Navigation – Plan du site
Articles
Françoise Passard-Urlacher, Jean-Pierre Urlacher et Claude Olive

Contribution à l’étude du peuplement de la plaine de l’Arlier à l’Âge du Bronze et à l’Âge du Fer :

les tertres de Chaffois « Sur le Mont, La Carrière » et de La Rivière-Drugeon « Les Poiriers » (Doubs) dans leur environnement archéologique

p. 85-109

Résumés

La plaine de l’Arlier s’étend au nord de la ville de Pontarlier (Doubs), au débouché d’une importante cluse, passage obligé au sein du massif du Jura. Dans la suite des fouilles anciennes réalisées et publiées par Pierre Bichet et Jacques-Pierre Millotte, cette micro-région a fait l’objet d’une approche diachronique à partir de 1987. Le programme de recherche était également lié à un projet collectif, « L’occupation et le peuplement des plateaux du massif du Jura de 2000 à 400 avant J.-C. », dont les résultats ont abouti à d’importantes publications, comme celle de Jean-François Piningre et Véronique Ganard sur les nécropoles protohistoriques des Moidons et le site princier du « Camp de Château » à Salins-les-Bains (Jura). Le recensement des sites archéologiques potentiellement préservés dans la « Chaux d’Arlier » s’est alors doublé de la fouille de sauvetage de tertres à Chaffois et à La Rivière-Drugeon. Leur publication permet de compléter et d’actualiser les informations sur les nécropoles de l’Arlier et de les percevoir dans un cadre plus large, culturel et environnemental, notamment pour les périodes de l’Âge du Bronze moyen et de Hallstatt.

The Arlier plain lies north of Pontharlier (Doubs) at the end of a large transverse valley, which was an obligatory passage in the Jura massif. Following early excavation carried out and published by Pierre Bichet and Jacques-Pierre Millotte, this micro-region was subject to a diachronic approach as from 1987. The research was also linked to a collective project – “The occupation and population of the Jura massif plateaus between 2000 and 4000 BC” – whose results were published, for example by Jean-François Piningre and Véronique Ganard regarding the protohistoric necropolises of Les Moidons and the site of the “Camp de Château” at Salins-les-Bains (Jura). Inventory of the archaeological sites potentially conserved in the “Chaux d’Arlier” was coupled with the rescue excavation of mounds at Chaffois and La Rivière-Drugeon. Their publication allowed completion and updating of information on the Arlier necropolises and to view them in a broader, cultural and environmental framework, especially for the Middle Bronze and Hallstatt periods.

Die „Chaux d’Arlier“ erstreckt sich im Norden von Pontarlier (Departement Doubs) am Col de la Jougne, einer wichtigen Passage im Massiv des Jura. Infolge der von Pierre Bichet und Jacques-Pierre Millotte durchgeführten und veröffentlichten Altgrabungen wurde diese Mikroregion ab 1987 einer diachronischen Betrachtung unterzogen. Das Forschungsprogramm war ebenfalls verknüpft mit einem „L’occupation et le peuplement des plateaux du massif du Jura de 2000 à 400 avant J.-C.” betitelten Gemeinschaftsprojekt. Dessen Ergebnisse haben zu umfangreichen Publikationen geführt, namentlich der Publikation von Jean-François Piningre und Véronique Ganard über die frühgeschichtlichen Nekropolen von Moidons und dem Fürstensitz des „Camp de Château” in Salins-les-Bains (Departement Jura). Die Erfassung der archäologischen Stätten in der „Chaux d’Arlier” wurde durch Rettungsgrabungen von Grabhügeln in Chaffois und La Rivière-Drugeon ergänzt. Ihre Veröffentlichung erlaubt es die Informationen zu den Nekropolen des Arlier zu ergänzen und zu aktualisieren und sie in einem weiteren kulturellen und umweltlichen Rahmen zu betrachten, insbesondere was die mittlere Bronzezeit und die Hallstattzeit angeht.

Texte intégral

PDF 15MSignaler ce document

1Située sur les plateaux centraux, le deuxième plateau de l’arc jurassien, à une altitude de 700 à 950 m, la plaine de l’Arlier – ou encore Chaux d’Arlier – fait partie d’un ensemble appelé le Haut-Doubs pontissalien. Elle s’étend au débouché nord de l’un des franchissements du massif du Jura favorisé par la dépression créée par le « décrochement » de Pontarlier, un accident tectonique recoupant la Haute-Chaîne selon un axe nord-sud jusqu’à Lausanne (fig. 1). Animée de petits fronts morainiques – fruits de l’étalement des glaciers de la Haute-Chaîne il y a quelque 20 000 ans – elle offre les particularités d’un territoire homogène de 20 km de longueur sur 7 km de largeur environ (BICHET, CAMPY, 2008, p. 234-235, 268-269). D’altitude régulière, 800 m en moyenne, la Chaux d’Arlier est traversée par le cours supérieur du Doubs et de son affluent le Drugeon, le long duquel sont installés des tourbières et des marécages, entre Frasne et Pontarlier. Enclavant cette zone aplanie, les reliefs calcaires à la végétation essentiellement forestière donnent accès, au sud-est et à l’est, à la Haute-Chaîne avec le massif du Laveron et, au nord-ouest, aux gradins d’altitude inférieure, le plateau de Levier.

image

Fig. 1. Localisation des principaux sites repères de Franche-Comté et de Suisse occidentale.

2On distingue donc des formations d’âge secondaire (Crétacé, Jurassique supérieur et Argovien) et des formations superficielles d’origine quaternaire (dépôts würmiens) comme les bourrelets morainiques marginaux et les sédiments fluvio-glaciaires perméables, peu remaniés par l’érosion post-glaciaire en raison du drainage aléatoire de la cuvette (CAMPY, 1982). Ces caractères géologiques et donc topographiques ont, semble-t-il, déterminé les conditions environnementales de l’occupation humaine. Cette dernière pourrait vraisemblablement trouver aussi une relation avec le développement de couverts végétaux particuliers, définissant une nette opposition entre les reliefs marqués par les phénomènes karstiques et leur déficit en eau et la plaine marquée par un environnement aquifère très important et la présence de tourbières.

I. Historique des recherches et environnement archéologique

I.1 La connaissance du Haut-Doubs pontissalien, un projet évolutif

3Différentes approches sur le peuplement de la moyenne montagne jurassienne ont été explicitées plus particulièrement au début des années 1990 à l’occasion de deux colloques consécutifs, l’un sur les occupations de l’Âge du Bronze, l’autre sur l’Âge du Fer dans le Jura. L’accent était mis tout à la fois sur le potentiel archéologique et sur les importantes lacunes des connaissances, notamment sur la genèse de l’occupation protohistorique (PASSARD et alii, 1992 ; GANARD et alii, 1992). Le travail entrepris s’inscrivait plus spécifiquement en 1992-93 dans un projet collectif sur « l’occupation et le peuplement des plateaux du massif du Jura de 2000 à 400 avant J.-C. » initié par ces mêmes auteurs à la suite d’un travail d’inventaire et de cartographies des nécropoles de la région salinoise, de la Chaux d’Arlier et des plateaux de la Loue/Amancey. Conjointement, un réexamen des collections anciennes incomplètement publiées était entrepris au Musée des Antiquités nationales, aujourd’hui Musée d’archéologie nationale, et dans les musées régionaux de Lons-le-Saunier, Pontarlier et Besançon notamment. De nombreuses fouilles du XIXe siècle sans autre objectif que la recherche de matériel archéologique avaient en effet largement « entamé » les vestiges jusque-là préservés dans un paysage moins affecté par des pratiques agricoles alors non mécanisées.

4Le bilan examiné sur la base de la documentation ancienne et de prospections (PASSARD, URLACHER, 1984-86 ; GANARD et alii, 1992), et, pour la région pontissalienne, les fouilles entreprises entre 1964 et 1988 (BICHET, MILLOTTE, 1992) ont invité à poursuivre les recherches dans plusieurs directions avant que les érosions péri-urbaine et rurale n’affectent définitivement ces derniers témoins du peuplement de l’espace montagnard. Dans les faits, il s’agissait de répondre, dans un projet à moyen et long terme, à différentes questions laissées en suspens par des découvertes trop sporadiques et souvent inexploitables faute de véritables perspectives. Les résultats des recherches sur la région de Salins-les-Bains (Jura), associés aux approches développées sur les plateaux de Haute-Saône, ont abouti à de nouvelles avancées et à des réexamens profonds des connaissances sur les pratiques funéraires des Âges du Bronze et du Fer (PININGRE dir., 1996 ; PININGRE, GANARD et alii, 2004). Les fouilles réalisées sur les sites de hauteur protohistoriques, franc-comtois notamment, sont venues étayer l’édifice en élargissant substantiellement les problématiques pour les placer à l’échelle du domaine hallstattien occidental (PININGRE, 2012 ; PININGRE, 2014a et b).

  • 1  Appréhendés depuis 2004 dans le cadre réglementaire des Zones de Présomption de Prescription arché (...)

5Dans la plaine de l’Arlier et sur sa périphérie,les interventions menées dans les années 1990, associées à des campagnes de photographie aérienne et enrichies par des découvertes ponctuelles essentiellement, ont été motivées de leur côté par la nécessité d’établir un bilan archéologique après quelque trente ans de collecte d’informations sur les nécropoles du premier Âge du Fer (PASSARD, URLACHER, 1992). Dans le même temps, des sites mis au jour à l’occasion de fouilles de « sauvetage » ont ouvert de nouvelles perspectives à vocation diachronique sur l’occupation humaine de ce secteur géographique. La fouille de la nécropole du haut Moyen Âge de « La Grande Oye » à Doubs entre 1987 et 1990 a ainsi instauré une appréhension plus large de ce territoire (URLACHER et alii, 1998 ; PASSARD et alii, 2007). L’extension des secteurs urbains et l’aménagement des communes rurales dans cette zone frontalière ont en effet, en une dizaine d’années à peine, provoqué des modifications fondamentales dans le paysage (création de nouveaux réseaux routiers, de lignes électriques, de lotissements et de ZAC à destination commerciale…). Parallèlement, autour des villages de l’Arlier, les remembrements ont morcelé les grandes surfaces autrefois gérées de façon communautaire, provoquant l’arasement des haies et des murgers. Aussi le souci de gestion à l’amont des aménagements de ce territoire s’est-il doublé d’un bilan scientifique essentiel à la programmation raisonnée des interventions archéologiques1. Le projet sur le peuplement de la Chaux d’Arlier protohistorique a donc mué en une approche chronologique plus élargie sous la pression de la densification des aménagements contemporains.

  • 2  M. Dichamp et M. Sobritz.
  • 3  J.-P. Barillot, M. Sobritz.

6Au cours des vingt-cinq dernières années, l’archéologie de sauvetage, puis préventive, comme l’archéologie programmée ont permis d’ouvrir le champ des investigations et d’étoffer l’histoire du peuplement montagnard en mettant l’accent sur des périodes chronologogiques avant cela sous-représentées. Jusque-là déficitaires, les connaissances de l’occupation antique de cette micro-région se sont enrichies de compléments documentaires, d’ampleur réduite toutefois, à la suite de sondages ponctuels, préalables à des opérations d’aménagement. Confirmant des trouvailles anciennes dans la ville de Pontarlier, les surveillances des tranchées de canalisation réalisées dans l’enceinte de l’hôpital en 1992 ont mis en évidence une installation en bordure du Doubs, dans le faubourg Saint-Étienne. Des fosses dépotoirs du premier siècle contenaient un mobilier peu abondant, mais datable (monnaie de Germanicus, amphores, céramique). De tels témoins sont corroborés plus récemment par l’ouverture de tranchées d’assainissement dans la rue Montrieux. Des trouvailles sporadiques témoignent selon toute vraisemblance d’habitats ruraux, ainsi à Bulle-Pré Grémont avec un mobilier rare et fortement érodé ou encore à La Rivière-Drugeon dans la tranchée d’adduction d’eau de « La Loge » (fragments d’amphore, céramique commune). Une découverte, jusqu’ici d’ampleur très limitée, faite par deux bénévoles en 20042 à La Rivière-Drugeon « en Foule », confirme une occupation du Bas-Empire au sein de cette commune. L’analyse du premier Moyen Âge fournit des résultats et des perspectives plus riches dans la suite des travaux sur la nécropole de « La Grande Oye » (Doubs) et sur son environnement alto-médiéval. Cette période est particulièrement bien représentée par des ensembles funéraires d’exception qui témoignent de l’existence d’une aristocratie locale puissante. Les VIe et VIIe siècles après J.-C. sont les témoins de relations étroites avec le domaine germanique et le Plateau suisse tout proche. La région s’érige alors comme un secteur clé du royaume franc de Burgondie, lien essentiel entre les deux versants de Jura accédant aux cols alpins (PASSARD-URLACHER, à paraître). Cette situation offre des sites d’exception – « La Grande Oye », à Doubs aux portes de Pontarlier, le « Fort Bachin » à La Rivière-Drugeon parmi d’autres –, mais également un tissu de peuplement dense, lisible dans la présence de nécropoles anciennement connues dont nous avons cherché à retrouver la localisation ou à cerner l’extension. L’examen des anciens cadastres s’est doublé d’enquêtes locales et de sondages, lorsque la nécessité de réaliser des diagnostics archéologiques préalables à des travaux a pu concorder avec ces objectifs (Vuillecin « Sur Bécon », Arçon par exemple). La mise en évidence, depuis peu, de l’habitat et des nécropoles des « Gravilliers » à Pontarlier (VIDEAU dir.,2011) est l’exemple même du résultat des efforts de gestion territoriale déployés pour cerner et réduire les déficits de la recherche. On doit par ailleurs aux prospections de bénévoles3 la détection d’occupations alto-médiévales à Vuillecin révélant, comme antérieurement à Goux-les-Usiers, des activités de métallurgie. Bien datées (LAURENT et alii, 2012, p. 74), elles renforcent encore l’intérêt porté à ce secteur à l’époque mérovingienne puis sans doute carolingienne, ainsi que le montrent les sépultures tardives de « La Grande Oye » et quelques éléments des « Gravilliers ».

7Jusqu’ici indigentes, ces découvertes d’habitats offrent donc de nouvelles perspectives, susceptibles de s’élargir aux périodes plus anciennes. En effet, la prédominance de la documentation funéraire pourrait désormais faiblir. Les connaissances sur les économies d’autosubsistance de type mésolithique-néolithique ne sont d’ailleurs pas absentes de ces approches archéologiques préventives et surtout programmées, avec l’appui des bénévoles locaux, principalement pour le Mésolithique, depuis une quinzaine d’années déjà (CUPILLARD, SOBRITZ, 1998 ; LAJOUX, 2011). Toutefois, pour la protohistoire, la situation reste en suspens, à l’exception des quelques indices sporadiques comme une fosse hallstattienne sur le site des « Gravilliers » (VIDEAU dir., 2011) ou de rares tessons découverts en 1987 à proximité dans le décapage de l’usine à incinération à Pontarlier. Toutes ces approches diachroniques se trouvent en outre enrichies par le développement d’études environnementales, entreprises au sein de programmes de recherches du Laboratoire Chrono-environnement plus particulièrement (MAGNY et alii, 2013 ; GAUTHIER, RICHARD, 2008). Leurs cadres chronologiques restent encore à affiner à la lumière de l’archéologie, même si certaines données viennent argumenter l’occupation du sol et l’exploitation des ressources de la moyenne montagne jurassienne dès le Néolithique.

1.2. La Chaux d’Arlier et l’occupation protohistorique

8La densité de l’occupation protohistorique est remarquable par la présence de nécropoles tumulaires régulièrement distribuées, plus particulièrement sur les reliefs au nord de la vallée du Drugeon. Seuls les ensembles datés des périodes anciennes du Hallstatt de Dompierre-les-Tilleuls « Planquecet » et Chaffois « La Censure » occupent des zones en bordure de tourbières (BICHET, MILLOTTE, 1992 ; GANARD et alii, 1992) (fig. 2).

image

Fig. 2. Répartition des tertres fouillés dans la Chaux d’Arlier (F. Passard-Urlacher d’après BICHET, MILLOTTE, 1992, complété ; DAO Cs Claude Schmitt).

  • 4  Le paysage actuel de prairies destinées à la pâture des bovins doit toutefois être en partie relat (...)

9Au cours de ce travail d’inventaire, prospections au sol et clichés aériens ont eu pour objet de cartographier les éventuels vestiges encore préservés, dont la figure publiée ici ne livre pas la totalité. Dans ce milieu rural, jusque-là à l’écart de l’urbanisation intensive, les conditions de détection ont été relativement délicates dans un paysage à vocation herbagère, en l’absence quasi générale de terrains labourés4. Dans les zones de relief calcaire, toute structure en élévation, monticule ou haie, est susceptible de receler des vestiges. Un travail mené sur le plateau d’Amancey entre 1984 et 1986 avait également pour but la recherche et le relevé de possibles structures agraires associées aux vestiges protohistoriques. Malgré les sondages, la mise en évidence de la chronologie de ces constructions paysagères s’est révélée particulièrement délicate dans ces milieux calcaires (PASSARD, URLACHER, 1984-1986). L’existence de vestiges comparables dans le secteur de Pontarlier a été soulignée (BICHET, MILLOTTE, 1992, p. 119), avec les mêmes écueils méthodologiques. Un diagnostic d’archéologie préventive, réalisé à Chaffois sur l’une de terrasses repérées s’est révélé totalement négatif. Pour ce qui concerne la détection de constructions funéraires, les dimensions des monticules préservés dans le paysage ne permettent pas de discerner leur fonction réelle, car le diamètre des structures d’épierrement, tout comme celui des tertres funéraires, peut varier entre 6 et 15 m, parfois moins. Des nécropoles fouillées durant ces trente dernières années, il ne reste que quelques éléments, dont certains ont été l’objet d’une fouille incomplète. Aussi, les anomalies de terrain qui pourraient éventuellement comprendre des niveaux anciens ont été répertoriées en fonction de leur répartition topographique et spatiale. C’est dans le cadre de cette expérience de bilan des données que des opérations de fouille ont dû être entreprises pour faire face à des urgences comme le démontreront plus loin les résultats sur les tertres de Chaffois et de La Rivière-Drugeon.

2. Les tertres de Chaffois « La Carrière », « Le Mont » (fig. 2)

10Localisé à l’est de la commune de Chaffois, surplombant la route nationale Pontarlier-Dijon, le site domine la plaine du Drugeon à quelques kilomètres de son confluent avec le Doubs. L’ensemble regroupait trois tertres : « La Carrière » I, II et III « Sur le Mont » répartis sur la rupture de pente d’une petite éminence, l’anticlinal de Chaffois, qui se développe dans la direction sud-ouest/nord-est (Côte du Fol) en parallèle aux plis qui déforment le plateau de Levier. Ce massif est encore actuellement l’objet d’extraction de roche en carrière ouverte dans la proximité immédiate des vestiges archéologiques (fig. 3).

image

Fig. 3. Vue du site du « Mont » ; emplacement du tumulus de « La Carrière » II (cliché J.-P. Urlacher).

11Des fouilles ont été réalisées par l’équipe de Pierre Bichet sur deux tumulus distants d’une cinquantaine de mètres, mais seul le tumulus I de « La Carrière » a fait l’objet d’une publication (BICHET, MILLOTTE, 1992, p. 74, 75, 83). Ce premier tertre abritait plusieurs sépultures dont une inhumation primaire de l’Âge du Bronze moyen et des réutilisations au Hallstatt D1. La présence de fragments d’objets de bronze partiellement fondus, de cendres et de charbons de bois attesterait le rite de l’incinération, ici mal daté dans l’utilisation du monument.

12Les investigations de 1987 à 1988 sur le tumulus de « La Carrière » II n’ont fait l’objet ni d’un rapport de fouille ni d’une publication. Ce second tertre, apparemment démantelé par les habitants de la commune pour puiser de la pierre, n’a pas donné lieu à une étude exhaustive. D’après le témoignage de l’un des fouilleurs, seul un groupe d’objets – huit anneaux de chevilles – avait été préservé sous un dalle calcaire ; les autres vestiges ont été éparpillés dans la pente au gré des pelletées des « carriers » locaux. Un décapage et une collecte d’objets ont donc seulement été opérés au cours de ces campagnes. En procédant à l’inventaire du mobilier archéologique prélevé hors contexte, il apparaît qu’un schéma chronologique assez proche de celui du tumulus I soit envisageable. Des sépultures de l’Âge du Bronze moyen ou du début du Bronze final pourraient avoir été installées dans le tumulus de « La Carrière » II avant une réutilisation au cours du Hallstatt récent. La période la plus ancienne est représentée par un bracelet ouvert à section losangique aux extrémités amincies et orné d’incisions longitudinales (fig. 4, n° 1).Cette dernière parure renvoie à des exemplaires présents dans d’autres tertres de la Chaux d’Arlier, notamment un autre bracelet à section losangique de La Rivière-Drugeon « La Vierge » dans un contexte également mal défini (BICHET, MILLOTTE, 1992, fig. 48, n° 36). L’exemplaire de « La Carrière » II, avec ses incisions longitudinales profondes, pourrait s’apparenter à une forme reconnue par exemple sur le site de Wohlen en Argovie (OSTERWALDER, 1971 ; pl. 10, n° 3). Isa Richter inventorie également un certain nombre d’exemplaires présentant des caractères proches, dont l’un d’entre eux pourrait avoir été associé à une épingle de type Binningen (RICHTER, 1970, pl. 33 nos 571, 572 et p. 94-95 ;PININGRE, GANARD, à paraître).Dans la série d’objetsillustrant les sépultures primitives de « La Carrière » II, une épingle se distingue avec une longueur de 275 mm (fig. 4, n° 2). Sa tête évasée surmontée d’un disque débordant et séparé du col par un groupe de petites cannelures évoque des formes de la fin de l’Âge du Bronze moyen et du début de l’Âge du Bronze récent (PININGRE, GANARD, à paraître). Une pointe de flèche à pédoncule et ailerons en bronze complète probablement la série la plus ancienne, par comparaison avec des exemplaires du Châtel d’Arruffens à Montricher par exemple (DAVID-ELBIALI, PAUNIER et alii, 2002, pl. 1, nos 7-10) (fig. 4, n° 3).

image

Fig. 4. Ensemble d’objets de l’Âge du Bronze et du premier Âge du Fer du tumulus de « La Carrière » II (dessin H. Lomazzi, F. Passard-Urlacher).

13L’utilisation du tumulus de « La Carrière » II au cours de la période hallstattienne est renseignée par un certain nombre d’objets, pour beaucoup fragmentés et incomplets. Quelques tessons de céramique ont été également glanés au cours des campagnes d’investigations menées par Pierre Bichet. À côté d’une série de petits anneaux en bronze, de fragments de bronze, d’objets déformés et de tiges en fer, quelques objets permettent de cadrer chronologiquement l’utilisation du tertre.

14Les parures annulaires sont les plus représentatives. Deux bracelets en bronze massif de faible diamètre pourraient avoir appartenu à des sépultures d’enfants. Leur traitement décoratif peut permettre de s’interroger sur leur appartenance chronologique. Ils sont tous deux ouverts et leurs extrémités, ornées de trois ou quatre incisions transversales, présentent la même section plano-convexe que le jonc (fig. 4 n° 5 et n° 6). L’ornementation du bracelet n° 5 est composée de plages obliques et de hachures formant un motif de chevrons. Il est de même inspiration que le fragment à section circulaire découvert dans le tumulus de « La Carrière » I, en contexte imprécis lui aussi (BICHET, MILLOTTE, 1992, fig. 83, n° 15). Une boucle d’oreille des « Bossus » 1 à Dompierre-les-Tilleuls présente aussi ces motifs d’incisions en diagonale, une affinité avec les parures du Plateau suisse ou de la région de Soleure au Ha D1 (BICHET, MILLOTTE, 1992, fig. 17 n° 7 ; DRACK, 1970, fig. 14). Cet objet n’est cependant pas sans rappeler des formes ou des traitements décoratifs plus anciens, à l’Âge du Bronze à Butzbach en Hesse et dans le dépôt de Reventin-Vaugris (Isère) (RICHTER, 1970, p. 112 et pl. 37, n° 650). Le second bracelet a des extrémités chevauchantes (fig. 4 n° 6). Son décor incisé alterne des groupes d’incisions verticales et un motif en chevrons. Comme pour le précédent, malgré quelques possibles affinités avec des parures de l’Âge du Bronze, il n’est néanmoins pas impossible de trouver des similitudes avec des bracelets du Plateau suisse, datés de la période hallstattienne. Les bracelets à extrémités plus ou moins largement superposées sont connus dans des sépultures valaisannes et du versant est du Jura (Drack, 1970, fig. 39 et 43, p. 40 et 56). À la fin du Hallstatt C, par exemple dans la tombe 1 de Langenthal « Unterhard », des exemplaires plus massifs sont décorés de sections transversales rythmées d’incisions profondes. Associés à une agrafe lancéolée dans cette sépulture d’adulte, ils s’inscrivent dans le répertoire des parures annulaires prisées dans la région bernoise notamment (RAMSTEIN, HARTMANN 2008, p. 337).

15Deux fragments d’un même bracelet en bronze à section rectangulaire décoré de cupules renvoient au type de Grossafoltern défini par B. Schmid-Sikimic (fig. 4, n° 7). Celui de Chaffois alterne des groupes de trois incisions transversales et des cupules. L’assemblage des extrémités est manquant. En Suisse, cette parure est datée grâce à des ensembles clos dans le Hallstatt D1 (SCHMID-SIKIMIC, 1996, p. 103-104). Si un autre exemplaire de petite taille figure dans le tertre de « La Carrière » I à Chaffois, nombre d’exemplaires sont aussi repertoriés dans le Jura salinois et sur le Plateau d’Amancey (PININGRE, GANARD et alii, 2004, p. 265). Une parure en tôle de bronze plus fine, ouverte et munie d’une extrémité recourbée en crochet vers l’extérieur, porte un décor de cercles pointés encadrés de lignes guillochées (fig. 4, n° 8). Cet objet pourrait correspondre lui aussi à un petit bracelet de type Grossafoltern, mais l’exécution en tôle de bronze suggère peut-être une réutilisation et l’absence d’extrémités rivetées est à noter. Sa largeur de 8 mm le rapprocherait alors de la variante IV de ce type. En outre, le décor de guillochis latéral trouve un écho dans le traitement décoratif des grandes boucles d’oreille en tôle de bronze du Plateau suisse (DRACK, 1970, fig. 7-9).

16Plusieurs fragments d’un même brassard-tonnelet correspondent à une pièce sans doute assez trapue (fig. 4, n° 9). Son diamètre devait avoisiner 80 mm. La partie étroite du brassard alterne des lignes d’incisions parallèles et au moins une double ligne de cercles oculés. Ce motif caractérise les brassards de Suisse occidentale et de la région de Berne-Soleure (SCHMID-SIKIMIC, 1996). L’ornementation du renflement central, de conservation très médiocre, suggère néanmoins une composition en métopes ou damiers alternant des plages lisses et un décor de hachures en croisillons. Ce traitement de hachures croisées, relativement rare semble-t-il, est néanmoins utilisé pour réaliser des bandes décoratives, des triangles en dents de loup sur des brassards de Wohlen (AG, Suisse) ou Obfelden (ZH, Suisse ; DRACK, 1965, fig. 26). Dans la forêt des Moidons, aux environs de Salins-les-Bains (Jura), les brassards-tonnelets de la sépulture centrale du tumulus 5 présentent aussi des bandes traitées en hachures croisées (PININGRE, GANARD et alii, 2004, fig. 5, n° 1 et 2). Cette parure de « La Carrière » II confirme encore l’existence d’une sépulture du Ha D1.

17Les huit anneaux de cheville en ruban, en bronze, découverts sous une dalle, ont apparemment échappé aux démantèlements du tertre (fig. 4, n° 10). Décorés en alternance de bossettes et d’un motif de triangles hachurés opposés par le sommet, ils s’intègrent à la série connue de cette parure fémininecaractéristique du Jura français et de la Bourgogne (PININGRE dir., 1996, fig. 101, n° 20, 102, p. 95 et 96).

18Enfin, à côté de petits éléments de bracelet(s) en « lignite » et d’un bracelet à bossettes incomplet, déformé, un fragment d’armille suggère clairement son appartenance au groupe des bracelets filiformes (fig. 4, nos 11, 12), bien représentés dans les phases Ha D1 et D2 du domaine régional (PININGRE, GANARD et alii, 2004, p. 260-261).

19À côté d’un anneau de suspension, un fragment d’anneau décoré de triangles isocèles hachurés est le seul élément incomplet d’une parure à disque ajouré et anneaux mobiles (fig. 4, n° 11 et n° 12). Bien connu des parures jurassiennes, ce type de pendeloque caractérise le Ha D1. À Chaffois « La Carrière » I, le disque ajouré était également associé à un anneau de suspension, mais cette fois à six perforations (BICHET, MILLOTTE, 1992, fig. 65, n° 26). À Dompierre-les-Tilleuls « Les Bossus » I, la parure, sans anneau de suspension, était clairement associée à des brassards tonnelets, comme à La Rivière-Drugeon « Le Grand Communal » 2 (ibid., fig. 16, fig. 34).

20Parmi toutes les pièces recueillies, une fibule à timbale sur le pied et un fragment d’arc de fibule renvoient à une datation un peu plus tardive (fig. 5, n° 1). La petite fibule en bronze, longue de 25 mm et munie d’un ressort incomplet, présente un arc plat large décoré de deux rainures longitudinales. Un cabochon hémisphérique en tôle de bronze, orné de deux filets à sa base, est recourbé sur le pied. Différente des classiques fibules à double timbale (type dP4) et des longues fibules à pied recourbé en timbale (type F4), elle peut vraisemblablement être une variante de ces types et, sans doute, refléter une utilisation du tertre dans la phase Ha D3 (CHAUME, 2001, p. 111-112 ; PININGRE, GANARD et alii, 2004, p. 249-250). Une fibule du site de Bragny pourrait représenter une forme apparentée avec un arc surbaissé (FEUGÈRE, GUILLOT, 1986, fig. 33, n° 9). Il n’est pas impossible qu’un fragment de fibule répertorié dans cet inventaire de « La Carrière » II ait appartenu à un autre type plus tardif, à arc rubané et cannelé (fig. 5, n° 2), tel que l’évoquent des individus fragmentaires de Bragny (ibid., fig. 43, n° 48).

image

Fig. 5. Série d’objets du tumulus de « La Carrière » II (dessin H. Lomazzi, F. Passard-Urlacher).

21Plusieurs petites barrettes, ayant constitué un objet composite, complètent le répertoire des pièces identifiables (fig. 5, n° 3). Elles sont obtenues à partir de tiges en tôle de bronze accolées, longues de 22 mm et terminées, pour la mieux conservée, par un pli formant un anneau. Elles sont maintenues jointives à mi-longueur par un très fin cerclage. Une pièce en fer de même morphologie, mais de plus grande dimension, a été intégrée par S. Sievers dans sa série des accessoires de toilette des petits objets de La Heuneburg (SIEVERS, 1984, pl. 112, n° 1481).

22Enfin une série de fragments d’objets en fer (fig. 5, n° 4) et plus souvent en bronze comme des anneaux ou des cabochons sont également présents (fig. 5, nos 5-11).

23En résumé, l’inventaire des pièces recueillies au cours des campagnes de P. Bichet sur le tumulus II de « La Carrière » atteste par conséquent la présence de sépultures hallstattiennes successives. Avec les anneaux de chevilles, le brassard-tonnelet et l’élément de disque ajouré, il est vraisemblable qu’au moins deux tombes féminines du Ha D1 sont présentes, à l’exemple des inhumations successives du tertre du « Grand Communal » 2 à La Rivière-Drugeon, celle comprenant les anneaux de cheville étant la plus ancienne (PININGRE, GANARD et alii, 2004, p. 273). L’existence d’une ou plusieurs tombes d’enfant avec bracelet(s) est probable, d’autant que dans la documentation de l’un des fouilleurs figure la récolte de quelques ossements humains parmi lesquels se remarquent des dents de lait. La phase Ha D3 est aussi représentée par au moins une fibule. Une perle en pâte de verre bleu à quatre protubérances (nopes) blanches ponctuées d’un cercle bleu-turquoise pourrait également accréditer une parure tardive (fig. 4, n° 15), peut-être laténienne, malgré l’absence de décor spiralé, si une pièce semblable n’était par ailleurs connue sur le site de Hauterive-Champréveyres (NE, Suisse) et datée de la fin de l’Âge du Bronze (RYCHNER-FARAGGI, 1993, p. 63-65).

  • 5  M. Sobritz.

24La réutilisation du tertre au cours de la période hallstattienne est, quant à elle, corroborée par les éléments chronologiques les plus anciens, datés de l’Âge du Bronze moyen ou du début du Bronze final. Au cours des vérifications faites en 1992, la découverte d’une grande épingle aux abords de ce tertre vient confirmer ce constat (fig. 4, n° 4). Cette parure, longue de 210 mm, à extrémité pointue, porte quatre registres de rainures séparés par une gorge et un décor de dents de loup hachurées à la base. Des modèles comparables, à tête en fuseau, sont connus notamment en Suisse à Schleitheim (SH) (OSTERWALDER, 1971, pl. 21, n° 7) ou dans la famille des épingles finement côtelées répertoriées par M. David-Elbiali, pour la phase BzB2/C1 aux alentours de 1500 av. J.-C. (DAVID-ELBIALI, 2000, p. 179 ; PININGRE, GANARD, à paraître). Venant aussi abonder les trouvailles du tumulus de « La Carrière » I (PÉTREQUIN et alii, 1989, p. 248-249), la découverte fortuite en 2013 d’un poignard à deux rivets, à quelques dizaines de mètres plus à l’ouest, à Chaffois « Le Mont », confirme par ailleurs la fréquentation de cette zone à la fin du Bronze moyen. Long de 123 mm pour une largeur de 26 mm avec des rivets de 12 mm, il porte une nervure centrale qui s’élargit entre les deux rivets vers l’extrémité proximale. Le contexte malheureusement imprécis ne permet pas de trancher sur la destination funéraire ou autre de ces objets, sachant qu’il existe de multiples exemples de trouvailles isolées dont l’interprétation symbolique est discutée, voire argumentée, par de nombreux auteurs (DAVID-ELBIALI, 2000, p. 294-295). Compte tenu de ces découvertes, il est permis de remarquer que cette butte de Chaffois « Le Mont » a sans doute représenté un lieu singulier aux yeux des populations protohistoriques. En effet, trouvé manifestement en place à proximité du tumulus de « La Carrière » II, un petit dépôt de deux faucilles à languette, datées de l’Âge du Bronze final, a été exhumé5 sur la pente en 1992 (fig. 6, nos 1, 2).

image

Fig. 6. Chaffois « Le Mont » :faucilles en bronze (dessin F. Passard-Urlacher)

25L’une et l’autre semblent, en raison de leur similitude, provenir du même moule et être apparentées au groupe de Pfeffingen. Ces faucilles trouvent des comparaisons nombreuses dans le secteur des lacs suisses, en particulier dans les environs de Neuchâtel (Auvernier, Neuchâtel, Avenches, Estavayer...), et peuvent être datées du Ha A2-B1 (PRIMAS, 1986 ; RYCHNER, 1988 ; DAVID-ELBIALI, 2000, p. 261-262). Un dépôt du début de l’Âge du Bronze final, malgré un contexte de découverte déjà ancien, fournit un exemple très similaire à Vaumarcus « Bois de Seyte » dans le canton de Neuchâtel, en Suisse. Il n’est pas impossible que ces objets utilitaires aient pu avoir une valeur de prestige ou une valeur symbolique, toutes deux révélées par les pratiques funéraires (FISCHER, 1998, p. 317). Dans la région de Pontarlier, le dépôt de La Rivière-Drugeon, un peu plus ancien (13e siècle av. J.-C.), comprend des objets usagés et tous brisés, parmi lesquels des faucilles, sans doute destinés à la refonte. Ainsi ces « caches » peuvent-elles recouvrir différentes significations dont la perception sera sans doute peu à peu clarifiée par un échantillonnage suffisant (PININGRE, 2007). Les céramiques de l’Âge du Bronze final, mises au jour au sommet de la falaise du Mont-d’Or surplombant le passage du col de Jougne, invitent elles aussi à des interprétations d’usages singuliers (PASSARD et alii, 1992, p. 202-203). Ces découvertes accréditent en outre l’importance des échanges, notamment de part et d’autre du massif jurassien.

26La vérification d’un petit tertre, « La Carrière » III, situé au nord du tumulus II, s’est montrée infructueuse à l’exception de la présence d’un tesson de céramique indatable. Cette fouille a cependant permis de constater que, outre la destruction possible des niveaux supérieurs de ce tertre, il existe vraisemblablement des anomalies topographiques aux abords des sépultures qui ne trouvent pas d’explication immédiate, pas même l’épierrement dans ce cas.

27Enfin, l’intérêt de cette mise à plat de la documentation à disposition est encore l’occasion de mettre l’accent sur la réutilisation des tertres anciens au cours de la période hallstattienne (GANARD et alii, 1992). Elle souligne particulièrement l’importance de la plaine de l’Arlier au cours de l’Âge du Bronze moyen et au début de l’Âge du Bronze final (PININGRE, GANARD, à paraître). Si malheureusement les objets glanés ne se trouvent pas dans des contextes funéraires fiables – pour autant que leur destination fut pour tous mortuaire – ils témoignent néanmoins d’une présence humaine rarement observée ailleurs en Franche-Comté dans un contexte de nécropoles (fig. 7). Sans doute est-elle le reflet du rôle joué par le passage transversal du Jura dans les échanges au sein du domaine nord-alpin, une fois encore.

image

Fig. 7. Répartition des vestiges de l’Âge du Bronze de la Chaux d’Arlier (F. Passard-Urlacher, DAO Cs Claude Schmitt).

3. Les tumulus de La Rivière-Drugeon « Les Poiriers » (fig. 2)

28À l’occasion des prospections aux abords de la nécropole de La Rivière-Drugeon, entre les communes de Dompierre-les-Tilleuls et Bulle, l’attention s’est portée sur des petites buttes arasées par le passage des engins agricoles en bordure d’une parcelle déclive. Celles-ci étaient situées non loin d’un embranchement du chemin dit de « La Loge », qui prend naissance sur la route départementale D471. Elles occupaient le sommet d’une petite crête calcaire entre 850 et 860 m d’altitude, à un peu plus de 500 m au nord d’un ensemble anciennement fouillé (tumulus 1 et 2 de « La Décharge » et de « La Loge » : BICHET, MILLOTTE, 1992, p. 45, 46, 60) (fig. 8). Le Drugeon coule une cinquantaine de mètres en contrebas, à quelque trois kilomètres de distance au sud.

image

Fig. 8. Paysage de la Chaux d’Arlier : vue depuis « Les Poiriers » en direction du sud (cliché J.-P. Urlacher).

3.1. Tumulus I des « Poiriers »

29Ce premier tertre a fait l’objet d’une fouille de sauvetage en 1992. D’un diamètre réduit – une dizaine de mètres – il ne présentait a priori aucune structure assimilable à une sépulture (absence d’esquilles osseuses en particulier ou même de charbons de bois ou de cendres). Sous l’humus superficiel, le remplissage hétérogène constitué de pierres plus ou moins calibrées de 10 à 25 cm était de faible épaisseur. Il ne faisait qu’accentuer un relief naturel sous-jacent, à savoir une strate de lapiaz plus ou moins démantelé. Néanmoins, la mise au jour, dans le quart nord-est du tertre, de deux bracelets en bronze (voir infra fig. 14 A, nos 1, 2)dans une fissure remplie d’argile de décarbonatation, semble suggérer une utilisation de ce faible relief dans un but funéraire. Des fragments d’objets en fer oxydés, éparpillés dans l’humus superficiel plaident également pour le démantèlement, sans doute ancien, de cette structure. Pour l’un de ces objets, il pourrait s’agir d’un cabochon, d’une timbale ou d’une applique en fer.

30Le bracelet massif ouvert, d’un diamètre de 64 mm pour une section à cinq pans de 5 mm, est décoré d’incisions longitudinales sur la tige et transversales aux extrémités. La question de son appartenance à la période hallstattienne pourrait être posée en raison du faible échantillon de comparaisons. D’un côté, des parures plus anciennes – du Bronze moyen ou récent – peuvent révéler une certaine parenté stylistique (RICHTER, 1970 ; PASZTHORY, 1985). Cependant des exemplaires hallstattiens de section circulaire ou losangique avec des lignes incisées transversales aux extrémités, mais non décorés sur la tige, présentent des similitudes dans le sud de l’Allemagne (ZÜRN, 1987 ; HOPPE, 1986). En Franche-Comté, une paire de bracelets est inventoriée dans un tertre des fouilles De Morgan dans la forêt des Moidons. Ces pièces d’un diamètre de 58 mm présentent un jonc à section elliptique décoré de quatre rainures fines longitudinales. Leurs extrémités arrondies sont décorées d’incisions transversales (PININGRE, GANARD et alii, 2004, fig. 65, nos 4, 5). Dans le tumulus 14 des Moidons, un autre exemplaire, cette fois sans décor d’incisions longitudinales, est associé à un fragment de plaque de ceinture à décor estampé du Ha D2 vraisemblablement (ibid., fig. 57, n° 4). Des bracelets provenant de Lausanne « Vernand-Dessous » offrent une similitude morphologique dans des contextes chronologiques mal assurés de fouilles anciennes (SCHMID-SIKIMIC, 1996, p. 30 et pl. 1, nos 8 et 9). Ces types de parures annulaires, parfois difficiles à classer en chronologie lorsqu’ils sont découverts hors contexte, peuvent néanmoins laisser penser que le répertoire des formes, hors les innovations incontestables, puise aussi ses affinités dans les périodes antérieures.

31Le second anneau en bronze massif du tertre des « Poiriers » I, lisse et fermé, est plus classique dans le contexte hallstattien régional comme sur le Plateau suisse, avec la variante lisse du type Cordast à bossettes (ibid., p. 102-103). Avec un diamètre de 84 mm et une section circulaire de 4 mm, il rappelle plusieurs bracelets circulaires fermés ou ouverts, recueillis hors contexte dans le tumulus de Courtesoult (PININGRE dir., 1996, p. 90). Dans le tumulus de « La Loge », un anneau d’un diamètre similaire de forte section est aussi hors contexte, tandis que dans celui des « Gentianes », à La Rivière-Drugeon encore, un anneau de ce type, de faible diamètre, apparaît dans la sépulture 1. Semble-t-il associé à un fragment d’anneau creux, son contexte est toutefois mal assuré (BICHET, MILLOTTE, 1992, p. 48 et fig. 44, n° 5). Celui de la sépulture 2 du tumulus 1 du « Grand Communal » à Bulle accompagne une plaque de ceinture à décor estampé. Son diamètre toutefois – autour de 100 mm – pourrait davantage se rapporter à un bracelet huméral, avec une datation au Ha D2-début D3 (ibid., fig. 66, 71, n° 8).

3.2. Tumulus II des « Poiriers »

32À un peu plus de 250 m au nord du précédent, au sommet de la pente, un autre monticule utilisé comme murger d’épierrement était l’objet de remaniements très importants par les agriculteurs. Des buissons venaient d’y être arrachés et le nivellement de la butte était en cours. La fouille de sauvetage alors entreprise a donné l’occasion de mettre en évidence un tertre original qui, malgré les destructions, complète les connaissances sur les modes funéraires et la chronologie des tumulus composant la nécropole de La Rivière-Drugeon.

3.2.1 Structure du tumulus

33La dimension du tertre avant le décapage est d’une quinzaine de mètres de diamètre pour une hauteur d’à peine un mètre. À l’est, profitant d’une légère rupture de pente, les agriculteurs ont construit un murger d’épierrement qui s’appuie sur la structure. La fouille mettra en évidence un monument d’une douzaine de mètres de diamètre, l’extension maximale étant due tout à la fois au colluvionnement et à l’utilisation d’un léger relief naturel qui donne de l’importance à la construction (fig. 9).

image

Fig. 9. Le tumulus des « Poiriers » II et l’aménagement autour de la tombe centrale (cliché J.-P. Urlacher).

34L’aménagement de huit couronnes concentriques principales, disposées en encorbellement et organisées autour d’une tombe centrale rectangulaire, donne à ce tumulus un aspect « mégalithique », compte tenu de l’emploi de dalles calcaires soigneusement triées et agencées en fonction de leurs dimensions (fig. 10, 11).

image

Fig. 10. Plan du tumulus des « Poiriers » II avec indication de l’emplacement des sépultures (F. Passard-Urlacher, J.-P. Urlacher).

image

Fig. 11. Schéma d’implantation des couronnes de pierres concentriques et disposition des sépultures (F. Passard-Urlacher, J.-P. Urlacher ; DAO Cs Claude Schmitt).

35Les emboîtements ne sont rompus qu’à l’occasion des installations de sépultures. Ces dernières s’organisent en fonction de la tombe centrale (fig. 12), mais peuvent aussi être plus marginales, installées dans un vide créé entre deux couronnes, comme c’est le cas des sépultures 1 et 3. On peut s’interroger sur la contemporanéité des couronnes externes 7, 8 et de la sépulture centrale, aucun recoupement stratigraphique ne permettant de la démontrer.

image

Fig. 12. Disposition des dalles inclinées à partir de l’emplacement réservé à la sépulture initiale (cliché J.-P. Urlacher).

3.2.2 Les tombes

36Dans ce dispositif en pierres sèches, dont l’aménagement peut avoir été planifié en plusieurs étapes, les tombes superficielles sont mal conservées. Les infiltrations verticales de l’eau au sein de la masse du tumulus ont favorisé la migration des éléments osseux au cours de la décomposition des structures en bois (cercueils) et des sépultures elles-mêmes. En même temps, la destruction mécanique, avec le tassement du tertre, a provoqué la fragmentation des vestiges osseux et leur migration entre les blocs de pierre. Dans un tel environnement, les déplacements verticaux des pièces de squelette, conjugués aux remaniements postérieurs et à l’étalement des vestiges, n’ont bien entendu pas permis de réaliser des observations sur le mode de déposition des défunts, à l’exception des sépultures centrales. Le prélèvement des vestiges osseux a donc été effectué en numérotant tous les éléments ; leur positionnement a permis d’évaluer les déplacements. Cinq sépultures au total ont pu être étudiées, dont deux seulement sont à peu près complètes, les autres étant partiellement remaniées, soit par les travaux ruraux, soit par la réutilisation du monument au cours de la période de Hallstatt.

37L’étude paléobiologique réalisée par Claude Olive a donc été entreprise en adaptant la méthodologie aux contraintes liées à ce mode d’inhumation dans des structures en pierres sèches. En raison de la médiocre conservation des restes humains, cette analyse a par conséquent été limitée, ne permettant ni étude biologique exhaustive, ni étude comparative avec des sites jurassiens de la même période. Le travail s’est effectué par la méthode du dénombrement des os du squelette à partir des fragments osseux. Chaque ensemble a été pesé. Cette approche permet de détecter les pièces anatomiques manquantes ou en déficit par rapport au squelette humain complet. Chaque sépulture ou ensemble hors sépulture a fait l’objet d’une fiche individuelle décrivant en détail les restes étudiés. L’ensemble des données a été rassemblé dans un tableau synthétique (fig. 13). Les cinq tombes ainsi que les restes retrouvés à proximité des sépultures T1 et T5 ont permis de dénombrer cinq individus. Trois sujets – T1, T2, T3 – sont probablement de sexe féminin. Pour les autres aucune diagnose n’a pu être pratiquée. Tous les sujets étaient des adultes ayant dépassé 20 ans. Les âges ont été évalués d’après l’usure dentaire. Les sujets T2 et T3 avaient dépassé 20/25 ans, mais n’avaient pas atteint 50 ans. Les sujets T1, T4, T5 avaient dépassé 50 ans, leur dentition montrait une usure très importante, quelquefois jusqu’à la chambre pulpaire.

image

Fig. 13. Tableau synthétique des restes osseux découverts dans le tertre et dans les tombes (Claude Olive ; DAO Cs Claude Schmitt).

La sépulture 1

38Le décapage manuel de surface et un sondage initial pratiqué au centre du tertre (sondage 1) ont tous deux permis de mettre en évidence des restes osseux étalés par les travaux ruraux. Répartis sur une surface importante (carrés E6, E8, F7, H7 et essentiellement F5, G5, F6, G6, H6), ces ossements épars témoignent de l’appartenance à une sépulture. En effet, parmi eux se trouvait un fragment de bracelet à bossettes saillantes d’un diamètre estimé à un peu plus de 60 mm. Tout près, étaient conservés les fragments d’un bracelet en lignite délité dont le diamètre peut être estimé à plus de 85 mm, avec une hauteur estimée à plus de 40 mm ou au-delà et une épaisseur de 13 mm (fig. 14 B, nos 1 et 2).L’identification des restes humains indique que l’ensemble des vestiges osseux répartis en surface du tertre proviennent d’un même individu, vraisemblablement la sépulture T1, ce qui suggérerait un démantèlement et un étalement des os en direction du nord-ouest vers le centre du tumulus. Beaucoup de ces vestiges appartiennent au crâne, à l’avant-bras gauche et à des éléments de la colonne vertébrale ainsi qu’à une partie des jambes droite et gauche.

image

Fig. 14. Mobilier des tumulus des « Poiriers » I (A) et II (B-E). A. Bracelets en bronze des « Poiriers » 1 ; B. sépulture T1, nos 1 et 2 ; C. sépulture T3, nos 1, 2 a-b ; D. sépulture T4, nos 3, 4, 6 ; E. sépulture T5, n° 1 (échelle 1/2) (F. Passard-Urlacher ; DAO Cs Claude Schmitt).

39La localisation primaire de la sépulture T1a néanmoins pu être relevée un peu plus au sud. Très superficielle, elle ne conserve en effet qu’une partie du squelette, mais laposition des vestiges osseux suggère une installation endécubitus dorsal. Pratiquement orientée est-ouest, elle est aménagée entre les couronnes de pierres 1 et 3 ; superposée à des dalles de la couronne 2, elle est encadrée de dalles obliques de grandes dimensions (fig. 15).La décomposition du cercueil et du corps entre ces blocs, sans matrice de sédiments compacts, a provoqué d’importants déplacements verticaux des ossements du squelette post-crânien, quelques éléments du crâne ayant été protégés par une pierre plate. Une partie gauche de la sépulture est cependant restée partiellement dans la loge qui lui avait été aménagée. On peut attribuer à des déplacements postérieurs, et peut-être en partie aux travaux ruraux, la présence des os du bras et de l’avant-bras à proximité de la sépulture. N’est pas exclue la possibilité d’un déplacement par des animaux fouisseurs, puisque des traces de morsures sont relevées sur ces parties de squelette. Les ossements de rongeurs sont en effet très abondants sur le site. Les deux fragments d’un ou deux bracelets à bossettes découverts dans le même espace indiquent la présence d’une ou deux parures au diamètre estimé à un peu plus de 60 mm avec une section fine de 2,5 mm par 2 mm (fig. 14, n° 32 et G6).

image

Fig. 15. Plan de la sépulture T1 des « Poiriers » II et de la réduction T2 (F. Passard-Urlacher ; DAO Cs Claude Schmitt).

Anthropologie (C. O.) ( fig. 13)

40Après l’analyse des vestiges osseux de la tombe elle-même et de ceux retrouvés hors sépulture, il s’avère que ces derniers sont à associer au sujet de la tombe T1. L’ensemble du squelette n’est cependant pas présent.

41- Crâne : la calotte crânienne est incomplète, ainsi que la face. Une partie de la mandibule et quelques dents supérieures et inférieures sont présentes.
- Cage thoracique : absence d’une grande partie des vertèbres et des côtes et de toutes les sternèbres.
- Ceinture scapulaire : absence des deux omoplates et de la clavicule gauche.
- Membres supérieurs : un fragment de diaphyse d’humérus a été grignoté par des rongeurs. Mains : absence des os du carpe (poignet), de trois métacarpiens et de presque toutes les phalanges (quatre sur quatorze).
- Bassin : absence de l’os iliaque droit et de presque tout l’ensemble du sacrum.
- Rotules : absentes.
- Pieds : l’ensemble des os des pieds est absent.

42Ces éléments appartiennent à un individu adulte, âgé de plus de 50 ans, d’après l’usure des dents permanentes présentes. La diagnose sexuelle donne une large possibilité au sexe féminin. Les restes identifiés représentent 188 fragments appartenant à trente-deux éléments anatomiques pour un poids de 936 g. Les restes osseux non anatomiquement reconnus appartiennent tous à des esquilles d’os longs. Les 221 fragments pèsent environ 230 g, ce qui donne un poids moyen d’1 g par esquille. Le poids total des restes humains contenus dans cette sépulture est d’environ 1170 g.

La sépulture 2

43La sépulture T2 est en réalité une réduction de sépulture installée au-dessus des dalles qui masquent le crâne de la sépulture centrale (fig. 15). Elle a été détectée en H6-7 au même niveau de décapage que celui de la fouille de la sépulture T1. Les os, assez bien conservés, semblent avoir été rassemblés sur une surface qui n’atteint pas 1 m2 : crâne, bassin, jambes et fragments du tronc.

Anthropologie (C. O.) ( fig. 13)

44Une grande partie des éléments anatomiques est absente.
- Crâne : aucun élément du crâne et de la face ; seules la mandibule et quelques dents inférieures et supérieures sont présentes.
- Cage thoracique : on constate un grand déficit des côtes et des vertèbres et l’absence des sternèbres.
- Ceinture scapulaire : absence des clavicules et de l’omoplate gauche.
- Membres supérieurs : les deux humérus gauche et droit ainsi que les os (radius et ulna) de l’avant-bras gauche n’ont pas été identifiés. Mains : absence des os du carpe, seuls deux métacarpiens sur dix ont été identifiés, toutes les phalanges sont absentes.
- Membres inférieurs : le fémur gauche, les deux rotules, les deux tibias et le péroné gauche n’ont pas été identifiés. Pieds : absence de tous les os des pieds.

45Les restes retrouvés dans cette sépulture appartiennent à un sujet probablement féminin, dont l’âge se situe entre 25 et 45 ans d’après l’usure dentaire. Les dents présentes sont peu usées (5 pour M1, 4 pour M2 et 3+ pour M3, d’après les tables de B. R. Brothwell, 1972).

46Les restes identifiés représentent 50 fragments appartenant à dix éléments du squelette pour un poids global de 357 g. Quatorze fragments, d’un poids total de 21 g, restent indéterminés ; ils appartiennent à des os longs. Ce sont des esquilles qui ont un poids moyen de 1,5 g. Le poids total des restes humains contenus dans cette tombe est d’environ 380 g.

La sépulture 3

47La sépulture T3 est la plus excentrée avec une orientation sensiblement est-ouest également ; son aménagement utilise l’espace entre les couronnes périphériques 6 et 7 et le fond de la tombe a été aplani (fig. 16). La faible largeur de ce locus et la position des ossements suggèrent un contenant étroit dans un espace non colmaté. Les déplacements des os, très fragmentés, pourraient aussi suggérer que toutes les parties du squelette n’étaient pas sur un même plan au moment de la décomposition, par exemple dans un cercueil monoxyle étroit. L’installation du squelette en décubitus dorsal, le crâne à l’est, sur la rupture de niveau entre le tertre et le sol naturel, a malheureusement provoqué « l’arrachage » de la partie gauche du squelette par les engins agricoles.

image

Fig. 16. Plan de la sépulture T3 (F. Passard-Urlacher ; DAO Cs Claude Schmitt).

Fig. 17. Les fibules fragmentées découvertes au niveau du crâne de la sépulture T3 (cliché J.-P. Urlacher).

48Le costume funéraire a aussi souffert de cette topographie, puisque la plaque de ceinture portée par la défunte est très mutilée. Au niveau du crâne, deux fibules ont été localisées. Ces fibules serpentiformes à arc en ruban ont une longueur totale supérieure à 85 mm. Le disque d’arrêt biconique a un diamètre de 20 mm (fig. 14 C, n° 2a et n° 2b et fig. 17). La plaque de ceinture en tôle de bronze, incomplète, se présente sous la forme d’un bandeau étroit (L conservée : 108 mm ; l. : 52 mm) (fig. 14 C, n° 1). L’extrémité préservée est consolidée par une barrette transversale permettant l’insertion de petits rivets à tête plate destinés au maintien de la plaque sur un support en matière périssable. Le décor comporte quatre groupes longitudinaux de très fines lignes incisées alternant avec des plages lisses, le champ central étant à peine plus large.

Anthropologie (C. O.) ( fig. 13)

49Il s’agit d’un individu probablement féminin, de plus de 20 ans et de moins de 50 ans, d’après l’usure dentaire. Les dents sont moyennement usées. L’usure des molaires – supérieures et inférieures – est de 5 pour les M1, 4 pour les M2, et 4 pour les M3, d’après les tables de D. R. Brothwell (1972).

50- Crâne : la calotte crânienne et la face sont incomplètes ; la mandibule n’est signalée que par deux fragments ; les 32 dents sont présentes.
- Cage thoracique : pas de vestiges de vertèbres et de sternèbres, grand déficit des côtes. Aucune épiphyse d’os long n’a été repérée.
- Membres supérieurs : les os du bras (humérus) sont absents ; les os de l’avant-bras (radius et ulna) ne sont présents que par des éléments de diaphyse. Mains : aucun élément reconnu.
- Membres inférieurs : les os sont tous représentés par des fragments de diaphyses, les rotules sont absentes. Pieds : pas d’éléments reconnus.

51Les restes identifiés représentent 169 fragments pour dix-huit éléments du squelette, pour un poids de 544 g. Les 198 fragments non attribués ont un poids de 290 g, ce qui donne pour une esquille un poids moyen de 1,5 g. Le poids total des restes humains contenus dans cette sépulture est de 834 g.

La sépulture 4

52La sépulture T4, avec une orientation approximativement est-ouest quelque peu déviée, occupe le secteur central du tumulus. Elle se superpose à une fosse plus ancienne masquée par des pierres de gros calibre. Le contour de cette dernière est toutefois nettement dessiné par la disposition en épis de dalles calcaires (fig. 18 et 19).

image

Fig. 18. Plan de la sépulture T4 (F. Passard-Urlacher ; DAO Cs Claude Schmitt).

Fig. 19. Détail de la sépulture T4 au niveau de la main et du fémur droit, avec l’emplacement des bracelets. L’image rend compte de la fragmentation des pièces osseuses du squelette (cliché J.-P. Urlacher).

53Le squelette T4 est en décubitus dorsal, le crâne à l’est. Sur le côté droit, un alignement de pierres marque la limite de la sépulture. Le basculement de la première couronne vers le centre a provoqué l’écrasement des ossements du côté gauche du squelette.

54La personne inhumée portait au poignet droit un bracelet en « lignite » (diamètre : 52 mm ; l. : 20 mm, épaisseur : 8, 5 mm) et un bracelet à bossettes en bronze. Ce dernier a un diamètre de 66 mm et une section circulaire à aplatie autour de 2 mm. Une petite perle sphérique en ambre (diamètre : 5 mm) a été retrouvée au niveau du sternum. Un fragment de fer non identifié a également été retrouvé au niveau de l’abdomen(fig. 14 D, nos 3, 4 et 6).

55Sur le côté gauche de la tombe, à proximité du crâne, mais sur la partie externe des dallettes qui limitent la fosse, un rasoir en bronze provient selon toute vraisemblance des perturbations de l’inhumation inférieure (fig. 14 E, n° 1 et fig. 18).

Anthropologie (C. O.)(fig. 13)

56C’est un individu de sexe indéterminé de plus de 55 ans d’après l’usure dentaire. Sur la partie droite d’un fragment de maxillaire, on remarque la présence de C, P1, P2, M1 et M2. Sont aussi décomptés un fragment d’une prémolaire supérieure, quatre incisives supérieures (deux gauches, deux droites) isolées et très usées, une M2 gauche, également totalement usée. Deux fragments d’une mandibule sont aussi présents, côté gauche et côté droit. Le fragment de mandibule droite porte sept dents, de 11 à M2, I1, I2 et M1, usées jusqu’au collet. La canine et les prémolaires laissent apparaître la dentine. Le fragment de mandibule gauche porte trois dents (P2, M1 et M2). M1 est totalement usée et partagée en deux parties. Deux incisives sont présentes hors de la mandibule. L’usure des dents – supérieures et inférieures – se situe entre 6 et 7 d’après les tables de D. R. Brothwell (1972). Bien que très fragmentés, les os des membres sont tous identifiés, excepté les deux péronés.

57- Crâne : la calotte et la face sont incomplètes.
- Ceinture scapulaire : seuls quelques fragments d’une omoplate et d’une clavicule sont identifiés.
- Mains : les os du carpe sont absents ; sont présents trois fragments de métacarpiens sur dix et quatre phalanges sur un total de vingt-huit.
- Membres inférieurs : seuls les péronés n’ont pas été identifiés ; les rotules sont absentes. Pieds : deux os du tarse sur un total de quatorze éléments ont été identifiés ainsi que deux fragments de deux métatarsiens sur dix ; aucune phalange n’a été repérée.
À propos des phalanges, deux fragments sont signalés, mais leur état ne permettait pas de les attribuer aux mains ou aux pieds. Ainsi, sur un total (mains et pieds réunis) de 56 phalanges, seules six sont comptabilisées.

58Le sexe de cet individu âgé de plus de 50 ans n’a pu être diagnostiqué. Les 139 restes identifiés, d’un poids d’environ 506 g, représentent vingt-sept éléments anatomiques. Le poids moyen d’une esquille non anatomiquement identifiée représente environ 1 g.

La sépulture 5

59Latombe centrale T5 a été aménagée dans la roche calcaire en place, qui a été surcreusée d’une dizaine de centimètres en moyenne afin d’obtenir un fond régulier (fig. 11). Il s’agit d’une vaste fosse rectangulaire longue de 2,20 m pour une largeur de 1,20 m. Son aménagement est-ouest a dirigé l’organisation de l’ensemble du tertre en couronnes concentriques, ellipsoïdales plus que véritablement circulaires. Les dalles latérales forment un entourage régulier qui devait avoir à l’origine une forme de dôme surplombant. Ce dernier s’est affaissé vers le centre sous la pression verticale. Un décapage intermédiaire a été réalisé au-dessus de cette structure centrale, avec un prélèvemement des vestiges osseux répartis en H6, F6 et G6.

60La sépulture T5, pour laquelle semble avoir été construit le tertre, est orientée différemment des sépultures postérieures : la tête du défunt se trouve à l’ouest (fig. 20).Le squelette repose sur le côté droit. Le crâne a basculé du même côté et les vertèbres cervicales sont restées en connexion. Les bras sont disposés le long du corps en parallèle à la colonne vertébrale qui a été déviée par l’affaissement des dalles supérieures. La jambe gauche est repliée sur la jambe droite, elle-même fléchie (fig. 21). Cette position n’est peut-être pas celle du dépôt de l’inhumation, le squelette se trouvant repoussé sur le côté nord. Une telle disposition pourrait coïncider avec une manipulation de la sépulture pour pratiquer une inhumation postérieure, mais peu éloignée dans le temps, à savoir la sépulture T4, qui se loge dans l’espace ainsi libéré.

image

Fig. 20. Plan de la sépulture T5 (F. Passard-Urlacher ; DAO Cs Claude Schmitt).

Fig. 21. La sépulture T5 et son positionnement dans la fosse centrale du tertre (cliché J.-P. Urlacher).

61La disposition en tête-bêche de deux inhumations successives au centre d’un tertre est notamment observée dans le tumulus 10 des Moidons (PININGRE, GANARD et alii, 2004, p. 340). La découverte du rasoir des « Poiriers » II, dépôt typiquement masculin, dans le niveau supérieur à l’extérieur de l’emplacement dédié à la sépulture féminine T4, favorise donc cette interprétation. Il est possible de supposer que l’espace « vide » observé dans la chambre funéraire primitive n’est autre que le négatif d’un aménagement ou d’une offrande disparus, récupérés ou plus simplement non conservés s’ils étaient constitués de matériaux périssables. L’éventuelle manipulation de la dépouille primaire n’est pas à exclure. Aucun indice ne permet néanmoins d’en décider. Quant à lui, le dépôt d’une offrande unique – un rasoir – est courant dans certaines catégories de sépultures masculines hallstattiennes. Cet objet de toilette de la sépulture T5 présente une forme demi-circulaire à dos droit, de 64 mm de long pour une largeur de 34 mm. Il est orné au centre d’un ajour circulaire cantonné de deux formes triangulaires (fig. 14, E n° 1).

Anthropologie (C. O.) (fig. 13)

62Le sujet est de sexe indéterminé, de plus de 55 ans d’après l’usure dentaire. Deux fragments de mandibule sont présents. La partie gauche porte une P2 et trois molaires très usées ; l’émail a disparu, la chambre pulpaire apparaît sur M1 et M2. La partie droite porte la canine, les deux prémolaires et M3, cette dernière est très usée. Hors des alvéoles sont dénombrés : une incisive supérieure, une canine supérieure, trois fragments de trois prémolaires supérieures, deux fragments de deux molaires supérieures, trois incisives inférieures et 1 P1 inférieure gauche. Toutes ces dents – supérieures et inférieures – sont très usées, les molaires étant plus abrasées que les autres dents. L’usure se situe entre 6 et 7 d’après les tables de D. R. Brothwell (1972).

63Les restes osseux prélevés au-dessus de la tombe sont à associer aux ossements prélevés dans la sépulture même.
- Crâne : la calotte crânienne et la face sont incomplètes. Presque toutes les dents sont présentes et certaines sont tombées avant la mort comme M1 et M2 de la partie droite de la mandibule.
- Cage thoracique : grand déficit des côtes et des vertèbres.
- Ceinture scapulaire : aucun élément repéré.
- Membres supérieurs : seuls quelques fragments du cubitus droit ont pu être identifiés. Mains : aucun os du carpe, trois fragments de trois métacarpiens gauches et une phalangine ont été identifiés.
- Membres inférieurs : pas d’élément du fémur et du péroné droits identifiés ; les rotules sont absentes.
Des traces de grignotage par des rongeurs sur le fragment de diaphyse du fémur gauche. Pieds : aucun os du tarse ; un métatarsien sur dix est présent ainsi qu’une phalange. Mains et pieds : quelques fragments appartenant à six phalanges non anatomiquement identifiées.

64Au total 171 restes ont été identifiés, pesant environ 653 g et attribués à vingt et un éléments anatomiques. Parmi les 98 fragments non anatomiquement reconnus, 75 avaient été classés comme « membres inférieurs » au moment du prélèvement en raison du positionnement de ces restes. Étant donné leur état de conservation très médiocre et leur état fragmentaire (le poids moyen de ces éléments est de 2 g environ), leur étude s’est trouvée très limitée, malgré les observations faites en cours de fouille. Le poids total des restes humains est de 828 g.

3.2.3. Les sépultures du tumulus II des « Poiriers » dans le contexte hallstattien

65L’analyse typologique du mobilier d’accompagnement des inhumations de ce tertre permet de dresser à la fois le cadre chronologique de son utilisation et sa représentation sociale et culturelle.

Les parures annulaires

66Les bracelets sont représentés par différents modèles.
Trois ou quatre exemplaires fragmentés ou incomplets correspondent à des bracelets à bossettes. Ils proviennent de plusieurs secteurs de fouille du tumulus. Découverts à proximité l’un de l’autre au contact des pièces déplacées du squelette de la sépulture T1, le fragment n° 32 et celui du carré G6 pourraient avoir appartenu à la même parure ou éventuellement à un autre bracelet de même type(fig. 14 B, n° 32 et n° G6). Le bracelet à bossettes incomplet retrouvé dans la sépulture T4 correspond à un modèle identique (fig. 14 D, n° 4). Ces parures appartiennent à un type courant, de faible section plus ou moins circulaire avec des bossettes rapprochées. Des exemplaires sont présents dans la Chaux d’Arlier, à Chaffois « La Carrière » I, dans la sépulture 3, ils sont associés à une parure circulaire à anneaux concentriques mobiles. De telles parures sont bien représentées dans le Jura – notamment dans la forêt des Moidons, par exemple dans le tumulus 8 en association avec des brassards-tonnelets et des rouelles – et plus largement jusqu’en Suisse nord-orientale (PININGRE, GANARD et alii, 2004, p. 99, fig. 55, n° 8 et p. 262). Le fragment retrouvé dans le sondage 1 (fig. 14 B, n° 1/sondage 1) appartient à un bracelet à bossettes saillantes larges de 3 mm alternant avec des espaces non décorés, de plus 3,5 mm.Un autre fragment du même type est connu dans une sépulture de Vuillecin « Cotaroz »(BICHET, MILLOTTE, 1992, fig. 22, n° 5) et dans la forêt des Moidons dans des contextes du Ha D1 (PININGRE, GANARD et alii, 2004, p. 263). Dans le tumulus des « Poiriers », ce fragment découvert dans les niveaux de démantèlement en surface du tertre pose éventuellement la question de l’association des deux types de parure – à bossettes saillantes et à petites bossettes rapprochées – dans le costume funéraire de la sépulture T1. Cette fois encore, la parure a été découverte à côté d’un bracelet en « lignite ». Il n’est pas rare en effet de voir ces parures en bronze portées avec des bracelets en « lignite ». Dans la forêt des Moidons, les bracelets à bossettes à crête allongée et cannelure large de la sépulture b du T10 de Parançot côtoient un anneau de lignite large, tandis que six bracelets à bossettes de section plano-convexe s’associent à un brassard en lignite haut avec étain dans la sépulture « n » du tertre de Parançot 1 (ibid., fig. 78, nos 6 à 8 ; fig. 72, n° 5).

67Lesbracelets dits en « lignite » font en effet partie de la panoplie courante des parures hallstattiennes, mais cette appellation recouvre différentes origines de ce matériau, rarement évaluées en l’absence d’identifications pétrographiques suffisantes. Ainsi dans le Jura suisse, à Delémont « En La Pran », les analyses réalisées par Bertrand Ligouis sur des bracelets du même type indiquent qu’il s’agit de schiste bitumineux d’origines géographiques diverses et éloignées, comme la Grande Bretagne et l’Allier (FREI-PAROZ, GAUME et alii, 2012, p. 69). Aux « Poiriers », les bracelets en « lignite » sont représentés par deux éléments. La pièce incomplète découverte dans le sondage 1, assez épaisse, a un diamètre de plus de 85 mm et une hauteur possible entre 40 et 50 mm (fig. 14 B, n° 2). La parure de la sépulture T4 est plus fine et d’un diamètre moindre pour une hauteur de 30 mm (fig. 14 D, n° 3). Selon la classification de O. Rochna (1962), l’exemplaire de la sépulture T4 correspond au type bas dont la hauteur (ou largeur) se situe entre 24 et 40 mm. Celui du sondage 1, possible parure de la sépulture démantelée T1, pourrait éventuellement être rapproché du type moyen, avec une hauteur possible autour de 50 mm. Dans cette sépulture, la parure est associée à un bracelet à bossettes tout comme dans l’inhumation T4. Dans les tumulus de la Chaux d’Arlier, une trentaine de bracelets en « lignite » appartiennent majoritairement aux types bas et moyen. Leur attribution chronologique est assurée par des associations au sein des sépultures et la phase ancienne du Ha C/D1 y paraît la mieux représentée. Dans la forêt des Moidons, les bracelets en « lignite » sont prééminents dans la phase Ha D1 (PININGRE, GANARD et alii, 2004, p. 270). Dans les sépultures des « Poiriers » II, l’association avec des bracelets à bossettes semblerait renvoyer davantage au Ha D1, à l’image de la sépulture b du T10 de Parançot dans la forêt des Moidons (ibid., fig. 78, nos 6 à 8). Dans le tumulus 10 des Moidons (1920 XIII-M), la sépulture « a » affiche un costume avec un ensemble de rouelles, une agrafe de ceinture ovale et une série d’anneaux de cheville en rubans. Le brassard en « lignite » – large de 38 mm pour une épaisseur de 10 mm – y est associé à un bracelet à bossettes espacées (ibid., fig. 56 n° 3). On retrouve des appariements similaires dans la tombe centrale des Moidons 1. Une association avec bracelet en « lignite » large (53 mm) et anneau en bronze à cannelures transversales est observée au bras droit tandis que la défunte porte au bras gauche un bracelet identique à cannelures et un brassard-tonnelet en tôle de bronze. Cette sépulture avec sa parure pectorale ajourée décorée de motifs aviformes et à pendeloques offre l’un des exemples emblématiques du costume jurassien du Ha D1 (ibid., fig. 48 n° 1).

Les fibules

68Deux fibules serpentiformes à arc en ruban à un enroulement et disque d’arrêt plat proviennent de la sépulture T3 (fig. 14 C, n° 2a-b). Elles appartiennent au type S4 A de la classification de G. Mansfeld (MANSFELD, 1973). Avec une longueur de 85 mm et un disque de grand diamètre, marqué ici par un profil biconique symétrique à la jonction du ruban et de l’aiguille, ces modèles trouvent des comparaisons dans des ensembles régionaux (PININGRE, GANARD et alii, 2004, p. 245 ; PININGRE dir.,1996, fig. 98). Des disques de près de 20 mm sont par exemple présents sur des fibules de tombes masculines du tumulus de Courtesoult (sépultures 18 et 45). Dans la sépulture féminine 48 de Courtesoult, une autre variante est cette fois, entre autres, associée à une plaque de ceinture de type Wangen datée du Ha D1 (PININGRE dir., 1996, fig. 95, p. 98). Dans la forêt des Moidons (Parançot T4, sép. e), une fibule serpentiforme avec grand disque d’arrêt à manchon est également associée à une plaque de ceinture décorée au repoussé du type Wohlen, cette fois un peu plus tardive dans le Ha D2 (PININGRE, GANARD et alii, 2004, fig. 75 et p. 139). Les deux fibules des « Poiriers » seraient ainsi plutôt attribuables à la phase Ha D1-D2.

La plaque de ceinture en tôle de bronze de la tombe T3

69La plaque étroite de la sépulture T3offre undécor sobre de fines lignes incisées longitudinales (fig. 14 C, n° 1). Elle paraît figurer dans le même registre décoratif que les plaques de la variante 1 du type Hundersingen (KILIAN-DIRLMEIER, 1972, p. 35, Taf. 16, 17). Néanmoins, ces dernières présentent des nervures longitudinales plus ou moins prononcées caractéristiques, et non des lignes incisées. Un exemplaire de plaque étroite paraît assez proche à Münsingen-Böttingen en Bade-Wurtemberg (ZÜRN, 1987, pl. 260, A1, p. 140). Longue de 246 mm et large de 58 mm, celle-ci présente aussi plusieurs groupes de sillons longitudinaux en léger relief. Le traitement décoratif de lignes serrées évoque également des exemplaires à nervures encadrées de lignes horizontales comme celui d’Allenlüften en Suisse (DRACK, 1958, pl. 1, n° 1).

70Dans la chronologie établie par H. Parzinger, dans l’horizon 7a du Plateau suisse (570/60 à 540/30), les fibules serpentiformes S4 côtoient une plaque étroite décorée de lignes en relief (PARZINGER, 1988, p. 116 et pl. 139, n° 42). Une plaque de même inspiration à Geisenheim, dans la vallée du Rhin, renvoie à une datation similaire du même auteur (ibid., pl. 75, n° 12 et p. 67). L’association de la plaque de ceinture des « Poiriers » avec les deux fibules serpentiformes confirme une datation Ha D1 vraisemblablement dans sa phase finale, à la transition Ha D2.

La perle en ambre de la tombe T4

71Une petite perle en ambre figure dans la sépulture T4 (fig. 14 D, n° 6). Il est difficile d’affirmer qu’elle était isolée ou portée seule en parure, compte tenu de la fragilité de ce matériau et des conditions taphonomiques de la tombe. Ce petit grain sphérique rappelle les perles en ambre de la sépulture 3 du « Grand Communal » 2 à La Rivière-Drugeon (BICHET, MILLOTTE, 1992, fig. 35 n° 25b). Celles-ci étaient portées en association avec un pectoral à rouelles et crotale, des bracelets en « lignite » et en bronze à bossettes, des anneaux de cheville en ruban, un ensemble daté du Ha D1. Les exemples sont multiples dans la plaine de l’Arlier et en font l’un des secteurs hallstattiens franc-comtois les plus représentatifs de l’utilisation de ce matériau, soulignant sans doute le rôle privilégié des échanges au débouché nord de la cluse de Pontarlier (PININGRE dir., 1996, p. 102-103).

Le rasoir de la tombe T5

72Le rasoir ajouré de petite dimension, en bronze, se distingue des exemplaires connus jusqu’ici dans le Jura ou en Bourgogne pour la phase Hallstatt C (fig. 14 E, n° 1).
Cet ustensile de toilette appartient à un ensemble d’objets regroupés sous la dénomination de type Chabestan/Berrias et plus précisément la variante Berrias (JOCKENHÖVEL, 1980, p. 179-180). Les modèles les plus proches de celui de La Rivière-Drugeon proviennent de Berrias « Les Granges » et de Saint-André-de-Cruzières « Les Crès » en Ardèche, tous deux trouvés dans des tombes réutilisant un dolmen (ibid., pl. 36, nos 688 et 689). De fait, la répartition de ce modèle dans le sud de la France, en rive droite de la vallée du Rhône, est à remarquer. Dansla région de Castres, au sein de la nécropole du Martinet formée de sépultures en fosse à inhumations et crémations, un exemplaire présente une forme ajourée à dos concave, le type 19 des rasoirs trouvés en Midi-Pyrénées (GIRAUD et alii, 2003, fig. 163, n° 10, T14.7). Plusieurs sépultures de la même nécropole sont également munies de différentes autres formes de rasoir. Ces pièces se rapportent à l’ensemble des types reconnus pour la phase ancienne de la période hallstattienne. Le rasoir de type Berrias (ou une variante) de la sépulture du Martinet se situe dans la phase III qui débute vers 725 av. J.-C. pous se terminer vers 675 avant J.-C. (GIRAUD et alii, 2003, fig. 166 et p. 180). Dans la Chaux d’Arlier, les comparaisons chronologiques sont à rechercher avec les rasoirs de Dompierre-les-Tilleuls « Les Bossus » 1, et « Planquecet » 1, deux rasoirs ajourés avec anneau de suspension (BICHET, MILLOTTE, 1992, fig. 17, n° 13 et fig. 19, n° 3). Ils appartiennent au type Magny-Lambert fréquent en Franche-Comté au Hallstatt ancien (Fay-en-Montagne, Vaux-lès-Saint-Claude dans le Jura par exemple) et en Bourgogne (JOCKENHÖVEL, 1980, pl. 37). La répartition de ces deux types de rasoirs – Berrias et Magny-Lambert – semble plaider pour des ateliers locaux dans le sud de la France ainsi que dans le domaine jurassien et bourguignon. La présence du type « méridional » dans une sépulture du massif du Jura laisserait supposer des échanges avec ce domaine ou l’existence d’une inspiration locale. Par ailleurs, la signification de la présence de cet ustensile de toilette en offrande unique ou d’accompagnement dans les sépultures de l’Âge du Bronze, puis du début de l’Âge du Fer, a été l’objet de réflexion par différents auteurs dont A. Jockenhövel (1980, p. 31 ; PININGRE dir., 1996, p. 104).

73Le tumulus II des « Poiriers », malgré les dégradations subies en raison des différents facteurs décrits ci-dessus, constitue donc un jalon supplémentaire pour la compréhension des nécropoles réparties dans ce secteur de l’Arlier. Ce petit monument est situé au centre des nécropoles réparties sur les reliefs qui dominent au nord la vallée du Drugeon et se trouve excentré par rapport aux nécropoles à tertres groupés comme ceux de Chaffois « La Censure » et de Dompierre-les-Tilleuls « Planquecet » (fig. 2). Toutefois, cette observation doit être nuancée dans la mesure où des tertres ont pu être détruits et d’autres partiellement encore préservés, comme le démontrent ces interventions de fouille. Avec un diamètre conservé d’à peine plus d’une dizaine de mètres, le tertre II des « Poiriers » figure parmi les monuments de taille réduite répertoriés dans la Chaux d’Arlier, où seuls deux monuments dépassent 20 m de diamètre (Chaffois « La Censure » 1 et 3) et un autre 15 m de diamètre (Dompierre-les-Tilleuls « Les Bossus »). Neuf autres se situent entre 15 et 12 m, une douzaine – parmi lesquels les « Poiriers » II – ont un diamètre de 12 à 10 m et enfin quatre autres ont une dimension inférieure. Les deux monuments les plus imposants correspondent aux tertres les plus anciens destinés à l’origine à un seul individu de rang élevé. Celui des « Bossus » doit vraisemblablement sa dimension aux réutilisations successives. Cependant l’analyse des phases de réutilisation – et donc du recrutement des inhumés – souffre de l’absence d’étude anthropologique sur la série des tertres fouillés entre 1964 et 1986.

74En dehors des sépultures protohistoriques les plus anciennes datées de l’Âge du Bronze, certaines, comme la sépulture 1 du tumulus 1 de « Planquecet », relèvent de la transition avec la période hallstattienne dans la seconde moitié du IXe siècle avant J.-C., dans la phase Ha B3 récent. Une sépulture à rasoir en bronze ajouré de type Magny-Lambert lui succède dans ce tertre (BICHET, MILLOTTE, 1992, fig. 19, n° 3 ; DUNNING, PININGRE, 2009, p. 338). Dans la même nécropole, le tertre 4 était dédié à une inhumation masculine avec épée de Gundlingen datée du début du Ha C. Non loin de là, dans le tumulus 1 des « Bossus, » réutilisé jusqu’à la période de La Tène, un autre rasoir en bronze du même type qu’à « Planquecet » accompagnait apparemment la sépulture centrale du Ha C (BICHET, MILLOTTE, 1992, fig. 17, n° 13). La sépulture centrale T5 des « Poiriers » II, avec son rasoir en bronze de type Berrias, se situe au sein de l’ensemble formé par les nécropoles de Dompierre-les-Tilleuls et de La Rivière-Drugeon. Elle constitue elle aussi l’une des sépultures masculines représentatives du Hallstatt ancien, peut-être un peu plus tardive au Ha C récent, avant l’adoption généralisée de rasoirs en fer. Les élites locales, au cours de cette période, succédent ainsi à des lignages de statut élevé. Cette situation semble se pérenniser à la fin du Hallstatt ancien (Ha C2), puis moins ostensiblement au Hallstatt D1. En effet, même si son appartenance à une sépulture masculine est discutée (MILCENT, 2013) – malgré toutes les réserves imposées par les conditions de fouille –, le pommeau d’épée de type Mindelheim de Chaffois « La Censure » 3 manifeste la qualité sociale de la tombe et l’existence d’une sépulture masculine privilégiée, peut-être détruite. Dans le tumulus 4 du « Grand Communal » à La Rivière-Drugeon, la sépulture la plus ancienne, au centre du tertre, est dotée elle aussi d’un rasoir en forme de demi-luneen bronze, dont le dos irrégulier pourrait suggérer une réutilisation. Cet exemplaire rappelle le type de rasoir associé à une sépulture à épée en bronze de type Gundlingen à Sundhoffen en Alsace. C’est avec une épée en fer qu’un rasoir similaire est aussi déposé dans une sépulture à Magny-Lambert en Bourgogne par exemple(BICHET, MILLOTTE, 1992, fig. 41, n° 1 ; JOCKENHÖVEL, 1980, p. 195). Dans le secteur de La Rivière-Drugeon, non loin des tertres du « Grand Communal », la découverte d’un rasoir en fer en forme de croissant dans un tertre démantelé (T dit du « Fer à Cheval ») confirme la stabilité de l’élite masculine un peu plus tardivement, ainsi que le suggèrent d’autres découvertes franc-comtoises. Celui de la sépulture 15 de Courtesoult, d’un modèle comparable à dos concave et extrémités équarries, est associé à une fibule à pied redressé décoré en boule du Ha D avancé (PININGRE, GANARD et alii, 2004, p. 301-302). Jusqu’ici les sépultures à rasoir de la Chaux d’Arlier se concentrent à l’amont de la vallée du Drugeon (fig. 22).

image

Fig. 22. Répartition des sépultures à rasoir de la Chaux d’Arlier et indication des tombes avec épée ou avec élément d’épée (F. Passard-Urlacher ; DAO Cs Claude Schmitt).

75En effet, ces inhumations des « Bossus » à Dompierre, du « Grand Communal » et des « Poiriers » à La Rivière-Drugeon s’individualisent en marge du secteur de franchissement de la vallée du Drugeon et de la nécropole groupée de « Planquecet ». Cette répartition lâche, éloignée des nécropoles groupées, a été soulignée antérieurement pour s’interroger sur un pyramidage plus accentué de la communauté, avec une hiérarchie des dépôts dans les tombes fondatrices. La densification de ces tertres avec sépulture à rasoir pourrait tout autant souligner une appropriation du sol par un plus grand nombre d’individus, révélant une désagrégation éventuelle de la strate sociale dominante(GANARD et alii, 1992, p. 59).

76La réutilisation du tertre des « Poiriers » II, peu après au Ha D1, marque la continuité de l’utilisation depuis le Ha C, particularité partagée avec la Suisse occidentale. Succédant à une tombe masculine, l’installation d’un personnage féminin en position centrale (sépulture T4) reflète par ailleurs la tendance générale au sein des nécropoles jurassiennes et plus largement dans tout le domaine hallstattien. Apparemment, la parure conservée (bracelet en « lignite » et anneau en bronze à bossettes) y traduit soit la modestie relative du statut social des inhumations de ce tertre, soit la disparition de pièces de costume à la suite des arasements du monument. La présence d’une sépulture féminine T1, avec une parure de même type, dans l’environnement de ces deux tombes centrales, montre également l’attraction des sépultures initiales en dépit de la discrétion apparente des offrandes. On ne peut exclure une hiérarchie possible des statuts sociaux, non plus au sein d’un même tertre, mais d’un monument à un autre. D’autres codes de stratification sociale ne sont pas à écarter, comme celui des architectures funéraires, plus délicat à appréhender. Cependant, la sériation des sépultures du Ha D du Jura (PININGRE, GANARDet alii, 2004, p. 312, fig. 115, 116) ne laissant pas voir de sépultures de moins de trois objets dans les ensembles les plus anciens du groupe 1a, le tertre des « Poiriers » offre quant à lui un assemblage réduit, peut-être amputé d’une partie des parures des défuntes.

77La réutilisation du tertre en périphérie par la sépulture féminine T3 au Ha D1-D2 montre également la tendance observée dans les nécropoles de l’Arlier et plus largement jurassiennes (GANARD et alii, 1992, p. 52-53). Par ailleurs, le costume associant fibules serpentiformes à arc plat et plaque de ceinture s’intègre au groupe II de la sériation jurassienne, attestant une affinité sensible avec les sépultures à plaque lisse de Courtesoult et des Moidons (Parançot 9d). L’appartenance au début du Ha D2 est possible en regard de l’ensemble de Parançot 4/e, où sont associées une fibule serpentiforme et une plaque décorée au repoussé de type Wohlen, comme remarqué précédemment (PININGRE, GANARD et alii, 2004, p. 317, fig. 115, 117). La durée d’utilisation de ces costumes peut aussi se poser en fonction de l’âge des inhumées. Âgée de plus de 55 ans, la défunte T3 des « Poiriers », ainsi parée, rejoint le cortège des femmes de l’Arlier dépositaires de ce nouveau costume funéraire. La préférence va désormais à une mode généralisée au domaine hallstattien occidental. Elle succède aux parures typiquement jurassiennes avec brassards-tonnelets, disques ajourés, telles qu’a pu les arborer une femme de Chaffois « La Carrière » II par exemple. La sépulture T3 des « Poiriers » II, avec sa plaque de ceinture, se démarque par ailleurs des autres défuntes inhumées sans cet accessoire dans les tumulus les plus proches, « Les Gentianes », « La Décharge » 1 et 2 et « La Loge ». Au sein d’un autre groupe de tertres un peu plus éloignés sur cette crête calcaire de La Rivière-Drugeon, seules deux femmes des tumulus 2 et 3 du « Grand Communal » témoignent de l’adoption des ceintures à plaques décorées des types Cudrefin et Brumath (BICHET, MILLOTTE, 1992, fig. 33, n° 1 et 40, n° 6). La datation proposée par I. Kilian-Dirlmeier au Ha D2 pour la première est vraisemblable ; pour la seconde, l’appartenance au D3 ne semble pas suffisamment argumentée par un ensemble clos fiable (KILIAN-DIRLMEIER, 1972, p. 49, 51). Il n’est pas impossible que la défunte de la sépulture T3 des « Poiriers » II figure parmi les initiatrices de cette mode au sein de l’ensemble des tertres de ce secteur. Toutefois, un peu plus à l’ouest, une autre femme était inhumée dans le tertre des « Bossus » 1 à Dompierre-les-Tilleuls (BICHET, MILLOTTE, 1992, fig. 18, n° 25). Elle portait une plaque de ceinture étroite décorée au trémolo de type Kappel, datable de la fin du Ha D1, qui paraît préfigurer aussi la mode à venir (KILIAN-DIRLMEIER, 1972, p. 43).

4. Nécropoles, habitats et organisation territoriale : un bilan toujours contrasté

78Au terme de cette évocation des travaux de mise à plat des données sur la Chaux d’Arlier, il est permis de revenir au bilan actualisé des périodes protohistoriques identifiées. Ainsi, contrairement à la région salinoise, l’Âge du Bronze anciendemeure peu connu dans la plaine de l’Arlier, bien qu’il soit au cœur de modifications sociales qui verront la naissance de chefferies et de classes sociales hiérarchisées. Seules de rares sépultures (La Rivière-Drugeon/tumulus de « La Vierge »), significatives néanmoins, ou des trouvailles anciennes isolées (Doubs, Courvières) témoignent en effet de cette période. L’Âge du Bronze moyen, puis le Bronze final apparaissent, contrairement aux idées reçues, très présents dans cette zone de la Franche-Comté, bien que la documentation fasse état de trouvailles souvent sans contexte. Les fouilles des tumulus de la Chaux d’Arlier laissent penser que ces périodes restent méconnues faute d’une recherche approfondie, ce que soulignent sans doute les découvertes récentes de dépôts d’objets métalliques sur les premiers plateaux aux environs d’Amancey par exemple. La proximité, côté suisse, de sites appartenant aux mêmes phases chronologiques invite à rechercher les relations existant avec les cultures plus septentrionales d’Allemagne, par exemple, ou encore à définir quelles évolutions culturelles peuvent être à l’origine de modifications des gestes funéraires (inhumation, crémation) (DAVID-ELBIALI, 2000, fig. 37, 38, p. 328, 331). De plus, sur le versant est du Jura, au contrôle du passage transversal obligé, le Châtel d’Arruffens témoigne de la présence d’un habitat fortifié, occupé au Bronze moyen (BzC/D) puis abandonné ensuite au Bronze récent. Il signale sans doute le développement d’un contrôle organisé des axes d’échange au sein de ces territoires de montagne dès cette période. Il confirme, avec d’autres sites d’habitats, des sépultures et des dépôts, un peuplement relativement dense des versants jurassiens (DAVID-ELBIALI, PAUNIER et alii, 2002, p. 44). Un peu plus au nord, en Ajoie, dans le canton du Jura, de récents bilans, s’appuyant sur les travaux autoroutiers de la Transjurane, apportent progressivement un éclairage tant méthodologique que culturel sur l’occupation de l’Arc jurassien. Ils montrent aussi la difficulté de mettre en évidence l’organisation des sites d’habitat du début du Bronze moyen, tandis que les données sur la fin de cette période s’étoffent peu à peu. Pour le Bronze final, mieux représenté, la généralisation de la construction des maisons sur sablières, souvent sans trous de poteau, est relevée, de même que l’impact accentué de l’homme sur l’environnement (GAUME, 2012 ; FREI-PAROZ et alii, 2013, p. 147-151). L’habitat de Quitteur en Haute-Saône offre pour la même période une base utile à l’analyse spatiale des vestiges qui peuvent être vraisemblablement mieux observés en plaine alluviale là aussi. Tous ces témoins, dans la proximité plus ou moins immédiate de la zone d’étude de l’Arlier, invitent sans doute à vérifier des hypothèses telles que l’évolution sur place des populations installées de longue date sur les plateaux franc-comtois. Depuis la parution des actes du colloque de Strasbourg de 1988 (PÉTREQUIN et alii, 1989), le bilan régional récemment proposé par V. Ganard et J.-F. Piningre pour analyser le passage du Bronze moyen au Bronze final ouvre sur de nouvelles perspectives (PININGRE, GANARD, à paraître), alimentées par des inventaires actualisés et les données des fouilles récentes, en milieux funéraires, domestiques ou autres. Les résultats des fouilles du site de hauteur du Bramont à Belfort offrent de plus l’opportunité d’affiner les données chrono-culturelles et les réflexions sur les fonctions, les évolutions des aménagements fortifiés de l’Âge du Bronze. D’ores et déjà, les secteurs de contrôle des voies de communication paraissent signaler, avec la présence de sépultures ou celle de sites de hauteur, les mutations sociales et économiques en lien avec la diffusion d’influences externes à la région (PININGRE, CHAUVIN, 2007, fig. 7, p. 172).

79Au premier Âge du Fer, dans le secteur pontissalien, la réutilisation des tertres du Bronze ancien, des phases récentes du Bronze moyen et du début du Bronze final comme la présence de tombes de la fin de l’Âge du Bronze final plaident en faveur d’une stabilité du peuplement révélée par les nécropoles sous tumulus. Les ensembles de la Chaux d’Arlier offrent l’image d’une société hiérarchisée fortement impliquée dans un réseau de relations commerciales intenses à l’échelon de l’Europe jusqu’au début du second Âge du Fer (MANSUY, PASSARD-URLACHER dir., 2014). Ces communautés essaimées sur l’ensemble des plateaux jurassiens entretiennent, entre autres, des liens de dépendance ou d’échange commerciaux et sociaux avec des groupes princiers d’Allemagne du Sud et de Suisse, alors jalons économiques avec le monde méditerranéen étrusque et grec. Il reste à démontrer la soudaine expansion de l’occupation du sol vers 600 av. J.-C. puis le déclin vers 450 av. J.-C. La région de Salins avec la citadelle hallstattienne du « Camp du Château », proche d’une trentaine de kilomètres, constitue alors un point clé pour toute la zone située dans un triangle compris entre Pontarlier, Amancey et Salins. L’exploitation des sources salées et le contrôle d’un axe de communication essentiel au Jura justifieraient clairement cette position dominante. Mais en dehors de la proximité toute relative du site de hauteur du « Camp du Château » à Salins, il est évident que malgré les multiples interventions archéologiques, la mise en évidence des habitats reste, là encore, infructueuse. Il n’est pas impossible que les types d’architectures mis en œuvre au cours des périodes protohistoriques rendent leur détection difficile, les facteurs d’érosion ayant largement diminué la conservation de structures sur semelles ou sablières par exemple. La distribution spatiale des nécropoles nous a en outre laissé penser que l’habitat n’était pas forcément concentré, mais qu’il pouvait aussi être réparti en petites unités territoriales (GANARD et alii, 1992). Les approches récentes réalisées à partir de fouilles de sites de hauteur et d’habitats ouverts montrent des organisations et des partages territoriaux vraisemblablement codifiés, hiérarchisés et complexes en fonction du statut différencié des sites (PININGRE, 2012 ; 2014a, p. 35-42). Ces réflexions trouvent un écho dans les recherches de la Transjurane déjà mentionnées. En milieu alluvial, le site de Delémont « En la Pran » a livré deux unités domestiques qui associent construction sur poteau et blockbau, foyers et dépotoirs (Ha C-début Ha D). Mais le fait général reste encore tout à la fois la difficulté de mise en évidence des constructions et de qualification en habitat dispersé ou non. L’attraction des cours d’eau peut en outre être remarquée dans le choix des implantations(FREI-PAROZ, GAUME et alii, 2012 ; FREI-PAROZ, PIUZ-LOUBIER et alii, 2013).

80Les gisements étudiés dans le Jura suisse ont exploité avec succès les données environnementales permettant de s’interroger sur les conditions de conservation et de mesurer l’impact humain grâce à une approche pluridisciplinaire associant sédimentologie, botanique, palynologie et malacologie (GUÉLAT et alii, 2011). Sur la base des analyses paléobotaniques notamment, les défrichements et les pratiques agricoles ont été observés et comparés, par exemple avec les résultats apportés sur d’autres sites hallstattiens du Plateau suisse, d’Alsace, de Bourgogne et du département de l’Ain. Sont à la fois révélés les traits communs, avec les plantes cultivées dominantes (épeautre, millet commun, légumineuse/lentille), mais aussi les particularités environnementales locales (BROMBACHER et alii, 2012, fig. 86). Nul doute que les terroirs montagnards ont également été tributaires des facteurs locaux, mais il est éventuellement intéressant d’y ajouter les facteurs climatiques. En l’absence de contextes d’habitats, il reste souvent difficile, faute d’un calage chronologique suffisamment fiable, d’étayer les données environnementales révélées par les analyses polliniques notamment. De nombreuses études « hors sites » donnent néanmoins des cadres d’interprétation possibles de l’évolution du peuplement. Dans la plaine de l’Arlier, l’environnement ancien est connu à partir de prélèvements d’échantillons polliniques dans la tourbière des Barbouillons à Chaffois, dans celle de la Corne du Marais à Bouverans ou encore autour du Lac Saint-Point (GAUTHIER, 2009 ; MAGNY et alii, 2013). Les palynologues et les spécialistes du climat s’accordent, pour l’Âge du Bronze moyen, sur un affaiblissement du signal anthropique dans les diagrammes polliniques, argumenté en outre par le signal d’une péjoration climatique – la phase de Pluvis – étudiée notamment à partir des fluctuations du niveau des lacs nord-alpins (MAGNY, 2004 ; MAGNY et alii, 2009). Malgré cela, il faut remarquer que la Chaux d’Arlier ne semble pas désertée puisque les tertres édifiés au cours de cette période ne font pas défaut, on l’a vu, sur les reliefs qui dominent le Drugeon. Encore faut-il pouvoir nuancer les phases chronologiques précisémment concernées. En effet, à partir du Bronze final et au cours de l’Âge du Fer, l’anthropisation paraît régulière, même si la dégradation climatique du début de l’Âge du Fer est remarquée autour de 800 av. J.-C. avec, du point de vue de la biostratigraphie, le passage du Subboréal au Subatlantique. L’abandon des habitats de bords de lacs en serait l’un des indicateurs. La lecture des analyses polliniques du Jura franc-comtois durant cette période offre l’image d’une mise en valeur régulière du massif. Le couvert forestier composé de hêtres, de sapin et d’épicéa, avec une certaine diversité des compositions environnementales, est régulièrement percé de clairières où se développent les activités agropastorales. Les cycles de déforestation et de reprise de végétation suggèrent une gestion périodique des terroirs, avec des cultures et la gestion des herbages. D’autres facteurs de défrichements sont par ailleurs envisagés aux abords des secteurs d’exploitation des sources salées, telle la région salinoise (GAUTHIER, RICHARD, 2008). Les approches des chercheurs suisses complètent nettement les données. Sur le Plateau suisse et dans le Jura, malgré les nuances légitimes (chronologie, échantillonnage…) apportées à la lecture des diagrammes polliniques, il semble en effet que l’emprise humaine sur la végétation soit plus marquée qu’aux périodes précédentes, avec des modes d’exploitation possible de la forêt comme le taillis sous futaie(JACOMET et alii, 1999, p. 104-105).

81Les données environnementales « hors sites » relatives à l’activité du soleil, des volcans et à l’évolution des glaciers invitent aussi à des réflexions plus larges en nuançant la part des forçages anthropiques et climatiques (MAGNY et alii, 1998 ; MAISE, 1998). Au Hallstatt C la pluviosité et le refroidissement – dont la durée est évaluée à une centaine d’années entre 850 et 750 av. J.-C. – seront suivis de phases de réchauffement alternant avec quelques courts épisodes plus frais (MAISE, 1999, p. 96). Il n’est pas impossible que les décennies les plus tempérées aient facilité une certaine stabilité des populations et favorisé les échanges sud-nord au cours des VIe et Ve siècles avant J.-C. jusqu’à une détérioration importante vers 400 av. J.-C. Faut-il y voir, en même temps que d’autres facteurs culturels et économiques, une coïncidence avec la présence de ces groupes de population hiérarchisés, établis de part et d’autre de l’arc jurassien ?

82Avec l’enrichissement conjoint des données sur les sites de plaine, funéraires ou non, désormais mieux reconnus sur l’ensemble des territoires géographiques, il est nécessaire de relever une fois encore la correspondance entre les signaux de pouvoir manifestés par les sépultures et le contrôle des axes de passage, comme celui du débouché de la cluse de Pontarlier. Peut-être est-ce le meilleur argument pour expliquer la mise en valeur des terroirs, mais surtout l’émergence de familles ou de lignages dirigeants. Toutefois, d’une période à l’autre, de puissantes raisons culturelles, des mutations sociales et économiques entrent en jeu alors que s’observent des modifications dans les pratiques funéraires et dans la fréquentation d’anciennes nécropoles ou la création de nouvelles. Le début du second Âge du Fer dans la plaine de l’Arlier en est certainement l’expression, mais les liens pérennes entre le Jura, la plaine de la Saône, les plateaux bourguignons et le Plateau suisse demeurent encore bien visibles au début de La Tène avant une érosion quasi générale de l’information due à l’abandon des sépultures sous tumulus (BARRAL, 2004, p. 384, 388-389 ; PININGRE, GANARD et alii, 2004).

En guise de conclusion

83L’expérience de récolement des données de la Chaux d’Arlier, associée à des interventions de terrain, a permis d’apporter de nouveaux éléments à l’étude de l’ensemble des tumulus de la Chaux d’Arlier et en particulier ceux de Chaffois et de la Rivière-Drugeon. Elle a confirmé la nécessité de prendre en compte tous les indices susceptibles de contribuer à améliorer la compréhension de l’occupation du sol aux âges des métaux et, plus spécifiquement, celle des pratiques funéraires du premier Âge du Fer. La confrontation avec les résultats élaborés à partir des autres ensembles franc-comtois permet aussi de mettre l’accent sur l’importance de la qualité de l’échantillonnage, une voie essentielle vers l’amélioration des connaissances.

84Enfin, faut-il encore insister sur la fragilité de ce patrimoine rural dont la disparition est insidieuse, étant donné les difficultés du repérage et de la préservation. Le secteur géographique qui nous intéresse, et à plus large échelle les plateaux du Jura, auront en un siècle à peine vu leur patrimoine se désagréger au fil de recherches dispersées et des transformations rurales. Entre les clichés aériens réalisés en 1971 par Pierre Pétrequin et ceux pris au cours de ces vérifications récentes, le paysage a été notablement modifié. La culture hallstattienne dont la Franche-Comté conservait des exemples originaux près de 2500 ans après son développement, s’est ainsi vue peu à peu privée d’éléments représentatifs de son expansion vers l’ouest. Ce n’est qu’au prix d’une recherche de compléments ardue que peuvent être compensés certains déficits documentaires, que d’autres méthodologies d’inventaire (par exemple le Lidar) sauront peu à peu réparer.

85Au-delà, l’approche diachronique envisagée sur le long terme a déjà contribué au comblement de lacunes chronologiques pour la période post-romaine notamment. Ainsi, le peuplement et le rôle de cette micro-région se trouvent au cœur de problématiques diversifiées, complémentaires et pluridisciplinaires susceptibles de dresser le portrait d’un milieu de moyenne montagne ouvert aux relations avec différentes sphères culturelles, une spécificité propre aux zones de contact et de passage.

86Remerciements
Au cours de cette campagne de vérification et de fouilles de sauvetage, l’équipe était composée d’archéologues professionnels et de bénévoles que nous tenons ici à remercier pour leur travail efficace et suivi : Sophie Gizard (attachée de conservation du patrimoine, Département du Doubs/SRA Franche-Comté), Jacques Crépiat, Marcel Dichamp, Hervé Lomazzi, Lionel Nicod, Michel Sobritz.
Que Messieurs Dichamp et Sobritz trouvent aussi l’expression de notre reconnaissance pour leur aide technique, leur travail de prospection et leur constant souci des bonnes relations avec les divers intervenants locaux.
Nous avons bénéficié également des commentaires et des dessins d’objets du tumulus II de « La Carrière » réalisés en 1987-88 par Hervé Lomazzi. Qu’il soit ici amicalement remercié.
Une attention spéciale à l’adresse des restaurateurs du Laboratoire d’Archéologie des Métaux de Jarville-la-Malgrange pour leur travail sur le mobilier métallique.
Que la conservation du musée de Pontarlier trouve également l’expression de nos remerciements pour son accueil bienveillant au cours de la préparation de la publication en 2014.
Une attention particulière et amicale va à Claude Schmitt qui a assuré la reprise des documents graphiques et les travaux de DAO.
Que soient également remerciés Jean-François Piningre, conservateur en chef honoraire du Service régional de l’archéologie de Franche-Comté, et Christiane Kramar, paléoanthropologue, pour leur relecture attentive et leurs remarques constructives.

Bibliographie

BARRAL P., 2004, « Les données culturelles à La Tène A » ; « Le passage de la nécropole tumulaire à la tombe plate », in : PININGRE J.-F., GANARD V. et alii, 2004, p. 384, 388-389.

BICHET P., MILLOTTE J.-P., 1992, L’Âge du Fer dans le Haut-Jura : les tumulus de la région de Pontarlier (Doubs), Paris, éd. de la M.S.H., 154 p., 104 fig. (Documents d’Archéologie française, 34).

BICHET V., CAMPY M., 2008, Montagnes du Jura : géologie et paysages, Besançon, Néo éd., 303 p.

BROMBACHER C., MARTINOLI D., KLEE M., 2012, « Étude carpologique », in : FREI-PAROZ L., GAUME I. et alii, 2012, p. 72-77.

BROTHWELL D. R., 1972, Digging up bones, London, British Museum (National History), 2ème ed., 196 p.

CAMPY M., 1982, Le Quaternaire franc-comtois : essai chronologique et paléoclimatique, Thèse Univ. de Besançon, 575 p.

CHAUME B., 2001, Vix et son territoire à l’Âge du Fer : fouilles du Mont-Lassois et environnement du site princier, Montagnac, éd. M. Mergoil, 488p., 155 pl.

CUPILLARD C., SOBRITZ M., 1998, « Peuplement et cultures : la haute vallée du Doubs », in : CUPILLARD C., RICHARD A. dir., Les derniers chasseurs-cueilleurs du Massif jurassien et de ses marges (13000 – 5500 avant J.-C.), Lons-le-Saunier, Centre jurassien du patrimoine, p. 135-136, 5 fig.

DAVID-ELBIALI M., 2000, La Suisse occidentale au IIe millénaire av. J.-C. : chronologie, culture, intégration européenne, Lausanne, Cahiers d’Archéologie romande, 570 p., 49 pl. (Cahiers d’Archéologie romande, 80).

DAVID-ELBIALI M., DUNNING C., 2004, « Le cadre chronologique relatif et absolu au nord des Alpes entre 1060 et 600 av. J.-C. », in : BARTOLI G., DELFINO F., Oriente e occidente : metodi e discipline a confronto : riflessione sull cronologia dell’ èta del ferro italiana, Pisa, istituti poligrafici internazzionali, p. 145-195.

DAVID-ELBIALI M., PAUNIER D. et alii, 2002, L’éperon barré de Châtel d’Arrufens (Montricher, canton de Vaud) : Âge du Bronze et Bas-Empire (fouilles J.-P. Gardina 1966-1973), Lausanne, Cahier d’Archéologie romande, p. 40-44 (Cahier d’Archéologie romande, 90).

DRACK W., 1958, Ältere Eisenzeit der Schweiz. Kanton Bern, Bâle, 32 p., 26 pl., pl. hors textes A-F (Materialhefte zur Ur- und Frühgeschichte der Schweiz, 1).

DRACK W., 1965, « Die hallstattzeitlichen Bronzeblech-Armbänder aus der Schweiz », Annuaire de la société suisse de Préhistoire et d’archéologie, 52, p. 7-59.

DRACK W., 1970, « Zum bronzenen Ringschmuck der Hallstattzeit », Annuaire de la société suisse de Préhistoire et d’archéologie, 55, p. 23-87.

DUNNING C., PININGRE J.-F., 2009, « Le début de l’Âge du Fer sur les deux versants du Jura : analyse des formes céramiques et développement des parures », in : ROULIÈRE-LAMBERT M.-J. et alii coord., De l’Âge du Bronze à l’Âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-XVe siècle avant J.-C.) : la moyenne vallée du Rhône aux Âges du Fer, Actes du XXXe colloque international de l’AFEAF, co-organisé avec l’APRAB, Saint-Romain-en-Gal, 26-28 mai 2006, Dijon, S.A.E., APRAB et AFEAF, p. 317-341 (27ème suppl. à la R.A.E.).

FEUGÈRE M., GUILLOT A., 1986, « Fouilles de Bragny 1. Petits objets dans leur contexte Hallstatt final », R.A.E., t. 37, p. 159-221.

FISCHER C., 1998, « Actions symboliques et coutumes funéraires », in : HOCHULIS., NIFFELER U., RYCHNER V.éd., 1998, La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge : l’Âge du Bronze, Bâle, Schweizerische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, p. 313-325 (La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, III).

FREI-PAROZ L., GAUME I. et alii, 2012, Occupations des Premier et Second âges du Fer dans le bassin de Delémont, Porrentruy, Office de la Culture, Soc. jurassienne d’Émulation, 215 p. (Cahiers d’Archéologie jurassienne, 25).

FREI-PAROZ L., PIUZ-LOUBIER V. et alii, 2013, Delémont-En La Pran, 3. Vestiges domestiques du Bronze final, Porrentruy, Office de la Culture, Soc. jurassienne d’Émulation, 239 p. (Cahiers d’Archéologie jurassienne, 24).

GANARD V., PASSARD F., PININGRE J.-F., URLACHER J.-P., 1992, « Nécropoles, pratiques funéraires et société au premier Âge du Fer dans le massif du Jura et le bassin supérieur de la Saône », in : KAENEL G., CURDY Ph. coord., 1992, p. 37-64, 21 fig.

GAUME I., 2012, « La céramique du Bronze moyen et récent dans le Jura », in : OTHENIN-GIRARD B., ELYAQTINE M., GAUME I., 2012, Nécropole à incinérations du Bronze récent à Alle-Les Aiges, Porrentruy, Office de la Culture, Soc. jurassienne d’Émulation, p. 119-126 (Cahiers d’Archéologie jurassienne, 29).

GAUTHIER E., 2009, « De Chaffois à Bouverans (Doubs, France) : analyse d’un diagramme pollinique ancien à la lumière de données récentes », in : RICHARD A. et alii dir., L’isthme européen Rhin-Saône-Rhône : approches nouvelles en hommage à J.-P. Millotte, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté, p. 41-51 (Annales litt. de l’Univ. de Besançon, 860 - Série Environnement, sociétés et archéologie, 13).

GAUTHIER E., RICHARD H., 2008, « L’anthropisation du massif jurassien : bilan des données palynologiques », in : DESMET M., MAGNY M., MOCCI F. coord., Du climat à l’Homme : dynamique holocène de l’environnement dans le Jura et les Alpes, Actes du colloque GDR JURALP, 15-16 nov. 2007, Le Bourget-du-Lac, Univ. de Savoie, p. 273-280 (Coll. EDYTEM - Cahiers de Paléoenvironnement, 6).

GIRAUD J.-P., PONS F., JANIN T. dir., 2003. Nécropoles protohistoriques de la région de Castres (Tarn) : La Causse, Goujarde, Le Martinet. Vol. 1 : Études et synthèses, 276 p. ; Vol. 2 : Catalogues des ensembles funéraires, 268 p. ; Vol. 3 : Planches du mobilier, Paris, éd. de la M.S.H., 231 p. (Documents d’Archéologie française, 94).

GUÉLAT M., BROMBACHER C., PIUZ LOUBIER V., POUSAZ N., 2011, « Le site d’En La Pran près de Delémont (Jura, Suisse) : évolution d’une plaine alluviale et interaction avec les espaces fonctionnels durant les âges de Métaux », in : STUDER J., DAVID-ELBIALI M., Paysage… Landschaft… Paesaggio : limpact des activités humaines sur l’environnement du Paléolithique à la période romaine, Lausanne, Cahiers d’Archéologie romande, p. 177-188 (Cahiers d’Archéologie romande, 12).

HOPPE M., 1986, Grabfunde der Hallstattzeit in Mittelfranken, Kallmünz, Verl. M. Lasseleben, 193 p., 177 pl. (Materiale zur Bayerischen Vorgeschichte, 55).

JACOMET S., JACQUAT C., MAISE C., SCHIBLER J., STOPP B., STUDER J., WICK L., WINTER M., 1999, « Climat, environnement économie agricole et alimentation », in : LÜSCHER G., KAENEL G., MÜLLER F. dir., La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge : l’Âge du Fer, Bâle, Schweizerische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, p. 93-136 (La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, IV).

JOCKENHÖVEL A., 1980, Die Rasiermesser in Westeuropa :Westdeutschland, Niederlande, Belgien, Luxemburg, Frankreich, Grossbritannien und Irland, Munich, C.H. Beck, 238 p., 104 pl. (Prähistorische Bronzefunde, VIII, 3).

KAENEL G., CURDY P. coord., 1992, L’Âge du Fer dans le Jura, Actes du 15ème colloque de l’AFEAF, Pontarlier (France)-Yverdon-les-Bains (Suisse), 9-12 mai 1991, Lausanne, Bibl. historique vaudoise, 352 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 57).

KILIAN-DIRLMEIER I., 1972, Die hallstattzeitlichen Gürtelbleche und Blechgürtel Mitteleuropas, Munich, C.H. Beck, 147 p., 122 pl. (Prähistorische Bronzefunde, XII, 1).

LAJOUX J.-B., 2011, in : VIDEAU G. dir., 2011, p. 47-52.

LAURENT H., LAURENT-CORSINI S., MANGIN M., 2012, « La sidérurgie ancienne dans la région Franche-Comté : trente années de recherches pluridisciplinaires sur la réduction directe dans l’Est de la France », Notizie Archeologiche Bergomensi, 20, p. 57-78.

MAGNY M., 2004, « Holocene climate variability as reflected by mil-european lake-level fluctuations and its probable impact on préhistoric human settelments », Quaternary international, 113, p. 65-79.

MAGNY M., MAISE Ch., JACOMET S. et alii, 1998, « Les oscillations du climat pendant l’Âge du Bronze », in : HOCHULIS., NIFFELER U., RYCHNER V. éd., 1998, La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge : l’Âge du Bronze, Bâle, Schweizerische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, p. 135-140 (La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, III).

MAGNY M. et alii, 2008, « Variations du climat au cours des deux derniers millénaires. Deux cas d’étude dans le Jura et les Alpes du Nord », in : DESMET M., MAGNY M., MOCCI F. coord., Du climat à l’Homme : dynamique holocène de l’environnement dans le Jura et les Alpes, Actes du colloque GDR JURALP, 15-16 nov. 2007, Le Bourget-du-Lac, Univ. de Savoie, p. 51-64 (Coll. EDYTEM - Cahiers de Paléoenvironnement, 6).

MAGNY M. et alii, 2009, « Quantitative reconstruction of climatic variations during the Bronze and early Iron ages based on pollen and lake–level data in the NW Alps, France », Quaternary international, 200, p. 102-110.

MAGNYM., LEROUXA., BICHETV., GAUTHIERE., RICHARDH., WALTER-SIMONNETA.-V., 2013, « Climate, vegetation, and land use as drivers of Holocene sedimentation in lake basin : a case study from Lake Saint-Point (the Jura Mountains, eastern France) », The Holocene, 23, p. 137-147.

MAISE C., 1998, « Archäoclimatologie : vom Einfluss nacheiszeitlicher Klimavariabilität in der Ur- und Frühgeschichte », Jahrbuch der Schweizerischen Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte/Annuaire de la Soc. suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 81, p. 197-235.

MAISE C., 1999, « L’histoire du climat », in : LÜSCHER G., KAENEL G., MÜLLER F. dir., La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge : l’Âge du Fer, Bâle, Schweizerische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, p. 93-97 (La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, IV).

MANSFELD G., 1973, Die Fibeln der Heuneburg 1950-1970 : ein Beitrag zur Geschichte der Späthallstattfibel, Heuneburgstudien 2, Berlin, De Gruyter, 299 p., 50 pl., 13 cartes (Römisch-Germanische Forschungen, 33).

MANSUY L., PASSARD-URLACHER F. dir., 2014, Du Jura aux sources du Danube : voyages en terre celtique, Catalogue d’exposition du musée de Pontarlier, Besançon, éd. du Sékoya, 196 p.

MILCENT P.-Y., 2013, « Le pommeau d’épée en ivoire et ambre de Chaffois (Doubs) », in : VERGER S., PERNET L. dir., Une odyssée gauloise: parures de femmes à l’origine des premiers échanges entre la Grèce et la Gaule : petit journal de l’exposition, Paris, éd. Errance, p. 188-189.

OSTERWALDER C., 1971, Die mittlere Bronzezeit im Mittelland und Jura, Bâle, Soc. suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 97 p., 2 cartes, 61 pl. (Monographie, 19).

PARZINGER H., 1988, Chronologie der Späthallstatt- und Frühlatenezeit : Studien zur fundgruppen zwischen Mosel und Save, Weinheim, 361 p., 174 pl. (Acta Humanoria, 4).

PASSARD-URLACHER F., à paraître, « Un isthme européen Rhin-Doubs-Saône-Rhône au premier Moyen Âge ? L’expansion franque dans le nord de la Burgondie, l’exemple franc-comtois », in : Des Fleuves et des Hommes à l’époque mérovingienne : territoire fluvial et société au Premier Moyen Âge (Ve-XIIe siècle), 33ème journées internationales d’Archéologie mérovingienne de l’AFAM, Strasbourg, sept. 2012.

PASSARD F., URLACHER J.-P., 1984-1986, L’occupation du plateau d’Amancey (Doubs) depuis la protohistoire : prospections et relevés topographiques, Rapports d’opération de prospections, Direction des Antiquités préhistoriques de Franche-Comté, 3 vol.

PASSARD F., URLACHER J.-P., 1992, Le peuplement de la Chaux d’Arlier : bilan archéologique, fouille de sauvetage, Rapport, Service régional de l’archéologie de Franche-Comté.

PASSARD F., PININGRE J.-F., URLACHER J.-P., 1992, « L’habitat et l’occupation du sol des plateaux du Jura central et du bassin supérieur de la Saône », in :MORDANT C., RICHARD A. éd., L’habitat et l’occupation du sol à l’Âge du Bronze en Europe, Actes du colloque international, Lons-le-Saunier, 16-19 mai 1990, Paris, éd. du C.T.H.S., p. 195-226 (Documents préhistoriques, 4).

PASSARD F., GIZARD S., URLACHER J.-P., 2007, « Significations sociales et culturelles des tombes de l’élite aux VIe et VIIe siècles ap. J.-C. dans le massif du Jura », in : BELET-GONDAC. et alii, Mandeure, sa campagne et ses relations d’Avenches à Luxeuil et d’Augst à Besançon : actualités archéologiques régionales, Actes des premières journées archéologiques frontalières de l’Arc jurassien. Delle (F), Boncourt (CH), 21-22 oct. 2005, Besançon, Presses univ. de Franche-comté/Porrentruy, Office de la Culture, Soc. jurassienne d’Émulation, p. 295-302 (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, série Environnement, sociétés et archéologie, 10 - Cahier d’Archéologie jurassienne, 20).

PASZTHORY K., 1985, Der bronzezeitliche Arm- und Beinschmuck in der Schweiz, Münich, 280 p., 194 pl. (Prähistorische Bronzefunde, X, 3).

PÉTREQUIN P., PININGRE J.-F., DARTEVELLE H., 1989, « L’Âge du Bronze moyen en Franche-Comté », in : Dynamique du Bronze moyen en Europe occidentale, Actes des 113ème congrès national des Soc. savantes de 1988, Paris, éd. du C.T.H.S., p. 245-257.

PININGREJ.-F., 2007, « Les dépôts du début de l’Âge du Bronze final de Biederthal (Haut-Rhin, F) », in : BELET-GONDAC. et alii, 2007, p. 175-188 (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, série Environnement, sociétés et archéologie, 10 - Cahier d’Archéologie jurassienne, 20).

Piningre J.-F., 2012, « L’Âge du Bronze et le premier Âge du Fer dans le Jura et les plaines de la Saône, bilan 1993-2004 », in : 1995-2005 : dix ans d’archéologie en Franche-Comté, Besançon, D.R.A.C., S.R.A. franche-Comté, Bilan scientifique hors série, p. 112-137.

PININGRE J.-F. 2014a, « Des habitats ruraux et des centres territoriaux fortifiés », in : MANSUY L., PASSARD-URLACHER F. dir., 2014, p. 34-42.

PININGREJ.-F., 2014b, « Quelle lecture des sites fortifiés protohistorioques du Jura à la lumière des fouilles récentes ? », in : BUCHSENSCHUTZO., DUTOUR O., MORDANT C. dir., Archéologie de la violence et de la guerre dans les sociétés pré- et protohistoriques, Paris, éd. du C.T.H.S., p. 147-172 (Actes des Congrès nationaux des Soc. historiques et scientifiques). Éd. électronique.

PININGREJ.-F., CHAUVINM., 2007, « Le site fortifié du Bromont (Territoire de Belfort) et le Bronze moyen au nord du Jura », in : BELET-GONDAC.et alii, 2007, p. 165-173 (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, série Environnement, sociétés et archéologie, 10 - Cahier d’Archéologie jurassienne, 20).

PININGRE J.-F., GANARD V., à paraître, « Le Bronze moyen et le début du Bronze final de la Franche-Comté », in : Le Bronze moyen et l’origine du Bronze final en Europe occidentale, de la Méditerranée aux pays nordiques (XVIIe-VIIIe siècle av. J.-C.), Actes du colloque de Strasbourg, 17-20 juin 2014.

PININGRE J.-F., GANARD V., avec la coll. de BARRAL P., BOËS É., 2004, Les nécropoles protohistoriques des Moidons et le site princier du Camp de Château à Salins (Jura), Paris, éd. du C.T.H.S., 430 p. (Documents préhistoriques,17).

PININGRE J.-F. dir., COURTAUD P., DUDAY H., GANARD V., SELLIER P., STANIASZEK L., 1996, Nécropoles et sociétés du premier Âge du Fer : le tumulus de Courtesoult (Haute-Saône), Paris, éd. de la M.S.H., 224 p., 149 fig. (Documents d’Archéologie française, 54).

PRIMAS M., 1986, Die Sicheln in Mitteleuropa I (Österreich, Schweiz, Süddeutschland), Munich, C. H. Beck, 213 p., 146 pl. (Prähistorische Bronzefunde, XVIII, 2).

RAMSTEIN M., HARTMANN Ch., 2008, Langenthal ‘Unterhard’ : Gräberfeld und Siedlungsreste der Hallstatt- und Latènezeit, der römischen Epoche und der Frühmittelalters, Bern, Rub Media, 412 p.

RICHTER I., 1970, Der Arm- und Beinschmuck der Bronze- und Urnenfelderzeit im Hessen und Rheinhessen, Munich, C.H. Beck, 195 p., 96 pl. (Prähistorische Bronzefunde, X).

ROCHNA O.,1962, « Hallstattzeitlicher Lignit- und Gagatschmuck. Zur Verbreitung, Zeitstellung und Herkunft », Fundberichte aus Schwaben, 16, p. 44-83.

RYCHNER V., 1988, « De l’Âge du Bronze moyen au groupe Rhin-Suisse en Suisse occidentale : le phénomène métallurgique », in : Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. de l’APRAIF, p. 103-124 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

RYCHNER-FARAGGI A.-M., 1993, Hauterive-Champréveyres (NE). 9. Métal et parure au Bronze final, Neuchâtel, Musée cantonal d’Archéologie, 272 p. (Archéologie neuchâteloise, 17).

SCHMID-SIKIMIC B., 1996, Der Arm- und Beinschmuck der Hallstattzeit in der Schweiz, Stuttgart, F. Steiner Verl., 219 p., 103 pl. (Prähistorische Bronzefunde, X, 5).

SIEVERS S., 1984, Die Kleinfunde der Heuneburg : die Funde aus des Grabungen von 1950-1979, Mainz am Rhein, Verl. Ph. von Zabern, 2 vol. (Heuneburgstudien, V).

URLACHER J.-P., PASSARD F., MANFREDI-GIZARD S. et alii, 1998, La nécropole mérovingienne de La Grande Oye à Doubs (dépt. du Doubs) : VIe-VIIe s. ap. J.-C., Saint-Germain-en-Laye, AFAM/Dijon, S.A.E., 440 p., 298 fig., 57 pl., 33 t. hors texte (Mémoires de l’AFAM, 10).

VIDEAU G. dir., 2011, Pontarlier (Doubs), ZAE des Gravilliers : vestiges d’occupations mésolithique et protohistorique, habitat du haut Moyen Âge et nécropole médiévale, Rapport de diagnostic Inrap Grand Est-Sud, 171 p.

ZÜRN H., 1987, Hallstattzeitliche Grabfunde in Württemberg und Hohenzollern, Stuttgart, Landesdenkmalamt Baden-Württemberg, Vol. texte : 247 p., Vol. illustr. : 505 pl.

Notes

1  Appréhendés depuis 2004 dans le cadre réglementaire des Zones de Présomption de Prescription archéologique ou ZPPA sur douze communes de la plaine de l’Arlier.

2  M. Dichamp et M. Sobritz.

3  J.-P. Barillot, M. Sobritz.

4  Le paysage actuel de prairies destinées à la pâture des bovins doit toutefois être en partie relativisé, car les espaces cultivés pouvaient être beaucoup plus importants avant la seconde moitié du XXe siècle.

5  M. Sobritz.

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Passard-Urlacher, Jean-Pierre Urlacher et Claude Olive, « Contribution à l’étude du peuplement de la plaine de l’Arlier à l’Âge du Bronze et à l’Âge du Fer : », Revue archéologique de l’Est, tome 64 | 2015, [En ligne], mis en ligne le 07 octobre 2016. URL : http://rae.revues.org/8395. consulté le 29 avril 2017.

Auteurs

Françoise Passard-Urlacher

Ingénieure Service régional de l’archéologie/Direction régionale des affaires culturelles de Franche-Comté - UMR 6249 Laboratoire Chrono-environnement, Besançon.

Jean-Pierre Urlacher

(†)Attaché de conservation du patrimoine (Département du Doubs/SRA Franche-Comté) - UMR 6249 Laboratoire Chrono-environnement, Besançon.

Claude Olive

Paléoanthropologue, archéozoologue, Thonon-les-Bains.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés