Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Maria-Pia Darblade-Audoin

Gabrielle KREMER, avec des contr. de Christian GUGL, Christian UHLIR et Michael UNTERWURZACHER, Götterdarstellungen, Kult- und Weihedenkmäler aus Carnutum : Corpus Signorum Imperii Romani / Corpus der Skulpturen der römischen Welt : Österreich

Wien, Österreichische Akademie der Wissenschaften, 2012, 483 p., 213 pl. (1er suppl. à Carnutum).
p. 483-484

Texte intégral

1Ce nouveau volume du CSIR présenté par Gabrielle Kremer, de l’Österreichische Akadémie der Wissenschaften de Vienne, vient compléter les publications sur le matériel archéologique et les sculptures de Carnutum (Petronell) en Pannonie. Trois précédents volumes de la collection avaient entrepris de classer les sculptures en ronde-bosse et les reliefs de Carnutum sous l’égide de M-.L. Krüger (1967, 1970, 1972). Depuis longtemps Gabrielle Kremer travaille et publie sur les sculptures de Carnutum, qu’elle connaît parfaitement. Cette fois, il s’agit d’une remarquable synthèse sur les dieux de Carnutum, leurs représentations, leur culte et monuments établie à partir de tous les documents disponibles du site : statues, sculptures, reliefs, autels, bases inscrites, colonnes votives, inscriptions et fragments architecturaux inscrits. Ainsi on se sera pas étonné d’y retrouver quelques numéros des CSIR Carnutum I, II, et III, avec toutefois des notices rafraichies et de très nombreux inédits.

2Le premier chapitre se présente comme une grande introduction qui met en place le plan du volume et annonce la répartition du matériel utilisé, à savoir 59 % d’autels et de bases, 22 % de rondes-bosses, 9 % de reliefs, 4 % d’inscriptions, 1 % de colonnes votives, 2 % de fragments architecturaux, etc. Un tableau montre également la répartition de la nature des matériaux (marbres, calcaires..).

3Le deuxième chapitre raconte l’histoire des découvertes et les étapes successives des campagnes de fouilles de Carnutum depuis les observations de l’humaniste Wolfang Lazius au XVIe siècle jusqu’à nos jours. Cette partie permet aussi de comprendre la géographie de cette ville de garnison qui se partage entre la cité elle-même, le camp romain et le quartier des canabae,et la colline de Pfaffenberg.

4Le catalogue forme le troisième chapitre qui est partagé en rubriques déterminées par la nature de l’objet (sculptures en ronde-bosse, reliefs, autels, inscriptions, colonnes votives, fragments d’architectures). Dans chaque rubrique, les dieux y sont placés par ordre alphabétique. 772 documents font l’objet d’une notice.

5Le quatrième chapitre aborde les problèmes de datation. Si de nombreuses sculptures ont été datées par leur style (la méthode est expliquée et critiquée en fin de chapitre), les inscriptions militaires permettent de dresser des tableaux de datation plus précis. On sait que la production locale en pierre débute sous Claude avec la présence de la XVème légion Apollinaris. À l’époque d’Hadrien s’élève la cité civile, municipium Aelium Karnutum,tandis que sur le plateau de Pfaffenberg on bâtit en pierre la première phase du temple de Iuppiter Optimus Maximus et du culte impérial. La période de la guerre contre les Marcomans, sous le règne de Marc-Aurèle, marque une stagnation dans l’activité de construction sacrale, qui va reprendre sous le règne de Commode avec le monument de Némésis dans l’amphithéâtre et le Dolichenum dans les canabae. Le point d’activité le plus important se situe sous la période des Sévères : le municipe Aelium Karnutum devient alors colonia Septimia Aurelia Antoniniana Karnutum. Puis l’activité ralentit et la dernière inscription de construction date du milieu du IVe siècle. Le chapitre se clôt par une série de tableaux de synthèses mettant en relation inscriptions et monuments pour la ville de Carnutum, pour le camp romain et pour la colline de Pfaffenberg.

6Sur les 772 documents, 456 ont une provenance assurée. Le cinquième chapitre va localiser ces éléments sur des cartes et ainsi permettre de visualiser la géographie des cultes ou de la simple présence divine sur ce site étendu. C’est également l’occasion pour l’auteur de faire le point sur les connaissances des grands sites cultuels de Carnutum, en particulier les mithrea,qui ont fait l’objet d’une redondante bibliographie depuis le XIXe siècle, le sanctuaire de Némésis de l’amphithéâtre, les sanctuaires du camp romain, etc.

7Une comptabilité divine est minutieusement établie au chapitre 6. Il semble que tous les dieux de la mythologie, de l’Orient et de l’Occident se soient donné rendez-vous à Carnutum, avec dans le trio de tête Silvain, Jupiter et Mithra. Un nombre important de genius précède dans la liste Némésis, Mercure, Sol, Diane, Minerve, Hercule, Quadriviae, Fortuna, Iuno, Bacchus-Liber Pater/ Libera, Vénus, Dii deaeque, un empereur (?), Nymphes, Mars, Victoire, Trias Capitolina, Sarapis, Asclépios, Apollon, Mag(u)la, Attis, Eros, Divinité de fleuve, Ménades, Pan-Satyres, Sabazios, Cybèle, Magna Mater, Cavalier, Fontes, Isis, Déesses Mères, Parques, Dii Nocturni, Aequitas, Aera Cura, Bonus Eventus, Bona Valetudo, Campestres, Ceres, Deus Magnus, Dis Pater, Domnus et Domna, Epona, Fates, Harpocrate, Neptune, Priape, Tutela, Vulcain, Roma, Virtus… Sylvain, Jupiter, Mithra et quelques principaux dieux font l’objet d’une étude particulière avec une carte de localisation par divinité et l’étude des dédicants pour les inscriptions.

8Le chapitre 7 reprend l’étude avec cartes de localisation à l’appui, des dédicaces publiques et privées, et étudie l’origine sociale des commanditaires, civils et militaires. Une partie est consacrée aux dédicaces anonymes.

9Dans le chapitre 8, Gabrielle Kremer tente de départager les œuvres entre production locale et importation, et dans le chapitre 9, analyse les différents types de sculptures et le style local, leur fonction.

10L’ouvrage se clôture par une étude particulière de Ch. Uhlir et M. Unterwurzacher (Université de Salzburg) de l’analyse pétrographique de 92 échantillons de marbres provenant de sculptures de Carnutum (analyse au microscope électronique, cathodoluminescence et analyse isotopique). Les résultats donnent pour la provenance un groupe important de marbres des carrières de Gummern et Pohorje en Slovénie, du marbre d’Hymette et de Carrare, et des grandes carrières de Grèce : Paros, Naxos, Doliana, Thasos, Proconnèse ou d’Asie mineure : Afyon et Ephèse.

11De nombreux index et tables de concordances ainsi qu’une abondante bibliographie complètent cet excellent ouvrage, rigoureux, précis, qui donne à voir un panorama complet des dieux de Carnutum, leurs représentations et leurs monuments. L’importance donnée à la localisation des documents, la correction des données anciennes effectuées tout au long de l’ouvrage, permettent de donner une vision nouvelle des cultes et sanctuaires du site.

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria-Pia Darblade-Audoin, « Gabrielle KREMER, avec des contr. de Christian GUGL, Christian UHLIR et Michael UNTERWURZACHER, Götterdarstellungen, Kult- und Weihedenkmäler aus Carnutum : Corpus Signorum Imperii Romani / Corpus der Skulpturen der römischen Welt : Österreich », Revue archéologique de l’Est, Tome 62 | 2013, [En ligne], mis en ligne le 11 décembre 2014. URL : http://rae.revues.org/7884. consulté le 26 mars 2017.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés