Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Louis BONNAMOUR, 3000 ans de navigation sur la Saône : histoire des bateaux traditionnels en bois et de leur construction

Béat Arnold
p. 502-503

Texte intégral

1Nous tenons à saluer la publication de l’ouvrage de Louis Bonnamour traitant de la navigation traditionnelle sur la Saône. Archéologue de renom, ayant prospecté inlassablement la Saône subaquatique en portant un regard critique sur les épaves qui y ont été découvertes, l’auteur s’est également intéressé aux vestiges actuels et à leurs auteurs, une fraction de seconde avant que tout ce savoir ne se dissipe dans les brumes du temps. Conciliant les métiers de l’archéologue et de l’ethnologue, l’auteur nous livre une synthèse originale résultant d’une quête systématique couvrant plus de six lustres.

2L’ouvrage est subdivisé en six parties, complétées par autant d’annexes et surtout d’un glossaire. Le choix retenu a été d’utiliser les termes vernaculaires concernant les éléments des embarcations, et non pas d’appliquer ceux utilisés dans la marine. En effet, l’une des particularités de tous les bassins fluviaux est la présence d’une terminologie spécifique à chaque espace nautique, soulignant la diversité mais également l’originalité de la construction navale fluviale par rapport à celle pratiquée sur les rivages marins. Nous apprécions ainsi tout particulièrement le recours systématique à ces termes, valorisant une partie importante du patrimoine fluvial, celui de la langue.

3Le livre commence par la présentation de la documentation écrite, iconographique et orale traitant des embarcations de la Saône, dont plus de 30 noms différents sont évoqués (tableau p. 14), mais également des chantiers navals traditionnels. Cette approche va évidemment au-delà des seules embarcations puisque la Saône constitue le véritable poumon des régions qu’elle traverse, axe de communication majeur autour duquel sont organisés les échanges.

4Les découvertes de pirogues préhistoriques sont (pour l’instant) encore peu nombreuses, une de l’Âge du Bronze, une autre de l’Âge du Fer. C’est surtout l’apport majeur et récent de la construction navale de la période romaine qu’il faut relever, avec les découvertes récentes de grands chalands gallo-romains à Chalon-sur-Saône et à Lyon, et l’incroyable caisson étanche ayant servi, vers 220 ap. J.-C., de soubassement à la pile 3 du troisième pont de Chalon-sur-Saône ; vestige fouillé avec grande compétence par l’auteur dans des conditions pour le moins périlleuses, comme nous avions pu le constater. Les chalands gallo-romains de Lyon, dégagés entre 2002 et 2004 au Parc Saint-Georges (et dont la monographie a été publiée en 2011), donnent une nouvelle dimension à celui découvert en amont (voir plan fig. 66), démembré et plaqué contre la pile du pont sus-mentionné.

5La période s’étendant du VIIIe au XVIIIe siècles est, de notre point de vue, exceptionnellement riche en vestiges de types variés, allant de la pirogue monoxyle au grand chaland du type savoyarde et penelle, en passant par la barque-vivier, et dont les plans publiés nous permettent de mieux saisir les spécificités.

6En guise de conclusion, en fait toute la partie 6 du volume, l’auteur nous emmène dans un domaine particulier, les techniques d’étanchéité (lutage et calfatage), où les données observées sur les embarcations découvertes dans la Saône, d’une diversité remarquable, ouvrent des perspectives allant de la Méditerranée au centre du continent européen. Quant aux rarissimes photographies de la première moitié du XXe siècle, elles illustrent à merveille les phases de construction de ces chalands (fig. 27, 39, 153, 154-163).

7Bref, nous avons beaucoup de chance d’avoir maintenant à notre disposition un ouvrage de synthèse de cette qualité. Un petit bémol toutefois : pourquoi seulement une partie des figures a-t-elle été numérotée, et pourquoi celles numérotées ne se suivent-elles pas ? Ainsi, la fig. 3 précède la 2, et ceci arrive régulièrement dans la suite de l’ouvrage (probablement en raison de problèmes rencontrés par l’éditeur lors de la mise en page). Nous n’avons pas trouvé la fig. 1 (en fait elle est en p. 16), et nous aurions bien aimé connaître à quelle référence se reportent les numéros des types d’appes évoqués dans la légende de la fig. 103.

8Notre seul regret, l’ouvrage s’arrête à la page 256 : nous aurions été prêts à suivre l’auteur une centaine de pages supplémentaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béat Arnold, « Louis BONNAMOUR, 3000 ans de navigation sur la Saône : histoire des bateaux traditionnels en bois et de leur construction », Revue archéologique de l’Est, tome 63 | 2014, 502-503.

Référence électronique

Béat Arnold, « Louis BONNAMOUR, 3000 ans de navigation sur la Saône : histoire des bateaux traditionnels en bois et de leur construction », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 63 | 2014, mis en ligne le 11 février 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://rae.revues.org/8180

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page