Navigation – Plan du site
Articles
Virginie Desmarchelier

Bayard-sur-Marne « Marielle » (Haute-Marne) : un établissement agricole de la vallée de la Marne à l’époque romaine

p. 179-211

Résumés

Sur une parcelle de 8400 m² située sur la commune de Bayard-sur-Marne, préalablement à l’extension du lotissement de Prez-sur-Marne, fut mis au jour en 2002 un alignement de quatre bâtiments d’une pars rustica, accompagné de petits édifices gallo-romains sur poteaux et précédé de trois sépultures à incinération de l’Âge du Bronze. Les bâtiments de la villa, d’une probable vaste superficie domaniale, ont été occupés du Ier au IVe s. de notre ère. Ils répondent aux modèles d’organisation des villae à pavillons multiples étudiées depuis quelques années, notamment dans la partie nord de la France. L’emprise de l’opération de fouille se situe sur une terrasse alluviale en rive ouest de la Marne, à moins de 300 m du cours actuel de la rivière.

On a site measuring 8400 square metres in the municipality of Bayard-sur-Marne in 2002, prior to the extension of the Prez-sur-Marne housing project, excavation work unearthed an alignment of four buildings of a pars rustica, together with small Gallo-Roman buildings constructed on posts and three incineration graves from the Bronze Age. The buildings of the villa, which was probably of vast surface area, were occupied from the 1st to 4th centuries. They correspond with the organization of multiple pavilion villas studied in particular in northern France. The focus of the excavation work takes place on an alluvial terrace on the west bank of the Marne, less than 300 metres from the current course of the river.

Auf dem Gebiet der Gemeinde Bayard-sur-Marne wurden 2002 bei einer Grabung im Vorfeld der Erweiterung der Wohnsiedlung Prez-sur-Marne auf einer 8400 m² großen Parzelle vier linear angeordnete Gebäude einer pars rustica entdeckt sowie mehrere kleine gallo-römische Pfostenbauten. In den unteren Schichten wurden drei Brandgräber aus der Bronzezeit freigelegt. Die Gebäude der Villa, wahrscheinlich Teil eines großen Landgutes, waren vom 1. bis 4. Jh. u. Z. in Nutzung. Sie entsprechen den Organisationsmodellen der Axialhofanlagen, die seit einigen Jahren insbesondere in Nordfrankreich Gegenstand von Untersuchungen sind. Das Grabungsareal erstreckt sich auf einer Flussterrasse am westlichen Ufer der Marne, weniger als 300 m vom heutigen Flusslauf entfernt.

Texte intégral

PDF 4,7MSignaler ce document

1. Présentation

1À l’automne 2002 et suite à une série de diagnostics effectués au lieu-dit « Marielle », à Prez-sur-Marne, sur le territoire de la commune de Bayard-sur-Marne (Haute-Marne), une opération de fouille a été prescrite, préalablement à un projet de lotissement (fig. 1). L’équipe de cinq personnes mit au jour pendant deux mois un alignement de quatre bâtiments d’une pars rustica, accompagné de petits édifices gallo-romains sur poteaux – associés à quelques structures dont le rôle n’a pas toujours pu être déterminé avec certitude – et précédé de trois sépultures à incinération de l’Âge du Bronze. À l’exception des incinérations protohistoriques et d’une structure de la période moderne, l’ensemble des vestiges est attribuable à la période romaine avec des phases d’occupation du Ier s. à la fin du IVe s. ap. J.-C.

image

Fig. 1. Localisation de la commune de Bayard-sur-Marne dans la région Champagne-Ardenne.

2Le mobilier issu de la fouille a été étudié par L. Humbert (anthropologue, Inrap), A. Delor-Ahü (céramologue, Inrap), N. Tisserand (spécialiste du métal, Inrap), A. Louis (spécialiste du verre, Inrap), A. Bandelli (archéozoologue, Inrap) et V. Brunet-Gaston (spécialiste du lapidaire, Inrap). Y. Gourgousse, le responsable d’opération, en raison de mutation professionnelle, n’ayant pu prendre en charge la rédaction du rapport de fouille, celle-ci fut confiée à V. Desmarchelier (DESMARCHELIER et alii, à paraître). Cet article propose de synthétiser les résultats traités dix ans après l’opération de fouille. L’article d’A. Delor sur un lot de céramiques issu d’une des caves du site constitue à ce jour la seule publication disponible (DELOR, GOURGOUSSE, 2003).

1.1. Géologie locale

3La commune de Bayard-sur Marne est située à une douzaine de kilomètres au sud de Saint-Dizier, dans le département de la Haute-Marne. Les parcelles concernées, au lieu-dit « Marielle », relèvent de l’écart de Prez-sur-Marne à 2 km au nord-ouest de Bayard-sur Marne. Le site est installé sur une terrasse alluviale en rive ouest de la Marne, à moins de 400 m du cours actuel de la rivière et sur le lieu de capture d’un petit affluent de la rivière, dont le tracé est matérialisé par le « Ravin du Val ».

4Cette terrasse de la vallée de la Marne est matérialisée par des alluvions anciennes, dominées par des plateaux de calcaire fossilifère du Portlandien inférieur, favorable au développement du phénomène karstique. Il s’agit notamment d’une zone de passage entre le Pays du Der (Champagne humide albienne) et les plateaux du Barrois, possédant de nombreux cours d'eau et un sol humide fertile. Le site est en effet localisé sur un sous-sol calcaire (Portlandien inférieur) sublithographique à oolithique, voire marneux selon la profondeur, et propice à l’extraction de matériaux de construction (blocs, moellons, empierrements, chaux, etc.). Ces calcaires sont surmontés de sables fins légèrement argileux (Valanginien) favorisant la fertilité des terrains par une humidité globale (culture de céréales, pâturages, boisement, etc.) et contenant dans leur partie inférieure du minerai de fer géodique. Enfin, à des calcaires hétérogènes grenus (Hauterivien) pouvant être utilisés dans la construction succède une argile grise, compacte et plastique (Barrémien inférieur), propre à la fabrication de briques et de tuiles, puis une argile panachée réfractaire (Barrémien supérieur) utile à la fabrication de briques ou de fours.

5Le faciès sédimentaire du site présentait une couche de terre végétale n’excédant pas 0,30 m, qui coiffait un limon de débordement brun foncé de 0,50 m d’épaisseur moyenne recouvrant lui-même un limon argileux de débordement ocre mêlé de nodules de manganèse dans lequel apparaissaient les structures archéologiques.

1.2. Environnement archéologique

  • 1  Fibules et nécropole du VIIe s. notamment (LEPAGE, 1992a).

6Le site de Bayard-sur-Marne « Marielle » est situé dans un secteur où des traces d’occupation gallo-romaine sont attestées depuis le XVIIIe s. Des fouilles effectuées au Châtelet de Gourzon depuis cette époque ont en effet révélé une occupation dès le Néolithique ancien à laquelle a succédé, sans doute à partir de la période flavienne, une agglomération secondaire de type vicus, sur environ 22 ha, associée à un aqueduc qui longeait en partie la voie romaine orientée est-ouest. Celle-ci se positionne sur la rive droite de la Marne ainsi qu’au carrefour de la voie qui reliait Nasium (Naix-aux-Forges) à Segessa (Bar-sur-Aube) et de celle qui longeait la vallée de la Marne, entre Langres et Perthes. Si l’on suppose que son occupation s’est étendue jusqu’à la fin du IVe s., quelques éléments1 suggèrent une continuité de l’habitat au-delà de l’Antiquité tardive dans ce secteur.

7De nombreux vestiges d’habitat dispersé ont également été repérés en Haute-Marne dès le XIXe s. Il convient d’en retenir les villae fouillées dans le secteur du Châtelet avec lequel nous pouvons supposer une interdépendance, dans un rayon de 3 km (fig. 25). Ainsi fut découverte une partie de la pars urbana d’une villa, sur le site de la Charbonnière, à Fontaines-sur-Marne (GAILLET, 1964). Cet établissement témoigne d’un certain luxe que pouvaient adopter les habitations des domaines de rendement à l’époque romaine. La construction du bâtiment a été évaluée entre la fin du Ier s. et le début du IIe s., d’après la comparaison des techniques de construction employées avec celles de l’agglomération du Châtelet. Son occupation semble cependant s’étendre au IIIe s. À Narcy, une aire pavée ainsi qu’une série de caves suggérant la présence d’une villa gallo-romaine ont été mises au jour au lieu-dit « la Côte Saint-Martin », révélant notamment un nécessaire de médecine (THÉVENARD et alii,1996). Plus récemment, en 2011, un bâtiment agricole gallo-romain associé à une mare a été mis au jour lors d’une opération de diagnostic au lieu-dit « Varenne » à Rachecourt-sur-Marne (DESMARCHELIER, 2011). Cet édifice, conçu selon le modèle de granges normalisées défini par Ch. Gaston, semble avoir été occupé de la fin du Ier s. au IVe s. ap. J.-C. (Gaston, 2008).

2. Les structures archéologiques (fig. 2)

2.1. Des sépultures à incinération protohistoriques

  • 2  L’étude anthropologique ne mentionne pas s’il s’agit d’une datation par typologie céramique et le (...)

8Les seules traces d’une occupation antérieure à l’époque romaine résident dans l’implantation de trois sépultures à incinération mises au jour au sud-ouest du site, à une quinzaine de mètres des bâtiments gallo-romains. Le terrain très érodé et le décapage ont laissé peu d’indices concernant les aménagements des sépultures ou l’identité des individus. Les incinérations ont été datées du Bronze final IIb2.

image

Fig. 2. Plan général et phasage des structures archéologiques (DAO : V. Desmarchelier).

9Les ossements, contenus dans des urnes en céramique, n’ont pu faire l’objet d’analyses précises en raison des dommages subis par les sépultures lors du décapage. Il est toutefois possible d’émettre des hypothèses concernant les âges : plus de 20 ans en ce qui concerne l’individu de la sépulture 1 (Us 233), un jeune adulte dans la sépulture 2 (Us 234), un jeune adulte peut-être accompagné d’un sujet immature de plus de 10 ans dans l’urne de la sépulture 3 (Us 235).
Il semble également que la crémation ait été effectuée à une température supérieure à 700° C – d’après le blanchissement des os – puis les ossements soigneusement manipulés et séparés des rejets de foyer avant leur enfouissement.
Seule la sépulture 2 a révélé des tessons de gobelets, d’assiette et d’une seconde urne, permettant de préciser la période à laquelle furent pratiquées ces incinérations.

10Il s’agit ici d’éléments permettant de supposer la présence d’une nécropole s’étendant au-delà de l’emprise de fouille, au sud-est.

11Le Bronze final voit en effet se généraliser l’adoption de la crémation des défunts. Cette méthode se caractérise notamment par un tri méticuleux des restes, placés ensuite dans des urnes et parfois accompagnés de dépôts liés au bûcher funéraire (CAROZZA, MARCIGNY, 2007). La plupart des sépultures sont généralement découvertes sans objets d’accompagnement, si l’on excepte la céramique et les éléments de parure. Il existe une grande diversité de pratiques et de gestes, à mettre en corrélation avec le statut des individus dans la société. Les incinérations découvertes sur le site de Bayard-sur-Marne, mal conservées, ne permettent malheureusement pas de l’appréhender.

12Ces sépultures à incinération ont perpétué l’organisation en nécropoles, précédemment adoptée pour les inhumations, autrefois qualifiées de « champs d’urnes » et formant des cimetières de tombes plates (MASSET, 2000). Il est donc permis d’en supposer l’existence à Bayard-sur-Marne, les trois sépultures découvertes se trouvant alors en périphérie de la nécropole.

2.2. Les structures domestiques et agricoles d’époque romaine

2.2.1. Les bâtiments maçonnés

13Les bâtiments 1 à 4 sont strictement alignés suivant un axe nord-est/sud-ouest. Ils semblent tous construits, dès l’origine, sur le même modèle, avec des dimensions quasi identiques et une surface moyenne au sol de 80 m². Seul le bâtiment 2 a été modifié, apparemment dans une seconde phase d’aménagement. L’espacement entre les bâtiments est également constant, soit 24 m. Enfin, une maçonnerie (Us 101) a été élevée dans le prolongement des murs nord-est des bâtiments, formant sans doute la délimitation d’une enceinte dans laquelle auraient été inscrits les bâtiments. À l’exception du bâtiment 3, qui est le moins bien conservé, ces constructions présentent des aménagements intérieurs fossoyés, le bâtiment 2 ayant en outre manifestement fait l’objet d’une réorganisation de l’espace pour une possible fonction différente.

2.2.1.1. Le bâtiment 1

14Il s’agit d’un bâtiment de plan rectangulaire de 10,30 m sur 8,80 m dont ne subsistent que les fondations, constituées de moellons calcaires grossiers de 0,10 à 0,15 m de côté sur une largeur moyenne de 0,80 m et liés au moyen d’une argile naturelle. La hauteur maximum conservée est de 0,45 m. Une dizaine de structures excavées sur des profondeurs variables est inscrite à l’intérieur du bâtiment : quatre structures de type foyer, trois fosses, deux trous de poteau et un ensemble trilobé. Des trous de poteau situés à l’extérieur, malgré des dimensions et des comblements différents, semblent être disposés de manière régulière (fig. 3).

image

Fig. 3. Plan du bâtiment 1 et des structures associées (DAO : V. Desmarchelier).

15L’espace intérieur du bâtiment semble consacré à des activités domestiques ou artisanales. Les foyers 116 et 252 illustrent notamment cette fonction. D’une part, la structure 252 est constituée de dallettes calcaires rubéfiées avec un encadrement de pierres plates conservé sur une seule assise. Au contact à l’ouest se trouvent deux aires circulaires qui paraissent annexes (Us 253, Us 254) : la première avec des scories, du charbon de bois et des fragments de terre cuite, la seconde avec du charbon et des cendres vers le sud. Un ensemble diffus de petites pierres mêlées de charbon y est observé (fig. 4).

image

Fig. 4. Un exemple de structure foyère dans le bâtiment 1 : la structure 252 (DAO : Y. Amrane).

16La structure 116/117 semble quant à elle avoir été, dans un dernier état, un foyer quadrangulaire construit en pierres dont ne subsistent que quelques éléments avec une zone rubéfiée centrale et plusieurs dalles qui pourraient constituer la base d'une cheminée au nord.

  • 3  Drag. 45.
  • 4  Reims P6 et P7.
  • 5  Reims P4.
  • 6  Gose 366-69, Deru B1.

17Le mobilier céramique issu de la fosse 1153, des foyers 116/1174 et 2525, des trous de poteau 119, 120 et 2576 ainsi que de la zone rubéfiée 256 est essentiellement constitué de vaisselle de table avec quelques éléments de cuisson (marmites) et de préparation (mortier), mobilier auquel s’ajoute un fragment de louche en fer. En revanche, la faune en est quasiment absente. La présence en faible quantité de scories dans les structures de type foyer indique la possibilité d'une petite activité métallurgique de type réparation d'outils.

2.2.1.2. Le bâtiment 2

18Ce bâtiment est le seul à avoir subi des transformations structurelles de réaménagement de l’espace déterminant une chronologie relative dans la construction et suggérant d’éventuelles orientations fonctionnelles différentes (fig. 5).
Deux phases principales pourraient être distinguées. Cependant plusieurs structures excavées ne peuvent être attribuées précisément à l'une ou l'autre phase en raison de l'absence de relations stratigraphiques directes.

image

Fig. 5. Phase 2 du bâtiment 2 (DAO : V. Desmarchelier).

19La première phase d’occupation de ce bâtiment présente les mêmes caractéristiques que celles du bâtiment 1 (fig. 6). De plan légèrement rectangulaire, l’édifice mesure 10,70 m de longueur pour 8,80 m de largeur. Il est édifié sur quatre murs chaînés (321, 318, 323, 101 bis) dont ne subsistent – essentiellement dans les angles – que les deux ou trois premières assises parementées reposant sur un blocage de fondation de faible profondeur (0,40 m). La largeur des murs est de 0,70 m en moyenne, si l’on excepte le mur 101 bis, très mal conservé, large de 0,50 m. Au moins quatre structures excavées et une structure foyère correspondraient à cette première phase car manifestement fossilisées par des aménagements de la seconde phase (fig. 5). Le remplissage de ces structures, composé de limon brun argileux, est assez proche, tandis que le mobilier céramique, rare et fragmenté, semble pouvoir être attribué au IIe s. Quatre structures n’ont pu être attribuées avec certitude à cette période d’occupation.

image

Fig. 6. Phase 1 du bâtiment 2 (DAO : V. Desmarchelier).

20Deux d’entre elles présentent des caractéristiques soulevant des questions de fonction au sein de ce bâtiment. Dans un premier temps, la structure 327/411 (fig. 7) se présentait sous la forme d’une éventuelle fosse vaguement quadrangulaire de 2 m de côté, remplie de déchets de taille de pierre calcaire mêlés de terre charbonneuse (Us 327), et éventuellement recoupée par la structure 328 (voir phase 2), au sud-est. Cette pierraille masquait en réalité une zone d’argile rubéfiée de 0,80 m sur 0,90 m, d’une épaisseur maximum de 0,05 m (Us 411, fig. 7). Il était difficile de déterminer s’il s'agissait d'une seule et même structure ou si le lit de pierraille était venu remblayer un foyer abandonné, le calcaire ne présentant pas de traces de rubéfaction visibles.

image

Fig. 7. Les structures 327 et 412 du bâtiment 2 (DAO : Y. Amrane).

21La fosse 412, de 1,30 m de longueur pour 0,75 m de largeur et installée dans l’angle nord-ouest du bâtiment 2 (fig. 6), présente un double creusement à fond lenticulaire (fig. 7). Cette structure, ainsi que le trou de poteau 427 attenant à l’est, était entièrement recouverte et en partie comblée par une couche de remblais accumulés le long du mur 321 (Us 1), correspondant sans doute à une phase d'abandon du bâtiment. Nous pouvons noter des éléments de calage de poteau (Us 428), dans la partie ouest de la fosse, implantés dans la couche 1 et donc apparemment postérieurs au remblai.

22Lors de la seconde phase, l’espace initial intérieur est réaménagé au sud-est, réduisant les dimensions de la pièce initiale par un mur nord-est/sud-ouest, cet espace étant lui-même subdivisé en trois pièces (fig. 5). Cette division interne, matérialisée par les murs 319 et 320, offre donc trois pièces, de 48 m², 15 m² et 6 m². À l'intérieur de la pièce I, nous remarquons quelques lambeaux de terre battue mêlée de mortier blanc, qui constituent peut-être les vestiges d’un niveau d’occupation ou d’un niveau de préparation de mortier pour une réfection, et qui reposent sur le substrat argileux (fig. 8). Cette restructuration est vraisemblablement liée à la construction d’une structure de combustion de type praefurnium (Us 325) à l’extérieur de l’angle sud du bâtiment. Nous pouvons également supposer que l’installation du mur 102 est effectuée concomitamment à la construction de ces structures, sans pouvoir préciser s’il s’agit d’un mur de clôture de cour ou d’une élévation liée à une extension du bâtiment 2 vers le sud-est.

image

Fig. 8. Les niveaux de sols et radiers 110, 409 et 332 (DAO : Y. Amrane).

23Au nord-ouest, le bâtiment est pourvu d’une construction mitoyenne, sans que l’on puisse assurer que ces restructurations soient contemporaines stricto sensu. Dans les trois pièces, des aménagements de sol ont été mis au jour. Dans les pièces III et IV, ce sol est composé d’un apprêt bien construit, formé d’un radier de pierres sur lequel est installé un lit de gravier (Us 331 et 332), qui devait supporter le sol d’occupation (fig. 8). Dans la pièce II l’apprêt est identique mais le sol en partie conservé est constitué de mortier de tuileau très compact (Us 333). Ce sol pourrait avoir supporté un hypocauste. Dans l’angle formé par les murs 101 et 318, un sol également construit avec un radier de blocs calcaires et gravier leur est contemporain (Us 316). Il n’est pas possible de préciser s’il s’agit d’une surface extérieure ou s’il participe d’une pièce supplémentaire dont les limites n’auraient été appréhendées que sur trois côtés. Un niveau de sol a été dégagé dans la pièce I, au sud-ouest de la fosse 414. Composé de mortier de chaux rose sur lequel a été aménagé un terrazzo, il n’en reste que des lambeaux. Un second niveau de sol (Us 409) de même composition peut lui être associé (fig. 8). L’altitude relevée (167,40 m NGF) tend à suggérer qu’il participe des réaménagements de la phase 2 mais l’absence de relation avec les structures mises au jour ne permet pas de l’affirmer.

24Le long du mur 321, un couloir nord-ouest/sud-est de 3,50 m de longueur au maximum et large de 1,30 m semble avoir été aménagé (Us 328, fig. 9). Il est constitué de deux murs formés d’un unique parement sur lequel adhéraient encore des fragments d’une mince couche d’enduit blanc. La paroi sud-ouest est plaquée contre le mur 321 et vient s’appuyer sur le mur 320.

image

Fig. 9. Le couloir 328 du bâtiment 2.

25La paroi nord-est, moins bien conservée, ne subsiste vers le nord que sous la forme d’un amas de blocaille. Elle est en outre installée sur la structure 327 qu’elle semble avoir recreusée et dont plus aucune trace n’est constatée vers le mur 320 à l’est. Le remplissage intérieur était constitué de remblais de terre noire mêlée de petites pierres, de fragments de terre cuite de 0,50 m d’épaisseur reposant sur le substrat argileux, sans niveau de circulation particulièrement aménagé. Aucun mobilier n’a été prélevé dans la partie fouillée. Cette structure a été rattachée à la phase 2 essentiellement parce qu’elle fossilise en partie la structure 327 et qu’elle s'appuie sur son côté sud contre le mur 320. Il n’existe cependant aucun élément permettant d’attribuer une fonction quelconque à ce nouvel aménagement du bâtiment.

26Le praefurnium semble quant à lui avoir été construit en deux temps. Dans un premier temps, le mur 321 est percé avec aménagements de pieds-droits par des blocs calcaires et des briques. Un muret de pierres liées au mortier de chaux est chaîné au mur 321, à sa perpendiculaire (fig. 10).

image

Fig. 10. Le praefurnium du bâtiment 2 (DAO : Y. Amrane).

27Une aire de chauffe en gravier est ensuite aménagée, recouverte de mortier de chaux. La maçonnerie du praefurnium, composée de blocs de calcaire gréseux, de briques et de fragments de tuiles, est installée sur la couche de mortier et elle-même noyée dans un mortier de tuileau.
Toute la partie en contact avec le feu est dégradée : le mortier du fond s’est désagrégé, la partie la plus proche du canal de chauffe a perdu 0,05 m d’épaisseur ; les blocs de calcaire gréseux sont bleuis et une partie s’est fractionnée sous l’effet de la chaleur.
Le canal de chauffe était rempli de limon argileux brun, de fragments de blocs gréseux détachés de la maçonnerie et de morceaux de tuiles. Ses dimensions sont de 2,50 m de longueur sur 0,50 m de largeur, l’emprise totale du praefurnium mesurant 3,40 m sur 2,60 m. Un trou de poteau de 0,20 m de diamètre situé devant l’entrée du canal de chauffe lui était antérieur (Us 425).

2.2.1.3. Le bâtiment 3

28De plan quadrangulaire, cette construction de 10,80 m sur 8,80 m n’est plus matérialisée que par ses fondations. Celles-ci étaient constituées de moellons grossiers de moyen module sur 0,75 m de largeur, liés par du substrat argileux et conservées sur une épaisseur de 0,45 m maximum.

29Comme tous les autres bâtiments, il était entièrement noyé sous une couche de remblais de démolition qui affleurait dans la couche végétale, le niveau de lisibilité des structures se situant à une trentaine de centimètres sous le niveau de sol actuel. À l’intérieur du bâtiment, le remblai (0,40 m) repose directement sur le substrat argileux. Aucun aménagement n’a été relevé (fig. 11).

image

Fig. 11. Plan du bâtiment 3 (DAO : V. Desmarchelier).

2.2.1.4. Le bâtiment 4

30Il s’agit d’un bâtiment rectangulaire de 10,40 m sur 8,60 m et dont la largeur des murs varie entre 0,54 m et 0,74 m au niveau de la dernière assise conservée (fig. 12). Leur mode de construction est globalement le même que celui employé sur les autres édifices de l’établissement. La tranchée de fondation (de 0,50 m à 0,80 m de profondeur) est remplie de moellons grossiers sur lesquels sont installées des pierres taillées liées par de la terre argileuse et formant un double parement, l’assise supérieure conservant par endroits des traces de mortier blanc. Le mur 343, le mieux conservé, présente trois assises de pierres de 0,50 m de largeur sur 0,40 m de hauteur.
Les autres murs ne présentent pas ce type de structure, si l’on excepte le mur d’enceinte 101, au nord-est du bâtiment. En revanche, un radier de 4 m² environ, formé de pierres plates en hérisson, est installé contre le mur 341, au sud-est (Us 383).

image

Fig. 12. Plan du bâtiment 4 et des structures associées (DAO : V. Desmarchelier).

31Les premiers éléments d’aménagement intérieur étant apparus dans le remblai supérieur au niveau des dernières assises des murs au décapage, un nettoyage manuel de l’ensemble de la surface a permis de dégager une couche de remblai compacté dont le mobilier (Us 347), découvert au même niveau d’apparition que celui des vestiges les mieux conservés, fut isolé.

32Un ensemble de structures de type foyer a été mis au jour, occupant une position centrale dans le bâtiment, suivant un axe nord-ouest/sud-est et sur 5,50 m de longueur par 1,50 m de largeur, et pouvant être associé à des restes de niveau d’occupation (fig. 12). Les ensembles de foyers 349/350 et 385/386, les mieux conservés, illustrent les activités potentielles liées à cet édifice.

image

Fig. 13. Foyers 349 et 350 du bâtiment 4 (DAO : Y. Amrane).

  • 7  Système de diffusion de chaleur ?

33Le foyer 350 présente deux phases possibles d’utilisation (fig. 13). Dans une première phase, deux imbrices sont disposées en V dans le substrat, dans la partie ouest, puis l’ensemble est recouvert de pierres et de fragments de tuiles plates formant une sole. Le foyer, de forme quadrangulaire (0,90 m sur 0,80 m), est circonscrit par des dallettes sciées placées verticalement (avec des contreforts sur trois côtés), l’extrémité des imbrices passant au-dessous et à l’extérieur7. Cette sole est recouverte par un comblement de terre qui semble indiquer un abandon momentané. Dans une deuxième phase, une couche régulière de mortier blanc de 0,04 m d’épaisseur (couche 11) est installée sur ce comblement et reçoit une nouvelle sole en briques de terre cuite. Le foyer 349 est quant à lui installé sur une recharge de terre anthropique, elle-même déposée sur le substrat légèrement rubéfié à cet endroit (conséquence de la chauffe du foyer 350 ?). De forme quadrangulaire (0,72 x 0,70 m), il s’appuie à l’est sur la paroi ouest du foyer 350, les trois autres parois étant également constituées de dallettes sciées verticales reposant sur le remblai (fig. 13). Un premier lit de dallettes plates est alors également installé sur le remblai. La sole est constituée de pierres plates fortement thermofractées. Son installation est donc postérieure à la première phase du foyer 350.

34Le foyer 385 est vraisemblablement constitué d’une simple aire de chauffe (environ 1 m²) matérialisée par un encadrement constitué de briques dont ne subsiste que l’angle nord-ouest qui délimite une sole de pierres plates reposant sur le substrat (fig. 14). Celui-ci est très rubéfié, notamment vers le nord, au-delà des limites de l’aire de chauffe proprement dite. À l’est il semble recoupé par la structure 386. De ce dernier, mesurant 0,80 m sur 0,60 m, ne subsiste que le côté est, la sole semblant avoir disparu : il n’en resterait que des lambeaux d’apprêt de mortier et de pierres. Vers l’ouest, cet apprêt est au contact du foyer 385.

image

Fig. 14. Foyers 385 et 386 du bâtiment 4 (DAO : Y. Amrane).

35Deux autres vestiges résiduels de foyer sont installés à proximité du mur 342 dans les angles sud et ouest. Un ensemble de petites fosses et trous de poteau a également été mis au jour. La partie nord-est du bâtiment avait été décapée sur 2 m de largeur jusqu’au substrat lors du diagnostic, révélant plusieurs trous de poteau sous le remblai. Un radier de cailloutis très compact, lié par de la terre argileuse, semble avoir été installé autour de la zone foyère (Us 383, fig. 14). Son épaisseur n’excède pas 0,05 m et il repose sur le substrat. Il pourrait avoir été installé afin de stabiliser le terrain autour du secteur d’activité principale du bâtiment. Ce possible radier recouvre trois des trous de poteau du bâtiment. Le mobilier céramique découvert sur sa surface est daté de la fin du Ier s. - début du IIe s. Une monnaie de la fin du règne d’Auguste y a également été mise au jour.

2.2.2. Les caves

36Deux caves sont attenantes aux bâtiments 2 et 3. Elles sont toutes deux situées au sud-ouest de ces bâtiments et, si leurs plans sont différents, leur surface au sol et leur profondeur de creusement sont identiques.

2.2.2.1. La cave 326, liée au bâtiment 2

37Cette cave a été creusée au sud-ouest du bâtiment 2, dans la même position que la cave 276 du bâtiment 3, également sans mur mitoyen (fig. 15). Si l’agencement est différent, la surface utile d’occupation est similaire, soit 13 m² environ. La profondeur des caves est strictement identique, soit 165,70 m NGF. La cave 326 est simplement mieux conservée en élévation (1,55 m, contre 1,05 m pour la cave 276).

image

Fig. 15. Plan de la cave 326 et des structures associées (DAO : V. Desmarchelier).

38Les murs sont construits en moellons calcaires équarris plus ou moins réguliers, formant un simple parement de 0,30 m de largeur pour les murs 420, 925 et 422, et à double parement de 0,50 m pour les murs 340, 421, 423, 424, avec pour ces derniers l’utilisation de dalles sciées. Le liant est généralement constitué de terre argileuse avec, par endroits, l’utilisation d’un mortier de chaux beige. Ils reposent tous sur le substrat.

39La cave s’ouvre au sud-ouest par un escalier de 1,05 m entre le mur 340 et le mur de refend 421, dont il subsiste la pierre de seuil, constituée d’un bloc de calcaire taillé de 1 m sur 0,30 m par 0,20 m (fig. 16). Subsistent également un moellon de la première marche ainsi que la trace d’une seconde dans le mur 340 et sous la forme de trois moellons, le reste de la descente n’étant plus matérialisé que par la pente du substrat sur lequel il était installé. Le dénivelé est de 1,50 m pour une longueur de 1,40 m. Au pied de l’escalier s’ouvre un espace de 3 m² qui semble constituer une entrée délimitée par les murs 420 et 925, à l’est et au nord, et débouchant à l’ouest sur la partie cave proprement dite. Les murs 925 et 420 sont chaînés et de facture apparemment semblable : il ne reste du mur 925 que les dernières assises installées sur une semelle de fondation faite d’un mélange de terre et de mortier.

image

Fig. 16. Escalier, banquette et murs attenants de la cave 326 (DAO : Y. Amrane).

40Le mur 420 forme une niche dont la paroi interne était recouverte d’un mortier de tuileau rougeâtre de mauvaise qualité, avec des gravillons et de gros grains de sable, qui a servi d’apprêt à un enduit blanc décoré d’un motif de filet noir.
À la base du mur, un grand bloc de pierre calcaire sciée (1,35 x 0,34 m, haut 0,18 m) est installé sur une semelle de fondation qui correspond à celle du mur 925. Cette banquette est engagée au sud-est dans le retour du mur 420 – potentiellement arraché – repris par le mur 340 dont le pied-droit vient englober l’extrémité de ladite banquette (fig. 16). C'est essentiellement sur le tableau de cette pierre qu’ont été récupérés des fragments d’enduit peint, assez mal conservés (fig. 17).

image

Fig. 17. Restitution partielle des décors de la cave 326 et succession des couches de mortier et d’enduit (© S. Loiseau) mises en perspective avec le relevé du décor du mur nord du sous-sol de la Maison des Nones de Mars, à Limoges (dessin B. Amadei et C. Bertrand, in GROETEMBRIL, 2011).

41La partie nord-ouest de la cave occupe une surface de 8 m² délimitée par le pied-droit du mur 421 qui est exactement à la perpendiculaire de celui du mur 424 et par les murs 422 et 423.

42Des niches de facture identique, tant par le type de construction que par les dimensions, sont aménagées dans les murs 423 et 424, installées à peu près au milieu de chacun des murs (fig. 18). Elles s’ouvrent à une hauteur de 1,10 m au-dessus du sol de la cave, avec une tablette de 0,90 m de longueur pour une largeur de 0,50 m, en moellons calcaires. Les parois semblent s’élever en une voûte avec l’utilisation de dalles sciées dont la partie sommitale est absente. Ces niches n’avaient apparemment pas de fond maçonné, aucun élément n’en ayant été retrouvé. Quelle que soit sa nature, un appareillage quelconque a pu s’effondrer vers l’intérieur sous la poussée des terres, lors de l’abandon de la cave. À cette hauteur, il ne peut s’agir de fenêtres et le mode d’appareillage ne semble pas correspondre à celui d’un soupirail. En effet, un soupirail dans le mur 424 s’ouvrirait sur le mur 421 du bâtiment 2.

image

Fig. 18. Niche du mur 423 et excavations dans le sol de la cave 326 (DAO : Y. Amrane).

43Sous le niveau de sol, dans le substrat, sept petites excavations circulaires à ovoïdes ont été mises au jour le long des murs 424, 423 et 422 suivant un schéma analogue à celui de fond de cave 276 (fig. 18). La structure 923 est constituée d’un fond de cruche à pâte blanche légèrement enfoncé dans le substrat, malheureusement indatable de manière précise dans la période romaine.
La faible profondeur de ces excavations semble indiquer qu’il pourrait s’agir d’emplacements pour vases de stockage, à l’exception de la structure 920 qui paraît être un trou de poteau dans lequel ne fut découvert qu’un tesson de céramique protohistorique de type RSFO, en position secondaire. Quoi qu’il en soit, ces structures ainsi que celles de la cave 276 semblent respecter la même organisation : installées dans le substrat et occultées par un niveau d’occupation aménagé.

44Le comblement de la cave semble avoir été effectué de manière relativement rapide. Le niveau supérieur du comblement (couche 1) correspond à la couche de remblai qui recouvrait l’ensemble du secteur : terre noire avec de nombreux éléments de démolition. Ce remblai mélangé repose sur la couche 2, caractérisée par de grosses poches cendreuses, particulièrement dans la partie est du bâtiment. Elle constitue en réalité la couche supérieure du remplissage strictement interne de la cave.

  • 8  Chenet 302 et 303, Drag. 37 et 40, Hees 2, Neid. 33, Reims B1, B3, P1, Gose 412, 416, 472, etc.
  • 9  AR 19, AR 98.2, I 51, I 109, I 126.
  • 10  Anses de seau, clous, lames et nombreux fragments de manchons de canalisation.

45C’est sous cette couche que se situe le principal ensemble de comblement en dépotoir (couches 3 et 5) où était concentré l’essentiel du mobilier archéologique de toute nature (à l’exception de la faune, toujours rare), particulièrement riche pour la céramique8, le verre9 et les objets métalliques10. Dans cette couche, d’une épaisseur moyenne de 1 m, vient s’immiscer la couche 4 qui semble être le résultat d’un rejet ponctuel d’argile jaune avec quelques fragments d’enduit peint blanc orné de traces de filets rouges et jaunes, produit de la vidange particulière d’un habitat (fig. 17). À noter, dans la partie inférieure de la couche 5, la présence d’un chapiteau en calcaire blanc très fin – non crayeux – manifestement d’origine exogène. Sous la couche 5, un niveau argileux compact beige orangé mêlé de nodules calcaires et de mortier blanc semble constituer un sol d’occupation (couche 6). Il n’a été repéré véritablement que dans la partie ouest de la cave. Dans le sondage sud-est pratiqué dans la base de la descente de l’escalier, encore inconnue et formant l’entrée de la cave, il fallut utiliser un godet à dent à cause de l’exiguïté du passage entre les murs, et aucun niveau ne fut repéré entre la couche 5 et le substrat.

46Les épingles en os de la cave 326 :
Mis au jour dans les remblais de la cave, ces objets proviennent sans doute d’un nettoyage ou de la démolition de structures voisines, voire du bâtiment 2. Les têtes des épingles découvertes dans ce contexte présentent une variété typologique qui évoque différentes étapes du travail de l’os (têtes rondes grossièrement dégrossies à têtes finement ouvragées, fig. 19). Si ce lot mériterait une véritable étude en raison de son importance et de la bonne connaissance de son contexte de découverte, nous avons entrepris d’en effectuer une analyse typologique, avec confrontation chronologique de quelques exemples connus, afin d’appréhender ses caractéristiques principales et de proposer une interprétation.

image

Fig. 19. Épingles en os caractérisées, issues de la cave 326 (© S. Loiseau).

47Ces épingles avaient pour rôle de structurer les coiffures tout en les embellissant, leurs dimensions impliquant une dissimulation dans la masse des cheveux pour les plus petites ou une vocation ornementale pour les plus grandes.

48Sur cinquante-deux éléments, seize épingles sont complètes, vingt-deux dont seule la tête était conservée, neuf pointes seules, quatre fragments et une esquille d’os animal pouvant représenter le seul indice de rebut de taille. Six types connus ont été repérés, d’après la classification de J.-C. Béal des épingles sans décor figuré (BÉAL, 1983), affinés d’après l’étude plus récente des objets de parure d’A. Schenk (SCHENK, 2008).

49La catégorie A XX, 5 de J.-C. Béal – dite « à tête conique » pour les cat. 251-265 d’A. Schenk – est représentée par deux ou trois éléments. En effet, l’un d’eux semble résulter de la section de la tête d’une épingle initialement du type A XX, 10 traité plus loin. Ce type est caractérisé par un corps de section circulaire, renflé vers le premier tiers à partir de la tête, un col surcreusé et une petite tête en forme de clou ou de cône plus ou moins aplati dont le diamètre est voisin de celui de la partie renflée du corps. Ces épingles sont fréquentes dans l’Empire romain – notamment à Auxerre, Lutèce, Alésia ou Autun – et apparaissent dans le courant du IIe s. pour devenir très fréquentes au IVe s. Si les épingles du musée de Lyon sont datées entre 150 et 250 (BÉAL, 1983, p. 188), les exemplaires d’Avenches semblent en revanche apparaître dès la première moitié du Ier s. ap. J.-C. (SCHENK, 2008, p. 28).

50Les catégories A XX, 7 et 8 – dites « à tête sphérique » pour les cat. 33-233 d’A. Schenk – sont les plus représentées, avec dix-neuf éléments répertoriés. Ces épingles à tête globulaire, ovale aplatie ou étirée, de formes et de dimensions variées, pouvant reposer sur une base horizontale ou oblique, sont caractérisées par un corps de section cylindrique, renflé au premier tiers à partir du sommet et se rétrécissant en direction de la pointe et du col. La variété morphologique observée est sans doute consécutive à un processus de fabrication plus ou moins raffiné et n’implique pas nécessairement une démarche d’ordre esthétique. Il s’agit d’un type fréquemment rencontré dans l’Empire romain du Ier s. ap. J.-C. jusqu’au courant du IVe s., particulièrement dans les provinces occidentales (ibid., p. 27). Elles sont attestées dès la seconde moitié du Ier s. à Avenches (ibid., p. 27), le corpus lyonnais étant quant à lui daté entre 150 et 250 (BÉAL, 1983, p. 189-199), illustrant l’augmentation de leur utilisation au cours de cette période en divers territoires de l’Empire romain, comme à Lutèce, Oberwinterthur ou Auxerre (SCHENK, 2008, p. 27).

51La catégorie A XX, 9 – dite « à tête en forme de calotte renversée » pour les cat. 234-250 d’A. Schenk – est représentée par deux éléments. Ils sont caractérisés par une tête caliciforme avec un raccord au col bien marqué et un corps renflé au premier tiers. Ce type a été retrouvé plus particulièrement dans les provinces occidentales de l’Empire romain – Augst, Lousonna, Martigny, limes rhénan… – et présente des dimensions importantes. Cette caractéristique demeure à l’état de supposition concernant la villa de Bayard-sur-Marne, les deux exemplaires découverts étant fragmentaires. Malgré une apparente similitude de conception avec le type A XX, 8, la forme générale semble avoir été esquissée avant polissage. La datation de ce type d’épingle s’étend de la seconde moitié du IIe au IVe s., même s’il semble que la majorité des exemplaires apparaissent plutôt vers la seconde moitié du IIIe s., comme à Auxerre ou Colchester (ibid., p. 27-28).

52La catégorie A XX, 10 – dite « à sommet profilé » pour les cat. 298-304 d’A. Schenk – est représentée par deux éléments. Elle est caractérisée par un corps dépourvu de renflement surmonté d’une tête ornée d’un motif géométrique constitué d’un sommet pouvant être bulbeux et reposant sur un disque. L’élément cité en catégorie A XX, 5, dont la tête semble avoir été sciée, pourrait également appartenir à cette catégorie. Il s’agit d’un type fréquemment rencontré en Grande-Bretagne et en Gaule, du début du Ier s. ap. J.-C. à la fin du IIIe s. (ibid., p. 30).

53La catégorie A XX, 11 de J.-C. Béal pourrait regrouper les épingles dites « à tête balustre » des cat. 295-297 d’A. Schenk. Elle est représentée par onze éléments, plus ou moins ouvragés. Le corps, de section circulaire et dont le diamètre diminue vers la pointe, est surmonté d’une tête en forme de vase balustre superposant plusieurs éléments sculptés (disques plats, cônes ou sphères aplaties) de configuration variée. Il s’agit d’un type fréquent en Grande-Bretagne, dans le Centre-Est et le Nord-Est de la France, ainsi que dans la région du Rhin, de la Moselle et du Bade-Wurtemberg, mais inconnu dans les provinces méditerranéennes. À Bayard-sur-Marne, ce type représente 29 % des épingles pouvant être identifiées, confirmant ces observations concernant le courant de diffusion. Ces épingles semblent apparaître dès le IIe s. et se répandre au IIIe s. pour disparaître au cours du IVe s. (ibid., p. 30).

54Une épingle n’a pu être attribuée à un type répertorié par J.-C. Béal ou A. Schenk. Son corps présente un renflement au tiers supérieur et elle est pourvue d’une tête en forme de clou, s’évasant vers un sommet relativement plat.

55L’ensemble de ce lot d’épingles a été découvert dans les remblais de la cave 326 à l’occasion de sondages effectués à la pelle mécanique. Vingt d’entre elles ont été attribuées aux couches 2 et 3 observées en coupe et qui contenaient une forte proportion de mobilier céramique, métallique et verre. Trois éléments ont été caractérisés dans la couche 2 – types A XX, 7 et 8 – et sept dans la couche 3 – types A XX, 7, 8, 9, 10 et 11. Les datations proposées concernant ces épingles s’échelonnent entre le Ier s. et le IVe s. Il faut toutefois tenir compte de la présence du type A XX, 9/cat.234-250 qui semble être majoritairement apparu au IIIe s., J.-C. Béal soulignant par ailleurs la standardisation de la tête pourvue d’un disque au niveau du col dès cette période et jusqu’au Ve s. Ceci corrobore les hypothèses chronologiques relatives au comblement de cette structure et induit une occupation du site pendant le IIIe s. et peut-être au-delà.

56Les enduits peints de la cave 326 :
Soixante-dix fragments d’enduits peints ont été découverts sur la banquette 901 de l’alcôve de la cave 326, effondrés à plat après décrochement depuis le mur 420.
Une première couche de mortier rose à forte granulométrie, épaisse d’environ 4 cm, a été appliquée sur le mur destiné à recevoir la décoration murale. L’un des fragments d’enduit présente sur sa face interne un relief suggérant une fixation verticale ou horizontale sur les moellons du mur. Rarement conservée en raison de sa texture extrêmement friable, cette assise était surmontée d’une seconde couche de mortier de 1 à 1,5 cm d’épaisseur, plus compacte et plus solide et moins chargée en gravier. Celle-ci constituait le support de l’enduit proprement dit, composé d’une très mince couche de chaux, sans doute mêlée de calcite, suivant l’exemple des techniques décoratives observées à Pompéi ou en Gaule (BARBET, 1974). Sur cet enduit lissé, une couche de peinture blanche agrémentée de bandes noires faisait office de fond et devait participer à la luminosité de la pièce (fig. 17). Les tracés préparatoires, dans le but de délimiter les motifs, sont visibles en bordure de ces bandes.

57Le décor, linéaire mais soigné, formait probablement de larges panneaux délimités par des bordures noires de 4,5 à 5,5 cm, doublées de filets également noirs d’environ 0,3 cm de largeur. L’une des bandes est ornée d’un mince filet blanc de 0,1 cm d’épaisseur, à 0,5 cm de son bord. Des fragments d’enduit blanc moucheté de noir suggèrent également la présence de plinthes au bas des murs.

58Les fragments d’enduits ayant été prélevés sans conserver l’assemblage qu’ils présentaient après détachement de la paroi, il est impossible de proposer une restitution complète ni une orientation de la composition décorative d’origine. D’après les photographies prises sur le terrain, les filets noirs étaient espacés de 5 cm environ. Le lien avec les plus larges bandes n’a pas pu être observé.

59Nous pouvons cependant déduire de la simplicité du décor et des couleurs un choix correspondant à une pièce secondaire. Les panneaux bichromes, le plus souvent sur fond blanc, sont en effet généralement caractéristiques des espaces de service ou de circulation dans les habitations aisées et répandus en Gaule dès la première moitié du Ier s. ap. J.-C. L’enduit y fait office de couche d’assainissement et de protection contre l’humidité, tout en apportant une sobre amélioration par l’application de motifs. À ce jour, seule une trentaine d’exemples de caves ainsi décorées a pu être dénombrée dans le nord et le nord-est de la Gaule (GROETEMBRIL, 2011). Ces espaces sont aménagés de manière particulière, associant parfois niches voûtées et dalles de pavement (voir supra, chapitre 2.2.2.1.). Il en découle une diversification des fonctions de ce lieu initialement dédié au stockage des denrées. La cave dont le décor semble le plus proche de celui mis au jour à Bayard-sur-Marne fut découverte à Limoges, dans la maison dite « des Nones de Mars » (fig. 17). La plinthe mouchetée y était « surmontée d’un champ blanc divisé en larges panneaux par des bandes noires doublées de filets » (GROETEMBRIL, 2011, p. 315).

60Sur le site de la villa du « Champ Saint-Éloi », à Merbes-le-Château (Belgique), l’une des caves avait conservé les enduits peints qui décoraient ses murs. Également sur champ blanc, les bandes d’encadrement y étaient en revanche de couleur rouge et bordées de filets noirs. Cet établissement, dont le corps de logis fut mis au jour, appartient sans conteste à la catégorie des villae opulentes du nord de la Gaule.

2.2.2.2. La cave 276, liée au bâtiment 3

61Installée au sud-ouest du bâtiment 3 et alignée sur son angle sud-ouest, elle fut creusée dans le substrat argileux, la profondeur conservée s’élevant à 1,05 m. La surface intérieure, escalier compris, s’étend sur 13 m² (fig. 20).

image

Fig. 20. Plan de la cave 276 et des structures associées (DAO : V. Desmarchelier).

62Ses murs sont constitués de moellons calcaires taillés d’assez belle facture, formant un unique parement de 0,25 m d’épaisseur en moyenne plaqué sur les parois du substrat. La cave s’ouvre au sud par un escalier dont ne subsistent que quelques pierres de marches. Le parement du mur 805 a également disparu, visible en négatif dans le substrat. Un soupirail a été aménagé en biseau dans le mur 803 ; sa partie supérieure se situait probablement au niveau du sol de circulation de l’époque (fig. 21). Il s’ouvre à la cinquième assise à partir du sol sur 0,90 m de largeur et se resserre jusqu’à 0,60 m au niveau de la partie supérieure conservée. On remarque une certaine différence d’appareillage dans l’angle sud du mur 803, à la perpendiculaire du mur 805, indiquant peut-être l’emplacement d’une porte ouvrant au nord, sur la partie cave proprement dite. Nous n’avons aucune indication sur la façon dont la cave était recouverte mais nous pouvons envisager que la descente s’opérait à ciel ouvert. Les murs sont conservés sur huit à dix assises, à l’exception du mur 804, qui n’en conserve que quatre et qui s’est manifestement écroulé sous la poussée des terres.

image

Fig. 21. Soupirail dans le mur 803 de la cave 276 (DAO : Y. Amrane).

63Le remplissage comprend six unités stratigraphiques (fig. 22). La partie supérieure (couche 1) est comparable au remblai de démolition charroyé qui recouvrait l’ensemble bâtiment-cave et contenait quelques objets métalliques, un fragment de meule en calcaire et un « palet » circulaire en pierre de savonnière. La strate antérieure était composée de terre assez légère mêlée de matériaux de construction dont une base de colonne (couche 2), s’achevant vers l’ouest par une couche de mortier et de moellons semblant provenir de l’effondrement du mur 805 (couche 3). Cette couche repose sur un niveau de terre battue de 0,04 m d’épaisseur qui constitue un niveau d’occupation (couche 4) qui contenait l’essentiel du mobilier en verre et installé sur un lit de gravier formant apprêt de sol comprenant un fragment de pierre à aiguiser (couche 5). Sous le niveau de gravier a été mise au jour une couche de terre argileuse semblable au substrat mais mêlée de fin gravier (couche 6), ainsi qu’un ensemble de dalles sciées, installé presque au centre de la cave (Us 812).

image

Fig. 22. Stratigraphie du comblement de la cave 276 et excavations dans le premier niveau de sol (DAO : Y. Amrane).

64Enfin dans la partie sud-est de la cave, au même niveau, plusieurs creusements de faible profondeur se dessinent (Us 807 à 811) et pourraient marquer l’emplacement de vases légèrement enterrés dans le substrat (fig. 22). Il semble que l’on puisse considérer ce niveau comme une première phase d’occupation consécutive au creusement de la cave.

65Deux fragments d’un petit autel en calcaire ont également été découverts dans son remplissage, sans indication de profondeur ou de numéro de couche. Il s’agit d’un vase support quadrangulaire en pierre, intégré à un fut en double tronc de pyramide marqué d’une double incision en son milieu et dont le piètement est cassé. Une cavité circulaire de 7 à 8 cm de diamètre permet de déposer des offrandes pour les libations. Le fond en est rosi par le feu. Le rebord et le fond du « vase » sont ornés d’un décor tressé. De petits pieds sont symbolisés sous le vase (DESMARCHELIER et alii, à paraître).

2.2.3. Le puits

66Localisé à une quinzaine de mètres au sud-est du bâtiment 1 et à une dizaine de mètres au sud-ouest du bâtiment 3, ce puits circulaire de 1,50 m de diamètre à l’ouverture est parementé de moellons calcaires liés de terre argileuse. L’appareillage cylindrique se poursuit jusqu’au fond où il repose sur un banc de calcaire crayeux délité. Son remplissage est constitué de terre argileuse brun-jaune virant au gris en descendant jusqu’à 1,70 m de profondeur, plus sableuse et grisâtre jusqu’au fond, à 2,20 m de profondeur. Il a été creusé dans le substrat argileux jaune très homogène jusqu’à 1,40 m de profondeur, laissant place à une couche de gravier jusqu’à 2,20 m, où l’on atteint le banc de calcaire délité. Bien qu’il n’y ait pas de niveau visible de battement de la nappe phréatique, celle-ci devait se trouver sensiblement au niveau du gravier, soit beaucoup plus haut qu’actuellement, puisque signalée entre 4 et 6 m de profondeur à Prez-sur-Marne.

  • 11  P 56, Hees2, Drag. 36 et 37, Reims A1.

67Bien que la fouille de cette structure ait été entièrement effectuée à la pelle mécanique, le mobilier recueilli était relativement abondant, en particulier la céramique11. Cette dernière comportait suffisamment d’éléments de datation pour indiquer que le puits a été abandonné au cours du second quart du IIe s., selon un processus identique à celui qui concerne la cave 276. Il faut également noter la présence dans la première couche d’un as de Domitien (81-96) ainsi que d’un fragment de fibule datable de la fin du Ier s. au début du IIe s.

2.2.4. Le chemin empierré

68Au sud du site, ont été mis au jour les vestiges d’un chemin orienté approximativement nord-est/sud-ouest (Us 222, fig. 2). Il n’en subsisterait que les fondations constituées d’une assise centrale de pierres calcaires de petit et moyen module qui devait supporter la bande de roulement. Les bordures sont composées de gros blocs calcaires peu ou pas équarris et posés à plat. Au mieux, l’ensemble est conservé sur une vingtaine de centimètres, reposant sur un remblai limoneux d’une quinzaine de centimètres et installé sur le substrat. Si au sud les tronçons étaient lisibles, bien qu’interrompus, vers le nord, l’ensemble est méconnaissable, très perturbé par les remblais et devient illisible jusqu’à sa disparition.
Les quelques rares tessons recueillis indiquent la mise en place de cette structure au cours du IIe s. tandis qu’un nummus de Constantin II étend son utilisation jusqu’à la seconde moitié du IVe s.

2.3. Les structures non datées et modernes

2.3.1. Les bâtiments en bois

2.3.3.1. Les bâtiments 5 et 6
  • 12  Voir le site de Verneuil-en-Halatte (COLLART, 1996 et FERDIÈRE et alii, 2010).

69Ces édifices sont de plan carré régulier de 3 m de côté, soit 9 m² au sol (fig. 2). Les trous de poteau sont d’assez faibles diamètres – 0,30 m – sans éléments de calage. Ces constructions semblent être situées dans ce que l’on suppose être l’intérieur de la cour de l’établissement gallo-romain. Aucun élément datant n’a été trouvé au cours de la fouille des trous de poteau, mais ce type de construction, connu au cours de la Protohistoire, se raréfie dès le milieu du Ier s. ap. J.-C.12 en raison, notamment, d’une trop faible capacité de stockage au regard du volume de production des grands établissements agricoles (COLLART, 1996). Peut-être est-t-il question ici de l’installation d’un établissement rural précoce sur l’emprise duquel se serait par la suite développée la villa à pavillons alignés.
Les bâtiments 5 et 6 pourraient alors offrir une surface de stockage de, respectivement, 9 et 7,35 m². En l’absence d’études paléoenvironnementales, il peut aussi s’agir d’annexes dont la fonction demeure indéterminée.

2.3.3.2. Le bâtiment 7

70Ce bâtiment est de plan rectangulaire, de 7 m de longueur pour 3 m de largeur, soit 21 m² au sol et compte six trous de poteau (fig. 2). La distance entre les poteaux des grands côtés est de 3,50 m. Le diamètre des trous de poteau est de 0,50 m, avec des pierres de calage au fond. C’est la seule construction de ce type sur le site et également la seule installée à l’extérieur de la cour de l’établissement gallo-romain, au nord. Aucun mobilier n’a été recueilli dans les excavations. Une fosse circulaire de 1,40 m de diamètre (Us 250) est inscrite dans le périmètre du bâtiment, légèrement excentrée vers le nord. Le remplissage recelait quelques tessons de céramique gallo-romaine dont un fragment de jatte type Drag. 37, datée du IIe s. Cet indice n’autorise cependant pas de datation claire du bâtiment lui-même, la relation entre la fosse et la construction n’étant pas attestée, même si l’hypothèse est envisageable. Il peut en effet avoir fonctionné, lors d’une phase précoce de l’établissement, avec les petits greniers 5 et 6.

2.3.2. Le fossé

71Mis au jour dans la fenêtre ouverte au nord de la parcelle concernée par l’opération, le fossé 716 mesure 0,50 m de largeur et a été appréhendé sur plus de 22 m, selon une orientation nord-est/sud-ouest. Le premier comblement se caractérise par une accumulation de limon clair d'aspect feuilleté. Son aspect rappelle le sédiment formé dans une structure inondée. Le remplissage supérieur est quant à lui constitué de limon brun-gris clair avec des fragments de tuiles.

72Le fossé 716, appréhendé à 38,50 m du mur d’enceinte de cour nord-est, peut être considéré comme élément du parcellaire associé à la villa.

73La charbonnière du XVIIe s. est creusée selon la même orientation, pouvant également constituer un argument en faveur de l’identification du fossé comme élément de parcellaire de l’époque moderne. La confrontation de ces structures avec les limites cadastrales napoléoniennes tend par ailleurs à étayer cette hypothèse (fig. 23).

image

Fig. 23. Comparaison de l’orientation du fossé 716 avec le cadastre napoléonien (source archives.haute-marne.fr, DAO : V. Desmarchelier).

2.3.3. La structure 700

74D’une charbonnière localisée dans la fenêtre ouverte au nord-ouest du décapage principal le long du fossé 716, il ne subsiste que le fond, creusé dans le substrat (Us 700). De plan rectangulaire – 1,35 m sur 0,40 m – ses parois sont rubéfiées et des fragments effondrés constituent la couche supérieure du remplissage. Sous cette mince couche, des pièces de bois et des branchages brûlés reposent sur le fond. L’étude de ces bois indique qu’il s’agit de saule ou de peuplier et l’analyse radiocarbone propose une datation d’abattage du bois autour de 1680 ap. J.-C.

2.4. Interprétation et évolution chronologique de l’occupation

2.4.1. Interprétation

2.4.1.1. Le bâtiment 1

75Cet édifice a-t-il été utilisé en tant qu’habitat permanent au sens de « lieu de vie », simplement dévolu à des activités domestiques, ou espace permettant la coexistence de ces fonctions ?
Il est difficile d’appréhender une quelconque organisation de l’espace, pas plus qu’une chronologie relative entre les différentes structures qui occupent les trois quarts de l’espace intérieur, à l’exception du quart nord-est. Aucun élément tangible ne permet de déterminer des espaces de circulation, le mobilier recueilli étant en situation de rejet.

2.4.1.2. Le bâtiment 2
  • 13  Voir l’exemple de la villa de Newel I (VAN OSSEL, 1992).
  • 14  Toutes proportions gardées et si l’on s’en tient aux seuls éléments de fondations dont nous dispos (...)

76L’organisation spatiale du bâtiment 2 suggère un type d’occupation complexe. Dans son premier état, cet édifice présente en effet une pièce principale jouxtée de deux espaces pouvant illustrer une séparation des activités du lieu de vie, bien que la structure 327/411 puisse témoigner de l’existence d’un séchoir. Dans un second temps, l’ajout de l’aile nord-ouest et de ses deux pièces étend son potentiel d’activité tandis que l’installation du praefurnium suppose l’existence d’un espace chauffé domestique ou artisanal. Cette structure foyère 325 semblait destinée à chauffer les pièces en enfilade II, III, et IV où un système d’hypocauste, dont aucun élément ne subsiste, aurait pu être installé. Un possible fragment de pilette et les manchons de canalisation retrouvés dans le comblement de la cave 326 pourraient confirmer cette hypothèse. La fin de l’Antiquité voit en effet se généraliser l’installation de balnéaires dans les villae, concernant principalement la pars urbana (VAN OSSEL, 1992). Le praefurnium peut alors chauffer une enfilade de pièces liées aux bains – caldarium, frigidarium et tepidarium13 – ou simplement être utilisé pour le chauffage domestique. Un exemple de réaménagement destiné à l’installation de ce type de structure a ainsi été observé en phase 3 de la construction du corps de logis de la villa du Rosdia à Champion, en Moyenne Belgique (VAN OSSEL, DEFGNÉE, 2001). Trop peu de données permettent d’établir de manière catégorique que le bâtiment 2 de Bayard-sur-Marne était doté de structures balnéaires ou d’installations de chauffage14. L’idée des fours de séchage à légumineuses ou de fumage de la viande peut en revanche être écartée, ces derniers étant généralement pourvus de canaux latéraux et insérés à l’intérieur d’un bâtiment.

77Des fragments de vitrage, de manchons de canalisations et des tesselles blanches ont également été découverts dans les remblais de la cave 326, attestant un certain confort. Ce type de bâtiment, ayant bénéficié d’un agrandissement, a également été mis au jour sur le site de Bertrange/Bartringen « in Bo(u)rmicht », au Luxembourg, et a été interprété comme habitation d’un statut supérieur aux autres espaces domestiques de la pars rustica, peut-être logement du villicus (FERDIÈRE et alii, 2010). Le mobilier issu des couches supérieures du comblement de la cave 326 témoigne de la dernière occupation du bâtiment 2, entre la fin du IIe s. et le milieu du IIIe s. Faut-il y voir la manifestation d’un déplacement du logement du propriétaire de l’établissement, de la pars urbana vers la pars rustica ?

78En liaison directe avec ce bâtiment, un nombre important d’épingles en os découvertes dans le comblement de la cave peut suggérer l’existence d’une production artisanale de tabletterie sur le site de l’établissement. De tels lots sont en effet relativement rares en contexte rural, l’approvisionnement des villae étant supposé issu des agglomérations voisines. Les épingles en os découvertes au XVIIIe et au XIXe s. sur l’agglomération du Châtelet de Gourzon présentent une large typologie de formes mais n’impliquent pas de production en série. Les fouilles effectuées en 1772 par P.-C. Grignon sur le plateau ont livré de nombreux objets en os (épingles, cuillers, manches d’outils, charnières, etc.) ainsi que d’importants lots d’ossements animaux, parfois sous forme de déchets, dans les caves de l’agglomération, trahissant la présence d’un artisanat local de tabletterie (LEPAGE, 1990). Les fouilles de 1923 réalisées par M.-R. Colson ont par ailleurs révélé « plusieurs épingles en os » dans les caves du centre du plateau (ibid.). Le travail des matières osseuses sur le site de Bayard-sur-Marne est en outre représenté par un fragment d’os scié et perforé, dont le contexte de découverte n’a pas été enregistré. Des traces de façonnage, sous la forme de facettes, sont observées sur la majorité des exemplaires.

79Il est toutefois peu probable qu’une activité artisanale ait été développée dans la villa de Bayard-sur-Marne. Le petit fragment d’os de faune non taillé découvert dans la couche 3 de la cave représenterait en effet l’unique témoin d’une potentielle activité de tabletterie. Il faut en outre rappeler que le travail domestique laisse, en milieu rural, peu de place aux activités de tabletterie, notamment en séries (PRÉVOT, 2009). En l’absence de déchets de fabrication, nous pouvons supposer l’existence d’une « production ponctuelle d’autoconsommation » (PRÉVOT, 2010), la présence d’un atelier à proximité de la villa (au sein de l’agglomération du Châtelet de Gourzon ou d’un autre établissement rural) ou l’approvisionnement de ces objets de parure via des artisans itinérants.

80Le contexte de découverte, dans les remblais d’une cave, et l’importance de ce lot soulèvent quelques questions concernant la localisation initiale des objets. Les remblais de la cave 326 sont probablement issus de l’abandon puis de la destruction du bâtiment 2. Celui-ci ayant été équipé d’un praefurnium et de probables sols sur hypocaustes, l’existence de balnéaire peut être envisagée. Les épingles de coiffure ont à ce titre fréquemment été mises au jour en contexte thermal, à l’image des bains dits « des femmes » de l’insula 17 à Augst (RIHA, 1990). La différenciation par type tient sans doute davantage à la chronologie et peut-être à des modes régionales qu’à des utilisations très diverses dans une même période – dissimulées dans la chevelure ou ornementales – sans que les types s’excluent.

81Des questions demeurent cependant sans réponses : la structure 325 était-elle couverte par un appentis ? (un unique trou de poteau a été découvert devant le canal de chauffe) ; la pièce n° I a-t-elle connu un changement de type d’activité, quelle que put être sa fonction initiale ?

2.4.1.3. Le bâtiment 4

82Les zones de foyers sont les seuls éléments d’aménagements intérieurs conséquents qui seraient d’usage domestique courant ou liés à l’entretien du matériel de la ferme. Le mobilier recueilli n’indique pas d’autres fonctions potentielles. La céramique ne compte que des pièces de vaisselle et les objets métalliques (pelle à feu, couteau) renvoient également au domaine domestique. Les foyers n’ont vraisemblablement pas fonctionné tous en même temps mais la détermination de chronologie relative n’est pas évidente, la relation la mieux interprétable concernant uniquement les structures les mieux conservées (Us 349 et 350).

2.4.1.4. Les caves 276 et 326

83Ces structures ont toutes deux été implantées contre les murs sud des bâtiments, à l’extérieur. L’arasement du terrain empêche d’établir avec certitude la présence d’élévations ou de sols qui les auraient recouvertes. La présence d’un soupirail dans la cave 276 et les éléments de colonnes découverts dans les remblais des deux structures – notamment le chapiteau toscan de la cave 326 – nous permettent cependant d’envisager l’installation d’une galerie en façade sud des bâtiments 2 et 3, surmontant les caves et étendant la largeur desdits bâtiments à 12 m. L’hypothèse d’une galerie à colonnade aménagée en façade de ces bâtiments évoque un type de façade que l’on retrouve dans le premier état du bâtiment 1 de Port-sur-Saône, dont la galerie était composée de colonnes toscanes. Les diamètres du chapiteau de la cave 326 et de la base de colonne de la cave 276 correspondent à celui des fûts de la galerie du bâtiment de Port-sur-Saône (GASTON, 2008).

84Le comblement de la cave 326, principalement issu des couches 1 à 3, a livré une part importante de vaisselle fine, essentiellement composée de récipients dévolus à la conservation, le transport, le service et à la consommation individuelle des liquides. Le stockage des denrées alimentaires est donc ici peu représenté tandis que les récipients susceptibles d’être liés à la cuisson des aliments sont représentés par des jattes ou des marmites. A. Delor-Ahü (Inrap) y voit un phénomène lié aux pratiques alimentaires locales qui, cependant, concerne uniquement le bâtiment 2, dont le statut particulier était déjà soupçonné.

85Un socle en bronze de statuette, pouvant avoir supporté une figurine sacrée, a été mis au jour dans la cave 326. Découvert dans la couche 3 de cette dernière, cet élément a pu être pris dans les remblais qui ont suivi la destruction du bâtiment 2. Cependant, la banquette 901 et les enduits peints qui tapissaient le mur 420 suggèrent l’apport d’un soin particulier à l’aménagement et au confort de cette cave. L’utilisation du champ blanc et des bandes d’encadrement, dont des exemples ont été découverts dans des contextes domestiques datés principalement du IIe s., suggère l’hypothèse de lieux de culte ou de réunion, selon une tradition indigène du nord de la Gaule. La présence des enduits de la cave 326 à l’intérieur même de l’alcôve équipée d’une banquette tend à confirmer la vocation cultuelle de ce lieu, sans toutefois écarter celle du stockage en ce qui concerne l’espace principal de la cave.

86Les fragments d’autel découverts dans la cave 276 appuient l’hypothèse d’un espace dédié aux cultes domestiques également dans le bâtiment 3. Cette cave ou le bâtiment dont elle dépendait aurait pu être employée pour une activité religieuse, à une période que l’on ne peut déterminer. En effet, les cavités destinées à recevoir des amphores ou des dolia, découvertes dans le premier sol d’occupation de la cave, démontrent également leur utilisation à des fins de stockage. Aucune information d’ordre stratigraphique ne permet de connaître le contexte d’ensevelissement de ces fragments d’autel. Il n’est pas possible de déterminer si l’utilisation de la cave comme lieu de stockage et son usage comme espace cultuel – si tel fut le cas – se succédèrent ou furent concomitants.

87Les caves peuvent avoir été utilisées à des fins de stockage, du moins dans un premier temps si l’on tient compte des excavations pratiquées dans le niveau de sol le plus ancien. Ces creusements étaient sans doute destinés à recevoir des amphores.

88Pour conclure, le mobilier découvert dans les bâtiments comme dans les caves (métal, céramique, verre, lapidaire) ne permet donc pas de justifier une activité agricole ou artisanale dépassant les stricts besoins de l’établissement. Le type d’activité relatif aux espaces mis au jour dans les pars rustica des villae gallo-romaines est en effet souvent sujet à interrogation quand l’outillage agricole est peu représenté. Il faut toutefois souligner que nous ne sommes ici en présence que d’une partie, sans doute réduite, d’une pars rustica de villa, dont les exemples connus peuvent parfois atteindre plus de 15 ha.

2.4.2. Chronologie

89Les seuls indices d’occupation antérieure à l’implantation de la villa de Bayard-sur-Marne résident dans les sépultures du Bronze final mises au jour au sud de l’emprise fouillée. Aucun élément ne permet cependant d’envisager une fondation ancienne, de type ferme indigène.

2.4.2.1. Le bâtiment 1

90Le mobilier céramique y est fragmenté, avec un nombre minimum d’individus faible, et ne permet pas d’établir une chronologie nette entre les structures. Globalement, une majorité se situe entre le IIe et le IIIe s. Deux monnaies ont été découvertes, frappées au IIIe s., et une fibule émaillée relève d’un type connu au IIe s., perdurant au IIIe s. Enfin, pour illustrer la question de la précision des datations sur une faible quantité de mobilier, il faut mentionner que la céramique du trou de poteau 257 correspond à une production de la première moitié du IIe s., associée à une monnaie frappée au IIIe s.
La structure 116/117 a été comblée tardivement, au IVe s., tendant simplement à prouver une continuité du type d’occupation dans le bâtiment 1, jusqu’à son abandon probable au début du IVe s.

2.4.2.2. Le bâtiment 2

91Les éléments datants, essentiellement céramiques, recueillis dans les diverses structures, indiquent une occupation globale du bâtiment au cours du IIe s., mais ne permettent pas de dater plus précisément les différentes phases d’aménagement observées. Le mobilier trouvé dans les remblais qui recouvraient l’ensemble indique que le bâtiment serait en cours d’abandon dès la seconde moitié du IIe s. et définitivement déserté au IIIe s.

2.4.2.3. Le bâtiment 3

92On peut supposer qu’il fut édifié concomitamment aux autres bâtiments sur l’axe desquels il est aligné. L’occupation de la cave 276 qui lui est associée est par ailleurs évaluée à la fin du Ier s. - début du IIe s. (voir supra, chapitre 2.2.2.2).

2.4.2.4. Le bâtiment 4
  • 15  AR 8, AR 151, I 3, I 120.
  • 16  Hees2, Drag. 27c et 27b, Gose 366-69, Reims A1, etc.
  • 17  Fibules, clous, lames, etc.

93Il est occupé dès la fin du Ier s. et au début du IIe s. Selon les éléments de datation du remblai supérieur 347, comme le verre15, la céramique16, le métal17 et un potin, l’abandon semble s’être effectué au début du IIe s., simultanément au remblaiement du puits 176 et de la cave 276 (voir supra, chapitres 2.2.2.2 et 2.4). Les réaménagements ponctuels indiqués par les trous de poteau antérieurs aux foyers ne peuvent être interprétés. Il n’y a pas de phases de fossilisation significatives et aucun indice que les remblais supérieurs aient connu une phase active d’occupation.

2.4.2.5. Les caves 276 et 326
  • 18  Drag. 27c, Hees 2, Gose 366-69, Reims A1.

94Le mobilier céramique recueilli18 indique un comblement assez rapide de la cave 276, sans différence remarquable entre les phases d’occupation et celles de remblaiement, entre la fin du Ier s. et la première moitié du IIe s.

95L’étude du mobilier céramique de la cave 326 indique une fourchette globale allant de la fin du IIe au IIIe s., affinée au troisième quart du IIIe s. par une majorité de céramiques aisément datables (DELOR, GOURGOUSSE, 2003). Outre l’absence de monnaies, seul le mobilier en verre permet de confirmer cette chronologie. Des épingles en os ont été retrouvées, majoritairement dans les couches 2 et 3, en quantité relativement abondante eu égard à la méthode de fouille mécanique utilisée. Quant aux phases de construction et d’occupation de la cave elle-même, malgré le peu d’éléments de datation précis, il semble que nous puissions considérer que l’ensemble bâtiment 2/cave 326 ait au moins une période de construction et d’occupation contemporaine.

image

Fig. 24. Phases d’aménagement de l’établissement (d’après V. Brunet-Gaston, in DESMARCHELIER et alii, à paraître).

96Dans un premier temps, il semble donc que les quatre bâtiments et les deux caves aient été édifiés vers la fin du Ier s. ap. J.-C. selon un module architectural constant de 10 m de longueur sur 8 m de largeur et alignés sur un mur de clôture maçonné orienté nord-ouest/sud-est (fig. 24). Des foyers et des fosses témoignent de ce premier épisode d’occupation, au sein des bâtiments 1, 2 et 4.

97La fin du IIe s. est marquée par l’implantation d’un chemin sud-ouest/nord-est, se dirigeant vers le bâtiment 2, et de fosses liées aux bâtiments 1, 2 et 7. Le bâtiment 1 se voit peut-être enrichi d’ailes latérales sur poteaux (fig. 24). Concomitamment, le bâtiment 2 est agrandi vers le nord-ouest par l’ajout de deux pièces et son espace central subdivisé en trois et agrémenté d’un sol sur hypocauste et d’un praefurnium, tandis qu’une maçonnerie prolonge son mur sud-est, parallèlement au mur de clôture de la villa. Il est probable que sa galerie de façade est à l’occasion agrandie pour correspondre à la nouvelle extension du bâtiment. L’ensemble de l’établissement continue à être occupé, au stade de son développement maximal, sans interruption notable depuis sa construction.

98Enfin, la fin du IIIe s. matérialise l’abandon général du site, malgré une occupation temporaire du bâtiment 1, sous la forme de structures à usage indéterminé jusqu’au IVe s. Des structures ayant livré du mobilier daté du IVe s. sont en effet localisées dans le bâtiment 1 : un probable foyer et trois fosses lui sont certainement associés (Us 115, 116, 117 et 255). Un trou de poteau localisé au sud, en limite de zone de fouille (Us 207), comportait également du mobilier de cette phase. Aucun indice ne permet d’appréhender les raisons de cet abandon, consécutif à un démantèlement et une récupération des matériaux plutôt qu’à une destruction violente des bâtiments.

3. Synthèse

99Outre la superficie de la cour de la pars rustica et la présence supposée d’un bâtiment résidentiel hors emprise, le rang d’une villa comme celle de Bayard-sur-Marne est également évalué en fonction du nombre et du type de bâtiments présents, des équipements associés (puits, caves, bains, structures artisanales).

3.1. Organisation de l’occupation

100Implantée à quelques centaines de mètres du cours de la Marne, une partie de l’agencement de cet établissement rural a pu être appréhendée.
Les bâtiments 1, 2, 3 et 4 sont répartis le long d’un axe nord-ouest/sud-est, matérialisé par le mur de clôture 101, observé au niveau des bâtiments 2 et 4 et évalué à environ 141 m de longueur. Cet alignement répond aux modèles de plans généraux de villae déployant une répétition de petits bâtiments de dimensions similaires de part et d’autre de la cour centrale de la pars rustica (FERDIÈRE et alii, 2010). Cette cour est ici appréhendée sur 38,5 m de largeur minimum, si l’on considère que les constructions ont été édifiées sur la face interne du mur 101 – fait le plus probable si l’on tient compte du positionnement des bâtiments, des caves ainsi que du puits 176. La superficie de la cour de l’établissement n’a donc pu être perçue que sur 5445 m² environ. Son extension réelle pouvait atteindre des dimensions bien plus importantes. Il est dès lors possible d’envisager un alignement de bâtiments de même type le long d’un mur parallèle à la structure 101 et l’implantation de la pars urbana au nord-ouest ou au sud-est de cet ensemble.

101En tenant compte de l’organisation de ce type d’ensemble dans l’est de la Gaule lyonnaise, une ouverture du bâtiment résidentiel à l’est peut être envisagée (KASPRZYK, 2011). Cette hypothèse classe dès lors l’établissement dans les catégories des villae à cour agricole placée latéralement ou à cour résidentielle et cour agricole d’axe perpendiculaire, en implantant la pars urbana au sud-est, donc à l’extérieur de l’emprise de fouille et sur le long côté de la cour.

102L’espacement de 24 m – 35 m d’entraxe, soit environ 120 pieds romains (29,57 cm) – entre chaque bâtiment correspond également à l’écartement observé sur de nombreux sites du nord de la France. Le rapport de proportion entre les édifices et leurs potentiels avant-corps, de 2/3 - 1/3, se conformerait en outre aux normes de « bâtiments standardisés » définis par C. Gaston et découverts à Chaucenne et Port-sur-Saône (GASTON, 2008).

103La standardisation est toutefois ici à nuancer en raison des probables aménagements de galeries de façade sur seulement trois bâtiments sur quatre, que ce soit sur poteaux (bâtiment 1) ou sur colonnes (bâtiments 2 et 3). Les côtés du bâtiment 4 ont en outre probablement été également équipés de galeries (fig. 24). Ce type d’aménagement a été observé sur le site de la villa de Dietikon (Suisse) dont certains bâtiments ont par ailleurs aussi bénéficié d’agrandissements au cours des phases successives d’occupation (EBNÖTHER, 1995).

  • 19  Sur le site de la villa de Lamotte-Warfusée « Le Petit Chêne/La Sole du Chaufour », deux voies lon (...)

104En ce qui concerne les voies de communication, seule la portion de chemin 222 nous permet d’appréhender un mode d’accès aux bâtiments mis au jour. Orientée nord-est/sud-ouest, elle se dirige vers le bâtiment 2 et peut s’interrompre devant la façade de celui-ci. La circulation entre les édifices n’est pas demeurée visible. Le chemin empierré 222 de Bayard-sur-Marne peut ainsi avoir suivi l’alignement des édifices afin de les desservir19.

3.2. Activités de l’établissement

105Trois des édifices de Bayard-sur-Marne présentent des caractéristiques qui suggèrent quelques hypothèses d’ordre fonctionnel. En effet, tandis que le bâtiment 3 n’a présenté aucune structure permettant d’en définir la fonction, les bâtiments 1, 2 et 4 semblent avoir été essentiellement utilisés à des fins d’activité domestique. Malgré la présence de foyers, le mobilier découvert dans le bâtiment 1 n’a pas permis d’en préciser le rôle tandis que le bâtiment 4 semble avoir concentré des foyers pouvant correspondre à une activité artisanale réduite aux besoins de la ferme comme à une occupation de type simplement domestique. À l’instar de cet espace, les foyers de morphologie identique mis au jour au sein du bâtiment C de la villa du Rosdia à Champion, en Moyenne Belgique, forment un alignement dans son axe longitudinal, marquant l’installation d’une hypothétique cloison (VAN OSSEL, DEFGNÉE, 2001). Ces structures de type foyer sans indices directs concernant leur utilisation peuvent également avoir été aménagées à l’occasion de l’édification des bâtiments pour l’entretien et la réparation des outils. À ce titre, il convient de souligner que la datation des foyers du bâtiment 4 de Bayard-sur-Marne correspond à la première phase d’occupation du site, ce qui pourrait confirmer cette ultime hypothèse. La villa de Dietikon (Suisse) était ainsi caractérisée par un alignement de petits bâtiments, interprétés comme habitats pour les travailleurs agricoles ou comme ateliers (métallurgie, travail du cuir, fumage de la viande), dont six comportaient des structures de type foyer, séchoir-fumoir ou forge mais datés pour certains de la fin du IIIe s. (FERDIÈRE et alii, 2010).

  • 20  Étudié par L. Jaccottey (Inrap).

106Un fragment de catillus20 découvert dans le remblai supérieur de la cave 276 suggère également l’existence d’un moulin à farine domestique, actionné manuellement. Il s’agissait en effet d’une meule en grès de 0,44 m de diamètre avec des traces de régularisation du flanc au ciseau et des traces d’usure concentriques très marquées au niveau de la surface active, peut-être consécutives au broyage de céréales.

107Seule une lame de faux (326.7) évoque indubitablement l’activité agricole extensive, dans le cadre de la fenaison. Un fragment de bêche (276.1), plus probablement destinée à l’entretien de jardins ou de potagers, n’est pas représentatif d’un contexte spécifiquement rural (FERDIÈRE et alii, 2009).

108La présence d’animaux d’élevage n’est suggérée que par la demi-force (326.9) réutilisée sous forme de couteau et sans doute initialement destinée à la tonte. La faux précédemment évoquée peut également induire la nécessité de prélever sur l’emprise de la villa le fourrage des bêtes. La faune récupérée lors de la fouille n’ayant pas été retrouvée dans sa totalité, une étude n’a pu être effectuée que sur un échantillon restreint (quarante-deux restes). Les principales espèces domestiques y sont représentées (bœuf, porc, capriné, équidé) dont certains étaient marqués par des traces de découpe impliquant la consommation ou l’utilisation des matériaux organiques à des fins artisanales. Le site de Bayard-sur-Marne s’inscrit donc dans une tendance générale de rareté des outils agricoles – généralement de petites dimensions – en contexte d’exploitation rurale gallo-romaine. A. Ferdière y voit la nécessité du recyclage du fer et de la transformation des outils, comme l’atteste la présence habituelle de forges d’entretien et de transformation sur les sites concernés (FERDIÈRE et alii, 2009).

3.3. Les échanges commerciaux

109À l’image de nombreux exemples rencontrés dans la partie nord de la France, l’établissement rural de Bayard-sur-Marne occupe un emplacement stratégique à plusieurs égards.
D’une part, la proximité de la Marne et du supposé axe routier qui la longeait offre une large variété d’itinéraires commerciaux. La proximité du cours d’eau facilite en outre l’irrigation et favorise les terres cultivables et les pâturages.
D’autre part, le lien avec l’agglomération secondaire du Châtelet de Gourzon et l’accès à la voie reliant Segessa(Bar-sur-Aube) à Nasium (Naix-aux-Forges), situés tous deux à 3 km du site, constituent un facteur d’échanges commerciaux. Cette situation voisine de la ville gallo-romaine du Châtelet permet également à la main d’œuvre d’être logée ou renouvelée tout en entretenant les relations entre élite rurale et élite urbaine.

110En revanche, la céramique importée n’est représentée que par quelques individus millavois, arvernes, trévires et sénons. La sigillée sud-gauloise ou du centre de la Gaule est ici peu abondante. Cette faiblesse des importations de longue distance est compensée par la présence de céramiques champenoises, de la vallée de la Vesle ou de l’Argonne. Même si l’Argonne devient dès le milieu du IIe s. le centre de production majoritaire dans cette région, force est de constater que les influences en matière de vaisselle se limitent majoritairement à la région. Le même fait a été constaté dans le bâtiment agricole de Rachecourt-sur-Marne « Varenne », situé à environ 4 km de la villa de Bayard-sur-Marne (DESMARCHELIER, 2011). Il convient toutefois de préciser que nous ne sommes ici qu’en présence de la pars rustica, le mobilier employé par le propriétaire demeurant dès lors inconnu.

111Alors que les produits agricoles et alimentaires devaient procéder d’un système autosuffisant, il est envisageable que l’outillage agricole métallique ait été importé de l’agglomération de Gourzon pour être ensuite entretenu et recyclé sur le site de la villa. L’approvisionnement en matériaux de construction provenait sans doute de carrières locales (voir contexte géographique et géologique) et, pour le mobilier en pierre, de carrières de Savonnières, situées à moins de 10 km du site (DESMARCHELIER et alii, à paraître).

3.4. Statut de l’établissement

112Le mode de construction adopté ici peut être déduit du type de fondations – blocs calcaires liés à l’argile naturelle – et des quelques élévations encore en place dans les bâtiments 2 et 4. Ces dernières présentaient un double parement de moellons équarris liés à la chaux contenant un blocage de cailloutis mêlé à du mortier. Le privilège accordé aux murs maçonnés pour les bâtiments comme pour les caves témoigne du statut plutôt élevé de l’établissement, bien que ce type de construction se soit généralisé dès la seconde moitié du Ier s ap. J.-C. dans les campagnes gallo-romaines. Des éléments architecturaux plus précis tendent à confirmer l’hypothèse d’un établissement à superficie importante (du type ER3, selon NOUVEL et alii, 2009). En effet, la conjonction des fragments de colonnes, des tesselles, des enduits peints de la cave 326, des manchons de canalisation et d’un possible système de chauffage par hypocauste – principalement autour du bâtiment 2 – corrobore la théorie de la villa importante, au propriétaire aisé. Des fragments d’enduits découverts également dans la cave 326 mais provenant certainement du bâtiment 2 tendent à démontrer le soin apporté à la décoration intérieure de ce bâtiment qui, pourtant, n’appartient pas à la pars urbana. Des panneaux blancs à filets rouges et jaunes, sur un enduit blanc d’au moins 0,6 cm, confèrent à cet espace une fonction de service mais impliquent un traitement plus raffiné que celui d’un simple édifice agricole. Seuls deux petits fragments sont aujourd’hui encore conservés.
Malgré l’importance apparente des bâtiments mis au jour, il va sans dire que la découverte de la pars urbana de la villa aurait permis d’être plus catégorique quant au statut de l’établissement.

113Nous ne pouvons que présumer du statut élevé du propriétaire de cet établissement par comparaison avec des exemples connus dans la région et, de manière plus étendue, dans le nord-est de la France. La régularité d’implantation des bâtiments, la répétition des modules, l’espace occupé par seulement quatre édifices permettent en effet d’imaginer une exploitation de dimensions relativement conséquentes.

3.5. Un établissement rural gallo-romain dans la vallée de la Marne

114Ce type de villa « à pavillons multiples alignés » régulièrement espacés est fréquent dans la partie nord de la France, notamment chez les Lingons. Suivant l’exemple de l’établissement de Bayard-sur-Marne, quatre autres indices de villae ont par ailleurs été découverts dans un rayon de 7 km autour de l’agglomération, située à la frontière des cités lingone, leuque et tricasse, sur les sites de Chamouilley « usine Isorel » (FRÉZOULS, 1973), Narcy « la Côte Saint-Martin », Fontaines-sur-Marne « la Charbonnière » et Rachecourt-sur-Marne « Varenne ».

115À Fontaines-sur-Marne, sur le site de la Charbonnière, Y. Gaillet a mis au jour les vestiges d’une villa, à environ 3 km de l’agglomération (GAILLET, 1964).
Les techniques de construction employées sont semblables à celles du site de Bayard-sur-Marne : les élévations sont composées de moellons calcaires liés à l’argile naturelle (ibid., p. 50). Le calcaire plus tendre extrait des carrières de Savonnières fut uniquement utilisé pour l’encadrement des niches et des soupiraux ainsi que pour les marches des escaliers. La disparition des marches d’escaliers des caves 276 et 326 de Bayard-sur-Marne peut ainsi être imputée à la fragilité de ce type de matériau ou à sa récupération plus aisée. Le type de couverture découvert lors de la fouille de la Charbonnière et du diagnostic de Rachecourt-sur-Marne – les dalles sciées en pierre de Savonnières – a pu être utilisé pour les bâtiments de l’opération ici traitée. Les sols de ces établissements sont de même systématiquement constitués de simple terre battue. Ces techniques ont également été observées dans le cadre des fouilles du Châtelet de Gourzon, concernant les bâtiments édifiés entre 30 av. J.-C. et 280 ap. J.-C. (LEPAGE, 1992a).

116Sur le site de l’usine Isorel, à Chamouilley, trois bâtiments alignés sur environ 100 m ont été mis au jour en 1971 (FRÉZOULS, 1973). L’un d’entre eux apparut équipé d’une cave et d’une salle sur hypocauste, chauffée par un praefurnium. Ces similitudes avec le bâtiment 2 de Bayard-sur-Marne sont appuyées par une durée d’occupation s’étendant du Ier au troisième quart du IIe s., puis du IIIe au IVe s.

117Un réseau d’établissements ruraux semble donc s’étendre dans un rayon de 7 km autour de l’agglomération gallo-romaine, située sur une éminence dominant le cours de la Marne. On peut dès lors supposer qu’une complémentarité et, sans doute, une interdépendance régissaient les relations entre ces établissements (fig. 25).

image

Fig. 25. Carte de répartition des établissements ruraux connus autour de l’agglomération du Châtelet de Gourzon (DAO : V. Desmarchelier).

118Il est en effet relativement fréquent de trouver ce type d’ensemble – villae avec pars urbana et pars rustica – dans des espaces favorables à l’agriculture, notamment dans la vallée de la Marne. Outre l’emplacement favorable à l’exploitation des ressources agricoles, nous pouvons envisager une relation de dépendance commerciale entre ce réseau d’établissements et l’agglomération du Châtelet. Si aucun site n’a pu révéler avec précision le type de production qui caractérisait chaque villa, les propriétaires jouaient certainement un rôle d’importance au sein de la société urbaine locale et assuraient probablement l’approvisionnement de la ville en produits de première nécessité.

119De nombreux établissements ruraux ont été, souvent partiellement, fouillés en Haute-Marne mais n’ont la plupart du temps témoigné que du logement principal, avec ses bains et ses riches décors. Le plus vaste complexe fut découvert au lieu-dit « Charge d’Eau » à Andilly-en-Bassigny, abandonné au IIIe s. (THÉVENARD et alii, 1996).

120À l’instar de nombreux établissements ruraux, celui de Bayard-sur-Marne est installé sur une terrasse alluviale, permettant de supposer que la pars urbana était implantée en surplomb. Il faut également souligner la position judicieuse de son implantation, à 500 m du cours de la Marne et à faible distance de terrains calcaires, sableux, argileux et alluvionnaires. Il semblerait en effet qu’une majorité d’établissements ruraux de statut supérieur aient privilégié des lieux offrant une certaine diversité de sols propices à différents types de cultures et de ressources – il se peut également que ces terrains aient favorisé le développement de l’établissement (NOUVEL et alii, 2009). Les bâtiments mis au jour à Chamouilley et Rachecourt-sur-Marne sont également localisés à quelques centaines de mètres de la rive gauche actuelle de la Marne, le site de l’usine Isorel étant cependant implanté à environ 6 km de l’agglomération du Châtelet. Les vestiges des villae de Narcy et de Fontaines-sur-Marne ont a contrario été découverts sur les hauteurs qui surplombent la rive droite de la rivière, respectivement à 5 et 3 km de cette dernière. Sans doute cette diversité de lieux d’installation est-elle dictée par des choix de production nécessitant des terrains particuliers.

121En aval de ces sites ont par ailleurs été repérés les vestiges d’un établissement rural à Saint-Dizier « les Crassées », occupé par intermittence jusqu’au IVe s. Il est situé à environ 12,5 km de l’agglomération du Châtelet de Gourzon, pouvant impliquer une interrelation de moindre importance ou un éloignement rendu nécessaire par l’importance foncière de cette propriété. À l’instar des bâtiments de Bayard-sur-Marne, Narcy et Rachecourt-sur-Marne, la villa de Saint-Dizier a été aménagée dans la vallée de la Marne, à faible distance de son lit. Elle a également connu une phase de restructuration – au plus tôt à la fin du IIe s. – comprenant notamment une partition des balnéaires et l’ajout d’un canal de chauffe (DUROST, 2012).

122Ces établissements ont été implantés à partir du milieu du Ier s. ap. J.-C., témoignant d’une présence romaine tardive dans la vallée de la Marne, malgré une occupation de la colline de Gourzon dès la première moitié du Ier s. av. J.-C. Les restructurations sont globalement mises en place vers la fin du IIe s., par l’agrandissement des bâtiments ou l’ajout de structures balnéaires. Cette phase de réaménagements correspond à une période de prospérité économique observée sur de nombreux sites d’établissements ruraux en Belgique romaine (VAN OSSEL, DEFGNÉE, 2001, p. 241).

123Tandis que les villae de Chamouilley, Fontaines-sur-Marne et Bayard-sur-Marne semblent être globalement abandonnées au cours du IIIe s., la villa des Crassées et le bâtiment de Rachecourt-sur-Marne sont occupés jusqu’au milieu du IVe s., époque à laquelle le mobilier de verre et de métal découvert sur le site du Châtelet fixe la fin de l’occupation du site en tant qu’agglomération. Ils sont en revanche systématiquement désertés dès le IIIe s./début du IVe s.

124Cette chronologie s’inscrit dans un processus d’occupation connu pour l’habitat rural gallo-romain dans d’autres régions (GANDINI, 2008). Dans le courant du IIIe s. et dans toutes les régions de France, on observe en effet une disparition progressive de nombreuses exploitations au profit de regroupements fonciers ou de réoccupations par un type d’habitat plus modeste (FERDIÈRE, 2006).

Conclusion

125Deux grandes périodes chronologiques sont illustrées par les découvertes effectuées à Bayard-sur-Marne « Marielle ». Dans un premier temps, trois sépultures à incinération datées de l’Âge du Bronze final IIb ont été mises au jour au sud-est du site, révélant les ossements de quatre individus dont seul l’âge a pu être déterminé. Ces sépultures suggèrent qu’une zone sépulcrale s’étendait au-delà de la zone fouillée, au sud-est.

126La période romaine est particulièrement bien représentée par les greniers d’un possible établissement rural précoce supplanté par les bâtiments de la pars rustica d’une villa dont nous supposons la vaste superficie domaniale. Occupée du Ier au IVe s. de notre ère, elle répond aux modèles d’organisation des villae à pavillons multiples étudiés depuis quelques années, notamment dans la partie nord de la France. Cependant, les datations proposées par les études de mobilier, en particulier concernant la céramique et les monnaies, ne sont pas représentatives du temps d’occupation active stricto sensu de telle ou telle structure mais de leur occupation passive, abandonnées et en phase de destruction. Les bâtiments en pierre sont, de plus, rasés au niveau des fondations. Les seuls niveaux d’occupation véritablement scellés – ceux des caves – ne recelaient que très peu de mobilier. Ce mobilier ne présentait pas, en outre, de différences remarquables en typologie comme en datation, avec les remblais de comblement.

127Si le statut de l’établissement n’a pu être précisé, les bâtiments quadrangulaires maçonnés semblent correspondre à des activités domestiques, liées au logement, à la cuisine ou à l’entretien du matériel de la ferme, déterminées par la présence de foyers, de vaisselle de table et d’outillage métallique. Toutefois, ces observations n’excluent pas la présence d’activités artisanales, même ponctuelles, au sein de l’établissement et en coexistence avec l’habitat. Les caves ont révélé du mobilier suggérant la présence d’une colonnade en façade de certains bâtiments. L’une d’elles a en outre livré un important lot d’épingles en os évoquant une activité artisanale locale ponctuelle ou un approvisionnement extérieur. Cette même cave, dont quelques surcreusements évoquaient le stockage de denrées au moyen d’amphores ou de dolia, était décorée d’enduits peints à bandes et filets noirs sur champ blanc qui, ajoutés à la découverte d’un socle de statuette en bronze, suggère l’existence simultanée ou postérieure d’un culte domestique.

128Il est toutefois intéressant de noter que cet établissement semble intégrer un réseau de domaines agricoles implantés dans un rayon de 6 km autour de l’agglomération du Châtelet de Gourzon. Cette observation suggère une relation d’interdépendance entre ces sites de la vallée de la Marne dont nous ne pouvons encore cerner les caractéristiques ou les types d’exploitations.
Malgré une occupation du site s’étendant du Bronze final IIb au XVIIe s., aucune continuité n’a pu être observée.

Bibliographie

BARBET A., 1974, Recueil général des peintures murales de la Gaule.1.1, Province de Narbonnaise, Glanum, 1. Texte, Paris, CNRS éd., 203 p. (XXVIIème suppl. à Gallia).

BÉAL J.-C., 1983, Catalogue des objets de tabletterie du Musée de la Civilisation gallo-romaine de Lyon, Centre d’études romaines et gallo-romaines de l’Univ. Jean Moulin - Lyon III, Nelle série n° 1, Lyon, éd. de Boccard, 421 p.

CAROZZA L., MARCIGNY C., 2007, « La mort, la société, les symboles », in : L’Âge du Bronze en France, Paris, La Découverte, p. 107-125.

COLLART J.-L., 1996, « La naissance de la villa en Picardie : la ferme gallo-romaine précoce », in : Revue archéologique de Picardie, numéro spécial, 11, p. 121-156.

DELOR A., GOURGOUSSE Y. coll., 2003, « Un lot de céramique à dégraissant coquillier issu de la cave 326 du site de Marielle à Prez-sur-Marne (52) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 561-576.

DESMARCHELIER V., 2011, Rachecourt-sur-Marne (Haute-Marne), ‘Varenne’, Rapport final d’opération, Diagnostic archéologique, Metz, Inrap Grand-Est Nord / S.R.A. Champagne-Ardenne, 87 p.

DESMARCHELIER V., GOURGOUSSE Y., DELOR-A A., TISSERAND N., BRUNET-GASTON V., LOUIS A., à paraître, Bayard-sur-Marne (Haute-Marne), La pars rustica de la villa de Bayard-sur-Marne, Rapport de fouille, Metz, Inrap Grand-Est Nord.

DUROST R., 2012, L’établissement rural antique des ‘Crassées’ à Saint-Dizier (Haute-Marne), Rapport de fouille programmée, campagne 2012, Metz, Inrap Grand-Est Nord / S.R.A. Champagne-Ardenne, 49 p.

EBNÖTHER Ch., 1995, Der römische Gutshof in Dietikon, Zürich/Egg, 437 p. (Monographien der Kantonsarchäologie Zürich, 25).

FERDIÈRE A., 2006, « L’époque romaine », in : Histoire de l’agriculture en Gaule, 500 av. J.-C. - 1000 ap. J.-C., Paris, éd. Errance, p. 65-139.

FERDIÈRE A., BENDER H., LEMAIRE P., 2009, « Recherche sur les contextes de découverte d’outillage agricole et objets liés au travail et à la production rurale en Gaule romaine : les formes de l’habitat gallo-romain », in : Les formes de l’habitat gallo-romain : terminologies et typologies à l’épreuve des réalités archéologiques, Actes du colloque AGER VIII-Toulouse, Pessac, Fédération Aquitania/Maison de l’Archéologie, p. 81-107 (17ème suppl. à Aquitania).

FERDIÈRE A., GANDINI C., NOUVEL P., COLLART J.-L., 2010, « Les grandes villae ‘à pavillons multiples alignés’ dans les provinces des Gaules et des Germanies : répartition, origine et fonctions », R.A.E., t. 59, fasc. 2, p. 357-446. [En ligne], mis en ligne le 10 octobre 2011, URL : http://rae.revues.org/6217.

FRÉZOULS E., 1973, « Circonscription de Champagne-Ardenne », Gallia, 31.2, Paris, CNRS éd., p. 415-416.

GAILLET Y., 1964, « La villa gallo-romaine de la Charbonnière à Fontaines-sur-Marne », Les Cahiers Haut-Marnais, n° 77, Chaumont, Imp. de l’Est, p. 49-74.

GANDINI C., 2008, Des campagnes gauloises aux campagnes de l’Antiquité tardive : la dynamique de l’habitat rural dans la cité des Bituriges Cubi (IIe s. av. J.-C.-VIIe s. ap. J.-C.),Tours, FERACF, 511 p. + CDRom (33ème suppl. à la Revue archéologique du Centre).

GASTON Ch., 2008, « Bâtiments ‘standardisés’ dans la pars rustica des villae : deux exemples récemment découverts en Franche-Comté », R.A.E., t. 57-2008, p. 253-266. [En ligne], mis en ligne le 26 août 2009, URL : http://rae.revues.org/3123.

GROETEMBRIL S., 2011, « La question des pièces souterraines peintes en Gaule », in : Décor et architecture en Gaule entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge, Mosaïque, peinture, stuc, Pessac, éd. de la Fédération Aquitania, p. 311-320 (20ème suppl. à Aquitania).

KASPRZYK M., 2011, La Saulsotte (Aube), ‘Le Vieux Bouchy’, enceinte néolithique, fours de l’Âge du Bronze, établissement enclos du premier Âge du Fer, établissement agricole de La Tène finale et du Haut-Empire, Rapport de fouille, Metz, Inrap Grand-Est Nord, 472 p.

LEPAGE L., 1990, La ville gallo-romaine du Châtelet de Gourzon en Haute-Marne. T. I, Les fouilles de P.-C. Grignon au XVIIIe s., Saint-Dizier, Centre d’études et de recherches de Préhistoire haut-marnaise, 158 p.

LEPAGE L., 1992a, La ville gallo-romaine du Châtelet de Gourzon en Haute-Marne. T. II, Les travaux et les fouilles des XIXe et XXe s., Saint-Dizier, Centre d’études et de recherches de Préhistoire haut-marnaise, 515 p.

LEPAGE L., 1992b, « Trente années d’archéologie en Haute-Marne : la période gallo-romaine », in : L’archéologie en Champagne-Ardenne, 1960-1990, Reims, Soc. archéologique champenoise, p. 317-332 (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 85).

MASSET C., 2000, « La mort aux périodes préhistoriques », in : Archéologie funéraire, Paris, éd. Errance, p. 55-85 (Coll. Archéologiques).

NOUVEL P., POITOUT B., KASPRZYK M., 2009, « De la ferme au palais : les établissements ruraux antiques de Bourgogne du Nord, IIe-IVe siècles p.C. », in : LEVEAU P., RAYNAUD C. et alii dir., Les formes de l’habitat gallo-romain : terminologies et typologies à l’épreuve des réalités archéologiques, Actes du colloque AGER VIII, Toulouse, 2007, Pessac, Féd. Aquitania, p. 361-389 (17ème suppl. à Aquitania).

PRÉVOT P., 2009, « Caractérisation des sites ruraux de Gaule méridionale : la production et la consommation d’objets en os, ivoire et bois de cerf », in : LEVEAU P., RAYNAUD C. et alii dir., Les formes de l’habitat gallo-romain : terminologies et typologies à l’épreuve des réalités archéologiques, Actes du colloque AGER VIII, Toulouse, 2007, Pessac, Féd. Aquitania, p. 47-60 (17ème suppl. à Aquitania).

PRÉVOT P., 2010, « Un atelier de fabrication de règles en os dans une villa gallo-romaine de Cuperly (Marne) ? Étude technologique d’ébauches de règles réalisées en série », R.A.E., t. 59, fasc. 2, p. 539-565. [En ligne], mis en ligne le 27 janvier 2011. URL : http://rae.revues.org/6447.

RIHA E., 1990, Der römische Schmuck aus Augst und Kaiseraugst, Augst, Römermuseum Augst, 245 p.

SCHENK A., 2008, « Regard sur la tabletterie antique : les objets en os, bois de cerf et ivoire du Musée romain d’Avenches », Avenches, Ass. Pro Aventico, p. 23-35 (Documents du Musée romain d’Avenches, 15).

THÉVENARD J.-J., VILLES A., NEISS R., 1996, La Haute-Marne,Paris, Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, 372 p. (Carte archéologique de la Gaule, 52-1).

VAN OSSEL P., 1992, Établissements ruraux de l’Antiquité tardive dans le nord de la Gaule, Paris, éd. du CNRS, 470 p. (51ème suppl. à Gallia).

VAN OSSEL P., DEFGNÉE A., 2001, « Champion, Hamois, une villa romaine chez les Condruses : archéologie, environnement et économie d’une exploitation agricoles antique de la Moyenne Belgique », in : Études et Documents, Archéologie, 7, Namur, Min. de la Région wallonne, 278 p.

Notes

1  Fibules et nécropole du VIIe s. notamment (LEPAGE, 1992a).

2  L’étude anthropologique ne mentionne pas s’il s’agit d’une datation par typologie céramique et le mobilier n’a pu être retrouvé au moment de la rédaction du rapport, dix ans après l’opération de fouille.

3  Drag. 45.

4  Reims P6 et P7.

5  Reims P4.

6  Gose 366-69, Deru B1.

7  Système de diffusion de chaleur ?

8  Chenet 302 et 303, Drag. 37 et 40, Hees 2, Neid. 33, Reims B1, B3, P1, Gose 412, 416, 472, etc.

9  AR 19, AR 98.2, I 51, I 109, I 126.

10  Anses de seau, clous, lames et nombreux fragments de manchons de canalisation.

11  P 56, Hees2, Drag. 36 et 37, Reims A1.

12  Voir le site de Verneuil-en-Halatte (COLLART, 1996 et FERDIÈRE et alii, 2010).

13  Voir l’exemple de la villa de Newel I (VAN OSSEL, 1992).

14  Toutes proportions gardées et si l’on s’en tient aux seuls éléments de fondations dont nous disposons, une similitude peut être établie avec le système de bains découvert sur le site de la ville gallo-romaine du Châtelet de Gourzon (Haute-Marne) tel qu'il est décrit d'après les fouilles de Grignon au XVIIIe s. par L. G. Pothier (LEPAGE, 1992a).

15  AR 8, AR 151, I 3, I 120.

16  Hees2, Drag. 27c et 27b, Gose 366-69, Reims A1, etc.

17  Fibules, clous, lames, etc.

18  Drag. 27c, Hees 2, Gose 366-69, Reims A1.

19  Sur le site de la villa de Lamotte-Warfusée « Le Petit Chêne/La Sole du Chaufour », deux voies longeant les bâtiments ont également été mises au jour (FERDIÈRE et alii, 2010).

20  Étudié par L. Jaccottey (Inrap).

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Desmarchelier, « Bayard-sur-Marne « Marielle » (Haute-Marne) : un établissement agricole de la vallée de la Marne à l’époque romaine », Revue archéologique de l’Est, tome 63 | 2014, [En ligne], mis en ligne le 11 février 2016. URL : http://rae.revues.org/8109. consulté le 25 mars 2017.

Auteur

Virginie Desmarchelier

Inrap Grand-Est Nord, Centre archéologique de Saint-Martin-sur-le-Pré, 38 rue des Dats, 51520 Saint-Martin-sur-le-Pré.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés