Navigation – Plan du site
Articles

Un établissement rural de La Tène finale à Trémoins (Haute-Saône)

Lydie Joan et Grégory Videau
p. 47-87

Résumés

Le site laténien de Trémoins se trouve en Franche-Comté, aux confins de la Haute-Saône et du Doubs, à l’extrémité nord de l’entité géographique vallonnée des collines pré-jurassiennes. Il occupe une tête de petit vallon. Le site s’organise selon deux ensembles distincts. En contrebas du vallon, sur une terrasse naturelle, une zone d’habitat est délimitée par un enclos fossoyé en agrafe de plus de 60 m de côté. À l’extérieur de cet enclos, des greniers et des fosses, dont certaines probablement destinées aussi au stockage, sont disséminés dans le vallon et en périphérie. Si le site semble correspondre de prime abord au schéma des enclos de type « ferme indigène », il présente également certaines caractéristiques des « habitats ouverts ». Le mobilier, principalement collecté dans le comblement des fossés de l’enclos et de quelques structures annexes, est attribuable à La Tène finale. Les résultats de l’étude de la céramique révèlent un faciès très conventionnel, s’inscrivant dans une fourchette comprise entre le dernier quart du IIe s. et le milieu du Ier s. av. n.è.

Haut de page

Texte intégral

1Le site laténien de la Planche au Saint se trouve en Franche-Comté sur la commune de Trémoins (Haute-Saône), à 15 km de Montbéliard, aux confins de la Haute-Saône et du Doubs et à l’extrémité nord de l’entité géographique vallonnée des collines pré-jurassiennes (fig. 1). Il occupe une ancienne tête de vallon, présentant un dénivelé de plus de 21 m.

Fig. 1. Contexte géographique et géologique d'après la feuille de Lure – 1 : 5000 (THÉOBALD et alii, 1967, repris par V. Lamy).

2La présence de vestiges fut d’abord mise en évidence dans l’emprise du tracé de la LGV Rhin-Rhône et d’une zone de dépôt contiguë, lors de deux campagnes de diagnostic (janvier 2005 et avril 2006), sous la direction de K. Raynaud, puis de G. Bataille et I. Dard (Inrap). Tenant compte de la répartition des sondages positifs, le Service régional de l’Archéologie de Franche-Comté a prescrit la réalisation d’une opération de fouille divisée en trois secteurs disjoints, totalisant une surface de près de 2,7 ha (fig. 2). Cette opération s’est déroulée du 23 avril au 6 juillet 2007.

Fig. 2. Plan général du site sur fond altimétrique après décapage (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).

3Masquée par des colluvionnements successifs, la topographie du terrain contemporaine des vestiges a été révélée suite au décapage. Les structures mises au jour se répartissent dans un petit vallon et sur ses abords. À l’exception d’une mare abreuvoir et de quelques fosses du Haut-Empire romain, la majorité des aménagements découverts (ensembles de trous de poteau, fosses, silos, enclos fossoyé) appartient au même horizon chronologique : La Tène finale.

1. Description des vestiges

4L’établissement rural gaulois de Trémoins s’organise autour d’un enclos qui, d’après l’exploitation des données recueillies lors de la fouille, structure l’espace en deux zones principales d’activités (fig. 2). L’intérieur de l’enclos semble dévolu en grande partie à l’habitat, alors que les greniers retrouvés à l’extérieur permettent de restituer une zone de stockage de céréales liée à une possible activité de mouture comme le suggère la découverte de deux fragments de meule (JACCOTTEY et alii, 2011, p. 924).

1.1. L’enclos (fig. 3 à 6)

5La structure principale du site est localisée dans la partie est de l’emprise. Il s’agit d’un enclos à trois branches, dit « en agrafe ». Le quatrième côté de l’enclos était naturellement ouvert sur un aplomb du terrain de quelques mètres. Il a été décapé sur toute sa surface et fouillé de manière exhaustive, en combinant des méthodes mécaniques et manuelles (fig. 3). L’enceinte délimite une surface de près de 3000 m² qui enserre diverses structures, et notamment des traces d’aménagements sur poteaux porteurs. Les tronçons de fossés, de longueur sensiblement égale (de 53 à 55 m), donnent à l’enclos une forme proche du carré. L’arasement variable de ces derniers laisse apparaître de sensibles différences de l’un à l’autre. La largeur à l’ouverture des trois fossés oscille entre 0,40 et 1,45 m, tandis que leur profondeur maximale est comprise entre 0,50 et 0,80 m (fig. 4 et 6). Les profils des fossés, creusés parfois en U, parfois en V, apparaissent également changeants. Par ailleurs, quel que soit le profil observé, on note des irrégularités au sein de chaque fossé, matérialisées par des paliers qui témoignent probablement d’entretiens réguliers.

Fig. 3. Répartition des structures dans le secteur 2 (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).

6Les coupes, réalisées à intervalles réguliers, révèlent un comblement relativement homogène du fossé de l’enclos pour les branches nord et ouest, et qui s’opère en deux temps (fig. 4 et 5).

Fig. 4. La branche ouest de l’enclos (St. 1008) (relevé : A. Habasque, DAO : F. Krolikowski).

7Le remplissage inférieur se caractérise par une couche de terrain naturel remanié, d’inégale épaisseur, qui tapisse le fond des fossés. La forte ressemblance des textures entre cette couche et l’encaissant naturel a rendu particulièrement délicate la mise en évidence des limites du creusement. Cet apport de matériaux, toujours stérile, s’explique très certainement par les dynamiques d’érosion des parois du fossé (ruissellements, effondrements) qui conduisent, à terme, à un profil d’équilibre, soit une stabilisation des parois de façon naturelle. Le remplissage supérieur est, quant à lui, de nature anthropique. Il se compose d’une matrice argilo-limoneuse compacte de couleur gris-brun qui contient occasionnellement des petites pierres calcaires, des fragments de charbon de bois et un peu de mobilier céramique. Parfois, on rencontre à la base de cette couche une lentille d’argile plus claire, sorte d’interface avec la couche précédente, qui pourrait être interprétée comme des traces de ruissellement ou de stagnation d’eau.

Fig. 5. La branche nord de l’enclos (St. 1010) (relevé : A. Habasque, DAO : F. Krolikowski).

8Cette stratigraphie binaire, relevée sur l’ensemble des fossés, apparaît plus complexe dans le bras sud de l’enclos (fig. 6). On suit de manière très exceptionnelle sur une quinzaine de mètres un niveau très charbonneux qui recouvre les deux couches précédemment décrites. Il s’agit d’une matrice argilo-limoneuse grise, saturée en charbons, largement pourvue en mobilier. L’existence de cette couche, manifestement liée à des rejets de nature détritique, s’explique probablement plus par la proximité d’une zone de vie (concentration au sol de traces se rapportant à plusieurs bâtiments) que par une meilleure conservation de la branche sud de l’enclos. Cette caractéristique se vérifie dans des secteurs beaucoup mieux documentés, comme la moyenne vallée de l’Oise, où les concentrations de mobilier retrouvées dans les enclos coïncident, le plus souvent, avec la présence d’une ou plusieurs constructions dans un périmètre proche (MALRAIN, PINARD, 2006).

Fig. 6. Localisation des coupes sur la branche sud de l’enclos (St. 1006) (relevé : M.-A. Widehen, DAO : F. Krolikowski).

1.2. Une excavation antérieure à l’enclos (fig. 7 à 11)

9Sur le tronçon nord de l’enclos (US 1010), un renflement, situé à environ 6 m de l’extrémité nord-est, était perceptible en surface mais semblait correspondre à une irrégularité du fossé (fig. 7). Lors de sa fouille, une anomalie de forme quadrangulaire, indépendante du fossé, est clairement apparue dans l’argile du terrain naturel.

Fig. 7. Localisation de la fosse 1039 sur la branche nord de l’enclos (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).

10À ce niveau d’apparition, les dimensions maximales de la structure atteignent 1,90 m de longueur et 1,80 m de largeur (fig. 8, plan 1). Toutefois, un second relevé en plan a permis de montrer qu’elle avait plutôt une forme carrée avec des côtés de 1,80 m dès qu’elle entaille le substrat rocheux (fig. 8, plan 2 et fig. 9).

Fig. 8. Plans de la fosse 1039 (relevé : A. Habasque, DAO : F. Krolikowski).

Fig. 9. Fosse 1039 en cours de fouille (G. Videau).

11À partir du niveau d’apparition, la profondeur de l’excavation atteint 2,10 m mais on peut restituer une profondeur globale de 2,50 m depuis le niveau initial. D’après ces critères, le volume estimé de la structure est compris entre 3,80 et 4,30 m3. Dès lors, on peut penser que l’espace correspondant à ce creusement n’est pas anodin. Bien que sa fonction première reste encore à définir en l’absence d’indices caractéristiques, plusieurs interprétations peuvent être avancées. La question de l’approvisionnement en eau d’une partie du site se pose comme une alternative. L’utilisation de cette cavité comme citerne serait une éventualité, mais la nature calcaire du substrat ne paraît pas très adaptée pour contenir de l’eau. La possibilité d’un puits avorté ou d’un puits fonctionnel qui, bien que peu profond, aurait pu capter une nappe perchée, comme il en existe dans le secteur encore actuellement, est également envisageable. Le stockage de denrées alimentaires constitue une autre option possible. On peut y voir un silo ou un garde-manger, voire une glacière, pour la conservation d’aliments divers, bien que l’on n’ait retrouvé aucun indice permettant de confirmer cette supposition.

Fig. 10. Coupe stratigraphique de la fosse 1039 (relevé: G. Videau, DAO : F. Krolikowski).

12Le comblement de cette cavité s’est déroulé en plusieurs étapes, alternant dépôts naturels (couches stériles : dues à des phénomènes de ravinement ?) et rejets anthropiques (fragments de charbon et quelques fragments de céramique) (fig. 10 et 11). Une première alternance de cinq couches est scellée par un niveau d’argile rubéfiée sur place, dont la puissance maximale atteint une quinzaine de centimètres. Elle montre une utilisation ponctuelle de la structure comme foyer ou peut-être comme four. La partie supérieure suit une dynamique de comblement à peu près similaire à la partie inférieure, avec six séquences de remplissage successives.

Fig. 11. Coupe stratigraphique de la fosse 1039 (G. Videau).

13Les quelques fragments de panse de céramique retrouvés dans les niveaux de rejets, bien qu’attribuables à La Tène finale, ne permettent pas de proposer une datation plus précise du comblement. Cependant, l’examen de la coupe de cette structure montre que la couche de clôture (US. 1040) est entamée par le fossé de l’enclos. La stratigraphie permet donc d’affirmer que cette structure a été creusée, puis comblée, avant la création de celui-ci.

1.3. Les aménagements intérieurs à l’enclos

14L’espace délimité par l’enclos présente quarante et une structures excavées qui, d’après le peu de mobilier retrouvé dans le comblement de celles-ci, sont contemporaines des fossés. On dénombre quatorze fosses, probablement creusées à fin d’extraction de matériaux, un foyer détruit sur place (ou une fosse contenant des rejets de foyer) et vingt-six trous de poteau. La répartition de ces structures n’est pas homogène, puisque onze fosses et vingt-cinq trous de poteau se concentrent dans la partie sud de l’enclos. La densité des poteaux retrouvés témoigne de l’importance des aménagements en matériau périssable à cet endroit. Pourtant, aucune organisation claire ne se dégage du semis de trous de poteau relevé. Ce manque de lisibilité est probablement induit par une succession d’états, comprenant un ou plusieurs bâtiments (fig. 12).

Fig. 12. Plan d'ensemble des structures de l'enclos (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).

15Sept trous de poteau font un diamètre moyen de 40 cm ; sept un diamètre moyen de 50 cm ; six de 60 cm ; quatre de 70 cm et enfin un de 80 cm. Plus ou moins bien conservés (hauteur de conservation variant de 5 à 56 cm), ils présentent des profils très variables (parois obliques ou verticales ; fonds plats, en cuvette ou inclinés).

Tentative de restitution

16L’indigence du mobilier empêchant toute association chronologique des poteaux, ceux-ci ont d’abord été classés, puis regroupés, en fonction de leur diamètre moyen, en supposant qu’un même bâtiment était construit de façon homogène avec des poteaux porteurs de section proche. Cette tentative s’est avérée infructueuse puisqu’aucun plan cohérent n’a pu être mis en évidence par ce biais. Néanmoins, en faisant abstraction de leur diamètre et de leur état de conservation différentiel, un certain nombre d’alignements restent perceptibles. On peut ainsi proposer la restitution de seize plans de bâtiments, correspondant moins à une réalité archéologique qu’à un inventaire, non exhaustif, des aménagements possibles (fig. 13 et 14).

Fig. 13. Propositions de plans de bâtiments (G. Videau).

Fig. 14. Propositions de plans de bâtiments (G. Videau).

17Hormis quelques exceptions, on constate que tous les bâtiments proposés présentent un ou plusieurs poteaux en commun. De fait, une partie seulement des plans de constructions suggérés peut avoir fonctionnée pendant une période donnée. L’hypothèse d’une succession d’édifices, remployant un ou plusieurs poteaux d’une construction précédente étant peu satisfaisante, le parti a été pris de se concentrer sur les bâtiments qui pouvaient fonctionner ensemble, privilégiant ainsi la cohérence de l’aménagement de l’espace.

18Les propositions retenues sont celles qui prennent en compte un maximum de structures, tout en conservant des plans de bâtiments, certes discutables, mais néanmoins vraisemblables (fig. 15 et 16). La première projection rassemble deux bâtiments de plan quadrangulaire (bât. 1 : 8 m de longueur par 5 m de largeur ; bât. 2 : 7 m de longueur par 3 m de largeur) et un bâtiment de plan naviforme (bât. 3 : 12 m de longueur par 6 m de largeur), tous construits sur la base de six poteaux porteurs. La deuxième projection réunit deux bâtiments de plan naviforme, avec une ossature variant de six à huit poteaux porteurs (bât. 2 : 8 m de longueur par 3 m de largeur ; bât. 3 : 12 m de longueur par 6 m de largeur), et un bâtiment de plan rectangulaire à six poteaux porteurs (bât. 1 : 6 m de longueur par 5 m de largeur). À chaque fois, l’enchevêtrement des trois constructions suggère l’existence d’au moins deux états.

Fig. 15. Propositions d'association de deux bâtiments (G. Videau).

Fig. 16. Propositions d'association de trois bâtiments (G. Videau).

19En raison d’une stratigraphie relative inexistante, plusieurs options sont envisageables. Dans un premier temps, on peut distinguer trois édifices qui se succèdent dans le temps, tout en se décalant légèrement dans l’espace. Dans un deuxième temps, si l’on se tient dans une logique de l’expansion de l’habitat, on peut imaginer un premier bâtiment (placé au centre) auquel succèdent deux bâtiments contemporains. Toutefois, l’inverse est également concevable : deux constructions sont remplacées par un seul édifice. Mais rien ne permet de trancher en faveur de l’une ou l’autre de ces hypothèses. Et, dans tous les cas, il demeure toujours un petit groupe de poteaux à l’écart des plans restitués, suggérant un déficit de données, très probablement lié à l’érosion.

20L’interprétation de ces aménagements est sujette à discussion, mais la présence d’un rejet de foyer à proximité ainsi que la concentration de mobilier détritique relevée dans le bras sud de l’enclos tout proche, évoquent une zone d’habitat. Il n’est toutefois pas à exclure l’existence de bâtiment(s) à vocation agricole (étable, stockage divers).

1.4. Les structures extérieures à l’enclos

21Dans les secteurs 1 et 3, 99 structures en creux (73 poteaux, 24 fosses, 2 foyers) se répartissent aussi bien aux abords que dans l’encaissement de la tête le vallon. Les plans d’au moins onze bâtiments peuvent être restitués : dix greniers sur pilotis (de 4 à 5 poteaux) et un bâtiment à six poteaux. Toutefois trente-trois trous de poteau, à l’implantation énigmatique, permettent d’envisager un nombre plus important de bâtiments à l’origine (fig. 17 et 18).

Fig. 17. Localisation des bâtiments observés dans le secteur 1 (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).

Fig. 18. Localisation des bâtiments observés dans le secteur 3 (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).

1.4.1. Les bâtiments 1, 2 et 3 (fig. 19 et 20)

22Au sud-ouest du secteur 1, une forte concentration de structures (seize poteaux et une fosse [254]) a été observée. L’organisation en plan ne permet pas de restituer une construction cohérente intégrant l’ensemble de ces fosses d’implantation. Leurs diamètres sont relativement disparates (entre 0,60 et 0,90 m), tout comme leurs plans (circulaire ou ovale) et leurs profils (parois droites ou évasées, fond plat, oblique ou en cuvette). Des négatifs de poteaux ont pu être observés dans six de ces fosses. Les diamètres mesurés de ces fantômes de poteau sont aussi très hétérogènes (0,32 m ; 0,42 m ; 0,46 m ; 0,70 m).

Fig. 19. Plan des bâtiments 1, 2 et 3 (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).

23Trois plans cohérents semblent toutefois se dessiner : deux greniers à quatre poteaux (bâtiments 1 et 3) et un bâtiment à six poteaux (bâtiment 2). Cependant, ces trois plans ne tiennent pas compte de deux fosses d’implantation ; ceci nous oblige à rester prudent quant à la validité de la proposition.

Fig. 20. Bâtiments 1 à 3 : plan et coupes des structures (relevé : A. Serrurier, DAO : F. Krolikowski).

24Le premier plan cohérent est celui d’un grenier à quatre poteaux. Les quatre fosses d’implantation, de plan ovoïde avec profil en U, dessinent un plan rectangulaire (3 x 2,50 m, soit une surface de 7,50 m2). Leurs caractéristiques sont très similaires : des diamètres de creusement moyens (de 0,80 à 0,85 m), des plans relativement circulaires et des profils en U assez semblables.

25Le deuxième plan observé correspond également à un grenier. Quatre fosses d’implantation de poteau dessinent un plan trapézoïdal (2,50 x 3,50 x 4 m, soit une surface de 12 m2). Trois d’entre eux présentent des plans ovoïdes, avec des profils en U à fond relativement plat très similaires, avec des négatifs de poteaux dont le diamètre varie de 0,30 à 0,50 m. Une cinquième fosse d’installation de poteau peut éventuellement appartenir à ce bâtiment (poteau de soutènement d’un grenier sur pilotis, échelle ?). D’un diamètre proche des précédents (fosse : 0,78 m ; poteau : 0,42 m), il présente néanmoins un profil différent avec un fond concave.

26Un troisième plan peut être enfin présenté. Mais cette construction nécessite le remploi d’un des poteaux du grenier 3 et empiète sur la surface du grenier 1. Si ce bâtiment recouvre bien une réalité archéologique, il faut donc envisager au moins deux ou trois états de construction dans cet espace, sans que l’on puisse toutefois estimer la chronologie relative de chacun d’entre eux.

27Ce troisième ensemble correspondrait à un bâtiment à six poteaux, de plan sub-rectangulaire (7,30 x 3,70 x 6,70 x 4 m) et d’une surface d’environ 24 m². Les fosses d’implantation de poteau, de plan circulaire ou ovale, offrent des profils variés. Quatre présentent des négatifs de poteaux de diamètres très hétérogènes (de 0,40 à 0,60 m). Ce type d’édifice peut correspondre également à un grenier. La surface de stockage est ici plus imposante que pour ceux à quatre poteaux. Ce type de structure se rencontre, par exemple, au Brassot à Étigny dans l’Yonne (SÉGUIER, AUXIETTE, 2008).

1.4.2. Le bâtiment 4 (fig. 21 et 22)

28Au sud-ouest du secteur 1, aux abords du décapage, quatre fosses d’implantation de poteau forment un plan allongé au sol (4,68 x 3,10 m, soit une surface de 14,62 m2). Les diamètres des creusements sont relativement imposants (0,82 à 0,96 m) à l’exception de la fosse 43 (0,53 m). Les négatifs ne sont apparus qu’en coupe [240, 241, 242, 245]. Le module de ces poteaux est relativement petit (trois de 0,20 m de diamètre, et un de 0,25 m). Deux trous de poteau (37 et 27) semblent compléter le plan de ce bâtiment. Très arasés (prof. cons. : 0,08 m à 0,12 m), ils sont de gabarit très similaire (diam. : 0,60 m et 0,76 m), tout en présentant des plans relativement différents, mais avec des négatifs de poteau de 0,20 m de diamètre également. Faut-il alors proposer un plan à pan coupé, ou faut-il les considérer comme des fosses d’installation d’étais ? La question reste ouverte.

Fig. 21. Plan du bâtiment 4 (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).

Fig. 22. Bâtiment 4 : plan et coupes des structures (relevé : A. Serrurier, DAO : F. Krolikowski).

1.4.3. ` (fig. 23 et 24)

29À l’autre extrémité du site, près de la limite nord du décapage, trois trous de poteau semblent constituer l’amorce d’un bâtiment de type grenier sur pilotis ; mais celui qui marquait vraisemblablement l’angle nord-est a été détruit. En effet, à l’emplacement où l’on pouvait attendre un quatrième poteau, un chablis [086] de taille imposante (largeur 1,60 m) a été observé. Après restitution du poteau manquant par symétrie, cette structure présenterait un plan relativement proche du carré (3,50 x 3,30 m, soit 11,55 m2). Des négatifs de poteau ont été observés dans deux fosses, qui permettent de restituer des diamètres de 0,22 et 0,25 m. Dix anomalies relativement alignées bordent cette construction. La fouille de cet ensemble a démontré qu’il ne s’agissait que de petits chablis. Malgré leur disposition, leur regroupement et leur proximité du bâtiment, il demeure impossible de les associer à celui-ci.

Fig. 23. Plan du bâtiment 5 (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).

Fig. 23. Plan du bâtiment 5 (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).

Fig. 24. Bâtiment 5 : plan et coupes des structures (relevé : M.-A. Widehen, DAO : F. Krolikowski).

1.4.4. Le bâtiment 6 et la fosse 122 (fig. 25 à 27)

30Dans l’encaissement de la tête de vallon, le bâtiment 6 est aussi une construction en matériaux légers, avec une armature sur quatre poteaux plantés. Le corps du bâtiment adopte un plan presque carré de 5 x 5,30 m entre poteaux, qui couvre une surface d’environ 26,50 m2 au sol. À proximité immédiate de ce bâtiment, à moins d’un mètre, une fosse [122], de grandes dimensions, présente un creusement de plan presque circulaire, à parois verticales (diam. : 1,20 à 1,30 m ; prof. cons. : 0,90 m). La profondeur de ce creusement, son diamètre et sa forme régulière (parois verticales et fond plat) prouvent le soin accordé à cette structure. Toutefois, son comblement de blocs calcaires [121] dans une matrice d’argile rend difficile son interprétation.

Fig. 25. Plan d'ensemble du bâtiment 6 et de son environnement (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).

31La possibilité d’un puits avorté, ou d’un puits fonctionnel, est peu envisageable. Faut-il la considérer comme un espace de stockage de type garde-manger ou cellier, comme les fosses quadrangulaires du site de Plessis-Gassot (CAMMAS et alii, 2005) ? Ou s’agit-il d’une fosse-silo, comme sur le gisement protohistorique de Rosières-aux-Salines (Meurthe-et-Moselle) (KOENIG, 2005) ? Aucun élément de datation ne peut être associé à la fosse 122, ni au bâtiment 6, ce qui ne permet pas de les associer avec certitude d’un point de vue chronologique.

Fig. 26. Le bâtiment 6 (P. Nowicki).

Fig. 27. Bâtiment 6 : plan et coupes des structures (relevé : A. Préault, DAO : F. Krolikowski).

1.4.5. Le bâtiment 7 et la fosse 124 (fig. 28 à 31)

32Au centre du secteur 1, dans le creux du vallon, quatre fosses d’implantation de poteau [147, 143, 187, 174], de plan ovoïde ou circulaire, avec profil évasé, se regroupent pour former un plan au sol presque carré (2,50 x 2,60 m, soit une surface de 6,50 m2).

Fig. 28. Plan du bâtiment 7 et son environnement (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).

33Pour un si petit édifice, les diamètres des creusements des fosses d’implantation des poteaux sont relativement imposants (1 m et 1,20 m). Leur état de conservation varie de 0,28 à 0,50 m.

34Comme pour le bâtiment 6, une fosse [124] se situe à proximité immédiate du grenier. À moins d’un mètre, elle présente des caractéristiques similaires : de grandes dimensions, avec un creusement de plan subcirculaire, des parois verticales (diam. : 1,46 m ; prof. cons. : 1,20 m). Le comblement [123, 152] se compose essentiellement de matériaux de construction (clayonnages) et de charbons (fig. 29 et 30).

Fig. 29. Plan et coupe de la fosse 124 (relevé : F. Chaléat, DAO : F. Krolikowski).

Fig. 30. Bâtiment 7: plan et coupes des structures (relevé : G. Videau, DAO : F. Krolikowski).

35La profondeur de ce creusement, son diamètre, sa forme régulière (parois verticales et fond plat) prouvent une fois de plus le soin apporté à ce type de structure. Toutefois, son comblement ne permet pas de l’identifier uniquement comme un silo (nombreux éléments de torchis : fig. 31). La possibilité d’un puits avorté, ou d’un puits fonctionnel, qui, bien que peu profond, aurait pu capter une nappe perchée, comme il en existe dans le secteur encore actuellement, est peut-être envisageable. En effet, des traces de rubéfaction organique pourraient constituer l’indice d’un ancien cuvelage. Le trou de poteau 141, de plan subcirculaire et de profil à fond plat et à paroi légèrement inclinée ou légèrement courbe, pourrait correspondre aux vestiges d’un système de chèvre, de palan ou encore de balancier. Toutefois, on ne peut écarter l’hypothèse d’une fosse de stockage de type garde-manger, ou celle d’une fosse-silo. Le mobilier céramique recueilli dans le comblement de cette structure est daté de La Tène D2.

Fig. 31. Fragments de torchis découverts dans la fosse 124 (G. Videau).

36En l’absence totale de mobilier archéologique, certaines structures ne sont pas formellement datées. Cependant, le contexte dans lequel elles s’inscrivent tend à les rattacher à l’occupation gauloise. Toutefois, une fois de plus, rien ne permet d’associer strictement la fosse et le bâtiment, bien que la récurrence du schéma fosse-grenier soit notable.

1.4.6. Le bâtiment 8 (fig. 32 et 33)

37Quatre fosses d’implantation de poteau, de plan ovoïde avec profil en U, constituent les vestiges de ce bâtiment, au plan presque carré (2,80 x 2,70 m, soit une surface d’environ 7,50 m2). Les diamètres des creusements sont de taille moyenne (0,50 et 0,70 m). Les négatifs sont clairement visibles dans trois comblements. Le module de ces poteaux est relativement homogène (trois poteaux de 0,30 m de diamètre et un de 0,20 m).

Fig. 32. Plan du bâtiment 8 et son environnement (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).

38Deux trous de poteau semblent compléter le plan de ce bâtiment. Bien conservés (prof. : 0,25 et 0,30 m), ils sont de gabarit similaire (diam. : 0,65 m et 0,72 m) et présentent des négatifs de poteau de 0,20 à 0,30 m de diamètre également. Si ces deux structures sont bien associées au grenier, le plan rappellerait alors ceux des petits bâtiments découverts à Lieusaint (Seine-et-Marne), dans le secteur A de la ZAC de la Pyramide/Jardins de la Méridienne (VIAND, 2005). Au sud-est de ce bâtiment, une fosse présente des limites peu nettes (trace circulaire de 0,80 m de diamètre ; prof. cons. : 0,10 m). Il pourrait s’agir d’un foyer (trace de rubéfaction) ou d’une fosse de vidange de foyer, avec un dépôt de braises encore chaudes. Toutefois, la première hypothèse semble la plus vraisemblable.

Fig. 33. Bâtiment 8 : plan et coupes des structures (relevé : M.-A. Widehen, DAO : F. Krolikowski).

39Une seconde fosse [227] rappelle, par sa forme de plan circulaire, son profil en cuvette et ses dimensions (diam. : 1,20 m à 1,30 m ; prof. 0,32 m), celles situées à proximité immédiate des bâtiments 3 et 4. Toutefois, son comblement, très différent, n’incluant aucun matériau de construction ou de blocs calcaires, sa plus faible profondeur, ainsi que son relatif éloignement du bâtiment 8 ne semblent pas indiquer la même fonction (fosse d’extraction d’argile ?).

1.4.7. Le bâtiment 9 (fig. 34 et 35)

40Quatre trous de poteau, de plan circulaire avec profil en U, composent le plan presque rectangulaire de ce bâtiment, qui occupe une surface d’environ 11 m2 (3,50 x 3,10 m). Les diamètres des trous de poteau sont de modules moyens (de 0,48 à 0,62 m et 1,18 m). Leur état de conservation varie de 0,13 à 0,26 m. Les négatifs des poteaux ont été observés et permettent de restituer des diamètres très proches (de 0,25 à 0,27 m). Deux trous de piquet de dimensions modestes (0,14 et 0,20 m de diamètre) pourraient être associés à ce grenier en raison de leur emplacement (système de montée ?), sur le côté sud-ouest. Ce bâtiment est situé à proximité d’un second (bât. 10), situé en secteur 3. Toutefois, faute de matériel datant, il est difficile de les associer.

Fig. 34. Plan du bâtiment 9 et son environnement (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).

Fig. 35. Bâtiment 9 : plan et coupes des structures (relevé : M.-A. Widehen, DAO : F. Krolikowski).

1.4.8. Le bâtiment 10 (fig. 36 et 37)

41À proximité immédiate du bâtiment 9, quatre trous de poteau, de plan circulaire et profil en U, matérialisent ce bâtiment qui occupe une surface d’environ 9 m2. Son plan au sol est proche du carré (3 m de côté environ). Les diamètres des trous de poteau sont soit de gros module (autour de 0,80 m), soit de module moyen (de 0,50 à 0,60 m). Les négatifs des poteaux ont été observés dans trois fosses, nous permettant de restituer des diamètres différents (de 0,36 à 0,46 m).

Fig. 36. Plan du bâtiment 10 et de son environnement (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).

Fig. 37. Bâtiment 10 : plan et coupes des structures (relevé : L. Joan, DAO : F. Krolikowski).

1.4.9. Le bâtiment 11 (fig. 38)

42Quatre trous de poteau, de plan circulaire et profil en U, constituent un bâtiment presque rectangulaire, qui occupe une surface d’environ 12,50 m2 (3,20 x 4 m environ). Les diamètres des trous de poteau sont de module moyen (environ 0,45 m). Une fosse [2040], située à proximité du grenier (côté nord), pourrait lui être associée (échelle ?), sans certitude.

Fig. 38. Plan du bâtiment 11 et son environnement (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).

2. La céramique de La Tène finale

43Le site a livré 1800 fragments de céramique, représentant 69 individus qui se répartissent inégalement entre les amphores (456 fragments et 6 individus) et la vaisselle indigène (1344 fragments et 63 individus). Le mobilier se concentre principalement dans le comblement de l’enclos, c’est pourquoi l’étude de la céramique s’appuie pour une grande part sur le matériel prélevé dans ses fossés, et sur une petite série de structures qui permettent de caractériser le faciès céramique de Trémoins. Trois fragments proviennent des colluvions (fig. 41, nos 33 à 35).

2.1. Enclos (fig. 39 et 40)

44Le mobilier retrouvé sur le site provient essentiellement du comblement des trois branches de l’enclos. Au sein de cet ensemble, on distingue deux catégories : les vases importés et les productions locales. Les importations sont exclusivement représentées par des fragments d’amphores vinaires italiques de type Dressel 1. Un peu moins de 450 tessons ont été recueillis, représentant un poids légèrement supérieur à 24 kg, ce qui se rapproche de la masse d’une seule amphore. Mais les éléments de forme, et notamment les lèvres, indiquent qu’au moins six amphores différentes ont été apportées à Trémoins. Cinq de ces bords sont des bandeaux courts (hauteur inférieure à 5 cm) ayant des diamètres à l’ouverture compris entre 13 et 15 cm (nos 1 à 4). Le dernier bord ne possède pas un profil complet, mais l’aspect général de la lèvre laisse supposer qu’elle serait plutôt courte et de forme triangulaire. Les pieds, au nombre de quatre, se répartissent entre deux variantes principales : un pied en bouton (n° 5) et trois pieds à terminaison moulurée, ces derniers pouvant être plus ou moins évasés (nos 6 à 8). Ils sont généralement très fragmentés et l’on ne possède qu’un seul exemplaire complet (n° 8). À partir de ces éléments, on peut dégager un profil des amphores acheminées à Trémoins : amphore à lèvre triangulaire ou en bandeau court, épaule arrondie (un seul fragment recueilli) et pied en bouton ou mouluré. Les rapprochements évidents avec le mobilier des sites de La Tène D1 comme Verdun-sur-le-Doubs (VIDEAU, 2000 ; VERRIER, VIDEAU, 2001) ou Bâle Gasfabrik (FURGER-GUNTI, BERGER, 1980, p. 130, 134 et 138), pour ne citer que quelques exemples proches, témoignent du caractère ancien de ces amphores.

Fig. 39. Mobilier céramique (LT D1) provenant de l’enclos. 1-8. Amphores Dressel 1 ; 9. bracelet en verre ; 10. céramique tournée fine claire peinte ; 11-17. céramique tournée fine claire (G. Videau).

45Les 800 fragments de céramique indigène prélevés, soit un peu plus de 5 kg, appartiennent à un minimum de trente-six individus. La vaisselle non tournée réunit quinze vases, parmi lesquels on identifie un individu de type Besançon produit dans la région du Morvan et du Verdunois (BARRAL, 1994 et 1999). Il s’agit d’un tesson caractéristique (pâte claire, inclusions granitiques et engobe micacé) appartenant probablement à un pot, puisque c’est la seule forme attestée pour l’instant dans la vallée du Doubs. Le reste des individus paraît avoir une origine plus locale, avec un dégraissant qui peut être siliceux ou calcaire, parfois coquillier. L’aspect des tessons, toujours sombres, ne permet pas de définir si les vases ont tous bénéficié d’une cuisson réductrice, ou si des cuissons secondaires ont altéré la couleur de certains.

46Le répertoire est largement dominé par les formes basses, avec neuf jattes ou écuelles, parmi lesquelles on isole deux grands types. Le premier est illustré par les formes à bord plus ou moins rentrant qui sont les plus nombreuses, avec huit exemplaires (nos 27 à 30). Deux variantes se distinguent du lot : une écuelle à lèvre facettée (n° 28), et surtout une écuelle à lèvre plus ou moins arrondie, soulignée par une cannelure (n° 27). Ce dernier exemplaire, comparable à deux écuelles trouvées sur le site proche de Chavanne (VIDEAU, 2007, nos 8 et 9), ainsi qu’aux écuelles alsaciennes de type 6 (ZEHNER, 2010), pourrait correspondre à une variante régionale diffusée sur une aire restreinte. Le deuxième type est représenté par des écuelles à lèvre aplatie plus ou moins débordante, dont on compte deux exemplaires (nos 31 et 32).

Fig. 40. Mobilier céramique (LT D1) provenant de l'enclos. 18-22. céramique tournée claire fine ; 23. céramique tournée grise fine fumigée ; 24-25. céramique tournée noire à pâte rouge fine ; 26-32. céramique modelée claire ou sombre à dégraissant grossier (G. Videau).

47Les pots, peu représentés avec seulement trois individus (deux exemplaires non dessinés), se caractérisent par une lèvre éversée et un col cintré qui peut être éventuellement décoré. En l’occurrence, seul un vase est orné d’incisions placées sur la partie haute de la panse (n° 26). Ce type de décor est généralement attesté sur les exemplaires anciens de La Tène finale. Pour en finir avec la céramique culinaire, on notera également la présence d’un couvercle (non dessiné).

48La vaisselle de présentation regroupe vingt et un individus qui se répartissent en trois catégories principales : la céramique tournée à pâte claire, qui peut être peinte ou non, la céramique à pâte grise et la céramique à pâte sombre. La première catégorie est la mieux représentée avec quatorze individus qui se distribuent inégalement entre formes hautes et formes basses. Ces dernières, avec seulement une coupe carénée à lèvre légèrement éversée (n° 21), sont largement sous-représentées. Les parallèles qui existent à l’échelle régionale avec les sites de Bâle Gasfabrik (FURGER-GUNTI, BERGER, 1980, p. 346 et 348), Saint-Germain-en-Montagne (VIDEAU, 2006, p.176) ou encore Verdun-sur-le Doubs (BARRAL, 1994, p. 252), montrent que l’on retrouve ces profils dans des contextes précoces du IIe s. av. n. è. Les formes hautes se partagent entre les bouteilles, les tonnelets et les dolia. Les premiers vases sont largement majoritaires, avec neuf individus. Il faut noter parmi eux la présence d’un exemplaire peint (traces d’engobe blanc sur le col, n° 10). Les profils sont divers, avec des lèvres éversées, plus ou moins fines et travaillées (nos 10 et 12 à 14), et des lèvres débordantes (n° 11). Les fonds se rapportant à ces lèvres sont généralement des pieds en couronne (exemple : n° 19). Les tonnelets, avec quatre individus, occupent une place non négligeable dans le répertoire de la vaisselle de présentation. Deux types cohabitent : les tonnelets à lèvre éversée et col cintré (nos 15 et 16) et ceux à lèvre arrondie plus ou moins prononcée, avec un col peu marqué (deux exemplaires : n° 17 et non dessiné). Enfin, le répertoire est complété par deux dolia de type Zürich-Lindenhof (VOGT, 1948). Ces vases, produits et très largement diffusés en Alsace, étaient considérés comme des fossiles directeur de La Tène D2 et semblaient se diffuser au moins jusqu’à la fin de la période tibériennne (ZEHNER, 1999, p. 195-197 ; ZEHNER, 2010, p. 120-123). Cependant, d’après un certain nombre d’études de mobilier récentes, l’apparition de ces productions serait beaucoup plus précoce. L’oppidum du Fossé des Pandours au Col de Saverne illustre bien cette tendance avec des dolia présents dès les contextes LT D1b (BONAVENTURE, 2011, p. 56 ; BONAVENTURE, FÉLIU, 2012, p. 131). La pâte d’un des dolia (le second provenant du diagnostic a subi une cuisson secondaire) est orangée avec des inclusions de quartz blanc (diamètre compris entre 2 et 5 mm) et des nodules ferreux, mais ne porte aucune trace d’engobe blanc, typique des productions alsaciennes. Deux hypothèses peuvent être avancées pour expliquer cette absence : soit l’engobe ne s’est pas conservé lors de son séjour dans le sol, soit il s’agit d’une production différente.

49La céramique à pâte grise fine représente une part anecdotique du mobilier, avec deux formes hautes : une bouteille à lèvre débordante (n° 23) et un pot à lèvre éversée (non dessiné). Les vases d’aspect sombre, pâte rouge à surface noire lustrée, sont également peu nombreux avec seulement trois individus. On compte une bouteille à lèvre débordante (non dessinée), typique des productions alsaciennes (pâte lustrée noire ; ZEHNER, 2000, p. 71), un pot à lèvre éversée et col cintré (n° 24) et une écuelle à bord rentrant (n° 25).

50L’assemblage céramique paraît relativement homogène et semble caractéristique d’un faciès de la fin de La Tène D1. L’association avec un élément de parure retrouvé également dans le comblement des fossés de l’enclos renforce cette impression. Le fragment de bracelet en verre pourpre à section en D (semblable à certains exemplaires attesté à Bâle ‘Gasfabrik’ par exemple) est complètement compatible avec les restes d’amphores Dressel 1 (dont les critères typo-métriques se rapprochent des amphores caractéristiques des faciès du IIe s. av. n. è.), ou encore de l’écuelle carénée. Les avancées chronologiques récentes sur les dolia de type Zürich-Lindenhof accréditent également la thèse d’un faciès ancien. Cependant, leur durée de production assez longue ne permet pas d’exclure totalement une phase d’occupation plus tardive de l’enclos, et cela même si le comblement des fossés ne révèle aucun hiatus apparent. Pour finir, l’absence de formes caractéristiques du Ier s. av. n. è., tant au niveau des importations (Dressel 1B, vernis rouge pompéien, campanienne B-oïde et à pâte grise, etc.) que de la céramique indigène (bol hémisphérique, bol à lèvre éversée, plat, marmite, etc.), est un dernier argument a silentio qui plaide en faveur d’un faciès LT D1b.

2.2. Fosse 1092 (fig. 41)

51Cette fosse, comblée par des rejets de foyer, rassemble quarante-deux tessons de céramique pour trois individus. On retrouve les deux catégories principales décrites pour l’enclos. Ainsi, on compte 33 fragments de céramique non tournée à pâte sombre et à dégraissant grossier siliceux qui représentent un NMI de deux vases. Il s’agit d’une écuelle à bord rentrant décorée d’une cannelure (n° 38), comme l’exemplaire de l’enclos ou celui de la fosse 1046 (n° 36), et d’un couvercle (non dessiné). La céramique tournée, associée à neuf tessons, se partage entre céramique à pâte claire et céramique à pâte sombre. Cette dernière catégorie est uniquement représentée par un tesson à pâte rouge et surface noire. La céramique à pâte claire regroupe huit fragments se rapportant probablement à une écuelle à bord rentrant (n° 37).

Fig. 41. Mobilier céramique provenant des structures 022, 1019/1020, 1092, 124. US 022 (LT D1) : 33. Céramique tournée claire fine ; 34. céramique tournée sombre fine ; 35. céramique modelée sombre à dégraissant grossier - US 1019/1020 (LT D1) : 36. céramique modelée sombre à dégraissant grossier - Fosse 1092 (LT D1) : 37. céramique tournée claire fine ; 38. céramique modelée claire à dégraissant grossier - Silo 124 (LT D2) : 39. céramique tournée claire fine ; 40-41. céramique modelée claire ou sombre à dégraissant grossier (G. Videau).

52La datation de cet ensemble paraît difficile à déterminer, étant donné qu’elle repose sur des éléments peu nombreux et surtout peu caractéristiques d’une phase précise. Néanmoins, la structure fonctionnant vraisemblablement pendant l’utilisation de l’enclos, on peut proposer une datation similaire.

2.3. Foyer 2049 (fig. 42)

53Le mobilier recueilli dans cette structure est presque exclusivement représenté par des vases non tournés, à pâte sombre grossière siliceuse, qui peuvent parfois être lissés. Trois vases, matérialisés par vingt-trois tessons, appartiennent à cette catégorie. Le répertoire se compose de deux écuelles, une à bord droit (n° 43) et une à bord rentrant (n° 44), et d’un pot à lèvre légèrement éversée et à col cannelé (n° 42). Cet individu trouve de nombreux parallèles sur les sites bourguignons de la fin du IIe et du Ier s. av. n.è. (Verdun Petit-Chauvort, pl. 38, Seurre, pl. 57, Mirebeau La Fenotte, pl. 79, Tournus Clos-Roy et Sept Fontaines, pl. 29 et 23, in BARRAL, 1994). Il faut tout de même noter la présence de treize fragments de panse de céramique tournée fine sombre et d’un fragment de panse d’amphore Dressel 1.

Fig. 42. Mobilier céramique provenant du foyer 2049 (LT D2). 42. Céramique modelée sombre lissée ; 43-44. céramique modelée sombre à dégraissant grossier (G. Videau).

54Pour ce lot céramique, seul le pot à col cannelé donne une indication chronologique. Toutefois, on ne peut proposer à partir de cet élément qu’une datation assez lâche, car on le rencontre dès le IIe s. av. n. è., même si les occurrences les plus nombreuses proviennent des sites du Ier s. av. n. è. L’absence d’éléments datants pertinents, telles que les importations, ne permettent pas d’être plus précis.

2.4. Silo (fig. 41)

55La céramique trouvée dans le comblement du silo se partage entre quatre fragments tournés et vingt-quatre tessons non tournés. La céramique tournée réunit un fragment de panse à surface noire et pâte rouge et deux fragments à pâte claire associés à une jatte à lèvre débordante et col cannelé (n° 39). Ce type de profil est comparable aux jattes à col cannelé retrouvées sur les sites de Besançon, sites du Palais de Justice (VIDEAU, 2001 ; VIDEAU, 2003, p. 29, 35 et 37) et du collège Lumière (VIDEAU, 2007, p. 15, 17, 23-24, 32 et 37) que l’on retrouve généralement dans les contextes de La Tène D2 bisontins. Seule la pâte diffère : les exemplaires trouvés à Besançon étant à pâte grise fine, alors que celui de Trémoins a une pâte claire fine. La céramique non tournée à pâte grossière siliceuse regroupe dix-huit tessons à pâte sombre et six tessons à pâte claire. Les trois bords conservés, qui renvoient à la dernière catégorie de pâte, appartiennent à des écuelles à bord rentrant qui n’apportent aucune indication particulière.

56La datation de cet ensemble, en raison de sa faiblesse numérique, s’appuie encore une fois sur l’individu le mieux caractérisé. La jatte à col cannelé, souvent présente dans les contextes gaulois tardifs bisontins, permet donc d’envisager le comblement de cette structure au cours de La Tène D2.

2.5. Traits remarquables du faciès céramique de Trémoins (fig. 43 et 44)

2.5.1. Les amphores

57Plus de 450 fragments d’amphores vinaires italiques tardo-républicaines ont été ramassés sur le site. Ils proviennent pour la plupart du comblement des fossés de l’enclos qui a livré par ailleurs les seuls éléments de formes permettant d’identifier six individus. Malgré la faiblesse numérique de l’échantillon, la part des amphores représente tout de même 10 % du matériel. Ces conteneurs attestent, d’une part, que du vin a été consommé sur le site et montrent, d’autre part, que Trémoins s’inscrit dans un réseau d’approvisionnement de produits romains, témoignant d’échanges à longues distances.

Fig. 43. Décompte de la céramique par catégories techniques LT D1b-LT D2a (G. Videau).

Fig. 44. Décompte de la céramique par types morphologiques LT D1b-LT D2a (G. Videau).

2.5.2. La céramique modelée

58Avec 47,6 % des individus, la céramique non tournée, à usage utilitaire ou culinaire, conserve une place importante au sein de la vaisselle de Trémoins. Ces productions, largement représentées par des vases à pâte sombre (41 % du NMI), paraissent provenir pour une part au moins d’ateliers locaux. En effet, les affleurements calcaires visibles à Trémoins permettent de supposer que les gisements utilisés pour le dégraissant des récipients à inclusions calcaires (coquillier ou non) proviennent d’un secteur proche. En revanche, aucune indication particulière ne permet de trancher sur la provenance de la céramique à dégraissant siliceux, bien que ce type de vase soit généralement produit localement. Seuls quelques fragments attribuables aux productions de type Besançon attestent d’échanges avec des zones géographiques plus lointaines (Verdunois, Morvan ; cf. BARRAL, 1994 et 1999). Toutefois, cela n’a rien d’exceptionnel, puisque les nombreux points de découvertes dans la vallée du Doubs (Verdun-sur-le-Doubs, Authumes, Jallerange, Besançon) montrent que le Doubs était un vecteur important lors de la diffusion de ces vases vers l’est.

59Le répertoire est largement dominé par les formes basses, avec près de 77 % de la céramique modelée et tout de même 36,5 % du NMI. On distingue plusieurs variantes d’écuelles, dont les plus représentatives ont un bord rentrant (quatorze individus). Viennent ensuite les écuelles à bord droit (sept exemplaires) et accessoirement, les écuelles à bord éversé (deux individus). Les formes hautes, uniquement constituées de cinq pots dont quatre à lèvre éversée, restent marginales, avec à peine 8 % du NMI, soit 23 % des vases modelés. Pour finir, on notera la présence anecdotique de deux couvercles (3,2 % du NMI).

2.5.3. La céramique tournée

60La vaisselle de présentation rassemble 52,4 % des individus recensés et se scinde en trois groupes principaux. La céramique fine à pâte claire est de loin la catégorie la mieux représentée, avec vingt-deux individus, soit 35 % du NMI. Les vases peints (1,6 % du NMI) se distinguent par leur traitement de surface particulier, mais sont intégrés à ce groupe puisqu’ils possèdent la même pâte que les récipients ayant un aspect brut. Une grande partie du répertoire est dévolue au service à boire qui est généralement mis en relation avec les amphores. On retrouve ainsi une forte proportion de bouteilles (douze exemplaires) et de tonnelets (quatre individus), vases à liquide par excellence, qui représentent à eux seuls les trois quarts des spécimens de cette catégorie et 50 % de récipients tournés. Le reste des formes hautes a une destination plus prosaïque, liée au stockage, avec deux dolia de type Zürich-Lindenhof (3 % du NMI). Ces vases attestent surtout les échanges avec les peuples (Médiomatriques, Rauraques) jouxtant les frontières orientales des Séquanes. Pour finir, on notera la présence anecdotique de quelques formes basses (quatre individus soit 6,3 % du NMI), parmi lesquelles les écuelles à bord rentrant sont les plus nombreuses (deux exemplaires, soit 3,2 % du NMI). Ces formes, que l’on peut qualifier de classiques à La Tène finale, sont accompagnées d’une écuelle au col mouluré avec un bord débordant et d’une coupe carénée (respectivement 1,6 % du NMI).

61La céramique fine à pâte grise rassemble près de 10 % de la vaisselle avec un NMI nettement inférieur à la céramique à pâte claire (six individus). L’inventaire des formes de cette catégorie montre qu’un équilibre s’instaure entre formes hautes et formes basses. On dénombre deux bouteilles et un pot à lèvre éversée pour les premières, contre une coupe, une écuelle à bord droit et une assiette, pour les secondes. Pour cette dernière, le type et la catégorie de pâte laissent supposer qu’il s’agit d’une imitation des céramiques à vernis noir italiques, mais la mauvaise conservation du tesson ne permet pas d’être plus précis sur le type d’assiette.

62La céramique fine à pâte sombre uniforme, ou noire à pâte rouge, réunit près de 8 % du NMI. Le répertoire, comme pour les vases à pâte grise fine, est relativement varié et se répartit de manière sensiblement égale entre formes hautes et formes basses. On recense deux écuelles à bord rentrant, un pot à lèvre éversée, un pot à lèvre débordante et une bouteille à lèvre débordante. Les deux variantes à lèvre débordante sont typiques des productions alsaciennes à pâte noire lustrée de La Tène finale. Elles montrent, à l’instar des dolia Zürich-Lindenhof, que les habitants de Trémoins avaient tissé des liens commerciaux plus ou moins étroits avec les peuples voisins, situés plus à l’est.

63D’après l’échantillonnage étudié, on dégage deux aspects caractéristiques du faciès céramique de Trémoins. Premièrement, on discerne une représentation plus importante de la vaisselle tournée par rapport à la vaisselle modelée. Cette tendance a également été observée sur d’autres établissements ruraux de la vallée de la Saône et du Doubs (Tournus et Authumes ; BARRAL, 2006, p. 258) qui sont occupés à La Tène D2. Seul le site de Jallerange, également occupé pendant le Ier s. av. n. è., se démarque du lot avec des proportions très équilibrées entre céramique modelée et céramique tournée (VIDEAU, 2011). On peut tenter d’expliquer cet écart par l’absence - à Jallerange comme à Trémoins d’ailleurs - de céramique importée de tradition méditerranéenne (céramique à vernis noir ou à pâte claire), alors qu’elle est en nette progression sur les autres établissements ruraux de La Tène D2. Deuxièmement, au sein des deux groupes techniques de Trémoins, on constate qu’un type de vase est surreprésenté à chaque fois. La céramique modelée est largement représentée par les formes basses majoritairement composées d’écuelles, alors que la céramique tournée est dominée par les formes hautes, où les vases-bouteilles occupent une place prépondérante. Ce constat est uniquement valable pour les établissements ruraux occupés à La Tène D2 situés dans la vallée du Doubs (Authumes : BARRAL, 2006, p. 258 et Jallerange : VIDEAU, 2011).

64À la lumière de ces indications, il apparaît que Trémoins s’inscrit dans une mouvance commune aux établissements ruraux de la vallée du Doubs qui pose en filigrane les premiers jalons d’un faciès que l’on peut qualifier de « séquane ». Ce dernier diffère cependant sensiblement par rapport aux observations effectuées sur les habitats groupés ou les oppida qui livrent une vaisselle indigène plus abondante et plus variée et qui sont généralement mieux pourvus en vaisselle importée (BARRAL, VIDEAU, 2012). De ce point de vue, les données de Trémoins, comparées à ces établissements, tendent à placer l’abandon du site à La Tène D2. Ce que confirment par ailleurs les quelques éléments tardifs dans le silo 124. Cependant, l’indigence du mobilier et la difficulté à le caractériser constituent des écueils persistants qui laissent une part d’incertitude et ne permettent pas d’être complètement affirmatif sur le commencement et la fin de la période d’occupation du site.

3. Confrontation des données

65L’établissement rural gaulois de Trémoins s’organise autour d’un enclos en agrafe qui délimite une partie de cette portion de territoire aménagé. Ainsi, d’après l’exploitation des données recueillies lors de la fouille, l’enclos fossoyé structure l’espace en deux zones principales vouées à des activités différentes. L’intérieur semble principalement dévolu à l’habitat, tandis que les greniers, qui se répartissent à l’extérieur, permettent de restituer une zone de stockage de céréales, associée à une possible activité de mouture. La datation de l’ensemble, s’inscrivant globalement dans La Tène finale, a été obtenue à partir de l’analyse du mobilier retrouvé dans le comblement des fossés de l’enclos et de quelques structures annexes. Elle repose donc sur l’étude de la céramique qui révèle un faciès très conventionnel, compris dans une fourchette allant du dernier quart du IIe s. jusqu'au milieu du Ier s. av. n.è.

66La forme particulière de l’enclos ne connaît aucun précédent en Franche-Comté. Dans les régions voisines, les comparaisons se font rares. Des parallèles peuvent être établis avec le site de Gurgy dans l’Yonne, qui présente des similitudes avec Trémoins (tant du point de vue de la forme de l’enclos que de la concentration de poteaux à l’intérieur), et qui constitue la seule référence bien documentée dans un rayon « proche » (GRIZEAUD, 2000). On connaît également, par le biais de la couverture satellite du territoire (Google Earth), un enclos à trois branches sur la commune de Chevigny-Saint-Sauveur, près de Dijon (fig. 45), en Côte-d’Or, qui pourrait correspondre à une ferme indigène. Ce type apparaît donc comme peu commun, même s’il est vrai que le déficit flagrant des données recueillies pour la période du second Âge du Fer en Franche-Comté (BARRAL, 2001, p. 104-110 ; BARRAL, 2002, p. 59-60 ; BARRAL, 2003, p. 105-110) ne facilite pas les comparaisons sur un plan local. Toutefois, une synthèse récente, réalisée sur les établissements ruraux de la moyenne vallée de l’Oise, confirme cette première impression. Cette région, particulièrement bien documentée, a montré que les enclos à trois branches représentent une part minime des établissements reconnus, avec seulement trois exemples attestés sur près d’une quarantaine de sites explorés (MALRAIN, PINARD, 2006, p. 56).

Fig. 45. Photographie satellite (Google Earth) de l'enclos de Chevigny-Saint-Sauveur (Côte-d’Or).

67Malgré ses particularismes, Trémoins s’inscrit de façon plus large dans la catégorie des habitats ruraux. En Franche-Comté, ce type d’établissement reste assez mal connu, puisque jusqu’à présent, on ne comptait avec certitude que deux sites - Thoraise (PÉTREQUIN, 1970 ; VUAILLAT, 1973 ; GAUCHET et alii, 1994) et Choisey (SIMONIN, 1995, p. 86 ; SIMONIN, 1996, p. 143-158), dont la fonction n’était d’ailleurs pas très bien cernée, en raison des faibles surfaces explorées - qui pouvaient se rattacher à cette occupation rurale du territoire. Ce corpus, un peu faible, s’est sensiblement étoffé avec la découverte, dans le cadre des opérations d’archéologie préventive réalisées récemment sur le tracé de la LGV Rhin-Rhône, de deux sites de La Tène finale, interprétés comme des exploitations agricoles.

68L’occupation la plus proche se situe à Chavannes/Villers-sur-Saulnot (Haute-Saône), aux lieux-dits Four au Moine et La Grande Goutte, à environ 5 km à l’ouest de Trémoins. Ce gisement, partiellement exploré (environ 15.000 m2), a livré des vestiges limités à un grenier, six trous de poteau (probablement en rapport avec une construction en matériaux périssables dont le plan n’a pu être restitué) et un enchevêtrement de fossés, interprétés comme les possibles vestiges partiels de deux enclos (BATAILLE, 2006). Si le caractère rural du site ne fait aucun doute, la vision lacunaire de l’ensemble ne permet pas d’être catégorique quant à la fonction exacte de l’établissement.

69Le cas de Jallerange (Doubs), au lieu-dit Groseliers, situé dans la vallée de l’Ognon, se rapproche de l’organisation observée à Trémoins. Le décapage (16 452 m2) a révélé l’existence d’un enclos trapézoïdal et d’un fossé puissant, correspondant probablement à un second enclos. À l’intérieur du premier, on identifie un bâtiment à six poteaux porteurs dont la fonction demeure incertaine. On observe également, disséminée autour de l’enclos, une série de cinq petits modules à quatre ou six poteaux, assimilables à des greniers ou à des espaces de stockage, et un édifice sur sablière basse et poteaux porteurs, destiné à l’habitation (DUBOIS, 2011).

70Les connaissances concernant l’habitat rural de La Tène finale en Franche-Comté apparaissent encore très diffuses et disparates, avec seulement deux fermes indigènes réellement attestées, si l’on considère toutefois la présence d’un enclos comme un critère indispensable. L’indigence de la documentation incite donc à chercher des parallèles au-delà des limites de la Franche-Comté. La vallée de la Saône et la plaine dijonnaise ont bénéficié ces dernières décennies de l’apport conséquent de l’archéologie préventive et des recherches plus abouties d’un point de vue régional ont ainsi été possibles (BARRAL, 2006). C’est donc vers ce secteur géographique que notre attention s’est naturellement tournée. Une quinzaine de sites d’habitat gaulois sont dénombrés, parmi lesquels on répertorie neuf établissements ruraux (fig. 46). Malheureusement, la documentation s’avère souvent inégale, avec une approche partielle du site, souvent limitée à l’étude des fossés de l’enclos. La fouille d’Authumes (Saône-et-Loire) illustre parfaitement ce phénomène, puisque l’emprise globale de l’enclos quadrangulaire, aux fossés puissants, est parfaitement reconnue, tout comme la pérennité de l’occupation du secteur à l’époque romaine, mais les différentes investigations, nécessairement partielles, réalisées sur le site (prospections au sol ou électromagnétiques, levés topographiques, sondages…), ne permettent pas de déterminer comment l’espace enclos était occupé (BARRAL et alii, 2001).

Fig. 46. Carte du contexte de La Tène finale dans les vallées de la Saône et du Doubs (G. Videau).

71Deux exemples se rapprochent de l’organisation perçue à Trémoins : Genlis Clos du Varin (Côte-d’Or), avec un enclos presque carré et deux bâtiments situés à l’intérieur de celui-ci (CONCHE, 1994), et Chevigny-Saint-Sauveur ZAC Excellence 2000 (Côte-d’Or), avec trois bâtiments insérés dans le quart nord-est d’un enclos rectangulaire et treize bâtiments attestés à l’extérieur, dont huit sont identifiés comme des greniers (VIRLOGEUX, 2002 ; VIRLOGEUX et alii, 2005). Pour ce dernier exemple, l’espace à l’intérieur de l’enclos peut être qualifié de mixte, puisqu’un des bâtiments est interprété comme un grenier.

72À l’inverse, certains sites sont organisés de façon différente. À Longvic Rue de la Renouille (Côte-d’Or), l’habitat se situe à l’extérieur de l’enclos, alors que les greniers sont à l’intérieur (NOWICKI, 2006). La compartimentation de l’espace apparaît clairement mais elle est inversée par rapport à Trémoins. Le cas de Sennecé-lès-Mâcon En Putet (Saône-et-Loire) se caractérise par la séparation très nette entre l’enclos, partiellement décapé, qui ne contient a priori aucun bâtiment, et la zone de vie à proprement parler (RAMPONI et alii, 2006). Cette dernière concentre sur une surface restreinte des traces d’habitat et d’artisanat. Les activités agricoles, matérialisées par un groupe de greniers, sont localisées en marge de cette zone.

Conclusion

73À travers ces quelques exemples, on constate que, malgré les rapprochements possibles avec d’autres établissements ruraux, Trémoins reste un cas isolé. Globalement l’aménagement de l’espace varie énormément d’un site à l’autre. Aussi les critères sont-ils encore trop mal définis et trop peu nombreux pour tenter de classer les établissements en catégories cohérentes, d’autant que les sites fouillés ne le sont que très rarement dans leur intégralité, un constat valable autant pour la Bourgogne que pour la Franche-Comté. En définitive, Trémoins s’inscrit dans la grande famille des établissements ruraux dont la caractéristique principale demeure la présence d’un enclos fossoyé, au sein, ou autour duquel, sont regroupés les vestiges relevant de la sphère domestique ou agricole. S’il n’est pas possible d’affiner le classement des établissements ruraux à partir des vestiges découverts, les différences observées au sein du mobilier, recueilli majoritairement dans le comblement des fossés d’enclos, posent question.

74Il est tentant d’associer directement les critères de quantité et de qualité du matériel récolté au statut hiérarchique de l’établissement considéré. L’interprétation de l’importance d’un site, généralement basée sur la présence ou l’absence d’objets produits en série (numéraire ou éléments de parure en métal ou en verre par exemple), doit être faite avec précaution. Si ces artefacts témoignent, il est vrai, d’une certaine richesse des occupants d’un site, leur corrélation avec le statut du site est loin d’être évidente (MALRAIN, PINARD, 2006, p. 147-148 ; MALRAIN, 2009). Trémoins, avec seulement un fragment de bracelet en verre découvert dans l’enclos, ne donne pas à première vue l’image d’un établissement au statut hiérarchique élevé. Cependant, hormis les gisements d’Authumes (BARRAL, VIDEAU, 2005) et de Saint-Apollinaire (VIDEAU, 2009) bien pourvus en monnaies et en fibules, les fouilles des autres établissements ruraux bourguignons et franc-comtois ont livré très peu de mobilier de ce type. Ce constat conduit à se demander si ce seul critère suffit à définir le statut d’un établissement rural. La céramique, matériau généralement abondant et facile à comparer, a donc été retenue pour tenter de classer les établissements en examinant de manière plus précise le rapport entre les produits indigènes et les importations.

75Pour les habitats ruraux de la vallée de la Saône et du Doubs, on dispose d’une première approche sur cette problématique (BARRAL, 2006 ; VIDEAU, à paraître). Le corpus disponible permet de classer les sites par grandes phases chronologiques (LT D1 et LT D2) et de mettre en évidence des variations importantes entre ces deux phases comme à l’intérieur de chacune (fig. 47).

Fig. 47. Ratio céramique/amphore dans les établissements ruraux de Bourgogne et Franche-Comté pour comparaison avec le site de Trémoins (G. Videau).

76Pour les sites de LT D1, deux groupes se discernent : les établissements pauvres en importations, avec des proportions allant de 1 à 2 %, et les établissements dans lesquels les amphores représentent entre 20 et 25 % du matériel recueilli. Trémoins, avec 8,7 % d’importations, ne s’inscrit dans aucun des groupes définis précédemment mais se rapproche des tendances observées sur les villages ouverts, comme Verdun-sur-le-Doubs ou Saint-Symphorien (importations présentes respectivement sur ces sites à hauteur de 10 et 8,5 %). Pour les sites de LT D2, on observe également deux groupes distincts avec d’une part les établissements livrant peu de produits importés (4 % d’amphores), et d’autre part ceux où la proportion des amphores, très importante, représente entre 34 et 45 % du mobilier. D’une manière générale, il semble que la tendance, au passage à LT D2, soit à une progression sensible de la proportion des amphores dans les établissements, que la part des importations soit forte ou faible.

77Cette démarche comparative semble de prime abord pertinente puisque selon toute logique les établissements livrant les plus fortes concentrations de restes d’amphores devraient correspondre aux établissements ruraux bénéficiant de moyens plus importants, le vin étant considéré comme un produit de luxe. Cependant, à la lumière des découvertes les plus récentes (VIDEAU, à paraître), il semble qu’il faille privilégier le facteur géographique, plutôt qu’un rapport hiérarchique, pour expliquer ces variations. On constate alors que les sites les mieux approvisionnés sont ceux qui sont proches des voies naturelles de circulation, en l’occurrence la Saône et le Doubs. Les disparités observées au sein de chaque établissement pourraient donc seulement refléter des différences dans le mode d’approvisionnement, et notamment dans les circuits d’approvisionnement, comme le montre l’exemple de Saint-Apollinaire (VIDEAU, 2009 et à paraître).

78On voit donc bien ici les limites d’une telle méthode, qui laisse la place à trop d’incertitudes en l’absence d’étalons bien définis. Pour se prémunir de toute conclusion hâtive, le croisement de différents critères (parure, monnaies, importations, faune), dans la mesure du possible, semble être la condition indispensable pour tenter de classer hiérarchiquement les établissements ruraux.

79Si on ne peut pas, dans l’état actuel des données, trancher sur le statut de Trémoins, la présence d’un fragment de bracelet en verre, d’amphores vinaires et de poteries provenant d’Alsace ou du Morvan, n’est pas anodine et témoigne même d’un certain dynamisme économique.

Haut de page

Bibliographie

BARRAL Ph., 1994, Céramique indigène et faciès culturel dans la vallée de la Saône, Thèse de doctorat, Besançon, Univ. de Franche-Comté, 3 vol.

BARRAL Ph., 1999, « Place des influences méditerranéennes dans l’évolution de la céramique indigène en pays éduen aux IIe-Ier s. av. n. è. », in : TUFFREAU-LIBRE M., JACQUES A. dir., La céramique précoce en Gaule Belgique et dans les régions voisines : de la poterie gauloise à la céramique gallo-romaine, Actes de la table ronde d'Arras, 14-17 oct. 1996, p. 367-384 (Nord-Ouest Archéologie, 9-1998).

BARRAL Ph., 2001, « La Tène moyenne et finale du Jura », in :ROTHÉ M.-P. et coll., Le Jura, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 104-110 (Carte archéologique de la Gaule, 39).

BARRAL Ph., 2002, « La fin de L’Âge du Fer en Haute-Saône (IIe-Ier s. av. J.-C.) », in :FAURE-BRAC O. et coll., La Haute-Saône, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 59-60 (Carte archéologique de la Gaule, 70).

BARRAL Ph., 2003, « Le second Âge du Fer dans le Doubs (Ve-Ier s. av. J.-C.) », in :JOAN L. et coll., Le Doubs et le territoire de Belfort, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 102-110 (Carte archéologique de la Gaule, 25 et 90).

BARRAL Ph., avec la coll. de BEURET R., VIDEAU G., 2006, « L’habitat rural de La Tène finale dans les plaines de Saône et du Doubs : données socio-économiques et culturelles », in :FICHTL S. dir., Hiérarchie de l’habitat rural dans le Nord-Est de la Gaule à La Tène moyenne et finale, Metz, S.R.A. Lorraine/Univ. Marc-Bloch/MNHA Luxembourg, p. 239-274 (Archeologia Mosellana, 6).

BARRAL Ph., VIDEAU G., 2012, « De Bibracte à Vesontio : esquisse d’une périodisation de la fin de l’Âge du Fer en Bourgogne et en Franche-Comté », in : BARRAL Ph., FICHTL St. dir., Regards sur la chronologie de la fin de l’Âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant notre ère) en Gaule non méditerranéenne, Actes de la table ronde ‘Chronologie de la fin de l’Âge du Fer (iiie-ier siècle avant J.-C.) dans l’est de la France et les régions voisines’, Glux-en-Glenne, 15-17 oct. 2007, Glux-en-Glenne, Bibracte, p. 95-113 (Bibracte, 22). Dossier numérique : www.bibracte.fr

BARRAL Ph., BOSSUET G., CAMERLYNCK Ch., DABAS M., DAUBIGNEY A., 2001, « Premières approches d’un habitat protohistorique et antique de la basse vallée du Doubs : Authumes, Le Tertre (Saône-et-Loire) », Bull. de l’AFEAF, 19, p. 22-25.

BATAILLE G., avec la coll. de CAMBOU D., VERRIER G., JACCOTTEY L., SORDOILLET D., HAMM G., 2006, L.G.V. Rhin-Rhône, Chavanne ‘Four au Moine’, Villers-sur-Saulnot ‘la Grande Goutte’ : les occupations celtique et antique de Villers-sur-Saulnot et Chavanne, aux confins de deux établissements ruraux,Rapport final d’opération, Inrap, Besançon, 90 p.

BONNAVENTURE B., 2011, Céramiques et sociétés chez les Leuques et les Médiomatriques (IIe-Ier siècles avant J.-C.), Montagnac, éd. M. Mergoil, 330 p. (Protohistoire européenne, 13).

BONAVENTURE B., FÉLIU C., 2012, « Quelques ensembles de mobilier de l’oppidum du Fossé des Pandours (Col de Saverne, Bas-Rhin) : contribution à la chronologie du site », in : BARRAL Ph., FICHTL St. dir., Regards sur la chronologie de la fin de l’Âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant notre ère) en Gaule non méditerranéenne, Actes de la table ronde ‘Chronologie de la fin de l’Âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) dans l’est de la France et les régions voisines’, Glux-en-Glenne, 15-17 oct. 2007, Glux-en-Glenne, Bibracte, p. 127-138 (Bibracte, 22). Dossier numérique : www.bibracte.fr

CAMMAS C., MARTI F., VERDIN P., 2005, « Aménagement et fonctionnement de structures de stockage de la fin de l’Âge du Fer dans le Bassin parisien : approche interdisciplinaire sur le site du Plessis-Gassot Le Bois-Bouchard (Val-d’Oise) », in : BUCHSENSCHUTZ O., BULARD A., LEJARS T. dir., L’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 9-12 mai 2002, thème régional, Tours, FERACF, p. 33-54 (26ème suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France).

CONCHE F., 1994, « Occupation du sol protohistorique et gallo-romaine à Genlis (Côte-d’Or) », R.A.E, t. 45, fasc. 1, p. 91-115.

DUBOIS S., 2011, « Période 2 : un établissement rural de la fin de l’Âge du Fer », in :GOY C. dir., Jallerange (25), Groseiliers, Sous les Meix, Nautrey, Le parc de la ferme : du cimetière protohistorique à la villa antique : occupations de la vallée de l’Ognon, Rapport final d’opération, Inrap, S.R.A. de Franche-Comté, t. I, p. 53-105.

FURGER-GUNTI A., BERGER L., 1980, Katalog und Tafeln der Funde aus der spätkeltischen Siedlung Basel-Gasfabrik, Derendingen-Solothurn, Habegger Verlag, 450 p., 2 dépl. (Untersuchungen zur spätkeltisch-frührömischen Übergangszeit in Basel, 2).

GAUCHET F., JOUNIN S., MEYER N., WATTS D., 1994, Thoraise, École des ponts du 19ème Régiment du génie : diagnostic et sauvetage urgent (16.02.94 -15.05.94), Besançon, S.R.A. Franche-Comté, 67 p., 91 fig.

GEBHARD G., 1989a, « Pour une nouvelle typologie des bracelets celtiques en verre », in : FEUGÈRE M. dir., Le verre préromain en Europe occidentale, Montagnac, M. Mergoil, p. 73-84.

GEBHARD G., 1989b, « Le verre à Manching », in : FEUGÈRE M. dir., Le verre préromain en Europe occidentale, Montagnac, M. Mergoil, p. 99-106.

GRIZEAUD J., 2000, « Établissements ruraux du second Âge du Fer chez les Sénons, et l’apport de la prospection aérienne », in : MARION St. dir., Actes du colloque ‘Les installations agricoles à l’Âge du Fer en France septentrionale’, 29-30 nov. 1997, Paris, Presses de l’E.N.S., p. 103-113 (Études d’histoire et d’archéologie, 6).

JACCOTTEY L., JODRY F., BOYER F., DEFFRESSIGNE S., FARGET V., 2011, « Le matériel de mouture de la fin de la période gauloise et du début de l’époque romaine », in : REDDÉ M. dir., Aspects de la romanisation dans l’Est de la Gaule, Glux-en-Glenne, Bibracte, vol. 2, p. 918-928 (Bibracte, 21).

KOENIG M.-P. avec la coll. de HECKEL Y., MATTERNE V., VEBER C., 2005, « Le gisement protohistorique de Rosières-aux-Salines (Meurthe-et-Moselle) », in : BUCHSENSCHUTZ O., MORDANT C. dir., Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’Âge du Fer, Actes du 127ème congrès du CTHS, Nancy, 15-20 avril 2002, Paris, éd. du CTHS, p. 91-147.

MALRAIN Fr., 2009, « Un enclos = une ferme ? », in : BERTRAND I., DUVAL A., GOMEZ de SOTO J., MAGUER P. dir., Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique, Actes du XXXIème colloque international de l’AFEAF, t. II, Chauvigny, p. 25-43 (Mémoire, 35).

MALRAIN Fr., PINARD E., avec la coll. de GAUDEFROY S., LEROYER Ch., MÉNIEL P., MARÉCHAL D., MATTERNE V., PASTRE J.-F., POMMEPUY Cl., 2006, Les sites laténiens de la moyenne vallée de l’Oise du Ve au Ier s. avant notre ère, Amiens, 268 p. (Revue archéologique de Picardie, numéro spécial 23).

NOWICKI P., avec la coll. de BEURET R., ROTILLON S., 2006, Longvic, rue de la Renouille, Rapport final d’opération, Inrap, Grand-Est Sud, Dijon, 57 p.

PÉTREQUIN P., 1970, Thoraise, camp du 19e génie, Rapport de fouille, Besançon, S.R.A. Franche-Comté, 3 p.

RAMPONI C., BARTHÈLEMY D., VIDEAU G., JACQUET P., CAMBOU D., CANTIN N., CONNET N., JACCOTTEY L., ROTILLON S., 2006, Sennecé-lès-Mâcon, ZAC extension nord - En Putet, Rapport final d’opération, Inrap, Grand-Est Sud, Dijon, 3 vol.

SÉGUIER J.-M., AUXIETTE A., 2008, « Le Brassot à Étigny (Yonne) : un établissement rural de La Tène finale de la vallée de l’Yonne », R.A.E., t. 57-2008, p. 185-204.

SIMONIN O., 1995, « Choisey, À L’Ormoy, Aux Champins, En Proy », Bilan scientifique 1995 Franche-Comté, Besançon, S.R.A. Franche-Comté, p. 86.

SIMONIN O., 1996, Choisey (39), À l’Ormoy, Au Champins et En Paroy : approche de l’occupation de la plaine alluviale dans la zone de confluence Doubs-Loue, Document final de synthèse de fouille préventive, S.R.A. Franche-Comté, 183 p.

THÉOBALD N. et alii, 1967, Lure, Orléans, BRGM, carte géologique 1/50 000, 443.

VERRIER G., VIDEAU G., 2001, « Les amphores et la vaisselle céramique importée de l’habitat groupé de Verdun-sur-le-Doubs (IIe-Ier s. av. n. è.) », Bull. n° 19 de l’AFEAF, p. 26-31.

VIAND A., 2005, « Deux puits cuvelés à Lieusaint, ZAC de La Pyramide (Seine-et-Marne) », in : BUCHSENSCHUTZ O., BULARD A., LEJARS T. dir., L’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 9-12 mai 2002, thème régional, Tours, FERACF, p. 145-156, 9 fig. (26ème suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France).

VIDEAU G., 2000, Les amphores italiques de l’habitat gaulois du Petit-Chauvort à Verdun-sur-le-Doubs, Mémoire de Maîtrise de l’Univ. de Franche-Comté, Besançon, 59 p., 36 pl.

VIDEAU G., 2001, La céramique de La Tène finale du site du Palais de Justice à Besançon (Doubs) : analyse typo-chronologique et culturelle, Mémoire de D.E.A. de l’Univ. de Franche-Comté, Besançon, 171 p., 24 pl.

VIDEAU G., 2003, « La céramique de La Tène finale », in :VAXELAIRE L., MUNIER C., GASTON C., Besançon – Palais de Justice, Doubs (25) : opération archéologique préventive (15 mai 2000 – 01 mars 2001), Document final de synthèse, Besançon, Inrap Grand-Est Sud, vol. 2, p. 7-40.

VIDEAU G., 2006, « Un ensemble céramique de La Tène finale à Saint-Germain-en Montagne », in : BARRAL P., DAUBIGNEY A., DUNNING C., KAENEL G., ROULIÈRE-LAMBERT M.-J. dir., L’Âge du Fer dans l’Arc jurassien et ses marges : dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’Âge du Fer, Actes du XXIXème colloque de l’AFEAF, Bienne, 5-8 mai 2005, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté, p. 173-180 (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, 826 - Environnement, sociétés et archéologie, 11).

VIDEAU G., 2007, « La céramique de La Tène finale », in : MUNIER C. dir., Au collège Lumière à Besançon (Doubs), Document final d’opération archéologique, Dijon, Inrap Grand-Est Sud, vol. 3, p. 4-86.

VIDEAU G., avec la coll. de MOREL S., FOREL-BOECKLER S., LABEAUNE R., WIETHOLD J., LARCELET A., LAMY V., LALAÏ D., JACCOTTEY L., JEUNOT L., LISTRAT P., GASTON V., LAMOTTE D., GAUCHET F., MERLE V., PICADET B., 2009, Saint-Apollinaire ‘Pré Thomas’ (Côte-d’Or) : une occupation diachronique : des vestiges de l’Âge du Bronze à un établissement rural au confins de La Tène finale et de la période augustéenne, Rapport final d’opération, S.R.A. Bourgogne, Dijon, 436 p.

VIDEAU G., 2011, « La céramique de La Tène finale », in :GOY C. dir., Jallerange (25), Groseiliers, Sous les Meix, Nautrey, Le parc de la ferme : du cimetière protohistorique à la villa antique : occupations de la vallée de l’Ognon, Rapport final d’opération, Inrap, Besançon, S.R.A. Franche-Comté, t. I, p. 245-267.

VIDEAU G., à paraître, « Les amphores républicaines dans les habitats ruraux dans les plaines de la Saône et du Doubs », in : OLMER F. dir., Itinéraires des vins romains en Gaule, IIIe-Ier siècles avant J.-C. : confrontation des faciès, Actes du colloque européen organisé par l’UMR 5140 au musée archéologique Henri Prades à Lattes, 30 janv.- 2 fév. 2007.

VIRLOGEUX Y., 2002, Chevigny-Saint-Sauveur, ZAC Excellence 2000 (Côte-d’Or) : fouille de sauvetage archéologique : établissements ruraux gaulois et gallo-romains, Rapport final d’opération, Inrap Grand-Est, Dijon, 2 vol.

VIRLOGEUX Y., ROTILLON S., JEUDY Fr., 2005, « L’établissement rural gaulois de Chevigny-Saint-Sauveur (Côte-d’Or) : les installations à vocation agropastorale » (dossier), in :FICHTL S. dir., Hiérarchie de l’habitat rural dans le Nord-Est de la Gaule à La Tène moyenne et finale, Metz, S.R.A. Lorraine/Univ. Marc-Bloch/MNHA Luxembourg, p. 275-298 (Archeologia Mosellana, 6).

VOGT E., 1948, Der Lindenhof in Zürich: zwölf Jahrhunderte Stadtgeschichte auf Grund der Ausgrabungen 1937/38, Zürich, Orell Füssli, 232 p.

VUAILLAT D., 1973, Rapport de fouille de Thoraise (Doubs), Besançon, S.RA. Franche-Comté.

ZEHNER M., 1999, « La céramique de la fin de La Tène et du début de l’époque romaine en Alsace : état de la question », in : TUFFREAU-LIBRE M., JACQUES A. dir., La céramique précoce en Gaule Belgique et dans les régions voisines : de la poterie gauloise à la céramique gallo-romaine, Actes de la table ronde d'Arras, 14-17 oct. 1996, p. 195-208 (Nord-Ouest Archéologie, 9-1998).

ZEHNER M., 2000, Étude céramique de La Tène finale et du début de l’époque romaine en Alsace, Thèse de doctorat, Univ. Marc-Bloch, Strasbourg, 3 vol., 871 p.

ZEHNER M., 2010, La céramique de la fin de La Tène et du début de l’époque romaine en Alsace, Strasbourg, Univ. de Strasbourg, 645 p.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Contexte géographique et géologique d'après la feuille de Lure – 1 : 5000 (THÉOBALD et alii, 1967, repris par V. Lamy).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 2. Plan général du site sur fond altimétrique après décapage (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 3. Répartition des structures dans le secteur 2 (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 4. La branche ouest de l’enclos (St. 1008) (relevé : A. Habasque, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 5. La branche nord de l’enclos (St. 1010) (relevé : A. Habasque, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 6. Localisation des coupes sur la branche sud de l’enclos (St. 1006) (relevé : M.-A. Widehen, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 7. Localisation de la fosse 1039 sur la branche nord de l’enclos (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 8. Plans de la fosse 1039 (relevé : A. Habasque, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 10. Coupe stratigraphique de la fosse 1039 (relevé: G. Videau, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 11. Coupe stratigraphique de la fosse 1039 (G. Videau).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 12. Plan d'ensemble des structures de l'enclos (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 13. Propositions de plans de bâtiments (G. Videau).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 14. Propositions de plans de bâtiments (G. Videau).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 15. Propositions d'association de deux bâtiments (G. Videau).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 16. Propositions d'association de trois bâtiments (G. Videau).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 17. Localisation des bâtiments observés dans le secteur 1 (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 18. Localisation des bâtiments observés dans le secteur 3 (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 19. Plan des bâtiments 1, 2 et 3 (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 20. Bâtiments 1 à 3 : plan et coupes des structures (relevé : A. Serrurier, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 21. Plan du bâtiment 4 (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 22. Bâtiment 4 : plan et coupes des structures (relevé : A. Serrurier, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 23. Plan du bâtiment 5 (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).
Légende Fig. 24. Bâtiment 5 : plan et coupes des structures (relevé : M.-A. Widehen, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 25. Plan d'ensemble du bâtiment 6 et de son environnement (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 26. Le bâtiment 6 (P. Nowicki).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 27. Bâtiment 6 : plan et coupes des structures (relevé : A. Préault, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 28. Plan du bâtiment 7 et son environnement (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 29. Plan et coupe de la fosse 124 (relevé : F. Chaléat, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 30. Bâtiment 7: plan et coupes des structures (relevé : G. Videau, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 31. Fragments de torchis découverts dans la fosse 124 (G. Videau).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 32. Plan du bâtiment 8 et son environnement (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 33. Bâtiment 8 : plan et coupes des structures (relevé : M.-A. Widehen, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 34. Plan du bâtiment 9 et son environnement (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 35. Bâtiment 9 : plan et coupes des structures (relevé : M.-A. Widehen, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 36. Plan du bâtiment 10 et de son environnement (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 37. Bâtiment 10 : plan et coupes des structures (relevé : L. Joan, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 38. Plan du bâtiment 11 et son environnement (relevé : J. Berthet, DAO : F. Krolikowski).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 39. Mobilier céramique (LT D1) provenant de l’enclos. 1-8. Amphores Dressel 1 ; 9. bracelet en verre ; 10. céramique tournée fine claire peinte ; 11-17. céramique tournée fine claire (G. Videau).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 40. Mobilier céramique (LT D1) provenant de l'enclos. 18-22. céramique tournée claire fine ; 23. céramique tournée grise fine fumigée ; 24-25. céramique tournée noire à pâte rouge fine ; 26-32. céramique modelée claire ou sombre à dégraissant grossier (G. Videau).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 41. Mobilier céramique provenant des structures 022, 1019/1020, 1092, 124. US 022 (LT D1) : 33. Céramique tournée claire fine ; 34. céramique tournée sombre fine ; 35. céramique modelée sombre à dégraissant grossier - US 1019/1020 (LT D1) : 36. céramique modelée sombre à dégraissant grossier - Fosse 1092 (LT D1) : 37. céramique tournée claire fine ; 38. céramique modelée claire à dégraissant grossier - Silo 124 (LT D2) : 39. céramique tournée claire fine ; 40-41. céramique modelée claire ou sombre à dégraissant grossier (G. Videau).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 42. Mobilier céramique provenant du foyer 2049 (LT D2). 42. Céramique modelée sombre lissée ; 43-44. céramique modelée sombre à dégraissant grossier (G. Videau).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 43. Décompte de la céramique par catégories techniques LT D1b-LT D2a (G. Videau).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 45. Photographie satellite (Google Earth) de l'enclos de Chevigny-Saint-Sauveur (Côte-d’Or).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 46. Carte du contexte de La Tène finale dans les vallées de la Saône et du Doubs (G. Videau).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 47. Ratio céramique/amphore dans les établissements ruraux de Bourgogne et Franche-Comté pour comparaison avec le site de Trémoins (G. Videau).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8068/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lydie Joan et Grégory Videau, « Un établissement rural de La Tène finale à Trémoins (Haute-Saône) », Revue archéologique de l’Est, tome 63 | 2014, 47-87.

Référence électronique

Lydie Joan et Grégory Videau, « Un établissement rural de La Tène finale à Trémoins (Haute-Saône) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 63 | 2014, mis en ligne le 11 février 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://rae.revues.org/8068

Haut de page

Auteurs

Lydie Joan

Centre archéologique de Franche-Comté-Inrap, 9 rue Lavoisier, 25000 Besançon. lydie.joan@inrap.fr

Articles du même auteur

Grégory Videau

Centre archéologique de Franche-Comté-Inrap, 9 rue Lavoisier, 25000 Besançon.gregory.videau@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page