Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Bruno Chaume

Christian BOLLACHER, Die keltische Viereckschanze “Auf der Klinge” bei Riedlingen

 Stuttgart, K. Theiss, 2009, 391 p., 43 p. de pl. (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 88). ISBN : 978-3-8062-2282-1.
p. 476-479

Texte intégral

1L’ouvrage de Christian Bollacher avec les contributions d’Anne Bouchette pour l’archéobotanique et de Monika Doll pour l’archéozoologie, a été édité en 2009 par le service des fouilles du Bade-Wurtemberg et Konrad Theiss. Il porte le n° 88 dans la tomaison de la série des Materialhefte zur Archäologie.

2Il est consacré principalement à la publication monographique de l’enceinte quadrangulaire de Riedlingen “Klinge” mais aussi, pour partie, au travers de l’étude archéo-botanique, aux habitats ouverts du Hallstatt-La Tène ancienne constitués de fosses et de fonds de cabane qui se situaient à une centaine de mètres du Viereckschanze. Cette monographie de 391 pages et de 43 planches comporte quatre grands chapitres :
- Zur Geschichte der Viereckschanzenforschung (p. 13-19) ;
- Die mittel- bis spätlatènezeitlichen Siedlungsspuren auf der
Riedlinger “Klinge” (p. 20-181) ;- Die Viereckschanze auf der Riedlinger “Klinge” im Kontext der Mittel- und Spätlatènezeit des Voralpenraumes (p. 183-201) ;- Inventaire des découvertes (p. 197-214) : description des 43 planches.

3Les études présentées dans les deux gros chapitres finaux, consacrés aux analyses archéobotaniques publiées en français dans le texte par Anne Bouchette (p. 225-286) et archéozoologiques de Monika Doll – Die Tierknochenfunde der Viereckschanze Klinge bei Riedlingen (p. 287-373) – apportent une contribution essentielle à la détermination de la fonction du site.

4L’enceinte quadrangulaire de Riedlingen “Klinge” a été découverte en 1989 à l’occasion d’une prospection aérienne d’O. Braasch. Menacée par la construction d’un lotissement, elle a fait l’objet d’une fouille de sauvetage exhaustive de 1990 à 1997 sous la direction de F. Klein du service des fouilles du Bade-Wurtemberg.

5L’enclos de Riedlingen “Klinge” dominait à l’est la vallée du Danube ; il s’agissait d’un vaste quadrilatère de 117 m de longueur pour 105 m de largeur qui avait été implanté sur un terrain pentu d’inclinaison nord-est/sud-ouest. Cette pente a joué un rôle notable dans la conservation différenciée des structures et notamment pour le fossé. La superficie enclose couvrait 0,8 ha.

6Les matériaux extraits du fossé lors de son creusement ont servi à édifier un vallum en terre le long du bord interne de l’enclos. L’absence d’interruption du fossé indique que l’entrée se faisait au moyen d’un pont jeté sur celui-ci. Une tour/entrée, placée sur le côté est de l’enceinte, en situe l’emplacement. À l’intérieur de l’enceinte, dix-sept structures ont été reconnues. Le bâtiment n° 1, qui se situait en face de l’entrée et le bâtiment n° 3, placé près du côté sud de l’enclos, sont des maisons d’habitation sur poteaux porteurs aux dimensions respectables. La maison 1 était constituée de deux modules de 6 m au carré donnant à l’ensemble une surface interne d’une centaine de m2. Les parois en clayonnage du bâtiment 1 portaient les traces d’un enduit peint. C. Bollacher ne se prononce par sur la fonction du bâtiment n° 3 mais les dimensions (16,80 m de longueur sur 8,80 m de largeur) et le plan indiquent très probablement que nous avons affaire à une maison d’habitation.

7Le bâtiment 2, de forme quadrangulaire à six trous pour poteaux porteurs, a été interprété comme un grenier surélevé.
Deux silos enterrés et six greniers sur quatre poteaux porteurs (constructions nos 7, 12-16) complètent le dispositif des structures de stockage.
L’entrée/tour (construction n° 10) défendait un passage de 6,50 m de largeur pour 9,50 m de longueur qui servait à pénétrer dans l’enclos.
Les grands bâtiments ont souvent plusieurs phases constructives. Il eût été intéressant de présenter sur un plan la chronogenèse des constructions ; le propos y aurait gagné en clarté.

8Parmi la série de petits objets, relativement abondants pour ce type de structure, on note que le spectre chronologique des fibules couvre les périodes de LTC1-LTD1. Les modèles les plus anciens sont de schéma La Tène moyenne ; toutefois la majorité des fibules est représentée par le type de Nauheim, caractéristique de LTD1.

9L’enceinte quadrangulaire de Riedlingen “Klinge” possédait deux puits d’une dizaine de mètres de profondeur qui ont été datés par dendrochronologie. Le plus ancien (puits 2) a livré une date de 180 ± 10 av. J.-C., le plus récent a donné une date de 177 av. J.-C. Les comblements des puits étaient riches en macro-restes. De nombreux taxons en proviennent. Les données carpologiques n’ont rien livré qui puissent étayer une hypothèse cultuelle ; au contraire, elles témoignent plutôt d’une utilisation comme puits à eau avant que les puits ne fussent reconvertis en fosses-dépotoirs. Le contexte d’habitat est donc bien caractérisé, les données fauniques vont dans le même sens.

10Dans son préambule, C. Bollacher pose la problématique générale des Viereckschanzen pour lesquels les interprétations ont oscillé au fil du temps et des modes entre fonction domestique et cultuelle. C. Bollacher cible principalement ses critiques sur l’article de M.L. Murray. Ce dernier, dans une contribution remarquée, a cherché à nuancer la thèse dominante, celle des structures cultuelles, qui avait cours au moment de la rédaction de son article. Il dressait le constat suivant pour appuyer sa démonstration : “The lack of small finds and other domestic debris argues against the use of Viereckschanzen as normal habitation loci and suggests that activity in the interior was discontinuous and not intensive” (MURRAY, 1995, p. 130). Par “small finds”, Murray entendait les objets autres que céramiques. L’hypothèse qu’il développe est celle de lieux festifs ; M.L. Murray parvient à cette conclusion en comparant le mobilier des habitats, plus particulièrement la céramique, avec celui des Viereckschanzen. Il y trouve des différences importantes, ce que réfute, nous pensons avec justesse, C. Bollacher. La relative pauvreté des découvertes dans ces enclos tient surtout au fait qu’ils sont souvent très érodés, les sols d’occupation ne sont plus conservés et les puits qui ont servi aux rejets détritiques dans une seconde phase de leur utilisation sont peu nombreux à avoir été fouillés complètement.

11Deux articles parus récemment proposent un survol rapide de l’histoire de la recherche sur cette question des Viereckschanzen (CHAUME, REINHARD, 2007 ; NICOLAI, 2009). Ilsmontrent qu’il revient à K. Schwarz d’avoir pris la malheureuse initiative de cette dérive interprétative.

12En effet, le modèle des Viereckschanzen (littéralement enclos quadrangulaires) a été élaboré initialement par Klaus Schwarz à la fin des années cinquante sur la base des résultats des fouilles d’Holzhausen (SCHWARZ, 1962) et de Dornstadt-Tomerdingen (fouilles H. Zürn en 1958-1959). Les puits, élément central de la discussion, étaient considérés par K. Schwarz comme cultuels, opinion derrière laquelle se rangeait une large majorité de chercheurs. C’est la présence de matières phosphatées dans les sédiments du comblement (à Holzhausen et Tomerdingen) qui constituait pour Schwarz un argument fort en faveur de l’hypothèse de pratiques sacrificielles dont les puits auraient été les réceptacles.
En fait, ces puits qui atteignaient la nappe phréatique servaient tout simplement à l’alimentation en eau potable. Lors des phases de reconstruction et/ou de réoccupation du Viereckschanze, un nouveau puits était creusé qui remplaçait le précédent, lequel devenait alors un dépotoir.

13À la suite des travaux de Schwarz, la notion de Viereckschanze sera petit à petit assimilée à celle de structure cultuelle par référence au temenos grec (SCHWARZ, 1975). Ce n’est que dans la dernière décennie que G. Wieland et A. Neth notamment, mais D. Planck les avait précédés en ce sens (PLANCK, 1982), proposeront une nouvelle lecture des données (WIELAND, 1995 ; WIELAND, 1996, p. 37-47 ; WIELAND, 1999, p. 271-273 ; NETH, 1996, 1998, 1999, 2000).

14L’idée que les Viereckschanzen aient pu être des enceintes cultuelles a pénétré durablement la communauté scientifique française sous l’impulsion d’O. Buchsenschutz, co-éditeur avec L. Olivier des actes du colloque AFEAF de Chateaudun qui était consacré à ce thème (BUCHSENSCHUTZ, 1978, 1989, 1991 ; BUCHSENSCHUTZ, OLIVIER dir., 1989). On s’accrochera longtemps à ce modèle de la structure cultuelle, jusqu’au jour où des Viereckschanzen relativement bien conservés seront fouillés et d’anciennes découvertes réinterprétées à l’occasion de publications monographiques (Tomerdingen, ZÜRN, FISCHER, 1991 – Fellbach-Schmiden, PLANCK, 1982 ; WIELAND, 1999 – Bopfingen, KRAUSE, WIELAND, 1993 – Nordheim, NETH, 1996, 1998, 1999, 2000 – Blaufelden, STOCK, 1996, 1998).

15C’est dans la continuité de ces travaux que le site de Riedlingen “Klinge” prend place ; il contribue pleinement à confirmer la fonction domestique de ces structures et sur ce plan, l’étude archéo-botanique apporte une contribution décisive.

16Les publications récentes ont sonné le glas de la fonction cultuelle de ces grandes enceintes quadrangulaires au profit d’une destination agricole. G. Wieland, qui a fait beaucoup pour infléchir l’interprétation vers la fonction domestique, les considère aujourd’hui comme des domaines de hobereaux (Gutshöfe des Landadels).
Si l’on devait trouver une filiation originelle aux Viereckschanzen, c’est avec, nous semble-t-il, les Herrenhöfe du Hallstatt D de Bavière et de l’est wurtembergeois que le lien s’établirait. Ces structures partagent en effet des caractéristiques morphologiques et fonctionnelles qui, selon nous, justifient ce rapprochement, l’ensemble s’inscrivant dans l’évolution de l’architecture rurale dont ces structures constituent une étape importante.

Bibliographie

BUCHSENSCHUTZ O., 1978, « Faux camps romains… vraies enceintes cultuelles ? », in : Travaux militaires en Gaule romaine et dans les provinces du Nord-ouest, Actes du colloque de Paris, ENS, 5-7 mai 1978, Tours, Univ. de Tours, p. 287-298 (28ème suppl. à Caesarodunum).

BUCHSENSCHUTZ O., 1989, « Introduction », in : BUCHSENSCHUTZ O., OLIVIER L. dir., Les ‘Viereckschanzen’ et les enceintes quadrilatérales en Europe celtique, Actes du 9ème colloque de l’AFEAF, Chateaudun, 16-19 mai 1985, Paris, éd. Errance, p. 5-9 (Coll. Archéologie Aujourd’hui).

BUCHSENSCHUTZ O., 1991, « Viereckschanzen et sanctuaires de l’Europe celtique », in : Brunaux J.-L. dir., Les sanctuaires celtiques et le monde méditerranéen, Actes du colloque de Saint-Riquier, 8-11 nov. 1990, Paris, éd. Errance, p. 106-112 (Coll. Archéologie Aujourd’hui - Dossiers de Protohistoire, 3).

BUCHSENSCHUTZ O., Olivier L., 1989 dir., Les ‘Viereckschanzen’ et les enceintes quadrilatérales en Europe celtique, Actes du 9ème colloque de l’AFEAF, Chateaudun, 16-19 mai 1985, Paris, éd. Errance, 174 p. (Coll. Archéologie Aujourd’hui).

CHAUME B., REINHARD W., 2007, « Les dépôts de l’enclos cultuel hallstattien de Vix ‘Les Herbues’ et la question des enceintes quadrangulaires », Bull. de la société préhistorique française, t. 104, n° 2, p. 343-367.

KRAUSE R., WIELAND G., 1993, « Eine keltische Viereckschanze bei Bopfingen am Westrand des Rieses : ein Vorbericht zu den Ausgrabungen und zur Interpretation der Anlage », Germania, 71, p. 59-112.

MURRAY M.L., 1995, « Viereckschanzen and feasting : socio-political ritual in Iron Age central Europe », European Journal of Archaeology, 3, n° 2, p. 125-151.

NETH A., 1996, « Zum Abschluß der Grabungen in der keltischen Viereckschanze bei Nordheim, Kreis Heilbronn », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 1996, p. 79-85.

NETH A., 1998, « Zum Beginn der Ausgrabungen in der zweiten Viereckschanze von Nordheim, Kreis Heilbronn », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 1998, p. 121-124.

NETH A., 1999, « Zum Fortgang der Ausgrabungen in der zweiten Viereckschanze bei Nordheim, Kreis Heilbronn », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 1999, p. 75-79.

NETH A., 2000, « Zum Abschluss der Ausgrabungen in der zweiten Viereckschanze bei Nordheim, Kreis Heilbronn », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 2000, p. 80-84.

NICOLAI C. von, 2006, Sakral oder profan ? Späteisenzeitliche Einfriedungen in Nordfrankreich und Süddeutschland, Leipzig, Universität Leipzig, 21 p. (Leipziger online-Beiträge zur Ur- und Frühgeschichtlichen Archäologie, 22).

NICOLAI C. von, 2009, « La question des Viereckschanzen d’Allemagne du Sud revisitée », in : BERTRAND I., DUVAL A., GOMEZ de SOTO J., MAGUER P., Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique, Actes du XXXIème colloque international de l’AFEAF, Chauvigny (Vienne, F.), 17-20 mai 2007, t. II. Chauvigny, Ass. des publ. Chauvinoises, p. 245-280.

NICOLAI C. von, 2011, « Viereckschanzen tra sacro e profano », in : CANTINO WATHAGIN G. dir., Finem dare : il confine, tra sacro, profano e immaginario : a margine della stele bilingue del Museo Leone di Vercelli, Vercelli, Ed. Mercurio, p. 217-241 (Coll. Studi umanistici).

PLANCK D., 1982, « Eine neuentdeckte keltische Viereckschanze in Fellbach-Schmiden, Rems-Murr-Kreis : Vorbericht der Grabungen 1977-1980 », Germania, 60, 1, p. 105-172.

SCHWARZ K., 1962, « Zum Stand der Ausgrabungen in der spätkeltischen Viereckshanze von Holzhausen », Jahresbericht der bayerischen Bodendenkmalpflege, 3, p. 22-74.

SCHWARZ K., 1975, « Die Geschichte eines keltischen Temenos im nördlichen Alpenvorland », in :Ausgrabungen in Deutschland. 1,Vorgeschichte. Römerzeit, Bonn, R. Habelt, p. 324-358 (Monographien - Römisch-Germanische Zentralmuseum, 1).

STORK I., 1996, « Eine neu entdeckte keltische Viereckschanze in Blaufelden, Kreis Schwäbisch Hall », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 1996, p. 87-91.

STORK I., 1998, « Zum Abschluß der Ausgrabungen in der Viereckschanze von Blaufelden, Kreis Schwäbisch Hall », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 1998, p. 115-120.

WIELAND G., 1995, « Das spätkeltischen Viereckschanzen in Süddeutschland : Kultanlagen oder Rechteckhöfe », in : HAFFNER A. dir., Heiligtümer und Opferkulte der Kelten, Stuttgart, K. Theiss, p. 85-99 (Archäologie in Deutschland, Sonderheft, 1995).

WIELAND G., 1996, Die Spätlatènezeit in Württemberg : Forschungen zur jüngeren Latènekultur zwischen Schwarzwald und Nördlinger Ries, Stuttgart, K. Theiss, 340 p., 119 pl. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 63).

WIELAND G., 1999, Die keltischen Viereckschanzen von Fellbach-Schmiden (Rems-Murr-Kreis) und Ehningen (Kreis Böblingen), Stuttgart, K. Theiss, 281 p., 47 pl., 3 dépl. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 80).

ZÜRN H., FISCHER F., 1991, Die keltische Viereckschanze von Tomerdingen (Gem. Dornstadt, Alb-Donau-Kreis) Ausgrabung 1958/59, Stuttgart, K. Theiss, 62 p., 51 pl., 3 dépl. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 14).

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Chaume, « Christian BOLLACHER, Die keltische Viereckschanze “Auf der Klinge” bei Riedlingen », Revue archéologique de l’Est, Tome 62 | 2013, [En ligne], mis en ligne le 11 décembre 2014. URL : http://rae.revues.org/7882. consulté le 26 mars 2017.

Auteur

Bruno Chaume

Articles du même auteur

Droits d'auteur

© Tous droits réservés