Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Erik BECK, Eva-Maria BUTZ, Martin STROTZ, Alfons ZETTLER et Thomas ZOTZ dir., Burgen im Breisgau : Aspekte von Burg und Herrschaft im überregionalen Vergleich [Châteaux en Brisgau : étude comparative inter-régionale du château et de la seigneurie]

Ostfildern, éd. Jan Thorbecke, 2012, 429 p., ill. noir et blanc, index (Archäologie und Geschichte - Freiburger Forschungen zum ersten Jahrtausend in Südwestdeutschland, t. 18). Prix : 69 €
Hervé Mouillebouche
p. 491-494

Texte intégral

1Ce beau volume, qui regroupe 26 contributions, est l’édition des journées d’étude internationales qui se sont tenues en mars 2009 dans le prieuré clunisien de Bollschweil, à l’invitation des universités de Dortmund et de Fribourg-en-Brisgau, dans le cadre du projet collectif « les châteaux de la Brisgau médiévale », projet qui vise une appréhension globale du phénomène castral dans le paysage médiéval. Ces journées d’étude ont été structurées par quatre thèmes : débuts et origines de la construction castrale médiévale ; noblesse et château - château et pouvoir ; archéologie castrale et étude du bâti ; architecture, iconologie et perception du château.

  • 1  ZETTLER A., ZOTZ Th. dir., Die Burgen im mittelalterlichen Breisgau. I : Partie nord, demi-volume (...)

2En introduction, Alphons Zettler présente le projet « châteaux de Brisgau », poursuivi depuis 25 ans, et qui vient de donner lieu à trois importants ouvrages d’inventaires historiques et archéologiques1.

I. Débuts et origine de la construction des châteaux médiévaux

3Lukas Clément, dans sa première contribution intitulée « les châteaux sur ou à l’intérieur de structures antiques », étudie les différents types de réoccupation des ruines romaines : réoccupation d’un promontoire comme à Vianden (Luxembourg), ou dans l’avant-château de Bad-Bertrich (Eiffel). Châteaux de plaines et de hauts plateaux, comme la réoccupation des camps romains de Miltenberg (Bavière) et Zwentendorf (Autriche), la villa carolingienne de Zullenstein (Biblis, Hesse) ou le château de Pfalzel près de Trèves. On peut encore évoquer le château de Saint-Germain d’Esteuil (Gironde), bâti dans un théâtre romain, ou une maison forte construite dans les thermes de Bliesbruck ; enfin, constructions de tours d’habitations médiévales, comme celle qui surmontait la porte romaine d’Orange ou le théâtre romain d’Avenches. Ces réoccupations répondent parfois à un simple souci pragmatique. Mais on remarque souvent une volonté explicite de récupérer le prestige de Rome (aula épiscopale dans la Porta Nigra à Trèves, logements de ministériaux dans les vestiges romains à Besançon…). Faute de ruine à réoccuper, on peut bâtir en style romain, comme la « tour des Francs » à Trèves, ou la tour de Mayenne qui récupère des matériaux du fort romain de Jublains.

4Erik Beck, sous le même titre, développe le cas du Haut-Rhin, étudié dans sa thèse sur la perception et la réoccupation des sites préhistoriques et antiques. Dans cette région, les châteaux recouvrent fréquemment les sites de hauteur de l’Antiquité tardive. L’historien doit mesurer, dans ce phénomène, ce qui tient de la continuité, du hasard, de la réutilisation pratique et de la récupération idéologique. En l’absence de fouilles, la réutilisation des sites antiques n’est pas toujours facile à mettre en évidence. Dans le château du Haut-Ribeaupierre à Ribeauvillé, c’est la trouvaille fortuite d’un trésor monétaire qui permet d’attribuer les levées de terre qui entourent le château à l’Antiquité tardive ; le château de Frankenbourg recèle aussi une occupation antique, mais rien ne permet de dire si son « mur païen » en grand appareil de pierre sèche date de l’Antiquité tardive ou du haut Moyen Âge. Quant au château de Hunebourg, il se dresse sur un piton occupé du Bronze final à La Tène. La réoccupation de villae est étudiée à travers les cas de Pfalzel et de Heitersheim, pour lequel l’alignement médiéval donjon / basse-cour reprend l’organisation antique pars urbana / pars rustica. Le château peut aussi prendre la place d’un lieu cultuel antique, comme à Niederbronn-les-Bains, ou d’une fortification antique, comme à Sponeck. À Metz, Trèves et Cologne, les édifices médiévaux réutilisent largement les monuments antiques, et le plan de Strasbourg a gardé l’organisation générale du camp de la légion romaine. De nombreux exemples des XIIe et XIIIe siècle montrent que, lors de la construction du château fort, les vestiges antiques étaient encore bien apparents. En général, un toponyme en « burg » employé avant le XIe s. est un signe de l’existence d’un vestige romain. Les châteaux du Haut-Rhin ont donc largement repris la géographie castrale antique.

5Jacky Koch, jeune docteur français qui vient de soutenir sa thèse sur la construction des châteaux alsaciens, prolonge les études précédentes par celles des premières constructions castrales en Alsace. Peu de châteaux sont attestés avant 1140 et il faut recourir à l’archéologie du bâti et à la topographie pour identifier d’éventuels autres sites fortifiés précoces : notamment des enceintes de terre et des tours qui pourraient remonter au XIe siècle. Ces châteaux primitifs sont parfois à mettre en relation avec des installations de l’Antiquité tardive, soit qu’ils s’installent sur un site anciennement fortifié, soit qu’il y ait des preuves d’une continuité du peuplement depuis l’Antiquité. Les grandes enceintes de hauteur sont souvent des enceintes refuges, mais elles peuvent parfois être identifiées avec des castra liés à des familles nobles du Xe s. Dans les villes, l’habitat aristocratique du XIe siècle prend souvent la forme d’une tour, comme à Ribeauvillé, Soultz, Fouffach ou Hunawihr. Ces châteaux précoces ont sans doute été assez nombreux, même si leurs vestiges ont été occultés par la grande vague de reconstruction des XIIe et XIIIe s.

6Matthew Strickland, professeur à Glasgow, signe en anglais une étude sur la tour de Chepstow, au Pays de Galles. L’enjeu est de savoir s’il s’agit d’une tour militaire bâtie par un baron entre 1067 et 1071, ou un hall d’audience servant de représentation au pouvoir royal et bâti par Guillaume le Conquérant après 1071. L’auteur montre, par l’étude des structures et par la comparaison avec des exemples écossais, que ces deux fonctions ont pu se succéder dans le même édifice. Au-dessus d’un sous-sol de stockage aveugle, la grande salle à niches du rez-de-chaussée est incontestablement une construction comtale, qui se pare du prestige de l’architecture romaine. Mais, après 1071, la fonction judiciaire et cérémonielle de la tour cède le pas à une fonction militaire, et la tour-halle devient alors un fortin utilisé pour lancer la conquête du pays de Galles.

7Enfin, Martin Strotz clôt cette première partie avec une étude des châteaux à motte du Haut-Rhin intitulée « petites buttes - châteaux précoces ? ». En fait, le terme « motte » n’existe pas en allemand et les plus anciennes études de ces vestiges, notamment celles de Schuchhardt au début du XXe s., leur donnent le nom de « tour-butte » ou « châteaux-tours-buttes » (Turmhügelburg). La motte traditionnelle est une butte artificielle, parfois précédée d’une enceinte à fossés et levée de terre. Mais on peut également rattacher à ce type des buttes obtenues en recoupant un plateau ou en modelant un relief naturel. En prenant en compte tous ces sites, l’auteur dresse un inventaire d’une vingtaine de buttes recensées dans la région du Rhin supérieur. Les données de fouilles, d’inégale qualité, montrent que la construction sur tertre artificiel a été pratiquée sans interruption dans cette région du XIe au XVe s. Pour conclure, l’auteur constate qu’à partir de l’exemple de la tapisserie de Bayeux et des fouilles d’Husterknupp, les archéologues ont un peu rapidement identifié les petites buttes de Brisgau à des mottes. Or, très souvent, il peut s’agir de buttes de guet ou d’inondation, beaucoup plus tardives.

II. Noblesse et château ; château et pouvoir

8La seconde section de l’ouvrage est introduite par une réflexion de Thomas Zotz intitulée « châteaux et fonction : la légitimation de la construction de châteaux au haut Moyen Âge ». En s’appuyant sur les nombreuses mentions d’érections de châteaux dès le Xe s. dans les archives de St-Gall, il en arrive à la conclusion que ces premières constructions sont d’origine régalienne, et qu’elles sont légitimées par la nécessité de défendre le territoire.

9Heinz Krieg signe un article historique sur « la noblesse et les châteaux précoces en Brisgau ». L’étude porte sur 21 sites, dont les plus précoces font l’objet d’un développement particulier. Sans surprise, les forteresses nommées avant 1100 sont aux mains des familles les plus importantes. Néanmoins, toute famille noble n’est pas nécessairement liée à un château. Les familles de ministériaux ne semblent accéder à l’habitat fortifié qu’au milieu du XIIe s.

10Tobie Walther, jeune chercheur franco-allemand, est l’auteur d’un long article sur « Les surnoms toponymiques précoces dans le Haut-Rhin : méthodologie et critique textuelle, notamment dans l’évêché de Strasbourg », inspiré des recherches menées à l’université de Fribourg sur les anthroponymes médiévaux. La question est de savoir comment utiliser les surnoms toponymiques qui font référence à un château dans les sources des monastères réformés alsaciens, sachant que ces sources ont souvent été réécrites et extrapolées et que les surnoms ont pu être actualisés a posteriori. Ces textes, dont la fonction est d’authentifier un droit, ont pu aussi servir à authentifier les titres et prétentions de la noblesse, même si le point de vue est plutôt celui de l’institution que des souscripteurs. Les surnoms de lieu semblent avoir tout d’abord été attribués à la noblesse comtale, puis aux possesseurs de châteaux. On pourrait chercher des sources moins extrapolées dans les archives épiscopales et royales (notamment du roi Henri V) mais leurs éditions critiques sont lacunaires et ces archives sont rares pour les périodes où apparaissent les surnoms toponymiques. En Alsace, les sources privées redeviennent nombreuses dans la seconde moitié du XIIe s. alors que les surnoms toponymiques sont déjà devenus fréquents. Ils sont sans doute apparus dans la première moitié du siècle : ainsi, un document de Murbarch daté de 1135 donne un qualificatif topographique à tous les témoins, mais seulement dans une glose inter-linéaire. La seule institution qui fournisse une série relativement continue de documents dans la période de changement anthroponymique est l’église cathédrale de Strasbourg. Les premières épithètes apparaissent à la fin du XIe s. puis augmentent après 1133. Mais tous ces documents semblent des pseudo-originaux de l’époque de l’évêque Gebhard (1131-1141) et Burchard (1141-1162). Ainsi, seul le développement des actes scellés peut être à coup sûr pris en compte pour cerner l’apparition des surnoms toponymiques.

11Le chercheur alsacien Bernhard Metzpropose une étude plus archéologique sur « les châteaux des évêques de Strasbourg ». L’évêque se partage la suprématie de l’Alsace avec l’Empereur et les Habsbourgs. Il mène une ambitieuse politique castrale avec, dès avant 1223, le contrôle de châteaux tels que Haldenburg, Zabern ou Ringelstein. La grande phase d’expansion se situe de 1225 à 1261, quand les évêques ont besoin de châteaux pour lutter contre l’Empereur. Cette politique d’acquisition atteint son apogée à la fin du XIIIe s. sous le pontificat de Conrad de Lichtenberg. Le XIVe s. voit la constitution d’un territoire plus homogène, mais aussi d’une première crise de fidélité des châtelains et des villes, et toute cette politique castrale s’effondre au XVe s. Ces châteaux, dès le XIIIe s., sont confiés à des officiers châtelains ou à des prévôts. La politique de contrôle des territoires s’accompagne naturellement d’un contrôle des villes, qui sont toutes fortifiées.

12Werner Wild mène une étude symétrique sur la politique castrale des évêques de Bâle contre celle des comtes de Zähringen, Habsbourg, Frohburg et Thierstein. Cette rivalité, au milieu du XIIIe s., a provoqué une telle flambée de construction que la région de Bâle est actuellement l’une des plus richement dotées en châteaux de toute l’Europe.

13Dans la seconde moitié du XIIIe s., le roi Rodolphe de Habsbourg fait également de sa politique castrale un instrument de pouvoir. Eva-Maria Butz démontre que cette politique a varié d’une région à l’autre, en fonction des conditions initiales. Les châteaux étant un élément structurant de la domination aristocratique, le roi s’est efforcé de les contrôler, tant par l’encadrement juridique que par la sécurisation de ses domaines. Sa politique castrale se caractérise par des constructions et des restaurations de sites impériaux, mais aussi par la réappropriation de sites emblématiques qui illustrent son rattachement à la Brisgau, comme le château de Zähringen. Sa politique castrale conjugue donc habilement une dimension impériale et une dimension locale, pour asseoir et élargir son pouvoir seigneurial.

14Boris Bigott s’intéresse ensuite aux relations entre le patriciat et la société castrale. On a suffisamment dit qu’à la fin du Moyen Âge, tout un groupe social issu de la bourgeoisie avait réussi à intégrer le monde des châtelains. En Brisgau, ce phénomène peut se déceler dès le XIIIe s. au sein des familles patriciennes.

15Sigrid Hirbodian, professeur à l’université de Tubingen, étudie les liens entre basse noblesse et châteaux aux XVe et XVIe s. Contrairement à ce qu’on voit dans les autres pays d’Europe, les châteaux ne sont pas seulement, pour la basse noblesse allemande, un instrument de pouvoir ; ils sont vraiment l’expression identitaire d’une classe sociale. L’auteur mesure tout d’abord l’importance des châteaux dans l’apparition de cette petite aristocratie aux XIe et XIIe s. Puis elle montre les diversités qui existent dans cette petite noblesse châtelaine à la fin du Moyen Âge et elle compare enfin avec les cas français et anglais. Dans ces deux pays, les « moated sites » et les « maisons fortes » sont l’expression d’une noblesse qui tient son pouvoir du service qu’elle rend auprès du prince. Les grandes forteresses allodiales qu’on voit dans l’Empire sont impensables dans ces deux pays. Une étude prosopographique comparative précise entre les trois royaumes pourrait montrer toute la différence de mode de vie de ces petites aristocraties européennes.

16Le professeurFolker Rödel, de l’université d’Heidelberg, est un spécialiste du droit castral. Son article sur les accords de rendabilité et les paix castrales essaie de voir dans quelle mesure, dans les guerres de la fin du Moyen Âge, le seigneur féodal pouvait disposer des châteaux de ses vassaux. Son étude sur les électorats de Trèves et de Mayence montre que le « ledig man », version allemande de l’homo ligius, est de plus en plus répandu aux XIVe et XVe siècles. Au XIIIe et début XIVe s., en exigeant la rendabilité des places fortes, les princes contrôlent la velléité des chevaliers détenteurs de châteaux d’implanter un pouvoir local. Néanmoins, ils tolèrent la domination du château sur les communautés villageoises, qui est indispensable au prestige de la petite aristocratie.

III. Archéologie et étude de bâti des châteaux

17Le professeur Heilo Steuer, archéologue spécialiste de l’économie du haut Moyen Âge, livre une réflexion fort stimulante intitulée « château et mines : pouvoir et économie ». À Bollschweil (Bade-Wurtemberg), le château de Birchiberg (trouvé en fouilles) s’est développé au XIVe s. au centre des mines de plomb argentifère de Birkenberg. Le château est alors dans ce cas le siège d’une entreprise industrielle, et l’on peut le définir comme un « château minier ». On connaît des sites comparables en Europe : châteaux miniers de Toscane établis à partir de l’an Mil, château de Brandes-en-Oisans (Isère) sur les mines d’argent du Dauphin, tour seigneuriale élevée sur le site métallurgique de Müsen (Altenberg en Westphalie), etc. On trouve également de petits châteaux sur des zones d’extraction dans les massifs de la Forêt Noire, du Hartz ou en Slovaquie. Du Xe au XIVe s., le développement des châteaux miniers est à mettre en relation avec la hausse du cours de l’argent-métal.

18Les quatre articles suivants sont des notices de sites fouillés ou étudiés : Holger Grönwald présente la tour de Cucagna dans le Frioul, qui est fouillée par une équipe de l’université de Fribourg. Le château de Beuggen, en Bade-Wurtemberg, a été pendant six siècles une commanderie des chevaliers Teutoniques ; quatre archéologues présentent l’évolution du bâtiment, de la tour fossoyée au château baroque. Stefan King signe les deux contributions suivantes : « Les ruines du château de Landeck (Teningen, Bade-Wurtemberg) ; le mur oriental du palais du bourg supérieur », et « Les ruines du château de Baden (Badenweiler, ibid. ». Il présente dans les deux cas les résultats de l’analyse du bâti.

19Cette troisième partie s’achève par une réflexion méthodologique de Bertram Jenisch (service d’archéologie de Fribourg) intitulée « la fin du château : mémoire sur l’entretien des ruines ». La ruine d’un château en effet ne constitue pas la fin de son histoire, mais tout au plus le milieu. Pour être préservée intelligemment, la ruine doit être répertoriée, dessinée, protégée des pillards et des restaurateurs trop entreprenants ; une bonne conservation ne peut donc être envisagée qu’en collaboration avec les propriétaires (collectivités, forestiers), les institutions officielles et les équipes de bénévoles.

IV. Architecture, iconographie et perception du château

20La 4ème partie de l’ouvrage contient cinq articles assez hétérogènes.

21Günther Stanzl (Mayence) reprend la question de l’influence des châteaux des croisades, qui est évidente sur les forteresses françaises et italiennes, mais qui est plus indirecte sur les châteaux allemands. Les grandes évolutions castrales des XIIe et XIIIe s., même si elles suivent des modèles locaux, sont nécessairement influencées par les techniques orientales.

22Jürgen Krüger tire des leçons de la visite du château de Rötteln (près de Lorrach), qu’il a commentée au cours du colloque : à quoi sert un guide de château, que cherche le visiteur, et quelles sont les nouvelles connaissances apportées par la visite.

23Olaf Wagener (« comment prend-on un château : rapide survol des sièges et techniques de sièges ») utilise les données de l’archéologie pour reconstituer les techniques obsidionales. Il présente notamment la galerie de sape du château d’Altwindstein (Alsace) et les circonvallations de Furstenstein (Suisse).

24Cord Meckseper tente de définir une iconologie du château. Dire que la forteresse symbolise le pouvoir autant qu’elle le défend est devenu un topos. Mais l’iconologie, discipline qui s’est développée au XXe s., notamment autour des images puis des bâtiments religieux, permet d’aller beaucoup plus loin, en identifiant les systèmes de copie, de citation, de symbole et d’allégorie. L’iconologie décrypte la langue du château, mais généralement sans autre source que le château lui-même.

25Le mot de la fin est laissé à Wendy Landewé, qui a travaillé sur le sens allégorique des châteaux dans la littérature courtoise. Son article sur « Les jeunes filles enfermées dans les hautes tours » montre que le thème était universellement répandu au Moyen Âge. Il peut entretenir quelques liens avec la réalité historique, mais il a surtout été popularisé par les vulgarisateurs culturels des XVIIIe et XIXe s.

26Au final, on comprendra que l’édition de ce colloque dépasse bien largement les simples études régionales de la Brisgau. Il permet de mettre en lumière toute la richesse et la diversité de la castellologie germanophone, qui reste malheureusement très mal connue des chercheurs français.

Haut de page

Notes

1  ZETTLER A., ZOTZ Th. dir., Die Burgen im mittelalterlichen Breisgau. I : Partie nord, demi-volume A-K et demi-volume L-Z ; II : Partie sud, demi-volume A-K ; THORBECKE, 2003 à 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Mouillebouche, « Erik BECK, Eva-Maria BUTZ, Martin STROTZ, Alfons ZETTLER et Thomas ZOTZ dir., Burgen im Breisgau : Aspekte von Burg und Herrschaft im überregionalen Vergleich [Châteaux en Brisgau : étude comparative inter-régionale du château et de la seigneurie] », Revue archéologique de l’Est, Tome 62 | 2013, 491-494.

Référence électronique

Hervé Mouillebouche, « Erik BECK, Eva-Maria BUTZ, Martin STROTZ, Alfons ZETTLER et Thomas ZOTZ dir., Burgen im Breisgau : Aspekte von Burg und Herrschaft im überregionalen Vergleich [Châteaux en Brisgau : étude comparative inter-régionale du château et de la seigneurie] », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 62 | 2013, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rae.revues.org/7892

Haut de page

Auteur

Hervé Mouillebouche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page