Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Renata WINDLER, avec des contributions d’A. RAST-EICHER, Chr. BADER, Chr. HÜBNER, M. KLEE, E. LANGENEGGER, P. NAGY, K. SCHMIDT-OTT, Ein Gräberfeld des 5.-7. Jahrhunderts bei Flaach

Zürich-Egg, Baudirektion Kanton Zürich, 2012, 154 p., 135 fig., 28 pl. h.t. (Zürcher Archäologie, Heft29) ; ISBN : 978-3-905681-72-7.
Henri Gaillard de Sémainville
p. 490

Texte intégral

1La nécropole suisse de Flaach se situe au nord de Zurich, tout près de la rive gauche du Rhin, en aval du lac de Constance. Elle a été découverte récemment par photographie aérienne et fouillée très partiellement en deux fois : un secteur occidental, exploré en 1997, a livré vingt-trois tombes précoces (datées entre le milieu du Ve et les alentours de 500), tandis que treize autres plus tardives (deuxième moitié du VIe et premier tiers du VIIe s.), ayant subi des violations importantes, ont été mises au jour en 2002/2003 à une centaine de mètres à l’est. Il s’agit en fait de deux parties d’une même nécropole, très partiellement connue par conséquent.

2Les sépultures les plus intéressantes sont incontestablement celles du premier secteur.Parmi elles se trouvent de riches ensembles funéraires qui caractérisent des membres d’une classe sociale privilégiée d’origine germanique. Si les cinq tombes masculines identifiées ne se signalent pas spécialement par leur contenu - elles sont notamment dépourvues d’armes -, il n’en va pas de même des dix tombes féminines au mobilier souvent abondant et parfois exceptionnel. On retiendra en particulier le grand nombre de fibules - neuf paires et deux pièces isolées, en tenant compte de deux tombes de fillettes - et leur diversité : certaines se situent dans la tradition romaine, comme les petites fibules zoomorphes, en forme de cheval, de cavalier et, fait très original, de lion (?), ou une paire de forme circulaire, cloisonnée, avec grenats ; les autres, des fibules ansées pour la plupart, sont germaniques et témoignent, par leur variété, d’origines diverses, essentiellement en Europe centrale et orientale, notamment en Thuringe (fibules « en tenaille ») et dans le bassin du Danube. La nature de ces fibules et leur port conduisent R. Windler à souligner certains points communs avec les découvertes de Bâle-Kleinhüningen et, à l’inverse, des différences avec celles du site de Schleitheim, pourtant proche de Flaach.

3Deux tombes (19 et 21, deux jeunes femmes d’une vingtaine d’années mortes vers 500) sont particulièrement riches. Leur mobilier offre en outre de remarquables similitudes : dans chacune, parmi les bijoux, une paire de fibules ansées digitées en argent doré et niellé (à laquelle s’ajoute une autre paire de petites fibules circulaires cloisonnées dans la sépulture 19), une paire de bracelets en argent (à terminaisons zoomorphes pour l’un de ceux de la sépulture 19 et avec incrustations de grenats pour l’un de ceux de la sépulture 21) ; de nombreux objets portés en châtelaine, parmi lesquels une amulette sphérique en fer, une cuiller et un couteau (avec restes d’un manche garni d’une tôle d’argent pour la sépulture 21) ; un bassin de bronze et les restes métalliques (du fer) d’une chaise pliante, objet rare dont la possession symbolisait manifestement un prestige social certain. Ces deux derniers objets, tout particulièrement, conduisent R. Windler à rattacher ces deux sépultures au Qualitätstufe C de R. Christlein, niveau qui regroupe les sépultures de la haute aristocratie germanique.

4Hormis le mobilier, les ossements font l’objet d’une étude biologique classique, y compris paléo-pathologique (Elisabeth Langenegger), l’examen le plus détaillé et le plus fécond étant celui consacré aux restes organiques (Antoinette Rast-Eicher) et à l’habillement. L’ouvrage se termine par un chapitre s’efforçant de replacer l’interprétation de ce site dans le contexte du peuplement des régions du Rhin supérieur à la fin de l’Antiquité et plus particulièrement dans la question de la défense de ce secteur par des contingents d’origine germanique.

5C’est une étude très complète et bien conduite de sépultures qui, en dépit de leur nombre limité, sont d’un intérêt incontestable pour la connaissance de l’histoire de ces régions dont la position stratégique faisait tout l’intérêt en ce Ve siècle agité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Gaillard de Sémainville, « Renata WINDLER, avec des contributions d’A. RAST-EICHER, Chr. BADER, Chr. HÜBNER, M. KLEE, E. LANGENEGGER, P. NAGY, K. SCHMIDT-OTT, Ein Gräberfeld des 5.-7. Jahrhunderts bei Flaach », Revue archéologique de l’Est, Tome 62 | 2013, 490.

Référence électronique

Henri Gaillard de Sémainville, « Renata WINDLER, avec des contributions d’A. RAST-EICHER, Chr. BADER, Chr. HÜBNER, M. KLEE, E. LANGENEGGER, P. NAGY, K. SCHMIDT-OTT, Ein Gräberfeld des 5.-7. Jahrhunderts bei Flaach », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 62 | 2013, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://rae.revues.org/7889

Haut de page

Auteur

Henri Gaillard de Sémainville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page