Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Thomas DOPPLER dir. et alii, Spreitenbach-Moosweg (Aargau, Schweiz) : ein Kollektivgrab um 2500 v. Chr. / Spreitenbach-Moosweg (Argovie, Suisse) : une sépulture collective vers 2500 av. J.-C.

Bâle, Archäologie Schweiz, 2012, 336 p., ill. (Antiqua, 51). ISBN : 978-3-908006-43-5.
Germaine Depierre
p. 475-476

Texte intégral

1La sépulture collective de Spreitenbach - dans le sens où ce type de structure a été défini par J. Leclerc et J. Tarrête (LECLERC, TARRÊTE, 1988) - à été découverte en 1997 lors d’interventions archéologiques en amont d’un vaste projet de développement du réseau ferroviaire suisse (projet Rail 2000). La structure est composée d’une fosse (3,70 x 4,50 m) creusée dans le substrat sablo-limoneux gris dans laquelle fut construite une chambre funéraire en bois doublée partiellement, à l’extérieur, d’un fossé dans lequel furent fichés des poteaux. Cette sépulture a accueilli douze défunts, soit cinq hommes et quatre femmes, deux sujets biologiquement immatures (un jeune homme décédé entre 16 et 19 ans et un individu de sexe indéterminé dont l’âge est compris entre 12 et 15 ans) et un nouveau-né.
Cette structure a fait l’objet d’une publication préliminaire en 1999 (BLEUER et alii, 1999).

2La publication de 2012 bénéficie de la participation de dix-huit spécialistes et d’une bibliographie de plus de 300 titres en fin d’ouvrage (p. 323-333), mais distribués par chapitre, ce qui génère quelques répétitions. L’ouvrage est divisé en quatre parties. Les deux premières concernent la structure elle-même et son contenu, la troisième replace la tombe dans son contexte chronologique et géographique en laissant une grande place à la description d’autres structures ; la dernière et la plus courte (27 p.) est une synthèse fondée sur les données archéologiques, anthropologiques, zoologiques, taphonomiques, biologiques… développées dans les deux premières parties.

3Cet ouvrage est résolument pluridisciplinaire et pédagogique. Sa complète présentation en allemand et en français, à la seule exception de la préface et des remerciements (Vorwort und Dank, p. 9-10), est un atout fondamental pour un grand nombre de chercheurs francophones, mal à l’aise avec la langue allemande. Ce souci d’écrire pour un vaste public se poursuit dans la façon dont est construit cet ouvrage dont les propos sont accompagnés d’illustrations en couleur de grande qualité : il s’agit de photographies, de dessins au trait, de tableaux, mais également de reconstitutions graphiques de la structure et de la position des défunts en leur attribuant un volume corporel arbitraire.

4La première partie (p. 11-83) présente les contextes de la découverte, les méthodes de fouilles selon qu’il s’agit des structures architecturales ou des squelettes, les interprétations fondées sur les données archéologiques, taphonomiques et ostéologiques. Ceci permet de reconstituer l’évolution du monument (de sa construction à son abandon), le caractère primaire de chacun des dépôts humains, la position initiale des défunts (généralement sur le dos, les membres inférieurs fléchis, les genoux vers le haut), la chronologie de leur installation fondée sur la chronologie de décomposition des segments anatomiques et la stratigraphie... Cette première partie contient, et c’est suffisamment rare pour le préciser, juste avant l’étude du mobilier, un catalogue des unités stratigraphiques et des structures (p. 70-74).

5Le seconde partie concerne les « Études spécifiques / Naturwissenschaftliche Untersuchungen », c’est-à-dire :
- Les datations radiocarbone. Dix-sept mesures ont été effectuées sur des os et des dents humaines ainsi que sur deux charbons de bois. Les choix et les protocoles sont clairement expliqués. Les données qui étayaient la chronologie présentée dans l’étude préliminaire de 1999 sont reprises, critiquées, associées ou rejetées. Les derniers défunts auraient été déposés au cours de la deuxième moitié du XXVe siècle, alors que la sépulture aurait accueilli les premiers individus au cours de la première moitié du XXVIe siècle, soit entre 2550 et 2450 av. J.-C. Cette fourchette se voit réduire, grâce aux données archéologiques et taphonomiques, à la transition XXVIe-XXVe siècles.
- L’étude anthropologique. Presque paradoxalement, les méthodes pour l’estimation de l’âge et la détermination du sexe sont moins étayées que pour les datations radiocarbone ; en revanche, la différence entre maturité biologique et maturité sociale est abordée. Les pathologies, les traumatismes et les caractères discrets (problèmes dentaires, fractures, arthrose, carences, ostéoporose…) sont recensés avec le souci d’intégrer la durée d’évolution de l’anomalie (de son apparition sur le vivant jusqu’aux stigmates laissés sur l’os), ainsi que sa résonnance sur le court, long ou moyen terme (invalidation partielle ou totale, modification de la posture…) et éventuellement sur le groupe lui-même.

6Ce chapitre ce termine logiquement sur le « Catalogue des individus / Individuenkatalog » (p. 140-157) qui contient, entre autres informations, les schémas de conservation de chaque squelette.

7Les trois chapitres suivants, bien que mettant en scène chacun une approche spécifique (l’analyse de l’ADN ancien, l’étude des traits non métriques dentaires et les analyses isotopiques), donnent des résultats complémentaires sur l’identification de ce petit groupe d’individus. Il semble que les hommes et l’immature (12-15 ans) de sexe indéterminé soient d’origine locale, alors que les femmes auraient passé une partie plus ou moins grande de leur croissance dans un autre environnement ; elles auraient ensuite intégré le groupe autochtone. Celui-ci fonctionnerait donc selon un système exogamique et patrilocal. Il différait alors des autres nécropoles de la même période par une mobilité réduite d’une partie de la population, privilégiant les réseaux microrégionaux.

8Pour chacune de ces trois approches, le choix des échantillons, les protocoles d’étude sont clairement énoncés et le chercheur bénéficie (p. 217-219) d’une présentation des préparations et analyses des échantillons isotopiques (carbone et azote, strontium, oxygène).

9Le dernier chapitre de cette deuxième partie traite, sous l’appellation « petite faune / Kleintierbesiedlung », de la faune intrusive et d’autres restes animaux dont l’apport ne serait pas humain. L’étude de cette petite faune sert de support à la caractérisation du biotope à proximité de la tombe. La présence de restes d’amphibiens et de reptiles, de petits mammifères (insectivores et rongeurs) et de mollusques terrestres induirait l’existence dans les environs immédiats du monument de prairies humides, voire gorgées d’eau. Les os immatures (nouveau-nés et juvéniles) de chien ou de renard (avec une préférence pour ce dernier), les restes de jeunes lièvres, de perdrix et des fragments d’os de poissons dont certains montrent des traces liées à la digestion, entreraient dans un autre scénario. Les auteurs envisagent l’existence d’une tanière de renard dans laquelle seraient morts des renardeaux et dont les vestiges de mammifères, d’oiseaux et de poissons pourraient être attribués à des restes de proies. L’ensemble des ces restes fauniques témoignerait de l’existence, à côté de prairies humides, de zones sèches et riches en arbustes.

10La troisième partie répertorie les lieux d’inhumations dans le canton d’Argovie et les régions périphériques (p. 233-266), puis les auteurs tentent de replacer la sépulture collective de Spreitenbach dans un contexte funéraire européen (p. 267-286). Ainsi, cette sépulture témoignerait de fortes influences provenant d’Allemagne du Sud.

11Dans la quatrième et dernière partie, les principaux résultats issus des analyses concernant la sépulture collective de Spreitenbach seront réunies, interconnectés et discutés dans leur ensemble (p. 287).

12Cet ouvrage bilingue, par sa conception résolument pédagogique et fondamentalement archéométrique, ouvre la discussion par des approches qui restent novatrices, mais qui s’appuient sur les données archéologiques rigoureusement documentées et critiquées. Facile d’accès pour les jeunes étudiants grâce à ces nombreuses synthèses, il sera également une référence pour les chercheurs aguerris puisqu’il offre de nombreuses possibilités de critiques (constructives) sur les méthodes et protocoles utilisés. Il pourrait également faire référence par sa présentation tant générale que spécifique. On se réjouit que cet ensemble funéraire modeste ait pu faire l’objet d’un ouvrage et non pas d’un article forcément limité aux données synthétiques.

Haut de page

Bibliographie

BLEUER E., HUBER H., LANGGEGER E., 1999, « Das endneolithische Kollektivgrab von Spreitenbach im Kanton Aargau », Archéologie Suisse, 22, 3, p. 114-122.

LECLERC J., TARRÊTE J., 1990, « Sépulture », in : LEROI-GOURHAN A. éd., Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, Presses Universitaires de France, p. 936-964.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Germaine Depierre, « Thomas DOPPLER dir. et alii, Spreitenbach-Moosweg (Aargau, Schweiz) : ein Kollektivgrab um 2500 v. Chr. / Spreitenbach-Moosweg (Argovie, Suisse) : une sépulture collective vers 2500 av. J.-C. », Revue archéologique de l’Est, Tome 62 | 2013, 475-476.

Référence électronique

Germaine Depierre, « Thomas DOPPLER dir. et alii, Spreitenbach-Moosweg (Aargau, Schweiz) : ein Kollektivgrab um 2500 v. Chr. / Spreitenbach-Moosweg (Argovie, Suisse) : une sépulture collective vers 2500 av. J.-C. », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 62 | 2013, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rae.revues.org/7881

Haut de page

Auteur

Germaine Depierre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page