Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Claude NOTET, La production de sigillée et de céramique fine gallo-romaine de Gueugnon (Saône-et-Loire)

Dijon, Soc. Archéologique de l’Est, 2012, 256 p., ill. n & b et coul. (32ème suppl. à la R.A.E.). ISBN : 978-2-915544-22-0. prix : 25 €.
Philippe Bet
p. 488-490

Texte intégral

1Enfin, un livre sur Gueugnon !

2C’est au milieu des années soixante que le centre de production céramique de Gueugnon, en Saône-et-Loire, a été mis au jour. Son existence était, jusque-là, totalement ignorée. Cela ne doit pas nous surprendre. De nombreux lieux de production ont été découverts, au XIXe s. ou même avant et ont été popularisés notamment par Joseph Déchelette. D’autres ateliers de céramique fine d’époque romaine doivent sans doute se cacher encore dans les prairies des départements de Saône-et-Loire et de l’Allier, éloignés des grands tracés linéaires et des grosses opérations de l’archéologie préventive. Cela est heureux parce que, malgré les moyens colossaux, au moins en apparence, de l’archéologie du XXIe s., ce serait aujourd’hui un défi bien difficile à relever, pour les institutions publiques et encore davantage pour les sociétés commerciales de fouilles archéologiques, que de fouiller et surtout d’exploiter quelques hectares d’ateliers de fabrication de sigillée.

3Après leur découverte durant l’hiver 1965-66, les recherches sur les ateliers de Gueugnon ont été uniquement portées par un groupe d’amateurs en archéologie animé par Henri Parriat. Parmi les rares archéologues professionnels de l’époque, certains, comme Hugues Vertet, leur ont apporté, très ponctuellement, un soutien scientifique. C’est à partir de 1976 que Jean-Claude Notet, professeur dans l’enseignement secondaire, relaya H. Parriat pour documenter le site, suivre les travaux, organiser des sauvetages. Pendant un quart de siècle, ces personnes bénévoles ont été les seules à faire face à l’extension des usines et de l’habitat individuel qui dévorait les ateliers de potiers. Sans eux, nos connaissances sur Gueugnon seraient quasiment inexistantes. Les moyens dont ils disposaient étaient dérisoires. Comme le souligne l’auteur, ces recherches cessèrent en 1992, « année de restructuration de l’archéologie ». En fait, dès le milieu des années 80, le ministère de la Culture s’orienta vers la professionnalisation de l’archéologie. Christian Goudineau, l’un des grands décideurs de l’époque, ne pouvait concevoir, comme il le disait, une archéologie à deux vitesses. Les amateurs ont été exclus en quelques années du système. Pourtant, ils coûtaient bien peu, pour ne pas dire quasiment rien, sensibilisaient la population à l’archéologie, constituaient un maillage d’informateurs de premier plan et ont formé à la pratique de la fouille un grand nombre d’archéologues. Bien entendu, tout n’était pas idyllique et parfait : le problème de la publication des résultats en était un et cela a été le principal reproche, ou prétexte, qui a été utilisé. Pourtant il n’était exigé lors de la délivrance de l’autorisation de fouilles que le rendu d’un rapport avec des photographies et des plans. Ainsi, J.-Cl. Notet et les « Amis du Dardon » arrêtèrent leurs fouilles il y a maintenant vingt ans. L’auteur présenta en 2000 à l’université de Dijon une thèse intitulée La production de sigillée et de céramique fine gallo-romaine de Gueugnon. La publication d’aujourd’hui semble donc en être essentiellement issue. M. Notet indique, dans son avant-propos, que la publication de ce travail universitaire a été retardée pour deux raisons. D’une part, en raison de la disparition, en 2005, de Pierre-Henri Mitard, chargé de recherche au Cnrs, avant la publication de ses deux tomes sur les mortiers Drag. 45 à tête de lion, d’autre part, en raison de nouvelles découvertes réalisées par Frédéric Devevey dans le cadre d’une opération de l’Inrap. En fait, le manuscrit du tome 1 du travail de P.-H. Mitard nécessite encore aujourd’hui du travail pour le rendre publiable et le tome 2, où sont présentées les productions de Gueugnon, n’existe qu’à l’état de fiches, de photos et de moulages. Quant aux découvertes de 2003, on note bien encore une certaine amertume vis-à-vis cette archéologie préventive qui a laissé de côté, comme ici en 1992, les amateurs.

4D’ores et déjà, nous pouvons nous féliciter que Jean-Claude Notet ait su mettre un terme à son travail assez tôt et ne pas toujours remettre à plus tard, comme dans le cas de ces fameuses têtes de lion, la clôture d’une recherche. Il nous livre ainsi une somme de travail considérable mais qui est, sans doute, trop axée sur la céramique moulée. Le titre même de l’ouvrage est ambigu pour nous et nous aurions préféré comme intitulé « Les productions de sigillée et de céramique fine… » parce que, justement, la production elle-même est assez peu abordée dans l’ouvrage. De fait, le premier chapitre consacré au site ne comporte que six pages, ce qui est bien maigre. Le plan présenté sur deux pages est de toute évidence assez ancien. Il donne la situation des principaux vestiges mis au jour entre 1965 et 1992 et de trois fours découverts par F. Devevey en 2003. Aucune structure de production (four, aire de préparation…) ou bâtiment n’est présenté. La diversité des fours de Gueugnon aurait mérité un chapitre aussi important que celui consacré aux productions moulées. Cela est un vrai regret.

5Le chapitre deuxième comporte une quarantaine de pages et est consacré à la typologie des productions. Une planche typologique récapitulative aurait été la bienvenue. Quant aux productions elles-mêmes, les positions de l’auteur semblent refléter des tendances anciennes de l’archéologie bourguignonne. Ainsi, Gueugnon est trop replacé, dans cet ouvrage, au sein de la Bourgogne administrative d’aujourd’hui ; ce site est pleinement intégré dans le complexe des ateliers de Gaule centrale, dominé par Lezoux, au même titre que Toulon-sur-Allier. Le classement opéré est embarrassant et peut conduire le lecteur novice à des confusions, le spécialiste ne le retiendra pas. L’auteur, en effet, distingue les vases rouges à paroi épaisse des vases rouges ou noirs à paroi fine. Le terme de « métallescente », dont l’invention remonte certes à l’article de 1974 sur Jaulges/Villiers-Vineux de J.-P. Jacob et d’H. Leredde mais qui s’appliquait mal à des productions à la cuisson mal contrôlée, a laissé des traces profondes ici ; d’un accord unanime, il désigne aujourd’hui des productions à vernis noir grésé uniforme et généralement à pâte calcaire, dont la cuisson est parfaitement contrôlée. Les meilleurs exemples sont les produits de Trèves et de Lezoux. Dans cet ouvrage, le terme de métallescente est rapidement écarté et ces productions sont regroupées dans la seconde partie du chapitre avec les « vases rouges ou noirs à parois fines » qui incluent les gobelets Déch. 72 à vernis sigillé. Par ailleurs, le terme de « parois fines », dont l’appellation est affectée strictement à d’autres productions dans le langage des céramologues d’aujourd’hui, peut amener le lecteur novice à d’autres confusions regrettables. Quant à la première partie, les sigillées non rattachées aux « parois fines » sont dénommées « vases rouges à paroi épaisse ». Cette appellation est regrettable, tout comme la forme Drag. 46 qui désigne plusieurs formes très différentes, après les travaux d’Oswald et Pryce en 1920 que j’ai eu le malheur de rééditer dans les années 80, est ressuscitée malgré les mises au point d’Alain Vernhet en 1976 et les miennes en 1989. Parmi les points positifs, il est intéressant de noter la présence à Gueugnon de Drag. 33 non estampillés et ne comportant pas de gorge à mi-panse, des formes Drag. 32 et d’une forme de couvercle dont on rencontrera l’évolution plus tard en Argonne.

6Le chapitre 3 offre une longue présentation illustrée et commentée de la sigillé moulée présente sur le site de production. Cela aidera certainement les archéologues à mieux reconnaître les fabrications exportées de Gueugnon dont la seule forme représentée est la coupe semi-hémisphérique Drag. 37. C’est la partie la plus importante de l’ouvrage avec plus de 120 pages.

7Le chapitre suivant est consacré aux reliefs d’applique. Quelques pages portent ainsi sur les têtes de lion. La classification compliquée de P.-H. Mitard est naturellement reprise avec ses ’ et ses ". Ce qui est intéressant à noter c’est la présence de la crinière incisée de part et d’autre de la tête à la mode de Lezoux ou son absence, comme dans les ateliers du Nord-Est. Les manches de patères ornés au moule complètent utilement ce chapitre. Ensuite, l’auteur se consacre aux reliefs sur les vases Déch. 72 de grand module. L’existence de vases à dépressions décorées de petits reliefs est remarquable. Enfin, la dernière partie du chapitre présente quelques moules particuliers et une fantaisie de potier en sigillée.

8Le chapitre 5 est consacré aux estampilles épigraphiques, aux graffites et aux marques anépigraphes. Pour les marques épigraphiques, il faudra se montrer prudent pour ne pas attribuer trop rapidement des estampilles à Gueugnon et il sera nécessaire de procéder à un examen rigoureux de la pâte. Certaines des marques présentées, bien connues sur d’autres centres de production, peuvent correspondre à des importations. Une description des pâtes, une mention de traces d’accident de cuisson ou d’absence, du nombre d’exemplaires recensés sur Gueugnon, auraient été bien accueillies.

9L’ouvrage se termine avec la présentation d’analyses de pâtes, de datations archéomagnétiques pour une période qui pose bien des problèmes aux archéomètres et de quelques considérations générales, notamment sur la diffusion des ateliers de Gueugnon.

10Au final, nous ne pouvons que conseiller l’achat de cet ouvrage parce qu’il est bien certain que la communauté scientifique ne disposera d’aucun autre ouvrage sur Gueugnon avant une ou deux décennies, voire davantage. Ce travail n’est pas exempt de défauts, mais il suffit d’en être conscient. Il aurait été intéressant que Gueugnon fasse l’objet d’attentions plus fortes de la part du ministère de la Culture ou qu’un PCR sur ce centre de production ait pu soutenir, sous sa direction, l’action solitaire de J.-Cl. Notet. Les confrontations et suggestions entre chercheurs n’ont pu avoir lieu avant la publication de cet ouvrage et nous le regrettons. Encore un grand merci à Jean-Claude Notet pour s’être consacré, durant toutes ces décennies et sans soutien, à ce grand site archéologique de Gueugnon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Bet, « Jean-Claude NOTET, La production de sigillée et de céramique fine gallo-romaine de Gueugnon (Saône-et-Loire) », Revue archéologique de l’Est, Tome 62 | 2013, 488-490.

Référence électronique

Philippe Bet, « Jean-Claude NOTET, La production de sigillée et de céramique fine gallo-romaine de Gueugnon (Saône-et-Loire) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 62 | 2013, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rae.revues.org/7887

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page