Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alain FERDIÈREdir., Deux ateliers de potiers de la Loire moyenne au Haut-Empire : Vrigny (Loiret) et Amboise (Indre-et-Loire)

2012. 205 pages et 200 fig. (40ème suppl. à la R.A.C.F.)
Anne Delor-Ahü
p. 486-488

Texte intégral

1Cet ouvrage réunit deux articles distincts, deux monographies d’ateliers de production céramique en Loire moyenne. Le premier, rédigé par A. Ferdière, T. Guillemard et P. Lanos, est consacré à la publication exhaustive de l’atelier de Vrigny « Châtillon » dans le Loiret et le second, de L. Cinçon, présente une officine fouillée en 1996 à Amboise au lieu-dit « du VVF ». Ces contributions, de longueur inégale, mettent à disposition l’ensemble de la documentation recueillie selon un plan de lecture comparable : présentation du contexte, description des structures artisanales et fonctionnement des ateliers, présentation de la production elle-même et discussion chronologique. De multiples points de comparaison sont proposés, restituant la place de ces sites de production dans un contexte céramologique large. Chaque article dispose d’une bibliographie propre.

A. FERDIÈRE, T. GUILLEMARD, P. LANOS avec la coll. de R. DELAGE, P. DUFRESNE, P. POIRIER et E. THELLIER, Un atelier de potiers-tuiliers de la fin du Haut-Empire en forêt d’Orléans : Vrigny « Châtillon », Loiret (fouilles 1969-1973)

2Ce premier atelier a été fouillé entre 1969 et 1973 (exploitation d’une sablière par les Eaux et Forêts en Forêt d’Orléans) par A. Ferdière, alors assistant à la Dir. des Ant. Hist. du Centre, accompagné d’une équipe de bénévoles et étudiants et avec des moyens dérisoires. Cette publication voit le jour après une quarantaine d’années, quelques brèves notices et articles ponctuels du responsable de la fouille (FERDIÈRE, 1974 p. 256-258 et 1975a), auxquels succédera un travail universitaire (maîtrise et master II) de T. Guillemard, à la base de cette présentation (GUILLEMARD, 2004 et 2005). Cette longue période entre la fouille et la publication est l’occasion pour les auteurs de prendre du recul sur les méthodes de fouilles, critiquer et corriger les résultats proposés alors notamment dans une publication partielle à l’issue des campagnes de fouilles (FERDIÈRE, 1975b, secteur central).

3Situé sur la frontière entre territoires sénon et carnute, proche de la voie Orléans-Sens, l’atelier apparaît comme un site rural isolé. Il a été traité en trois secteurs disjoints pour un total de 300 m² ouverts : le secteur nord-ouest avec les fours 4, 6, 7 (et 8 non fouillé), le secteur central avec les fours 2 et 3 et le secteur sud-est et les fours 1 et 5. Ces secteurs paraissent spécialisés avec respectivement une activité liée à la cuisson exclusive des terres cuites architecturales, la seconde destinée à la cuisson des poteries domestiques et la dernière éventuellement mixte.

4La deuxième partie de l’article (p. 20 à 62) se concentre sur une description très détaillée des structures de production découvertes, par secteurs et faits archéologiques en commençant par les fours, les aires de travail puis les rares structures annexes conservées comme des fosses dépotoirs, aire de séchage ou stockage, épandage, fossé… Lorsque cela était possible un phasage est proposé. Les comparaisons et références typologiques ont été recherchées pour chacune des structures de productions décrites. La description est documentée par des clichés photographiques, qui complètent les plans et les coupes et témoignent des conditions du sauvetage et de la qualité de la fouille. Le dernier chapitre s’intéresse au mobilier non produit sur place mis au jour sur l’atelier.

5La troisième partie aborde la production de l’atelier de Vrigny en commençant par les poteries (p. 65 à 99). Trois pâtes sont distinguées en fonction de la composition des dégraissants et de leur granulométrie puis subdivisées en groupes techniques sur la base de caractéristiques techniques (mode de cuisson) et décoratif (fig. 88 p. 66). La production, exclusivement tournée, se caractérise par une finition peu soignée, une cuisson en mode A peut-être majoritaire et un traitement de surface très marginal (lissage, engobe, peinture, guillochis, molette, barbotine). Suit une typologie, ouverte, purement morphologique, référençant des plats (3 types), des coupes/jattes (24 types), des pots (17 types), des jarres (5 types ; avec éléments de préhension horizontale spécifiques de l’atelier), cruches (13 types), amphores (14 types) et enfin quelques ustensiles comme des couvercles (5 types), un support de vase et un récipient à filtre. Celle-ci souffre de l’état de conservation des vases lié au contexte (ratés, sous cuits ; dépôts secondaires) et au terrain (acidité du contexte géologique et acide humique). Les auteurs proposent ensuite une répartition typologique par groupes de fours et exposent plusieurs hypothèses chronologiques qui en découlent. Un commentaire sur la fonction et les usages de la vaisselle clot cette présentation.

6L’étude des terres cuites architecturales (après échantillonnage) donne lieu à une description des pâtes utilisées et des différentes formes produites (p. 99 à 116). La production est dominée par la fabrication de tuiles (tegulae et imbrices) ; à la marge est identifiée la cuisson d’éléments destinés à des installations balnéaires et hypocaustes (briques, briques à poignée et carreaux de pilettes, tubulures murales). Quelques éléments anecdotiques, interprétés comme des commandes, sont aussi identifiés parmi les rejets : éléments de toiture en forme de pelta, tubuli de voûte ou d’abside. Pour chaque forme de terres cuites produites A. Ferdière propose des extrapolations critiques et documentées des mises en œuvre possibles pour ces différents éléments ainsi que des comparaisons régionales et/ou lointaines.

7La quatrième partie traite de la chronologie et datation du site artisanal avec un questionnent à plusieurs niveaux (p. 117 à 128). Sont évoqués successivement les arguments de chronologie relative, les éléments de datation intrinsèques (typo-chronologie, parallèles avec les faciès Seine-Yonne, de La Boissière-École, Chartres et Saint-Chéron et certaines productions d’amphores ligériennes) et mobilier importé (sigillée) et extrinsèques (productions de l’atelier en contexte de consommation) puis les mesures archéomagnétiques et datations au radiocarbone. La confrontation de ces datations (ch. 4.4 p. 126 et ss.) permet de proposer un fonctionnement de l’atelier sur 30 à 50 ans soit une ou deux générations, entre 180-190 et 230-240 de notre ère.

8En synthèse, les auteurs dressent le bilan de l’organisation interne de l’atelier. Ils argumentent ensuite l’hypothèse d’un atelier domanial (bien que pour l’heure difficilement rattachable à une villa importante) avec une production saisonnière et replacent cette production de vaisselle dans son contexte régional. La diffusion est estimée à une quinzaine de kilomètres autour du site (fig. 144).

9Cette publication tardive de l’atelier de Vrigny « Châtillon » vient donc s’ajouter à la trop courte liste des monographies de sites de production céramique en Gaule ; parallèlement à l’exploitation des données anciennes, les auteurs ont su mettre à profit les résultats des découvertes régionales, faites notamment par l’archéologie préventive au cours de la dernière décennie, et la bibliographie récente pour une meilleure appréciation du site, du mobilier et de la chronologie.

10Bibliographie citée :
FERDIÈRE A., 1974, « La question de la céramique peinte tardive dans la Région Centre, » R.A.E., t. XV, fasc. 2, p. 251-265.

11FERDIÈRE A., 1975a, « Les ateliers de potiers gallo-romain de la Région Centre », R.A.C.F., t. XIV, 1-2, p. 85-112.

12FERDIÈRE A., 1975b, « Les fouilles de l’atelier gallo-romain de ‘Chatillon’, commune de Vrigny (Loiret) : l’ensemble des fours 2 et 3 (campagne 1969-1972) », B.S.A.H.O., NS, IV (années 1973/1974), 45, p. 289-321.

13GUILLEMARD T., 2004, La céramique de l’atelier de potier gallo-romain de Vrigny (Loiret) : l’ensemble des fours 2 et 3, Mémoire de Maîtrise d’Archéologie, Univ. Tours, 2 vol.

14GUILLEMARD T., 2005, La céramique de l’atelier de potier gallo-romain de Vrigny (Loiret), Mémoire de Master II Archéologie, Univ. Tours, 2 vol.

L. CINÇON, L’atelier de potiers gallo-romain dit « du VVF » et la production céramique aux Ier-IIe siècles à Amboise-Ambacia (Indre-et-Loire)

15L’atelier d’Amboise a été fouillé en 1996 lors d’une intervention de sauvetage par F. Champagne et F. Couvin avant une série d’aménagements dans l’enceinte du Village-Vacances-Famille (VVF). L’officine a été étudiée, par l’auteur, dans le cadre d’un Master d’Archéologie (CINÇON, 2008 et 2009) ; la présentation découle de ces mémoires.

16Le site de production est situé sur le Plateau des « Châtelliers » à Amboise, en cité des Turons, dans un contexte archéologique local riche et ancien, décrit dans le premier chapitre ; deux ateliers de potiers de la fin du Ier siècle de notre ère sont par ailleurs attestés à proximité. L’intervention archéologique sur le site « du VVF » intéresse un secteur de 300 m². L’atelier de production céramique succède à une occupation domestique de La Tène D2-Auguste. Trois fours ont été découverts (F23, 32, 33) ainsi que des fossés perpendiculaires (drains ou parcellaire ?) et une fosse dépotoir.

17L’atelier est présenté structures par structures dans le paragraphe 1.5.2 et leur description est agrémentée de photos et plans (sauf pour le four 23) et de comparaisons régionales. Cette présentation se termine sur l’énoncé des méthodes utilisées lors de l’étude du corpus céramique – introduction au chapitre suivant. Le mobilier est restreint quantitativement et inégalement réparti dans les structures de l’atelier.

18Le chapitre 2 correspond à la définition de la production céramique : présentation des groupes techniques (et sous-groupes) distingués en fonction des dégraissants, de la granulométrie, du mode de cuisson et des traitements de surface. On s’interroge sur la pertinence de créer des sous-groupes de céramique brûlée non identifiable (Am2c et f). La production, tournée, apparaît dans l’ensemble soignée ; elle est cuite en mode A et B, parfois engobée (blanc, rouge, micacé) et est majoritairement non décorée (quelques bandes lissées et guillochis). Une production de terra nigra « similaire au groupe (…) dit du ‘centre ouest’ » est maintenant assurée et semble spécifique à l’atelier.

19L’auteur propose ensuite une répartition des groupes techniques, modes de cuisson et traitements de surface par structures.
Le répertoire de formes (typologie ouverte avec annotation du ou des groupes techniques et revêtement par type ; p. 169 à 177) et « la part de chaque forme dans le corpus » complètent ce chapitre. Sont recensés sur l’atelier des dolia (5 types), des pots (14 types), cruches (6 types), amphores (4 types), une bouteille, des assiettes/plats (5 types) et enfin des coupes/jatte (23 types) ainsi que des couvercles (5 types) et une passoire. Une certaine réserve quant à la production sur place de certains types est évoquée (p. 182).
En conclusion du chapitre, L. Cinçon replace les formes identifiées dans leur contexte afin de comparer les différents ensembles contenus dans chaque structure de production sans qu’il soit, au final, possible de prouver la spécialisation d’un four ni de relier une forme ou type à une structure.

20On regrette que la question de la fonction des vases (céramique stockage/transport, culinaire, service…) traitée ensuite (p. 188-189) ne soit pas développée beaucoup plus tôt et qu’elle n’apparaisse pas plus clairement dans la typologie et lors de la caractérisation des groupes de pâtes.

21Le chapitre se ferme sur la datation de la production de l’atelier « du VVF » par comparaison avec des sites de consommation et de production de la cité des Turons et territoires limitrophes (p. 189 à 193). L’auteur conclut à une activité, de courte durée, au cours de la seconde moitié du ier siècle et au début du iie siècle et souligne les similitudes de cette production potière avec des officines régionales de Mougon et Thésée-Pouillé.

22Le troisième chapitre est entièrement consacré à la diffusion de la production : les résultats sont mitigés. En effet, de multiples retenues sont énoncées quant à la difficulté de trouver des sites consommateurs de comparaison et surtout face à l’embarras de distinguer la production de l’atelier d’Amboise « VVF » des autres officines de la région – problème récurrent aux chercheurs régionaux (p. 201). L. Cinçon conclut donc que la part de cet atelier dans l’approvisionnement des sites de consommation n’est pas appréciable dans l’état actuel des travaux ; la Loire apparait légitimement comme un axe de commercialisation valable et la terra nigra pourrait avoir bénéficié d’une distribution plus lointaine.

23Bibliographie citée :
CINÇON L., 2008, L’atelier de potiers gallo-romain du VVF et sa production (Amboise, Indre-et-Loire), Mémoire de Master I, Univ. Tours.

24CINÇON L., 2009, L’atelier de potiers gallo-romain du VVF et la diffusion de sa production (Amboise, Indre-et-Loire), Mémoire de Master 2, Univ. Tours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Delor-Ahü, « Alain FERDIÈREdir., Deux ateliers de potiers de la Loire moyenne au Haut-Empire : Vrigny (Loiret) et Amboise (Indre-et-Loire) », Revue archéologique de l’Est, Tome 62 | 2013, 486-488.

Référence électronique

Anne Delor-Ahü, « Alain FERDIÈREdir., Deux ateliers de potiers de la Loire moyenne au Haut-Empire : Vrigny (Loiret) et Amboise (Indre-et-Loire) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 62 | 2013, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rae.revues.org/7886

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page