Navigation – Plan du site
Articles
Jean-Francois Pasty, Odile Franc, Jean-Michel Treffort, Philippe Alix, Najla Touati et Laura Panzeri

Un site de plein air du Mésolithique ancien à Tramoyes « Sous le Port » (Ain)

p. 5-26

Résumés

Le site est localisé sur la bordure de l’ancien lac des Echets, dans un contexte sableux d’origine alluviale, mis en place durant le Tardiglaciaire supérieur d’après les dates OSL. La faible surface fouillée ne permet pas d’appréhender l’organisation spatiale des vestiges matérialisés par un épandage de galets et de silex taillés. L’essentiel de l’occupation est attribué à un Mésolithique ancien de type Beuronien associant quelques éléments appartenant au Sauveterrien ancien. Les datations 14C situent cette occupation au milieu du Préboréal. Les caractéristiques technotypologiques de l’industrie lithique montrent que le débitage est orienté vers la production de lamelles aux dépens de nucléus unipolaires. Les armatures sont dominées par les pointes à troncature oblique et base naturelle, suivies par les segments et un triangle isocèle. Deux segments pygmées à corde bordée renvoient au Sauveterrien. Les outils domestiques sont représentés par les burins, les encoches et les troncatures.

The site is situated on the banks of the former lake of Les Echets, in a sandy context of alluvial origin which, according to OSL dating, became established during the Late Ice Age. The limited area excavated does not permit study of the distribution of the archaeological remains, manifested by an expanse of pebbles and knapped flints. The main part of the site is attributed to the Early Mesolithic “Beuronien” group associated with some early Sauveterrien elements. C14 dating places the occupation in the middle of the Preboreal. The techno-typological characteristics of the lithic industry show that the knapping concentrated on the production of bladelets at the expense of unipolar cores. Projectile points are dominated by points with oblique truncation, followed by segments and an isosceles triangle. Two small segments belong to the Sauveterrien. The domestic tools are represented by burins, notches and truncated artefacts.

Der Fundplatz wurde am heute trockengelegten Lac des Echets lokalisiert, in einem sandigen Kontext alluvialen Ursprungs, der sich den OSL-Datierungen zufolge im jüngeren Spätglazial abgelagert hatte. Die ergrabene Fläche ist zu klein, um die räumliche Organisation der durch verstreute Geröll- und Feuersteingeräte materialisierten Spuren zu erfassen. Der größte Teil der Funde wird dem Frühmesolithikum des Typs Beuronien zugeordnet, zu dem einige Elemente des älteren Sauveterrien kommen. Die 14C-Datierungen ordnen diese Belegungsphasen in das mittlere Präboreal ein. Die technotypologischen Merkmale der Steinartefakte zeigen, dass beim Abbau vorwiegend Lamellen produziert werden, daneben auch unipolare Kerne. Bei den Mikrolithen herrschen schräg retuschierte Spitzen ohne Basisretusche vor, gefolgt von Segmenten und einem gleichschenkligen Dreieck. Zwei kleine Segmente mit retuschierter Schneide weisen ins Sauveterrien. Die Steinwerkzeuge sind durch Stichel, Kerben und Endretuschen vertreten.

Texte intégral

PDF 8,2MSignaler ce document

1Une occupation mésolithique a été étudiée à l’occasion de la fouille archéologique préventive conduite entre novembre 2009 et janvier 2010 sur le tracé de la future autoroute A432, au lieu-dit « Sous le Port » (commune de Tramoyes, Ain), à une dizaine de kilomètres au nord-est de Lyon (fig. 1). L’emprise fouillée, d’une superficie de 8580 m2, a permis d’étudier l’occupation humaine en bordure d’un marais au niveau d’eau fluctuant, du Mésolithique jusqu’à la période gallo-romaine dans son cadre chronostratigraphique.

image

Fig. 1. Localisation régionale du site.

1. Conditions de la découverte et méthodologie

  • 1  Analyses réalisées par Laura Panzeri, docteur du Consorzio Milano Ricerche via L. Cicognara, 7 Mil (...)

2La découverte fortuite des vestiges mésolithiques s’est faite lors de la phase du décapage destiné à mettre au jour les vestiges d’occupation du Néolithique à la période gallo-romaine, objectif initial de la fouille prescrite. La découverte récurrente d’éléments d’industrie lithique taillée, en position secondaire dans des structures plus tardives ou en surface du décapage, nous a alertés sur la forte probabilité d’une occupation mésolithique in situ. Lors du décapage mécanique, la mise au jour de nombreux éléments de quartzite thermofractés dans la partie supérieure des sables de l’US4b (cf. infra), a nécessité la pratique de tests de fouille manuelle. Ceux-ci étant positifs, trois secteurs de fouille fine ont été réalisés (secteurs mésolithiques 1, 2 et 3). La méthodologie mise en œuvre répond aux contraintes de la découverte fortuite du site vers le milieu de l’opération et aux dates incompressibles du rendu du terrain à l’aménageur. Dans les trois secteurs de fouille manuelle, tout le mobilier (silex, galets de quartzite, coquilles de noisette brûlées, petites esquilles d’os brûlé) a été coté en trois dimensions. Une partie du sédiment a été prélevée et tamisée à l’eau, afin de récolter les éléments les plus petits ainsi que les restes organiques. Le sédiment a été tamisé intégralement pour le secteur mésolithique 2, mais en raison du manque de temps et de moyens, il ne l’a été que partiellement pour le secteur 1, et n’a fait l’objet que de quelques tests (quelques dizaines de litres) pour le secteur 3. Outre l’étude techno-typologique de l’industrie, des datations du niveau archéologique par 14C et des sables sous-jacents par luminescence stimulée optiquement (OSL)1 ont permis une approche chronostratigraphique absolue du gisement et de son contexte.

2. Contexte archéologique

3Les plus anciennes traces d’occupations humaines de la région lyonnaise datent du Paléolithique moyen et correspondent à des pièces isolées et remaniées provenant du plateau de la Duchère dans le 9ème arrondissement de Lyon. Le Paléolithique supérieur n’est attesté localement que par la découverte d’une petite série lithique inédite associée à une structure de combustion sur le tracé du Boulevard Urbain Est à Saint-Priest - « les Luêpes » (RAMPONI et alii, 2003). Les vestiges attribués à l’Épipaléolithique sont plus nombreux et se concentrent dans la plaine de Vaise, dans le 9ème arrondissement de Lyon. Les principaux sites de cette période (sites du périphérique nord de la Duchère, de la rue des Tuileries et de la rue Isaac) associent fréquemment des vestiges aziliens et différentes phases culturelles du Mésolithique ancien et moyen (BERTRAN et alii, 1998a ; MAZA dir., 2009 ; JALLET dir., 2012). Plus au nord, la plaine de la Saône et le Beaujolais ont livré de nombreux témoins d’occupations allant du Paléolithique moyen au Néolithique et qui restent pour la plupart inédits (SAVOYE, 1899). Le principal site mésolithique de ce secteur géographique est celui de la butte de Boitrait, attribué au second Mésolithique (PHILIBERT, 1967).

4Pour information concernant le site de Tramoyes, outre la découverte de l’occupation mésolithique, un ensemble de vestiges plus récents a été mis au jour lors de la fouille :
- une fréquentation néolithique du secteur, attestée par la présence de quelques rares pièces (silex, céramique, fragment d’anneau-disque en roche verte) ;
- un ensemble de fosses, parmi lesquelles prédominent des fonds de silos circulaires, caractérisant les restes d’un petit habitat du Bronze ancien ;
- une importante colluvion, localisée dans l’angle sud-est de l’emprise, attestant l’érosion partielle ou totale d’un site du Premier âge du Fer probablement localisé à proximité immédiate de la zone décapée ;
- une petite nécropole du Premier âge du Fer définie par la présence de huit entités correspondant à des dépôts de résidus de crémation en fosse, dont sept ensembles très ténus et un dépôt bien structuré, répartis de façon linéaire le long de la berge du marais ;
- une grande structure de combustion à pierres chauffées, localisée à proximité, rattachée également au Premier âge du Fer : sa contemporanéité, voire une éventuelle complémentarité avec le fait sépulcral, peuvent être envisagées ;
- une fosse isolée et un fragment d’amphore de La Tène finale ou de l’époque gallo-romaine précoce ;
- deux fossés parallèles, ultimes témoins d’un chemin antique qui longeait le marais, accompagnés d’une zone d’épandage peu étendue de tegulae et de fragments de céramique attribuables au iiie s. de notre ère, et d’une grande fosse circulaire interprétée comme un probable puits ;
- enfin, la berge de l’ancien lac, soumise aux fluctuations du niveau des eaux à l’époque historique (TREFFORT et alii, 2012).

3. Contexte géographique et cadre géologique

5Localisé à une dizaine de kilomètres au nord-est de Lyon, le site mésolithique de Tramoyes « Sous le Port », à 275 m d’altitude, se trouve sur le plateau de la Dombes, en Bresse méridionale (fig. 1). L’histoire géologique de ce plateau débute avec la fracturation oligocène due à la surrection des Alpes. La subsidence du fossé bressan, dans lequel se trouve le plateau de la Dombes, n’a alors fait que s’accentuer, permettant à une sédimentation lacustre, puis marine, puis fluvio-lacustre de se déposer. Le cycle pliocène (fini-Tertiaire) s’achève par un puissant épandage caillouteux en cône de déjection (les « alluvions jaunes »), provenant des Alpes par la Cluse des Hôpitaux et responsable du relief de la Dombes faisant barrage à la Bresse septentrionale. Au Quaternaire, les poussées successives des glaciers delphino-savoyards (COUTTERAND et alii, 2009) ont recouvert tout ou partie de la région lyonnaise. La période la plus marquée pour la Dombes est celle du Riss ancien (MANDIER, 1988), alors que les glaciations suivantes du Riss récent et du Würm sont restées en contrebas et au sud. La deuxième a laissé son empreinte sur la Dombes par un dépôt massif de lœss et des fameux « limons de la Dombes » (MONJUVENT et alii, 1973). Les éminences en rebord ouest de plateau sont les témoins des moraines frontales d’ablation, mises en place il y a environ 200 000 ans et culminant à 314 m en avant de l’ombilic des Echets, formé également par le glacier rissien. Après la période du Würm (entre 73 000 et 15 000 ans), pendant laquelle se déposent les lœss, aucune phase majeure de sédimentation allochtone ne s’est produite. Le milieu a évolué sur lui-même, les reliefs se sont estompés par érosion des points hauts et comblement des dépressions sous l’effet des ruissellements diffus ou concentrés sur les pentes. En plus des remaniements dus aux pentes, des altérations liées aux changements climatiques se sont produites, conduisant à la distinction de différents horizons pédologiques.

6Le site occupe la bordure est du diverticule sud aujourd’hui asséché du Marais des Echets (fig. 2). Cet ancien lac de surcreusement glaciaire d’époque rissienne (MANDIER, 1988), drainé en 1481 par l’approfondissement artificiel du ruisseau des Echets (GOURC, 1936, p. 74), se déverse dans la Saône à l’ouest par l’intermédiaire de ce ruisseau. L’emprise fouillée est localisée au pied de collines morainiques à couverture limono-lœssique, très peu pentues (4°), qui culminent entre 306 et 324 m d’altitude. Des ruisseaux inscrits dans ces reliefs se réunissent au nord-est du site pour former le ruisseau des Ormes, qui s’écoule dans le marais à l’ouest. Bien que non pérennes, ces ruisseaux drainent un bassin versant de 2,85 km2 à leur confluence. Lors de périodes hydro-dynamiques plus actives qu’actuellement, un cône de déjection s’est formé et a accumulé les sédiments sableux dans lesquels l’occupation du Mésolithique prend place.

image

Fig. 2. Localisation du site entre lac des Echets et débouché d’un petit bassin versant (tireté gras). La courbe de niveau des 275 m (trait plein gras) symbolise l’extension maximale du lac rissien (DAO : J.-M. Treffort, d’après MONJUVENT et alii, 1973, MOUTERDE et alii, 1978).

7Le lac des Echets, dont la superficie était de 1300 ha à 275 m d’altitude après le retrait du glacier, a enregistré une sédimentation lacustro-palustre de 60 m d’épaisseur depuis la fin du Riss jusqu’à nos jours. De nombreuses études, tant palynologiques (BEAULIEU, REILLE, 1984a) que géochimiques (KÉRAVIS et alii, 2005 ; KYLANDER et alii, 2011) ou paléolimnologiques (AMPEL et alii, 2008), ne se sont intéressées qu’aux séquences les plus anciennes depuis l’Éémien jusqu’à la transition Pléniwürm final/Dryas ancien. Par conséquent, aucune n’apporte d’éléments sur les 4,30 m de tourbe holocène résiduelle présente dans la partie nord du marais. Trop ancienne, l’étude palynologique de J. Gourc (1936) n’est pas étayée par des datations, et les résultats ne sont pas assez significatifs pour être attribués à une palynozone particulière. Tout au plus, sait-on que de la tourbe se forme encore après le dessèchement du marais au XVe siècle. P. Mandier (1988, p. 269) considère que le lac holocène se résume aux 130 ha occupés par cette tourbe (soit le dixième de la surface du lac initial) car les sables qui affleurent au-delà du centre tourbeux sont fini-würmiens selon lui. L’émersion serait totale du Tardiglaciaire au tout début de l’Holocène étant donné la « lacune montrée par les diagrammes ». Pourtant, une des analyses polliniques indique la persistance du froid et de la steppe après 15 050 BP (BEAULIEU, REILLE, 1984b), ce qui pourrait indiquer le Dryas ancien sur encore 2,50 m d’épaisseur, tandis que des plantes aquatiques ont été datées du Bölling, mais la date n’est pas publiée (J. Argant, communication orale). En outre, J.-L. de Beaulieu et M. Reille ont noté la présence de tourbe au Boréal (1984b) ; un lac restreint semble donc présent à cette époque. Malgré la fragilité de tous les éléments présentés ci-dessus, il est très probable qu’existait un lac, dont l’étendue demeure inconnue, au moment de l’occupation du Mésolithique ancien, soit au Préboréal.

4. Stratigraphie

8La stratigraphie du site de Tramoyes « Sous le Port » est caractérisée par cinq ensembles sédimentaires bien distincts (fig. 3). Le premier correspond, d’après les auteurs précédents, au substrat morainique déposé par le glacier rissien en bordure de l’ombilic des Echets. L’US 5b qui le caractérise est composée de plusieurs faciès : diamicton typique identifié par l’hétérométrie et l’absence de tri des constituants, farine glaciaire et, par ailleurs, galets, graviers et sables triés caractéristiques d’écoulements fluvio-glaciaires. Le tout présente des micro-lamines.

image

Fig. 3. Coupe stratigraphique synthétique entre relief morainique à l’est et dépôts lacustres probablement médiévaux à l’ouest. Dessin, DAO : O. Franc et J.-M. Treffort.

9Les deux faciès (diamicton et fluvio-glaciaire) sont colorés en rouge-orangé (fig. 4), puis cette rubéfaction (US 5a) est localement tachée de ferro-manganèse et bariolée par des invaginations blanchâtres à contour oxydé. Selon toute vraisemblance cette rubéfaction très poussée pourrait s’être produite durant l’interglaciaire éémien tandis que l’importante compaction et le bariolage intense pourraient être dus au développement d’un pergélisol würmien altéré secondairement par gleyfication lors de sa fonte. La mise en place des couches postérieures est aussi partiellement responsable de cette hydromorphie. Aucun dépôt de limons lœssiques n’a été observé sur cette bordure du marais des Echets.

image

Fig. 4. Vue des dépôts morainiques rissiens, de la pédogénèse éémienne et du ravinement du Dryas ancien. Cliché : O. Franc.

10Le deuxième ensemble est alluvial et débute par une couche de galets et sables jaunes mêlés (US 4d) incisant fortement le sol 5a et oblitérant probablement les lœss qui auraient dû se trouver au-dessus de l’ensemble 5. De gros galets, assez rares cependant, forment souvent des sortes de pavages signalant la répétitivité des flux de lavage ou d’érosion, et une mise en place en plusieurs étapes. Un bourrelet est notable à l’extrémité du dépôt à l’ouest. À cet endroit la couche caillouteuse est orangée, altérée par la pédogenèse postérieure (US 4a). De nouvelles alluvions essentiellement sableuses (4b), bien que parfois un peu caillouteuses (4c), se déposent ensuite sur 0,85 à 0,12 m d’épaisseur de l’est vers l’ouest (fig. 3). L’observation d’un échantillon à la loupe binoculaire montre une majorité de grains de quartz, émoussés, mats, mais pas ou très peu éolisés. Un faciès un peu hydromorphe (délavage et précipitations diffuses de ferro-manganèse) ou avec illuviations oxydantes (lits rougeâtres indurés discontinus) peut se produire en profondeur, sous l’effet probable respectivement de l’imperméabilisation par le pergélisol sous-jacent (LAUTRIDOU, 1987, p. 162), de circulations latérales et obliques de solutions se bloquant sur des discontinuités (LEGROS, 2007, p. 313) et de contrastes d’humidité/assèchement répétés (BOYÉ, GOURDON, 1973, p. 41). La limite d’affleurement, très nette en plan (fig. 5), correspond à la limite d’extension occidentale des sables et du bourrelet caillouteux ; elle dessine plus ou moins un arc de cercle à grand rayon de courbure. Pour les raisons ci-dessus décrites, morphométriques et granulométriques, les alluvions de l’ensemble 4 semblent résulter de l’épandage d’un cône de déjection issu du petit bassin versant de 2,85 km2 débouchant au nord-est du site (fig. 2). Les sources sédimentaires seraient essentiellement la moraine érodée et lavée par les petits ruisseaux de ce bassin versant, qui ont donc connu une période d’activité intense par le passé.

image

Fig. 5. Cartographie simplifiée des différents dépôts sédimentaires à la surface du décapage archéologique. DAO : J.-M. Treffort.

11Du fait de deux dates réalisées par OSL dans les sables (fig. 3, 6 et 7 ; annexe) et de la présence de l’industrie et d’une structure du Mésolithique ancien dans ceux-ci, les sables se seraient déposés de la fin du Dryas ancien au Préboréal inclus (en tenant compte des écarts-types).

image

Fig. 6. Résultats des dates OSL.

12Par conséquent, le cailloutis sous-jacent (US 4d) se mettrait en place probablement au Dryas ancien, période pendant laquelle la détérioration des conditions hydrosédimentaires dans la région (BERGER et alii, 2008) amène les cours d’eau, notamment la Saône, à tresser (ARGANT et alii, 2011). Des transgressions lacustres sont notables dans les lacs subalpins (MAGNY, 2004). Bien que cela ne soit pas très clair (cf. supra), il semble qu’il y ait aussi un lac dans l’ombilic des Echets au Dryas ancien, sur la foi des diagrammes polliniques (BEAULIEU, REILLE, 1984b), et jusqu’au Bölling inclus. Entre les deux dates OSL, 0,27 m de sables se déposent, ce qui représente une vitesse de sédimentation d’à peine 1 cm par siècle et indique un ralentissement des flux ou une érosion, en tout cas de fréquents arrêts de sédimentation.

image

Fig. 7. Vue des prélèvements OSL dans les sables de l’US 4b. Cliché : O. Franc.

13Le recouvrement des artefacts mésolithiques par le même type de sables sur environ 0,20 m d’épaisseur indique que des ruissellements issus du bassin versant du ruisseau des Ormes se produisent de nouveau après l’occupation. Ceux-ci contribuent vraisemblablement à la dispersion des artefacts. Néanmoins, le déplacement des pièces s’est fait sur de courtes distances (quelques décimètres) comme le montre l’étude de la répartition du mobilier (cf. infra). De plus, le bon état de conservation de la structure empierrée F32 indique que les ruissellements postérieurs ont été peu incisifs.

14L’occupation mésolithique est en contact quasi direct avec des fosses du Bronze ancien, qui sont elles-mêmes tronquées. Plusieurs cycles d’érosion semblent donc s’être succédé durant l’Atlantique et le Subboréal. Habituellement une pédogenèse de type luvisol s’est produite dans la région durant la première période (BERTRAN et alii, 1998b ; FRANC, 2005), mais ici, il n’y en a pas de traces. Le dernier cycle d’érosion se matérialise, après le Premier âge du Fer d’après la céramique transportée, par des épandages colluviaux au sud du site (US 3 – troisième ensemble sédimentaire), qui n’affectent pas les emprises de fouille des niveaux mésolithiques.

15Le quatrième ensemble (US 2) correspond aux dépôts fluvio-lacustres du « lac » des Echets, en transgression sur les couches précédentes et sur une partie de l’ensemble suivant (US 1b). Dessables fins blancs et des limons sableux orangés en fines lamines lenticulaires horizontales, avec de rares lits de sables moyens à grossiers roux, se déposent sur au moins 0,80 m d’épaisseur. Ils sont dus à une remise en eau partielle du lac des Echets lors d’une période durablement humide, qui se situe postérieurement à l’Antiquité d’après la stratigraphie relative. Cette remise en eau, dont on ne peut savoir ici si elle est anthropique ou naturelle, est antérieure aux travaux d’assèchement du XVe siècle d’après l’altitude supérieure du dépôt (275 m), trop élevée par rapport à l’exutoire post XVe siècle (270 m ou moins). Si l’on en croit les fines bioturbations dans les lamines orangées, le plan d’eau n’est pas pérenne mais probablement épisodique, voire saisonnier. La mise en culture extensive des terrains du bassin versant du Marais des Echets, ainsi que leur imperméabilisation relative par le phénomène de battance sur sol dénudé principalement limono-lœssique, pourraient conduire à ce bilan hydrologique et sédimentaire. Ces dépôts peuvent être aussi les témoins de la crise hydrosédimentaire repérée entre les IVe et VIIe siècles sur certains versants du pays rhodanien (BERGER et alii, 2008), pour laquelle au facteur anthropique s’ajoutent des épisodes climato-météorologiques intenses dans une période pourtant globalement sèche.

16Enfin la pédogenèse sub-actuelle colore en orangé (US 1 – cinquième ensemble sédimentaire) le sommet de tous les ensembles précédents. Les traits pédogénétiques sont moins poussés dans la zone sableuse (US 1b) qu’ailleurs, où elle est plus argileuse et plus orangée (US 1a). La faune du sol, révélée par de nombreux terriers de campagnols et lombrics, affecte particulièrement cet horizon ainsi que la terre végétale sus-jacente, et contribue à l’homogénéiser. Ces animaux ont fort probablement contribué à la dispersion des artefacts mésolithiques ; le niveau d’occupation matérialisé par le foyer F32 est enfoui à seulement un mètre sous le sol actuel.

5. Caractéristiques de l’occupation et du niveau archéologique

17L’occupation mésolithique mise en évidence sur la surface décapée est incluse dans la moitié supérieure d’une vaste formation sableuse (US 4b) qui occupe tout le quart nord-est du site (fig. 5). Le niveau archéologique se caractérise par un épandage plus ou moins dense de vestiges archéologiques de différentes natures (industrie lithique en silex, galets thermofractés, esquilles d’os brûlés et coquilles de noisettes). Les restes organiques sont peu nombreux et notamment les esquilles d’os (dix-sept restes cotés). Les coquilles de noisettes le sont encore moins et seulement trois ont pu être relevées en trois dimensions.

image

Fig. 8. Position relative des secteurs de fouille manuelle Méso 1, Méso 2 et Méso 3. DAO : N. Touati et J.-M. Treffort.

18L’extension maximale du site est inconnue puisque les zones fouillées manuellement ne concernent que trois secteurs de 12 à 16 m2 chacun (fig. 8 à 12). Le ramassage d’éléments lithiques épars sur la quasi-totalité de la surface décapée ainsi que les données issues de prospections pédestres, qui font état de la découverte de mobilier dans des champs situés à proximité du site (MOTTE dir., 1999), montrent que la zone fréquentée par les Mésolithiques est vaste et dépasse largement les strictes limites du décapage. Sur l’emprise, on peut considérer au minimum que toute la partie centrale de l’accumulation des sables de l’US 4b, soit environ 2800 m2, était aussi riche que les trois secteurs échantillonnés (fig. 5).

image

Fig. 9. Plan cumulé des vestiges mésolithiques dans le secteur Méso 1 et matérialisation du remontage associant quatre éléments en quartzite de la structure F 32 avec un fragment situé en périphérie. Relevé P. Alix et J.-M. Treffort ; DAO : J.-M. Treffort.

image

Fig. 10. Plan cumulé des vestiges mésolithiques relevés dans le secteur Méso 2. Relevé équipe de fouille ; DAO : F. Vaireaux.

image

Fig. 11. Plan cumulé des vestiges mésolithiques relevés dans le secteur Méso 3. Relevé équipe de fouille ; DAO : F. Vaireaux.

image

Fig. 12. Projection en plan et remontages des galets du secteur Méso 3.

19Les différentes projections verticales réalisées à partir de l’ensemble des vestiges lithiques des trois secteurs indiquent l’existence d’un seul niveau archéologique globalement horizontal et relativement dilaté malgré la topographie actuelle (fig. 13 à 15). En effet, les vestiges sont répartis sur 40 cm environ entre 274,80 m NGF et 275,20 m NGF. Cette dilatation n’est pas très surprenante étant donné la nature sableuse du sédiment contenant les vestiges. En stratigraphie, les remontages concernent fréquemment des éléments situés au sommet et à la base du niveau archéologique (fig. 13 à 15).

image

Fig. 13. Projection verticale et remontages des vestiges lithiques taillés (rond) et des galets (carré) du secteur Méso 3, selon l’axe des Y (nord-sud) (altitudes en NGF).

image

Fig. 14. Projection verticale et remontages des vestiges lithiques taillés (rond) et des galets (carré) du secteur Méso 1, selon l’axe des Y (nord-sud) (altitudes en NGF).

image

Fig. 15. Projection verticale et remontages des vestiges lithiques taillés du secteur Méso 2, selon l’axe des Y (nord-sud) (altitudes en NGF).

20Cette relative homogénéité du niveau archéologique n’est cependant qu’apparente car l’étude technotypologique de l’industrie permet de distinguer deux phases d’occupation mésolithiques ancienne et moyenne. Les agents à l’origine des perturbations qui affectent les différents types de vestiges ne sont pas clairement identifiées (bioturbations, nature sableuse du sédiment). Si l’on considère que les thermofracts appartiennent à l’occupation mésolithique, ils seraient les témoins de structures de combustions démantelées ou de vidanges de foyers. Le nombre et le type de ces éventuelles structures sont en revanche indéterminables étant donné l’étendue réduite de la surface fouillée.

6. L’industrie lithique taillée

21Le matériel récolté lors de la fouille se compose de 2339 pièces rattachées au Mésolithique (fig. 16). La grande quantité de matériel provenant du secteur 2 est du au tamisage systématique du sédiment (cf. supra). L’état de conservation est très bon et homogène, les tranchants sont frais et les traces de concassage absentes. 152 pièces, sans localisation préférentielle, ont subi l’action du feu. Deux phases chronoculturelles ont été identifiées à partir de critères technotypologiques (cf. infra). Le rattachement de chaque élément lithique à l’une ou l’autre des composantes culturelles restent cependant impossible. C’est à plus forte raison vrai face aux produits corticaux et à la majorité des éclats sans critères distinctifs.

image

Fig. 16. Décompte général de l’industrie lithique mésolithique sur silex.

22L’essentiel de l’industrie lithique est réalisé aux dépens de petits nodules de silex à néocortex fluviatile, de moins de 5 cm de longueur et de qualité variable. Cette matière première se rencontre en position secondaire dans les formations morainiques situées dans l’environnement immédiat du site (US 5b) et a été exploitée sur place. Ces silex n’ont pas fait l’objet d’une caractérisation pétrographique. En dehors du silex, la série compte un nucléus et deux éclats en quartzite, cinq éclats et deux esquilles en quartz hyalin.

6.1. L’outillage

23Les outils retouchés sont peu nombreux (fig. 17). Leur fréquence au sein de chaque secteur est respectivement de 6 %, 1,9 %, 3,7 % par rapport à l’ensemble des pièces (hors esquilles et débris).

image

Fig. 17. Décompte général des types d’outils mésolithiques.

Les armatures (douze pièces)

24Les pointes à troncature oblique à base non retouchée sont sur lamelles pour quatre d’entre elles et sur éclat à cortex résiduel pour la dernière. La retouche, abrupte directe gauche dans quatre cas, est souvent très oblique (fig. 18, nos 1 à 4 et 8). Les longueurs s’échelonnent de 16 à 20 mm, les largeurs de 6 à 12 mm et les épaisseurs de 2 à 4 mm. Ces données sont très proches de celles obtenues pour les pointes à troncature oblique de la couche C2 de Choisey (SÉARA et alii, 2002).

image

Fig. 18. 1 à 4, 8. Pointes à troncature oblique ; 5 à 7, 14 et 15. segments de cercle ; 9. triangle isocèle ; 10. lamelle à dos ; 11 à 13. fragments d’armatures (dessins P. Alix).

25Les armatures géométriques se composent de segments sur lamelles (cinq pièces). Deux exemplaires sont pygmées avec un bordage du tranchant opposé au dos (fig. 18, nos 14 et 15), les trois autres étant plus grands et plus allongés (fig. 18, nos 5 à 7).
Le seul triangle isocèle de la série est un exemplaire relativement robuste et large (fig. 18, n° 9).
L’unique lamelle à bord abattu de la série présente une retouche abrupte directe droite et un bordage distal du bord gauche (fig. 18, n° 10).
Les outils du fonds commun, au nombre de seize (57,1 % des outils), se répartissent de la manière suivante : sept burins (fig. 19, nos 5, 6, 7, 10), quatre encoches (nos 1 et 4), quatre troncatures (nos 8 et 9) et un grattoir.

image

Fig. 19. 1 et 4. Encoches ; 2 et 3. microburins ; 5 à 7 et 10. burins ; 8 et 9. troncatures (dessins P. Alix).

26Sur les sept burins de la série, cinq sont sur éclats corticaux avec un dièdre d’axe, un d’angle sur cassure, trois sur troncature oblique. Les deux derniers sont des burins d’angle sur cassure sur lamelle.
Les encoches sont sur trois lamelles et un petit éclat. Les troncatures sont toutes sur lamelles, la retouche abrupte étant plus ou moins oblique.
La technique du microburin est attestée avec quatre pièces sur lamelles (fig. 19, nos 2 et 3).

6.2. Le débitage

27Le débitage est très nettement orienté vers la production lamellaire à l’image des 350 lamelles mises au jour (fig. 16). Plusieurs éléments allongés de plus grand module correspondent à des lames et à des éclats laminaires (fig. 20). Il s’agit de supports à talon lisse, relativement épais et sans cône de percussion visible. Ils ont été débités par percussion tendre minérale, selon un geste plutôt rentrant. La présence de plages corticales résiduelles latérales et distales sur la majorité d’entre eux, ainsi que l’absence de nucléus à lames, permet de situer ces pièces en début de séquence de débitage lamellaire. Toutefois, l’hypothèse d’une importation de certains de ces produits allongés demeure également envisageable.

image

Fig. 20. Produits laminaires (dessins P. Alix).

28Le débitage lamellaire sur galet ou éclat est initié sans mise en forme particulière. Les nucléus sur galets (huit pièces) sont prismatiques ou pyramidaux avec une gestion unipolaire frontale ou semi-tournante (fig. 21, nos 1, 4 et 5 ; fig. 22, n° 5). Les longueurs des nucléus se situent entre 32 et 40 mm. Trois autres nucléus montrent une exploitation unipolaire opposée-décalée et des longueurs plus variées (24 à 41 mm) (fig. 21, n° 3 ; fig. 23). Enfin un dernier nucléus traduit une exploitation de type discoïde bifaciale (fig. 22, n° 1).

image

Fig. 21. Nucléus à lamelles (dessins P. Alix).

image

Fig. 22. Nucléus à lamelles (dessins P. Alix).

29Le débitage sur éclats (huit pièces) répond à une gestion plus diversifiée. Quatre nucléus unipolaires ont fait l’objet d’une exploitation sur face inférieure (fig. 22, nos 2 à 4), deux nucléus unipolaires sur tranche longitudinale (fig. 23), un nucléus unipolaire sur front dorsal (fig. 21, n° 2) et un nucléus bipolaire sur sa tranche transversale sur encoche. À cela s’ajoute une lamelle à dos corticale témoignant d’un débitage sur tranche longitudinale.

image

Fig. 23. Remontages de produits sur un nucléus à exploitation opposée décalée (dessins P. Alix).

30Si la mise en œuvre du débitage lamellaire semble se faire sans préparation particulière (absence de crête et de néocrête), plusieurs pièces techniques attestent le soin apporté à l’exploitation des nucléus. En effet la série compte plusieurs éclats courts avec des négatifs d’enlèvements bipolaires destinés à l’entretien de la table lamellaire ainsi que des éclats de flanc de nucléus. Plusieurs éclats de ravivage de plan de frappe montrent l’importance accordée à cette surface essentielle au bon détachement des produits.

image

Fig. 24. Histogramme des longueurs des lamelles.

31Les histogrammes des longueurs et des largeurs font apparaître deux populations de lamelles. Sur le plan des longueurs un premier pic existe autour de 14/17 mm et un second autour de 22/ 25 mm (fig. 24). Quant aux largeurs, la courbe également bimodale traduit un pic entre 7/8 mm et un autre entre 11/12 mm (fig. 25).

image

Fig. 25. Histogramme des largeurs des lamelles.

32Les gabarits des lamelles montrent également l’existence de deux populations, avec un ensemble entre 5-6 mm de largeur et 2 mm d’épaisseur et un second constitué de pièces plus larges (8-11 mm) et plus épaisses (2-3 mm) (fig. 26).

image

Fig. 26. Gabarits des lamelles par classes de taille.

33L’hypothèse avancée d’une absence de continuité dimensionnelle au sein des lamelles est liée à l’existence de deux productions lamellaires distinctes traduisant des objectifs différents. Sur un plan qualitatif, les lamelles les plus grandes présentent une grande variabilité avec des bords souvent irréguliers et un profil varié (rectiligne à torse) (fig. 27). Les plus petites ont des bords plus réguliers et un profil plus rectiligne, caractères qui vont de pair avec des tables lamellaires plus réduites (fig. 28 et 29).

image

Fig. 27. Produits lamellaires (dessins P. Alix).

image

Fig. 28. Produits lamellaires (dessins P. Alix).

34Les talons lisses sont dominants (42,7 %), loin devant les linéaires (27,5 %) et les punctiformes (7,6 %). L’abrasion de la corniche intervient dans 31,3 % des cas et concerne des pièces de différents gabarits. La technique de débitage est la même pour toutes les lamelles, à savoir la percussion tendre minérale selon un geste tangentiel.

image

Fig. 29. 1 à 20. Produits lamellaires ; 21 à 26. chutes de burin (dessins P. Alix).

7. Organisation spatiale

35Le site ne se prête pas à une étude spatiale très poussée en raison de la vision très partielle qu’offrent les secteurs fouillés. Le seul aménagement évident est une structure à pierres chauffées non perturbée (F32), mise en évidence au décapage mécanique dans la partie supérieure des sables jaunes de l’US4b (fig. 9). D’un diamètre de 80 cm, elle regroupait 145 fragments de galets de quartzite thermofractés jointifs, reposant sur une surface de base quasi plane, totalement dépourvue de produits de combustion et de traces de rubéfaction. Un remontage effectué entre quatre éléments de F32 et un éclat de quartzite situé à plus d’un mètre de distance, dans un épandage périphérique lâche de fragments comparables et dont l’altitude de base correspond à l’altitude médiane des éléments de F32, confirme son attribution au Mésolithique (fig. 9). Le fait qu’une seule structure de ce type ait été mise au jour à Tramoyes, alors que les sites en livrent souvent plusieurs, est certainement dû à la surface fouillée. La présence des thermofracts témoigne d’un usage spécifique de ce foyer, différent des foyers à plat du niveau C2 de Choisey ou R4 de Ruffey-sur-Seille (SÉARA et alii, 2002). La structure F32 présente davantage de similitudes morphologiques avec les foyers des niveaux supérieurs de Ruffey-sur-Seille, la principale différence se situant au niveau de la nature des roches utilisées (quartzite à Tramoyes, calcaire à Ruffey-sur-Seille).

36En ce qui concerne les autres thermofracts, leur répartition au sein du site est très inégale (fig. 10 et 11). Ils sont rares dans le secteur mésolithique 2 (six pièces) et mieux représentés dans les secteurs mésolithiques 1 et 3 (respectivement 137 et 349 pièces). Dans le secteur mésolithique 3, les remontages montrent des orientations préférentielles correspondant au sens de la pente avec des distances de liaisons fréquemment éloignées de 1 à 3 m (fig. 12). Ces fragments de galets correspondent peut-être à des vidanges de foyers qui se sont ensuite étalées au gré des circulations humaines ou bien à des foyers démantelés par des phénomènes indéterminés (naturels ou anthropiques). La répartition des thermofracts au sein des trois secteurs fouillés semble illustrer des zones d’activités différentes. La distribution de l’industrie lithique tend également à le confirmer comme le montre notamment l’abondance des silex et l’absence de pierres dans le secteur 2. Hormis des densités variables d’un secteur à l’autre, l’industrie lithique ne montre pas de différences notables sur le plan des catégories de produits de débitage. Le constat est le même en ce qui concerne l’outillage retouché. La composition typologique de l’industrie lithique permet d’entrevoir certaines activités pratiquées. Les armatures sont évidemment liées aux activités cynégétiques alors que les outils du fonds commun sont dévolus aux activités domestiques. L’utilisation de certains produits bruts reste une hypothèse en l’absence d’étude fonctionnelle. L’extension spatiale des vestiges et la présence d’au moins un foyer permet d’envisager que cette installation de plein air a perduré un certain temps. L’hypothèse de plusieurs installations de taille réduite se juxtaposant n’est pas à écarter.

8. Insertion chronoculturelle

37La localisation géographique et le rattachement chronoculturel de l’occupation mésolithique participent à l’intérêt de ce gisement.

image

Fig. 30. Résultat des datations du secteur mésolithique 2 et des principaux sites régionaux datés du Préboréal.

38Une série de datations par AMS réalisée sur des fragments de coquilles de noisettes carbonisées situe l’occupation au milieu du Préboréal (fig. 30). Les sites de cette période localisés dans l’environnement plus ou moins proche de Tramoyes sont rares (fig. 31). Seule la couche C4a de La Fru livre une date comparable à celles de Tramoyes. Les autres sites se situent soit au début du Préboréal comme la couche C2 de Choisey, soit à la fin de cette phase comme le niveau 4 de Ruffey-sur-Seille ou encore les locus 2 et 6 de Dammartin-Marpain (SÉARA, RONCIN, 2013).

image

Fig. 31. Localisation du site de Tramoyes et des principaux sites régionaux cités dans le texte. 1 : Saint-Privé ; 2 : Dammartin-Marpain ; 3 : Ranchot ; 4 : Choisey ; 5 : Ruffey-sur-Seille ; 6 : Sermoyer ; 7 : Boitrait ; 8 : Tramoyes ; 9 : Vaise ; 10 : Culoz ; 11 : La Fru ; 12 : Le Pas-de-la-Charmate.

39Sur le plan typologique, les armatures présentes à Tramoyes (pointe à troncature oblique, segment et triangle isocèle) constituent un ensemble d’éléments qui se retrouvent notamment dans la couche C2 de Choisey qui offre le plus de points de comparaison (SÉARA et alii, 2002 ; SÉARA, 2014). La principale différence se situe au niveau des pointes à base transversale qui sont absentes à Tramoyes. Les mêmes types d’outils domestiques (grattoirs, burins, troncatures, etc.) se rencontrent dans les deux sites, mais dans des proportions différentes, probablement en raison des activités pratiquées. On peut noter la présence significative des burins dans les deux gisements, alors qu’ils sont généralement assez rares dans les sites mésolithiques régionaux (SÉARA, 2014).

40Sur le plan technique la composante laminaire est plus ou moins bien représentée dans les deux gisements, mais dans les deux cas ces supports ne sont mobilisés par aucun remontage et pourraient correspondre à des supports issus des premières phases du débitage ou importés. Quoi qu’il en soit, ils jouent un rôle secondaire. La production lamellaire, majoritaire (50,8 % de l’industrie sans les esquilles et débris), est obtenue aux dépens de nucléus prismatiques, pyramidaux et discoïdes. La présence du nucléus discoïde, signalée comme une des spécificités techniques du niveau C2 de Choisey, existe également à Tramoyes. La mise en forme des nucléus est réduite au minimum et la même technique de débitage est utilisée (tendre minérale). Les différents types de talons des lamelles sont présents dans des proportions relativement proches (talons lisses dominants, puis linéaires et punctiformes), de même que le taux d’abrasion des corniches (38,2 % à Choisey et 31,3 % à Tramoyes). Le niveau C4a de la Fru, pourtant contemporain de Tramoyes (fig. 30), en diffère par la présence de pointes à base transversale et à retouche unilatérale, absentes à Tramoyes, sans compter les nombreux éléments rattachés à une forte présence sauveterrienne (PION, THÉVENIN, 2007). Le niveau R4 de Ruffey, plus récent que le site de Tramoyes et rattaché au Beuronien, livre un corpus d’armatures dominé par les triangles isocèles et pointes à base transversale, différent de celui de Tramoyes (SÉARA et alii, 2002).

41Ces différentes caractéristiques permettent de rattacher l’essentiel de la série lithique de Tramoyes au Mésolithique ancien de type Beuronien, faciès culturel originaire du Bénélux qui dérive pour certains auteurs de l’Ahrensbourgien (BLOUET et alii, 1984 ; ZIESAIRE, 1989 ; THÉVENIN, 2008) ou des ensembles à Federmesser (VERMEERSCH, 2008).

42En dehors de cet ensemble du Mésolithique ancien, quelques éléments témoigneraient d’une fréquentation du site durant le Sauveterrien ancien. On peut principalement attribuer à cet épisode les deux segments pygmées à corde bordée (fig. 18, nos 14 et 15), ainsi qu’une partie difficilement quantifiable de la production lamellaire de petites dimensions. À l’échelle régionale les segments pygmées à corde bordée se rencontrent dans des sites livrant des ensembles industriels variables de la fin du Préboréal ou du Boréal (fig. 31). Il s’agit notamment de l’abri Sous-Balme à Culoz dans l’Ain (9150 ± 160 BP, Lyon 286) (VILAIN, 1966), du niveau C2b du Pas-de-La-Charmate dans le Vercors (9100 ± 250 BP, Lyon 5245) (BINTZ, PICAVET, 1995), de la couche 3 de l’abri des Cabônes à Ranchot dans le Jura (ROUÉ, 2000), du site des Quatre Arpents à Saint-Privé dans l’Yonne (HUCHET, 1994) ou encore du niveau R2 de Ruffey-sur-Seille (SÉARA et alii, 2002).

Synthèse

43La fouille conduite à Tramoyes « Sous le Port » a permis la découverte d’une occupation structurée attribuée à un Mésolithique ancien de type Beuronien datée du milieu du Préboréal. Quelques éléments appartenant au Sauveterrien ancien sont également associés au Beuronien. L’ensemble des caractéristiques technotypologiques de l’industrie lithique de Tramoyes, à savoir les schémas opératoires de débitage, la technique utilisée pour le détachement des supports, ou encore le corpus des armatures et des outils domestiques, se retrouve principalement sur le site de Choisey (C2) dans le Jura (SÉARA et alii, 2002).

44La présence du Beuronien à la hauteur de Lyon est donc renforcée par le site de Tramoyes, mais aussi par de récentes opérations d’archéologie préventive réalisées dans le bassin lyonnais et notamment dans la plaine de Vaise (JALLET, 2012). Plusieurs de ces occupations de plein air ont en commun une implantation sur des buttes sableuses situées à proximité de points d’eau. Cette sitologie se retrouve également à Sermoyer puisque le site occupe le sommet d’une dune holocène en bordure de la Seille (AYROLES, COMBIER, 1976). Le pourtour de l’ancien lac des Echets est par conséquent susceptible de livrer d’autres sites comparables à celui de Tramoyes, notamment au débouché d’autres petits bassins versants. Les sites du bassin lyonnais livrent fréquemment des industries lithiques caractéristiques du Beuronien et du Sauveterrien sans qu’il soit malheureusement possible de les discriminer stratigraphiquement. La nature sableuse du sédiment et les ruissellements postérieurs à l’occupation (cf. supra) sont les principaux responsables de cet état de fait, mais une fouille prochaine permettra peut-être de trancher cette question.

45Pour terminer, ne peut que regretter la faible surface fouillée à Tramoyes, imputable à la découverte fortuite des vestiges. Une investigation plus étendue de la zone sableuse aurait certainement permis de mieux appréhender l’organisation spatiale des vestiges et d’identifier les activités réalisées sur le site.

Annexe : OSL dating details (L. Panzeri)

46Samples were prepared under controlled red light conditions following the conventional procedure (STOKES, 1992 ; MEJDAHL, CHRISTIANSEN, 1994 ; LANGet alii, 1996).The sediments were wet sieved to extract the 80-180 μm sand fraction that was chemically treated to eliminate carbonates and organic matter. The separation of quartz was obtained by gravimetric separation using sodium politungstate (Na6[H2W12O40]·xH2O) followed by hydrofluoric acid treatment (40% ; 40 minutes) to remove feldspars and the outer α-irradiated external skin.

47The measurements were performed following the Single-Aliquot Regeneration (SAR) dating protocol (WINTLE, MURRAY, 2006) using an automated luminescence system (Risø TL/OSLDA-15) equipped with a 90Sr/90Y beta source delivering 0.14 Gy/s (± 3 %) to the sample position. Quartz OSL was stimulated by an array of blue LEDs (470 ± 30 nm) with a constant stimulation power of 54 mW/cm2 and OSL shine-down curves were detected using a photon counting technique with an EMI 9635QB photomultiplier tube coupled to a 7.5 mm Hoya U-340 filter. The samples were checked for the absence of feldspar contamination using IR stimulation (830 ± 10 nm; constant stimulation power of 360 mW/cm2) on irradiated samples. Quartz grains were fixed on stainless steel discs (10 mm diameter) with a heat resistant resin (Dow-Corning 805).

48In order to calculate the annual dose, the Th and Uconcentrations of the sediments were measured with total alpha counting using ZnS scintillator discs (AITKEN, 1985). 40K content was deduced from the total concentration of K, obtained by flame photometry. Attenuation of the beta dose was taken into account (Bell, 1979). The cosmic ray contribution to the final dose rate was based on PRESCOTT, HUTTON, 1994. The concentrations of the principal radionuclides, the assumed average water content and the corresponding dose rates are shown in fig. 7.

49OSL measurements (100 s) were made at 125° C, after pre-heating aliquots for 10 s at 260° C. The preheat value was experimentally derived on the basis of the results of a dose recovery pre-heat plateau test. A cut-heat of 220° C was applied to each aliquot before the test dose measurement. To evaluate the Equivalent Dose (De), the initial part of the OSL decay curve was used, specifically the first 1.6 s. The background was assumed as the mean signal of the last 20 s of stimulation. The thermal transfer was systematically evaluated by calculating the recuperation point, which never exceeded 5% of the natural emission. All aliquots had acceptable recycling values, i.e. within the range of 0.90 and 1,10 (ARMITAGE et alii, 2000 ; ROBERTS, WINTLE, 2001).
The dating results are summarized in fig. 7.

Bibliographie

Bibliographie spécifique
AITKEN M. J., 1985, Thermoluminescence Dating, London, Academic Press, 267 p.

AITKEN M. J., 1998, An introduction to Optical Dating : the dating of Quaternary sediments by the use of photon-stimulated luminescence, Oxford, Oxford University Press, 267 p.

ARMITAGE S. J., DULLER G.A.T., WINTLE, A. G., 2000, « Quartz from Southern Africa : sensitivity changes as a result of thermal pre-treatment », Radiat. Meas., 32, p. 571-577.

BELL W. T., 1979, « Attenuation factors to absorbed dose in quartz inclusions for thermoluminescence dating », Ancient TL, 8, p. 2-13.

LANG A., LINDAUER S., KUHN R., WAGNER G. A., 1996, « Procedures used for Optically and Infrared Stimulate Luminescence Dating of Sediments in Heidelberg »,Ancient TL, 14, p. 7-11.

MEJDAHL V., CHRISTIANSEN H. H., 1994, « Procedures used for luminescence dating of sediments », Quaternary Sci. Rev., 13, p. 403-406.

PRESCOTT J. R., HUTTON J. T., 1994, « Cosmic ray contribution to dose rates for luminescence and ESR dating : large depths and long-term time variations »,Radiat. Meas., 23, p. 497-500.

ROBERTS H. M., WINTLE AG., 2001, « Equivalent dose determinations for polymineralic fine-grains using the SAR protocol : application to a Holocene sequence of the Chinese Loess Plateau », Quaternary Sci. Rev., 20, p. 859-863.

STOKES S., 1992, « Optical dating of young (modern) sediments using quartz : results from a selection of 26 depositional environments »,Quaternary Sci. Rev., 11, p. 153-159.

WINTLE A.G., MURRAY A.S., 2006, « A review of quartz optically stimulated luminescence characteristics and their relevance in single-aliquot regeneration dating protocol », Radiat. Meas., 41, p. 369-391.

Bibliographie
AMPEL L., WOHLFARTH B., RISBERG J., VERES D., 2008, « Paleolimnological response to millennial and centennial scale climate variability during MIS 3 and 2 as suggested by the diatom record in Les Echets, France », Quaternary Science Reviews, Vol. 27, n° 15-16, p. 1493-1504.

ARGANT J., BRAVARD J.-P., BOURGUIGNOn J.-P., BÉAL J.-C., 2011, « Nouvelles données sur les changements paléoenvironnementaux de la plaine alluviale de la Saône depuis le Tardiglaciaire : palynologie, géomorphologie », Quaternaire, Vol. 22, n° 3, p. 235-260.

AYROLLES P., COMBIER J., 1976, « Gisement de Sermoyer », in : COMBIER J., THEVENOT J.-P. dir., Bassin du Rhône : Paléolithique et Néolithique, IXème congrès de l’U.I.S.P.P., 13-18 sept. 1976, livret-guide de l’excursion A 8, Paris, éd. du CNRS, p. 100-102.

BEAULIEU J.-L. DE, REILLE M., 1984a, « The pollen sequence of Les Echets (France) : a new element for the chronology of the upper Pleistocene », Géographie physique et quaternaire, vol. XXXVIII, n° 1, p. 3-9, 2 fig.

BEAULIEU J.-L. DE, REILLE M., 1984b, « A long upper Pleistocene pollen records from les Echets, near Lyon, France », Boreas, vol. 13, nº 2, p. 111-132.

BERGER J.-F., SALVADOR P.-G., FRANC O., VÉROT-BOURRELY A., BRAVARD J.-P., 2008, « La chronologie fluviale postglaciaire du haut bassin rhodanien », in : DESMET M., MAGNY M., MOCCI F., Du climat à l’homme : dynamique holocène de l’environnement dans le Jura et les Alpes, Chambéry, p. 117-144 (Cahiers de Paléoenvironnement, Coll. EDYTEM, 6).

BERTRAN P., NOURISSAT S., BEST C., FRANC O., 1998a, « Rôle des processus naturels dans la constitution du site épipaléolithique, mésolithique et néolithique de la Duchère à Vaise (Rhône) », Paléo, 10, p. 211-232.

BERTRAN P., FABRE L., FRANC O., LIMONDIN-LOZOUET N., THIEBAULT S., 1998b, « Évolution d’un versant au cours de l’Holocène à Vaise (France) », Géographie Physique et Quaternaire, vol. 52, n° 1, p. 69-90.

BINTZ P., PICAVET R., 1995, « Cadre chronologique et culturel de la fin du Tardiglaciaire au début de l’Holocène en Vercors », in : Épipaléolithique et Mésolithique en Europe : Préhistoire et Quaternaire en Vercors, Livret-guide de l’excursion du Vème colloque international U.I.S.P.P., 13-23 sept. 1995, p. 49-53.

BLOUET V., KARTHEISER J., LEESCH D., SCHWENNIGER J.-L., 1984, « Le gisement mésolithique Kalekapp 2 (commune de Berdorf) », Bull. de la Soc. préhist. luxembourgeoise, 6, p. 1-30.

BOYÉ M., GOURDON N., 1973, « Contribution à l’étude de la ferruginisation et de la ferrétisation de sédiments récents sous climats froids, à Poste-de-la-Baleine (Nouveau-Québec) », Norois, 77, p. 23-43.

COUTTERAND S., SCHOENEICH P., NICOUD G., 2009, « Le lobe glaciaire lyonnais au maximum würmien : glacier du Rhône ou/et glaciers savoyards ? » in : DELINE P., RAVANEL L. dir., Neige et glace de montagne : reconstitution, dynamique, pratiques, Chambéry, p. 9-20 (Cahiers de Géographie, coll. EDYTEM, 8).

FRANC O., 2005, « Reconstitution paléo-environnementale à partir du contexte géomorphologique de quatre sites archéologiques de la plaine de l’Est lyonnais (Rhône, France) », Quaternaire, 16, n° 2 p. 95-105.

GOURC J., 1936, « La méthode pollenanalytique et son application à l’étude des temps post-glaciaires : analyse du Marais des Echets (Ain) », Études rhodaniennes, vol. XII, nº 1-2, p. 63-81.

HUCHET A. 1994, « Les Quatre Arpents (Saint-Privé, Yonne) : gisement épipaléolithique et méosolithique », in : Mésolithique entre Rhin et Méditerranée, Actes de la table ronde de Chambéry 26-27 sept. 1992, ADRAS, p. 75-83.

JALLET F. dir., 2012, Lyon 9e, Rhône, 35 rue Auguste Isaac, Rapport de fouille, Inrap, Bron, 3 t.

KÉRAVIS D., LALLIER-VERGÈS E., ANDRIEU-PONEL V., DE BEAULIEU J.-L., BOSCARDIN R., 2005, Enregistrements paléoclimatiques de la série de Les Echets (près de Lyon, France) entre 140 000 et 40 000 ans : étude conjuguée de la matière organique sédimentaire et de la fraction minérale, Communication sans actes au 10ème congrès de sédimentologie-ASF, Giens.

KYLANDER M. E., AMPEL L., WOHLFARTH B., VERES D., 2011, « High-resolution X-ray fluorescence core scanning analysis of Les Echets (France) sedimentary sequence : new insights from chemical proxies », Journal of Quaternary Science, Vol. 26-1, p. 109-117.

LAUTRIDOU J.-P., 1987, « Données nouvelles sur le Quaternaire de Normandie », Bull. de l’Ass. française pour l’étude du Quaternaire, vol. 24, n° 3, p. 161-164.

LEGROS J.-P., 2007, Les grands sols du monde, Lausanne, Presses polytechniques et univ. romandes, 1ère éd., 574 p.

MAGNY M., 2004, « Holocene climatic variability as reflected by mid-European lake-level fluctuations and its probable impact on prehistoric human settlements », Quaternary International, 113, p. 65-79.

MANDIER P., 1988, Le relief de la moyenne vallée du Rhône au Tertiaire et au Quaternaire, Orléans, éd. BRGM, Doc n° 151, 3 t., 654 p., 299 fig.

MAZA G. dir., 2009, Lyon – Vaise, 14 rue des Tuileries ‘Les printanières’ (69009), Rapport d’opération d’archéologie préventive, Archéodunum, Golion, 3 t.

MONJUVENT G., MOUTERDE R., TEGYEY A. et coll., 1973, Notice et carte géologique à 1/50000e de Villefranche-sur-Saône, feuille XXX-30, nº 674, Orléans, BRGM éd., 26 p.

MOTTE S. dir., 1999, Autoroute A432, section Les Echets - La Boisse : étude documentaire archéologique sommaire, Afan, Lyon, non paginé, 20 fig.

MOUTERDE R., RUSSO P., THORAL M., ELMI S., PELLETIER M., DAVID L., DEMARCQ G., MAZENOT G., 1978, Carte géologique de Lyon n° 698, feuille XXX-31, 1/50000e, Orléans, BRGM éd.

PHILIBERT D., 1967, Une station tardenoisienne dans le Beaujolais : Boitrait, commune de Saint-Georges-de-Reneins (Rhône), Lyon, 120 p. (Doc. des Laboratoires de Géologie de la Fac. des Sciences de Lyon, 20).

PION G., THÉVENIN A., 2007, « Le Mésolithique de l’abri de la Fru à Saint-Christophe-la-Grotte (Savoie) », Bull.de la Soc. préhistorique française, t. 104, n° 3, p. 483-515.

RAMPONI C., FRANC O., ALIX P., BELLON C., GISCLON J.-L., HÉNON P., SAINTOT S., 2003, Saint-Priest (Rhône), Boulevard Urbain Est ‘les Luêpes’, D.F.S. de sauvetage urgent, Min. de la Culture et de la Communication, S.R.A., AFAN, Lyon, 2 vol.

ROUÉ S., 2000, « Les armatures microlithiques de l’abri des Cabônes à Ranchot (Jura) », in : Les derniers chasseurs-cueilleurs d’Europe occidentale (13000-5500 av. J.-C.), Actes du colloque international de Besançon, 23-25 oct. 1998, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté, p. 133-151 (A.L.U.B., 699, série Environnement, sociétés et archéologie, 1).

SAVOYE C., 1899, Le Beaujolais préhistorique, réimpression de l’édition de 1899, éd. René Georges, 2000, 220 p.

SÉARA F., 2008, Campements mésolithiques de plein air : détection, caractérisation, modélisation de Ruffey-sur-Seille et Choisey (Jura) aux occupations des 9e et 8e millénaires de Pont-sur-Yonne (Yonne), Thèse, Univ. de Bourgogne, 317 p.

SÉARA F., 2014, « Considérations sur le processus de mésolithisation dans l’Est de la France : les apports du site de Choisey dans le Jura », in : JAUBERT J., FOURMENT N., DEPAEPE P. dir. Transitions, ruptures et continuité en Préhistoire, Actes du XXVIIe congrès préhistorique de France, Bordeaux - Les Eyzies, 31 mai-5 juin 2010, vol. 2, p. 547-565.

SÉARA F., RONCIN O., 2013, « Fonds de vallée et fréquentation mésolithique : l’exemple de Dammartin-Marpain dans le Jura », in : VALENTIN B., SOUFFI B., DUCROQ T., FAGNART J.-P., SÉARA F., VERJUX C. dir., Palethnologie du Mésolithique : recherches sur les habitats de plein air entre Loire et Neckar, Actes de la table ronde internationale de Paris, 26-27 nov. 2010, Paris, p. 93-118 (Séances de la Soc. préhistorique française, 2-1).

SÉARA F., ROTILLON S., CUPILLARD C. dir., 2002, Campements mésolithiques en Bresse jurassienne, Choisey et Ruffey-sur-Seille, Paris, éd. de la M.S.H., 338 p. (Documents d’Archéologie française, 92).

THÉVENIN J.-P., 2008, « Le Mésolithique ancien et moyen de la moitié nord de la France : les grandes lignes du peuplement », in : FAGNART et alii dir., Le début du Mésolithique en Europe du Nord-Ouest, Actes de la table ronde d’Amiens, 9-10 oct. 2004, Paris, S.P.F., p. 30-50 (Mémoire de la Soc. préhistorique française, XLV).

TREFFORT J.-M. dir., ALIX P., BLAIZOT F., BONNET C., FRANC O., JAMMET-REYNAL L., PASTY J.-F., REY P.-J., avec la coll. de TOUATI N., VACHON V., VAIREAUX F., 2012, Tramoyes, Ain, Rhône-Alpes, ‘Sous le Port’, Rapport de fouille archéologique, Bron, Inrap, 238 p. dont 88 fig.

VERMEERSCH P., 2008, « La transition Ahrensbourgien-Mésolithique ancien en Campine belge et dans le sud sableux des Pays-Bas », in : FAGNART et alii dir., Le début du Mésolithique en Europe du Nord-Ouest, Actes de la table ronde d’Amiens, 9-10 oct. 2004, Paris, S.P.F., p. 11-29 (Mémoire de la Soc. préhistorique française, XLV).

VILAIN R., 1966, « Le gisement de Sous-Balme à Culoz (Ain) et ses industries microlithiques », Documents du Laboratoire de Géologie de la Fac. des Sciences de Lyon, 13, 220 p.

ZIESAIRE P., 1989, « Identification et cadre chronoculturel du Mésolithique ancien : le gisement de plein air d’Altwies-Haed, Luxembourg », in : Épipaléolithique et Mésolithique entre Ardennes et massif alpin, Actes de la table ronde de Besançon, 26-27 avril 1986, Vesoul, p. 31-50 (Mémoire de la Soc. d’Agriculture, Lettres, Sciences et Arts de la Haute-Saône-Archéologie, 2).

Notes

1  Analyses réalisées par Laura Panzeri, docteur du Consorzio Milano Ricerche via L. Cicognara, 7 Milan.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Francois Pasty, Odile Franc, Jean-Michel Treffort, Philippe Alix, Najla Touati et Laura Panzeri, « Un site de plein air du Mésolithique ancien à Tramoyes « Sous le Port » (Ain) », Revue archéologique de l’Est, tome 64 | 2015, [En ligne], mis en ligne le 07 octobre 2016. URL : http://rae.revues.org/8327. consulté le 30 avril 2017.

Auteurs

Odile Franc

Inrap Rhône-Alpes et UMR 5600, 11 rue d’Annonay, 69675 Bron cedex.

Najla Touati

Inrap Rhône-Alpes, 11 rue d’Annonay, 69675 Bron cedex.

Laura Panzeri

Consorzio Milano Ricerche, via L. Cicognara, 7 Milan.

Jean-Francois Pasty

Inrap Auvergne et CNRS, UMR 7269 – LAMPEA, 13b rue Pierre Boulanger, 63017 Clermont-Ferrand. jean-francois.pasty@inrap.fr

Jean-Michel Treffort

Inrap Rhône-Alpes et UMR 6298 ARTeHIS, 11 rue d’Annonay, 69675 Bron cedex.

Philippe Alix

Inrap Rhône-Alpes, 11 rue d’Annonay, 69675 Bron cedex.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés