Navigation – Plan du site
Notes et documents

La nécropole du second Âge du Fer d’Asnans « Moulin Boudard » (Jura) : synthèse des découvertes anciennes et récentes

Valérie Taillandier et David Gandia
p. 473-484

Résumés

La nécropole d’Asnans « Moulin Boudard », située dans le nord-est du département du Jura, dans la plaine du Doubs, a fait l’objet de plusieurs découvertes au cours du XXe siècle. Longtemps connue par une série de parures appartenant à des tombes mises au jour anciennement lors de l’exploitation de granulat, elle fit l’objet, en 2002, d’une nouvelle découverte fortuite dans le jardin de particuliers. Bien que sa fouille n’ait pas été opérée par des archéologues, ce qui a entraîné la perte de données et vraisemblablement de mobilier, son étude offre l’opportunité d’actualiser l’analyse de ce site funéraire de La Tène ancienne.

Haut de page

Texte intégral

1Le site d’Asnans « Moulin Boudard », découvert en 1900, a fait l’objet d’un réexamen détaillé des données et collections, dans le cadre d’un travail de doctorat en cours sur les pratiques funéraires du second Âge du Fer dans le massif jurassien et ses marges. La découverte fortuite d’une nouvelle sépulture en 2002 offre l’occasion d’actualiser les connaissances de ce site. L’approche archéo-anthropologique, rare pour les sites funéraires franc-comtois de la période, faute de découvertes récentes (TAILLANDIER, 2013), est un des apports de cette étude. Un réexamen des collections anciennes vient enrichir la discussion sur la chronologie d’utilisation de cette nécropole.

I. Présentation du site

I.1. Localisation

2Le site d’Asnans « Moulin Boudard - Au gros Saule » se situe en bordure de la D11, rue du Moulin Boudard sur l’actuelle commune d’Asnans-Beauvoisin, à proximité de Dole dans le département du Jura (fig. 1).

Fig. 1. Localisation de la découverte et remise en contexte avec les découvertes funéraires contemporaines locales.

3Si le lieu-dit « Moulin Boudard » existe toujours, le second, visible sur le cadastre du XIXe siècle, a en revanche disparu pour laisser place au lieu-dit « Le Petit Gué » auparavant plus à l’est (fig. 2). Le site, dont l’emprise exacte comme la répartition des sépultures sont inconnues, se situe à 1 km au sud de la confluence Orain-Doubs, à proximité d’un ancien canal toujours en eau qui dessert le moulin qui a donné son nom au lieu-dit. En plein cœur de la plaine alluviale, il est naturellement implanté dans des limons de débordement du Doubs à une altitude moyenne de 187 m NGF.

Fig. 2. Localisation de la nécropole par rapport aux lieux-dits des découvertes anciennes, commune d’Asnans-Beauvoisin (Jura).

4Ce secteur a été exploité au moins dans la première moitié du XXe siècle comme carrière de granulat avant de laisser place, à partir des années 1960 (d’après les clichés IGN), à quelques habitations. Ces anciennes carrières, dont la plupart sont encore bien visibles dans le paysage, ont vraisemblablement freiné l’extension de l’urbanisation de ce secteur, essentiellement constitué aujourd’hui de pâtures. La configuration actuelle des terrains marqués par ces anciennes carrières, la présence de plusieurs maisons d’habitation ou encore le passage d’un gazoduc, limitent toute nouvelle intervention sur le terrain. Des découvertes fortuites ne sont toutefois pas impossibles, comme l’atteste celle que nous présentons ici.

I.2. Historique des découvertes

  • 1  « de forts beaux bracelets en bronze, de fibules et de rouelles de même métal ».

5Découvert en 1900 lors de creusements de sablières, le site fut publié pour la première fois par Lucien Févret (FÉVRET, 1902, p. 10)1. Julien Feuvrier détaille cette découverte dans ses manuscrits ; il mentionne quatre inhumations dont trois orientées E-O et une N-S, proches les unes des autres et enfouies à une profondeur de 80 cm. Il précise également qu’un individu « portait deux bracelets de bronze au bras droit, trois armilles au bras gauche » et qu’un « autre avait une agrafe de vêtement en bronze » (FEUVRIER, s.d.). En 1935, Maurice Piroutet ne mentionne plus uniquement le lieu-dit « Moulin Boudard », mais également « Au Gros Saule » pour évoquer ce site. Cette information réapparaîtra trente ans plus tard lors de la publication de la collection par Jacques-Pierre Millotte. Conservée au musée de Dole, elle compte plus d’une dizaine d’objets, dont la majeure partie a été dessinée par l’auteur : au moins cinq objets de parure proviendraient du lieu-dit « Moulin Boudard » et cinq du « Gros Saule » (MILLOTTE, 1963, vol. 1, p. 261 ; vol. 2, pl. LXXIV, groupe A nos 1 à 5 et groupe I nos 1 à 5). En comparant le texte et les planches, on réalise qu’il ne les a pas tous illustrés. L’étude documentaire réalisée sur le site par Sylvain Canet dans le cadre d’un mémoire universitaire (CANET, 2011, p. 146-149), offre une vision détaillée des données anciennes et études récentes qui ont permis de définir ce site comme une petite nécropole de La Tène ancienne (BARRAL, 2009).

6En 2002, des travaux de démolition d’un appentis dans le jardin d’habitants de ce lieu-dit ont amené la découverte d’une sépulture à inhumation. « Fouillée » par les particuliers eux-mêmes, puis par les gendarmes de Chaussin, cette sépulture a fait l’objet d’un rapport de procédure illustré et d’un examen macroscopique en laboratoire à l’institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale à Rosny-sous-Bois avant d’être remise au Service régional de l’Archéologie en 2003.

I.3. Bilan de la documentation disponible

7Si aucun squelette ne semble avoir été conservé lors des découvertes anciennes, plusieurs objets sont donc entrés dans les collections du musée de Dole par l’intermédiaire de son conservateur, Julien Feuvrier. En raison de quelques erreurs de notation sur les objets dans les années 80, seulement cinq parures annulaires ont pu être publiées dans le cadre de l’exposition en hommage à cet érudit (BARRAL, 2009). Suite au récolement des collections, cet ensemble retrouve aujourd’hui une certaine intégrité puisque seul le petit anneau publié par Jacques-Pierre Millotte (MILLOTTE, 1963, vol. 2, pl. LXXIV, groupe A n° 2) semble avoir disparu depuis les années 1980 où il apparaissait encore dans les inventaires.

  • 2  Par ailleurs, le nom du maire est Giroudet et non Girardot, comme cela a également été publié.

8En octobre 1879, deux parures annulaires provenant d’Asnans furent données par le maire de la commune au musée de Lons-le-Saunier (MILLOTTE, VIGNARD, 1962, p. 26, pl. XI, nos 177-179). Si la précision de leur provenance sur la commune est inconnue, la corrélation chronologique avec les objets conservés au musée de Dole permet d’envisager une même origine. Un fragment de bague, associé à ce lot d’objets au moins depuis les années 1960, n’est en réalité pas enregistré avec les deux bracelets dans l’inventaire d’entrée au musée comme l’indique par erreur Jacques-Pierre Millotte (ibid., p. 26-27)2. Nous choisissons toutefois de le présenter ici.

9Enfin, de la sépulture découverte en 2002 subsiste un squelette quasi-complet dans un très bon état de conservation ainsi qu’une fibule, seul élément mobilier conservé d’un costume funéraire vraisemblablement plus complexe (cf.infra).

II. La découverte de 2002

10La sépulture à inhumation reposait à 70 cm de profondeur environ dans un limon sableux brun clair. Son orientation est sur un axe NE-SO (fig. 2). Les rares clichés réalisés par la gendarmerie de Chaussin (fig. 3) lors de son intervention ne permettent de distinguer ni le creusement ni le comblement, vraisemblablement de même nature que l’encaissant.

Fig. 3. Clichés de la sépulture réalisés par les agents de la gendarmerie de Chaussin. Archives du S.R.A. Franche-Comté.

II.1. Taphonomie des vestiges, d’après photographies partielles et données médico-légales(D. Gandia)

11Malgré la fouille expéditive des membres inférieurs de l’individu, qui ne permet pas de restituer complètement son positionnement, quelques observations taphonomiques ont pu être réalisées.

12Le corps repose en décubitus dorsal. Le crâne, qui a basculé et apparaît par sa face latérale gauche, semble en logique anatomique avec la mandibule qui a vraisemblablement suivi le même mouvement et s’est ouverte. Les connexions scapulo-humérales semblent préservées et, tandis que la scapula droite se présente visiblement de façon antérieure légèrement latérale, pouvant indiquer une contrainte latérale, l’humérus gauche apparaît de façon médio-antérieure ; position probablement artéfactuelle et liée à une perturbation lors de la fouille. On peut noter une mise à plat « contrainte » des grils costaux mais également le fait que l’os coxal droit, bien qu’ayant amorcé une ouverture, a été contraint latéralement et apparaît de façon antérieure légèrement médiale.

13La mise à plat du volume thoracique et l’ouverture, bien que contrainte, de l’os coxal droit indiquent une décomposition en espace vide (en opposition à « pleine terre »). En outre, la contrainte latérale observée au niveau de ce dernier, ainsi que, peut-être, au niveau de la scapula gauche et des grils coxaux pourrait évoquer la présence d’un élément textile souple, que pourrait par ailleurs confirmer la présence de la fibule (cf. infra), dont la nature ne peut être restituée. Quoi qu’il en soit, face à la faiblesse des données, il convient de rester prudent.

  • 3  Traces obliques, périphériques, s’étendant au maximum sur 7 cm au niveau du radius et 5 cm sur l’u (...)

14Le costume funéraire était constitué d’au moins une fibule qui s’est retrouvée piégée sous l’hémi mandibule droite, laissant une trace de vert-de-gris sur l’os. Si aucun autre objet n’a vraisemblablement été découvert, des traces verdâtres analogues sont visibles sur la face antérieure de la tête et du col de l’humérus gauche ainsi que sur le tiers distal de la diaphyse du radius et de l’ulna droits3. Ces traces permettent de restituer un costume funéraire un peu plus étoffé que le suggère le seul élément de mobilier qui nous est parvenu, avec la présence d’au moins trois éléments de parure (fig. 3 et 4).

II.2. Étude anthropologique et paléopathologique (D. Gandia)

II.2.1. Données générales

15Les éléments du squelette de cet individu sont relativement bien préservés, en dépit de dommages et lacunes ponctuels : absence des éléments du pied droit et de presque tous ceux du pied gauche (seuls deux fragments de MTT sont présents), des tibia et fibula gauches, des patellas, de quelques éléments des mains et de l’hémi mandibule gauche ; endommagement des os de la face, des scapulas, du sternum, du sacrum et de l’os coxal droit.

  • 4  Diagnose sexuelle établie à partir des mesures des os coxaux (MURAILet alii, 2005) ainsi que, dans (...)
  • 5  Estimation de l’âge réalisée à partir des critères morphologiques de la surface articulaire sacro- (...)
  • 6  Établie d’après la longueur maximale du fémur droit (TROTTER, 1970, in : WHITEet alii, 2012).

16Le squelette appartient à un individu adulte mature de sexe féminin4 âgé entre 30 et 49 ans5 et dont la stature peut être estimée à 164,3 (± 3,72) cm6.

II.2.2. Lésions observées

Denture

  • 7  Inflammation des tissus de soutien de la dent et notamment de l’os alvéolaire.

17L’état de la denture de cet individu est relativement bon et aucune chute ante-mortem, lésion périapicale (« abcès ») ou strie d’hypoplasie de l’émail (marqueur de stress durant l’enfance) n’est notable au niveau des éléments observables (rappelons l’absence de l’hémi mandibule gauche). L’usure des dents est modérée et se présente majoritairement via de petites plages de polissage voire de zones de mise à nu de la dentine localement confluentes (1ères molaires maxillaires) ; seuls quelques légers dépôts de tartre sont présents, les plus importants étant situés au niveau de la jonction cément-émail de la face linguale des molaires maxillaires. Il convient également de mentionner la présence de deux lésions carieuses débutantes au niveau de la 1ère et de la 2ème molaires mandibulaires droites ainsi qu’un retrait de l’os alvéolaire pouvant correspondre à une parodontite7 ; élément devant néanmoins être pris avec précaution car celui-ci pourrait ne pas être de nature inflammatoire et simplement lié à l’âge de l’individu (physiologique), d’autant qu’aucun remaniement palatin n’est notable.

18L’aspect relativement sain de la denture de cet individu pourrait indiquer un régime alimentaire particulier peut-être « riche » en protéines (cf. infra) ainsi que, dans une moindre mesure, une certaine attention portée à la dentition, voire une réelle « hygiène dentaire ». Par ailleurs, l’absence de stries linéaires d’hypoplasie de l’émail indique que cette femme n’a vraisemblablement pas souffert de stress majeurs durant l’enfance (infection, carence nutritionnelle...).

Remarques générales sur les lésions carieuses

19Comme le soulignent de nombreux auteurs (notamment ORTNER, 2003), à côté des caractéristiques anatomiques physiologiques, structurelles et génétiques (dépressions, fissures, position des dents, défaut congénital de la qualité de l’émail...), d’autres facteurs, notamment bactériens et nutritionnels, comme la proportion de sucre dans le régime alimentaire et plus généralement des hydrates de carbone tels que l’amidon de la farine, sont connus pour favoriser une activité cariogène. Par ailleurs, les protéines et les graisses ne semblent pas être impliquées et certains éléments tendraient à montrer que les protéines d’origine animale, comme la caséine contenue dans les produits laitiers, auraient un effet protecteur (Hillson, 2005). Ainsi, en contexte archéologique, l’hypothèse que les individus d’un statut social plus élevés aient pu avoir un accès plus aisé aux aliments cariogènes, mais aussi, inversement, soient susceptibles d’avoir consommé plus de protéines carnées et laitières et aient donc été moins sujets aux attaques carieuses a été avancée (ROBERTS, MANCHESTER, 2005) et confirmée par certaines études (LARSEN, 1997).

  • 8  Nécessitant par ailleurs l’utilisation de protocoles d’étude similaires ou corrélables.

20Il convient toutefois de souligner avec force que, dans notre cas, au vu du peu d’éléments disponibles et en l’absence de possibilités de comparaison immédiates, permettant de replacer cet individu au sein du profil du groupe auquel il appartient, une grande prudence est de mise et qu’aucune interprétation, notamment en ce qui concerne son statut, ne peut être avancée. En outre, même si des données ayant trait à l’état sanitaire de populations « contemporaines » ont été publiées (BARRAL, DEPIERRE, 1993), l’impossibilité de déterminer le profil populationnel en vue de le confronter à ceux rapportés8 rend toute tentative de comparaison peu pertinente.

Atteintes dégénératives du squelette (liste 1, en annexe)

21Quelques atteintes dégénératives, notamment rachidiennes et fémorale (fémur gauche), peu importantes, ont pu être notées sur le squelette de cet individu mais seules celles présentes au niveau de la tête fémorale gauche, bien que débutantes, peuvent être considérées comme relativement significatives.

Enthésopathie et marqueurs d’activité et de posture (liste 2, en annexe)

  • 9  « Inflammation » d’une enthèse : zone d’insertion des tendons, ligaments, capsules et « muscles » (...)

22Plusieurs zones d’enthésopathie9 sont observables sur le squelette de cet individu. Ces dernières, peu développées, dénotent simplement une sollicitation « relativement importante » et des microtraumatismes imprimés à ces zones d’insertion et aux structures associées, notamment au niveau des membres supérieurs (« coudes » et, dans une moindre mesure, mains), de la colonne vertébrale ainsi que du bassin et des fémurs. Ces dernières manifestations, particulièrement fémorales, en lien avec les fosses de Allen et les hernies intraspongieuses, sur lesquelles nous reviendrons, pourraient par ailleurs être liées et participer d’un même complexe de sollicitation ; toutefois, même si certaines d’entre elles sont citées comme intervenant dans le cadre du « syndrome du cavalier » (PALFI, 1997 ; BAILLIS-DUCROS et alii, 2012 ; WENTZ, GRUMMOND, 2009), en l’absence d’éléments plus caractéristiques, notamment l’ovalisation des acétabulums, et face à leur aspect peu spécifique individuellement, aucune interprétation ne peut être avancée. Il n’est donc pas possible ici de dépasser le stade du constat et simplement peut-on restituer que cet individu pratiquait des activités « stressantes » dans le cadre desquelles étaient sollicités les coudes, les mains, la colonne vertébrale ainsi que les cuisses.

Remarques générales sur les fosses de Allen et les hernies intraspongieuses

  • 10  Petite dépression avec perte d’os cortical et apparition de la trabéculation de l’os spongieux sit (...)

23L’étiologie des fosses de Allen10, considérées comme des caractères discrets, est incertaine. Toutefois, comme l’indique E. Verna et ses collègues (VERNA et alii, 2013), bien que ces dernières puissent correspondre à un trouble de l’ossification, elles pourraient également être liées au mouvement d’extension de la jambe et à la rotation de la tête fémorale dans l’acétabulum, entraînant une sollicitation intensive du ligament iliofémoral, et ainsi être considérées comme un marqueur d’activité.

  • 11  Herniation (« enfoncement ») du disque intervertébral pénétrant le plateau articulaire, identifiab (...)

24De la même façon, l’étiologie des hernies intraspongieuses, ou nodules de Schmorl (NS)11, est incertaine et plusieurs hypothèses ont été proposées. Pour certains auteurs, celles-ci pourraient être liées à des traumatismes avec infection sous-jacente ou ostéoporose (ROBERTS, MANCHESTER, 2005) ou à des stress mécaniques importants, compte tenu du fait qu’elles sont particulièrement fréquentes chez les personnes ayant une activité physique intense, sollicitant activement la colonne vertébrale et notamment sa partie inférieure (WALDRON, 2009). Toutefois, plus récemment, D. Dar et ses collègues (DAR et alii, 2010) ont avancé l’hypothèse que ce serait le régime de charge normal et le schéma de mouvement de la colonne vertébrale, notamment les mouvements de rotation, qui prédisposeraient à la rupture des plateaux articulaires et au développement de NS au cours de l’adolescence, alors que les corps vertébraux ne sont pas encore matures ; par ailleurs, même s’ils reconnaissent que d’autres facteurs peuvent contribuer à leur formation (anomalies congénitales, traumatismes et diverses affections rachidiennes), pour eux, ceux-ci ne seraient pas centraux. Quoi qu’il en soit, sans entrer davantage dans le détail, il semblerait que les hernies intraspongieuses puissent tout de même être considérées comme des marqueurs d’activités, dénotant peut-être une activité physique relativement intense précocement au cours de la vie, compte tenu du fait que tous les individus ne sont pas atteints et de la vraisemblable plus forte prévalence chez ceux imprimant des stress importants et répétés à leur rachis, notamment dans le cadre d’activités de levage d’élément lourds (CAPASSO et alii, 1999).

25Sans qu’il soit possible, dans notre cas, d’incriminer une quelconque activité en particulier, la présence de ces lésions permet d’envisager, en lien avec les enthésopathies vertébrales notées (ligament jaune) ainsi que, dans une moindre mesure, les atteintes arthrosiques, que cet individu a probablement eu une activité physique relativement intense, débutée peut-être précocement, à l’origine de microtraumatismes et de stress répétés au niveau de la colonne vertébrale.

II.2.3. Synthèse

26Face au peu d’éléments disponibles et en l’absence de possibilité de comparaisons immédiates (avec d’autres individus du groupe), l’interprétation des éléments présents sur le squelette de cet individu, par ailleurs peu caractéristiques, est limitée. On peut simplement avancer l’hypothèse, via l’état relativement sein de la denture, d’un régime alimentaire particulier et notamment, peut-être, de la consommation de protéines d’origine animale, et que cette femme a eu durant son existence une activité physique relativement intense ayant occasionné des stress et contraintes au niveau des membres supérieurs et inférieurs (« coudes » et mains, os coxaux et fémurs) ainsi qu’au niveau de la colonne vertébrale (notamment lombaire), dont la nature exacte ne peut être restituée.

27Il convient de noter pour terminer que, comme le soulignent notamment J. W. Woods et ses collègues (« paradoxe ostéologique » ; WOODS et alii, 1992) et pour résumer très brièvement, l’absence de lésions squelettiques, telles que des marqueurs d’infection, ne signifie pas forcément que l’individu était « en bonne santé ». Au contraire, plus le squelette présente de lésions osseuses, meilleur était l’« état de santé » car ces dernières nécessitent un certain temps pour se développer, impliquent un système immunitaire efficient et dénotent donc la résistance de l’individu.

28Ainsi, en l’absence de toute lésion observable, simplement est-il possible d’indiquer que cette femme est sans doute décédée des suites d’un évènement ou d’une affection (au sens le plus large) n’ayant concerné que les tissus mous, ne touchant pas les os, ou ayant entraîné la mort avant que d’éventuelles lésions osseuses n’aient eu le temps de se développer.

II.3. Le mobilier de la sépulture

29La fibule (fig. 4, n° 1), en alliage cuivreux de type bronze, possède un ressort à 2 x 3 spires et corde interne. L’arc est allongé, de section plane, mouluré et à décors incisés et ocelles estampés dans le panneau central. Le pied libre est relevé vers l’arc et terminé par une petite boule sphérique précédée d'une moulure et prolongée par un appendice. L’estampage est très appuyé et forme un véritable quadrillage régulier cernant chaque ocelle. Ce type de décor et le caractère étiré de l’arc de la fibule permet de la classer au sein du type de Duchcov (Dux), site éponyme en Bohême. L’arc, extrêmement plat, est apparenté à la variante foliacée de ce type tout en conservant une forme rectiligne et une organisation du décor plus classique avec son panneau central cerné de moulures plus étroites. Ce type caractéristique de la phase « Duchcov-Münsingen » défini par V. Kruta (1979) est bien daté de LT B1b (KAENEL, 1999, p. 70).

30Comme nous l’avons évoqué, au moins deux autres objets devaient être présents dans la tombe. La localisation des traces de vert-de-gris laisse supposer la présence d’une autre fibule au niveau de l’épaule gauche et d’un ou deux bracelets au niveau de l’avant-bras droit (fig. 3 et 4).

III. Approche typo-chronologique des découvertes anciennes

III.1. Collection du musée de Dole

31La fibule que nous venons de décrire s’inscrit bien dans le faciès chronologique des objets découverts anciennement (fig. 4, nos 2-16) et présentés ci-après. Afin d’éviter les répétitions, rappelons ici qu’ils sont tous en alliage cuivreux de type bronze. La collection du musée de Dole est présentée selon les groupes distingués dans la thèse de J.-P. Millotte (1963, pl. LXXIV, A et I) :

Fig. 4. Parures funéraires attribuées ou attribuables au site d’Asnans « Moulin Boudard ». 1. Sépulture découverte en 2002 ; conservation : S.R.A. Franche-Comté ; 2-13. découverte du début du xxe siècle ; conservation : musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Dole ; 14-16. découverte de la fin du XIXe siècle ; conservation : musée d’Archéologie de Lons-le-Saunier. Del. et DAO : V. Taillandier.

III.1.1. Groupe A : « Moulin Boudard »

Les objets

32La fibule n° 2 – Lacunaire, elle se présente sous la forme d’un arc étiré, plat, foliacé et traversé en diagonale par une cannelure cernée de lignes incisées. De part et d’autre de cette cannelure, se développe parallèlsement un décor de lignes d’ocelles estampés. Il subsiste le départ du ressort et deux spires du côté droit. Cette fibule est également à rattacher au type Dux/Duchcov et datable de LT B1b.

33Le bracelet n° 3 – Massif, ouvert, il est constitué d’un jonc de section ovale mouluré par de petites cannelures latérales et dont les extrémités se terminent en petits tampons en forme de palettes. Cette dernière caractéristique invite à rapprocher ce bracelet d’exemplaires bavarois dont le décor du jonc diffère toutefois (tombe 11 d’Hundsrucken à Manching ; KRÄMER, 1985, Taf. 32, nos 10-11). Leur assemblage avec des anneaux proches du n° 4 permettrait d’orienter sa datation à LT B2.

34Le bracelet n° 4 – Ce bracelet massif ouvert est constitué d’un jonc à moulures très rapprochées sur sa face externe et aux extrémités en tampons hémisphériques à rebords. L’assemblage de la tombe 23 de Nebringen, dans le Bade-Wurtemberg (KRÄMER, 1964, pl. 8 n° 6), analysé par É. Millet, permet d’attribuer cette sépulture à LT B2 (MILLET, 2008a, vol. 1, p. 143, 251, fig. 93). En Bavière, plusieurs exemplaires provenant de différentes nécropoles (tombes 3 et 11 d’Hundsrucken à Manching, la tombe 1 d’Egglfing ou encore Niederpöring ; KRÄMER, 1985, Taf. 27, 31, 69 et 88) peuvent également être rapprochés de celui d’Asnans.

  • 12  Comme cela peut être le cas des anneaux tubulaires à rivets de LT A.

35L’anneau n° 5 (disparu) – Cet anneau fermé, à jonc lisse de forte section lenticulaire, est à classer dans les anneaux de ceinture. L’absence de critère évident12 ne permet pas de préciser sa datation. Des ceintures à liens en matériaux périssables, avec un nombre variable d’anneaux, de sections et de dimensions multiples, sont connues au cours de La Tène ancienne, dès LT A en Bourgogne (sépulture 1 du tumulus du « Bas de Comet » à Essarois ; CHAUME, 1999) et plus régulièrement à LT B en Champagne (LEPAGE, 1984 ; MILLET, 2008b ; KAURIN, SEGUIN, 2013). Par cohérence avec le reste de l’ensemble mobilier, admettons qu’il soit attribuable au sens large à LT B.

36La rouelle n° 6 – Cette rouelle à quatre rayons et axe central mesure 28 mm de diamètre pour une épaisseur de 3 mm. Il s’agit de la seule rouelle qui subsiste au sein de la collection ancienne qui en contenait vraisemblablement plusieurs (FÉVRET, 1902). L’absence de comparaison tangible, autant en terme typologique que contextuel, ne permet pas d’en proposer une interprétation.

Discussion

37Si l’on s’en tient aux groupes présentés par J.-P. Millotte, on peut mettre en évidence la présence d’au moins deux sépultures correspondant à ce lieu-dit. La première représentée uniquement par la fibule de type Dux/Duchcov, typique de LT B1b, mentionnée anciennement (FEUVRIER, s.d.), et la seconde représentée par l’ensemble des parures annulaires. Celle-ci serait datée de LT B2 et trouve des parallèles dans une vaste zone allant de la Bourgogne à la Bavière en passant par le sud de la Champagne et la vallée du Rhin.

III.1.2. Groupe I : « Au Gros Saule »

Les objets

  • 13  Du nom d’une nécropole près de Mantoue en Italie.

38Les bracelets à nodosités et tampons nos 7 et 8 – Ouverts, à jonc lisse de section circulaire, ils sont caractérisés par la présence de deux nodosités à décor en esses incisé, cernées par des moulures qui ponctuent le jonc à l’opposé de l’ouverture. Les extrémités sont ornées de petits tampons vasiformes. L’exemplaire incomplet se distingue par la présence d’une seule moulure entre les deux nodosités, d’un décor d’incisions transversales sur ces moulures et d’une troisième nodosité, plus petite et sans décor, segmentant le jonc à mi-chemin entre le tampon et les nodosités opposées à l’ouverture. Ils appartiennent à la variante Carzaghetto13 définie par H.-E. Joachim dans sa classification des bracelets à jonc segmenté (JOACHIM, 1992). En contexte funéraire, ces anneaux sont représentés à l’unité dans les tombes (liste 3, en annexe), où ils sont communément associés à des fibules de type Dux/Duchcov. À ce jour, seule la tombe n° 74 de Jenišův Újezd (République tchèque) semble en avoir livré deux exemplaires. Mais ces deux bracelets ne présentent pas le décor caractéristique en esses (PIERREVELCIN, 2012, p. 101-102, fig. 30 1a et b) et l’éloignement de ce site de la Suisse (voire du massif jurassien et ses marges) où ce type de bracelet est le mieux représenté, minimise son importance. Les bracelets de type Carzaghetto se retrouvent dans une aire de diffusion analogue aux fibules de type Dux/Duchcov (KRUTA, 1979, fig. 5) et leur datation à LT B1b n’est pas remise en question aujourd’hui (BARAY et alii, 2007, p. 197 ; PIERREVELCIN, 2012, p. 101-102).

39Le bracelet n° 9 – De faible diamètre (48 x 44 mm), quasi-complet, ce bracelet, ouvert et massif, entre dans la catégorie des anneaux segmentés : son jonc est rythmé de trois nodosités simples alternées avec deux nodosités cernées de moulures et d’au moins un petit tampon. Les anneaux segmentés sont bien représentés en contextes funéraires francs-comtois, suisses, dans la vallée du Rhin, mais également en Haute-Marne. Les grands ensembles de la vallée du Rhin ont permis à É. Millet d’établir une classification à partir de la segmentation du jonc en plusieurs zones. Le bracelet d’Asnans pourrait alors être défini comme un bracelet à jonc partagé en six zones délimitées à l’ouverture par les tampons, datable de LT B1a (MILLET, 2008a, vol. 1, p. 160, 226 ; fig. 89 ; vol. 2, pl. 102, vol. 3, carte 72).

40Le bracelet n° 10 – Ce bracelet ouvert à jonc massif présente une section en D et s’affine légèrement aux extrémités ; il ne possède pas de décor. S’il n’est typologiquement pas discriminant, sa présence au sein d’une nécropole ayant livré uniquement des objets de LT B invite à l’attribuer à cette période. La tombe 33 de la nécropole de Caurel « Fosse-Minore » (Marne) a livré un bracelet similaire. L’assemblage est en revanche attribué à La Tène moyenne notamment en raison de la présence d’une fibule dont l’extrémité du pied vient s’attacher sur le sommet de l’arc (CHARPY, ROUALET, 1991, p. 117-118, n°f).

41Le bracelet n° 11 – Ce bracelet est ouvert, à jonc massif de section ovale et à grosse moulure longitudinale cernée de petites incisions transversales ; ses extrémités se chevauchent. Aucun parallèle n’a été trouvé pour ce type de bracelet qui, au même titre que le bracelet précédent, peut être attribué à LT B au sens large par association au reste du mobilier de la nécropole.

Discussion

42Il est là encore possible de mettre en évidence au moins deux sépultures grâce aux bracelets nos 7 et 8. Présents à l’unité dans tous les ensembles funéraires connus (cf. infra), il est logique de les dissocier plutôt que d’en constituer une paire par concordance typologique. L’hypothèse d’un seul et même ensemble ne peut être retenue, même s’il serait tentant de le faire par confrontation avec la mention de J. Feuvrier (cf. infra).

III.1.3. Le reste de la collection

Les objets

  • 14  Cette argile est un reste de fabrication du moule non permanent (MASSE, SZABO, 2005).

43Les anneaux nos 12 et 13 – Si J.-P. Millotte ne les a pas dessinés, il les a tout du moins décrits en mentionnant la présence de « deux bracelets à oves » (MILLOTTE, 1963, p. 261). Le diamètre intérieur de ces deux anneaux analogues empêche d’être précis quant à leur classification en tant que bracelet ou anneau de cheville (77 x 64 mm pour le premier et 69 x 61 mm pour le second). Massif, ouvert, leur jonc est orné d’oves pleins (respectivement 16 et 17) et les extrémités sont constituées de deux oves plus gros et creux. Cette partie creuse est toutefois remplie d’une matière noirâtre indéterminée mais interprétable comme de l’argile cuite14. C’est en Haute-Marne (LEPAGE, 1984) et en Bavière (KRÄMER, 1985) que l’on trouve le plus de parallèles pour ces anneaux apparentés aux anneaux à oves creux, plus connus en Europe centrale (MASSE, SZABÓ, 2005). La plupart des exemplaires comparables (petits oves pleins sur le jonc et gros oves creux aux extrémités) présentent un rebord au niveau des extrémités. L’exemplaire de la tombe de Gelting (Haute Bavière) est en revanche similaire en tous points avec ces anneaux ; l’assemblage permet de dater cette tombe de LT B2 (KRÄMER, 1985, Taf. 41). Notons qu’en Suisse, dans sa récente synthèse sur les anneaux à oves creux, G. Kaenel propose une datation plus précoce des exemplaires à oves pleins (KAENEL, 2012, p. 141). S’ils ne semblent effectivement pas perdurer à LT C1, ils sont toutefois contemporains des exemplaires à oves creux de facture analogue, en régions bavaroises (ibid.), mais pour lesquels le nombre d’oves évolue. Ces anneaux pourraient alors être un type à part entière au sein d’une famille plus large d’anneaux à oves qui ne perdurent pas avec l’augmentation de la taille des oves à La Tène moyenne (MASSE, SZABÓ, 2005). La comparaison du poids de ces anneaux, tous types confondus, permettrait de vérifier si ce paramètre entre en jeu dans le choix des artisans de réaliser des exemplaires creux ou non.

Discussion

44Aucune information ancienne ne permet de rattacher ces anneaux à une quelconque tombe. Si le seul ensemble clos recensé présente un seul bracelet de ce type, il faut rester prudent sur leur association (ou dissociation) tant il est courant que les anneaux à oves soient représentés en plusieurs exemplaires dans les tombes. Leur attribution chronologique est néanmoins cohérente avec le reste du mobilier et serait à rapprocher des bracelets 3 et 4 pour lesquels des comparaisons bavaroises ont également été soulignées.

III.2. Collection du musée de Lons-le-Saunier

Les objets

  • 15  La tombe 149 de cette nécropole a également livré un bracelet tubulaire en bronze sur noyau de fer (...)

45Bracelet n° 14 – Il s’agit d’un anneau tubulaire constitué d’une feuille de tôle de bronze enroulée sur un noyau d’argile (conservé) et d’une seconde feuille de tôle de bronze qui vient fermer l’anneau sur sa face interne. Il ne présente pas de décor. Ce type d’anneau n’est à ce jour connu qu’en Suisse sur les sites funéraires d’Aubonne, Chesalles-sur-Oron « La Corbe », t. 1, Lausanne « En Villars sous Montbenon », t. 1, Broc « Villa Cailler », t. 1-4 (KAENEL, 1990, p. 69, 73-74, 82, 136-138, 242, 373, pl. 7, 9, 16, 64), ainsi que sur celui de Münsingen-Rain, t. 75 (HODSON, 1968, pl. 33)15. Les sépultures nos 16 et 54 de la nécropole de « La Perrière », à Saint-Benoît-sur-Seine, en ont également livré deux exemplaires (MILLET, 2008b, p. 134, pl. 9, n°1 et pl. 14, n° 2). Tous ces ensembles sont de la Tène B2.

46Bracelet n° 15 – Bien qu’il soit beaucoup moins massif que les anneaux à oves pleins, il est à rapprocher typologiquement de ces derniers, tant les nodosités ornant le jonc sont analogues. Ouvert, ses extrémités sont également traitées en oves plus gros que les autres mais pleins. Ces critères typologiques invitent donc à proposer une datation LT B2, faute de comparaisons plus précises.

47Bague n° 16 – Si on ne peut assurer que ce fragment de petit anneau à bossettes provienne de ce site, il s’agit néanmoins clairement d’une bague d’après l’étiquette du musée qui indique qu’elle adhérait à un os de doigt. On lui trouve des analogies avec deux exemplaires de la tombe féminine n° 37 de la nécropole hongroise de Kósd (Nógrád) dont la datation pourrait se rattacher à LT C1 (WALDHAUSER, 1998, fig. 2 nos 37-38, p. 118).

Discussion

48Les deux bracelets, découverts ensemble ou du moins recueillis en même temps, peuvent constituer l’assemblage d’une sépulture datable de LT B2. La tombe de Lausanne « En Villars sous Montbenon » est à ce titre comparable : un bracelet à noyau d’argile, un bracelet d’un autre type, mais également une bague (KAENEL, 1990, pl. 16). Il est ainsi tentant d’accorder l’attribution de la bague à cet ensemble même si aucun indice dans les inventaires du musée ne permet de l’affirmer. La corrélation chronologique de ces objets invite à l’attribuer à la même nécropole sans toutefois là encore pouvoir l’affirmer au vu de la faiblesse documentaire de cette découverte.

IV. Synthèse

49L’homogénéité des datations typologiques des collections anciennes offre un ensemble funéraire cohérent, utilisé sur quelques générations au cours du IVe, voire au début du IIIe siècle av. J.-C.

  • 16  La nécropole de Besançon « Les Vareilles », actuellement connue grâce aux parures des quatre sépul (...)
  • 17  À défaut de nouvelles découvertes en Franche-Comté, il s’agit là d’opérations archéologiques récen (...)

50L’étude des parures conservées au musée de Dole permet de confirmer le nombre minimal de tombes découvertes au début du XXe siècle. La collection du musée de Lons-le-Saunier et la tombe découverte en 2002 permettent de grossir l’effectif minimum de cette nécropole à six sépultures. Le caractère fortuit de toutes ces découvertes comme le manque d’intérêt porté aux squelettes ne permettent pas de développer les questions d’effectifs16, ni celles du recrutement ou de l’état sanitaire des populations inhumées. L’étude archéo-anthropologique et paléopathologique réalisée sur le seul squelette conservé permet enfin d’avoir un regard bien que limité sur ce groupe de population. Âge, sexe, stature, hygiène de vie, pathologies sont autant de données qui font défaut plus généralement dans la région. Toutefois, l’archéologie préventive commence à livrer des petits ensembles funéraires dont la publication atténuera sans conteste la méconnaissance notoire de l’état sanitaire des populations de La Tène ancienne dans ce secteur17.

51Cette petite nécropole n’est pas isolée géographiquement puisque à défaut de sites d’habitat, d’autres sites funéraires sont recensés. Le site de Chaussin « Derrière le Château », situé à moins de 2 km, et celui de Crissey « Moulin de la Core », plus au nord, sont contemporains de celui d’Asnans (fig. 1). Issues également de découvertes anciennes, les données de ces sites sont tronquées puisque seulement une sépulture sur chacun d’entre eux est connue, uniquement à travers les parures recueillies. Néanmoins, celles-ci illustrent la variété du costume funéraire au sein d’une petite région. La présence d’un torque dans ces deux sépultures, élément de costume vraisemblablement absent du site d’Asnans, en est le meilleur exemple. Ce dernier point peut correspondre à une tendance à la disparition du torque des costumes funéraires à partir de la fin du IVe siècle av. J.-C, observée en Suisse occidentale (KAENEL, 1990, p. 280) ou plus au nord dans la vallée du Rhin (MILLET, 2008a, vol. 1, p. 333) jusqu’en Île-de-France à l’ouest (MARION, 2007, p. 104). Si le nord de la Bourgogne semble moins marqué par ce phénomène (BARAY et alii, p. 199), les ensembles franc-comtois semblent a priori l’illustrer également.

52La typologie des mobiliers et les comparaisons extra-régionales permettent d’approcher la question des assemblages et confirment surtout les liens privilégiés avec le Plateau suisse, ou avec des régions plus éloignées comme la Bavière, dont la région de Manching. Si l’aire de répartition des fibules de type Dux/Duchcov est très vaste (KRUTA, 1979, p. 81), la plupart des parures annulaires d’Asnans appartiennent à des types à la répartition peut-être plus localisée (bracelets à nodosités opposées à l’ouverture) pour ne pas dire locale (anneau à noyau d’argile). Les anneaux à oves pleins confirment ces liens au sein d’une vaste zone d’échanges d’est en ouest entre la moitié sud de l’Allemagne et les plaines de Saône via le Plateau suisse et le massif jurassien, zone d’échanges favorisée par la présence du cours du Haut-Rhin relayé par celui du Doubs.

53Remerciements
Merci à Françoise Passard-Urlacher (S.R.A. Franche-Comté) d’avoir consacré un peu de son temps pour permettre l’étude de la sépulture découverte en 2002, à Sébastien Chevrier et Yann Deberge (Inrap) pour leur accord et la mise à disposition d’une documentation récente et inédite, à Samuel Monier (musée de Dole) et Sylvie Lourdaux-Jurietty (musée de Lons-le-Saunier) et enfin à Philippe Barral (UFC) pour sa relecture.

Annexes

54Liste 1 : Atteintes dégénératives du squelette
- Très légère arthrose cervicale : principalement corporéale (C3 et C4) et au niveau de la dent de l’axis.
- Très légère arthrose lombaire principalement interapophysaire (L2, L3 et L4).
- Très légère arthrose costo-vertébrale (observation réduite).
- Légère arthrose au niveau de la tête fémorale gauche : ostéophytes marginaux et périfovéaux.

55Liste 2 : Enthésopathie et marqueurs d’activité et de posture
- Très légers développements enthésophytiques cervicaux (face postérieure des processus articulaires inférieurs ; C5 et C6).
- Légers développements enthésophytiques thoraciques et, dans une moindre mesure, lombaires (insertion du ligament jaune ; T1, T5, T6, T10 et L1).
- Légers développements enthésophytiques au niveau du bord latéral des palettes humérales.
- Légers développements enthésophytiques proximaux ulnaires (tubérosité ulnaire et insertion du muscle supinateur).
- Légers développements enthésophytiques diaphysaires au niveau des 5ème MTC (principalement médiaux).
- Insertions en creux au niveau de la partie antéro-médiale des pubis (ligament inguinal, muscle long adducteur voire muscle gracile).
- Légers développements enthésophytiques fémoraux proximaux (fosse trochantérienne, petit trochanter et partie supérieure de la ligne âpre).
- Hernies intraspongieuses lombaires (nodules de Schmorl ; L2 et L3) localement importantes (L3).
- Fosse de Allen bilatérale (petite fosse bien délimitée laissant apparaître les trabécules osseuses au niveau de la face antéro-médiale des cols fémoraux).

56Liste 3 : Bracelets de type Carzaghetto
- Belan-sur-Ource (F - Côte-d’Or), sépulture 2 (BARAY et alii, 2007, fig. 14 n° 2)
- Bern-Bümplitz (CH – Canton de Berne ; KRUTA, 1979, fig. 7, annexe 2)
- Brno-Maloměřice (CZ – Moravie), sépulture 74 (KRUTA, 1979, fig. 7, annexe 2)
- Carzaghetto (I – province de Mantoue), sépulture D (KRUTA, 1979, fig. 4, annexe 2)
- Champagnole « Les Castors » (F – Jura), contexte funéraire imprécis mais un seul exemplaire (LENG, 1991, p. 13)
- Chens-sur-Léman (F – Haute-Savoie), sépulture 3 (WILLIGENS, DUVAL, 1991, p. 164, pl. IV n° 59)
- Cournon-d’Auvergne « Barrière de Cournon – gravière Bonnabry » (F – Puy-de-Dôme), sépulture 9 (GATTO, DEBERGE, 2012, fig. 20, p. 35)
- Cusey « Sur Vesvres » (F – Haute-Marne), contexte funéraire imprécis mais un seul exemplaire (LEPAGE, 1984, fig. 88 n° 16)
- Jenišův Újezd (CZ – Bohême), deux exemplaires (variantes) dans la sépulture 74 (KRUTA, 1979, annexe 2 ; PIERREVELCIN, 2012, p. 101, fig. 30 ; p. 300, liste 15)
- Meinisberg (CH – Suisse), contexte funéraire imprécis mais un seul exemplaire (KRUTA, 1979, annexe 2 ; PIERREVELCIN, 2012, p. 300, liste 15)
- Meulson « Le Grand Chemin » (F – Côte d’Or), sépulture 1 (CHEVRIER, 2011, p. 84)
- Prauthoy (F – Haute-Marne), contexte funéraire imprécis mais un seul exemplaire (LEPAGE, 1984, fig. 84 n°15)
- Saint-Sulpice « En Pétoleyres » (CH – Canton de Vaud), tombes 5 et 28, tête au sud dans les deux cas (KAENEL, 1990, p. 99-100, 105, pl. 28 et 35)

Haut de page

Bibliographie

BAILLIS-DUCROS C., TRUC M.-C., PARESYS C., VILLOTTE S., 2012, « Approche méthodologique pour distinguer un ensemble lésionnel fiable de la pratique cavalière : exemple du squelette de la tombe 11 du site de ‘La Tuilerie’ à Saint-Dizier (Haute-Marne), VIe siècle », Bull. et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 24, p. 25-36.

BARAY L., CHAUME B., MILLET É., 2007, « Culture matérielle et pratiques funéraires en Bourgogne du nord aux IVe et IIIe siècles av. J.-C. », in : MENNESSIER-JOUANNET C., ADAM A.-M., MILCENT P.-Y. dir., La Gaule dans son contexte européen aux Ve et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIe colloque international de l’AFEAF, Clermont-Ferrand, 29 mai-1er juin 2003, Lattes, édition de l’Ass. pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, p. 187-225 (Coll. Monographies d’Archéologie méditerranéenne).

BARRAL P., 2009, « Les découvertes du Second Âge du Fer dans la région de Dole », in : MORDEFROID J.-L. dir., Les recherches de Julien Feuvrier (1851-1936), historien, archéologue, archiviste et conservateur du musée : Dole et sa région, de la Préhistoire au 18e siècle, Catalogue d’exposition, Musée des beaux-arts de Dole, 13 mars-24 mai 2009, Dole, Ass. des Amis des musées du Jura, p. 114-118.

BARRAL P., DEPIERRE G., 1993, « La nécropole celtique des Quetinières à Longvic (Côte-d’Or) », R.A.E., t. 44, p. 365-405.

BRUZEK J., 2002, « A Method for Visual Determination of Sex, Using the Human Hip Bone », American Journal of Physical Anthropology, 117, p. 157-168.

CANET S., 2001, Prospection inventaire dans la Basse Vallée du Doubs. Rahon, Saint-Baraing, Chaussin, Asnans, canton de Chaussin (Jura) : la charnière Finage-Bresse, Mémoire de DEA sous la dir. d’A. Daubigney, Besançon, Univ. de Franche-Comté, p. 113-114, 151-153.

CAPASSO L., KENNEDY K.A.R., WILCZAK C.A., 1999, Atlas of occupational markers on human remains, Teramo (I), Edigrafital S.p.a, 183 p. (Journal of Paleontology, Monography publ., 3).

CHARPY J.-J., ROUALET P., 1991, Les Celtes en Champagne : cinq siècles d’histoire, Catalogue d’exposition, 22 juin-3 nov. 1991, Épernay, Musée d’Épernay, 280 p.

CHAUME B., 1999, « Les ensembles funéraires de LT A dans le Châtillonnais : éléments d’une problématique pour un autre regard sur la transition Hallstatt - La Tène », Germania, Bd 77, p. 489-566.

CHEVRIER S., 2011, Meulson, Côte-d’Or, Le Grand Chemin : un enclos funéraire du second Âge du Fer de la haute vallée de la Seine : diagnostic archéologique, Rapport final d’opération, Dijon, Inrap Grand Est Sud, 86 p.

DAR G., MASHARAWI Y., PELEG S., STEINBERG N., MAY H., MEDLEJ B., PELED N., HERSHKOVITZ I., 2010, « Schmorl’s nodes distribution in the human spine and its possible etiology », European Spine Journal, 19, p. 670-675.

FEUVRIER J., s.d., T. 2 : Jura, Territoire de Belfort, ms. (renseignements tirés de la Bibliothèque municipale de Dole : Fonds Feuvrier et Carnets n° 2). Conservé au S.R.A. de Besançon (n° 52), n.p.

FÉVRET, 1902, « Sépulture de l’époque galatienne au Moulin Boudard, territoire d’Asnans », Compte-rendu de l’association franc-comtoise, p. 10.

GATTO E., DEBERGE Y., 2012, Cournon d’Auvergne, Puy-de-Dôme, Auvergne : étude de la sépulture du second Âge du Fer de Sarliève ‘Bonnabry’ fouillée publiquement au Musée Bargoin - Ville de Clermont-Ferrand au cours des Journées nationales de l’archéologie, 22-27 juin 2012, Clermont-Ferrand, Inrap Rhône-Alpes / Auvergne, 53 p.

HILLSON S., 2005, Teeth, Cambridge/New York, Cambridge Univ. Press, 373 p.

HODSON F.R., 1968, The La Tène cemetery at Münsingen-Rain : catalogue and relative chronology, Bern, Verl. Stämpfli, 168 p., 122 pl. (Acta Bernensia, Beiträge zur Prähistorischen, Klassischen und Jüngeren Archäologie, 5).

JOACHIM H.-E., 1992, « Ösen-, Drei- und Vierknotenringe der Späthallstatt- und Frühlatènezeit », Bonner Jahrbucher, Bd 192, p. 13-60.

KAENEL G., 1990, Recherches sur la période de La Tène en Suisse occidentale : analyse des sépultures, Lausanne, Bibl. historique vaudoise, 457 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 50).

KAENEL G., 1999, « 3.3. Chronologie du second Âge du Fer ; 3.3.1. Plateau Suisse, Basse vallée du Rhône et Jura ; La Tène A [à] La Tène C1 », in : MÜLLER F., KAENEL G., LÜSCHER G., Eisenzeit – Âge du Fer – Età del Ferro, Bâle, Soc. suisse de Préhistoire et d’Archéologie, p. 69-75 (La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, IV).

KAENEL G., 2012, « Bracelets à oves creux sur le Plateau suisse », in : BORHY L. dir., Studia celtica classica et romana Nicolae Szabó septuagesimo dedicata, Budapest, Pytheas, p. 133-145.

KAURIN J., SEGUIN G., 2013, La nécropole celtique du Chêne (Aube) : image de femmes du début du IIIe siècle avant J.-C., Dijon, éd. Univ. de Dijon, 140 p. (Coll. Arts, Archéologie et Patrimoine).

KRÄMER W., 1964, Das keltische Gräberfeld von Nebringen (Kreis Böblingen), Stuttgart, Verlag Silberburg, 37 p., 22 pl., 3 suppl. (Veröffentlichungen des Staatlichen Amtes für Denkmalpflege Stuttgart. Reihe A : Vor- und Frühgeschichte, 8).

KRÄMER W., 1985, Die Grabfunde von Manching und die latènezeitlichen Flachgräber in Südbayern, Stuttgart, F. Steiner, ix-196 p., 126 pl. (Die Ausgrabungen in Manching, 9).

KRUTA V., 1979, « Duchcov-Münsingen : nature et diffusion d’une phase laténienne », in : DUVAL P.M., KRUTA V. dir., Les mouvements celtiques du Ve au Ier siècle avant notre ère, Actes du XXXVIIIe colloque organisé à l’occasion du IXe congrès international des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques, Nice, 19 sept. 1976, Paris, éd. du CNRS, p. 81-115.

LARSEN C.S., 1997, Bioarchaeology : interpreting behavior of the human skeleton, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 476 p. (Cambridge studies in biological anthropology, 21).

LENG F., 1991, « De la nuit des temps à la fin de l’empire romain », in : LENG F., BESSON L. dir., Champagnole d’hier et d’aujourd’hui, Champagnole, Gresset imp., p. 9-34.

LEPAGE L., 1984, Les Âges du Fer dans les bassins supérieurs de la Marne, de la Meuse et de l’Aube et le tumulus de la Mottote à Nijon (Haute-Marne), Reims, Soc. archéologique champenoise, VII-216 p. (Mémoires de la Soc. archéologique champenoise, 3).

MARION S., 2007, « Les IVe et IIIe siècles en Île-de-France »,  in : MENNESSIER-JOUANNET C., ADAM A.-M., MILCENT P.-Y. dir., La Gaule dans son contexte européen aux Ve et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIe colloque international de l’AFEAF, Clermont-Ferrand, 29 mai-1er juin 2003, Lattes, édition de l’Ass. pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, p. 92-115 (Coll. Monographies d’Archéologie méditerranéenne).

MASSE A., SZABÓ M., 2005, « La parure annulaire en bronze à oves creux de la période laténienne dans le bassin des Karpates »», Communicationes Archaeolicae Hungariae, p. 213- 225.

MILLET É., 2008a, Parures et accessoires vestimentaires : le costume funéraire dans les régions du Rhin moyen et supérieur, du Ve au IIIe siècle avant J.-C., Thèse de doctorat, sous la dir. de C. Mordant C., F.E.Pare, Dijon, Univ. de Bourgogne - Mayence, J. Gutenberg Univ., 3 vol.

MILLET É., 2008b, « La nécropole du second Âge du Fer de Saint-Benoît-sur-Seine, ‘La Perrière’ (Aube) : étude synthétique », R.A.E., t. 57, p. 57-184.

MILLOTTE J.-P., 1963, Le Jura et les plaines de Saône aux âges des métaux, Paris, Les Belles Lettres, 452 p., 78 pl., 9 cartes (Annales litt. de l’Univ. de Besançon, 59 - Archéologie, 16).

MILLOTTE J.-P., VIGNARD M., 1962, Catalogue des collections archéologiques de Lons-le-Saunier. II. Les antiquités de l’Âge du Fer, Besançon, Les Belles Lettres, 51 p. (Annales litt. de l’Univ. de Besançon, 48 - Archéologie, 13)

MURAIL P., BRUZEK J., HOUÊT F., CUNH E., 2005, « DSP : un outil de diagnose sexuelle probabiliste à partir des données métriques de l’os coxal », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, 17, fasc. 3-4, p. 167-176.

ORTNER W.J., 2003, Identification of the pathological conditions in human skeletal remains, San Diego, Academic Press, 646 p. (2ème éd.).

PALFI G., 1997, « Maladies dans l’Antiquité et au Moyen Âge : paléopathologie comparée des anciens Gallo-Romains et Hongrois », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, 9, fasc. 1-2, p. 1-206.

PIERREVELCIN G., 2012, Les relations entre la Bohême et la Gaule du IVe au Ier siècle avant J.-C., Praha, Univerzita Karlova v Praze, Filozofichá fakulta, 375 p. (Dissertationes archaeologicae Brunenses/Pragensesque, 12).

ROBERTS C., MANCHESTER K., 2005, The Archaeology of desease, Ithaca, Cornell University Press, 337 p. (3ème éd.).

SCHEUER L., Black S., 2000, Developmental juvenile osteology, San Diego, Academic Press, 587 p.

SCHMITT A., 2005, « Une nouvelle méthode pour estimer l’âge au décès des adultes à partir de la surface sacro-pelvienne iliaque », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, 17, fasc. 1-2, p. 89-101.

TAILLANDIER V., 2013, « Les sites funéraires du Second âge du Fer en Franche-Comté », in : RICHARD A., SCHIFFERDECKER F., MAZIMANN J.-P., BÉLET-GONDA C. dir., Le peuplement de l’Arc jurassien de la Préhistoire au Moyen Âge, Actes des deuxièmes journées archéologiques frontalières de l’Arc jurassien, Delle (F) - Boncourt (CH), 16-18 nov. 2007, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté/Porrentruy, Off. de la Culture et Soc. jurassienne d’Émulation, p. 339-350 (Annales litt. de l’Univ. de Franche-Comté, 916 - Série Environnement, sociétés et archéologie, 17 ; Cahiers d’Archéologie jurassienne, 21).

VAISSIER A., 1883, « Sépultures gauloises de la grotte de Courchapon et du cimetière des Vareilles, banlieue de Besançon », Mémoires de la Soc. d’Émulation du Doubs, p. 304-310, pl. V.

VERNA E., PIERCECCHI-MARTI M.-D., CHAUMOITRE K., PANUEL M., ADALIAN P., 2013, « Mise au point sur les caractères discrets du membre inférieur : définition, épidémiologie, étiologies », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, 26, p. 52-66.

WALDHAUSER J., 1998, « Die Goldfingerringe von Münsingen-Rain und ihre Vergleichsstücke aus Flachgräberfeldern im Gebiet zwischen dem schweizerischen Mittelland und dem Karpatenbecken », in : MÜLLER F. dir., Münsingen-Rain, ein Markstein der keltischen Archäologie : Funde, Befunde un Methoden im Vergleich, Bern, Bernisches historisches Museum, p. 85-121 (Schriften des bernischen historischen Museums, 2).

WALDRON T., 2009, Paleopathology, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 279 p. (Cambridge Manual in Archaeology).

WENTZ R.K., DE GRUMMOND N.T., 2009, « Life on Horseback : palaeopathology of two scythian skeletons from Alexandropol, Ukraine », International Journal of Osteoarchaeology, 19, p. 107-115.

WHITE T.D., BLACK M.T., FOLKENS P.A., 2012, Human Osteology, Amsterdam, Academic Press, 662 p.

WILLIGENS M.-P., DUVAL A., 1991, « L’Âge du Fer en Savoie et Haute-Savoie », in : DUVAL A. dir., Les Alpes à l’Âge du Fer, Actes du Xe colloque sur l’Âge du Fer tenu à Yenne-Chambéry, Paris, éd. du CNRS, p. 157-226 (22ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

WOODS J.W., MILNER G.R., HARPENDING H.C., WEISS K.M., 1992, « The osteological paradox : problems of inferring prehistoric health from skeletal samples », Current Anthropology, 33, 4, p. 343-370.

Haut de page

Notes

1  « de forts beaux bracelets en bronze, de fibules et de rouelles de même métal ».

2  Par ailleurs, le nom du maire est Giroudet et non Girardot, comme cela a également été publié.

3  Traces obliques, périphériques, s’étendant au maximum sur 7 cm au niveau du radius et 5 cm sur l’ulna.

4  Diagnose sexuelle établie à partir des mesures des os coxaux (MURAILet alii, 2005) ainsi que, dans une moindre mesure, de leur morphologie (BRUZEK, 2002).

5  Estimation de l’âge réalisée à partir des critères morphologiques de la surface articulaire sacro-pelvienne (SCHMITT, 2050) ainsi que du stade de maturation osseuse (SCHEUER, BLACK, 2000).

6  Établie d’après la longueur maximale du fémur droit (TROTTER, 1970, in : WHITEet alii, 2012).

7  Inflammation des tissus de soutien de la dent et notamment de l’os alvéolaire.

8  Nécessitant par ailleurs l’utilisation de protocoles d’étude similaires ou corrélables.

9  « Inflammation » d’une enthèse : zone d’insertion des tendons, ligaments, capsules et « muscles » sur l’os.

10  Petite dépression avec perte d’os cortical et apparition de la trabéculation de l’os spongieux située dans la moitié inférieure de la face antérieure du col fémoral.

11  Herniation (« enfoncement ») du disque intervertébral pénétrant le plateau articulaire, identifiable sur le squelette sous la forme d’impressions à la surface du plateau articulaire bordées d’os cortical.

12  Comme cela peut être le cas des anneaux tubulaires à rivets de LT A.

13  Du nom d’une nécropole près de Mantoue en Italie.

14  Cette argile est un reste de fabrication du moule non permanent (MASSE, SZABO, 2005).

15  La tombe 149 de cette nécropole a également livré un bracelet tubulaire en bronze sur noyau de fer (HODSON, 1968, pl. 64).

16  La nécropole de Besançon « Les Vareilles », actuellement connue grâce aux parures des quatre sépultures numérotées de A à D, aurait également livré des sépultures sans mobilier qui ne font l’objet que très brèves mentions (VAISSIER, 1883, p. 304).

17  À défaut de nouvelles découvertes en Franche-Comté, il s’agit là d’opérations archéologiques récentes et inédites de l’est bourguignon.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de la découverte et remise en contexte avec les découvertes funéraires contemporaines locales.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 2. Localisation de la nécropole par rapport aux lieux-dits des découvertes anciennes, commune d’Asnans-Beauvoisin (Jura).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8469/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 3. Clichés de la sépulture réalisés par les agents de la gendarmerie de Chaussin. Archives du S.R.A. Franche-Comté.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8469/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 4. Parures funéraires attribuées ou attribuables au site d’Asnans « Moulin Boudard ». 1. Sépulture découverte en 2002 ; conservation : S.R.A. Franche-Comté ; 2-13. découverte du début du xxe siècle ; conservation : musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Dole ; 14-16. découverte de la fin du XIXe siècle ; conservation : musée d’Archéologie de Lons-le-Saunier. Del. et DAO : V. Taillandier.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8469/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Taillandier et David Gandia, « La nécropole du second Âge du Fer d’Asnans « Moulin Boudard » (Jura) : synthèse des découvertes anciennes et récentes », Revue archéologique de l’Est, tome 64 | 2015, 473-484.

Référence électronique

Valérie Taillandier et David Gandia, « La nécropole du second Âge du Fer d’Asnans « Moulin Boudard » (Jura) : synthèse des découvertes anciennes et récentes », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 64 | 2015, mis en ligne le 17 novembre 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://rae.revues.org/8469

Haut de page

Auteurs

Valérie Taillandier

Doctorante à l’Université de Franche-Comté, UMR 6249 Chrono-Environnement. valerie.taillandier@univ-fcomte.fr

David Gandia

Archéo-anthropologue paléopathologiste, Archéodunum SAS.david.gandia06@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page