Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Albéric Olivier

Danielle MAGNAN, Didier VERMEERSCH, Guy LE COZ, Les édifices de spectacle antiques en Île-de-France

Tours, FERACF, 2012, 393 p., ill., plans (39ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France). ISBN : 978-2-913272-24-8. Prix : 45 €.
p. 479-483

Plan

Texte intégral

1La Revue Archéologique de Centre de la France a eu la bonne idée de proposer pour son 39ème supplément ce livre consacré à six édifices de spectacle de la région parisienne. Cet ouvrage de 393 pages propose la mise au net d’études de monuments divers qui ont pour sujet des édifices de spectacle, théâtres et amphithéâtres d’époque gallo-romaine, situés autour de la capitale. Le choix des édifices analysés est lié à l’état d’avancement des dossiers.

2Après le sommaire détaillant le plan de l’ouvrage, Françoise Dumasy signe une préface où est exposé l’esprit de cet ouvrage et esquissée la question du vocabulaire définissant ces monuments : c’est l’occasion de dire que cette question n’est pas nouvelle car une gravure sur bois du XVIIIe siècle donnant une vue de Vérone, indique l’utilisation du mot « theatrum » pour l’amphithéâtre et d’« Arena Minor » pour le théâtre (fig. 1).

image

Fig. 1. Gravure sur bois du XVIIIe s. représentant la ville de Vérone où le terme theatrum est utilisé pour l’amphithéâtre et celui d’Arena Minor pour le théâtre.

3Une première partie de 28 pages fait état des recherches régionales dans le domaine des spectacles, avec un utile inventaire de ces monuments, accompagné de plans et photos aériennes, complété par des documents et des objets liés aux spectacles antiques trouvés dans la région étudiée, des stucs, des enduits, des lampes, jetons, fibules, etc. Dans la deuxième partie sont groupés les édifices d’Épiais-Rhus (Val-d’Oise), 20 pages, et les arènes de Lutèce, 36 pages. La troisième partie, 128 pages, est consacrée aux trois édifices de spectacle de Meaux alors que la quatrième partie de 125 pages traite du monument de Beaumont-sur-Oise.

4Que les édifices soient célèbres comme les arènes de Lutèce, ou nouvellement étudiés, les auteurs ont eu le souci de les présenter dans leur contexte, de les situer dans leurs cadres géographique et topographique, de réunir toutes les données les concernant. Il s’agit d’un travail en profondeur sur les archives, qu’elles soient récentes ou anciennes. Une autre qualité qu’il faut souligner est l’utilisation d’échelles graphiques homogènes, le 1/1000 étant fréquent, petite échelle mais qui permet des comparaisons immédiates. Dans le cours de l’ouvrage les auteurs et les éditeurs ont eu à cœur de faciliter la lecture des figures, souvent en extrayant un détail et en le plaçant à côté du plan d’ensemble, la figure 79, p. 135, par exemple.

Épiais-Rhus, Val d’Oise, fouillé dans les années 70

5La figure 29, p. 51, donne le plan de deux monuments juxtaposés, d’une part, une partie de la cavea d’un théâtre avec ses gradins et, d’autre part, un long mur courbe entre deux petits retours d’angle. À l’évidence, ces deux monuments voisins dans l’espace n’ont rien de commun et la tentative de rapprochement ou d’intégration de la fig. 40 semble vouée à l’échec. Cependant dans la zone fouillée appartenant au théâtre se trouve une succession de gradins avec dossier, détail absolument unique que Françoise Dumasy a souligné dans sa préface. Le lecteur regrettera beaucoup l’absence d’une coupe transversale portant sur une douzaine de gradins, la seule coupe de détail publiée (fig. 36) n’est pas très facile à lire et ne reflète pas l’intérêt de cette disposition. Plusieurs gradins sont des blocs inscrits (p. 60). Heureusement la photo (fig. 34) donne une petite idée de cette cavea aux gradins originaux dont le croquis ci-joint peut donner une idée (fig. 2).

image

Fig. 2. Théâtre d’Épiais-Rhus : croquis approximatif des gradins à dossier. Éch. 1/40.

6Ces gradins mériteraient à eux seuls de refaire une fouille locale pour établir une documentation exemplaire de cet ensemble rarissime. Des sondages ont été exécutés dans la zone de la scène, d’où ont été exhumés des fragments d’architecture : principalement des parties supérieures de chapiteaux composites où les palmettes se rejoignent au milieu de la face, liées par un petit bandeau, pour remplacer le fleuron. Il est possible de les rapprocher d’un exemplaire de la villa d’Andilly en Haute-Marne ou encore de Grand dans les Vosges (Yvon Maligorne et Anaïs Guillem, ‘Les éléments lapidaires’, in : L’agglomération antique de Grand, Projet collectif de recherche 2012-2014, p. 85). Ces fragments suffisent à montrer l’intérêt de ce petit théâtre de 60 m de largeur.

Paris

7Pour les arènes de Lutèce, fouillées principalement à la fin du XIXe siècle, le dossier a été repris avec courage et présenté chronologiquement. Il s’agit d’un monument à la fois très célèbre mais mal connu. On saura gré à Guy Le Coz d’avoir mis de l’ordre dans cette documentation complexe et d’avoir redonné vie à des informations anciennes pour aboutir au plan de la page 85 qui montre ce qui a été réellement vu, plan précieux qui fait comprendre l’importance des reconstitutions et des extrapolations. Bien entendu des détails en coupe et élévation auraient très utilement compété le dossier. Quoi qu’il en soit les restitutions permettent de se faire une idée de la façon dont les auteurs ont compris le monument. Les architectes Formigé, père et fils, en ont donné des dessins si forts, si bien dessinés que les archéologues successifs qui se sont intéressés à ce monument ont eu de la peine à s’écarter des images proposées par ces auteurs : des quatre restitutions en perspective aérienne de la fig. 53, proposées par L. Renou, J.-C. Golvin, A.-B. Pimpaud, M.O. Agnès et G. Valayer, seule celle de L. Renou a renoncé à la galerie périmétrale avec arcades, mais pour le reste, et spécialement le bâtiment de scène, tous les auteurs sont restés dans la vision Formigé.

8Cependant deux questions au moins n’ont pas été suffisamment examinées et remises en question par les différents archéologues qui se sont intéressés à ce prestigieux monument, celle de la pente de la cavea et de la forme des gradins, ainsi que celle touchant à la forme du bâtiment de scène.

9- La pente de la cavea médiane serait selon les fouilleurs de 18° (p. 90) d’après la trace des vestiges retrouvés en place. Si l’on met en relation cette pente avec les hauteurs des gradins inscrits donnés à la figure 56, qui sont comprises entre 28 et 38 cm, il apparaît que ces gradins devraient être formés d’une série de banquettes de pierre concentriques, les pieds des spectateurs supérieurs étant posés derrière la banquette inférieure et non sur le gradin inférieur, comme c’est le cas pour les théâtres et les amphithéâtres romains dont la pente de la cavea est supérieure. Cela donne une pente beaucoup plus faible que celle dessinée par les Formigé, qui se sont explicitement inspirés des monuments du Midi, Arles et Nîmes : un croquis en coupe présente deux variantes avec une même pente de 18° mais une distance différente entre gradins (fig. 3).

image

Fig 3. Arènes de Lutèce. Croquis montrant un aménagement possible des gradins en utilisant la pente de 18° observée par les fouilleurs, avec deux variantes de profondeur, 80 et 90 cm.

10- La question touchant à la scène et son décor est plus complexe parce que les fondations mises au jour restent énigmatiques : une succession de neuf niches de plan alternativement rectangulaire et semi-circulaire de 3,50 m de largeur forment ensemble un bâtiment de plus de 41 m de longueur et de 3,50 m de profondeur. Cette structure singulière et très arasée est difficile à interpréter. De plus le niveau des seuils d’entrée de ces niches est relativement peu élevé au-dessus de l’arène, entre 1,85 m et 2 m si l’on se fie aux coupes de la page 87. Les restitutions monumentales et séduisantes du mur de scène par les Formigé montrent que le mur du podium a été réduit en hauteur précisément pour faire correspondre le sol de la scène avec les seuils des niches, donc de considérer cette structure comme la véritable scaenae frons, dont les colonnes superposées et libres (non engagées) des ordres de la façade seraient supportées par l’épais mur observé devant cette structure. Pourquoi ne pas revenir sur des propositions déjà exprimées, consistant à considérer que ce monument a d’abord été un véritable amphithéâtre complet ? En observant le plan de la page 85, il est clair que, hormis le départ du mur périmétral au S.-E., rien n’a été vu de la moitié orientale du monument. Pourquoi ne pas faire l’hypothèse d’un premier amphithéâtre qui aurait été transformé en théâtre à arène ? Dans ce cas, l’ensemble long de 41 m avec les niches pourrait être considéré comme la fondation du pulpitum (sol de la scène) dont le mur du fond serait plus de 8 m en arrière, les premiers gradins pouvant faire encore le tour complet de l’arène. Dans cette hypothèse, le mur du podium aurait été conservé et les salles aux extrémités du petit axe de l’arène pouvaient être voûtées, ce qui n’est pas possible chez les Formigé. Enfin les difficultés rencontrées par les auteurs concernant la forme et l’extension du pulpitum proprement dit seraient annihilées. Bien entendu il faut prendre ce qui précède pour des hypothèses de travail.

Meaux

11La ville antique de Meaux, avec ses trois monuments de spectacle, est un peu exceptionnelle. Sauf pour le théâtre de la rue Camille-Guérin connu par trop peu d’éléments, il s’agit de monuments aux dimensions modestes, un amphithéâtre et un théâtre. Danielle Magnan a présenté pour ces trois monuments une documentation aussi complète que possible qui facilitera grandement le travail des futurs archéologues.

121/ L’histoire de l’amphithéâtre de la Croix-Saint-Faron est fort bien racontée. Fouillé de 1882 à 1886 par l’abbé Thiercelin qui en a établi une excellente documentation, spécialement le plan de la moitié de l’arène, et des aquarelles très suggestives donnant le détail en relief des vestiges du podium découverts chaque année de fouille. L’amphithéâtre, construit dans une zone humide à la limite septentrionale de la cité antique, a ensuite si complètement disparu, ainsi que la relation du fouilleur, qu’il a été difficile de le retrouver. Toute cette histoire bien détaillée est maintenant connue et les aquarelles qui avaient été heureusement photographiées avant l’égarement du rapport, ont été publiées ici.

132/ Le théâtre de La Bauve, situé à 1 km à l’est de l’agglomération antique, est lié au sanctuaire connu pour ses temples jumeaux du type fanum. Il s’agit ici de la publication d’une fouille préventive dans une zone sensible dont les vestiges mis au jour donnent une idée assez précise du monument malgré ses lacunes et son niveau de destruction. Les sondages ont permis de découvrir toute la partie occidentale de ce monument, les murs rectilignes de la façade, l’amorce des murs périmétraux et des éléments de l’orchestra, en tout cas suffisamment d’éléments pour esquisser les deux étapes dans la vie de ce théâtre de 90 m de diamètre.

143/ Le troisième monument considéré comme un théâtre, situé au centre de l‘agglomération antique, n’est connu que par une fouille effectuée en 1993-1994, couvrant un terrain de 77 x 14 m le long de la rue Camille-Guérin. Un long et puissant mur courbe M1 appartenant à un monument de plus de 180 m de diamètre, flanqué de onze contreforts, eux-mêmes prolongés, a été construit en avant d’un autre mur rectiligne M12 situé 1,50 m derrière lui. Ce dernier mur, flanqué à intervalles réguliers de petits ressauts peu saillants appelés « pilastres » par les fouilleurs, est pratiquement rectiligne ; il semble cependant avoir un rayon de courbure mais beaucoup plus grand que M1 au regard des photos des pages 171 et 197 et du plan de la page 167. Quelle relation ces murs ont-ils entre eux ? La solution privilégiée par les auteurs est de considérer le mur M1 comme le deuxième état, une extension du monument, le mur M12 appartenant au premier état ; les prolongements des contreforts de M1 témoigneraient d’un troisième état (fig. 118-3). Cependant le diamètre de ce monument gigantesque n’a cessé de troubler les fouilleurs, et bien que le théâtre semble avoir leur préférence, ils ont esquissé aussi l’hypothèse de considérer ces murs comme une partie d’un amphithéâtre (fig. 116).

15À l’examen des informations données, il serait peut-être possible de proposer une hypothèse pour surmonter les contradictions. En effet, il paraît surprenant d’avoir construit un nouveau mur si près du précédent pour justifier l’extension d’un monument déjà gigantesque. Le fait qu’il ait paru nécessaire de prolonger les contreforts de ce puissant mur M1 indique que les sols ne devaient pas être suffisamment stables pour supporter ces murs. La très légère courbure observée sur le mur M12 n’est peut-être que le résultat d’une fondation insuffisante ayant entraîné une légère déformation. D’autre part l’extrémité occidentale de ce mur M12, appelé dans la publication M19, est interrompue par un chaînage de grand appareil fait de blocs de 30 à 40 cm de hauteur, qui peut être compris comme un angle de ce mur d’une épaisseur moyenne de 1,50 m. Pourquoi ne pas considérer ce mur M12-M19 comme le mur de façade d’un bâtiment de scène saillant comme on peut en voir à Beaumont-sur-Oise, par exemple ? Dans cette hypothèse, le mur M1 avec ses puissants contreforts serait le résultat de la transformation d’un « théâtre de type gallo-romain » en amphithéâtre, comme pourrait le suggérer notre croquis (fig. 4).

image

Fig. 4. Meaux. Théâtre de la rue Camille-Guérin. Hypothèse de travail : le mur M12/M19 appartiendrait à un premier théâtre, ultérieurement transformé en bâtiment à arène, voire en amphithéâtre grâce à un puissant mur périmétral M1 dont les contreforts auraient été renforcés après coup. A : limite de fouille ; B : bâtiment énigmatique, peut-être antique, dont le plan est mal assuré. Ce dessin est donné pour montrer qu’il est possible de construire un théâtre d’une certaine importance au sud du bâtiment B.

16Ainsi avant cette très importante modification, le théâtre serait inversé, la scène au sud et la cavea au nord, et pourrait être entièrement compris entre l’énigmatique monument rectangulaire long de 75 m et large de 30 cm dont le plan est le fruit d’une description orale très postérieure aux investigations mais que les auteurs ont été tentés d’intégrer au théâtre en tant que bâtiment de scène (p. 191). Pour le moment, ce monument reste énigmatique et il sera nécessaire de faire des investigations supplémentaires avant de le considérer comme le plus grand théâtre du monde romain.

Beaumont-sur-Oise

17La nécessité d’agrandir le lycée technique a entrainé une fouille de sauvetage en 1989-1990, menée sous la direction de Didier Vermeersch et Françoise Jobic avec le concours de Guy Le Coz pour les analyses architecturales, qui a amené les différents services, au vu des résultats obtenus par les archéologues lors des sondages, à faire une fouille complète de cet édifice de spectacle en vue de le conserver autant qu’il est possible. En l’intégrant aux futurs bâtiments du lycée, le plan de ces derniers en a été modifié pour tenir compte des vestiges : il faut souligner cette démarche responsable des personnes qui ont pris les décisions. De plus la publication ne s’est pas fait attendre, ce qui est une performance.

18Une longue introduction concerne l’implantation de la ville antique avec son réseau viaire et la construction du théâtre à l’intérieur d’une insula.
Le chapitre suivant « Structures de l’édifice de spectacle » comprend de multiples coupes stratigraphiques accompagnées chacune d’un tableau des unités stratigraphiques (U.S.) et d’un texte de description. Malheureusement cette partie est particulièrement ingrate à lire et à comprendre pour les raisons suivantes : les auteurs, totalement immergés dans leur fouille, semblent avoir oublié qu’il est absolument impératif de faciliter le travail du lecteur et de ne pas le prendre pour plus doué qu’il n’est. C’est l’une des recommandations si utile que nous livrait jadis le regretté Roland Martin. Ici, par exemple, il eut été très utile que chaque paragraphe illustré par une coupe stratigraphique soit précédé d’un texte liminaire pour justifier du choix de la coupe avec indication du but recherché. Les coupes elles-mêmes avec leur expression exclusivement linéaire sont rendues parfaitement abstraites et particulièrement difficiles à comprendre : pourtant un grisé sur les murs avec restitution en pointillé de leur largeur au-dessus et au-dessous de la coupe aiderait vraiment le lecteur ; l’indication précise des niveaux est absolument impérative mais ici, sur les quatorze coupes publiées, cinq n’ont aucune indication (3, 5, 6, 9 et 10), trois indiquent le niveau 33 NGF, cinq, 36 NGF et une 37 NGF. Ces indications avec un petit trait suivi de l’altitude (- 36,00 NGF) devraient être remplacées par un trait horizontal continu sur toute la longueur de la coupe pour pouvoir apprécier les pentes et les hauteurs relatives. Ainsi, hormis les coupes 80, 82 et 83 où l’échelle choisie ne le permet pas, sur les coupes 1, 4, 18, 84 et 87 le niveau de référence aurait pu être celui de l’arène, soit 32,50 comme sur les coupes de la fig. 152, p. 251 (à ce propos, le niveau indiqué sur les élévations des pages 328 et 329 n’est pas clairement indiqué, et même les échelles sont un peu différentes, 1/65 et 1/71 sans justification apparente).

19Enfin un dernier mot sur les unités stratigraphiques : s’il n’est déjà pas facile de rechercher ces nombres à quatre chiffres sur les tableaux annexés aux coupes, comment retrouver ces U.S. données dans les textes suivants consacrés aux différents états du monument ? Il me semble que pour garder les numéros des U.S. il serait bien utile de faire un tableau où seraient décrites toutes ces U.S. dans l’ordre pour les retrouver facilement et d’en faire une description à cet endroit qui pourrait être assez développée si nécessaire avec des rapprochements entre elles, des renvois aux coupes, etc. Par moment, il apparaît que les auteurs ne se sont pas dégagés du rapport de synthèse.

20Toutes les remarques qui viennent d’être faites expriment le regret de voir qu’un important travail d’investigation, de relevés, de réflexions, soit rendu si difficile à lire que le lecteur risque de renoncer à faire l’effort de le lire.

21Pour le fond, le lecteur est amené à faire confiance aux propositions énoncées et, il faut le reconnaître, l’évolution du monument semble claire. Parmi les détails dignes d’intérêt il faut citer la peinture murale qui ornait le mur du podium, les astuces trouvées par les constructeurs pour aménager les entrées « monumentales » aux extrémités du grand axe de l’arène et, mais ce n’est pas une exception, les gradins inscrits.

22En ce qui concerne les restitutions, la difficulté dans de nombreux théâtres à cavea pleine, est d’en préciser sa pente. Pourtant une indication est fournie par la coupe n° 84, p. 272 où la pente pourrait se situer entre 10 et 20 g (9 à 18°) ; les hauteurs de quelques gradins remployés sont au maximum de 37 à 39 cm, plusieurs autres étant moins hauts. Il faut, semble-t-il, s’orienter vers une solution analogue à celle qui a été proposée par Urs Niffeler au théâtre de Lenzburg, une série de banquettes de pierre ou de bois pour partie. Dans les restitutions proposées, il est difficile de justifier une précinction si monumentale en l’absence d’une fondation, alors qu’une circulation horizontale semble parfaitement plausible à cet endroit (suppression d’un rang de gradins par exemple).

23Malgré quelques points qui pourront être améliorés dans la seconde édition, cet ouvrage est vraiment utile pour connaître ces monuments aux techniques de construction simples mais qui ont des points communs comme les gradins inscrits et une cavea à faible pente et à structure pleine. Il doit figurer dans toutes les bibliothèques des amateurs d’antiquités.

Pour citer cet article

Référence électronique

Albéric Olivier, « Danielle MAGNAN, Didier VERMEERSCH, Guy LE COZ, Les édifices de spectacle antiques en Île-de-France », Revue archéologique de l’Est, Tome 62 | 2013, [En ligne], mis en ligne le 11 décembre 2014. URL : http://rae.revues.org/7883. consulté le 22 juin 2017.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés