Navigation – Plan du site
Notes et documents

Le secteur nord-ouest de la domus du collège Lumière à Besançon (Doubs) : des cellae familiaricae ?

Christophe Gaston
p. 443-451

Résumés

Lors d’une fouille menée en 2004, les vestiges d’une luxueuse domus ont été mis au jour à Besançon. Le secteur nord-ouest de cette demeure a livré une zone aux caractéristiques architecturales particulières (série de pièces identiques et de modeste facture s’alignant le long d’un « atrium allongé », entre un ambitus et le péristyle de la maison, présence d’une petite pièce barrant l’accès principal) : parmi les interprétations possibles pour cet ensemble (stockage, hospitalia, appartements privés), l’hypothèse d’un quartier servile dévolu au logement des esclaves (cellae familiaricae) semble pouvoir être proposée, sans certitude toutefois.

Haut de page

Texte intégral

1En préalable à la reconstruction du Collège Lumière à Besançon (Doubs), une fouille préventive menée par l’Inrap, sous la direction de Claudine Munier(MUNIER et alii, 2007), a pu être réalisée en 2004 (fig. 1). Cette opération a permis de confirmer la présence de somptueuses domus dans cette zone - le secteur étant par ailleurs désigné sous le terme de « palatium » depuis le Moyen Âge -, et d’en étudier les différents états de construction.

Fig. 1. Plan de situation de la fouille (D.A.O. : D. Watts).

2Du plan partiellement dégagé de l’une de ces demeures (fig. 2), dans son état du début du IIe siècle ap. J.-C., se dégagent trois zones, selon une progression « qualitative » s’articulant autour d’un grand péristyle (A). La zone au sud est occupée par un ensemble de vastes pièces (68 à 124 m2) : la pièce B, au plan incomplet, présente une façade en abside donnant sur un jardin d’agrément (C) ; toujours le long du jardin, à l’ouest, on trouve une pièce (D) avec plancher, et enfin une grande pièce (E) de 124 m2. Une seconde zone se développe à l’arrière des pièces D et E : trois « vestibules » (H, I, J), accessibles par de larges seuils, distribuent à la fois les pièces D et E, mais aussi deux pièces secondaires (F et G) plus petites (37 et 48 m2). Le vestibule (H) se distingue par un sol en terrazzo à décor d’opus signinum et la pièce G abrite la fondation en moellons d’un foyer, avec des traces de rubéfaction sur le sol autour.

Fig. 2. Plan général des structures de la domus (D.A.O. : C. Gaston).

  • 1  Dans l’état suivant, une série de pièces, alignées sur la nouvelle façade nord/ouest, ne présentai (...)

3Les pièces B, D et E, de par leur taille et leur position, peuvent être interprétées comme des pièces de réception (oecus), hypothèse confirmée par l’état suivant (fin IIe) qui reprend le projet architectural initial en l’amplifiant. Les pièces F et G jouent quant à elles un rôle secondaire difficile à déterminer : la présence du foyer (peut-être de type « potager »), et la construction au même emplacement d’un espace analogue dans l’état suivant1, permettraient cependant de les interpréter comme des pièces de service. Celles-ci bordent la partie sud d’une troisième zone, secteur aux caractéristiques particulières dont il va être question ici.

1. Le secteur nord-ouest (fig. 3 et 4)

1.1. L’espace « K » (fig. 5)

4Depuis le grand péristyle A, un large seuil (s.1) donne accès à un espace central allongé (K), autour duquel s’articulent les différentes pièces de ce secteur.

Fig. 3. Plan détaillé du secteur nord-ouest (D.A.O. : C. Gaston).

Fig. 4. Détail des structures architecturales (D.A.O. : C. Gaston).

5Cet espace, d’environ 24 m de long par 5 m de large, possède un sol en terrazzo. Une zone rectangulaire étroite, dallée, en occupe le centre, réduisant la largeur de passage à 1,40 m de part et d’autre. Cette zone dallée s’achève à 4,50 m du mur nord de l’espace K, laissant ainsi un dégagement de 22,50 m2. Le dallage, presque totalement disparu et dont seules subsistaient les empreintes des blocs, se compose d’une bordure en blocs rectangulaires de 0,47 à 0,52 m de largeur, d’environ 0,45 m de hauteur, servant sans doute de stylobate à une colonnade ou à un portique en bois. Ces blocs encadrent une longue rangée de dalles (1,40 x 0,60 m) sans doute plus basses, dont l’épaisseur peut être estimée à une vingtaine de centimètres d’après les traces observées sur le côté des rares éléments conservés du stylobate, et formant un canal recueillant les eaux de pluie provenant des toitures. La question de l’évacuation de ce collecteur n’a pu être résolue : il est probable malheureusement que cet aménagement se situait dans l’une des zones de ce péristyle fortement bouleversées par les aménagements ultérieurs.

Fig. 5. Vue de l’espace K, vers le sud-est (photo : P. Haut).

6Cet espace semi-ouvert est donc bien identifiable, même si son aspect atypique rend difficile l’application d’une terminologie classique (GROS, 2001, p. 23) : comme l’indique la présence reconnue du système impluvium / compluvium et le rapport surface couverte / surface découverte, faut-il parler ici, plutôt que d’un péristyle étroit, d’un « atrium allongé » ?

2.2. La séquence d’accès

7Le large seuil (s.1), d’une longueur de 4,70 m et d’une largeur de 0,55 m, est composé de quatre dalles dont trois subsistaient : les deux plus courtes sont situées aux extrémités et les deux plus longues sont placées au centre (fig. 4). Les deux dalles subsistantes au sud-ouest (petite dalle : long. 0,86 m, épais. 0,29 m ; grande dalle : long. 1,38 m, épais. 0,23 m) comportent chacune une mortaise carrée conservant une crapaudine en fer (dimensions hors tout : 0,08 x 0,08 m, dimensions utiles : 0,06 x 0,055 m pour une profondeur utile de 0,004 à 0,005 m) pour encastrer le tourillon métallique dans lequel tourne le pivot du vantail. La distance séparant les deux mortaises des crapaudines est de 1,28 m, ce qui permet de restituer deux vantaux d’une largeur d’environ 0,64 m. À l’extrémité de la plus grande dalle, une saignée marque sans doute la limite du second piédroit de cette porte, avant la poursuite du seuil vers le nord. Cependant, la surface de la dalle après cette saignée n’offre aucune trace de mortaise de crapaudine. De même, pour les blocs suivants, seule une partie de la quatrième dalle à l’extrémité nord du seuil subsiste : celle-ci ne présente pas non plus de mortaise. Par conséquent, si la restitution de la porte au sud est assurée, l’aménagement du reste du seuil demeure problématique. L’une des hypothèses les plus plausibles est en relation avec la mise en place de la pièce R.

Fig. 6. Vue de détail de l’espace R, vers le nord-est (photo : P. Haut).

8Il semblerait en effet que dans un premier temps, l’accès entre les deux espaces semi-ouverts (grand péristyle et espace K) ait été laissé libre, sauf si une fermeture légère barrait ce passage, dont la structure n’aurait dans ce cas pas laissé de traces : le seuil, construit en même temps que le terrazzo et le péristyle étroit, était alors constitué de blocs à la surface lisse, marquant simplement le passage. Dans un second temps, la minuscule pièce R (2,90 par 1,60 m) est installée, en empiétant sur la zone de circulation de l’espace K (fig. 6) : deux cloisons (c.1 et c.2) sont construites, l’une dans le prolongement du piédroit est de la porte de la pièce L (s.6), l’autre en retour d’équerre vers le seuil s.1. Ces cloisons, larges de 0,26 m, sont constituées d’une poutre sablière en bois, encastrée sur 0,06 m de profondeur dans le terrazzo, et supportant sans doute une élévation en ossature de bois hourdée de terre et revêtue d’enduit. C’est à cette occasion que le large seuil, réduit par cet aménagement, est fermé par une porte dont les mortaises structurelles sont alors creusées à la surface des dalles. La question qui demeure est celle de la fermeture de la pièce R au niveau du seuil : s’agissait-il d’une troisième cloison, simplement « posée » sur les dalles, ou d’un côté laissé entièrement ou partiellement ouvert ? Aucune trace ne permet de le distinguer.

2.3. Les espaces au sud et à l’ouest du péristyle

9Les caractéristiques des pièces au sud ont déjà été évoquées plus haut.
Il faut cependant signaler que le seuil s.4 présente une facture singulière, puisqu’une technique mixte a été mise en œuvre, peut-être dans le cadre d’une réparation provisoire ou bâclée : ainsi le seuil est constitué d'une planche de bois, retrouvée carbonisée, encadrée par deux blocs possédant des encastrements de chambranles, des feuillures de butée perpendiculaires pour les vantaux et des mortaises de crapaudine (0,10 x 0,10 x 0,015 m, 0,12 x 0,10 x 0,015 m). La présence de ces deux mortaises permet de restituer deux vantaux de porte d'une largeur estimée à 0,62 m.

10Il faut par ailleurs souligner les particularités de la pièce J. Celle-ci est divisée en deux espaces : un rétrécissement au sud, formant un couloir d’accès direct à la grande pièce E ; et un espace plus large au nord, en relation directe avec l’espace K, par le biais d’un large seuil (s.2). Ce seuil (largeur 3,65 m), très lacunaire car seules les dalles des extrémités est et ouest du passage sont en partie conservées, n’est pas sans rappeler celui déjà évoqué entre les deux espaces semi-ouverts (s.1) : en effet, la dalle ouest ne présente aucun aménagement sur sa surface, alors que la dalle est comporte une feuillure de butée perpendiculaire pour le vantail, alignée sur une mortaise de crapaudine, et l’encastrement d’un chambranle. Les dalles intermédiaires ont été récupérées, et seules des tegulae, servant au réglage des lits de pose, subsistent. Enfin, toujours dans cette partie de la pièce J, un seuil (s.3), large de 1,50 m et dont ne subsiste que l’une des dalles portant une mortaise de crapaudine, pourrait constituer un posticum, puisqu’il présente l’intérêt de permettre l’accès à un espace extérieur, large de 1,50 m à 4,50 m, sorte de zone de dégagement (ambitus ?) entre trois propriétés distinctes.

2.4. Les pièces au nord de l’espace K (fig. 7 et 8)

11Une série de pièces, malheureusement située en grande partie en dehors de l’emprise de la fouille, s’aligne le long du côté nord de l’espace K. De petites tailles, elles présentent des plans vraisemblablement similaires : les pièces L et M, les mieux conservées, sont larges de 3,60 m pour 4,40 m de profondeur, l’ouverture de leur porte d’accès (largeur 1,80 à 1,90 m) représentant près de la moitié ouest de leur largeur de façade sur l’espace K. Les pièces suivantes (N et O) ne peuvent qu’être partiellement appréhendées, une grande perturbation ayant détruit leurs structures ; le mur de façade sur l’espace K n’était ainsi conservé qu’au niveau de sa fondation. Les deux dernières pièces (P et Q) ne sont matérialisées que par l’emplacement en partie conservé de leurs seuils respectifs, confirmant malgré tout l’ouverture sur le côté ouest de leurs façades. Il est donc vraisemblable de restituer au plus cinq pièces de dimensions égales (3,50 x 4,50 m) avec, pour les accès, un rythme proche d’un plein pour un vide, et une pièce un peu plus large à l’extrémité ouest (4,70 x 4,40 m).

Fig. 7. Vue de détail de la cloison c.3, vers le nord-est (photo : P. Haut).

Fig. 8. Vue du seuil s.8, vers le nord-est (photo : P. Haut).

12Si l’on examine maintenant leur mode de construction (fig. 4), leur médiocre facture contraste singulièrement avec le reste de la domus.
Ainsi, alors que tous les murs de la demeure, larges de 0,40 à 0,70 m, sont bâtis en petits moellons assisés liés au mortier de chaux, formant une maçonnerie en opus vittatum homogène et soignée, les parois de ces pièces sont des cloisons, larges de 0,30 m en moyenne, en matériaux périssables. Ces cloisons sont constituées d’une poutre sablière en bois, encastrée dans le sol sur toute sa hauteur, soit environ 0,24 m, et supportant une élévation en ossature de bois, hourdée de terre armée de tegulae et revêtue d’un simple enduit de mortier de chaux.

13De même, les seuils semblent tous être constitués de simples planches de bois, comme le montrent les parties subsistantes de deux de ces seuils(s.7 et s.8), conservant le départ d’une double planche de chêne (largeur 22 cm chacune).
Enfin, les sols de ces pièces sont tous réalisés en terre battue.

2. Essai d’interprétation

2.1. Un secteur utilitaire ou résidentiel ?

14La largeur des seuils d’accès aux pièces nord permettrait d’envisager par exemple des magasins de stockage. Cependant, la présence de l’impluvium central dans l’espace K et l’étroitesse des passages laissés autour de celui-ci par rapport à ces largeurs de seuils, seraient difficilement compréhensibles. En effet, la mise en place de cet impluvium formerait ainsi un obstacle totalement injustifié, car inutile structurellement, la portée étant évidemment suffisante pour une couverture totale de l’espace K, sans recours à des supports intermédiaires. On imagine difficilement par exemple un tel aménagement dans les Horrea du marché de Trajan à Rome, où les larges seuils des séries de cellules s’ouvrent sur un vaste couloir central, véritable rue intérieure.

15Une deuxième hypothèse verrait dans ce secteur un quartier d’hébergement des invités, de type hospitalia. Dans la maison du Labyrinthe à Pompéi, une partie de la demeure, articulée autour d’un atrium secondaire, est ainsi assimilée à une zone conçue comme une petite maison d’hôtes (GROS, 2001, p. 42).Dans la villa Jovis de Tibère à Capri, on trouve des pièces semblables, sous la forme de cellae de 5 x 3,50 m environ (17,50 m2 ?) avec porte désaxée sur le côté : ces pièces sont interprétées comme hospitalia et plus probablement comme logements des Prétoriens (ibid., p. 359). L’exemple d’hospitalia le plus prestigieux, celui de la villa Hadriana à Tivoli, présente un couloir central de 7 m de large desservant de chaque côté cinq chambres de 4 x 5 m, aux sols ornés de mosaïques à motifs noirs et blancs (BORGIA, 1991, p. 73-83). Cependant, malgré la qualité de ce bâtiment de Tivoli, il semble qu’il était destiné à l’hébergement de la garde (peut-être les officiers de la cohorte prétorienne) ou d’un personnel administratif ou de service d’un rang intermédiaire, et non aux invités personnels de l’Empereur (ibid., p. 82-83). C’est pourquoi il semble là encore difficile d’imaginer le dominus de cette luxueuse demeure de Besançon loger ses invités dans des pièces à seuils de bois, cloisons en matériaux périssables et sols en terre battue.

16On pourrait enfin envisager ici l’emplacement des appartements privés du dominus et de sa proche famille : mais toute la difficulté réside dans le fait qu’il est très difficile de les distinguer des appartements d’hôtes. Ces espaces spécifiques restent encore mal définis en Gaule (VIPARD, 2007, p. 262). On peut citer les appartements mis en évidence dans les grandes villae du Sud-Ouest, sans toutefois pouvoir préciser à qui ils étaient destinés : c’est le cas à Séviac, où l’on trouve quatre cellules rectangulaires identiques de 17 m2 chacune, réparties symétriquement de chaque côté d’un couloir ouvrant sur le péristyle. À Montmaurin, sur l’aile nord-ouest du péristyle, deux groupes de pièces en enfilade, aux dimensions identiques, sont placés symétriquement de part et d’autre d’une sorte de patio ouvrant largement sur le péristyle (BALMELLE, 2001, p. 135-136).

17On connaît par ailleurs les exemples des domus d’Afrique du Nord, où l’on trouve en effet des quartiers séparés du reste de la domus comportant des pièces réunies autour d’un puits de lumière (BULLO, GHEDINI, 2003, p. 124-133). C’est le cas de la domus sollertiana à Thysdrus (cinq pièces autour d’un petit péristyle à quatre colonnes), dela maison des Muses à Althiburos (cinq pièces autour d’un puits de lumière à deux colonnes), de la maison d’Icare à Uthina (plusieurs petits groupes de pièces autour de leurs puits de lumière respectifs à quatre ou cinq colonnes).

18Cependant, cette hypothèse se heurte aux mêmes arguments que pour le quartier d’invités, à savoir un appauvrissement architectural qui, dans le cadre du logement du maître des lieux, se justifierait ici encore moins que dans le cadre d’hospitalia.

19La même réflexion s’appliquerait aussi à l’évocation très improbable ici d’un quartier des femmes (gynaeceum), comme on peut le voir dans la maison des Vettii à Pompéi : dans cette domus, l’appartement réservé aux femmes communique avec le grand péristyle par une porte s’ouvrant dans l’une des galeries latérales et donnant sur une pièce allongée éclairée en son centre par une petite cour à portique elle aussi allongée, espace desservant les pièces de l’appartement.

2.2. Un secteur servile ?

  • 2  COLUMELLE, I, 6, 2 et 3. Ces termes, évoquant le logement des esclaves « libres », semblent ici mi (...)

20Les caractéristiques de cet espace évoquent finalement plutôt un autre type d’interprétation. On songe en effet ici à un quartier servile, espace particulier connu par ailleurs sous le nom de cellae servorum, familiares ou familiarica, voire contubernia2.

  • 3  Pour les difficultés rencontrées à ce sujet, voir les articles de M. George (GEORGE, 1997) et de P (...)
  • 4  Entre autres : COLUMELLE, I, 6, 3 ; VITRUVE, VI, 7, 2 ; CICÉRON, II, 27 ; PLINE le Jeune, VII, 27, (...)

21La question de la localisation des logements de cette main-d’œuvre, parfois nombreuse et placée sous la direction d’un régisseur (dispensator), reste problématique dans le monde romain3, et davantage encore pour la Gaule. Alors que l’on connaît par les sources écrites4 le rôle essentiel, dans la tenue et le prestige d’une maison, d’un personnel souvent spécialisé et faisant partie intégrante de la familia urbana,l’archéologiene permet pas encore d’identifier avec certitude des espaces spécifiquement serviles, et plus particulièrement les pièces destinées à l’hébergement de cette domesticité (VIPARD, 2007, p. 261). Plusieurs hypothèses sont ainsi avancées selon les cas de figures : quartier séparé au rez-de-chaussée ou au sous-sol, chambres reléguées dans les étages (cenacula), et même possibilité d’absence d’espaces réservés à cet usage, les esclaves dormant dans ce cas où ils pouvaient, par exemple dans les couloirs ou sous les portiques (APULÉE, 2, 15).

22En Gaule, les mentions de logements d’esclaves sont assez rares. Ainsi, à Narbonne, dans la maison à portiques du Clos de la Lombarde, un étage destiné au logement du personnel servile est supposé dans la partie nord de la maison, tandis qu’à Vaison-la-Romaine, dans la maison du Buste en Argent, la présence éventuelle de logements serviles est évoquée au rez-de-chaussée, près des cuisines et des réserves se développant au nord du vestibule.

23Plus près, en Suisse, la présence d’esclaves est surtout connue par quelques documents épigraphiques et la découverte d’entraves dans plusieurs grandes villae : Liestal-Munzach, Cuarny, Buchs, Vallon (FLUTSCH et alii, 2002, p. 277). Cependant, à Vallon, un bâtiment muni de sols en terre battue au sud de la pars urbana de la grande villa a été interprété comme un logement destiné à des esclaves (ibid., p. 147).

24En Italie, de tels quartiers serviles ont été mis en évidence de manière beaucoup plus claire dans de nombreuses résidences urbaines et rurales. Pour les villae, celle des Volusii au nord de Rome présente une série de cellules-dortoirs d’une dizaine de mètres carrés chacune donnant sur un péristyle commun, à côté des espaces nobles (SGUBINI-MORETTI, 1998). La villa d’Arianna à Collina di Varano comprend un quartier servile d’une grande importance, couvrant tout le bloc résidentiel de l’est : il a livré des cellules d’une quinzaine de mètres carrés (GROS, 2001, p. 100).

25Dans la pars rustica de la villa de Settefinestre, la cour ouest est affectée au logement de la main d’œuvre : les compartiments correspondent à l’habitat des esclaves, à l’exception des trois pièces d’angles (loges des portiers et du surveillant) et de l’aile est, occupée par l’infirmerie. Dans ces compartiments pouvaient loger plusieurs esclaves, voire une famille. Dans la pars urbana, à l’est, autour de deux cours intérieures, sont confinées les activités liées au service du maître de maison : on y reconnaît une cuisine, de petits bains, des logements d’esclaves domestiques, une pièce de stockage et un petit sanctuaire domestique (CARANDINI, 1989, p. 118-154).

26Dans la villa de la Pisanella à Boscoreale, près de Pompéi, les esclaves étaient logés dans quatre pièces groupées, jouxtant la grande salle des pressoirs, chambres qui, tout comme à la pars rustica de la Villa des Mystères, sont des cellules nues et sans aménagement particulier (ADAM, 1989, p. 341-342).
La villa de Poppée à Oplontis présente un groupe de pièces de service disposées autour d’un petit atrium à quatre colonnes, dans un secteur au nord-ouest de l’atrium principal (FERGOLA, 2004, p. 28 à 30).
On peut encore citer les très nombreuses cellae des Cento camerelle de la Villa Adriana : ces pièces, d’une surface d’une trentaine de mètres carrés chacune, possédaient des planchers de bois et une seule ouverture sur la façade.

27Dans le cas des résidences urbaines, la célèbre demeure de Marcus Aemilius Scaurus sur le forum romain conserve un quartier servile souterrain, avec des cellules de 3 à 5 m2 (GROS, 2001, p.75). À Pompéi, plusieurs domus ont livré des quartiers serviles. La maison du Cryptoportique présente ainsi quatre pièces d’environ 5 à 7 m2, au fond du péristyle, alignées sur un couloir commun donnant sur une porte à l’arrière de la maison (ADAM, 1989, p. 328). On retrouve une configuration analogue dans la maison du Centenaire (ibid., p. 344), où quatre pièces d’environ 4 à 7 m2, à côté du péristyle, sont alignées le long d’un espace commun ouvrant directement sur une rue latérale par une porte. Dans la villa suburbaine des Mystères (ibid., p. 344), le quartier servile et le quartier des esclaves sont desservis, de part et d’autre de l’espace d’accès principal, par des courettes allongées.

28Dans la maison du Ménandre, des cellules de 9 m2 ont été mises en évidence : « derrière le quartier de représentation se sont progressivement développés, comme dans une villa suburbaine, un habitat servile et des pièces de service, ainsi qu’une petite maison autonome dont l’atrium était accessible directement de l’extérieur, et dont on admet avec vraisemblance qu’elle était réservée au régisseur » (GROS, 2001, p. 53-54).
Dans la maison du Faune, enfin, toute l’aile orientale du premier péristyle, dont elle est séparée par un mur aveugle, est réservée aux services et aux appartements serviles (ibid., p. 48).

29Si l’on confronte maintenant ces caractéristiques avec celles du secteur nord-ouest de la demeure découverte au Collège Lumière de Besançon, plusieurs éléments pourraient être considérés comme révélateurs.

30La surface des pièces de Besançon, de 16 à 20 m2, n’est pas incompatible avec les dimensions des servis cellae, puisque, comme on l’a vu dans les exemples qui viennent d’être évoqués, cette surface est en général comprise entre 3 et 30 m2, dimensions liées sans doute au nombre d’occupants, allant d’un seul domestique à une famille complète.
De même, l’alignement d’une série de pièces similaires donnant sur un espace ouvert fait aussi partie des composantes de ce type de quartier.

31Par ailleurs, l’architecture des pièces L à Q est d’une facture qui, comme on l’a vu, se distingue singulièrement du reste de la domus par sa pauvreté, ce qui serait logique dans le cadre d’un secteur servile.
Ensuite, le caractère indépendant de l’espace K, séparé du péristyle principal, est un des aspects récurrents des zones serviles de domus et de villae, et la présence d’un accès secondaire indirect (s.3) sur un ambitus, correspondant peut-être à une entrée de service de type posticum, au nord-ouest de la galerie, et d’une éventuelle cuisine à proximité, se retrouve souvent dans l’organisation générale des espaces de services des résidences urbaines.
Enfin, la petite pièce R (4,60 m2), à cloisons en matériaux périssables, barrant en partie l’accès au péristyle, pourrait se justifier ici par la mise en place d’une loge de gardien, équivalente aux cellae monitorum (chambres des surveillants), mises en évidence par ailleurs dans certains ensembles de logements d’esclaves (MACKENSEN, 2005, p. 115).

Conclusion

32Le caractère exceptionnel de cette domus, confirmé par la suite lors d’une seconde phase beaucoup plus somptueuse que celle évoquée ici, en fait certainement une des summae domus de Besançon. La configuration de la zone particulière qu’est le secteur nord-ouest, au sein de cette demeure, reste cependant mal définie. La présence d’un ensemble à fonction d’hébergement semble la plus plausible. Parmi les interprétations possibles pour cette zone isolée, deux hypothèses se dégagent : celle d’appartements privés, réservés à la famille du dominus ou aux hôtes, et celle d’un quartier servile (cellae familiaricae). Certains éléments spécifiques permettent de favoriser la seconde hypothèse, ce qui constituerait alors un des rares exemples de ce type de composante identifié dans une demeure urbaine de la moitié nord de la Gaule. Cependant, l’absence d’éléments plus probants et la mauvaise conservation des vestiges incitent à la prudence et ne permettent pas de valider avec certitude cette hypothèse.

Haut de page

Bibliographie

Sources antiques

APULÉE, Les métamorphoses, tome I, livres I-III, texte établi par D. S. Robertson et traduit par P. Valette, Paris, les Belles Lettres, 1940, 172 p.

CICÉRON, Seconde Philippique, expliquée littéralement par M. Caron, traduite en français par J.-V. Le Clerc, Les auteurs latins, Paris, Librairie Hachette, 1883, 219 p.

COLUMELLE, De agricultura, tome I, traduction nouvelle par Louis du Bois, Bibliothèque latine-française, seconde série, Paris, C.L.F. Panckoucke, 1845, 257 p.

Histoire auguste, Tome 1, 1ère partie : Introduction générale, Vies d’Hadrien, Aelius, Antonin, texte établi et traduit par J.-P. Callu, O. Desbordes et A. Gaden, Paris, Les Belles Lettres, 1992, 225 p.

PLINE le Jeune, Epistulae, tome III, livres VI-IX, texte établi et traduit par A.-M. Guillemin, Paris, Les Belles Lettres, 2012, 329 p.

VITRUVE, De architectura, livre VI, texte établi, traduit et commenté par L. Callebat, Paris, Les Belles Lettres, 2004, 286 p.

Bibliographie

ADAM J.-P., 1989, La construction romaine, Paris, Picard, 367 p.

BALMELLE C., 2001, Les demeures aristocratiques d’Aquitaine : société et culture de l’Antiquité tardive dans le Sud-Ouest de la Gaule, Bordeaux-Paris, Ausonius, 497 p. (10ème suppl. à Aquitania).

BASSO P., 2003, « Gli alloggi servili », in : BASSO P., GHEDINI F., Subterranea domus, ambienti residenziali e di servizio nell’edilizia privata romana, Caselle, Cierre Edizioni, p. 443-463.

BORGIA E., 1991, « Gli ospitalia », Bolletino di Archeologia, 8, p. 73-83.

BULLO S., GHEDINI F., 2003, Amplissimae atque ornatissimae domus, Università degli studi di Padova, Edizioni Quasar, 684 p. (Antenor Quaderni, 2.1).

CARANDINI A., 1989, La villa perfecta di un senatore in Etruria, Turin, Storia di Roma, IV, 1127 p.

DE VOS A. et M., 1982, Pompéi, Ercolano, Stabia, Rome, Laterza, 380 p. (Guide archeologiche Laterza, 11).

FERGOLA L., 2004, Oplontis e le sue ville, Pompei, Edizione Flavius, 127 p. (Archeologia Vesuviana).

FLUTSCH L., NIFFELER U., ROSSI F., 2002, La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, V, Époque romaine, Bâle, Société suisse de préhistoire et d’archéologie, 432 p.

GEORGE M., 1997, « Servus and domus : the slave in the roman house », in : Domestic space in the roman world : Pompeii and beyond, J.R.A., suppl. 22, Porsmouth, p. 15-24.

GROS P., 2001, L’architecture romaine, du début du IIIe siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire, 2, Maisons, palais, villas et tombeaux, Paris, Picard, 530 p.

KASTENMEIER P., 2007, I luoghi del lavoro domestico nella casa Pompeiana, studi della soprintendenza archeologica di Pompei, 23, Roma, L’Erma di Bretschneider, 188 p.

MACKENSEN M., 2005, Militärlager oder Marmorwerkstätten. Neue Untersuchungen im Ostbereich des Arbeits- und Steinbruchlagers von Simitthus/Chemtou, Mayence, Ph. von Zabern, 170 p. (Simitthus, 3).

MUNIER C., GASTON C., MELOCHE C., 2007, Au Collège Lumière à Besançon (Doubs), Document final d’opération archéologique, Besançon, Inrap, 398 p.

SGUBINI-MORETTI A. M., 1998, Fastosa rusticatio : la villa dei Volusii a Lucus Feroniae, Rome, L’Erma di Bretschneider, 79 p.

VIPARD P., 2007, « Maisons à péristyle et élites urbaines en Gaule sous l’Empire », Gallia, 64, p. 227-277.

WALLACE-HADRILL A., 1994, Houses and society in Pompeii and Herculanum, Princeton, Princeton University Press, 264 p.

Haut de page

Notes

1  Dans l’état suivant, une série de pièces, alignées sur la nouvelle façade nord/ouest, ne présentaient qu’un sol en terre battue, contrairement aux autres pièces dégagées dans la domus reconstruite. Si l’on ajoute à cela leur relation directe avec une « cour » correspondant à une partie inachevée, leur taille modeste, la relation étroite de ces pièces avec des salles de réception, tout laisse à penser qu’il s’agit là encore de simples pièces de service.

2  COLUMELLE, I, 6, 2 et 3. Ces termes, évoquant le logement des esclaves « libres », semblent ici mieux adaptés que celui d’ergastulum, dont le principe, aboli par Hadrien (Histoire Auguste, 2, 18), consistait plutôt à réserver un quartier, souvent souterrain, à la détention des esclaves « enchaînés ».

3  Pour les difficultés rencontrées à ce sujet, voir les articles de M. George (GEORGE, 1997) et de P. Basso (BASSO, 2003).

4  Entre autres : COLUMELLE, I, 6, 3 ; VITRUVE, VI, 7, 2 ; CICÉRON, II, 27 ; PLINE le Jeune, VII, 27, 12 et 13…

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de situation de la fouille (D.A.O. : D. Watts).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7784/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 2. Plan général des structures de la domus (D.A.O. : C. Gaston).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7784/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 3. Plan détaillé du secteur nord-ouest (D.A.O. : C. Gaston).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7784/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 4. Détail des structures architecturales (D.A.O. : C. Gaston).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7784/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 5. Vue de l’espace K, vers le sud-est (photo : P. Haut).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7784/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 6. Vue de détail de l’espace R, vers le nord-est (photo : P. Haut).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7784/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 7. Vue de détail de la cloison c.3, vers le nord-est (photo : P. Haut).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7784/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 8. Vue du seuil s.8, vers le nord-est (photo : P. Haut).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/7784/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Gaston, « Le secteur nord-ouest de la domus du collège Lumière à Besançon (Doubs) : des cellae familiaricae ? », Revue archéologique de l’Est, Tome 62 | 2013, 443-451.

Référence électronique

Christophe Gaston, « Le secteur nord-ouest de la domus du collège Lumière à Besançon (Doubs) : des cellae familiaricae ? », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 62 | 2013, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rae.revues.org/7784

Haut de page

Auteur

Christophe Gaston

Inrap, Centre archéologique de Besançon, 9 rue Lavoisier, F – 25000 Besançon. christophe.gaston@inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page