’épaule gauche ait initialement servi à assurer un semblant d’horizontalité au contenant lors de l’inhumation.

image

Fig. 14. Sépulture 10. Inhumation en contenant périssable (document et DAO M. Mondy, H. Cabart et J.-J. Bigot).

134Céramique : hors du contenant : 1 gobelet à haut col tronconique de type Alzey16 (n° 4) ; 2 plats de type Chenet 304 (n° 6 et n° 7), 2 pots à anse de type Alzey 30 (n° 5 et n° 8).
Mobilier en verre : intérieur du contenant : 1 gobelet en verre verdâtre de type Isings 96 (n° 1) avec de nombreuses filandres ; la lèvre est laissée brute et coupante ; 4 perles annulaires en verre de couleur verte (nos 2a, 2b, 3a et 3b), d’un diamètre inférieur à 0,2 cm, trouvées au niveau de la tête.

135Mobilier métallique : intérieur du contenant : 1 chaton de bague (3c) contenant un grenat de 0,8 cm, et 1 épingle en argent (2c) latéralement à gauche du crâne.
Mobilier en os : intérieur du contenant : 1 épingle en os (n° 2).
Autre : intérieur du contenant : 1 petite pierre sous l’épaule gauche.
Datation : IVe siècle (verre), de 370 à 450 ap. J.-C. (céramique). Élément discriminant : céramique de Mayen.

La sépulture 14 (fig. 15)

136Structure : orientation sud-nord, fond rectangulaire pour un aspect oblong et arrondi en surface. Longueur 3,10 m, largeur 1,30 m, profondeur conservée 0,60 m. Le fond est régulier. Présence d’une banquette de 0,40 à 0,50 m de hauteur sur les grands côtés. Comblement composé de limon brun clair contenant des fragments de céramiques et d’os brûlés humains.
Squelette : complet, fragmenté, sujet probablement adulte, peut-être de sexe masculin. Position primaire, décubitus dorsal, membres supérieurs légèrement fléchis (mains ramenées vers le pubis), membres inférieurs en extension.
Mode d’inhumation : décomposition en espace vide dans un coffre en bois dont les traces sont encore visibles au fond de la fosse (longueur 2,30 m, largeur 0,55 m).

image

Fig. 15. Sépulture 14. Inhumation dans un coffre ou un cercueil chevillé (document et DAO M. Mondy, H. Cabart et J.-J. Bigot).

137Céramique : hors du contenant : sur la banquette ouest, 1 plat à panse oblique et lèvre rentrante dérivé du type Alzey 29 comportant des traces de suie (n° 1). Intérieur du contenant : 1 cruche à une anse du type Gellep 117, pâte de type Speicher 1 (n° 3), renversée sur le pied droit.
Mobilier en verre : intérieur du contenant : 1 bol en verre transparent verdâtre (n° 2) entre la jambe droite et la paroi de la tombe de type Isings 115. 1 gobelet conique en verre transparent verdâtre (n° 6) de type Isings 106b2, à fond large et légèrement refoulé situé à proximité de l’angle sud-ouest de la fosse.
Mobilier métallique : intérieur du contenant : 1 couteau (n° 5) en métal entre les genoux, 1 anneau métallique (n° 4) sous le tiers proximal du tibia gauche (objet disparu) ; 3 clous, 1 sous le sacrum, 1 latéralement à l’épiphyse proximale du fémur droit, 1 sous les métatarsiens droits.
Datation : fin du IVe siècle (verre), de 370 à 450 ap. J.-C. (céramique). Élément discriminant : céramique de Mayen, molette d’Argonne.

La sépulture 15 (fig. 16)

138Structure : orientation nord-est/sud-ouest. Arasée. Forme plus ou moins rectangulaire, longueur 1,80 m, largeur 0,75 m, profondeur conservée n’excédant pas quelques centimètres. Comblement constitué de limon brun-clair contenant quelques fragments de céramique et d’os brûlés.
Squelette : incomplet, fragmenté, sujet adulte, peut-être féminin. Position primaire, décubitus dorsal, tête au nord-est, membres inférieurs en extension.
Mode d’inhumation : décomposition en espace vide dans un contenant en matière périssable, indiquée par la mise à plat des volumes, les migrations hors du volume corporel (avant-bras droit, mandibule) et le retournement des membres inférieurs. Ce retournement associé au rapprochement des coxaux et aux déplacements des vertèbres et des côtes vers le centre de la tombe indique un contenant de type tronc d’arbre évidé.
Datation : gallo-romain probable.

image

Fig. 16. Sépulture 15. Inhumation dans un tronc d’arbre évidé (document et DAO M. Mondy).

La sépulture 16 (fig. 17)

139Structure : orientation ouest-est, forme allongée avec des bords arrondis. Longueur 2,30 m, largeur 1 m, profondeur conservée 0,30 m. Bords droits et fond régulier. Comblement constitué de limon brun-clair, présence de traces de matières périssables.
Squelette : incomplet, fragmenté, sujet adulte, âgé de plus 25 ans, de sexe indéterminé. Forte perturbation des ossements, tête à l’ouest. Bascule arrière du crâne, de la mandibule et des premières cervicales.
Mode d’inhumation : décomposition en espace vide dans un contenant en bois mesurant 0,45 m de large (traces conservées de part et d’autre du sujet). Présence possible d’un coussin funéraire. Les déplacements du mobilier hors du cercueil contenant le squelette indiquent également une décomposition en espace vide, peut-être une chambre funéraire.

image

Fig. 17. Sépulture 16. Inhumation dans un double contenant (document et DAO M. Mondy, H. Cabart et J.-J. Bigot).

140Céramique : hors du contenant : 1 jatte de type Alzey 28 (n° 3) renversée ; 1 pichet à anse de type Alzey 30 (n° 6) et 1 coupe de type Chenet 328 (n° 5), tous deux renversés contre la paroi externe du contenant ; 1 coupe de type Chenet 320 (n° 8) et 1 plat à lèvre oblique Niederbieber 112/HC Kellergänge 81b (n° 9) à gauche du crâne. Intérieur du contenant : 1 gobelet de type Ch337 production d’Argonne ; la panse est ornée d’un décor végétal réalisé à la barbotine (n° 1) ; 1 cruche à une anse certainement de type HC Kellergänge 61 (n° 2) entre l’emplacement supposé du pied droit et la paroi nord ; 1 coupe de type Kellergänge 4c certainement production de Trèves (n° 10) latéralement à la jambe droite.
Dépôt faunique : hors du contenant : dans le pichet à anse n° 6 : ailes et pattes de jeune coq, 1 fémur et 1 humérus de poule ; dans le plat n° 9 : 1 tibia et 1 humérus de porc ; fond de fosse : 2 ailes et 2 pattes de poules (n° 4) et 1 épaule de porc (n° 7).
Datation : 3e quart du IVe siècle (céramique) ; peut-être le contexte le plus ancien. Élément discriminant : sigillée de Trèves, céramique de Speicher à pâte blanche (rugueuse et flammée).

La sépulture 17 (fig. 18)

141Structure : orientation sud-est/nord-ouest, forme rectangulaire, longueur 2,40 m, largeur 0,85 m, profondeur conservée 0,15 à 0,20 m. Bords droits, fond accusant un très léger dénivelé de 4 cm du nord au sud. Comblement constitué de limon brun foncé contenant quelques charbons de bois et des fragments d’os brûlés.
Squelette : complet, fragmenté, sujet masculin de plus de 30 ans. Position primaire, décubitus dorsal, tête au sud-est. Membre supérieur droit en extension, membre supérieur gauche fléchi, poignet ramené vers le thorax. Membres inférieurs en extension.
Mode d’inhumation : décomposition en espace vide dans un contenant en matière périssable, indiquée par la mise à plat des volumes, les différentes migrations à l’intérieur et à l’extérieur du volume (vertèbres, sacrum, clavicules, coxal gauche, fibula gauche, pied gauche) et le maintien du crâne et de la mandibule en équilibre instable et en parfaite connexion (paroi).

image

Fig. 18. Sépulture 17. Inhumation dans un double contenant (document et DAO M. Mondy, H. Cabart et J.-J. Bigot).

142Mobilier en verre : hors du contenant : 1 gobelet à anneau de base en verre transparent verdâtre (n° 1) de type Isings 108a à droite du crâne. La lèvre est coupante à arête vive. Le fond est constitué d'un anneau. Intérieur du contenant : 1 bouteille en verre transparent verdâtre (n° 3) de type Isings 101 avec quelques filandres contre l’extrémité proximale du tibia gauche. La lèvre est ourlée vers l'intérieur.
Mobilier métallique : une coupelle en plomb, découverte en dehors du contenant en matériau périssable contenant le squelette (n° 4). D’une hauteur approximative de 3 cm et d’un diamètre de 9 cm, cette coupelle est pourvue d’un fond plat et de lèvres très débordantes. Aucun décor n’a été observé sur la surface.
Autre : hors du contenant : un fragment de petite taille en porphyre (n° 2) a été découvert à côté d’un récipient en verre à la hauteur de la tête du défunt. L’un des petits côtés présente une cassure ; ses dimensions sont de 8 cm pour la plus grande longueur conservée, 6 cm de largeur et 1,2 cm d’épaisseur. L’objet est parfaitement plan sur ses deux surfaces, lisse sur l’une d’elles, avec des sillons très fins, réguliers et très rapprochés sur l’autre ; les deux côtés latéraux sont très légèrement biseautés.
Datation : IIIe-IVe siècle (verre).

La sépulture 19 (fig. 19)

143Structure : orientation nord-est/sud-ouest. Forme allongée avec les bords arrondis, longueur 2,05 m, largeur 0,80 m, profondeur conservée 0,15 m. Bords légèrement inclinés, fond régulier et plat. Comblement constitué de limon brun-clair.
Squelette : incomplet, fragmenté, sujet immature ou jeune adulte (racines des troisièmes molaires en cours de formation). Position primaire, décubitus dorsal, tête au nord-est, membres supérieurs et inférieurs en extension.
Mode d’inhumation : décomposition en espace vide dans un contenant en matière périssable indiqué par la mise à plat des volumes et les différentes migrations (bascule du crâne, avant-bras droit, fibula droite). La différence de niveau (env. 5 cm) entre la jambe gauche et la droite indique un affaissement de cette dernière, peut-être dû à la fragmentation du contenant durant la décomposition.

image

Fig. 19. Sépulture 19. Inhumation dans un double contenant (document et DAO M. Mondy, H. Cabart et J.-J. Bigot).

144Céramique : hors du contenant (?) : 1 coupe de type Chenet 320 (n° 2) et 1 pichet de type Alzey 30 (n° 3) latéralement à droite du crâne, à proximité de la paroi.
Mobilier en verre : intérieur du contenant : 1 bouteille en verre (n° 4) de type Isings 101.
Mobilier métallique : intérieur du contenant : 1 bracelet en bronze (1c), côtelé et ciselé, des fragments d’un bracelet en tôle de bronze très fine (1a et 1b) décorés soit d’ocelles, soit de dents gravées entre deux lignes horizontales et une épingle en bronze (n° 5). Deux amas de clous étaient également présents dans la sépulture, latéralement au pied droit et latéralement à la jambe gauche.
Mobilier en os : intérieur du contenant : 1 épingle, latéralement à gauche du crâne, à proximité de l’épaule.
Datation : IIIe-IVe siècle (verre), 370 à 450 après J.-C. (céramique) ; élément discriminant : céramique de Mayen.

La sépulture 20 (fig. 20)

145Structure : orientation nord-ouest/sud-est. Forme rectangulaire, longueur 2,40 m, largeur 0,80 m, profondeur conservée n’excédant pas 0,10 m. Bords apparemment droits et fond plat. Comblement constitué de limon brun-clair.
Éléments d’architecture : plusieurs clous : 5 clous autour du crâne (dont 1 la pointe vers le bas), 3 clous au niveau du bassin (dont 1 sous le coxal droit) et 1 clou latéralement à la fibula droite. Ces éléments reposent sensiblement au même niveau (1 à 4 cm de variation) à l’exception de celui qui est vertical (6 à 10 cm plus haut).
Squelette : complet, fragmenté, sujet adulte, probablement âgé, de sexe indéterminé. Position primaire, décubitus dorsal, tête au nord-ouest, membre supérieur gauche fléchi, main ramenée sur le coxal droit, membre supérieur droit et membres inférieurs en extension.
Mode d’inhumation : décomposition en espace vide, dans un cercueil matérialisé par les clous.
Autre : 1 galet latéralement à gauche du crâne (dépôt volontaire ?).
Datation : Antiquité tardive.

image

Fig. 20. Sépulture 20. Inhumation dans un cercueil cloué (document et DAO M. Mondy).

Bibliographie

ANCEL M. J., 2012, Pratiques et espaces funéraires : la crémation dans les campagnes romaines de la Gaule Belgique, Montagnac, éd. Mergoil, 650 p. (Archéologie et Histoire romaine, 23).

ARIÈS P., 1977, L’homme devant la mort, Paris, Le Seuil, 642 p. (Coll. L’Univers historique).

BAILLS-TALBI N., DASEN V., 2008, « Rites funéraires et pratiques magiques », in : GUSI i JENER F., MURIEL S., OLÀRIA i PUYOLES C. coord., Nasciturus, infans, puerulus vobis Mater Terra : la muerte en la infancia, Diputacio de Castello, Servei d'Investigacions Arqueologiques i Prehistoriques, p. 595-618.

BAYARD D., 1990, « L’ensemble du grand amphithéâtre de Metz et la sigillée d’Argonne au Ve siècle », Gallia, t. 47, p. 271-319.

BERTAUX J.-P., 1968-1974, La nécropole du ‘Vieux Pâquis’ à Dieulouard-Scarponne, D.F.S. du S.R.A. de Lorraine.

BET P., CABART H., DELAGE R., FELLER M., GAMA F., 2011, « La céramique domestique et la verrerie de l’Antiquité tardive issues de la fouille de la ‘ZAC de l’Amphithéâtre 2006-2008’ à Metz : premières observations », in : KASPRZYK M., KUHNLE G. dir., L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule I. La vallée du Rhin supérieur et les provinces gauloises limitrophes : actualité de la recherche, Actes de la table-ronde de Strasbourg, 20-21 nov. 2008, Dijon, S.A.E., p. 69-81(30ème suppl. à la R.A.E.).

BILLORET R., BERTAUX J.-P., 1967, Nécropole gallo-romaine de Scarpone (commune de Dieulouard - 54), Direction des Antiquités Historiques de Lorraine.

BLAISING J.-M., 1992, « Florange ‘Portier Saint-Agathe’ », Gallia Informations, p. 116-117.

BLAIZOT F., 2008, « Réflexions sur la typologie des tombes à inhumation : restitution des dispositifs et interprétations chrono-culturelles », Archéologie Médiévale, t. 38, p. 1-30.

BLAIZOT F., 2009, « Rites et pratiques funéraires à Lugdunum du Ier au IVe siècle : le maintien des pratiques traditionnelles au Bas-Empire », in : GOUDINEAU C. dir., Rites funéraires à Lvgdvnvm, Paris, éd. Errance, p. 175-176.

BLAIZOT F., BAUDOUX J., THOMMANN E., BOËS É., BOËS X., FOTTÉ P., MACABÉO G., 2005, « L’ensemble funéraire de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge de Sainte-Barbe à Strasbourg (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 53-2004, p. 85-188.

BOËS É., GEORGES P., BAUDOUX J., 2000, « La nécropole du haut Moyen Âge de la place Broglie à Strasbourg », in : Strasbourg : fouilles archéologiques de la ligne B du tram, Catalogue de l’exposition, Strasbourg 6 mai-31 déc. 2000, Musée archéologique, p. 31-35 (Fouilles récentes en Alsace, 5).

BÖHNER K., 1959, Das Grab eines fränkischen Herren aus Morken im Rheinland, Cologne-Graz, 47 p. (TAP de Neue Ausgrabungen in Deutschland, 5).

BRUZEK J., 2002, « A method for visual determination of sex, using the human hip bone », American journal of physical anthropology, vol. 117, p. 157-168.

BRUZEK J., SCHMITT A., MURAIL P., 2005, « Identification biologique individuelle en paléoanthropologie : détermination du sexe et estimation de l’âge au décès à partir du squelette », in : DUTOUR O., HUBLIN J.-J., VANDERMEERSCH B. dir., Objets et méthodes en paléoanthropologie, Paris, éd. du C.T.H.S., p. 217-246.

CHENET G., 1941, La céramique gallo-romaine d’Argonne du IVe siècle et la terre sigillée décorée à la molette, Mâcon, 194 p. (Fouilles et documents d’archéologie antique en France, 1).

COOL H., PRICE J., 1995, Roman vessel glass from excavations in Colchester, 1971-85, Colchester, 256 p. (Archaeological Trust Report, 8).

COUDERC A., 2006, « La nécropole à incinération du Haut-Empire des ‘Mahis’ à Gy-en-Sologne (Loir-et-Cher) », in : Ensembles funéraires gallo-romains de la Région Centre, Tours, FERACF, p. 123-147 (29ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

DIERKENS A., LE BEC C., PÉRIN P., 2008, « Sacrifice animal et offrandes alimentaires en Gaule mérovingienne », in : LEPETZ L., VAN ANDRINGA W. dir., Archéologie du sacrifice animal en Gaule romaine : rituels et pratiques alimentaires, Actes de la table ronde du Muséum national d’histoire naturelle, Paris, oct. 2002, Montagnac, éd. Mergoil, p. 279-299 (Archéologie des plantes et des animaux, 2).

DRAGENDORFF H., 1895, « Terra Sigillata », Bonner Jahrbücher, 96, p. 18-55.

DRAGENDORFF H., 1896, « Terra Sigillata », Bonner Jahrbücher, 97, p. 54-163.

DUDAY H., 1990, « Observations ostéologiques et décomposition du cadavre : sépulture colmatée ou en espace vide », Revue Archéologique du Centre, t. 29, p. 193-196.

DUDAY H., 2005, « L’Archéothanatologie ou l’archéologie de la mort », in : DUTOUR O., HUBLIN J.-J., VANDERMEERSCH B. dir., Objets et méthodes en paléoanthropologie, Paris, éd. du C.T.H.S., p. 153-217.

DUDAY H., COURTAUD P., CRUBÉZY É., SELLIER P., TILLIER A.M., 1990, « L’anthropologie ‘de terrain’ : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires », Bull. et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n. s, t. 2, p. 29-49.

FELLER M., HOERNER B., 1994, « Première approche de la céramique du Bas-Empire en Lorraine », in : TUFFREAU-LIBRE M., JACQUES A., La céramique du Bas-Empire en Gaule Belgique et dans les régions voisines, Actes de la table ronde de céramologie gallo-romaine, Arras, 8-10 oct. 1991, Villeneuve d'Ascq, Univ. de Lille III, p. 95-115 (Revue du Nord,Hors série, 4).

FEUGÈRE M., Gros P., 1996, « Les ensembles funéraires gallo-romains du champ del Mas à Banassac (Lozère, fouilles 1990) », Revue archéologique de Narbonnaise, 29, p. 285-305.

FEYEUX J.-Y., 2003, Le verre mérovingien du quart nord-est de la France, Paris, éd. De Boccard, 283 p. (Coll. Études d'archéologie et d'histoire ancienne).

FREMERSDORF F., 1961, Römisches geformtes Glas in Köln, Köln, Verl. Der Löwe Reykers, 179 p. (Die Denkmäler des Römischen Köln,VI).

GEORGES P., 2004, « Les pratiques funéraires : à l’écoute des morts et des vivants », in : Trésors mérovingiens d’Alsace : la nécropole d’Erstein (6e-7e siècles après J.-C.), Catalogue d’exposition, Musée archéologique de Strasbourg, 22 oct. 2004-31 août 2005, Strasbourg, Musées de Strasbourg/Conseil Général du Bas-Rhin, 96 p.

GEORGES P., KACKI S., DUCHESNE S., Mille P., 2012, « Les sarcophages monoxyles du site médiéval de ‘Lasserre’ à Marsan (Gers) : de l’exemplaire conservé aux observations archéologiques et taphonomiques », in : CARRÉ F., HENRION F. dir., Le bois dans l’architecture et l’aménagement de la tombe : quelles approches, Actes de la table ronde d’Auxerre, 15-17 oct. 2009, p. 67-77 (Mémoires de l’Ass. française d’Archéologie mérovingienne, 23).

GOETHERT-POLASCHEK K., 1977, Katalog der römischen Gläser des Rheinischen Landesmuseums Trier, Mainz, Ph. von Zabern, 352 p. (Trierer Grabungen und Forschungen, IX).

GUILLAUME J., 1975, « Les nécropoles mérovingiennes de Dieue-sur-Meuse (France) », Acta Praehistorica et Archeologica, 5/6 (1974-1975), p. 211-349.

GUILLAUME J., 1978, « La chronologie des nécropoles mérovingiennes de Dieue-sur-Meuse (France, Meuse) », in : FLEURY M., PÉRIN P. dir., Problèmes de chronologie relative et absolue concernant les cimetières mérovingiens d’entre Loire et Rhin, Actes du 2ème colloque archéologique de la IVe section de l’E.P.H.E., Paris, H. Champion, p. 87-103 (Bibl. de l’École des Hautes Études, 4ème section, Sciences hist. et philologiques, 326).

HARTER G., 1999, Römische Gläser des Landesmuseums Mainz, Wiesbaden, Reichert, 383 p.

HOFFMANN R., 1999, Du Hérapel à Berlin : Heinrich Böcking et le destin d’une prestigieuse collection archéologique, Catalogue d’exposition, musée de Sarreguemines, 166 p.

HUSSONG L., CÜPPERS H., 1972, Die Trierer Kaiserthermen : die späterömische und frühmittelalterliche Keramik, Mainz, Ph. von Zabern, 129 p. (Trierer Grabungen und Forschungen, 1, 2).

KOCH U., 1987, Der Runde Berg bei Urach. VI, Die Glas- und Edelsteinfunde aus den Plangrabungen 1967-1983, Sigmaringen, Thorbecke, 360 p.

LAMBOT B., FRIBOULET M., Méniel P. dir., 1994, Le site protohistorique d’Acy-Romance, Ardennes. 2 : Les nécropoles dans leur contexte régional, Reims, 316 p. (Mémoires de la Soc. archéologique Champenoise, 8).

LEGENDRE J.-P., 1997, « Florange-Daspich-Ebange : un village-rue d’artisans, in : BERTAUX Ch., MASSY J.-L., Les agglomérations secondaires de la Lorraine romaine, Paris, Les Belles-Lettres, p. 157-164 (Annales littéraires de l’Univ. de Franche Comté, 647).

LEGOUX R., LIÉGER, A., 1989, « La nécropole gallo-romaine et mérovingienne de Cutry (Meurthe-et-Moselle) », in : Actes des Xèmes journées internationales d'archéologie mérovingienne, Metz, 20-23 oct. 1988, Sarreguemines, éd. Pierron, p. 111-124.

LEGOUX R., BUCHET L., CALLIGARO T., DHÉNIN M., LIÉGER A., POIROT J.–P., RODET-BELARBI I., 2005, La nécropole mérovingienne de Cutry (Meurthe-et-Moselle), Saint-Germain-en-Laye, A.F.A.M., 543 p. (Mémoires de l’Ass. française d’Archéologie mérovingienne, 14).

LEPETZ S., 1996, L’animal dans la société gallo-romaine de la France du nord, Amiens, 172 p. (Revue Achéologique de Picardie, n° spécial 12).

LEPETZ S., VAN ANDRINGA W., 2004, « Caractériser les rituels alimentaires dans les nécropoles gallo-romaines : l’apport conjoint des os et des textes », in : BARAY L. dir., Archéologie des pratiques funéraires : approches critiques, Actes de la table ronde des 7 et 9 juin 2001, Glux-en Glenne, Bibracte, p. 161-170 (Bibracte, 9).

LIÉGER A., 1997, La nécropole gallo-romaine de Cutry (Meurthe-et-Moselle), Nancy, Presses universitaires de Nancy, 237 p.

LINTZ G., 2001, La nécropole gallo-romaine des Sagnes à Pontarion (Creuse), Chauvigny, 370 p. (Mémoire de l’Ass. des Publications Chauvinoises, 20).

MAUREILLE B., CASTEX D., DEPIERRE G., BAR D., 1995, « Les crânes déformés de Saint-Étienne (Beaune, Côte-d’Or), Ve-VIe siècles : données archéologiques et anthropologiques », Bull. et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, t. 7, fasc. 1-2, p. 49-68.

MONDY M., LEFEBVRE A., CABART H., FELLER M., DECANTER F., 2006, Uckange ‘rue Jean Moulin’ : nécropole gallo-romaine (Moselle), R.F.O. de fouille d’archéologie préventive Inrap/S.R.A., Metz.

MURAIL P., BRUZEK J., HOUÊT F., CUNHA E., 2005, « DSP : a probalistic sex diagnosis tool using worldwide variability in hip bone measurement », Bull. et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, t. 17, fasc. 3-4, p. 167-176.

OWINGS-WEBB P.A., SUCHEY J.M., 1985, « Epiphyseal union of the anterior iliac crest and medial clavicle in a modern multiracial sample of american males and females », American Journal of Physical Anthropology, 68, p. 457-466.

PIRLING R., 1966, Das Römisch-Fränkische Gräberfeld von Krefeld-Gellep,Berlin, Verlag Gebr. Mann,1. Teil : Text, 239 p. ; 2. Teil : Katalog und Tafeln, 157 p.

PIRLING R., 1989, Das Römisch-Fränkische Gräberfeld von Krefeld-Gellep (1966-1974), Stuttgart, Fr. Steiner Verlag Wiesbaden, 163 p. (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, B, 2).

PRICE J., COTTAM S., 1998, Romano-british glass vessels : a handbook, York, Council for British Archaeology, 240 p. (Pratical handbook in archeology, 14).

REDKNAP M., 1999, Berichte zur Archäologie an Mittelrhein und Mosel. 6, Die römischen und mittelaterlichen Töpfereien in Mayen, Kreis Mayen-Koblenz, Trier, Rheinisches Landesmuseum Trier, p. 11-401 (Trierer Zeitschrift, 24).

RIHA E., 1990, Der römische Schmuck aus Augst und Kaiseraugst, Augst, Römermuseum Augst, 245 p. (Forschungen in Augst, 10).

RIQUIER S., 2004, « La nécropole gauloise de ‘Vaugrignon’ à Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire) », Revue Archéologique du Centre de la France, t. 43, p. 21-113.

RÜTTI B., 1991, Die römischen Gläser aus Augst und Kaiseraugst, Augst, 433 p. (Forschungen in Augst, 13/2).

SCHEUER L., BLACK S.,2000, Developmental juvenile osteology, London, Academic Press, 587 p.

SCHMITT A., 2005, « Une nouvelle méthode pour estimer l'âge au décès des adultes à partir de la surface sacro-pelvienne iliaque », Bull. et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, 17, n° 1-2, p. 89-101.

SCHOUR I., Massler M., 1944, « Development of the human dentition », American Dental Association, Chicago, p. 1918-1931.

SEILLIER C., 1978, « Caractères et évolution de la nécropole de Vron (Somme) IVe-VIIe siècles », Revue du Nord, t. LX, 239, p. 873-882.

SEILLY M., 1995, Fontoy (Moselle), rue de l’église, D.F.S. du S.R.A. de Lorraine, 175 p.

SOULAT J. [en ligne], Merovingian Chamber Graves in France [en ligne] en mars 2009 sur :
http://www.arkeologi.uu.se/ark/projects/Luciasymposium/MerovingianEng.pdf

TASSINARI S., 1975, La vaisselle de bronze romaine et provinciale au Musée des Antiquités Nationales, Paris, éd. du CNRS, 84 p. (XXIXème suppl. à Gallia).

UNVERZAGT W., 1916, Die Keramik des Kastells Alzey (Rheinheissen), Frankfurt, 36 p.(Materialen zur römisch-germanischen Keramik, 2).

VANDERHOEVEN M., 1958, Verres romains tardifs et mérovingiens du Musée Curtius, Liège, Musée Curtius, 88 p.

VANPEENE N., 1993, Verrerie de la nécropole d'Epiais-Rhus (Val-d'Oise), Guiry-en-Vexin, Centre de recherches archéologiques du Vexin Français, 120 p. (Cahier archéologique, 8).

WAURICK G. dir., 1980, Gallien in der Spätantike : von Kaiser Constantin zu Frankenkönig Childerich, Catalogue d’exposition, Mainz, Kurfürstl. Schloss, 29. okt. 1980-4. januar 1981, Mainz, Ph. von Zabern, 259 p.

WERNER J., 1957, « Les tombes de Haillot et leur axe Nord-Sud », in : BREUER J., ROOSENS H. dir., Le cimetière franc de Haillot, Bruxelles, p. 299-339 (Archaeologia Belgica, 34).

WILHELM E., 1979, La verrerie de l’époque romaine au musée d’Histoire et d’Art-Luxembourg, Luxembourg, 35 p.

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Lefebvre, Magaly Mondy, Hubert Cabart , Franck Decanter et Marc Feller, « Premières données sur l’archéologie funéraire de l’Antiquité tardive dans la cité des Médiomatriques : l’exemple d’Uckange (Moselle) », Revue archéologique de l’Est, Tome 62 | 2013, [En ligne], mis en ligne le 12 décembre 2014. URL : http://rae.revues.org/7739. consulté le 29 avril 2017.

Auteurs

Arnaud Lefebvre

Inrap Grand-Est Nord, 12 rue de Méric, CS80005, 57063 Metz Cedex - PACEA UMR 5199, F-33400 Talence, France.

Magaly Mondy

Inrap Grand-Est Nord, 12 rue de Méric, CS 80005, 57063 Metz Cedex.

Franck Decanter

Inrap Midi-Pyrénées Nord, Impasse de Lisbonne, Albasud, 82000 Montauban.

Articles du même auteur

Marc Feller

Inrap Grand-Est Nord, 12 rue de Méric, CS 80005, 57063 Metz Cedex.

Hubert Cabart

Membre associé à l’équipe de recherches EA 1132 de l’université de Nancy 2.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés