Navigation – Plan du site
Notes et documents

Un dépotoir de faïencier de la seconde moitié du XIXe siècle à Lyon, quartier de Vaise

Stéphane Brouillaud et Alban Horry
p. 523-534

Résumés

Une campagne d’évaluation archéologique préalable à un projet immobilier a été menée en mars 2012 dans le quartier de Vaise à Lyon (Rhône). Deux dépotoirs de céramiques ont été découverts durant l’opération dont un vraisemblablement issu d’un atelier de faïencerie. L’ensemble date de la deuxième moitié du XIXe siècle. Certaines pièces de production portent une marque mentionnant « ABEL ETERLIN SUCCEUR DE CHAPEAUX-REVOL A LYON ». Cette découverte constitue un nouveau témoignage de la production de faïence à Lyon au XIXe siècle. Elle permet d’apporter de nouvelles connaissances relatives à une dynastie de faïenciers lyonnais. Elle est aussi l’occasion de mettre l’accent sur une période encore peu étudiée dans le cadre de l’archéologie préventive lyonnaise.

Haut de page

Texte intégral

I. Les circonstances de la découverte

  • 6  Diagnostic confié à une équipe de l’Inrap sous la direction de Stéphane Brouillaud assisté de Patr (...)

1Un diagnostic archéologique6 a été mené en préalable à un futur projet immobilier situé 38/40 rue Marietton et 7/9 rue de Bourgogne dans le 9e arrondissement de Lyon (Rhône) (fig. 1). La parcelle concernée est située au cœur de l’ancien faubourg de Vaise, sur la rive droite de la Saône. Ce quartier a connu une importante industrialisation dès la seconde moitié du XIXe siècle et jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale.

Fig. 1. Localisation de l’intervention archéologique au sein du quartier de Vaise à Lyon.

2L’intervention archéologique a débuté au lendemain de la démolition totale d’anciens ateliers et entrepôts. L’ensemble forme une saignée entre les immeubles mitoyens situés à l’est et à l’ouest.

3Deux fosses-dépotoirs datées de la seconde moitié du XIXe siècle ont été découvertes (fig. 2). L’une d’entre elles (F.11) semble être en lien avec un atelier de production de faïence : la présence de pernettes, de nombreux ratés de cuisson et de biscuits de faïence l’atteste, même si l’ensemble est mêlé à de la vaisselle de consommation. Ce dépotoir, très affleurant, a été partiellement détérioré par les travaux de démolition. C’est la raison pour laquelle il s’étend sur une quinzaine de mètres carrés, de nombreuses pièces de faïence ayant été traînées ; la profondeur de l’ensemble atteint 0,40 m en moyenne. Il est limité au nord et à l’ouest par les murs des copropriétés voisines et au sud par une ancienne cave.

Fig. 2. Plan d’ensemble du diagnostic archéologique et position des deux dépotoirs. Système planimétrique : RGF93 / CC46 ; système altimétrique : NGF-IGN 69. Fond de plan : Cabinet Gillet-Moussard, Limonest (Rhône). Topographe : V. Vachon / Inrap ; DAO : F. : Vaireaux / Inrap.

4La seconde structure (F.10), de moindre envergure (1,20 m de diamètre), est située plus à l’est de l’emprise. Très arasée, elle présente exclusivement du mobilier céramique de consommation daté lui aussi du XIXe siècle.

5Le diagnostic, qui s’est étendu sur près de 3000 m², n’a pas révélé d’autre indice de présence ou d’activité humaine. Il a aussi apporté des observations d’ordre géomorphologique, mettant en évidence un ancien chenal de la Saône, déjà repéré à plusieurs reprises dans le secteur.

II. Le mobilier céramique

6Le mobilier céramique qui a été découvert est constitué de 711 fragments répartis dans deux ensembles principaux datés de la seconde moitié du XIXe siècle : F.11, le dépotoir résultant de l’activité de faïenciers qui sera pris en compte dans la publication et la fosse F.10 qui regroupe des vaisselles de consommation liées à l’habitat sur le site, non présentées ici et par ailleurs en partie identiques à celles que l’on trouve dans F.11. Le mobilier lié à la production est très proche de celui découvert sur la fouille de la faïencerie du 48 quai Pierre-Scize (FRASCONE, 2010). Les vaisselles de consommation trouvent des parallèles avec les découvertes faites sur de nombreux dépotoirs domestiques lyonnais (HORRY, 2013).

II.1. F.11 : un dépotoir domestique mêlé à un dépotoir de faïencerie

7Cet ensemble a livré 564 fragments. Quatre catégories de produits en terre cuite ont été distinguées dans ce dépotoir :
- des éléments techniques utilisés par les faïenciers avec 48 fragments ;
- des biscuits et rebuts de fabrication de faïence avec 177 fragments ;
- des tessons de faïence avec 176 fragments dont il est difficile pour certains de déterminer précisément s’ils appartiennent à du rejet de production ou à de la vaisselle de consommation ;
- des vaisselles de consommation représentées par divers groupes techniques avec 163 fragments.

II.2. Les rebuts de fabrication de la faïencerie

8Il s’agit d’éléments que l’on peut dater de la seconde moitié du XIXe siècle et qui attestent des rejets directement liés à l’activité de fabrication des faïences.

Les éléments techniques

9Les éléments techniques utilisés par les faïenciers lors de la fabrication des récipients et des carreaux sont de plusieurs types :
- les boudins d’argile longitudinaux et les pâtons destinés à caler les pots, avec 43 fragments ;
- les pernettes, plates et tripodes, proches des objets appelés « pattes de coq », destinées à être intercalées entre les récipients lors de la cuisson, avec quatre exemplaires ;
- une quille ou pilier d’enfournement ;
- quatre fragments de cazettes sans doute de profil cylindrique en terre cuite grossière, recouverts d’émail gris sur les faces internes.

10Ces quelques objets, associés à la présence de nombreux fragments de biscuits, sont le témoignage le plus évocateur de la production car ils constituent l’outillage traditionnel des manufactures de faïence.

Les rejets de production : les récipients en biscuit et faïence

11Ces produits présentent une pâte fine et dure de couleur beige et rose pour les biscuits. La pâte des tessons émaillés est en revanche plutôt jaunâtre pour l’essentiel et assez poreuse. Pour les biscuits, le répertoire des formes, assez diversifié, est constitué essentiellement de vaisselles domestiques.

Fig. 3. Dépotoir F.11. 1-21. Biscuits ; 22. faïence blanche. Seconde moitié du XIXe siècle (dessin et DAO : E. Bayen, Inrap).

12Il s’agit majoritairement d’assiettes plates ou des plats à marli curviligne (fig. 3, nos 1, 2 et 3) et d’un modèle d’assiette creuse à panse évasée (n° 4). Plusieurs bords appartiennent à des formes ouvertes de type saladier (n° 5) muni d’un petit marli, à bassin creux profond et à fond annulaire (n° 6). L’écuelle à oreilles est également présente (nos 7 et 8) ainsi que la tasse à café (n° 9). D’autres récipients sont présents à l’unité : mortier à lèvre triangulaire (n° 10), panse arrondie et circulaire avec des mascarons à visage humain qui sont présents sur le haut de la panse ; petits pots à onguents (n° 11), dont un individu complet (n° 12) ; albarello (n° 13) ; rafraîchissoir (n° 14) ; pichet (n° 15) ; boîte (n° 16) ; couvercle (n° 17) et coupe à godrons (n° 18). Il faut noter la présence dans le dépotoir et en assez grande quantité (34 individus) d’encriers qui sont représentés par trois formats différents. Un premier de taille plus réduite (n° 19), un second avec un bourrelet sur la partie supérieure (n° 20) et un troisième sans bourrelet (n° 21). Concernant les tessons émaillés ou les faïences, il est dans certains cas difficile de trancher quant à l’identification comme rebut de fabrication ou vaisselle de consommation. Pour certaines, comme les encriers, il est assuré qu’il s’agit de ratés de cuisson en raison d’aspects particuliers (déformation, émail altéré et quantités d’objets découverts dans le lot).

Les carreaux de revêtement

13Le dépotoir a livré également quelques exemplaires de carreaux plats destinés à l’encadrement des cheminées ou pour couvrir le dessus des potagers. Un exemplaire en biscuit de carreau carré (fig. 4, n° 1) porte une marque imprimée « ABEL ETERLIN SUCCEUR DE CHAPEAUX REVOL A LYON ».

Fig. 4. Carreaux de faïence. Seconde moitié du XIXe siècle (dessin et Dao : E. Bayen, Inrap).

14Cette marque et les différents carreaux sont par ailleurs connus sur le site de la manufacture du quai Pierre Scize fouillée à Lyon (FRASCONE, 2010). Pour les autres carreaux, deux modules principaux ont pu être identifiés. Le premier (fig. 4, nos 2, 3, 4, 7, 9, 10 et 11), de forme carrée, de 10,5 cm, présente une épaisseur de 0,5 cm. Le second (fig. 4, nos 6 et 8), de forme rectangulaire, correspond à des carreaux de frise dont les dimensions sont de 16 x 8 cm et de 1 cm d’épaisseur. Les décors bleus présents sur ces modèles sont réalisés à l’aide de pochoirs en étain. Tous ces éléments font référence à une production que l’on attribue à ce jour à la seconde moitié du XIXe siècle.

Les éléments et carreaux de poêle

15L’autre ensemble significatif de la production issue du dépotoir est la présence en quantité (73 fragments) de carreaux et éléments utilisés pour la construction de poêles.

Fig. 5. Carreaux de poêle en faïence. 1-3. Corniches. Seconde moitié du XIXe siècle (dessin et Dao : E. Bayen, Inrap).

16Les principaux constituants on ainsi été découverts : corniches (fig. 5, nos 1 à 3), bases, éléments d’angle (fig. 7, n° 1 et fig. 8, n° 6), carreaux de remplissage plats rectangulaires ou carrés (fig. 6, nos 1 et 2 ; fig. 7, nos 2 et 3), carreaux de frise (fig. 8, nos 1 à 5) joints ou filets (fig. 6, n° 3) et socles.

Fig. 6. Carreaux de poêle en faïence. 1-2. Carreaux de remplissage ; 3. joint. Seconde moitié du XIXe siècle (dessin et Dao : E. Bayen, Inrap).

17On peut observer une certaine diversité dans les procédés décoratifs : faux marbre bleu à veines blanches (fig. 6, nos 1 à 3 et fig. 7, nos 1 et 3) parfois associé au faux marbre brun (fig. 7, n° 2), faux marbre blanc à veines bleues (fig. 5, n° 2), faux marbre manganèse à veines jaunes, décors de frises de grotesques (fig. 5, n° 1), trompe-l’œil polychrome (fig. 5, n° 3), décors floraux stylisés et motifs géométriques polychromes.

Fig. 7. Carreaux de poêle en faïence. 1. Carreau d’angle ; 2-3. carreaux de remplissage. Seconde moitié du XIXe siècle (dessin et Dao : E. Bayen, Inrap).

Fig. 8. Carreaux de poêle en faïence. 1-6. Carreaux de frise ; 7. carreau d’angle. Seconde moitié du XIXe siècle (dessin et Dao : E. Bayen, Inrap).

18Les décors sont pour la plupart réalisés au pochoir (fig. 8, nos 1 à 6). Ces différentes productions sont également en partie attestées, en particulier les faux marbres, dans le lot étudié sur la manufacture du Quai Pierre Scize à Lyon (FRASCONE, 2010).

II.3. Les céramiques de consommation

19Avec 163 tessons, ce lot issu de F.11 peut être daté courant XIXe siècle. Il contient l’essentiel des groupes techniques faisant partie des céramiques consommées à cette période à Lyon. La faïence est bien sûr en bonne position. On citera quelques tessons qui appartiennent à un saladier au décor polychrome classé dans le groupe des faïences lyonnaises ou roannaises dites populaires de la première moitié du XIXe siècle et qui présente une agrafe métallique de restauration. Le lot contient également un exemplaire de petit récipient qui rappelle les salières en faïence blanche produites entre la fin du XVIIIe siècle et le XIXe siècle (fig. 3, n° 22). La faïence fine blanche est bien attestée au sein de la vaisselle de table avec des assiettes plates à marli et un fragment de tasse blanche à décor floral moulé. Parmi les individus décorés, trois tessons d’une assiette portent un motif imprimé vert caractéristique de la seconde moitié du XIXe siècle. La porcelaine blanche dure est attestée par une assiette. Bien que fortement concurrencées à cette période par les faïences fines et les porcelaines, les céramiques engobées glaçurées sont encore présentes. Elles sont illustrées par des récipients parfois décorés et illustrant les différents groupes techniques attestés sur les sites lyonnais et peut-être originaires pour une partie du Val de Saône (céramique engobée jaune décorée, céramique engobée rouge décorée, céramique verte sur engobe). Le répertoire des formes se décline au sein des récipients à vocations diverses, de cuisine ou de table et pour le jardin avec des fragments de grands pots à plantes. Les vases destinés à la cuisine sont illustrés par diverses productions. C’est le cas de pots à cuire originaires des ateliers de Dieulefit (Drôme), caractérisés par une pâte rose assez fine enduite d'une glaçure rouge très brillante à l’extérieur et jaune à l’intérieur et diffusés abondamment à Lyon dès le début du XIXe siècle (HORRY, 2013, p. 194-196). Les céramiques à pâte claire et taches brunes attribuées aux ateliers d’Etrepigney dans le Jura (ibid., p. 194) sont également bien présentes avec des poêlons et des plats à cuire. D’autres produits à pâte kaolinitique glaçurée sont originaires d’ateliers non identifiés à ce jour. Enfin une panse appartient à un pot à cuire, sans doute une marmite, originaire de Vallauris dans les Alpes Maritimes (AMOURIC et alii,2009, p. 62-88). Enfin, dernier groupe technique plus rare mais toujours attesté à Lyon à partir du XIXe siècle, le grès est illustré par plusieurs fragments de hautes bouteilles, les cruchons. Ces « cruchons » (FAURE-BOUCHARLAT dir., 1990, p. 200-218) présentent des marques imprimées sur le haut de la panse : Oriol, fabrique de Saint-Vallier (Drôme) (diffusé à partir des années 1830) et Cuire-lès-Lyon (aujourd’hui Caluire-et-Cuire, Rhône).

20L’analyse a donc permis de déterminer que le dépotoir F.11 contenait des rebuts de fabrication d’une production de la seconde moitié du XIXe siècle. Cette dernière est à la fois renseignée par le style des productions, les sources d’archives, mais également par un carreau portant la marque en creux d’Abel Eterlin. La typologie des formes de la production, l’association avec les vaisselles de consommation sont caractéristiques des vaisselles fabriquées durant tout le XIXe siècle. La production de carreaux de poêle avec en particulier les décors de faux marbre est également très représentative de ce début de la période contemporaine. Les carreaux muraux sont identiques à ceux qui avaient été découverts lors des fouilles de la faïencerie du 48 quai Pierre Scize à Lyon. La bibliographie destinée à l’étude et à l’analyse de ces productions très particulières reste encore assez lacunaire et seule la Provence permet d’effectuer de réelles comparaisons. Il est troublant de constater que plusieurs modèles découverts rue de Bourgogne et aussi au n° 48 du quai Pierre Scize sont également attestés dans les catalogues d’autres ateliers français. Des liens existaient vraisemblablement entre les différentes manufactures comme en témoignent les études réalisées sur d’autres sites (ABEL, AMOURIC, 1991, p. 121). On trouvera des parallèles avec Aubagne (Bouches-du-Rhône) (AMOURIC, 2001, p. 83) et avec les ateliers Boulongne ou Alexandre Fourmaintraux à Desvres dans le Pas-de-Calais (MARTEL-EUZET, 2009). Des modèles identiques sont également connus dans les ramassages effectués ponctuellement sur les sites des faïenceries de Roanne (Loire). Cette documentation encore inédite (BOCQUET et alii, 2011) suggère d’effectuer une possible filiation avec les artisans roannais, en particulier descendant de la famille Nicolas, venus s’installer à Lyon dans le courant du XIXe siècle. Le style de certains carreaux est en effet très proche des productions signées Jeancler Nicolas du milieu du XIXe siècle.

III. L’apport des archives écrites

  • 7  Nous tenons à remercier Sophie Savay-Guerraz, gestionnaire de documentation à l’Inrap, pour son ai (...)

21La datation du mobilier archéologique ainsi que la marque de fabrique inscrite sur deux des carreaux découverts dans le dépotoir F.11 (« Abel Eterlin successeur de Chapeaux-Revol à Lyon ») nous ont apporté une piste de recherche pour entreprendre une étude documentaire et archivistique7.

  • 8  La maison Revol perpétue toujours aujourd’hui la tradition de la faïence. Elle est désormais insta (...)
  • 9  ADR.- 42L85, dossier 107, f° 78.

22Abel Eterlin est le successeur de la maison Revol8, fondée par une célèbre famille de faïenciers actifs à Lyon dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. C’est Alexis Revol qui est propriétaire et fondateur de la faïencerie depuis 1774 (dite « la petite Abondance », située 48 quai Pierre-Scize ; FRASCONE, 2010). En 1793 et 1794, durant la Terreur, il fait l’objet de huit dénonciations. Membre de la section « Bon-Rencontre » et président du comité révolutionnaire permanent, on lui reproche des paroles jugées inciviques parmi lesquelles « que c’étoi une belle chose de voir venir une femme de Caen pour assassiner un monstre qui infectoit le territoire de la République9 » (faisant ainsi référence à Charlotte Corday qui assassine Jean-Paul Marat le 13 juillet 1793). Il est aussi accusé d’avoir recruté avec violence des citoyens (LANDRY, 2002). Les deux autres frères Revol (François et Gaspard), également faïenciers de leur état, sont aussi arrêtés. Alexis et François Revol sont exécutés le 15 Frimaire An II (5 décembre 1793) à l’âge respectif de 46 et 58 ans (BALLEYDIER, 1846). Gaspard, le troisième frère, sera fusillé quelques semaines plus tard. Après une confiscation de deux ans, la veuve d’Alexis Revol acquiert le droit de reprendre l’atelier jusqu’en 1813, date de son décès. La faïencerie est alors reprise par son gendre, Jean-Baptiste Chapeaux, qui développe l’entreprise et relance l’activité. Il décède à son tour en 1841. En 1846, la maison Chapeaux-Revol est alors acquise par le faïencier Abel Eterlin qui occupe la maison du 48 quai Pierre-Scize jusqu’en 1875.

  • 10  ADR.- 5Metcl98 à ADR5Metcl98f (série M, établissements classés).

23Un certain nombre de demandes formulées par Abel Eterlin auprès du Ministère de l’agriculture, du commerce et des travaux publics ont été retrouvées aux Archives départementales du Rhône. D’autres sont adressées au Conseil d’hygiène publique et de salubrité du département du Rhône. Ces courriers relatent la volonté d’Eterlin de transférer sa faïencerie (l’ancienne maison Chapeaux-Revol) et de créer de nouveaux ateliers10.

24Il s’installe alors 8 rue de l’Ours avant d’ouvrir quelques années plus tard une boutique au 5 Quai de Bondy (quartier Saint-Paul, Lyon 5ème arr.) sous le nom d’« Eterlin et fils ». À la même époque, l’atelier de fabrication est situé à Pont d’Alaï (aujourd’hui Tassin-la-Demi-Lune) (DELOCHE et alii, 1994). Il se spécialise notamment dans la fabrication de fours pour boulanger et il vend essentiellement des carreaux de faïence.

25Si les archives permettent de saisir plusieurs pans de la carrière d’Abel Eterlin, très actif à Vaise et Tassin (lieu-dit Pont d’Alaï), rien ne permet de le localiser sur l’emplacement de la fouille (rue de Bourgogne/rue Marietton). Que fait alors ce dépotoir de faïence à cet endroit ?

26La consultation des dossiers individuels d’autorisation de création ou modification de poteries ou faïenceries entre 1810 et 1900 n’a livré aucun résultat. Il existe une lacune de treize ans, entre 1848 et 1861, période pour laquelle les archives ont disparu. Faut-il en déduire que c’est au cours de cette décennie qu’Abel Eterlin se serait installé au 9 rue de Bourgogne ? Difficile à affirmer. Pour essayer de pallier cette lacune, le répertoire des autorisations accordées entre 1851 et 1864 a été consulté : Eterlin y est mentionné quatre fois, mais d’aucune manière certaine à l’adresse de la rue de Bourgogne.

  • 11  AML (Archives municipales de Lyon) section B parcelle 16.

27Le cadastre napoléonien et les plans anciens ont également été consultés lors de la recherche documentaire. En 1830, il n’est pas fait mention de poterie ou faïencerie sur les parcelles concernées par le diagnostic (seuls des jardins et/ou maisons y sont mentionnés)11. Pourtant, à la même date, mention est faite d’une fabrique de poterie, pour Kaffmann Pierre, à quelques dizaines de mètres de là, sur le côté est de la rue de Bourgogne.

28En ce qui concerne Kaffmann, père et fils (Pierre et François), il est fait mention :
- pour Pierre : d’un atelier sur le côté est de la rue de Bourgogne (n° non précisé) en 1830,
- pour François, d’une fabrique de poterie au 13 rue de Bourgogne, en 1846 ou 1847.

29Il a également fallu vérifier si Abel Eterlin a été propriétaire ou locataire des parcelles concernées. Les faïenciers ne sont pas systématiquement propriétaires des bâtiments, ni du sol (c’était le cas de Revol, quai Pierre Scize) où ils officient. Là encore, la recherche n’a pu aboutir, certaines matrices relatives à la période concernée ayant disparu des archives départementales.

30Faut-il penser que la maison Kaffmann, voisine directe de notre secteur de fouille, a eu un lien quelconque avec Eterlin et que ce dépotoir en serait le témoin ? La question reste posée. Cependant les archives restent aussi muettes sur le sujet, tout comme sur la présence d’Abel Eterlin dans ce quartier de Vaise.

  • 12  ADR.-Metcl 42.

31Enfin, les sources écrites nous informent que les « fours à poteries et appareil à vapeurs [d’Eterlin] (situés quai Pierre-Scize et à Tassin) ne fonctionnent plus depuis 6 ans (avis du 11 et 25 janvier 192912). La date de 1923 peut donc être retenue comme la fin de l’activité de la faïencerie Eterlin.

Conclusion

32Les nombreux tessons récoltés (dont un certain nombre de biscuits) appartiennent à la fois à un ensemble de céramiques consommées, et pour un plus grand nombre à des rebuts d’atelier. La comparaison et l’identification des formes ont permis d’établir de nombreux rapprochements avec des centres de production locaux et régionaux (Revol à Lyon, Jeancler Nicolas à Roanne…) permettant ainsi de dater cet ensemble de la seconde moitié du XIXe siècle. L’apport des textes, très important pour cette période, n’à pas permis pour autant de nous expliquer la présence de ce dépotoir d’atelier à cet endroit précis. Les pertes et destructions d’archives expliquent certainement ces lacunes. Cependant, ce vestige témoigne de l’importance de la production de la faïence à Lyon dans la seconde moitié du XIXe siècle. Il met aussi l’accent sur l’intérêt de la période, parfois trop négligée en archéologie préventive.

Haut de page

Bibliographie

ABEL V., AMOURIC H., 1991, La céramique, l’archéologue et le potier : études de céramiques à Aubagne et en Provence du XVIe siècle au XXe siècle,Catalogue de l’exposition, ville d’Aubagne, 142 p.

AMOURIC H., 2001, Des ateliers et des hommes : être céramiste à Aubagne aux 19ème et 20ème siècles, Catalogue de l’exposition présentée aux ateliers Thérèse Neveu, Aubagne.

AMOURIC H., VALLAURI L., VAYSSETTES J.-L., 2009, Terres de feu, de lumière et de songes… dans le Midi français, Xe-XXe siècles, Nîmes, Lucie éd., 407 p. (p. 140-143).

Annuaire du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration (1857-1908), Année 1875, Paris, Didot-Bottin.

Annuaire du commerce Didot-Bottin (1909-1937),Année 1911, Paris.

AUDIN M., VIAL E., 1992, Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art du Lyonnais, de la France, Paris, Les éditions provinciales (Coll. Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art de la France par provinces).

BALLEYDIER A., 1846, Histoire politique et militaire du peuple de Lyon pendant la révolution française (1789-1795), t. III, Paris, Martinon éd., 188-CCXXXI p.

BOCQUET S., HORRY A., GIRY K., 2011, Roanne ‘Cœur de Cité’, Rapport de diagnostic, Inrap Rhône - Alpes Auvergne, 181 p.

BROUILLAUD S. dir., 2012, Lyon 9ème arr. (Rhône) 38 / 40 rue Marietton – 7 Rue de Bourgogne, Rapport de diagnostic archéologique, Inrap Rhône - Alpes Auvergne, 66 p.

DELOCHE B., DESCOURS M., SUBLET L., 1994, Faïences de Lyon, Plouguerneau, Beau Fixe, 238 p.

FAURE-BOUCHARLAT É. dir., 1990, À la fortune du pot : la cuisine et la table à Lyon et à Vienne, Xe- XIXe siècles, d’après les fouilles archéologiques, Catalogue d’exposition, Lyon, Vienne et Mâcon, Lyon, Musée de la civilisation gallo-romaine, 234 p. (Archéologie en Rhône-Alpes, n° spécial).

FRASCONE D. dir., 2010, Lyon, Rhône, Rhône-Alpes, 48 Quai Pierre Scize, Rapport de fouille, Inrap. 2 vol., 190-306 p.

GUILLEMÉ-BRULON D. 1997, Histoire de la faïence française : Lyon et Nevers, sources et rayonnement, Paris, éd. Ch. Massin, 151 p.

HERBET Y., 2004, La vaisselle de terre à Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles : consommation, production, commercialisation, milieu social, Thèse de doctorat en Histoire moderne, Univ. Lumière Lyon II, 925 p.

HORRY A., 2012, Poteries de Lyon 1500-1850 : morceaux choisis du quotidien à Saint-Georges, Lyon, éd. lyonnaises d’Art et d’Histoire/Inrap, 157 p.

HORRY A., 2013, « Analyse des ensembles de datation : les terres cuites modernes et contemporaines », in : AYALA G. dir., Lyon, Saint-Georges : archéologie, environnement et histoire d’un espace fluvial en bord de Saône, Paris éd. de la M.S.H., p. 180-230 (Documents d’Archéologie française, 106).

LANDRY C., 2002, La délation à Lyon en l’an II (1793-1794), Mémoire de maîtrise d’Histoire moderne, Univ. Lumière Lyon II, 169 p.

MARTEL-EUZET R.., 2009, Des Boulongne à Géo Martel, deux siècles de carreaux, Desvres (1806-2003) : une faïencerie, deux siècles, trois familles, Beauvais, éd. du Mont-Hulin, 179 p.

NOËLAS F., 1883, Histoire des faïences roanno-lyonnaises, Roanne, Imp. Raynal.

Haut de page

Notes

6  Diagnostic confié à une équipe de l’Inrap sous la direction de Stéphane Brouillaud assisté de Patricia Constantin, Odile Franc (géomorphologue), Alban Horry (étude du mobilier céramique) et Sylvaine Couteau (topographe). Prescription scientifique du Service régional de l’archéologie (Luc Françoise dit Miret, DRAC Rhône-Alpes).
Je tiens à mentionner tout spécialement Éric Bayen (Inrap) pour la réalisation des dessins et la qualité de son travail lors de l’élaboration du rapport de diagnostic et de l’écriture de cet article.

7  Nous tenons à remercier Sophie Savay-Guerraz, gestionnaire de documentation à l’Inrap, pour son aide et ses précieux conseils au sein des archives départementales du Rhône.

8  La maison Revol perpétue toujours aujourd’hui la tradition de la faïence. Elle est désormais installée à Saint-Uze dans le département de la Drôme.

9  ADR.- 42L85, dossier 107, f° 78.

10  ADR.- 5Metcl98 à ADR5Metcl98f (série M, établissements classés).

11  AML (Archives municipales de Lyon) section B parcelle 16.

12  ADR.-Metcl 42.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de l’intervention archéologique au sein du quartier de Vaise à Lyon.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8537/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 2. Plan d’ensemble du diagnostic archéologique et position des deux dépotoirs. Système planimétrique : RGF93 / CC46 ; système altimétrique : NGF-IGN 69. Fond de plan : Cabinet Gillet-Moussard, Limonest (Rhône). Topographe : V. Vachon / Inrap ; DAO : F. : Vaireaux / Inrap.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8537/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 3. Dépotoir F.11. 1-21. Biscuits ; 22. faïence blanche. Seconde moitié du XIXe siècle (dessin et DAO : E. Bayen, Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8537/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 4. Carreaux de faïence. Seconde moitié du XIXe siècle (dessin et Dao : E. Bayen, Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8537/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 5. Carreaux de poêle en faïence. 1-3. Corniches. Seconde moitié du XIXe siècle (dessin et Dao : E. Bayen, Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8537/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 6. Carreaux de poêle en faïence. 1-2. Carreaux de remplissage ; 3. joint. Seconde moitié du XIXe siècle (dessin et Dao : E. Bayen, Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8537/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 7. Carreaux de poêle en faïence. 1. Carreau d’angle ; 2-3. carreaux de remplissage. Seconde moitié du XIXe siècle (dessin et Dao : E. Bayen, Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8537/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 8. Carreaux de poêle en faïence. 1-6. Carreaux de frise ; 7. carreau d’angle. Seconde moitié du XIXe siècle (dessin et Dao : E. Bayen, Inrap).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8537/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Brouillaud et Alban Horry, « Un dépotoir de faïencier de la seconde moitié du XIXe siècle à Lyon, quartier de Vaise », Revue archéologique de l’Est, tome 64 | 2015, 523-534.

Référence électronique

Stéphane Brouillaud et Alban Horry, « Un dépotoir de faïencier de la seconde moitié du XIXe siècle à Lyon, quartier de Vaise », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 64 | 2015, mis en ligne le 17 novembre 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rae.revues.org/8537

Haut de page

Auteurs

Stéphane Brouillaud

Assistant d’étude Inrap, responsable d’opération. Inrap Rhône-Alpes. stephane.brouillaud@inrap.fr

Alban Horry

Chargé de recherche Inrap, UMR 5138. Inrap Rhône-Alpes. alban.horry@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page