Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Séverine HURARD dir., La ferme du Colombier à Varennes-sur-Seine (XVIe-XVIIIe siècles) : expression matérielle de l’ascension sociale d’élites rurales en milieu humide

Paris, CNRS éditions/Inrap, 2012, 277 p., 103 fig., 22 tab., 16 pl. couleur (coll. Recherches Archéologiques n° 3). ISBN : 978-2-271-07435-5.
Patrice Beck
p. 495-497

Texte intégral

1Le titre évidemment retient l’attention, moins pour l’objet qui s’y trouve identifié – les sites ruraux ne sont plus rares dans la bibliographie – que par la chronologie affichée – XVIe-XVIIIe siècles. Voici une monographie d’archéologie dédiée à un site daté exclusivement des Temps Modernes, qui entend donc démontrer que tout n’est pas alors éclairé par les textes, les images et les édifices conservés : le fait est suffisamment rare encore pour être souligné, d’autant qu’en interrogeant ces basses époques riches de sources variées et abondantes, l’enquête est un laboratoire de confrontation argumentée entre objets et textes, archéologie et histoire, non pas pour réactiver une querelle aujourd’hui dépassée mais pour alimenter la réflexion sur une question qui accompagne toujours toute recherche historique, celle de la nature des sources disponibles et des modalités de leur constitution.

2Le sous-titre précise l’originalité du gisement et de la démarche. Certes l’expression est curieuse sinon maladroite, inventant le groupe social des « élites rurales en milieu humide ». Mais le fond est essentiel : « expression matérielle » pour indiquer qu’ont été systématiquement associés documents écrits et figurés, objets archéologiques et données spatiales, qu’a été autant réalisée « une lecture archéologique des sources écrites » (p. 211 sq.) qu’une recherche historique d’« estimateurs archéologiques pour éclairer les pratiques de distinction sociale » (p. 249 sq.) ; « milieu humide », non pas pour réintroduire du déterminisme géographique mais pour sacrifier à la très sérieuse nécessité de raccorder le site à son environnement, pour tenir compte des contraintes qu’a exercées celui-ci sur les aménagements rencontrés et de l’impact de ces derniers sur lui.

3Les quatre chapitres développés à la suite tiennent bien le cap. Leurs titres et leurs contenus ne se contentent pas de présenter les résultats de disciplines diverses juxtaposées mais mettent en pratique l’interdisciplinarité affichée en maîtrisant au mieux les variations d’échelles et de nature des objets qui constituent le site et ses composantes, son territoire et son encadrement socio-économique. On allait tout savoir de cette maison fossoyée installée dans le lit majeur de la Seine à quatre kilomètres en aval de la confluence avec l’Yonne et de la ville de Montereau, dont les vestiges, découverts à l’occasion de l’extension de carrières de sable, furent préventivement fouillés de mai à septembre 2004 par une équipe de l’Institut national de recherches archéologiques préventives.

4Autour de Séverine Hurard, responsable de l’opération et coordinatrice de la publication, cinq autres membres de l’Inrap présentent et analysent la documentation écrite et les vestiges archéologiques, y compris les pollens et les macro restes végétaux, les bois et les céramiques ; un archéozoologue du Cnrs, une conservatrice-restauratrice des cuirs, un membre du SRA de Picardie pour le métal et une doctorante de l’Université de Paris 1 en archéogéographie, ont aussi apporté leurs savoirs et savoir-faire à l’entreprise qui déroule un plan allant du particulier au général. Le chapitre 1 est consacré à la présentation des structures découvertes pour révéler l’organisation spatiale du site et la géographie de ses fonctionnalités ; le second déroule l’analyse des mobiliers pour dessiner les niveaux de vie, les pratiques sociales et les orientations de la production ; le troisième dresse le tableau archéogéographique de l’implantation pour mettre au jour ses enjeux ; le quatrième interroge le contexte socio-économique pour expliquer les conditions de son implantation, de son développement et de sa désertion.

5Au lieu ont été distingués deux enclos. Le plus vaste, de 100 m sur 200 m et donc de deux hectares de superficie délimités par un fossé d’environ 3 m de large et profond d’un mètre, comporte les fossés de drainage d’une pâture et les chablis d’une plantation d’arbres. Le second, à 20 m à l’ouest du précédent, de 30 m de large sur 40 m de long et donc d’une superficie de 1200 m2, est délimité par un fossé à fond plat de 10 à 12 m de large et d’1,90 m à 2,20 m de profondeur. Il portait les vestiges en creux d’un habitat aménagé au XVIe siècle et systématiquement démantelé et arasé dans la seconde moitié duXVIIIe siècle avant la (re)mise en culture des terres. De fait, seuls quelques pans de murs de moellons calcaires liés à la chaux, des tranchées de fondation ou de récupération, un cellier excavé et deux puits, subsistent des bâtiments qui n’ont pas subi de modifications de plan pendant les trois siècles d’existence de l’établissement. Les matériaux des élévations comme les sols d’usage et les mobiliers, c’est-à-dire l’essentiel des informations qui permettent de restituer les volumes, de dater et de fonctionnaliser les espaces, ne sont plus en position d’usage mais de rejet : dans les comblements des puits et du cellier, surtout dans le fossé. Partout ce dernier a accueilli les gravats irrécupérables des élévations et, à l’emplacement du franchissement principal du fossé situé au centre du petit côté nord d’une part, en contrebas du logis placé dans l’angle sud-est d’autre part, se sont accumulés des rejets intenses et continus, stratifiés. Les sédiments hydromorphes correspondant aux battements de la nappe phréatique et, au fond, au volume constamment immergé, non seulement comportaient classiquement ossements animaux, fragments de poterie, de métaux et de verre, mais restaient aussi chargés en abondance de graines et de pollens, d’objets de cuirs et de bois. Largement absents des sites « terrestres », ces éléments organiques constituent évidemment l’une des généreuses spécificités du gisement, la seconde étant constituée par la série des inventaires accompagnant les successions et les prises de bail successives au cours des trois siècles d’exploitation. L’ensemble constitue une documentation abondante et détaillée mais malgré tout tronquée. Elle permet de restituer les installations et les usages de façon certes détaillée mais selon des degrés divers et de manière discontinue.

6Il a été relevé un élément de clayonnage, associant aulne et orme pour les montants, saule pour la trame (p. 29) : le dispositif habillait-il l’ensemble des parois du fossé ou bien seulement quelques tronçons ? Les franchissements du fossé sont signalés par des maçonneries habillant tant l’escarpe que la contrescarpe, et  celui de l’entrée principale a clairement été remanié ; mais « l’absence d’indices… ne permet pas de déterminer s’il s’agissait d’un pont de pierre ou d’une structure plus légère en bois » et le remaniement paraît certes « favorable à un dispositif amovible de type pont-levis » mais c’est seulement un aveu de 1598 qui permet d’en attester la présence sur le site (p. 34-35). Des constructions, quelques tranchées de fondation ou de récupération identifiées permettent de proposer une restitution d’ensemble dont les documents écrits, plus que les mobiliers, permettent de fonctionnaliser les parties (fig. 32 p. 62) : à l’aplomb de l’escarpe du fossé s’étendait un ensemble continu ou presque de corps de bâtiments rectangulaires, à l’exception d’un édifice circulaire flanquant l’entrée principale dans l’angle nord-est ; au nord la porterie et au sud le logis, à l’ouest les granges et à l’est les abris du cheptel. Au centre, une cour aménagée pour recueillir les fumiers a été creusée d’un cellier remblayé à la fin du XVIe siècle et de deux puits actifs à la fin de l’occupation, l’un d’origine et l’autre mis en place au cours de la première moitié du XVIIe siècle.  Quant aux élévations, même ce milieu favorable à la conservation n’a donné que des informations très lacunaires si bien que les restitutions proposées (fig. 16, p. 40 et planche IX) restent largement hypothétiques aux dires mêmes des auteurs : les soubassements dont quelques éléments subsistent sont assurément constitués de moellons calcaires essentiellement liés de terre, plus rarement de chaux  et la figure 16 suggère qu’ils portaient des pans de bois, « bien qu’aucun indice matériel de torchis… ne nous soit parvenu » (p. 38). Les gravats ont donné quelques moellons de grès, qui devaient chaîner les angles et habiller les ouvertures, par ailleurs fort bien mais indirectement documentées par la quincaillerie d’ameublement d’une part, la centaine de fragments de verre à vitre et les lamelles de plomb d’autre part. Les remblais ont aussi donné des carreaux de terre cuite qui devaient habiller des structures foyères, quant à elles totalement disparues. Ils ont enfin livré des fragments de tuiles et d’ardoises, les premières habillant sans doute les bâtiments d’exploitation où elles devaient laisser une place certaine au chaume bien que ce matériau soit complètement absent de la stratigraphie, même des couches anaérobiques, les secondes couvrant très vraisemblablement le logis. Autre caprice des sources : si dès la fin du xvie siècle le site est identifié sous l’appellation « ferme », « terre », « fief » ou « seigneurie du Colombier » (p. 265-267), il n’a été relevé aucune trace sur le terrain de l’objet éponyme et les mentions scripturaires n’apparaissent pas  avant 1715 (p. 66).

7Les études des mobiliers s’avancent dans des terrains moins incertains, mais leur éclatement thématique ne ravira pas les spécialistes en recherche d’éléments de comparaison. Les céramistes liront les provenances aux pages 69-77, les formes et les fonctions aux pages 98 à 120 mais aussi p. 138 pour les pots dédiés à l’hygiène et aux soins, p. 151-156 pour les formes destinées à la transformation des produits laitiers, sans oublier aux pages 83-84 deux figurines décoratives, une lampe à huile et un nichoir à oiseau. Quant au métal, les éléments de constructions figurent aux pages 41-50, la batterie de cuisine aux pages 123-128, les accessoires du vêtement aux pages 135-137, l’outillage agricole aux pages 140-143 puis 147-149 pour le ferrage des équidés. Mais le foisonnement des informations recueillies justifie l’effort d’attention. Par exemple, des ensembles riches et bien stratifiés ont permis d’analyser environ 800 récipients de céramiques des XVIe-XVIIIe siècles, d’alimenter les connaissances sur les productions des grès, des faïences et des glaçures vertes, de mettre en évidence un puissant basculement des circuits d’approvisionnement entre XVIe et XVIIe-XVIIIe siècles, les produits régionaux et ceux plus soignés de Beauvais, Paris et Melun s’effaçant au profit de ceux de la Puisaye et du Nivernais (fig. 35 et 36 p. 73). La gobeleterie en verre n’est pas très importante mais elle ne démérite pas par rapport aux corpus urbains de la même époque et on y remarquera un lot de bouteilles du XVIIIe siècle. La batterie de cuisine est représentée par des fragments de cuillère, de louche et de fourchette, de pelle à feu ou de tisonnier, de poêlon, chaudron et  marmites. Douze barres d’orme ou de chêne évoquent la présence d’échelles, de manches d’outils, de râteliers ou de caisses de tombereau, trois fonds et sept douelles renvoient aux seaux, six lattes au parquet et autant de panneaux à des meubles. De la végétation témoignent 34 502 restes carpologiques (tableaux pages 168-169) et 19 échantillons palynologiques comportant « en moyenne 3322 grains de pollens par gramme de sédiment » (p. 175) : aux côtés des céréales, des adventices et des rudérales, les arbres - chêne et orme surtout mais aussi hêtre et charme, noyer et tilleul, érable, aulne et saule - et les plantes hydrophiles signalant eaux stagnantes et prairies humides représentent autour de 50 % des échantillons. Parmi les 732 restes de mammifères et d’oiseaux, déterminés à plus de 80 %, on remarquera la régression du bœuf au profit des caprinés entre le XVIe et le XVIIe-XVIIIe siècle, ainsi que la présence récurrente des équidés, du chat et du chien, de la basse-cour avec coq et oie, des animaux chassés à poil - le lièvre – et surtout à plume avec la perdrix, le grèbe  et deux sortes de canards.

8Le paysage autour de l’habitat est ainsi précisé puis, avec les cartes et plans disponibles, c’est l’organisation spatiale dans laquelle s’insère l’établissement qui est étudiée et que sont ainsi définis les enjeux socio-économiques de l’implantation (p. 181 sq.). Les cadastres et les cartes du XIXe siècle ont été mis à contribution, ainsi que l’Atlas de Trudaine de 1745, la carte de Cassini des années 1752-1757, un plan–terrier de la seigneurie de Varennes levé en 1769 et le plan d’Intendance de 1781 : ils constituent de précieux jalons archéogéographiques au plus proche au moins de la fin de l’occupation du site et, si certaines des explications avancées restent bien hypothétiques, le scénario général proposé apparaît solidement étayé. Le milieu d’implantation est certes très imbibé mais loin d’être répulsif. Il est riche en effet de potentialités productives multiples, notamment pastorales en des temps de reconstruction économique où les techniques de drainage sont assez bien maîtrisées et où les spécialisations agricoles progressent ; il est loin d’être isolé car placé à proximité immédiate du carrefour des routes reliant Reims et Orléans d’une part, Sens et Paris d’autre part, car bien inscrit dans un dense réseau de grosses fermes et de châteaux similaires, donc de voisinages solidaires entre des familles de roturiers enrichis et de petite aristocratie.

9À l’origine, en 1506, il s’agit en effet de la constitution d’un fief à partir de censives roturières dépendant du seigneur de Varennes pour un certain Jean le Normand dont l’origine est sans doute roturière : un investisseur engageant un capital dans la terre et qui obtient l’ennoblissement de son patrimoine dix-huit mois après. La maison fossoyée, porteuse donc d’attributs aristocratiques certes mesurés mais fort lisibles, serait alors édifiée, habitée peut-être dès l’origine non pas par le propriétaire mais par des fermiers, définis dans les contrats comme laboureurs tout au long des XVIe et XVIIIe siècles.

10Voici mis en scène à la fois par les vestiges matériels et les témoignages écrits, de façon très suggestive et dans le détail de leur niveau de vie, de leurs activités et de leurs réseaux sociaux, certains représentants de l’élite rurale d’Ancien Régime : le projet était séduisant, le résultat est probant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Beck, « Séverine HURARD dir., La ferme du Colombier à Varennes-sur-Seine (XVIe-XVIIIe siècles) : expression matérielle de l’ascension sociale d’élites rurales en milieu humide », Revue archéologique de l’Est, Tome 62 | 2013, 495-497.

Référence électronique

Patrice Beck, « Séverine HURARD dir., La ferme du Colombier à Varennes-sur-Seine (XVIe-XVIIIe siècles) : expression matérielle de l’ascension sociale d’élites rurales en milieu humide », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 62 | 2013, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://rae.revues.org/7893

Haut de page

Auteur

Patrice Beck

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page