Navigation – Plan du site

Supplément 37

Jean-François Piningre, Michel Pernot, Véronique Ganard, Le dépôt d’Évans (Jura) et les dépôts de vaisselles de bronze en France au Bronze final

img-1-small480.jpg

Jean-François Piningre, Michel Pernot, Véronique Ganard, avec la coll. de David Bourgarit, Benoit Mille, Théophane Nicolas, Le dépôt d’Évans (Jura) et les dépôts de vaisselles de bronze en France au Bronze final
37ème supplément à la Revue Archéologique de l’Est.
Dijon, S.A.E., 2015, 216 p, ill. N & B et couleur.
ISBN 978-2-915544-29-9 - ISSN 1773-6773
25 € + port

Le dépôt de vaisselles de bronze d’Évans (Jura) a été découvert fortuitement en juin 1998 dans une doline proche de la vallée du Doubs. Ce lot exceptionnel de quarante-neuf récipients au moins représente à l’échelle européenne l’ensemble le plus important de vaisselles métalliques du Bronze final par le nombre et par la variété des récipients qui le composent. À côté de formes classiques comme les coupes et tasses de Kirkendrup-Jenišovice, de Fuchsstadt et le chaudron, cet assortiment comprend en outre des récipients uniques, comme la jarre biconique, ou jusqu’ici connus en quelques unités seulement comme les bouteilles, les passoires et les puisoirs. Il constitue ainsi un référentiel typologique étoffé de cette catégorie de biens de prestige.
Sa position géographique dans le contexte de la culture Rhin-Suisse-France orientale, très excentrée vers l’ouest par rapport aux autres grands dépôts européens de vaisselles métalliques, constitue une nouveauté. Un bilan des vaisselles métalliques contemporaines représentées en France et dans le domaine lacustre suisse permet d’évoquer, à l’échelle de l’Europe, la complexité des pratiques de dépôt et de leur dynamique évolutive tant du point de vue de la chronologie que de la géographie.
Le dépôt d’Évans offre l’opportunité de revisiter plusieurs questions, souvent débattues, quant à la fabrication, la diffusion et la symbolique de ces ustensiles particuliers dont la maîtrise technologique et les savoir-faire mis en œuvre font ici l’objet d’un développement approfondi.
Parmi les questions posées, celle de l’origine des vaisselles est primordiale pour la lecture et la compréhension d’un tel ensemble. Déjà illustrée par le dépôt de Blanot, la distinction entre une production « orientale » et une production « occidentale », ne vient pas ici à l’encontre des hypothèses déjà émises, bien que l’approche du cheminement de ces produits à l’échelle de l’Europe, ainsi que celle des modèles, des copies et des transferts de technologie, restent encore largement ouvertes. À cet égard, les différents modèles de coupes et tasses de Kirkendrup-Jenišovice, qui représentent ici les deux tiers de l’ensemble, constituent une base d’analyse privilégiée.
Le dépôt d’Évans nous invite aussi à nous interroger sur l’aspect social des dépôts de vaisselles de prestige. Offrandes aux divinités, services d’apparat ou liturgiques pour les uns, récipients « désacralisés » incorporés par fragments dans des dépôts de recyclage pour les autres, ces assemblages non aléatoires sont au centre de plusieurs pistes d’interprétations et d’interrogations qui peuvent refléter tout à la fois des aspects fonctionnels et symboliques, et se distinguer par la diversité du choix et de la disposition des objets qui les composent.
Dans une logique d’appropriation et de sacralisation des territoires, la position du dépôt d’Évans, sur deux axes majeurs de franchissement du Jura central et de circulation entre Rhône et Danube, nous conduit enfin à replacer cet ensemble hors norme dans son contexte territorial et culturel, au contact des différentes zones d’influence des groupes de la culture Rhin-Suisse-France orientale aux XIIe-Xe siècles avant notre ère.

---

Der Bronzegeschirrhort von Évans (Dép. Jura) kam zufällig im Juni 1998 in einer Doline nahe des Doubstals ans Licht. Die große Zahl von mindestens 49 Gefäßen und deren Formenspektrum machen diesen außergewöhnlichen Fund zum bedeutendsten Ensemble jungbronzezeitlichen Metallgeschirrs in Europa. Neben gängigen Stücken, wie Schalen und Tassen der Typen Kirkendrup-Jenišovice und Fuchsstadt und einem Becken, liegen in dem Sortiment auch bislang einmalige oder nur selten belegte Formen, wie ein doppelkonisches Gefäß oder Flaschen, Siebe und Schöpfgefäße, vor. So ergiebt sich eine umfassende typologische Referenzserie dieser wertvollen Produkte.
Die geographische Situation des Fundes im Kontext der rheinisch-schweizerisch-ostfranzösischen Urnenfeldergruppen, weit abseits der übrigen großen europäischen Bronzegeschirrhorte, ist eine Neuheit. Anhand einer Zusammenstellung der gleichzeitigen Metallgefäße aus Frankreich und aus den Schweizer Seeufersiedlungen werden in europäischem Maßstab die Komplexität der Hortfundsitte und ihre Entwicklungsdynamik in chronologischer und geographischer Hinsicht angesprochen.
Der Hortfund von Évans erlaubt einen neuen Blick auf verschiedene, häufig erörterte Fragen zur Herstellung, Verbreitung und symbolischen Bedeutung dieser besonderen Geräte. In dieser Publikation werden die zugrundeliegende technologische Spitzenleistung und verschiedene Aspekte des fertigungstechnischen Know-hows gründlicher untersucht.
Besonders die Frage der Herkunft der Gefäße ist entscheidend für das Verständnis eines solchen Ensembles. Bereits der Hortfund von Blanot hatte die Unterscheidung einer « östlichen » und einer « westlichen » Produktion nahegelegt, die zu verschiedenen älteren Auffassungen nicht unbedingt im Widerspruch steht. Allerdings besteht zum Zustandekommen des gesamteuropäischen Verbreitungsbildes dieser Produkte sowie zur Frage von Modell und Kopie und zum Phänomen des Technologietransfers weiterhin Klärungsbedarf. In diesem Sinne liefern die verschiedenen Exemplare von Schalen und Tassen vom Typ Kirkendrup-Jenišovice, die zwei Drittel des Fundes ausmachen, ein ausgezeichnetes Untersuchungsmaterial.
Der Fund von Évans bietet auch den Anlass, die soziale Dimension von Horten mit Luxusgeschirr zu untersuchen. Gaben an die Götter, Prunkservice oder « vasa sacra » für die einen, Fragmente profanierter Gefäße in Depots des Metallrecyclings für die anderen : zu den nirgends ohne menschliche Absicht zustande gekommenen Ansammlungen von Gegenständen gibt es eine Reihe von Interpretationsansätzen, in denen gleichermaßen funktionale und symbolische Gesichtspunkte berücksichtigt und von Fall zu Fall beispielsweise die verschiedenartige Auswahl und Anordnung der Objekte miteinbezogen sein können.
Im Hinblick auf Fragen der Aneignung und Sakralisierung des Territoriums wird die geographische Situation des Fundortes mit ihrem direkten Bezug auf zwei große Verkehrslinien, nämlich die Passage des Zentraljuras und die Verbindung zwischen Rhônebecken und Donauachse, hervorgehoben und schließlich dieses außergewöhnliche Fundensemble in seinen territorialen und kulturellen Kontext im Überschneidungsbereich der verschiedenen Einflüsse gestellt, denen die rheinisch-schweizerisch-ostfranzösischen Urnenfeldergruppen des XII. bis X. Jahrhunderts vor unserer Zeit ausgesetzt sind.

---

SOMMAIRE

Avant-propos (J.-F.P.)
Introduction : Les vaisselles métalliques du Bronze final en France, un état de la question (J.-F.P.)

PARTIE 1 - LE DÉPÔT D’ÉVANS : MONOGRAPHIE ET COMPARAISONS EUROPÉENNES
1. Les circonstances de la découverte et le contexte géographique (J.-F.P. – V.G.)
1.1. Les circonstances de la découverte
1.2. Le contexte du dépôt
1.3. La conservation du matériel
1.4. Les conditions du dépôt : les empilements
2. Analyse typologique des vaisselles d’évans (J.-F.P.)
2.1. Les coupes de Kirkendrup-Jenišovice
2.1.1. État de la documentation
2.1.2. Typologie, descriptifs
2.1.3. Les coupes de type A d’Évans
2.1.4. Les coupes et tasses de type B d’Évans
2.1.5. Chronologie
2.3. La tasse du type Fuchsstadt
2.3.1. Description
2.3.2. Répartition, chronologie
2.4. Les puisoirs demi-sphériques « type Egyek »
2.4.1. Description
2.4.2. Chronologie et répartition
2.5. Les fiasques
2.5.1. Typologie
2.5.2. Comparaisons, chronologie
2.6. Les passoires
2.6.1. Passoire type Tiszavasvári
2.6.2. Passoire à crochet de suspension
2.7. Le vase biconique
2.7.1. Description
2.7.2. Comparaisons, chronologie
2.8. Le chaudron à attaches cruciformes
2.8.1. Description
2.8.2. Comparaisons, chronologie
2.9. Récipient indéterminé
2.10. Le pichet-situle
2.10.1. Description
2.10.2. Comparaisons, chronologie
2.11. Chronologie du dépôt d’Évans
3. Études technologiques (M.P.)
3.1. Des formes… ouvertes ou fermées
3.2. Des questions techniques préalables
3.2.1. Le formage des pièces
3.2.2. Le choix de l’alliage
3.3. Des investigations
3.3.1. Les moyens
3.3.2. Les vestiges des procédés de formage
3.3.3. Les assemblages
3.3.4. La décoration
3.4. Quelques conclusions
4. Éléments d’interprétation des résultats de l’analyse élémentaire des vaisselles du dépôt d’Évans (B.M. - D.B.)
4.1. Étude de la corrélation entre qualité du métal et technique de mise en forme pour la vaisselle de bronze
4
.2. Étude de la corrélation entre typologie et composition élémentaire pour les pièces de vaisselle (formes orientales / formes occidentales)
5. La place du dépôt d’Évans dans son contexte régional et européen (J.-F.P.)
5.1. Production et diffusion des vaisselles métalliques au début du Bronze final
5.1.1. Les conditions de l’étude
5.1.2. Les vaisselles du Bz D et du Ha A1
5.2. le dépôt d’Évans et les vaisselles métalliques en France continentale et en Suisse au Ha B1
5.2.1. Les coupes de Kirkendrup-Jenišovice en France
5.2.2.
Le domaine palafittique suisse
5.2.3.
Les coupes de Jenišovice-Kirkendrup A comme marqueurs d’une production occidentale
5
.2.4. La question d’une métallurgie du bronze battu dans le domaine jurassien
5.2.5. Les relations avec l’Europe du Nord
5.3. La consommation sociale des vaisselles métalliques à l’Âge du Bronze final
5.3.1. Les sépultures
5.3.2. La composition des dépôts à vaisselles métalliques
6. Évans et les dépôts de vaisselles du Bronze final : interprétation et symbolique (J.-F.P.)
6.1. Le dépôt d’Évans : un ensemble fonctionnel ?
6.1.1. Un dépôt de récipients complets ?
6.1.2. Des dépôts organisés
6.1.3. Un assemblage de récipients complémentaires ?
6.1.4. Un assemblage ritualisé
6.2. Le reflet d’une dynamique régionale en contexte RSFO ?
6.2.1. Un lieu de déposition symbolique
6.2.2. Un statut territorial particulier ?
6.2.3. Les composantes géo-culturelles d’Évans : un relais entre les influences centre-européennes et nord-alpines
Conclusion (J.-F.P - M.P.)

PARTIE 2 – INVENTAIRES
1. Catalogue des vaisselles d’Évans (V.G. - J.-F.P.)
1.1. Les coupes du type Jenišovice-KIrkendrup
1.2. Les tasses du type Jenišovice-Kirkendrup

1
.3. La tasse du type Fuchsstadt
1
.4. Les puisoirs
1.5. Les fiasques type Blanot1.6. Les passoires
1.7. Le vase biconique
1.8. Le chaudron
1.9. Les récipients divers
2. Catalogue des vaisselles métalliques du Bronze final I-IIIa en France citées dans le texte
Beaujeu (Haute-Saône) ; Blanot (Côte-d’Or) ; Bouclans (Doubs) ; Braud-et-Saint-Louis (Gironde) ; Cramans (Jura) ; Fresnes (Loir-et-Cher) ; Geispolsheim (Bas-Rhin) ; Larnaud (Jura) ; Lux (Saône-et-Loire) ; Mas-Saint-Chély (Saint-Chély-du-Tarn - Lozère) ; Pfaffenhofen (Bas-Rhin) ; Roeschwoog (Bas-Rhin) ; Saint-Martin-sur-le-Pré (Marne)
Annexes
Bibliographie

- -

Cet ouvrage a bénéficié des subventions du Ministère de la Culture et de la Communication (D.R.A.C. de Franche-Comté)

Document annexe

Haut de page