Navigation – Plan du site
Notes et documents
Loïc Jammet-Reynal, Emeline Broc, Justine Lyautey et Isabelle-Frances Simon

Les occupations Michelsberg et Munzingen d’Ergersheim (Bas-Rhin) « Abbaye » dans leur contexte chrono-culturel

p. 439-455

Résumés

Le site d’Ergersheim (Bas-Rhin) « Abbaye » se trouve à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Strasbourg, en rive gauche de la Bruche. Une opération préventive menée en 2011 y a mis au jour une dizaine de structures domestiques du Néolithique récent. Un gobelet isolé évoque le Michelsberg ancien, tandis que l’essentiel de la céramique se rapporte à la culture de Munzingen (3900-3600 av. J.-C.). L’une de ces fosses accueillait un dépôt funéraire double et simultané. Les observations de terrain suggèrent une décomposition avancée ou complète en espace vide, suivie du prélèvement d’importants segments anatomiques. Un tel cas de figure est rare dans la région, sans toutefois être unique. Enfin, une mandibule de loup faisait partie du dépôt.

The “Abbaye” site in Ergersheim (France, Bas-Rhin) is located on the west bank of the river Bruche, twenty kilometres west of Strasbourg. In 2011, a rescue excavation was made of a dozen pits in which Jungneolithikum pottery was found. While one single isolated tulip beaker can be dated to the early Michelsberg culture, most of the collection belongs to the Munzingen culture (3900-3600 BC). In one of those pits, a double and simultaneous funerary deposit was found. Field anthropologists deduced that the decomposition process occurred in an unfilled space, followed by the removal of significant body parts while the decomposition process was at an advanced or terminal stage. Such an act is rare in the area, but not unique. A wolf mandible was part of the same funerary deposit.

Der Fundplatz „Abbaye“ in Ergersheim (Departement Bas-Rhin) liegt an die 20 km westlich von Straßburg am linken Ufer der Bruche. Bei einer Präventivgrabung wurden hier 2011 an die 10 jungneolithische Siedlungsstrukturen freigelegt. Ein einzelner Becher erinnert an Früh-Michelsberg, während die Keramik überwiegend Munzingen zugeordnet wird (3900-3600 v. Chr.). Eine der Gruben barg zwei gleichzeitig niedergelegte Leichendepots. Die Beobachtungen legen eine fortgeschrittene oder vollständige Verwesung in einem Hohlraum nahe, gefolgt von der Entnahme anatomischer Segmente. Obwohl solche Fälle in der Region selten sind, handelt es sich nicht um einen Einzelfall. Außerdem barg dieses Depot den Unterkiefer eines Wolfs.

Texte intégral

1Le site d’Ergersheim (France, Bas-Rhin) « Abbaye » se trouve à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Strasbourg, en rive gauche de la Bruche et au sud du plateau du Kochersberg, à l’interface entre les placages lœssiques et les formations alluviales du lit majeur de la Bruche (fig. 1).

image

Fig. 1. Localisation du site d’Ergersheim « Abbaye » dans le fossé rhénan (fond de carte : SRTM-NASA ; DAO : L. Jammet-Reynal).

2En 2009, une opération de diagnostic a permis d’apprécier le potentiel archéologique du site, menacé par l’aménagement d’un lotissement. Une fouille préventive a eu lieu à l’automne 2011, sur une surface de près de 4000 m2 (GUILLOTIN, 2013). L’opération a permis de documenter des occupations du Néolithique récent, de la Protohistoire, de l’Antiquité et du haut Moyen Âge. Dans cette contribution, nous nous limiterons au Néolithique récent (4000-3600 av. J.-C.).

3La chronologie céramique employée pour décrire le Néolithique alsacien est une adaptation de la chronologie du sud-ouest de l’Allemagne (LÜNING, 1967 et 1996). L’horizon dont nous allons traiter, le Néolithique récent, correspond ainsi au Néolithique moyen II de Bourgogne, du Jura et de Suisse occidentale. En Alsace comme dans ces régions, les décors ont pratiquement disparu. Dès les derniers siècles du cinquième millénaire, une influence du Bassin parisien se manifeste concrètement par l’apparition d’éléments stylistiques sans précédent dans le substrat régional : le Bischheim occidental du Rhin supérieur (ancien groupe d’Entzheim) puis la culture du Michelsberg (JEUNESSE et alii, 2004).

4Le Michelsberg (MK) s’installe en Basse-Alsace autour de 4000 av. J.-C. ou peu avant. Au cours de sa phase moyenne (MK III ; 3950-3800 av. J.-C.), il atteint son extension maximale avec une tête de pont au sud de la plaine du Rhin supérieur, dans la région du Kaiserstuhl, à hauteur de Colmar. Le développement de la culture du Munzingen (MZ), dont nous situons l’origine au sud de la plaine du Rhin, va ensuite interrompre l’évolution du Michelsberg tout en diffusant vers le nord. Les ensembles d’Ergersheim sont des témoignages de cette seconde partie du Néolithique récent régional (3800-3600 av. J.-C.).

1. Présentation générale

1.1. Fosses

5Les fosses ayant livré un mobilier caractéristique du Néolithique récent se concentrent au nord et au sud-ouest de la zone fouillée (fig. 2). Le diagnostic a montré que l’occupation se poursuit cependant plus au sud, en dehors de la zone prescrite, mais le projet de construction a été adapté pour permettre la sauvegarde des vestiges qui s’y trouvent.

image

Fig. 2. Ergersheim « Abbaye » : plan du site et localisation des fosses datées du Néolithique récent (DAO : S. Guillotin).

6À la fouille, treize fosses de plan circulaire, creusées dans le substrat lœssique et dont le remplissage se distingue par une teinte plus foncée et une granulométrie plus grossière, ont été documentées (fig. 3 et 4). La densité des vestiges étant forte, il est tout naturel que trois de ces fosses soient recoupées par des structures postérieures au Néolithique (2, 27 et 282). Toutefois, aucun recoupement entre fosses du Néolithique récent n’est à signaler.

image

Fig. 3. Relevé des fosses 2, 88, 93, 94, 95, 109, 128, 260 et 282 (DAO : S. Guillotin).

7Ces structures au plan subcirculaire s’organisent en deux concentrations : au nord et au sud-ouest du secteur fouillé. Les fosses situées au nord sont en général peu larges (diamètre au niveau du décapage inférieur à 1,40 m), en forme de cuvette, avec un fond incurvé (fosses 88, 94, 95, 109, 128). Dans le remplissage de la fosse 95, des traces de rubéfaction ont été décrites, alors que ce n’est pas le cas pour les autres.

8Les fosses 2 et 388 font exception bien qu’appartenant à la même concentration : leurs fonds sont plats alors que les diamètres au niveau du décapage sont plus larges. La première présente par ailleurs le diamètre le plus important de toutes les fosses datées du Néolithique récent (1,90 m). Formellement, ces deux fosses doivent être rapprochées d’un second ensemble de creusements au plan circulaire (260, 282, 298, 351), situés au sud-ouest de la parcelle fouillée. Les fonds sont plats ou presque, alors que les diamètres mesurés au niveau du décapage sont plus importants, supérieurs à 1,40 m. Elles sont plus profondes, en termes absolus comme relativement à leurs diamètres respectifs. La plus profonde d’entre elles, la fosse 351, atteint ainsi 1,50 m de profondeur. À l’exception de cette dernière fosse, toutes contenaient des charbons ou des traces de rubéfaction.

9Du torchis a été décrit ou prélevé dans les fosses 88, 109, 127, 260, 282 et 388. Des empreintes négatives y sont lisibles. Ces éléments sont le témoignage de parois en clayonnage, recouvertes d’enduits, ce qui est commun dans l’architecture domestique néolithique. Ainsi, et même si aucun vestige d’aménagement n’a pu être observé et si les niveaux de circulation ne sont pas conservés, c’est bien une vocation domestique qui est envisagée ; et ces fosses devaient être en relation avec des unités d’habitation.

1.2. Inhumations en fosses

10Deux inhumations en fosses ont été identifiées dès le diagnostic qui a précédé la fouille, dans les structures 27 et 312 de notre inventaire. Intégralement fouillée lors du diagnostic (KOZIOL, 2009), la fosse 312 accueillait un individu de sexe féminin inhumé en position dite « conventionnelle » : couché sur le flanc gauche, les membres inférieurs repliés. Le corps a été déposé à environ 0,20 m du fond de la fosse, selon une orientation nord-sud (tête au nord). Dans le remplissage de la fosse, quelques tessons permettent d’envisager une attribution au Néolithique récent.

image

Fig. 4. Relevé des fosses 298, 351, 388 et de l’inhumation double 27 (DAO : S. Guillotin, I.-F. Simon, E. Broc).

11La fosse 27 (fig. 4) a quant à elle été mise au jour à l’occasion du diagnostic, mais n’a pas été fouillée dans l’immédiat. Dans le cadre de la fouille, les dépôts ont été documentés et prélevés. La fosse en question, qui accueillait une inhumation double, est située dans un complexe peu lisible de fosses, dont la compréhension n’a pas été favorisée par ce déroulement en deux temps des investigations sur une même structure funéraire. Une mise au clair de l’ordonnancement du complexe de fosses n’a pas été possible dans ces circonstances, mais le relevé et le prélèvement des inhumés ont fourni des résultats concluants quant à l’intégrité des squelettes : des perturbations modernes ont atteint la périphérie de la fosse, sans endommager les individus. Cependant, le lien entre le mobilier et le dépôt funéraire n’a pas pu être éclairci, à l’exception notable de la mandibule de canidé, située au même niveau et à proximité immédiate du dépôt. La fouille a par ailleurs permis d’identifier les limites du creusement dans sa moitié sud, et ainsi de reconnaître le caractère circulaire de son plan.

12Les deux individus ont été déposés à une vingtaine de centimètres du fond de la fosse (fig. 4, 5 et 6). L’individu 2 reposait sur le ventre, tandis que le degré de perturbation nous empêche d’être aussi formel quant à la position de l’individu 1 au moment du dépôt. De nombreux os ayant été observés en contact strict, nous envisageons un dépôt simultané.

image

Fig. 5. Synthèse des observations anthropologiques (DAO : J. Lyautey, I.-F. Simon, L. Jammet-Reynal).

13La restitution des espaces de décomposition selon les observations des anthropologues de terrain doit être considérée avec réserve, quel que soit l’état de conservation des os (LEFRANC et alii, 2012, p. 698). Un faisceau d’indices cohérents nous impose cependant de prendre très au sérieux l’hypothèse d’une décomposition des corps en espace vide, de nombreux déplacements en dehors du volume corporel ne pouvant avoir eu lieu en espace colmaté. On donnera comme exemple, pour l’individu 2, la déconnexion observée entre le bloc cranio-facial et le reste du squelette, dont la cause ne peut être que taphonomique. Pour l’individu 1, les observations vont dans le même sens, notamment en raison de sorties en dehors du volume corporel de deux blocs vertébraux.

image

Fig. 6. Détail de l’inhumation double 27 (DAO : S. Guillotin, I.-F. Simon, E. Broc).

14Après le dépôt des corps, la fosse est certainement restée accessible et d’importants segments anatomiques ont été prélevés sur les deux sujets : membres inférieurs et ceintures pelviennes. Seul un os coxal a été laissé dans la fosse, déplacé, ayant perdu toute connexion anatomique avec l’un ou l’autre des individus. L’absence d’os coxal a considérablement compliqué la détermination de l’âge et du sexe.

15Ces prélèvements anthropiques ont été effectués sur des corps dont la décomposition était avancée ou terminée, comme en témoignent les importantes perturbations observées. Pourtant, ils n’ont pas perturbé les os non prélevés, qui sont pour la plupart restés en place. La décomposition en espace vide telle que nous l’envisageons n’implique pas de coffrage en matière périssable. La fosse est restée accessible, certainement fermée par un couvercle, mais aucun indice taphonomique ne suggère de coffre en bois (effet de butée ou de paroi).

1.3. Mobilier céramique

16Au total, plus de 15 kg de céramique du Néolithique récent ont été prélevés. Une vingtaine de formes ont pu être reconstituées ou simplement identifiées. Hors diagnostic, treize fosses peuvent être ainsi datées du Néolithique récent (3950-3600 av. J.-C.).

17Un gobelet tulipiforme (fig. 7, n° 1) doit être considéré indépendamment de la série. Il s’en distingue premièrement par l’épaisseur de ses parois, de l’ordre de 5 mm, bien plus fine que celle des autres récipients de dimension équivalente. La surface est plus lisse ; il n’y a pas de dégraissant apparent. Les inclusions, visibles en cassure et dont la granulométrie atteint au maximum le millimètre, ont été rentrées vers l’intérieur des parois par lissage avant cuisson. Deuxièmement, la position haute de sa segmentation, son col ouvert et son fond très probablement rond permettent de reconnaître le type 2 (Tulpenbecher Typ 2) de la typologie de J. Lüning (1967, Beil. 5 et 7), un type relevant de la phase II de l’évolution du Michelsberg. Le gobelet a été prélevé lors du décapage mécanisé préalable à la fouille, à proximité d’une structure mérovingienne (structure 105). C’est le seul témoignage de la phase ancienne du Michelsberg.

18Pour ce qui concerne le reste de la série céramique, certaines formes hautes ont une surface irrégulière et recouverte de barbotine (fig. 7, n° 3 ; fig. 8, n° 7 et fig. 9, n° 4). Sur la surface de ces récipients, on aperçoit des séries de marques de lissages parallèles et rectilignes ; c’est le résultat d’un geste destiné à répartir la barbotine, geste effectué à la main. Les teintes des surfaces, claires, tirent vers le rouge ou l’orange. L’épaisseur des parois varie de 10 à 15 mm. Ces récipients peuvent atteindre de grandes dimensions, par exemple 45 cm à l’ouverture pour le plus grand (fig. 8, n° 7). On les qualifie souvent de vases de stockage (Vorratsgefäße). L’un d’eux, issu du remplissage de la fosse 282 (fig. 9, n° 4), a un profil tronconique. Le fond n’est pas conservé ; toutefois, la cassure franche et régulière à la base de la panse tout comme la forme générale du récipient s’accordent bien avec un fond aplati.

image

Fig. 7. Mobilier issu des fosses 109, 260 et 388 et gobelet tulipiforme hors structure (dessins : L. Jammet-Reynal).

19D’autres formes hautes peuvent être signalées, dont un individu typologiquement complet (fig. 7, n° 4), à profil en S et sans inflexion marquée, et une nuance tardive des gobelets tulipiformes (Tulpenbecher ; fig. 10, n° 1), présentant une légère segmentation en dessous d’un col incomplet, mais qui devait être long et ouvert. C’est du moins ce qu’annoncent à la fois l’épaisseur de la paroi au niveau de la base du col, son inclinaison affirmée et sa concavité. Un récipient ouvert, à profil en S (fosse 298 ; fig. 8, n° 9), pourrait soit appartenir à une nuance tardive des Tulpenbecher, soit à la famille des gobelets en sac (Beutelbecher). Le fragment de profil ne permet pas de désigner préférentiellement l’une de ces deux catégories, car le diamètre à l’embouchure n’est pas restituable avec précision. Il a été mesuré sur un fragment de bord de quelques centimètres seulement.

20Dans l’environnement de l’inhumation double, un lot de tessons non tournés – dont la datation n’a pas pu être immédiatement précisée – a été mis au jour. Le remontage a permis de reconnaître une forme haute à fond aplati, rupture de profil et col fermé. La segmentation pourrait avoir été obtenue en lissant un cordon plastique appliqué sur la jonction panse-col, mais on n’observe pas d’évidence de cette manière de faire sur tout le pourtour du vase. Le profil présenté est une reconstitution (fig. 11, n° 3).

21Aucune bouteille n’a pu être complètement reconstituée. Certains éléments permettent d’envisager leur présence au sein du répertoire, notamment un col étroit (fig. 8, n° 1) et un mamelon perforé horizontalement (fig. 8, n° 3), tous deux issus du remplissage de la même fosse (298). Ils pourraient bien appartenir à un seul et même individu. La fosse compte par ailleurs au moins deux ustensiles à puiser (fig. 8, nos 5 et 8).

image

Fig. 8. Mobilier issu de la fosse 298 (dessins : L. Jammet-Reynal).

22La présence de la cruche (Kanne) est confirmée par une anse, apposée sur un fragment de col resserré (fosse 388 ; fig. 7, n° 5).

23Les formes basses appartiennent exclusivement à la catégorie des jattes (Schüsseln). On reconnaît plusieurs variétés : carénées (Knickwandschüsseln ; fig. 7, n° 2 ; fig. 8, n° 4 et fig. 10, n° 3), tronconiques (Konische Schüsseln ; fig. 9, nos 1 et 6) et en calotte (Kalottenformige Schüsseln ; fig. 9, n° 3).

24Pour terminer ce tour d’horizon du répertoire céramique, on doit finalement mentionner un bord encoché (fig. 9, n° 5) et un cordon lisse sous un bord (fig. 8, n° 6).

1.4. Mobilier lithique

25L’unique outil en silex taillé provient de la fosse 298 ; il s’agit d’un fragment de lame retouchée en grattoir (fig. 8, n° 10) pesant 8 g.

1.5. Outils en matière dure animale

26Cinq outils en matière dure animale sont à signaler. Deux poinçons sont identifiés : le plus petit de ces fragments (fig. 9, n° 2 ; longueur 5,2 cm) correspond à un outil confectionné sur métapode de petit mammifère domestique, le second (fig. 11, n° 1 ; longueur 13,2 cm), à une pointe sur métapode de bœuf trouvée dans la sépulture 27. Une dernière pointe (fig. 10, n° 4 ; longueur 11,6 cm) a été obtenue à partir d’une ulna gauche de bœuf. La partie distale, cassée, devait être façonnée en pointe.

image

Fig. 9. Mobilier issu de la fosse 282. La jatte à paire de mamelons perforés (6) reposait sur le fond de la fosse (dessins : L. Jammet-Reynal).

27On doit ensuite mentionner un petit fragment d’outil obtenu sur une côte refendue de grand mammifère (fosse 298, non dessiné). Son extrémité est arrondie. Un poli d’utilisation est visible sur les surfaces. Sa fonction précise nous échappe : grattoir, lissoir ou partie de peigne à carder. Enfin, un unique outil en bois de cerf a été identifié (fosse 388) : un fragment d’andouiller de 11 cm de longueur. L’extrémité distale est taillée en biseau et présente un poli d’utilisation.

image

Fig. 10. Mobilier issu des fosses 24, 88 et 94 (dessins : L. Jammet-Reynal).

1.6. Une mandibule de loup ?

28Une mandibule gauche de canidé faisait partie du dépôt de la fosse 27 (fig. 11, n° 2), associée à l’inhumation double. La première impression qui se dégage est qu’elle appartient à un individu de relativement grande taille, la plus grande longueur étant 170 mm (DRIESCH, 1976, mesure 1). La taille de la carnassière (25 mm) correspond à celle des plus petites carnassières de loup, comme aux plus grandes de chien.

image

Fig. 11. Mobilier issu de la sépulture 27 (1, 3 : dessins L. Jammet-Reynal ; 2 : photographie E. Broc).

29Le recours au référentiel ostéométrique de R.-M. Arbogast (ARBOGAST et alii, 2005), obtenu sur les canidés du Néolithique final du lac de Chalain, permet d’être plus précis. En confrontant la longueur de la mandibule à celle de la carnassière des sujets déterminés de Chalain, puis en projetant les mesures d’Ergersheim sur le même graphique (fig. 12), il en ressort que la mandibule de la structure 27 se rattache explicitement au groupe des loups (Canis lupus). Le référentiel utilisé relève bien entendu d’un tout autre contexte environnemental et chrono-culturel, le Néolithique final du Jura, mais il est important de signaler que les chiens du Néolithique sont plus petits que ceux des périodes plus récentes, cette proposition étant par ailleurs cohérente avec les observations faites à partir des séquences lacustres de Suisse, ou encore de l’enceinte Michelsberg de Mairy (France, Ardennes) « Les Hautes Chanvières » (ARBOGAST et alii, 2005, p. 177-181). Ainsi, avant de conclure qu’il s’agit bien d’une mandibule de loup, il faudra aborder la question de la datation de l’inhumation.

image

Fig. 12. Comparaison ostéométrique entre chien (Canis familiaris) et loup (Canis lupus), analyse bivariée : longueur de la carnassière en fonction de la longueur de la mandibule d’après les normes d’A. von den Driesch, 1976 (DAO : E. Broc et L. Jammet-Reynal).

2. Comparaisons, datation, attribution culturelle et discussion

2.1. Mobilier

30Le répertoire céramique identifiable est tout à fait caractéristique de l’horizon Michelsberg moyen et récent de Basse-Alsace, qui se distingue dès la phase MK IV par une forte composante Munzingen. Exception faite du gobelet MK II, plus ancien, et d’une possible importation, la série apparaît homogène. Ainsi, les deux groupes de fosses suggérés par la forme et la distribution spatiale des structures circulaires ne peuvent être différenciés par leur mobilier céramique. Après un bref point sur l’état de la recherche, nous allons revenir sur quelques aspects particuliers de la série en tentant de resserrer la datation.

31Initialement, le Munzingen (MZ) avait été introduit par J. Lüning (1967) comme un faciès local de la culture du Michelsberg (MK), que cet auteur opposait à un groupe principal (Hauptgruppe). Dès les années 1980, les conceptions ont changé. Le renouvellement de la documentation, accéléré par la montée en puissance de l’archéologie préventive et tout particulièrement la fouille du site de Didenheim (Haut-Rhin) « Lerchenfeld », a conduit C. Jeunesse à considérer le Munzingen comme une culture à part entière, indépendante du Michelsberg (JEUNESSE, 1989). Aujourd’hui, la discussion autour du Munzingen est toujours vive, relancée en continu par de nouvelles données de terrain (par exemple LEFRANC, 2007 ; LEFRANC et t alii, 2011 ; SEIDEL, 2005, p. 56-58 ; SEIDEL, 2008).

32Dans le travail de J. Lüning, deux faciès A et B du Munzingen avaient été identifiés après examen de la céramique du site éponyme de Munzingen (Allemagne, Bade-Wurtemberg) « Tuniberg » (MAIER, 1958 ; LÜNING, 1967, Beil. 3 et 4). Ils étaient avant tout compris comme deux phases successives de l’évolution de ce faciès. Bien entendu, la documentation disponible aujourd’hui autorise des précisions. On doit reconnaître que cette subdivision reste pertinente ; cependant, le corpus disponible dans les années 1960 n’avait pas permis à J. Lüning d’identifier les styles régionaux qui se surimposent, sur le site éponyme, à l’évolution chronologique. De fait, le site de Munzingen « Tuniberg » se trouve à l’interface entre deux groupes régionaux, occupant la plaine du Rhin supérieur respectivement au nord et au sud d’une ligne Colmar-Kaiserstuhl et suivant chacun leur propre évolution stylistique (LEFRANC et alii, 2011, p. 60-62).

33Au sud, le Munzingen se forme peu après 4000 av. J.-C. dans une région qui n’était pas précédemment occupée par le Michelsberg (fig. 13). On situe ce foyer dans la région du Kaiserstuhl, à hauteur de Colmar, en marge de l’aire occupée par le MK III. Au nord de cette limite, le Munzingen va en revanche se substituer progressivement aux phases moyennes et récentes du Michelsberg (MK III-V). Dans la littérature, on parle souvent d’ensembles mixtes Munzingen-Michelsberg. Le présent site n’échappe pas à cette règle ; on reconnaît les deux traditions, alors que les données de terrain ne permettent pas de les assigner à des occupations successives. Les formes hautes montées sur fond aplati, de tradition Munzingen, cohabitent au sein des assemblages avec des jattes, des vases tulipiformes et d’autres formes de tradition Michelsberg.

image

Fig. 13. Localisation des sites mentionnés dans le texte et extension maximale des groupes céramiques entre 3900 et 3600 av. J.-C. Dans la Plaine du Rhin supérieur, en aval du Kaiserstuhl, le Munzingen B remplace progressivement le Michelsberg dès environ 3800 av. J.-C. Dans la vallée du Neckar, la situation est semblable, avec une succession Schussenried ancien / Michelsberg / Munzingen. Le Munzingen A se développe au sud de l’extension maximale du Michelsberg. En Suisse centrale, dès 3800 av. J.-C., le Cortaillod classique est remplacé par le Pfyn, ou localement par le Munzingen A (DAO : L. Jammet-Reynal).

34Au sein des assemblages d’Ergersheim « Abbaye », on a relevé l’absence de certains types. Le plat à pain (Tonscheibe / Backteller) n’a par exemple pas été identifié. Pourtant, son aire de répartition englobe intégralement celle du Michelsberg (JAMMET-REYNAL, 2012, fig. 4.28, p. 147). Pour rendre compte de cette absence, plusieurs raisons peuvent être invoquées. Dans une telle série, quantitativement peu importante, un biais d’échantillonnage ne peut être exclu. La fragmentation du mobilier pourrait aussi jouer un rôle. À l’inverse, une explication d’ordre chronologique doit être aussitôt exclue, car ce type est attesté au cours de toutes les phases de l’évolution du Michelsberg (LÜNING, 1967, Beil. 5).

35De la même manière, on n’a identifié aucune Ösenleistenflasche, un type de bouteille caractérisé par une barrette multiforée à perforations verticales située à la base de la panse. Elles sont pourtant facilement identifiables, y compris sur du matériel fragmenté. Elles sont rares en Alsace, mais on peut cependant en mentionner une à proximité du site, à Holtzheim (Bas-Rhin) « Altmatt » (Lefranc, 2007, p. 49). Un biais d’échantillonnage est encore une fois envisageable pour rendre compte de cette absence. Pour chercher d’autres raisons et à titre purement théorique, la chronologie pourrait cette fois être invoquée, l’Ösenleistenflasche se limitant à la phase MK IV de l’évolution du Michelsberg. Ce n’est peut-être pas totalement un hasard, puisqu’on vient de dire que c’est à ce moment même qu’apparaît une composante Munzingen dans les ensembles de Basse-Alsace ; et il est ainsi possible que cette rareté soit un particularisme régional.

36Un vase de la fosse 282 (fig. 9, n° 4) pourrait tout de même permettre d’en dire plus sur les phases en présence. La nuance particulière des vases de stockage dont il relève, tronconique et à fond plat ou aplati, est fréquente dans les ensembles régionaux. Comme comparaisons, on peut par exemple mentionner un récipient de la fosse 114 de Geispolsheim « Forlen » (fig. 14 : b ; LEFRANC et alii, 2011, fig. 5 p. 52), datée du Munzingen C, ou encore une forme à peu près semblable du village des tourbières de Pfyn (Suisse, Thurgovie) « Breitenloo » (fig. 14 : c ; LEUZINGER, 2007, fig. 83, n° 10, p. 81), daté entre 3708-3703 av. J.-C. par dendrochronologie. Sur la base de parallèles entre la plaine du Rhin et les sites littoraux dendrodatés du Plateau suisse, il a ainsi été dernièrement proposé de situer la phase MZ C, récemment introduite, dès environ 3700 av. J.-C. (LEFRANC et alii, 2011, p. 74 et fig. 27, p. 77). Le site semble ainsi occupé durant cette phase, la plus récente de l’évolution du Munzingen.

image

Fig. 14. Vase de stockage de la fosse 282 d’Ergersheim (Bas-Rhin) « Abbaye » et comparaisons. a. Ergersheim (Bas-Rhin) « Abbaye » ; b. Geispolsheim (Bas-Rhin) « Forlen », structure 114 (LEFRANC et alii, 2011, fig. 5, n° 1 p. 52), Munzingen C ; c. Pfyn (Suisse, Thurgovie) « Breitenloo » (LEUZINGER, 2007, fig. 83, n° 10 p. 81), Pfyn moyen, 3708-3703 av. J.-C. (a : dessin L. Jammet-Reynal ; b : dessin P. Lefranc ; c : dessin U. Leuzinger et M. Lier).

37L’outillage en os permet rarement de proposer une attribution culturelle. Les différences entre les assemblages des divers groupes culturels sont avant tout perceptibles en termes statistiques (par exemple SCHIBLER, 1995, en particulier p. 148-151). Les pointes sur os long sont ainsi fréquentes dans le Cortaillod du Plateau suisse, l’équivalent chronologique de l’horizon qui nous intéresse ici, mais il faut le comprendre comme une tendance. Dans les contextes Michelsberg, on en signale un certain nombre (LÜNING, 1967, p. 75-76 ; SEIDEL, 2004, p. 249-274). Au contraire des deux pointes sur os longs, la pointe sur ulna pourrait relever d’une tradition précise plutôt que d’un fond commun aux cultures néolithiques. On peut mentionner des comparaisons dans les sites littoraux de Suisse occidentale, par exemple dans les niveaux Cortaillod (3900-3500 av. J.-C.) de Concise (VD) « Sous Colachoz » (WINIGER et alii, 2010, p. 110-111 et pl. 24, n° 1) et Twann (BE) « Bahnhof » (SCHIBLER, 1981, p. 27 et planches). De manière générale, en Suisse, les pointes sur ulna – le plus souvent de cerf ou de bœuf – « ne sont bien représentées que jusque vers 3200 av. J.-C. » (SCHIBLER, 1995, p. 148). Dans la vallée du Neckar, des éléments semblables ont été décrits à Leonberg (Allemagne, Bade-Wurtemberg) « Höfingen » (SEIDEL, 2004, p. 259 et planches), en contexte Michelsberg et Schussenried. La pointe d’Ergersheim se distingue par la segmentation à la base de l’outil, inhabituellement complexe et formant une butée. Elle pourrait être destinée à être emmanchée, à la manière des gaines de hache à ergot. Si elle est à privilégier, cette hypothèse n’est pas unique ; avec cet aménagement, la préhension est facilitée.

2.2. Le cas de l’inhumation double de la structure 27

38En plus de la mandibule de loup, une pointe sur métapode (fig. 11, n° 1) et une céramique incomplète (fig. 11, n° 3) proviennent de l’environnement immédiat de l’inhumation double. Contrairement à la mandibule, on n’a pas pu prouver qu’elles appartenaient au dépôt. La céramique relève d’un type rare dans le Michelsberg et le Munzingen. On peut mentionner des éléments comparables, mais en aucun cas identiques, à Mundolsheim (Bas-Rhin ; LÜNING, 1967, Taf. 48-50). Pour trouver les meilleures comparaisons, il faut aller jusqu’au Néolithique Moyen Bourguignon, l’équivalent chronologique de notre Néolithique récent, et plus particulièrement vers les ensembles E2 et E4 de la station littorale de Concise (Suisse, Vaud) « Sous-Colachoz » (BURRI, 2007, par exemple pl. 18), les seuls ensembles cohérents ayant livré d’importantes séries céramiques témoignant de la phase terminale de ce cycle culturel. Bien datés par dendrochronologie, ils se développent entre 3713 et 3635 avant notre ère. La comparaison est cohérente avec d’autres éléments identifiés à Ergersheim qui, on l’a vu, tendent à situer l’occupation d’Ergersheim dans la phase la plus tardive du Néolithique récent de Basse-Alsace, mais rappelons encore que le profil de cette forme est reconstitué.

39La relation stratigraphique entre ce mobilier et la sépulture n’était pas claire sur le terrain, ce qui interdit d’attribuer l’inhumation au Néolithique récent sans discussion préalable. Nous avons bien tenté d’obtenir une date radiocarbone, mais sans succès, car le collagène des tissus osseux n’était pas conservé. En plus des réserves stratigraphiques, on vient juste de dire que la pointe sur os peut relever de divers horizons chronologiques. Quelques tessons protohistoriques peuvent enfin être signalés dans l’environnement de la sépulture, mais pas dans le dépôt. Le mobilier apparaît alors cohérent avec l’hypothèse de datation que nous favorisons, le Néolithique récent, sans toutefois désigner cet horizon de manière univoque. Nous ne pouvons pas encore démontrer cette hypothèse de manière éloquente, mais nous n’avons pas épuisé les sources d’informations.

40Pour revenir aux pratiques funéraires, les inhumations en fosses sont connues dans une grande aire de répartition qui s’étend de la vallée du Rhône à l’Europe centrale (JEUNESSE, 2010c, fig. 2 p. 30), de la seconde moitié du cinquième jusqu’au milieu du quatrième millénaire. Auparavant, les prises de position étaient vigoureusement polarisées : des auteurs, dont C. Nickel, considéraient ces inhumations comme un phénomène marginal, tandis qu’à l’instar de J. Lichardus, d’autres les assimilaient à de véritables sépultures (Jeunesse, 2010c, p. 30). Dernièrement, la discussion a été relancée par de nouvelles découvertes et travaux de synthèse (JEUNESSE, 2010 a, b et c ; LEFRANC et alii, 2010), dont il faut résumer les conclusions avant d’aller plus loin.

41En apparence, le traitement des morts ne suit aucune règle ; les corps sont toujours en position désordonnée. En distinguant les cas de figure, on peut toutefois en dire plus. Certains individus, souvent les plus âgés au sein de l’inhumation multiple, sont en position « conventionnelle » (JEUNESSE, 2010c, p. 35-37 ; LEFRANC et alii, 2010, p. 71), c’est-à-dire contractés et couchés sur le côté, les membres inférieurs repliés, la configuration la plus répandue durant les siècles qui nous intéressent. Des variantes sont possibles, mais la position repliée des membres inférieurs est une règle presque absolue dans la plaine du Rhin.

42Au contraire, on parle de position « inorganisée » ou « désordonnée » pour qualifier les sujets qui s’éloignent de cette norme. On en vient naturellement à s’interroger sur le statut réservé aux individus qui n’ont pas accès au traitement conventionnel.

43À travers des exemples ethnographiques (TESTART, 2004 cité par LEFRANC et alii, 2010, p. 76 ; GALLAY, 2006, p. 53-55), il a été proposé de les considérer comme des morts d’accompagnements. Dans le cas des dépôts multiples, la configuration la plus répandue rassemble en effet un unique individu central en position conventionnelle et des individus en position désordonnée : les accompagnants, qui sont souvent des enfants (JEUNESSE, 2010c, p. 40 et 75). À côté de cela, on connaît des individus enterrés seuls, en position désordonnée ou non. Lorsqu’une fosse ne contient aucun individu en position conventionnelle, on évite par prudence de la qualifier de sépulture. Le caractère funéraire du dépôt n’est plus une évidence.

44En suivant ces travaux récents, on peut affirmer sans réserve que l’inhumation entièrement fouillée lors du diagnostic (structure 312) est une véritable sépulture. Pour l’inhumation double (structure 27), notre ignorance totale quant à la position des membres inférieurs au moment du dépôt nous interdit toute interprétation dans ce sens et on ne peut en aucun cas affirmer, sur la base des informations que nous avons détaillées jusqu’ici, que les deux individus aient fait l’objet d’un traitement funéraire. La position conventionnelle connaît nombre de variantes ; et le fait que les individus reposent sur le ventre ne permet pas d’exclure définitivement le véritable dépôt funéraire. Pour la même raison, toute tentative de distinguer un sujet principal d’un accompagnant se révélerait vaine, d’autant que nous n’avons pas les moyens de savoir quel est l’individu le plus âgé. Cependant, en élargissant le raisonnement à l’échelle du site, on doit faire remarquer que les deux individus sont orientés selon un axe nord-ouest - sud-est, de même que l’individu de la structure 312, un dépôt dont le caractère funéraire est évident à la lumière de l’état actuel de la recherche.

45Tout récemment, une opération archéologique conduite à Colmar (Haut-Rhin) « Aérodrome » a permis de documenter un ensemble important d’inhumations en fosses du Néolithique récent. Le site est si dense en informations qu’il a imposé de revenir sans délai sur les conclusions des travaux publiés les plus actuels, vieux de seulement deux ans (LEFRANC et alii, 2012).

46La fosse 17 de Colmar nous intéresse tout particulièrement, car elle a livré une inhumation simple, dont la décomposition a eu lieu dans un espace vide, si l’on se fie à la présence de quelques os en dehors du volume corporel, suivie du prélèvement « [d’] importants segments anatomiques (le bassin et la plus grande partie des membres inférieurs notamment) » (LEFRANC et alii, 2012, p. 700), laissant en connexion stricte les premières vertèbres, comme le bloc cranio-facial et l’atlas. Elle est directement datée par le radiocarbone (Gd-30169 5310 ± 170 BP). Une fois calibrée, cette datation couvre intégralement le plateau de la courbe de calibration qui s’étend de 4300 à 4000 av. J.-C., soit le battement radiométrique au cours duquel évoluent le groupe d’Entzheim (Bischheim oriental du Rhin supérieur) et le Michelsberg ancien (MK I et II), une phase attestée sur le site d’Ergersheim « Abbaye » par un gobelet tulipiforme.

47Dans le cas de la fosse 17 de Colmar, la stratigraphie vient appuyer les observations des anthropologues de terrain quant à l’espace de décomposition, le niveau de dépôt étant scellé par une épaisse obstruction de substrat remanié, du lœss pur mais pas en place, correspondant à un effondrement soudain des parois de la fosse, en toute logique ultérieur à l’intervention anthropique. Pour finir, sous le niveau de dépôt du squelette, un sanglier a été inhumé.

48Les similitudes entre la structure 17 de Colmar et notre fosse 27 sont saisissantes jusque dans les moindres détails. À Colmar, les clavicules ont par exemple été prélevées et déposées à côté du crâne, ce qui n’est pas sans rappeler l’unique os coxal de la structure 27 d’Ergersheim, sans connexion anatomique avec ce qui persiste du double dépôt primaire.

49On le sait, les morts en « fosses circulaires » ou en « silos » et les manipulations après décomposition ne sont pas des pratiques exclusives au Néolithique récent. En ce qui concerne La Tène, et pour se tenir aux sites les plus importants, il faut notamment mentionner Geispolsheim (France, Bas-Rhin) « Schwobenfeld », Colmar (France, Haut-Rhin) « Jardin des Aubépines », Bâle (Suisse, Bâle-Ville) « Gasfabrik » et La Sarraz (Suisse, Vaud) « Le Mormont » (HÜGLIN, SPICHTIG, 2010 ; LANDOLT et alii, 2010). Les exemples de manipulations et même de violence y sont nombreux et spectaculaires. Tout comme au Néolithique récent, les dépôts en fosse associent souvent morts, faune et mobilier. Certains gestes peuvent ponctuellement faire penser à l’inhumation que nous avons décrite, mais il faut noter une différence de taille : les dépôts de l’Âge du Fer sont associés à du mobilier abondant et non usuel. Un autre point commun avec La Tène doit tout de même être signalé : à notre connaissance et à ce jour, le dépôt d’une tête ou d’une mandibule de loup dans une inhumation en fosse du Néolithique récent reste inédit, alors que la pratique est signalée au Mormont, où ces os sont interprétés comme des « trophées de chasse dont le prestige est à l’image de la dangerosité de ces animaux » (MÉNIEL, 2009, p. 10).

50Même si ni l’étude du mobilier ni le radiocarbone n’en ont fourni la preuve définitive et directe, la datation que nous favorisons s’appuie au final sur des similitudes étroites partagées avec une inhumation tirée du corpus régional, et datée du Néolithique récent par une mesure radiométrique. Le parallèle mobilise une succession ordonnée de gestes funéraires, quasiment identique au regard de la variabilité des pratiques au cours de la Préhistoire récente.

Conclusions

51Il est acquis que le site d’Ergersheim « Abbaye » a été occupé au Néolithique récent, principalement durant les premiers siècles du quatrième millénaire. Même si les aménagements et les niveaux de circulation ne sont pas conservés, une occupation à caractère domestique est tout de même envisagée, notamment en raison de fragments de torchis et de la variété fonctionnelle du répertoire céramique. Des unités d’habitation devaient certainement se trouver à proximité immédiate de ces fosses.

52Plus précisément, la petite série du Néolithique récent d’Ergersheim « Abbaye » se rapporte essentiellement à l’horizon Michelsberg récent (MK IV-V). Le MK II est par ailleurs attesté par une forme isolée, caractéristique typologiquement et singulière, d’un point de vue technique, relativement au reste de la série. Au sein des mêmes assemblages, les traditions Michelsberg et Munzingen se côtoient. Ponctuellement, dans au moins une structure, il semble qu’on puisse reconnaître la phase MZ C, la plus récente de l’évolution du Munzingen de Basse-Alsace. Il est difficile d’aller plus loin en se limitant à cette petite série, et à plus forte raison de détailler cette occupation en diverses phases, mais rappelons que nous avons signalé de manière récurrente des éléments tardifs, repoussant la datation vers 3700 av. J.-C.

53Nous attribuons deux inhumations en fosse à cette occupation. Cela ne contredit pas l’hypothèse d’une occupation domestique, la réutilisation de fosses de stockage pour y inhumer des morts étant envisagée.

54Comme on l’a vu, la multiplication des opérations préventives au cours des trois dernières décennies a bouleversé notre compréhension du Néolithique récent de la plaine du Rhin supérieur. Le site d’Ergersheim « Abbaye » vient enrichir le corpus du Néolithique récent régional de quelques ensembles. Aussi modeste soit-elle, c’est une contribution à la connaissance de la Préhistoire récente, tant du point de vue de la culture matérielle que des pratiques funéraires. Dans le cadre d’un bilan réactualisé, le potentiel du site pourrait ainsi se révéler.

55En fin de compte, la chronologie détaillée dans les années 1960 par J. Lüning montre aujourd’hui des faiblesses. À l’époque, l’état de la documentation n’était tout naturellement pas le même qu’aujourd’hui. La montée en puissance de l’archéologie préventive et le développement de la dendrochronologie ont bouleversé notre connaissance du Néolithique régional et européen. Au moment de la parution de la thèse de Lüning, on ne connaissait pratiquement rien ni du Michelsberg du Bassin parisien, ni du Munzingen du sud de la plaine du Rhin ; et même la chronologie interne du Cortaillod nous échappait encore. Aujourd’hui, il serait avantageux de reprendre le problème de la chronologie du Néolithique récent de la plaine du Rhin.

56Remerciements
La fouille d’Ergersheim (Bas-Rhin) « Abbaye » a été menée par Stéphanie Guillotin (Antea-Archéologie), qui a mis à notre disposition des illustrations encore inédites. E. Broc a pu bénéficier de l’aide régulière de R.-M. Arbogast (UMR 7044, Strasbourg) au cours de son étude de la faune. R.-M. Arbogast a notamment mis à disposition les mesures utilisées ici pour déterminer la mandibule de loup. Elles ont été acquises sur le corpus Néolithique final du lac de Chalain (Jura français). Relectures : E. Burri-Wyser et A. Denaire.

Bibliographie

ARBOGAST R.-M., DESCHLER-ERB S., MARTI-GRÄDEL E., PLÜSS P., HÜSTER-PLOGMANN H., SCHIBLER J., 2005, « Du loup au ‘chien des tourbières’ : les restes de canidés sur les sites lacustres entre Alpes et Jura », Revue de Paléobiologie, 10, p. 171-183.

BRUZEK J., 2002, « A method for visual determination of sex using the human hip bone », American Journal of Physical Anthropology, 117, p. 157-168.

BURRI E., 2007, La céramique du Néolithique moyen : analyse spatiale et histoire des peuplements, Lausanne, Cahiers d’Archéologie romande, 310 p., 199 fig., 83 pl. (Cahiers d’Archéologie romande, 109 - La station lacustre de Concise, 2).

DIETRICH E., avec la coll. de JUD P., KAENEL G., MÉNIEL P., MOINAT P., WEIDMANN D., 2007, « Le sanctuaire helvète du Mormont », Archéologie suisse, 30, 1, p. 2-13.

DRIESCH A. von den, 1976, A guide to the measurement of animal bones from archaeological sites : as developed by the Institut für Palaeoanatomie, Domestikationsforschung und Geschichte der Tiermedizin of the University of Munich, Cambridge, Harvard Univ., 137 p., 62 fig. (Peabody Museum bulletin, 1).

GALLAY A., 2006, Les sociétés mégalithiques : pouvoir des hommes, mémoire des morts, Lausanne, Presses polytechniques et univ. romandes, 142 p. (Le Savoir suisse, 37).

GILES E., ELLIOT O., 1963, « Sex determination by discriminant function : analysis of crania », American Journal of Physical Anthropology, 21, p. 53-68.

GUILLOTIN S. dir., 2013, Ergersheim ‘Abbaye’, Alsace, Bas-Rhin (67), Rapport final d’opération d’archéologie préventive, Strasbourg, S.R.A., 531 p., 106 fig., 13 annexes.

HÜGLIN S., SPICHTIG N., 2010, « War crime or élite burial : interpretations of human skeletons within the Late La Tène settlement Basel-Gasfabrick, Basel, Switzerland », European Journal of Archaeology, 13, 3, p. 313–335.

JAMMET-REYNAL L., 2012, Le Néolithique Moyen Bourguignon dans l’arc jurassien (4400-3600 av. J.-C.) : définition d’un groupe céramique, Thèse de doctorat, Univ. de Genève, 277 p., 74 fig., 58 pl., 10 annexes.

JEUNESSE C., 1989, « La culture de Munzingen dans le cadre du ‘Jungneolithikum’ du sud-ouest de l’Europe centrale d’après les découvertes récentes des sites alsaciens de Didenheim (Haut-Rhin) et Geispolsheim (Bas-Rhin) », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 5, p. 155-184.

JEUNESSE C., 2010a, « Die Michelsberger Kultur », in : LICHTER, 2010, p. 46-55.

JEUNESSE C., 2010b, « Die Michelsberger Kultur : eine Kultur ohne Friedhöfe », in : LICHTER, 2010, p. 90-95.

JEUNESSE C., 2010c, « Les sépultures en fosses circulaires de l’horizon 4500-3500 : contribution à l’étude comparée des systèmes funéraires du Néolithique européen », in : BARAY L., BOULESTIN B. dir., Morts anormaux et sépultures bizarres : les dépôts humains en fosses circulaires ou en silos du Néolithique à l’Âge du Fer, Actes de la table ronde interdisciplinaire de Sens, mars-avril 2006, Dijon, Éd. univ. de Dijon, p. 28-48.

JEUNESSE C., LEFRANC P., DENAIRE A., avec des contr. de ARBOGAST R.-M., NAZE G., 2004, « Groupe de Bischheim, origine du Michelsberg, genèse du groupe d’Entzheim : la transition entre le Néolithique moyen et le Néolithique récent dans les régions rhénanes », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 18-19 (numéro spécial), p. 1-279.

KAENEL G., 2012 L’an -58, les Helvètes : archéologie d’un peuple celte, Lausanne, Presses polytechniques et univ. romandes, 152 p. (Le Savoir suisse, 82).

KOZIOL A., avec la coll. de PUTELAT O., THOMANN A., VIGREUX T., 2009, Ergersheim (Alsace, Bas-Rhin) Abbaye 16 rue Principale, Rapport de diagnostic non publié, Sélestat, Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan, 71 p.

LANDOLT M., MILLET É., ROTH-ZEHNER M., avec la coll. de BARRAND H., CARTIER E., MAUDUIT A., PUTELAT O., 2010, « Pratiques funéraires en Alsace du Ve au Ier siècle avant J.-C. », in : Barral P., DEDET B., DELRIEU F., GIRAUD P., LE GOFF I., MARION S., VILLARD-Le TIEC A. dir., L’Âge du fer en Basse Normandie : gestes funéraires en Gaule au second Âge du Fer, Actes du XXXIIIe colloque international de l’AFEAF, Caen, 20-24 mai 2009, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté, p. 207-230 (A.L.U.B., 883 - Environnement, sociétés et archéologie, 14).

LEFRANC P., 2007, « Néolithique », in : Bilan scientifique de la région Alsace, Strasbourg, S.R.A., p. 19-104 (Bilan scientifique de la région Alsace, hors série 1/2).

LEFRANC P., DENAIRE A., CHENAL F., ARBOGAST R.-M., 2010, « Les inhumations et les dépôts d’animaux en fosses circulaires du Néolithique récent du sud de la plaine du Rhin supérieur », Gallia Préhistoire, t. 52, p. 61-116.

LEFRANC P., DENAIRE A., BOËS E. ARBOGAST R.-M., BILLOIN D., 2011, « L’habitat Néolithique récent de Geispolsheim ‘Forlen’ (Bas-Rhin) : contribution à la périodisation de la culture de Munzingen et à l’étude de ses relations avec les cultures du Plateau suisse et du lac de Constance », R.A.E., t. 60, p. 45-82.

LEFRANC P., ARBOGAST R.-M., CHENAL F., HILDBRAND E., MERKL M., STRAHM CH., VAN WILLIGEN S., WÖRLE M., 2012, « Inhumations, dépôts d'animaux et perles en cuivre du IVe millénaire sur le site Néolithique décent de Colmar ‘Aérodrome’ (Haut-Rhin) », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 109, 4, p. 689-730.

LEUZINGER U., avec la coll. de HAAS J. N., KARG S., STARNBERGER R., 2007, Pfyn Breitenloo : die jungsteinzeitliche Pfahlbausiedlung, Frauenfeld, Veröffentlichung des Amtes für Archäologie des Kantons Thurgau, 216 p., 198 fig. (Archäologie im Thurgau, 14).

LICHTER C. dir., 2010, Jungsteinzeit im Umbruch : die Michelsberger Kultur und Mitteleuropa vor 6000 Jahren, Katalog zur Ausstellung im Badischen Landesmuseum Schloss Karlsruhe (20.11.2010-15.5.2011), Darmstadt, Primus Verl., 415 p.

LÜNING J., 1967, « Die Michelsberger Kultur : ihre Funde in zeitlicher und räumlicher Gliederung », Bericht der Römisch-Germanischen Kommission des Deutschen Archäologischen Instituts, p. 1-350.

LÜNING J., 1996, « Erneute Gedanken zur Benennung der neolithischen Perioden », Germania, 74, 1, p. 233-237.

MAIER R., 1958, « Neufunde aus der ‘Michelsberger’ Höhensiedlung bei Munzingen, Landkreis Freiburg im Breisgau », Badische Fundberichte, 21, p. 7-40.

MÉNIEL P., 2009, « Veaux, vaches, cochons, chevaux », in : KAENEL G. dir., Le Mormont : un sanctuaire des Helvètes en terre vaudoise vers 100 avant J.-C., Lausanne, Section de l’archéologie cantonale, p. 8-11.

MuRAIL P., BRUZEK J., HOUËT F., CUNHA E., 2005, « DSP – a tool for probabilistic sex diagnosis using worldwide variability in hip bone measurements », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, 17, 3-4, p. 167-176.

SCHIBLER J., 1981, Typologische Untersuchungen der cortaillodzeitlichen Knochenartefakte, Berne, Staatlicher Lehrmittelverlag, 135 p., 54 fig., 51 pl. (Die neolithischen Ufersiedlungen von Twann, 17).

SCHIBLER J., 1995, « Technologie : bois de cervidé, os », in : STÖCKLI W.E., NIFFELER U., GROSS-KLEE E. dir., Neolitikum – Néolithique - Neolitico, Bâle, Soc. suisse de Préhistoire et d’Archéologie, p. 142-151 (La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, 2).

SCHMITT A., 2005, « Une nouvelle méthode pour estimer l’âge au décès des adultes à partir de la surface sacro-pelvienne iliaque », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, 14, 1-2, p. 1-13.

SEIDEL U., 2004, Die jungneolithischen Siedlungen von Leonberg-Höfingen, Kr. Böblingen, Stuttgart, K. Theiss Verl., 692 p., 274 fig., 87 pl. (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 69).

SEIDEL U., 2005, « Das Michelsberger Erdwerk von Heilbronn-Klingenberg 'Schlossberg' : Vorbericht der Auswetungen », Fundberichte aus Baden-Württemberg, 28, 1, p. 19-61.

SEIDEL U., 2008, Michelsberger Erdwerke im Raum Heilbronn : Neckarsulm-Obereisesheim ‘Hetzenberg’ und Ilsfeld ‘Ebene’, Lkr. Heilbronn, Heilbronn-Klingenberg, ‘Schlossberg’, Stadtkreis Heilbronn, Stuttgart, K. Theiss Verl., 3 vol., 848 p. (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 81).

TESTART A., 2004, La servitude volontaire : les morts d’accompagnement, Paris, éd. Errance, 263 p.

WALKER P. L., 2008, « Sexing skulls using discriminant function : analysis of visually assessed traits », American Journal of Physical Anthropology, 136, p. 39-50.

WINIGER A., BULLINGER J., BURRI E., CHAUVIÈRE F.-X., MAYTAIN S., AFFOLTER J., 2010, Le mobilier organique et lithique du Néolithique moyen, Lausanne, Cahiers d’Archéologie romande, 448 p., 352 fig., 129 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 119 - La station lacustre de Concise, 3).

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Jammet-Reynal, Emeline Broc, Justine Lyautey et Isabelle-Frances Simon, « Les occupations Michelsberg et Munzingen d’Ergersheim (Bas-Rhin) « Abbaye » dans leur contexte chrono-culturel », Revue archéologique de l'Est, tome 64 | 2015, [En ligne], mis en ligne le 17 novembre 2016. URL : http://rae.revues.org/8444. consulté le 21 février 2017.

Auteurs

Loïc Jammet-Reynal

Antea archéologie / 11, rue de Zurich / F-68440 Habsheim.

Articles du même auteur

Emeline Broc

UMR 5140-Archéologie des Sociétés Méditerranéennes / F- 34970 Lattes.

Articles du même auteur

Justine Lyautey

Antea archéologie / 11, rue de Zurich / F-68440 Habsheim.

Isabelle-Frances Simon

Doctorante à l’UMR 8215-Trajectoires / F-92023 Nanterre cedex.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés