Navigation – Plan du site
Articles
Thomas Fischbach, Fabienne Médard et Hélène Barrand Emam

Des pièces d’armes au service de l’artisanat textile ? le cas des lames de tisserand mérovingiennesen contexte funéraire

p. 301-331

Résumés

Au sein de l’ensemble funéraire mérovingien de Vendenheim (Alsace, Bas-Rhin), deux lames de tisserand en fer ont récemment été mises au jour dans deux sépultures féminines. Cette découverte plutôt inhabituelle incite aujourd’hui à faire le point sur cet ustensile aussi peu fréquent qu’énigmatique. Communément interprétés comme lames de tisserand en raison de leur fréquente association avec les fusaïoles et les fuseaux déposés en contexte funéraire, ces artefacts soulèvent néanmoins des interrogations en termes de fonction, d’utilisation et de charge symbolique. Découverts dans des sépultures féminines mérovingiennes exclusivement privilégiées, ils ont pu jouer un rôle emblématique en signifiant le rang social de la défunte. Si l’on admet, par ailleurs, que l’argument fondé sur une convergence de l’outillage relatif aux activités textiles suffise à décider de leur fonction, demeure la question de leur utilisation. Quels ouvrages ces « épées-lames » de tisserand ont-elles servi à confectionner, sur quels dispositifs de tissage et selon quels procédés ? Qu’utilisait-on dans les régions manifestement exemptes de cette sorte d’outil ? Les exemplaires retaillés dans des pièces d’armement sont effectivement rarissimes dans le nord-ouest du territoire franc ; à l’inverse, ils sont plus fréquents dans les sépultures scandinaves, anglo-saxonnes, thuringiennes, en Bohème, dans les territoires lombards du Danube ainsi qu’en Pannonie et en Italie. Mystérieux à bien des égards, cet outil amène enfin à s’interroger sur le lien fonctionnel et symbolique qui unit potentiellement deux univers a priori très éloignés : l’art du combat et celui du tissage.

In 2011, two weaving beaters were found in two female graves in the Merovingian cemetery in Vendenheim (Alsace, Bas-Rhin, France). These unusual artefacts have led us to review what we know about this rare and mysterious tool. Although clearly identified as weaving beaters due to frequently being placed with spindles in graves, their function, use and symbolism remain obscure. Found in both humble and aristocratic Merovingian female graves, they may have represented the social status of the person buried. Although the links between these objects and the textile industry suffice to understand their function, what of their use ? What kind of textile works were these “swords” used for ? On what types of looms were they used and how ? What was used in regions where such iron weaving beaters are not found ? Very few examples of these tools exist in north-western Frankish territory, whereas they are more frequent in graves in Scandinavian, Anglo-Saxon and Thuringian territories, in Bohemia, in the Lombard regions near the Danube, in Pannonia and Italy. In many ways mysterious, these tools stimulate queries on the link between the functional and the symbolic, and unite two distinct realms: the arts of fighting and weaving.

Im merowingischen Bestattungsensemblevon Vendenheim (Region Elsass, Departement Bas-Rhin) wurden unlängst in zwei Frauengräbern zwei eiserne Webschwerter freigelegt. Diese eher ungewöhnlichen Funde bieten die Gelegenheit, dieses ebenso unübliche wie rätselhafte Gerät zu erörtern. Gewöhnlich auf Grund ihrer häufigen Assoziierung in Bestattungskontexten mit Spinnwirteln und Spindeln als Webschwerter interpretiert, werfen diese Artefakte jedoch Fragen hinsichtlich ihrer Funktion, Nutzung und ihrem symbolischen Wert auf. Sie wurden ausschließlich in privilegierten merowingischen Frauengräbern entdeckt und könnten als Hinweis auf den sozialen Rang der Verstorbenen eine emblematische Rolle gespielt haben. Angenommen es genügt für die Bestimmung der Funktion eines Gerätes, eine Verbindung zur Herstellung von Textilen nachzuweisen, dann steht immer noch die Frage offen, welche Textilen mit diesen „Webschwertern“ hergestellt wurden, auf welchen Webgeräten und mit welchen Verfahren ? Welcher Geräte bediente man sich dort, wo diese Art von Instrument offensichtlich fehlte ? Die Exemplare, für die Waffen umgearbeitet worden waren, sind im Nordwesten des fränkischen Territoriums in der Tat äußerst selten ; im Gegensatz dazu kommen sie in skandinavischen, angel-sächsischen, thüringischen Gräbern, in Böhmen, den lombardischen Territorien der Donau sowie in Pannonien und Italien häufiger vor. Dieses in vieler Hinsicht mysteriöse Gerät zieht schließlich die Frage nach sich, welcher funktionelle und symbolische Zusammenhang wohl zwischen zwei auf den ersten Blick weit voneinander entfernten Welten bestanden haben mag: der Kriegs- und die Webkunst.

Texte intégral

PDF 15MSignaler ce document

1. Définition : qu’est-ce qu’une lame de tisserand ?

1Il existe dans la sphère des activités textiles, des ustensiles désignés sous les termes d’« épées de tisserand », « lames de tisserand » ou encore « couteaux de tisserand ». Ces objets servent à tasser les fils de trame. La documentation ethnologique en atteste couramment l’emploi, qu’il s’agisse de métiers verticaux à poids (HOFFMAN, 1964 ; BROUDY, 1979) (fig. 1), de métiers horizontaux, de métiers à tenseur dorsal ou de petits dispositifs permettant de tisser des bandes (grilles d’encroix ou tissage aux plaquettes). Les vestiges archéologiques ne sont pas aussi éloquents, notamment parce qu’il est malaisé de reconnaître à coup sûr ce type d’ustensile (WILD, 2002, p. 11 ; à propos de la difficulté à identifier cet outillage en fouille).

image

Fig. 1. 1956, Fitjar, Norvège. Femme tassant le fil de trame à l’aide d’une lame de tisserand en bois sur un métier vertical à poids (HOFFMAN, 1964, fig. 14, p. 47).

2En Europe, quelques exemplaires supposés ont été mis au jour sur les sites néolithiques et protohistoriques. Ils se présentent sous la forme de « couteaux » en bois munis d’une poignée, l’ensemble étant taillé d’une pièce (Vogt, 1937, p. 47 ; MESSIKOMMER, 1913, Taf. XVII ; BAZZANELLA et alii, 2003, p. 138, 141, 229, 234, 246 ; MÉDARD, 2003, p. 380-381 ; Grömer, 2010, p. 123). Plus tard, à l’époque romaine, Posidonius mentionne dans un de ses écrits, l’utilisation d’un battant ou spatha (CHAUMARTIN, 1988 ; POSIDONIUS cité par SÉNÈQUE) confirmant que les lames de tisserand appartiennent bien au cortège des ustensiles de tissage durant l’Antiquité.

3SÉNÈQUE, Ep., 90, 20 : Ecce posidonius, ut mea fert opinio, ex is qui plurimum philosophiae contulerunt, dum vult describere primum, […] deinde quemadmodum tela suspensis ponderibus rectum stamen extendat, quemad modum subtemen insertum, quod duritiam utrimque conprimentis tramae remolliat, spatha coire cogatur et iungi, textrini quoque artem a sapientibus dixit inventam, oblitus postea repertum hoc subtilius genus […]
« Voici Posidonius, un des hommes envers qui la philosophie a, selon moi, le plus d’obligations : il décrit […] comment ensuite la toile, à l’aide de poids suspendus, s’étire en une chaîne droite, comment la trame introduite pour amollir la tension de la chaîne qui la serre de part et d’autre s’unit et s’incorpore à elle par la pression de la lame ; il conclut en attribuant au sage jusqu’à l’invention des procédés techniques de la tissanderie, oubliant qu’on a découvert depuis un mécanisme plus ingénieux » [trad. CUF].

4En ce sens, l’opposition montrée par Sénèque entre la description archaïsante de Posidonius et celle « moderne » d’Ovide porterait plus sur les outils associés au tissage : soit la navette, que seul le poète évoque ; soit, et cela semble beaucoup plus probable, celui servant à resserrer la trame – Posidonius mentionne un battant (spatha) tandis qu’Ovide décrit un peigne (MONTEIX, 2010). Il demeure que les textes, l’iconographie et les vestiges archéologiques convergent parfois pour que puisse être définie l’utilisation de certains ustensiles comme lame de tisserand. À l’époque romaine, il s’agit essentiellement d’objets de tabletterie, sorte de spatules en os marquées de polis d’usure caractéristiques accompagnés de fines entailles régulièrement espacées et localisées sur les « tranchants ».

  • 1  Nous tenons à remercier Patrick Périn, Françoise Vallet, René Legoux, Jean Soulat (Landarc), Madel (...)

5Mis à part les lames de tisserand en fer discutées dans ces pages, les exemplaires du haut Moyen Âge sont particulièrement rares. La littérature consultée mentionne un exemplaire norvégien en os de baleine daté de la période viking (HOFFMANN, 1964, p. 283) ; deux exemplaires en bois marqués d’inscriptions runiques provenant des sites de Terpen Arum et Westeremden (Allemagne, Prov. Groningen, en territoire frison ; WERNER, 1962, p. 34, 164), ainsi que l’exemplaire en bois mis au jour dans la tombe 68 à Neudingen (Allemagne, Schwartzwald-Baar-Kreis ; communication personnelle d’Arno Rettner). Cet objet s’avère être en fait, d’après Tobias Brendle, non pas une lame de tisserand mais un fuseau. Il porte une inscription runique qui se traduit :"Liebes der Imuba von Hamal ; Blidgund schrieb die Runen" – « Affectueusement à Imuba, de la part de Hamal ; Blidgung a écrit ces runes » (BRENDLE, 2005, p. 153-156). Les nombreux collègues interrogés sur le sujet lors de la rédaction de cet article confirment la rareté de cette catégorie d’ustensile, notamment sur le territoire français, que ce soit en contexte funéraire ou sur les sites d’habitat1.

2. Les découvertes inédites de Vendenheim

6À l’origine, cet article a été motivé par la découverte de deux lames de tisserand provenant de deux sépultures féminines mérovingiennes issues d’une fouille préventive menée en 2011 par la société Antea Archéologie sur la commune de Vendenheim (Alsace, Bas-Rhin), route de la Wantzenau, préalablement à la construction d’un entrepôt Atlas-Fly. Cette fouille a permis la découverte d’une nécropole mérovingienne dont l’utilisation s’étend de la fin du Ve siècle à la fin du VIIe siècle (du premier tiers du VIe siècle au dernier tiers du VIIe). Soixante-treize sépultures à inhumation ainsi que deux dépôts de chevaux y ont été mis au jour (BARRAND EMAM et alii, 2013).

7Plutôt inhabituelle, la découverte de ces deux lames de tisserand incite aujourd’hui à faire le point sur cet ustensile aussi peu fréquent qu’énigmatique.

2.1. Données archéologiques

8La première lame de tisserand provient de la sépulture 171, qui contenait les restes d’une fillette de 8 à 11 ans (fig. 2). Cette sépulture, datée des deux derniers tiers du VIe siècle, est constituée d’une chambre funéraire coffrée à l’aide de « madriers fendus » ; la défunte était placée dans un cercueil monoxyle. L’ensemble du mobilier était déposé à l’extérieur du cercueil : la lame a été retrouvée dans l’angle nord-ouest de la tombe, associée à une fusaïole et à un dépôt animal (une demi-poule). Le reste du mobilier, composé d’éléments d’habillement et de parure (collier, fibules, châtelaine…), n’était pas porté par la défunte mais déposé au nord de son membre supérieur gauche, probablement dans un contenant en matière périssable. Notons également la présence de deux languettes en argent, correspondant certainement aux appliques d’un bol en bois, déposé au nord des pieds de la défunte.

image

Fig. 2. Les lames de tisserand découvertes dans les sépultures 171 et 274 de Vendenheim (France, Alsace) (cliché tombes : © Antea Archéologie ; clichés lames : Musée archéologique de Strasbourg ; dessins : D. Beucher, d’après BARRAND EMAM et alii, 2013).

9La seconde lame a été mise au jour dans la sépulture 274 contenant les restes d’une femme adulte (fig. 2). Cette tombe, qui a subi un pillage important, est plus récente que la précédente. Les éléments de mobilier encore présents dans la tombe ont permis de proposer une fourchette chronologique allant de 570 à 670. D’un point de vue architectural, cette sépulture correspond à une chambre funéraire de type « Morken » (BÖHNER, 1959), coffrée et munie d’un système de couverture, avec une organisation bipartite. La défunte, déposée dans un contenant rigide situé dans la moitié nord de la chambre, est accompagnée d’un mobilier placé en partie dans la moitié sud. La lame est donc située dans cette partie de la chambre funéraire, à proximité d’un dépôt animal constitué d’un jarret et d’un jambonneau de porc, d’une poule entière préparée et de deux œufs ainsi que d’un peigne en os à double denture. Le reste du mobilier a été retrouvé soit en position secondaire, dispersé lors du pillage de la chambre funéraire (un pot verseur, une plaque-boucle en fer, un lot de vingt perles), soit en position fonctionnelle, sur la défunte, à l’intérieur du contenant rigide (plusieurs éléments qui devaient être suspendus à une châtelaine ont été retrouvés le long du membre inférieur gauche).

2.2. Aspect technique et fabrication

10En fer, les deux lames de tisserand de Vendenheim sont constituées d’une soie destinée à recevoir un manche en bois et d’une lame à double tranchant, le tout en une seule pièce (fig. 2). L’extrémité distale de l’exemplaire de la sépulture 171 est taillée en pointe. L’extrémité de celle déposée dans la sépulture 274 semble plutôt arrondie, mais il est probable que la pointe ait été cassée. Les deux exemplaires présentent des dimensions sensiblement différentes : celui de la sépulture 171 mesure 44,6 cm de longueur pour une largeur de lame de 4,5 cm, alors que celui de la tombe 274 est plus allongé et plus étroit avec une longueur conservée de 48,2 cm pour 3,6 cm de largeur de lame. Il a pu être démontré, sur des exemplaires anglo-saxons notamment, que ces lames de tisserand en fer ont été fabriquées à partir de pièces d’armement, fers de lances (majoritairement en territoire anglo-saxon) ou épées longues. Les deux exemplaires attestés à Vendenheim semblent appartenir à la seconde catégorie mais seule une étude technique plus poussée permettra de le confirmer. Un premier examen radiographique montre d’ores et déjà que les lames ne sont pas damassées. Rappelons que sur les cinq épées longues entières recensées à Vendenheim, trois portent des traces de damassage sur la partie centrale de la lame (motif composé de chevrons, correspondant à la technique « Volldamast » définie par W. Menghin ; MENGHIN, 1983, p. 17).

3. Les lames de tisserand en fer du haut Moyen Âge : historiographie

3.1. Les découvertes archéologiques

11Les premières lames de tisserand en fer connues en contexte alto-médiéval ont été mises au jour entre 1845 et 1855 en Grande-Bretagne, à Ozengell dans le Kent et à Chessell Down, sur l’île de Wight (ARNOLD, 1982) (fig. 3). En Europe continentale, elles proviennent du site de Lunde i Vansa (Norvège) fouillé en 1880 (HARRINGTON, 2008, p. 29 et 35). En 1885, le site d’Herpes (France, Charente, commune de Courbillac ; DELAMAIN, 1892, pl. III) livre la première lame de tisserand en fer sur le territoire français. Comme à Ozengell, le mobilier de la sépulture n’est pas précisément documenté (Haith, 1988). Cet exemplaire est interprété comme une production anglo-saxonne, importée par une communauté du monde insulaire installée en Gaule mérovingienne ; une hypothèse fondée sur la présence d’objets caractéristiques du Kent (SMITH, 1923). Il faut attendre le début du xxe siècle pour que le chercheur norvégien Haakon Shetelig interprète ces objets comme des ustensiles de tissage, par analogie avec des exemplaires ethnologiques utilisés en Scandinavie (SHETELIG, 1905, 1912) (fig. 1).

12En 1932, P. Zenetti et H. Zeiss dressent un premier inventaire des lames de tisserand en fer conservées au musée de Dillingen (Allemagne, Bavière). Ce catalogue concerne des objets issus d’une zone comprise entre le Rhin supérieur et le Danube supérieur (ZENETTI, ZEISS, 1932). En 1939, Édouard Salin enrichit le corpus français en recensant deux nouveaux exemplaires en Lorraine, à Nancy « Vieil-Aître » et à Villey-Saint-Étienne (France, Lorraine ; SALIN, 1939). En s’attardant sur les autres exemplaires connus, essentiellement recensés en territoire germanique, il constate que l’aire de répartition de ces objets concerne principalement « le pays des Alamans », au sud-est jusqu’à la Hongrie et à l’est jusqu’à la région rhénane. L’attribution fonctionnelle de ces ustensiles ne semble alors faire aucun doute puisque plusieurs lames étaient associées à des fuseaux (Pays-Bas, Leihgestern), ou à des « pesons de fuseau » (France, Villey-Saint-Étienne) (fig. 4).

image

Fig. 4. Mobilier de la sépulture 46 de Villey-Saint-Étienne (France, Meurthe-et-Moselle), d’après BÖHME, 1988, fig. 9, p. 66 (échelle non renseignée).

13Environ dix ans plus tard, un nouvel inventaire est dressé par Gustav Behrens ; dix-neuf sites couvrant l’Angleterre, la Norvège et l’Europe continentale sont pris en compte. L’analyse des monnaies permet de proposer une fourchette chronologique allant de la deuxième moitié du VIe siècle au début du VIIe siècle (BEHRENS, 1946-48). Il faut attendre 1958 et la publication de la nécropole de Finglesham (Grande-Bretagne, Kent) pour que Sonia Chadwick Hawkes réalise une première synthèse des lames de tisserand découvertes en Angleterre. Elle les compare à celles du corpus établi par Gustav Behrens ; de part et d’autre de la Manche, les exemplaires semblent contemporains. Ses recherches l’amènent à suggérer l’idée selon laquelle certains exemplaires étaient peut-être des épées longues endommagées, transformées en lames de tisserand. Son hypothèse repose sur des radiographies réalisées par le British Museum, notamment celles d’un exemplaire de Finglesham (Grande-Bretagne, Kent) dont la structure est identique à celle d’une épée longue (HAWKES, 1958, p. 34). On doit à Joachim Werner une actualisation des données en 1962 ; dans son ouvrage consacré aux Lombards, il dresse un grand inventaire des lames de tisserand d’Europe continentale et d’Angleterre (fig. 5), excluant celles des pays scandinaves (WERNER, 1962, p. 34 et 164). L’hypothèse de Gustav Behrens selon laquelle des exemplaires en bois ont existé est reprise à cette occasion ; provenant des sites de Terpen Arum et Westeremden (Germanie, Province de Groningen, territoire frison), les lames de tisserand en bois portant des inscriptions runiques sont alors évoquées. Il souligne également qu’en Angleterre et en Europe centrale, la présence de cet outil régresse au VIe siècle, alors qu’en territoire lombard il perdure jusqu’au VIIe siècle. Selon Joachim Werner, le plus vieil exemplaire connu daterait du Ve siècle en Scandinavie où cette catégorie d’ustensile existerait jusqu’à la période viking. Il note également que les exemplaires nordiques sont beaucoup plus courts que ceux des territoires mérovingiens.

image

Fig. 5. Carte de répartition des lames de tisserand en fer, d’après WERNER, 1962, p. 64.

14En résumé, les premières observations effectuées par Édouard Salin se voient confirmées avec une répartition de cet outil dans le sud de l’Angleterre et en Allemagne. Le corpus français n’est, quant à lui, représenté que par des exemplaires lorrains, exception faite de celui d’Herpes, en Charente (fig. 5).

3.2. Les lames de tisserand en fer dans la littérature

15À la suite de Haakon Sheteling, Marta Hoffmann considère les lames de tisserand en fer sous un angle fonctionnel. Outre des comparaisons ethnologiques (notamment scandinaves, première moitié du XXe siècle), elle mentionne des exemplaires archéologiques en os de baleine (principalement datés de la période Viking), en bois et en fer, découverts en Norvège dès le début de l’Âge du Fer nordique. Elle remarque également que cet outil est pérenne en Scandinavie puisque attesté dès le IIIe siècle (HOFFMANN, 1964, p. 282).

16En 1969, Ursula Koch déplace la réflexion en abordant la notion de contexte social (KOCH, 1969). En comparant les assemblages de mobilier issu des tombes alamanes du sud de la Bavière au VIe siècle, elle remarque que les lames de tisserand semblent être l’apanage de riches sépultures féminines contenant, notamment, des paires de fibules. La plus ancienne lame de tisserand mise au jour dans la nécropole de Schretzheim (Allemagne, Bavière) est effectivement associée à des fibules ansées dissymétriques (KOCH, 1977, p. 50). Il lui semble pourtant difficile d’admettre qu’un groupe socialement élevé soit directement concerné par les travaux domestiques et l’artisanat. La lame de tisserand signalerait en fait un changement au niveau des critères symbolisant un statut social élevé, changement survenant au cours de la deuxième moitié du VIe siècle. Dans la publication consacrée au site de Schretzheim, elle émet l’hypothèse selon laquelle la concentration des lames de tisserand dans la partie orientale du gisement correspondrait à une zone dotée de tombes d’individus qui, sans appartenir à l’élite, disposaient d’un statut social élevé (ibid., p. 93-94). Ce postulat sera par la suite relayé par Vera Evison : les individus inhumés avec des lames de tisserand n’appartiendraient pas aux rangs les plus élevés de la noblesse mais à l’aristocratie (EVISON, 1987, p. 112). En 1988, dans la publication consacrée à la nécropole d’Unterthürheim (Allemagne, Bavière), Christoph Grünewald reprend cette même hypothèse. Des perles en or découvertes dans la sépulture 71, au pendentif en or issu de la tombe 82, en passant par des monnaies en or et en argent recueillies dans l’unité 6/1889, les lames de tisserand se trouvent à proximité d’un mobilier relativement riche. En revanche, elles ne semblent pas associées à du matériel de type thuringien (GRÜNEWALD, 1988, p. 128-130). En se basant sur l’exemple de la sépulture 43 de Mannheim-Strassenheim (Allemagne, Bade-Wurtemberg), qui ne possédait ni seau, ni coffret signant une appartenance de la défunte à l’élite franque, Ursula Koch réaffirme l’hypothèse selon laquelle cet individu occupait une position secondaire dans la hiérarchie. La fusaïole, la lame de tisserand, les forces et les ustensiles témoigneraient ainsi de son rôle de maîtresse de maison (KOCH, 2003, p. 246). Cette hypothèse est reprise en 2000 par Siv Kristoffersen dans son article sur le symbolisme des rites de transition pendant l’Âge du Fer en Norvège (KRISTOFFERSEN, 2000, p. 295). Il insiste sur la symbolique de l’objet témoignant du statut de maîtresse de maison (« Lady of the House ») au sein des rangs sociaux les plus élevés.

17Certains auteurs s’intéressent davantage aux aspects culturels. Des associations de lames de tisserand avec des objets d’influence thuringienne ont ainsi été observées à plusieurs reprises. Dans la publication de la nécropole de Bâle-Bernerring (Suisse, canton de Bâle), Max Martin fait référence aux travaux de Joachim Werner, concernant notamment la répartition géographique des lames de tisserand (MARTIN, 1976, p. 92) ; il évoque les exemplaires de Nancy « Viel-Aître » (France, Lorraine ; SALIN, 1950, p. 332) et de la sépulture 131 de Heidelberg-Kirchheim (Allemagne, Bade-Wurtemberg ; CLAUSS, 1971, p. 62 et 177) comme étant des épées longues recyclées. Il mentionne également le mobilier de type thuringien parfois associé à ces objets, notamment les fibules de la sépulture de Villey-Saint-Étienne (France, Lorraine ; SALIN, 1939, p. 156) et le vase en céramique de la tombe 1 de Worms-Bollwerk (Allemagne, Rhénanie-Palatinat ; WERNER, 1935, p. 85). En 1988, dans un article consacré aux Thuringiens dans le nord du royaume franc, Horst Wolfgang Böhme reprend l’exemple de la sépulture de Villey-Saint-Étienne, où la lame de tisserand est associée à une paire de fibules ansées de type thuringien. Cette association étant régulièrement observée, la lame de tisserand semble être, selon lui, un indice d’appartenance à cette population (BÖHME, 1988, p. 64). Dans les mélanges offerts à Max Martin, Arno Rettner reprend les sites répertoriés par Christoph Grünewald et propose une carte de répartition des lames de tisserand en fer (RETTNER, 2004, p. 257) actualisant celle de Joachim Werner. Les pays d’Europe du Nord ainsi que l’Angleterre en sont exclus. Il y adjoint également la limite du limes de l’Antiquité tardive, ce qui lui permet d’insister sur le caractère germanique de ce type de dépôt. La question de l’origine thuringienne des lames de tisserand est abordée dans le catalogue d’exposition Die Alamannen (BANCK-BURGESS, 1997, p. 371-378). Johanna Banck-Burgess y reprend les théories selon lesquelles les exemplaires trouvés dans l’est du royaume franc et en territoire alaman sont représentatifs de l’existence d’un groupe de population thuringienne, confirmée notamment par la céramique et certains éléments vestimentaires (fibules principalement). Comme déjà observé, elle note que certains exemplaires semblent avoir été aménagés à partir d’anciennes épées longues ; constat renforçant l’idée selon laquelle ces outils avaient un rôle symbolique (ibid., p. 373). S’il est parfois difficile d’affirmer qu’une lame de tisserand a été conçue à partir d’une ancienne épée longue, un exemplaire recueilli dans la nécropole de Klepsau (sépulture 33 ; Allemagne, Bade-Wurtemberg), publiée en 1990, ne laisse pas douter du support dont il provient (KOCH, 1990, p. 171). La lame présente un tranchant unique, une paire de stries parallèles incisées et un pommeau en alliage cuivreux caractéristiques des scramasaxes, ici en situation de réemploi (fig. 6). Des lames de tisserand aménagées à partir des fers de lance ou inspirées de ces derniers existent également : on ne les trouve qu’en Grande-Bretagne. En 2007, Penelope Walton Rogers consacre un chapitre à ces ustensiles dans son ouvrage Cloth and clothing in early Anglo-Saxon England (WALTON ROGERS, 2007, p. 33). Les exemplaires, quel qu’en soit le type, sont systématiquement déposés dans des sépultures féminines privilégiées. L’auteure émet l’hypothèse selon laquelle les femmes inhumées avec une lame de tisserand seraient les plus âgées, responsables du tissage. Comme d’autres, elle évoque la probable existence de lames de tisserand en bois.

image

Fig. 6. Lame de tisserand de la sépulture 33 de la nécropole de Klepsau (Allemagne, Bade-Würtenberg), d’après KOCH, 1990, pl. 28, n° 22.

18Enfin, un récent ouvrage traitant des lames de tisserand est publié par Sue Harrington Aspects of Gender Identity and Craft Production in the European Migration Period (HARRINGTON, 2008). Si la réflexion repose sur les données britanniques, sur le Kent en particulier, l’auteure considère néanmoins le corpus scandinave et continental afin d’aborder les activités textiles et leur signification en contexte funéraire, de la fin de la période romaine au début du Moyen Âge. Fusaïoles, peignes, plaquettes de tissage et aiguilles sont abordés aux côtés des lames de tisserand considérées sous les angles fonctionnel et symbolique. Elle aborde également la répartition géographique différenciée des lames de tisserand suivant la limite du limes tardo-antique. Pour expliquer cette distribution hétérogène du matériel, elle propose une hypothèse fondée sur l’utilisation de deux technologies : le monde romain tardif utiliserait le métier vertical à deux traverses n’impliquant pas l’usage d’une lame de tisserand, tandis que les mondes germanique et anglo-saxon utiliseraient plus volontiers le métier vertical à poids pour lequel elle est indispensable (ibid., p. 46).

19Solveig Möllenberg a synthétisé les données disponibles sur les lames de tisserand dans son ouvrage Tradition und Transfer in Spätgermanischer Zeit, publié en 2011. Elle ne fait cependant aucune réinterprétation, ni ne réactualise la carte de répartition ; elle expose un état de la recherche (MÖLLENBERG, 2011, p. 113-114).

20On ne saurait conclure cet exposé sans évoquer les objets en forme de couteau, dont l’extrémité recourbée incitait Friedrich Garscha à les interpréter comme étant des briquets, tandis que Hans Jürgen Hundt y voyait des lames de tisserand destinées au tissage de galons réalisés à l’aide de plaquettes ou de grilles (HUNDT, 1974, p. 177-178). La partie droite servirait à tasser le fil de trame et l’encoche, présente sur certains objets, serait destinée à contrôler la largeur du galon pendant le tissage. Ces ustensiles se trouvent le plus fréquemment dans les riches tombes masculines. Selon Hans Jürgen Hundt, ce phénomène peut être expliqué par les licous et brides de cheval en cuir, mais aussi en tissu, sous la forme de galons (fig. 7).

image

Fig. 7. Lames de tisserand découvertes en Allemagne utilisées pour le tissage aux plaquettes : 1. Klettham ; 2. Heuneburg ; 3. Mengen ; 4. Bodman ; 5. Offenburg ; 6. Riedöschingen, d’après HUNDT, 1974, Abb. 1, p. 179.

3.3. État actuel des recherches

21Pour être aussi complet que possible, les données accessibles dans la littérature ont non seulement été reprises, mais de nombreux collègues français, allemands et suisses ont été sollicités. Cette démarche a permis de dresser un inventaire des sépultures contenant des lames de tisserand dans le nord et l’ouest de l’Europe. Au total, 194 exemplaires répartis sur 144 sites et 13 pays ont été recensés : France, Allemagne, Suisse, Serbie, Angleterre, République Tchèque, Slovaquie, Autriche, Hongrie, Italie, Pays-Bas, Norvège et Suède (fig. 8 et 9).

image

Fig. 8. Carte de répartition des lames de tisserand en fer entre la fin du IIIe et le début du VIIe siècle : état actuel de la recherche (2014). Les numéros renvoient à la liste des sites recensés sur la fig. 9.

image

Fig. 9. Recensement des lames de tisserand en fer mérovingiennes classées par pays.

22La carte de répartition obtenue met en évidence des concentrations de matériel au sud de l’Angleterre, en Norvège, dans le centre et le sud de l’Allemagne, à l’instar des observations faites précédemment par différents auteurs. Alimentée par les découvertes effectuées en France : Niort (France, Poitou-Charente ; STUTZ, 2003, p. 454), Erstein (France, Alsace ; GUILLAUME et alii, 2004, p. 48), Odratzheim (France, Alsace ; KOZIOL et alii, 2012, p. 227), Vendenheim (France, Alsace ; BARRAND EMAM et alii, 2013, p. 360-361), Giberville (France, Basse-Normandie ; PILET, 1990), Sivry (France, Lorraine) et Sillingy (France, Rhône-Alpes ; RETTNER, 2004), la carte de répartition obtenue complète celle de Joachim Werner mais sans en modifier fondamentalement les contours (WERNER, 1962). On soulignera qu’en dépit d’actualisations régulières (GRÜNEWALD, 1988 ; RETTNER, 2004), le corpus italien n’a jamais été étoffé. Les recherches effectuées dans ce pays n’ont permis d’ajouter qu’un seul exemplaire nouveau provenant de Collegno (Piémont, province de Turin ; LA SALVIA, 2008, p. 189). Cette absence de nouvelles occurrences reflète-t-elle une réalité archéologique ou simplement un manque de références bibliographiques et/ou de recherches ? Un dépouillement de la bibliographique italienne serait à entreprendre afin de s’assurer de l’exhaustivité de l’inventaire.

23Si de nouveaux sites ont été référencés en France et en Allemagne, l’inventaire des pays d’Europe du Nord provient de celui effectué par Sue Harrington, elle-même ayant repris les inventaires des musées d’Oslo, Bergen et Trondheim, pour la Norvège, et ceux recensés par H. Shetelig, pour la Suède (HARRINGTON, 2008, p. 125-126).On notera encore les exemplaires découverts dans la nécropole de Viminacium, en Serbie actuelle (IVANISEVIC et alii, 2006, p. 43).

24Dans la perspective d’une recherche exhaustive, il serait souhaitable de reprendre l’ensemble de la bibliographie existante, sans oublier d’y inclure un dépouillement méticuleux concernant les sites d’Italie et d’Europe de l’Est.

4. Les lames de tisserand en fer et les techniques de tissage au haut Moyen Âge

25Excepté les exemplaires en fer, les lames de tisserand mérovingiennes sont peu représentées (voir supra). Cette attribution fonctionnelle n’existant évidemment qu’en référence à des exemplaires connus, il est possible que d’éventuelles pièces en métal n’aient pas été identifiées. La documentation ethnologique tend toutefois à confirmer la rareté, voire l’absence de modèles métalliques.

26Lorsque Marta Hoffmann évoque les lames de tisserand en fer, il s’agit pour l’essentiel d’exemplaires archéologiques datés de l’Âge du Fer scandinave ; elle mentionne qu’en 1951, 283 exemplaires, issus des sépultures viking de Norvège, avaient été recensés (HOFFMANN, 1964, p. 279, 282). On s’étonnera du nombre élevé de ces objets au regard de notre propre recension, actualisée de données inconnues en 1951 et couvrant de surcroît un territoire plus large (voir supra). Il s’agit pour beaucoup d’exemplaires dont l’identification fonctionnelle a été déterminée par Haakon Shetelig, apparemment sur la base d’analogies morphologiques avec des modèles contemporains ; or, on sait en ethno-archéologie combien ce type de parallèles peut s’avérer trompeur. Pour le lecteur en quête de détails substantiels, rien dans ces écrits ne permet d’étayer plus solidement l’affirmation. Haakon Shetelig a t-il jamais vu lui-même des lames en fer employées au tissage ?

27Nos questionnements et recherches orientés dans ce sens n’ont permis de mettre en évidence aucun exemplaire utilisé en contexte actuel ou sub-actuel ; ils n’ont révélé que des modèles en bois et, plus rarement, en os. Le seul élément tangible à notre disposition figure dans la publication de Marta Hoffmann qui illustre sans s’y attarder une lame de tisserand en fer munie d’une poignée en bois, exemplaire contemporain conservé au Norsk Folkemuseum d’Oslo (Norvège ; HOFFMANN, 1964, p. 280) (fig. 10).

image

Fig. 10. Exemplaire contemporain d’une lame de tisserand en fer munie d’une poignée en bois (Musée du Norsk Folkemuseum, Oslo), d’après HOFFMANN, 1964, fig. 113, p. 280.

28Bien que ténus, les indices laissent néanmoins la réflexion ouverte aux arguments. Envisager les lames en fer mérovingiennes comme lames de tisserand implique de prendre en compte des aspects typologiques, de matériau et de masse, les deux derniers étant liés. Quoi qu’en affirme la littérature, il ne va effectivement pas de soi d’envisager le réemploi de ces armes dans la sphère des activités textiles. Pourquoi recycler des objets au matériau si peu approprié en vue de satisfaire l’art du tissage ?

4.1. Données typologiques

29Les considérations typologiques ont une certaine importance car les contraintes ergonomiques varient avec la longueur des lames dont la répercussion sur la masse à mouvoir est significative.

30Marta Hoffmann constate que les exemplaires scandinaves datés des débuts de l’Âge du Fer sont nettement plus courts que ceux de la période viking. Leur longueur se situe entre 20 et 50 cm tandis que les modèles plus tardifs mesurent entre 60 et 80 cm, poignée non comprise. Les premiers sont façonnés (retaille de la lame) de sorte qu’un appendice en forme de languette pointe à l’extrémité distale, caractéristique qui disparaît avec les lames plus longues (HOFFMANN, 1964, p. 278, 282). On s’interrogera sur l’intérêt d’un tel aménagement, tantôt présent, tantôt absent.

image

Fig. 11. Les lames de tisserand en fer en forme d’épée et en forme de lance recensées en Grande-Bretagne ; de haut en bas : Buckland I (Kent), G20 ; Chessell Down (île de Wight), G15 ; Holywell Row (Suffolk), G11 ; Edix Hill (Cambridgeshire), SP18B ; Searby (Lincolnshire) ; Castledyke (North Lincolnshire), SP17A ; Coppergate (York), d’après WALTON ROGERS, 2007, fig. 2.26, p. 34.

31En Angleterre, le corpus se divise en deux groupes : d’un côté se trouvent les lames de tisserand en forme d’épée, de l’autre se trouvent celles en forme de fer de lance (fig. 11). Comme cela a déjà été observé sur le continent, Penelope Walton Rogers confirme que la forme de ces ustensiles tient au support à partir duquel ils sont aménagés. Les radiographies effectuées sur les exemplaires de Spong Hill (Grande-Bretagne, Norfolk) le montrent : certaines lames correspondent indiscutablement à d’anciennes épées (GILMOUR, 1984). Ce type morphologique a été découvert sur une vingtaine de sites localisés au sud de l’Angleterre (Kent, île de Wight, Bedforshire). Les lames de tisserand en forme de fer de lance diffèrent puisqu’elles possèdent une pointe émoussée et une poignée en forme de douille. On les retrouve du vie au ixe siècle, principalement au nord de l’Angleterre. En Grande-Bretagne, la répartition des lames de tisserand semble suivre celle des armes ; les exemplaires en forme de fer de lance apparaissent dans les régions septentrionales où, à en juger par les découvertes funéraires, peu d’épées étaient fabriquées, contrairement aux zones méridionales. Comme le spécifiait Marta Hoffmann pour la Scandinavie, Penelope Walton Rogers observe également que la morphologie des lames de tisserand s’allonge avec le temps ; celle des fers de lance suivent la même évolution, renforçant l’hypothèse d’armes recyclées (WALTON ROGERS, 2007, p. 33). A contrario, ce phénomène ne semble pas s’observer en territoire alaman et thuringien. Les premières observations effectuées sur un nombre restreint de treize sites de l’est de la France et d’Allemagne semblent indiquer qu’il n’existe pas de lien entre la longueur de la lame de tisserand et le critère chronologique (fig. 12).

image

Fig. 12. Comparaison des longueurs de lames de tisserand en fer sur treize sites de l’est de la France et de l’Allemagne entre la fin du Ve et le début du VIIe siècle.

32Concernant les lames de tisserand en forme d’épée, les deux seuls critères typologiques sont la taille de la lame et la forme de la pointe. Dans certains cas, cette dernière se présente sous la forme d’une accolade très marquée. Ce type est notamment représenté sur les sites anglais de Dover Buckland (PARFIT, ANDERSON, 1994, p. 468), Holywell Row, Bifrons, Sarre et Finglesham (HARRINGTON, 2008, p. 130-131), sur les sites français de Niort et Herpes (STUTZ, 2003, p. 454) mais également dans la tombe 171 de Vendenheim (BARRAND EMAM et alii, 2012, p. 360-361) et sur les sites allemands de Schretzheim (tombes 22, 26 et 36 ; KOCH, 1977, pl. 9, 11 et 13), de Kösingen (tombes 3 et 70 ; KNAUT, 1993, pl. 31 et 59) et de Heidelberg-Kirchheim (tombe 131 ; CLAUSS, 1971, pl. 33). Le seul exemplaire recensé en Suisse, à Bâle-Bernerring, appartient également à ce type (MARTIN, 1976, p. 266).

33D’autres lames de tisserand présentent une pointe en forme de légère accolade, mais moins marquée. C’est le cas en France, dans la tombe 46 de Villey-Saint-Étienne (fig. 4 ; BÖHME, 1988, p. 66 ; SALIN, 1939, p. 156), dans la tombe 1134 d’Odratzheim (KOZIOL et alii, 2012, p. 227), dans la tombe 274 de Vendenheim (fig. 2 ; BARRAND EMAM et alii, 2013, vol. 2, p. 212), en Angleterre, dans la tombe 45 de Chessell Down (fig. 3 ; ARNOLD, 1982, p. 28, fig. 13, n° XVI.), et également en Allemagne, dans la tombe 126 de Schretzheim (KOCH, 1977, pl. 31), dans la tombe 10B/1892 de Pfalheim (NAWROTH, 2001, pl. 31) et dans la sépulture 36 de Klepsau (KOCH, 1990, pl. 30).

34Certains exemplaires présentent parfois un pommeau, comme dans cette dernière tombe (fig. 6). Ce pommeau pyramidal en alliage cuivreux est caractéristique de ceux connus sur certaines épées longues.

35Les longueurs des lames sont, quant à elles, assez variables, allant de 24 cm dans la sépulture 311 de Schretzheim en Allemagne (Bavière ; KOCH, 1977, vol. 3, p. 72) à 58 cm dans la sépulture 118 de Viminacium en Serbie (IVANISEVIC et alii, 2006, p. 168).

  • 2  Ouverture entre deux nappes de fils de chaine.

36Ces différences typologiques notables entretiendraient-elles un rapport avec la dimension des tissus réalisés ? Les lames longues seraient-elles plus adaptées que les courtes au tissage de larges étoffes, et inversement ? Sue Harrington aborde sommairement cette question dans son ouvrage sans apporter de réponse précise quant aux liens potentiels unissant la longueur des lames et la largeur des tissus. Elle postule que les lames en fer, sans distinction morphologique, étaient utilisées pour la confection de tissus de faibles largeurs « prêts à l’emploi » en vue d’être éventuellement assemblés pour obtenir des pièces plus importantes (HARRINGTON, 2008, p. 49). Plus fondées sont les observations de Marta Hoffmann qui explique qu’il n’existe aucune difficulté technique à utiliser de longues lames pour réaliser des tissus étroits, et inversement, étant entendu que les ustensiles de tassage peuvent être insérés n’importe où entre les fils de chaîne : « (…) there are no technical difficulties presented by the relation of the lengh of the sword beater and the with of the woven fabric. The beater could be inserted anywhere (…) » (HOFFMANN, 1964, p. 280). Les observations ethnologiques le confirment : des lames longues et larges sont employées au tassage des fils de trame structurant des galons, rubans textiles et autres réalisations étroites. Cette apparente disproportion connaît d’ailleurs une explication pragmatique. La résistance requise pour les galons et rubans implique souvent un réseau de fils dense où la trame, parfois invisible dans le tissage, demande à être fortement tassée sous l’effet d’une traction appuyée. En conséquence, on n’établira aucun lien entre la dimension des lames et la largeur des tissus (fig. 13). Les différences typologiques ne sont donc pas plus justifiables par des critères technologiques que par des critères esthétiques et culturels. La seule dimension qui pourrait avoir un sens technologique tient à la largeur des lames qui, basculées à 90 degrés, ouvrent une foule2 plus ou moins grande pour y insérer le fil de trame (HOFFMANN, 1964, p. 282 ; HARRINGTON, 2008, p. 47-48).

image

Fig. 13. Réalisation d’un galon aux plaquettes, époque médiévale, XVe siècle (Livre d’heures Sobieski par le Maître de Bedford. Windsor Castle, The Royal Collection, Ms 1338, f 24).

37On le constate, la réflexion typo-ergonomique n’apporte pas de solution satisfaisante quant à la manipulation des lames en fer, dont les plus longues devaient être pesantes aux bras du tisserand répétant les mêmes gestes des heures durant (les masses actuelles ne correspondent pas aux masses d’origine en raison de l’oxydation du fer). Interpellée par ce détail d’importance, Sue Harrington suggère que les individus de Schretzheim (Allemagne, Bavière ; KOCH, 1977) et d’Edix Hill (tombe 18 ; Grande-Bretagne, Cambridgeshire ; DUHIG, 1998) étaient plus grands et musculairement plus développés que la moyenne (HARRINGTON, 2008, p. 47). L’argument ne tient pas car il ne concerne qu’un petit nombre d’individus au regard des corpus norvégien, anglais et du reste de l’Europe. Cette hypothèse ne pourrait éventuellement être vérifiée qu’en réalisant une synthèse des observations anthropologiques reposant sur l’ensemble des individus répertoriés.

4.2. Regard sur les systèmes de tissage de l’Antiquité au Moyen Âge

38Envisager l’utilisation des lames de tisserand en fer implique de dresser un bilan des connaissances liées aux systèmes de tissage utilisés à l’époque mérovingienne. Des recherches bibliographiques peu fructueuses nous amènent très rapidement à solliciter des collègues médiévistes et/ou spécialistes des textiles anciens. Qu’il s’agisse d’iconographie ou de textes, ils confirment la rareté, voire l’inexistence des données dans ce domaine. Nous connaissons les deux principaux types de métiers à tisser employés durant l’Antiquité ; nous connaissons également le type de métier à tisser utilisé au Moyen Âge, mais force est de constater la pauvreté de la documentation pour le haut Moyen Âge (CARDON, 1999, p. 393). Or, ces quelques siècles représentent selon toute vraisemblance une période charnière où des changements substantiels surviennent au niveau des techniques de tissage. Plus concrètement, la rareté des sources disponibles ne permet pas d’apprécier le passage du métier vertical au métier horizontal, ce qui, loin d’être une modification anodine, signe une véritable révolution technique aux implications socio-économiques majeures. Nous parlons ici d’une transition vers une production à grande échelle.

4.2.1. L’héritage romain

39Deux types de métiers à tisser principaux coexistent à l’époque romaine. Le premier puise aux sources de notre Préhistoire : il s’agit du métier vertical à poids (fig. 14 A) ; le second, plus récent, ne requiert pas de pesons mais deux barres horizontales entre lesquelles sont tendus les fils de chaîne : il s’agit du métier à deux ensouples (fig. 14 B).

image

Fig. 14. Principaux types de métier à tisser verticaux. A : métier à tisser vertical à poids ; B : métier à tisser vertical à deux ensouples, d’après CISZUK, HAMMARLUND, 2008, fig. 2 et 4, p. 124.

40Les métiers à tisser verticaux à poids sont constitués de deux montants, maintenus à leur extrémité supérieure par une poutre transversale dont la dimension détermine la largeur maximale du tissu. Sur ce type de métier, les fils de chaîne maintenus ensemble par une lisière de départ préalablement tissée, sont tendus à l’aide de pesons ; le tissage progresse du haut vers le bas (SEILER-BALDINGER, MÉDARD, 2014). En contexte archéologique, la répartition spatiale des pesons constitue le témoignage le plus fiable pour évoquer l’utilisation du métier vertical à poids, notamment pour les périodes anciennes privées de sources écrites et, quasiment, d’iconographie. Dès le Néolithique en Europe occidentale, les sols en sont jonchés, indiquant parfois clairement l’emplacement d’anciens métiers à tisser (fig. 15). L’analyse des restes textiles en confirme l’utilisation, certaines spécificités techniques étant sans conteste liées au montage des fils sur des métiers verticaux à poids (MÉDARD, 2010). Il en va de même pour les périodes ultérieures où pesons et textiles attestent l’utilisation de ce type de dispositif. En Europe romaine, les exemplaires abondent ; ils attestent à la fois un artisanat domestique et une production d’ateliers spécialisés (MONTEIX, 2010). Une représentation du métier à poids apparaît plus tard dans un manuscrit du XIIIe siècle (Autriche, Graz, abbaye de Reun) et on en constate encore l’usage au milieu du XXe siècle en Scandinavie (HOFFMANN, 1964).

image

Fig. 15. Alignement de poids de tisserand en place sur le site hallstattien d’Hafnerbach (Autriche), d’après GRÖMER, 2010, Abb. 127, p. 255.

41Comme en atteste clairement l’iconographie antique, le métier vertical à deux ensouples connaît son plein essor à la période romaine, au cours du Ier siècle après J.-C. dans le monde méditerranéen. Le duel entre Arachné et Minerve, illustré sur les frises du forum transitorium, constitue la première et la mieux datée de ces figurations (PICARD-SCHMITTER, 1965, pl. XXI, 3 ; WILD, 1970, p. 69, fig. 59 ; D’AMBRA, 1993, p. 116-119, 123-125 et pl. 57-59, 74, 80). On l’observe également sur les murs de l’Hypogée des Aurelii à Rome (fig. 16) et sur le bas-relief de Genetiva à Baugy (France) (WALTON ROGERS, 2001, p. 161). Le relief de Forli, daté du IIe siècle et généralement interprété comme représentant les activités d’un foulon, pourrait également montrer un métier à tisser à deux traverses, plutôt qu’un séchoir à linge (MONTEIX, 2010, p. 180). Dans la pratique, les fils de chaîne sont tendus entre les deux barres horizontales situées en haut et en bas du métier. Ce dispositif sert à la confection de tissus, mais il est aussi celui de la tapisserie de haute lisse. Les scènes antiques où il apparaît seraient d’ailleurs plus des scènes de tapisserie que de tissage (WILD, 1970, p. 71 ; WALTON ROGERS, 2001, p. 160).

image

Fig. 16. Représentation d’un métier à tisser vertical à deux ensouples sur les murs de l’Hypogée des Aurelii (© Fototeca Unione, American Academy in Rome), d’après WALTON ROGERS, 2007, fig. 1.4, p. 5.

42Traditionnellement, on considère que l’apparition du métier à deux ensouples remonte à l’époque romaine en se fondant sur un passage d’une lettre de Sénèque qui en parle comme d’un système résolument moderne (SÉNÈQUE, ep. 90, 19ff). Le constat archéologique effectué par John Peter Wild va dans le même sens : « A way to account for the paucity of loomweights in Britain would be to argue that the two-beam loom began to displace, but not fully replace, the warp-weight loom here by the second century. There is literacy authority for such a change in Italy » (WILD, 2002, p. 11). Walter Endrei en parle en termes semblables : « D’innombrables illustrations en témoignent même aux XVème et XVIème siècles et le métier à haute lisse (…) représente, de nos jours encore, l’héritage du monde romain. » (ENDREI, 1968, p. 117). Le débat reste cependant ouvert quant aux dates d’apparition du métier à deux ensouples, peut-être pas aussi moderne que ne l’affirme Sénèque (MONTEIX, 2010). Les témoignages se raréfient au-delà de l’Antiquité tardive pour réapparaître vers les XIIe-XIIIe siècles. Dominique Cardon explique, à propos de l’introduction et de la diffusion en Occident d’une ou de plusieurs formes de métiers à tisser à chaîne horizontale actionnés par des marches, que l’iconographie de nos régions ne commence à mettre ceux-ci en scène qu’au XIIe siècle (CARDON, 1999, p. 401, fig. 393). Sur le plan technique et par rapport aux modèles anciens, ces métiers permettent de tisser plus vite tout en maintenant la possibilité d’obtenir des tissus en grande largeur comme sur les métiers verticaux à poids (fig. 17).

image

Fig. 17. Métier à tisser horizontal. Représentation du xve siècle (© Bibliothèque nationale de France), d’après CARDON, 1999, fig. 126, p. 312.

4.2.1. Les systèmes de tissage au haut Moyen Âge

43La question de l’utilisation des métiers verticaux ne se pose pas pour cette période. Ce système perdure, ainsi qu’en attestent les pesons mis au jour sur plusieurs sites français et européens. Un très bel exemple daté du VIIe siècle provient du gisement de Grimstone End (Grande-Bretagne, Suffolk) où deux rangées de pesons annulaires parfaitement en place suffisent à évoquer le type de tissage en cours, armure et largeur de tissu (HOFFMANN, 1964, p. 313). Bien que les vestiges matériels ne soient pas aussi éloquents pour le métier à deux ensouples, sa pérennité ne fait pas de doute au haut Moyen Âge ; on en connaît par exemple une illustration datée du IXe siècle (Psautier d’Utrecht, abbaye de Hautvillers près de Reims ; 820-835 après J.-C.) et une autre du XIe siècle en Italie du Sud. L’artisan travaille en l’occurrence à la réalisation d’une tapisserie (De rerum naturis, Hrabanus Maurus, Archivio di Montecassino ; CARDON, 1999, p. 306, 399 : WALTON ROGERS, 2001, p. 165) (fig. 18).

image

Fig. 18. Représentation du XIe siècle illustrant un métier vertical à deux ensouples. De rerum naturis (© Archivio di Montecassino), d’après CARDON, 1999, fig. 119, p. 306 et d’après WALTON ROGERS, 2001, fig. 19.6, p. 165.

44La véritable interrogation tient à l’utilisation du métier horizontal. Dominique Cardon dresse dans son ouvrage sur la draperie au Moyen Âge une carte de répartition des indices archéologiques permettant d’évoquer l’emploi de ce système en Europe alto-médiévale. Les plus anciens témoignages datent des VIIIe-Xe siècles ; il s’agit de griffes de templets et de poulies en bois issues des sites de Gdansk (Pologne), Haithabu (Allemagne) et Cidade das Rosas (Espagne) ; (CARDON, 1999, p. 401, fig. 145). Dans le registre des indices archéologiques, l’auteure précise avoir étudié les vêtements funéraires d’un comte de Toulouse décédé en 978 et noté que plusieurs des tissus présents dans le sarcophage ont été tissés sur un métier à marches (CARDON, 1999, p. 401, fig. 393). Il semble que quelques découvertes récentes permettent aujourd’hui d’évoquer l’utilisation de systèmes horizontaux en Europe mérovingienne. Il s’agit essentiellement de traces d’implantation dans des fonds de cabane laissant à penser que des métiers de ce type étaient installés dans les secteurs explorés (site d’Otelfingen, Suisse, canton de Zurich : WINDLER, 2008 ; site d’Altorf, France, Alsace, comm. pers. de Fabrice Reutenauer - PAIR). Concernant les sources écrites, la plus ancienne date de la fin du Xe siècle ou du début du XIe siècle. Il s’agit d’un traité anglo-saxon faisant état d’une liste d’outillage parmi laquelle figurent quelques objets appartenant à un système horizontal (ibid., p. 401, fig. 409). Au-delà de toute présomption, il est donc encore délicat d’affirmer que le métier horizontal était en usage avant le Xe siècle.

4.3. À propos de l’utilisation des lames de tisserand en fer

45Dans la plupart des cas, et notamment pour des tissus en grande largeur confectionnés sur des métiers horizontaux, la lame de tisserand est inintéressante car son utilisation obligerait à une manipulation contraignante et inconfortable, autant qu’inefficace. Sur ce type de métier sont installés au montage des peignes de tassage qui permettent de travailler beaucoup plus vite en faisant l’économie d’une gestuelle inadaptée. En un seul mouvement et sans effort, les fils de trame sont plaqués les uns contre les autres sous l’effet d’une pression homogène. En considérant les dispositifs de tissage discutés dans ces pages, la lame de tisserand n’a de sens qu’utilisée en association avec des métiers verticaux.

46Agressifs par définition, les scramasaxes, épées et fers de lance sont conçus pour transpercer et trancher. Leur reconversion en ustensiles de tissage constitue un paradoxe puisque l’outillage textile est préférentiellement façonné à partir de matériaux doux, finement polis, sans aspérité susceptible d’accrocher les fibres et les fils. Les bois denses à grain fin (buis, if) et les matières osseuses sont particulièrement indiqués car ils gagnent en qualité avec la patine d’usage due aux passages répétés entre les fils de chaîne. Il n’est pas exclu que les surfaces et tranchants des lames aient été adoucis par polissage en vue de la nouvelle destination de l’outil. Cet aménagement n’est cependant pas appréciable ; les exemplaires archéologiques présentent des surfaces suffisamment déformées par l’oxydation pour ne plus rien laisser voir du traitement mis en œuvre à ce niveau. Les radiographies effectuées ne sont pas plus éloquentes dans ce domaine.

47En admettant que la réutilisation des armes pour le tissage ait été accompagnée d’aménagements spécifiques, demeure le problème de la masse, indiscutablement liée au matériau. Le poids de l’ustensile apparaît comme une entrave à sa maniabilité ; le travail du tisserand, inscrit dans le temps, la régularité et la répétition, s’accorde mal avec le maniement de cet objet lourd et encombrant, particulièrement s’il s’agit d’épées longues.

48Sur les métiers verticaux à poids, le tissage progresse nécessairement du haut vers le bas. La bordure de départ du tissu (réalisée en amont) est « cousue » sur la barre horizontale placée en haut du métier. Les fils de chaîne pendent à l’aplomb et le tassage de la trame s’effectue à l’aide d’une lame de tisserand actionnée de bas en haut dans un mouvement contre-nature puisqu’il va à l’encontre de la gravité. L’artisan debout devant le métier se place légèrement de côté au moment du tassage ; le bras qui actionne la lame doit non seulement la soulever plusieurs fois à chaque passage de trame (pour uniformiser le tassage sur toute la largeur du tissu) mais aussi lui imprimer la force nécessaire pour plaquer les fils les uns contre les autres. Il va sans dire que la masse à soulever revêt une certaine importance dans le cadre de mouvements ascendants répétés au fil des heures. Au-delà de la nécessité d’utiliser un matériau lisse, doux et non tranchant (qualités possibles à obtenir avec du métal), l’utilisation de la lame en fer ne paraît pas opportune pour des questions de masse (fig. 19).

image

Fig. 19. Représentation médiévale du métier à poids avec utilisation d’une lame de tisserand (Livre de modèles de l’abbaye de Reun, Autriche ; © Nationalbibliothek, Vienne), d’après CARDON, 1999, fig. 139, p. 395.

49Elle serait en revanche plus indiquée dans le cas d’un métier à tisser à deux ensouples puisque le tissage progresse cette fois de bas en haut. Qu’il s’agisse d’une chaîne tubulaire, d’une chaîne simple montée pour le tissage ou pour la tapisserie, le mouvement des ustensiles de tassage s’effectue de haut en bas. La gravité accompagne le geste qui gagne en force et en efficacité. Il n’est pas exclu d’imaginer que des ustensiles lourds aient été spécifiquement recherchés pour tisser sur ce type de métier. L’artisanat mondial du textile regorge d’exemples où les peignes de tassage utilisés sur les métiers à tapisserie de haute lisse sont volontairement conçus en fer pour être pesants. Ni le matériau, ni la masse ne représentent donc des obstacles dans ce cas ; ce qui paraît inadapté tient à la forme des outils et à leurs dimensions. Les ustensiles de tassage sont généralement étroits pour des raisons ergonomiques. Sur ce type de métier, le tisserand travaille assis face à son ouvrage ; le tassage des trames ou des nœuds (dans le cas de tapisseries nouées) s’effectue frontalement (voir fig. 18 et 20). Or, les lames ne sont aucunement adaptées à ce travail, contrairement aux peignes dont les dents glissent entre les fils de chaîne et « battent » la trame vers le bas. Le maniement de longues épées impliquerait que l’artisan se place de côté, voire se lève, pour orienter son bras dans le prolongement de la lame afin de la manipuler sans contrainte anatomique inconfortable. Cette fois, c’est la morphologie des lames qui ne paraît pas opportune au regard de la position de travail.

image

Fig. 20. Artisan travaillant sur un métier de haute lisse (dessin : Simon Chew, York Archaeological Trust), d’après WALTON ROGERS, 2001, fig. 19.1, p. 159.

50Au terme de cette réflexion, la lame de tisserand en fer, principalement lorsqu’elle est aménagée à partir d’épées longues ou qu’elle en a la forme, ne paraît pas l’ustensile le plus indiqué pour tasser la trame des ouvrages tissés sur des métiers verticaux et encore moins sur des métiers horizontaux à marches tels que représentés au Moyen Âge. Très lourde pour des systèmes à pesons et morphologiquement inadéquate pour travailler sur un métier de haute lisse, sa présence dans les sépultures pourrait trouver une justification autre que celle de sa fonctionnalité dans le tissage.

V. Interpréter les données

5.1. Discussion autour des données géographiques et culturelles

51Dès la réalisation des premiers inventaires et des premières cartes de répartition, la quasi-absence de lames de tisserands en Gaule était remarquable. Depuis, malgré l’avancée des recherches et la multiplication des fouilles, peu nombreux sont les exemplaires qui ont enrichi le corpus français. Dans le cadre de cette étude, nous avons donc tenté de dresser un inventaire le plus exhaustif possible en compilant l’ensemble des données accessibles dans la littérature et auprès d’un maximum de collègues français, allemands et suisses, afin de réaliser une carte de répartition réactualisée (fig. 8 et 9). La mise à jour des données n’a toutefois pas modifié fondamentalement les principales observations réalisées par nos prédécesseurs : les lames de tisserand se retrouvent principalement en Norvège, dans le sud de l’Angleterre (Kent surtout), dans le centre et le sud de l’Allemagne ainsi qu’en Autriche, en République tchèque et en Hongrie. En France, sur les dix sites répertoriés, six se situent dans l’est du pays (Erstein, Odratzheim et Vendenheim en Alsace, Villey-Saint-Étienne, Nancy « Viel-Aître » et Sivry en Lorraine). Cette répartition des lames de tisserand, principalement en Europe du Nord et de l’Est (sur la rive droite du Rhin) avec toutefois quelques occurrences dans l’est de la Gaule mérovingienne, concorde avec les observations réalisées par Arno Rettner, qui avait montré en replaçant le limes tardif sur sa carte de répartition, que ce dernier semblait souligner la limite occidentale de cette zone de concentration (RETTNER, 2004) (fig. 21).

image

Fig. 21. Carte de répartition des lames de tisserand en fer entre la fin du IIIe et le début du VIIe siècle : état actuel de la recherche (2014). Sont représentés les noms des peuples et le limes tardo-antique.

52Quelques découvertes ont néanmoins été inventoriées bien au-delà de cette zone géographique. En France, trois exemplaires ont été recensés le long des côtes normandes (Giberville - Normandie) et atlantiques (Herpes - Charente ; Niort - Deux-Sèvres) mais également en contexte alpin (Sillingy - Haute-Savoie). Les quelques lames de tisserand inventoriées en Italie sont localisées dans le nord-est (Cividale-Gallo – Frioul-Vénétie Julienne), au centre (Nocera Umbra – Ombrie) et dans le nord-ouest du pays (Collegno - Piémont).

53L’interprétation de la présence de ces lames de tisserand isolées reste toutefois délicate. Le mobilier associé aux lames de tisserand dans les tombes permet parfois d’aborder ces questions. En effet, pour les exemplaires français découverts le long des côtes normandes et atlantiques, la présence de mobilier d’influence anglo-saxonne ainsi que la proximité des sites, le long des rivages, pourrait permettre d’expliquer la présence de ces lames par des contacts avec les populations anglo-saxonnes. Cette hypothèse n’a toutefois pas pu être vérifiée pour l’exemplaire de Niort, pour lequel le mobilier présent dans la tombe n’a pas été conservé.

5.2. Un marqueur culturel ?

54La répartition privilégiée des lames de tisserand sur la rive droite du Rhin indiquerait selon certains auteurs (MARTIN, 1976, p. 92 ; BÖHME, 1988, p. 64 ; RETTNER, 2004, p. 257 ; BANCK-BURGESS, 1997, p. 373) le rattachement de cet outil à une culture thuringienne ou alamane (fig. 21). Ici encore, le mobilier associé aux lames de tisserand dans les sépultures peut être un marqueur discriminant. Dans le cadre de cet article, seules quelques comparaisons ont pu être réalisées mais il est évident que seul un inventaire exhaustif de l’ensemble du mobilier associé aux 194 lames de tisserand recensées permettrait d’évaluer concrètement ce phénomène.

  • 3  Une paire de fibules proches du type de Burghagel de H. Kühn (CHÂTELET et alii, 2000, p. 64).
  • 4  Deux fibules de type thuringien (BÖHME, 1988, p. 64).
  • 5  Une paire de fibules de type thuringien (KOCH, 1977, p. 50 et 93-94).
  • 6  Une fibule cloisonnée de type C6 de Katrin Vielitz, dont on retrouve des parallèles le long du Rhi (...)

55Les sites ayant livré un mobilier d’origine thuringienne ou alamane associé à une lame de tisserand restent finalement peu nombreux. On peut citer les cas d’Erstein3 (Alsace – sépulture 239) et de Villey-Saint-Étienne4 (Meurthe-et-Moselle – sépulture 46) (fig. 4) en France et de Schretzheim5 (Bavière – sépulture 36) et de Klepsau6 (Bade-Wurtemberg – sépulture 36) en Allemagne.

  • 7  Bien que quelques exemplaires soient recensés dans le sud de l’Allemagne (HAIMERL, 1998, p. 102).

56A contrario, sur les autres sites français, le mobilier associé aux lames de tisserand semble refléter d’autres origines culturelles : sur le site de Vendenheim par exemple, la fibule aviforme de la sépulture 171 (BARRAND EMAM et alii, 2013, p. 330) se rapproche du type Wanquetin, principalement connu dans le nord de la Gaule mérovingienne7, et à Giberville (Calvados), la lame de tisserand est associée à une fibule de type Kentish disc brooch, traduisant ici une influence anglo-saxonne (SOULAT, 2009, p. 54-55) (fig. 22).

image

Fig. 22. Mobilier et plan de la sépulture 27 de Giberville (Calvados), d’après SOULAT, 2009, fig. 111, p. 144.

57Pour le corpus anglais, Sue Harrington conclut que les assemblages de mobilier dans les sépultures contenant une lame de tisserand ne révèlent pas d’échanges et de contacts uniformes, au regard de la faible quantité de mobilier à influence thuringienne présent sur le territoire anglo-saxon face au nombre important d’objets de tradition romaine (HARRINGTON, 2008, p. 45). On peut cependant évoquer les sépultures de Bifrons, Sarre, Dover et D4 de Finglesham (BRUGMANN, 1997 ; BRUGMANN, 1999 ; HAWKES, 1958, p. 11-18), toutes situées dans le Kent. Ces dernières peuvent être qualifiées de tombes très privilégiées par la qualité et la quantité de mobilier qui y était déposé. Ce mobilier reflète des influences scandinaves, mérovingiennes mais également locales (BRUGMANN, 1999, p. 41-44). La multiplication des influences diverses au sein de ces tombes et la présence d’un mobilier très riche suggèrent ici l’installation d’une élite probablement locale, mais ayant des liens avec les échanges transmanche (BRUGMANN, 1997, p. 116-117).

58Les quelques exemples mentionnés ici tendent donc à montrer que l’association lame de tisserand/mobilier à influence germanique ne semble pas être une pratique systématique dans les sépultures recélant ce type d’outil.

5.3. Discussion autour des données chronologiques

59Selon Sue Harrington, la pratique du dépôt de la lame de tisserand dans les sépultures féminines s’est déplacée de l’Europe du Nord vers l’Angleterre, puis vers une zone située globalement entre la rive droite du Rhin et le nord du Danube à partir du VIe siècle. Ce mouvement semble se terminer au cours du VIIe siècle, comme semblerait l’attester les trois exemplaires découverts en Italie (HARRINGTON, 2008, p. 46). Toutefois, après la reprise des données en notre possession, cette diffusion du nord vers le sud ne paraît pas si évidente et doit être nuancée (fig. 23).

image

Fig. 23. Répartition chronologique des dépôts des lames de tisserand en fer classés par pays.

  • 8  Sépulture 171 de Vendenheim (470/480-560/570 ; BARRAND EMAM et alii, 2013, vol. 2, p. 164).
  • 9  Sépulture 27 de Giberville (520/530-560/570 ; SOULAT, 2009, p. 54-55).
  • 10  Sépulture 41 d’Erfurt-Gispersleben (Allemagne, Thuringe), sépulture 44 de Kelheim-Gmünd (Allemagne (...)
  • 11  Sépultures datées de 565/630.

60Les premières lames de tisserand en fer ont tout d’abord été découvertes en Norvège à partir du IIIe siècle où elles perdurent jusqu’au VIe siècle (fig. 24). On les retrouve en Angleterre au cours de la deuxième moitié du Ve siècle avec les premiers exemplaires découverts à Luton (Bedfordshire) et à Dover (Kent – sépulture 46 ; HARRINGTON, 2008, p. 124). À la fin du Ve siècle, elles apparaissent en France, d’abord sur le site de Vendenheim8 puis au cours de la première moitié du VIe siècle à Giberville9. C’est également à partir de la première moitié du VIe siècle, que les premiers exemplaires apparaissent dans le sud de l’Allemagne10. Enfin, cette pratique semble se développer jusqu’en Italie au plus tôt à partir du troisième tiers du VIe siècle sur les sites de Cividale-Gallo et Nocera Umbra11. Une reprise exhaustive des données permettrait d’affiner certaines datations et de vérifier cette hypothèse.

image

Fig. 24. Pratique des dépôts de lame de tisserand dans les sépultures féminines entre la fin du IIIe et la fin du VIe siècle.

61Subsiste toutefois une interrogation : comment expliquer l’apparition tardive (à partir de la fin du Ve siècle) des lames de tisserand en fer dans les sépultures féminines en Europe continentale alors que ces dernières sont présentes en Norvège depuis le IIIe siècle ? Ce phénomène est certainement lié à la lente transition opérée, notamment en Gaule et dans le sud de l’Angleterre, dans les pratiques funéraires entre la fin de l’Antiquité et le début du Moyen Âge, qui conduisit vers la fin du Ve siècle à la réintroduction de l’inhumation habillée et du dépôt presque systématique d’effets personnels dans les tombes.

5.4. Dimension sociale des vestiges : qualité des sépultures et mobilier associé

62Contrairement à ce que l’on lit parfois dans la littérature, la lame de tisserand n’est pas nécessairement l’apanage des tombes riches (GUILLAUME et alii, 2004, p. 48). Cette hypothèse avait d’abord été proposée par Ursula Koch (KOCH, 1969), qui avait par la suite nuancé ses propos lors de la publication de la nécropole de Schretzheim (KOCH, 1977, p. 93-94). À propos de l’attribution des lames de tisserand aux riches tombes féminines, U. Koch émettait l’hypothèse d’un ustensile davantage lié au rôle de la femme dans son foyer, plus qu’à un statut social privilégié (KOCH, 1977, p. 93). En effet, dans la nécropole de Schretzheim (Allemagne, Bavière), les lames de tisserand sont à la fois présentes dans des tombes richement dotées (sépultures 22, 26 et 126), mais aussi dans des tombes au mobilier archéologique plus modeste (sépultures 36 et 579).

63De même, en 1987, dans la publication de la nécropole de Dover Buckland (Grande-Bretagne, Kent), Vera Evison arrivait à une conclusion similaire selon laquelle les défunts inhumés avec une lame de tisserand en fer ne devaient pas faire partie des élites, mais d’une classe sociale moins aisée (EVISON, 1987, p. 112). Selon l’auteure, la lame de tisserand symboliserait donc le rôle de la femme en tant que maîtresse de maison plutôt que celui de dame d’une cour seigneuriale. Dans un article consacré à la hiérarchie des femmes dans les cours seigneuriales à l’époque mérovingienne, basé sur l’étude des nécropoles de Cologne-Müngersdorf (Allemagne, Rhénanie du Nord - Westphalie), Bâle-Bernerring (Suisse, canton de Bâle) et Güttingen (Suisse, canton de Thurgovie), Ursula Koch remarque, après avoir observé la présence d’éléments liés à l’activité textile dans des sépultures de niveaux hiérarchiques différents, que les symboles faisant référence à des tâches à responsabilité, de préférence liées à l’activité textile, se trouvent aussi bien dans la tombe de l’économe (femme de classe moyenne qui s’occupait de l’intendance) que dans celle de la dame de la cour seigneuriale (KOCH, 2011, p. 28). À Vendenheim, l’association lame de tisserand/tombe privilégiée ne s’impose pas avec évidence. Malgré la présence de quelques éléments de parure (deux fibules aviformes et une châtelaine), la tombe 171 n’est pas la sépulture féminine la plus remarquable du site. Il est plus délicat de se prononcer pour la sépulture 274, dont la chambre funéraire de type « Morken », type d’architecture funéraire généralement associé à des sépultures privilégiées, a été pillée.

  • 12  Pour ces questions, se référer notamment aux travaux de Rainer Christlein (CHRISTLEIN, 1978), Heik (...)
  • 13  En prenant toutes les précautions d’usage quant à ce type d’interprétation (STEUER, 1989, p. 104).

64En synthétisant les données obtenues pour l’Angleterre et l’Europe continentale, nous avons pu observer, à l’instar d’Ursula Koch, les deux cas de figure : certaines tombes semblent clairement entrer dans la catégorie des sépultures privilégiées (si l’on considère que le mobilier funéraire est représentatif du statut social12), alors que d’autres semblent plus humbles. En intégrant le mobilier funéraire issu des sépultures à lames de tisserand aux quatre Qualitätsgruppen définis par Rainer Christlein (CHRISTLEIN, 1978), deux groupes de richesse principaux ont pu être distingués13 (fig. 25). Nous tenons toutefois à rappeler que ces interprétations sont toujours délicates car elles sont probablement basées sur une vision quelque peu déformée. En effet, le mobilier déposé dans la tombe reflète autant le statut de l’individu que le traitement apporté au défunt par ses proches (DIERKENS, 1986, p. 47). À travers cette réflexion, nous ne prétendons pas aborder l’épineuse question de la hiérarchisation sociale mais nous souhaitons simplement souligner les différences de traitement qui existent entre les individus inhumés avec une lame de tisserand en fer.

image

Fig. 25. Groupes de richesse de R. Christlein, d’après CHRISTLEIN, 1978, p. 20.

65Le premier groupe, le groupe B de Rainer Christlein, est caractérisé par la présence d’objets de parure et d’habillement et l’absence de dépôt de vaisselle en alliage cuivreux ou en bois. C’est le cas par exemple de la tombe 27 de Giberville (fig. 22 ; SOULAT, 2009, p. 44), des tombes 143 et 2083 de Viminacium (Serbie)(fig. 26) (IVANISEVIC et alii, 2006, p. 189-191 et p. 220-222), des huit sépultures de Schretzheim (Allemagne ; KOCH, 1977, vol. 2, p. 13-14, 15-16, 19, 31, 71-72, 122-123), des tombes 82, 189 et 6/1889 d’Unterhürheim (Allemagne ; GRÜNEWALD, 1988, p. 249, 270-271 et 291) et de la tombe 3 de Kösingen (Allemagne ; KNAUT, 1993, pl. 31).

image

Fig. 26. Mobilier et plan de la sépulture 143 de Viminacium (Serbie, Branicevo), d’après IVANISEVIC et alii, 2006, pl. 26, p. 190.

66Le deuxième groupe, le plus riche, correspond au groupe C de Rainer Christlein. Il est caractérisé par la présence d’éléments de parure et d’habillement de meilleure qualité et en plus grande quantité que dans le groupe B. La présence de vaisselle en alliage cuivreux ou de coffre en bois est discriminante. On peut citer par exemple le cas en Allemagne de la sépulture 33 de Klepsau (fig. 27 ; KOCH, 1990, pl. 27-8) qui comporte des appliques de coffret en alliage cuivreux décoré, ou encore de la tombe 71 d’Unterthürheim (fig. 28), qui contient un bassin en alliage cuivreux (GRÜNEWALD, 1988, p. 244-246). En Angleterre, on peut citer la sépulture 45 de Chessell Down (fig. 3) qui possède un seau et une passoire en alliage cuivreux ainsi qu’une pendeloque en cristal de roche et en argent (ARNOLD, 1982, p. 26-28, fig. 11-13), la tombe 20 de Dover Buckland dans laquelle est déposé un bassin en alliage cuivreux (EVISON, 1987, p. 467), ou encore la sépulture 203 de Finglesham qui comporte un bassin en alliage cuivreux et des pendentifs en tôle d’or (HAWKES, GRAINGER, 2006). Enfin, la sépulture 118 de la nécropole de Viminacium en Serbie (IVANISEVIC et alii, 2006, p. 169-171) contenait également un bassin en alliage cuivreux.

image

Fig. 27. Mobilier de la sépulture 33 de Klepsau (Bade-Wurtemberg), d’après KOCH, 1990, pl. 27 et 28.

image

Fig. 28. Mobilier de la sépulture 71 d’Unterthürheim (Bavière), d’après GRÜNENWALD, 1988, pl. 16 et 17.

67Selon Rainer Christlein, ces groupes correspondraient à différents rangs sociaux : en territoire alaman au cours du IVe siècle, les sépultures du groupe B seraient celles de riches hommes et femmes libres exerçant une autorité à l’échelle locale. Celles du groupe C correspondraient à des hommes et femmes libres, exceptionnellement riches, ou optimates, ayant une autorité qui dépasse l’échelle locale. En revanche, au VIe siècle, les sépultures appartenant au groupe B seraient celles d’individus issus des classes moyennes, alors que celles du groupe C regrouperaient des hommes et des femmes libres ayant un niveau de vie élevé (CHRISTLEIN, 1978 ; STEUER, 1989, p. 103-104).

68L’art du tissage ne semble donc pas uniquement réservé aux femmes privilégiées ; les plus modestes d’entre elles ont pu être enterrées avec des lames de tisserand en bois dont il ne reste rien aujourd’hui. Peut-être dans ce cas faut-il envisager les lames de tisserand en fer comme des ustensiles spécifiquement réservés aux individus privilégiés ou de rang social aisé.

5.5. La symbolique du dépôt

69Faut-il chercher un lien symbolique entre l’art de la guerre et celui du tissage ? S’agit-il d’un ustensile qui n’aurait rien à voir avec le tissage tout en ayant à voir avec la féminité ? D’après les groupes de richesse de Rainer Christlein pour les sépultures masculines, l’épée longue est la pièce d’arme qui permet de classer une tombe masculine dans les groupes les plus élevés socialement (CHRISTLEIN, 1973, p. 147) : la lame de tisserand en est-elle le pendant féminin ? Sa rareté ne permet néanmoins pas la même approche systématique.

70Nous avons vu précédemment que, d’après P. Walton Rogers, la femme inhumée avec une lame de tisserand en fer pouvait être la femme la plus âgée, responsable du métier à tisser (WALTON ROGERS, 2007, p. 33). Cette hypothèse nécessite quelques nuances, puisque l’individu de la sépulture 171 de Vendenheim a un âge biologique situé entre 8 et 12 ans (BARRAND EMAM et alii, 2013). Il en va de même pour les trois tombes d’enfant de Holywell Row, en Angleterre (HARRINGTON, 2008), ainsi que pour la sépulture 20 de Dover Buckland (Angleterre), dont l’individu, inhumé avec une grande quantité de mobilier aux influences diverses, a un âge estimé entre 0 et 6 ans (EVISON, 1987, p. 128). Dans ces cas, la lame de tisserand aurait un rôle symbolique plus que fonctionnel (HARRINGTON, 2008, p. 51.), comme le suggérait Ursula Koch en évoquant une transmission de l’objet de génération en génération durant le VIe siècle (KOCH, 1977, p. 93-94.). Ainsi, la lame de tisserand déposée dans la sépulture 171 de Vendenheim symboliserait le futur statut de la défunte. On peut supposer que le mobilier retrouvé dans la tombe avait le même sens. En effet, une paire de fibules aviformes, un collier de perles, une châtelaine et une aumônière ont été retrouvés déposés à côté de la jeune défunte, rassemblés dans un contenant en matière périssable et non pas portés, comme c’est habituellement le cas dans les sépultures mérovingiennes. Ces objets de parure et d’habillement ne devaient donc pas être portés du vivant de la personne inhumée mais devaient lui être destinés lors de son passage à l’âge adulte (fig. 29).

image

Fig. 29. La sépulture 171 de Vendenheim (Alsace) (©Antea Archéologie).

71Cependant, on peut s’interroger sur le lien entre cet outil et le statut de maîtresse de maison, d’intendante ou de responsable des métiers à tisser, sachant que chaque personne se servant d’un métier à tisser vertical a besoin d’un tel ustensile. Compte tenu de la rareté des exemplaires mis au jour, on peut évidemment envisager l’existence de modèles en matière périssable, tel le bois, que l’on ne retrouverait pas dans les tombes dans nos régions. Cependant, si de tels outils ont existé en bois, rien n’empêche qu’il y en ait eu en os travaillé, comme les exemplaires en os de baleine retrouvés en Europe du Nord. L’os présente en outre l’intérêt de se lustrer au contact de matières douces, évitant ainsi d’agresser le fil. En outre, sa fabrication est a priori plus simple que d’avoir à retravailler une épée en fer. Cependant, à l’heure actuelle, aucun exemplaire de ce type n’a été recensé sur le continent. Ces éléments renforceraient donc l’aspect purement symbolique des lames de tisserand en fer.

72Le fait que certaines lames de tisserand soient des épées longues réutilisées va-t-il dans le sens de cette interprétation symbolique, comme le propose J. Banck-Burgess (BANCK-BURGESS, 1997, p. 373), cette arme étant, semble-t-il, utilisée par l’aristocratie mérovingienne (CHRISTLEIN, 1978 ; STEUER, 1989) ? L’hypothèse des lames de tisserand issues de la réutilisation d’épées longues repose sur différents éléments. Le premier concerne la soie. Certains exemplaires présentent une soie dont la longueur est similaire à celle d’une épée longue (une dizaine de centimètres en moyenne). À titre d’exemples : les sépultures 171 et 274 de Vendenheim (fig. 2 ; BARRAND EMAM et alii, 2013), la sépulture 3 de Kösingen (Allemagne ; KNAUT, 1993, pl. 31), les sépultures 22, 26, 36 et 579 de Schretzheim (Allemagne ; KOCH, 1977), la sépulture 27 de Bâle-Bernerring (Suisse ; MARTIN, 1976). Certaines d’entre elles présentent encore un pommeau, caractéristique des épées longues. C’est par exemple le cas de la sépulture 36 de Klepsau (fig. 30 ; Allemagne ; KOCH, 1990). En revanche, d’autres présentent des caractéristiques morphologiques qui rendent cette analogie peu probable, comme par exemple celle de la sépulture 239 d’Erstein (France, Alsace) qui possède une soie longue à terminaison en anneau ou encore celle de la sépulture 126 de Schretzheim (fig. 30 ; Allemagne ; KOCH, 1977).

image

Fig. 30. Lames de tisserand provenant de la sépulture 36 de la nécropole de Klepsau (Bade-Wurtemberg), d’après KOCH, 1990, pl. 30, n° 30, et de la sépulture 126 de la nécropole de Schretzheim (Bavière), d’après KOCH, 1977, pl. 31, n° 12.

73Le deuxième élément repose sur l’examen radiographique de la lame après restauration. Il s’agit de la présence, ou non, d’un traitement damassé de la lame. Ceci a été observé notamment en Allemagne, à Schretzheim (sépulture 22 et 579 ; KOCH, 1977) et en Angleterre, à Finglesham (sépulture 203 ; HARRINGTON, 2008, p. 130) et à Spong Hill (sépulture 24 ; ibid., p. 130). On sait cependant que ce traitement habituellement réservé aux épées a également pu être mis en œuvre pour la fabrication des lames de tisserand. Ce critère ne doit donc pas être considéré isolément.

74L’hypothèse d’une réutilisation des armes en lames de tisserand semble donc plausible, également en raison de l’existence de tels ustensiles aménagés sur des scramasaxes, comme à Klepsau (Allemagne) (fig. 6) (KOCH, 1990, p.171), ou sur des fers de lance comme en Angleterre (fig. 11) (WALTON ROGERS, 2007, p. 33). Il serait intéressant de mener une étude technique détaillée sur un corpus d’épées longues et de lames de tisserand d’un même site ou d’une même région afin de pouvoir comparer les techniques de fabrication et de déterminer la part de réutilisation au sein de ce corpus.

75Enfin, l’art du tissage se retrouve dans de nombreuses mythologies où l’action de tisser et le tissu qui en découle ont une charge symbolique importante (MOREL, 2004, p. 865-866). C’est également le cas dans la mythologie germanique où cette activité est associée à la déesse Frigg, patronne des travaux domestiques (LECOUTEUX, 2014, p. 104). Un travail de recherche approfondi sur cet aspect pourrait éventuellement compléter les données présentées dans cet article.

Conclusion

76Les lames de tisserand en contexte funéraire mérovingien soulèvent plusieurs questions :
L’objet en lui-même ne semble pas fonctionnel. Cette catégorie d’outillage est généralement en bois ou en os, taillé dans un matériau qui n’agresse pas le fil et dont la surface se patine sous l’effet des frottements répétés de la lame entre les fils de chaîne. Le fer semble contre-indiqué pour une telle utilisation, d’autant que la masse inhérente au matériau convient mal aux mouvements ascendants nécessaires pour tasser le fil de trame sur les métiers verticaux à poids, utilisés sans conteste (mais pas forcément exclusivement) au haut Moyen Âge.

77Sur le plan géographique, les inventaires et cartes de répartition pointent l’absence presque totale de cet outil en France et dans le sud de l’Europe. S’il est clair que la limite correspond à celle du limes tardif, son interprétation est plus délicate. Il semble, en revanche, indéniable que cet outil est associé aux cultures thuringiennes, alamanes et anglo-saxonnes. Cependant, même dans ces territoires, sa présence reste proportionnellement faible par rapport au nombre total de sépultures, phénomène pouvant résulter des changements avérés à cette période dans les pratiques funéraires, sous l’influence du christianisme. Ces modifications expliqueraient non seulement la persistance du dépôt des lames de tisserand jusqu’à la période viking en Europe du Nord, mais également sa quasi absence en Gaule mérovingienne, les rois francs étant chrétiens à partir de la fin du Ve siècle.

78Sur le plan socio-économique, si l’on considère le mobilier qui lui est associé dans la tombe, la lame de tisserand ne signale pas nécessairement le statut social élevé du défunt. Si tel est le cas pour certaines sépultures dotées de vaisselle et d’appliques de coffre en alliage cuivreux (en Angleterre ou en Allemagne), d’autres livrent un mobilier funéraire plus humble. L’hypothèse d’U. Koch concernant le caractère héréditaire de l’objet permet de proposer l’interprétation suivante : les sépultures pourvues d’une lame de tisserand et d’un mobilier peu abondant pourraient être celles d’individus ayant hérité de la lame mais pas du statut social qui l’accompagne. Il pourrait également s’agir de sépultures de « maîtresses de maison », pour les plus riches d’entre elles, ou de leurs intendantes pour les plus modestes.

79L’objet ainsi que son dépôt dans la tombe paraît revêtir une charge symbolique importante. En effet, plusieurs exemplaires recensés auraient été fabriqués à partir d’épées longues recyclées. Si ce n’est pas systématiquement le cas, les exemplaires en forme de fer de lance retrouvés en territoire anglo-saxon ainsi que les exemplaires de Klepsau, l’un façonné à partir d’un scramasaxe, l’autre à partir d’une épée longue, renforcent cette théorie. En outre, pour le monde insulaire, la répartition géographique des lames de tisserand en forme de fer de lance et des armes de même type est similaire (WALTON ROGERS, 2007, p. 34), avec une plus forte concentration dans le nord de l’île. Ce parallèle intéressant pourrait également aller dans le sens d’armes réutilisées pour la fabrication des lames de tisserand en fer.

80La fonction réelle de ces lames de tisserand reste donc encore énigmatique à ce jour, c’est pourquoi cette recherche doit être poursuivie et approfondie, notamment en ce qui concerne le corpus recensé en Europe du Nord, du Sud et dans les pays de l’Est, ce qui nous permettra de préciser certaines hypothèses avancées et également de compléter la carte de répartition de ces curieuses lames de tisserand en fer.

81Remerciements
Nous tenons à remercier P. Walton Rogers, D. Cardon, J. Soulat, U Koch de nous avoir autorisés à reproduire, dans le cadre de cet article, certaines illustrations provenant de leurs ouvrages.

Bibliographie

ARNOLD C. J., 1982, The anglo-saxon cemeteries of the Isle of Wight, Londres, British Museum Publ., 127 p., 76 fig., 9 pl.

BANCK-BURGESS J., 1997, « An Webstuhl und Webrahmen : alamannisches Textilhandwerk », in : Die Alamannen, Catalogue d’exposition, Stuttgart, K. Theiss, p. 371-378.

BARRAND EMAM H., CHENAL F., FISCHBACH T., 2013, Vendenheim, Entrepôt Atlas-Fly, Bas-Rhin, Alsace (67) : un ensemble funéraire mérovingien (6ème-7ème s.) et une occupation néolithique récent et Hallstatt C-D1, Rapport final d’opération d’archéologie préventive, Antea Archéologie, S.R.A. Alsace.

BAZZANELLA M., MAYR A., MOSER L., RAST-EICHER A. dir., 2003, Textiles : intrecci e tessuti dalla preistoria europea, Catalogue d’exposition, Museo Civico di Riva del Garda – La Rocca, 24 maggio-19 ott. 2003, Trento, Servizio Beni Culturali, 295 p.

BEHRENS G., 1946-1948, Eiserne Webschwerter der Merovingerzeit, p. 138-143 (Mainzer Zeitschrift, 41-43).

BÖHME H. W., 1988, « Les Thuringiens dans le Nord du royaume franc », in : Actes des viiie journées internationales d’archéologie mérovingienne de Soissons (19-22 juin 1986), p. 57-66 (Revue archéologique de Picardie, n° 3-4).

BÖHNER K., 1959, Das Grab eines fränkischen Herren aus Morken im Rheinland, Köln, Böhlau, 46 p. (Kunst und Altertum am Rhein,4).

BRENDLE T., 2005, « Schemel, Stuhl und Totenbett : ein dendrodatiertes Frauengrab mit Holzinventar und Runeninschrift aus dem alamannischen Gräberfeld von Neudingen », in : PÄFFGEN B., POHL E., SCHMAUDER M. dir., Cum grano salis : Beiträge zur europäischen Vor- und Frühgeschichte, Festschrift für Volker Bierbrauer zum 65. Geburtstag, Friedberg, Likias, p. 143-164.

BROUDY E., 1979, The book of looms : a history of the handloom from ancient times to the present, Hanover and London, Univ. Press of New England, 176 p.

BRUGMANN B., 1997, « Britons, Angles, Saxons, Jutes and Franks », in : PARFITT K., BRUGMANN B. dir., The anglo-saxon cemetery on Mill Hill, Deal, Kent, London, p. 110-118 (Society for medieval archaeology Monograph Ser., 14).

BRUGMANN B., 1999, « The role of Continental artefact-types in sixth-century Kentish chronology », in : HINES J., HOILUND NIELSEN K., SIEGMUND F., The pace of change : studies in early-medieval chronology, Oxford, Oxbow books, p. 37-64 (Cardiff Studies in Archaeology).

CARDON D., 1999, La draperie au Moyen Âge : essor d’une grande industrie européenne, Paris, CNRS éd., 661 p.

CHÂTELET M., GEORGES P., ROHMER P., 2000, Erstein ‘Beim Limersheimerweg’ (Bas-Rhin) : une nécropole mérovingienne du 6ème-7èmesiècle, Rapport préliminaire, A.F.A.N., S.R.A. Alsace.

CHAUMARTIN, F.-R., 1988, « Sénèque, lecteur de Posidonius (à propos des Lettres 88 et 90) », Revue des Études latines, 66-1988, p. 21-28.

CHRISTLEIN R., 1973, « Besitzabstufungen zur Merowingerzeit im Spiegel reicher Grabfunde aus West- und Süddeutschland », Jahbruch des Römisch-Germanischen Zentralsmuseums Mainz, 20- 1973, p. 147-180.

CHRISTLEIN R., 1978, Die Alamannen : Archäologie eines lebendigen Volkes, Stuttgart, K. Theiss, 180 p.

CISZUK M., HAMMARLUND L. 2008, « Roman looms : a study of craftmanship and technology in the Mons Claudianus textile project », in : ALFARO C., KARALI L. dir., Vestidos, textiles y tintes : estudios sobre la produccion de bienes de consumo en la Antigüedad, Actas del II Symposium internacioanl sobre textiles y tintes del Mediterraneo en el mundo antiguo, Athens, 24-26 nov. 2005, Valencia, Univ. de Valencia, p. 119-134 (Purpureae vestes, 2).

CLAUSS G., 1971, Reihengräberfelder von Heidelberg-Kirchheim, Karlsruhe, Staatl. Amt für Denkmalpflege, 143 p. (Badische Fundberichte, Sonderheft, 14).

D’AMBRA E., 1993, Private lives, imperial virtues : the frieze of the Forum Transitorium in Rome, Princeton, Princeton Univ. Press, 170 p.

DELAMAIN Ph., 1892, Le cimetière d’Herpes, fouilles et collection Ph. Delamain, Angoulême, L. Coquemard, 44 p. (Extrait du Bull. de la Soc. archéologique et historique de la Charente, 6ème série, t. 1).

DIERKENS A., 1986, « La tombe privilégiée (IVe-VIIIe siècles), d’après les trouvailles de la Belgique actuelle », in : DUVAL Y., PICARD J.-Ch., L’inhumation privilégiée du IVe au VIIIe siècle en Occident, Actes du colloque tenu à Créteil, 16-18 mars 1984, Paris, De Bocard, p. 47-57.

DUHIG C., 1998, « The human skeletal material », in : MALIM T., HINES J., The anglo-saxon cemetery at Edix Hill (Barrington A), Cambridgeshire : excavations, 1989-1991 and a summary catalogue of material from 19th century interventions, York, Council for British Archaeology, p. 154-199 (CBA Research report, 112).

DUVAL Y., PICARD J.-Ch., 1986, L’inhumation privilégiée du 4ème au 8ème siècle en Occident, Actes du colloque tenu à Créteil les 16-18 mars 1984, Paris, Université Paris-Val-de-Marne, De Bocard, 260 p.

ENDREI W., 1968, L'évolution des techniques du filage et du tissage du Moyen Âge à la révolution industrielle, Mouton, Paris, 178 p.

EVISON V., 1987, Dover : Buckland Anglo-Saxon cemetery, London, 1987, 412 p. (Historic Buildings and Monuments Commission for England Archaeological Report, 3).

GILMOUR B., 1984, « Appendix II, X-radiographs of two objects : the weaving batten (24/3) and the sword (40/5) », in : HILLS C., PENN K., RICKETT R., The Anglo-Saxon cemetery at Spong Hill, North Elmham, Dereham, p. 3-160 (East Anglian Archaeology Rep., 21).

Grömer K., 2010, Prähistorische Textilkunst in Mitteleuropa, Geschichte des Handwerkes und der Kleidung vor den Römern, Naturhistorisches Museum Wien, Wien, 480 p.

GRÜNEWALD Chr., 1988, Das alamannische Gräberfeld von Unterthürheim, Kallmunz/Opf, M. Lassleben, 293 p. (Materialhefte zur bayerischen Vorgeschichte, Reihe A, 58).

GUILLAUME J., ROHMER P., WATON M.-D., 2004, « Accessoires du costume, objets de parure et de la vie quotidienne », in : SCHNITZLER B., ROHMER P., Trésors mérovingiens d’Alsace : la nécropole d’Erstein (6e-7e siècle après J.-C.), Strasbourg, éd. des Musées de Strasbourg, p. 37-48.

HAIMERL U., 1998, « Die Vogelfibeln der älteren Merowingerzeit : Bemerkungen zur Chronologie und zur Herleitung der Fibelgattung », Acta Praehistorica et Archaeologica, t. 30, p. 90-105.

HAITH C., 1988, « Un nouveau regard sur le cimetière d’Herpes (Charente) », Revue archéologique de Picardie, n° 3-4, Amiens, p. 71-80.

HARRINGTON S., 2008, Aspects of gender identity and craft production in the European migration period : iron weaving beaters and associated textile making tools from England, Norway and Alamannia, Oxford, J. & E. Hedge, 138 p. (BAR, Intern. series, 1797).

HAWKES S. C., 1958, « The anglo-saxon cemetery at Finglesham, Kent : a reconsideration », Medieval Archaeology, 2, Londres, p. 1-71.

HAWKES S. C., GRAINGER G., 2006, The Anglo-Saxon cemetery at Finglesham, Kent, Oxford, School of Archaeology, 436 p. (Oxford univ. School of Archaeology. Monograph, 64).

HOFFMANN M., 1964, The warp-weighted loom : studies in the history and technology of an ancien implement, Oslo, Universitetsforlaget, 425 p. (Studia Norvegica, 14).

HUNDT H.-J., 1974, « Zu Einigen Frühgeschichtlichen Webgeräten », Archäologisches Korrespondenzblatt, 22, Heft 4, Mainz, p. 177-181.

IVANISEVIC V., KAZANSKI M., MASTYKOVA A., 2006, Les nécropoles de Viminacium à l’époque des grandes migrations, Paris, Ass. des Amis du Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance, 351 p. (Monographies du Centre de Recherche d’Histoire et Civilisation de Byzance, 22).

KNAUT M. 1993, Die alamannischen Gräberfelder von Neresheim und Kösingen, Ostalbkreis, Stuttgart, K. Theiss, 431 p. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 48).

KOCH U., 1969, « Alamannischen Gräber der ersten Halfte des 6. Jahrunderts in Sudbayern », Bayerische Vorgeschichtsblätter, Bd. 34, Munich, p. 162-193.

KOCH U., 1977, Das Reihengräberfeld bei Schretzheim, Berlin, Gebr. Mann Verlag, 2 vol. (Germanischen Denkmäler der Völkerwanderungzeit, Serie A, 13).

KOCH U., 1990, Das Fränkische Gräberfeld von Klepsau in Hohenlohekreis, Konrad Theiss Verlag, Berlin, 262 p.

KOCH U., 2003, « Le début de l’occupation franque dans la région Rhin-Neckar », in : PASSARD F. et alii dir., Burgondes, Alamans, Francs, Romains dans l’Est de la France, le Sud-Ouest de l’Allemagne et la Suisse : Ve-VIIe siècle après J.-C., Actes des XXIe journées internationales d’archéologie mérovingienne, Besançon, 20-22 oct. 2000, Besançon, Presses univ. franc-comtoises, p. 243-254 (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, Série Art et archéologie, 47).

KOCH U., 2011, « Hierarchie der Frauen merowingerzeitlicher Hofgesellschaften », in : QUAST D. dir., Weibliche Eliten in der Frühgeschichte : Female elites in Protohistoric Europe, Internationale Tagung vom 13. bis zum 14. Juni 2008 im RGZM im Rahmen des Forschungsschwerpunktes ‘Eliten’, Mainz, Verlag des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, p. 15-31 (RGZM-Tagungen, 10).

KOZIOL A., ABERT F., PÉLISSIER A., PUTELAT O., 2012, Odratzheim, Bas-Rhin, Sandgrube, Lotissement du Wehland : une nécropole du haut Moyen Âge (fin du 5ème-8ème siècle), Rapport final d’opération archéologique, PAIR, S.R.A. Alsace.

KRISTOFFERSEN S., 2000, « Symbolism in rites of transition in Iron Age Norway », in : WEDDE M. dir., Celebrations : Sanctuaries and the vestiges of cult activity : Selected papers and discussions from the tenth anniversary symposium of the Norwegian Institute at Athens, 12-16 may 1999, Bergen, The Norwegian Institute at Athens, p. 287-303.

LA SALVIA V., 2008, « Analisi metallografiche di una ‘spada da tessitura’ e di altri oggetti in ferro provenienti dalle necropoli di epoca longobarda di Kadjacs-Homokbánya e Tamási-Csikólegelo (Ungheria) », in : Temporis Signa : archeologia della tarda antichità e del medioevo, Spoleto, Fondazione Centro italiano di studi sull’Alto Medioeveo, p. 183-197 (Archeologia della tarda antichità e del medioevo, III).

LECOUTEUX C., 2014, Dictionnaire de mythologie germanique : Odin, Thor, Siegfried & Cie, 4e éd. revue et augmentée, Paris, Imago, 292 p.

LEGOUX R., PÉRIN P., VALLET F., 2009, Chronologie normalisée du mobilier mérovingien entre Manche et Lorraine, Saint-Germain-en-Laye, Ass. française d’Archéologie mérovingienne, 3e éd. revue et corrigée, 65 p. (Bull. de liaison de l’AFAM, n° hors-série).

LONGUEVILLE S. de, 2007, « Interprétation des contextes funéraires : principes d’analyse des critères associés à la définition des tombes dites privilégiées », in : VERSLYPE L. dir., Villes et campagnes en Neustrie : sociétés, économies, territoires, christianisation, Actes des XXVe journées internationales d'archéologie mérovingienne de l'AFAM, Tournai, 17-20 juin 2004, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 103-120 (Mémoires de l’AFAM, 16 - Europe médiévale, 8).

MARTIN M., 1976, Das fränkische Gräberfeld von Basel-Bernerring, Bâle, Archäologischer Verlag, 398 p. (Basler Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte, 1).

MÉDARD F., 2003, « Vestiges textiles et activités de filage sur le site néolithique d’Arbon-Bleiche 3 (TG, Suisse) », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 100, nº 2, p. 375-391.

MÉDARD F., 2010, L’art du tissage au Néolithique, IVème-IIIème millénaire avant J.-C. en Suisse, Paris, CNRS éd., 266 p. (Monographies du CRA, 30).

MENGHIN W., 1983, Das Schwert im frühen Mittelalter : chronologisch-typologische Untersuchungen zu Langschwerten aus germanischen Gräbern des 5. bis 7. Jahhunderts n. Chr., Stuttgart, K. Theiss, 392 p.(Wissentschaftliche Beibände zum Anzeiger der Germanischen Nationalmuseums, 1).

MESSIKOMMER H., 1913, Die Pfahlbauten von Robenhausen. L’époque robenhausienne, Zürich, O. Füssli, 132 p.

MÖLLENBERG S., 2011, Tradition und Transfer in spätgermanischer Zeit : süddeutschland, englisches und scandinavisches Fundgut des 6. Jahrhunderts, Berlin/Boston, W. de Gruyter, 265 p. (Ergänzungsbände zum Reallexikon der Germanischen Alterumskunde, 76).

MONTEIX N., 2010, Les lieux de métier : boutiques et ateliers d’Herculanum, Rome, École française de Rome/Naples, Centre J. Bérard, 478 p. (Bibl. des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 344 - Coll. du Centre J. Bérard, 34)

MOREL C., 2004, Dictionnaire des symboles, mythes et croyances, Paris, éd. de l’Archipel, 958 p.

NAWROTH M., 2001, Das Gräberfeld von Pfahlheim und das Reitzubehör der Merowingerzeit, Nürnberg, 332 p. (Wissenschaftliche Beibände zum Anzeigen des Germanischen Nationalmuseums, 19).

PARFIT K., ANDERSON T., 1994, Buckland anglo-saxon cemetery, Dover : excavations 1994, Canterbury, Canterbury Archaeological Trust, 606 p. (Archaeology of Canterbury, New Series, 6).

PICARD-SCHMITTER M.-T., 1965, « Recherche sur les métiers à tisser antiques : à propos de la frise du forum de Nerva à Rome », Latomus, XXIV, Bruxelles, p. 296-321.

PILET C., 1990, « Les nécropoles de Giberville (Calvados), fin du Ve siècle-fin du VIIe siècle apr. J-C. », Archéologie médiévale, XX, p. 3-137.

RETTNER A., 2004, « Baiuaria romana : neues zu den Anfängen Bayerns aus archäologischer und namenkundlicher Sicht », in : GRAENERT G., MARTI R., MOTSCHI A., WINDLER R. dir., Hüben und drüben : Räume und Grenzen in der Archäologie des Frühmittelalters, Festschrift für Prof. Max Martin zu seinem fünfundsechzigsten Geburtstag, Liestal, p. 255-286 (Archäologie und Museum, 48).

SALIN É., 1939, Le haut Moyen Âge en Lorraine d’après le mobilier funéraire, Paris P. Geuthner, 335 p.

SALIN É., 1950, La civilisation mérovingienne d’après les sépultures, les textes et le laboratoire. Vol. 1 : Les idées et les faits, Paris, A. et J. Picard, 531 p.

SEILER-BALDINGER A., MÉDARD F., sous presse, « Les textiles cordés : une structure universelle et ses techniques », Lyon, Centre intern. d’Étude des textiles anciens (Bull. de liaison du CIETA, 84).

SHETELIG H., 1905, Gravene ved Myklebostad paa Nordfjordeid, Bergen, J. Grieg, 54 p. (Bergens Museums Arbok, 7).

SHETELIG H., 1912, Vestlandske graver fra jernalderen, Bergen, J. Grieg, 242 p. (Bergens Museums Skrifter, Ny raekke, Bd 2, n° 1).

SMITH R. A., 1923, Guide to the Anglo-Saxon and foreign Teutonic antiquities, London, Trustees of the British Museum, 179 p.

SOULAT J., 2009, Le matériel archéologique de type saxon et anglo-saxon en Gaule mérovingienne, Saint-Germain-en-Laye, Ass. française d’Archéologie mérovingienne, 228 p. (Mémoires de l’Ass. française d’Archéologie mérovingienne, 20).

STEUER H., 1989, « Archeology and history : proposals on the social structure of the Merovingian kingdom », in : RANDSBORG K., The birth of Europe : archaeology and social development in the first millennium A.D., Rome, L’Erma di Bretschneider, p. 100-122 (Analecta romana Instituti Danici. Supplementum, 16).

STUTZ F., 2003, Les objets mérovingiens de type septentrional dans la moitié sud de la Gaule, Thèse de doctorat sous la dir. de M. Fixot, Univ. d’Aix-Marseille 1, 812 p.

VIELITZ K., 2003, Die Granatscheibenfibeln der Merowingerzeit, Montagnac, éd. M. Mergoil, 262 p. (Europe médiévale, 3).

VOGT E., 1937, Geflechte und Gewebe der Steinzeit, Basel, E. Birkhäuser, 124 p. (Monographien zur Ur- und Frühgeschichte der Schweiz, 1).

WALTON ROGERS P., 2001, « The re-appearence of an old roman loom in medieval England », in : WALTON ROGERS P., BENDER-JORGENSEN L., RAST-EICHER A. dir., The roman textile industry and its influence : a birthday tribute to John Peter Wild, Oxford, Oxbow books, p. 158-171.

WALTON ROGERS P., 2007,Cloth and clothing in early Anglo-Saxon England, AD 450-700, York, Council for British Archaeology, 289 p. (CBA Research report, 145).

WERNER J., 1935, Münzdatierte austrasische Grabfunde, Berlin/Leipzig, De Gruyter, 157 p. (Germanische Denkmaler Völkerwanderungszeit, 3).

WERNER J., 1962, Die Langobarden in Pannonien : Beiträge zur Kenntnis der langobardischen Bodenfunde vor 568, München, C. H. Beck, 2 vol., 196 p. (Bayerische Akademie der Wissenschaft, Philosophisch-historische Klasse, 55).

WILD J.P., 1970, Textile manufacture in the northern Roman provinces, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 189 p.

WILD J.P., 2002, « The textile industries of Roman Britain », Britannia, vol. XXXIII, London, Soc. for the Promotion of Roman Studies, p. 1-42.

WINDLER R., 2008, « Mittelalterliche Webstühle und Weberwerkstätte : archäologische Befunde und Funde », Archäologie und mittelalterliches Handwerk, p. 201-213

ZENETTI P., ZEISS H., 1932,« Alamannische Webeschwerter im Museum Dillingen a.d. Donau », Germania, 16-1932, p. 307-308.

Notes

1  Nous tenons à remercier Patrick Périn, Françoise Vallet, René Legoux, Jean Soulat (Landarc), Madeleine Châtelet (Inrap), Agnieszka Koziol (Pair), Franck Abert (Pair), Cécile Treffort (Univ. Poitiers), Alexis Corrochano, Marie Maury (CUB), Reto Marti (Archäologie Baselland), Lucie Steiner (Archeodunum), Andreas Hassis-Berner (Referat Denkmalpflege, Baden-Württemberg Regierungspräsidium Freiburg), Françoise Passard (S.R.A. Franche-Comté), Annette Frey (RGZM), Cécile Niel (CRAHAM), Henri Gaillard de Sémainville (Univ. Bourgogne), Patrice Georges (Inrap), Mickaël Brunet, Arno Rettner (Conservateur en chef, Musée de Munich), Tobias Brendle (Univ. Munich), Alain Nice (C.G. Aisne), Dominique Cardon (CNRS), Pierre Mille (Inrap), Marie-Cécile Truc (Inrap), Claire Gérentet, Vincent Hincker (C.G. Calvados), Bernadette Schnitzler (Musée archéologique de Strasbourg).

2  Ouverture entre deux nappes de fils de chaine.

3  Une paire de fibules proches du type de Burghagel de H. Kühn (CHÂTELET et alii, 2000, p. 64).

4  Deux fibules de type thuringien (BÖHME, 1988, p. 64).

5  Une paire de fibules de type thuringien (KOCH, 1977, p. 50 et 93-94).

6  Une fibule cloisonnée de type C6 de Katrin Vielitz, dont on retrouve des parallèles le long du Rhin moyen, en Belgique ainsi que quelques exemplaires en Bavière (KOCH, 1990, p. 171 ; VIELITZ, 2003, p. 89).

7  Bien que quelques exemplaires soient recensés dans le sud de l’Allemagne (HAIMERL, 1998, p. 102).

8  Sépulture 171 de Vendenheim (470/480-560/570 ; BARRAND EMAM et alii, 2013, vol. 2, p. 164).

9  Sépulture 27 de Giberville (520/530-560/570 ; SOULAT, 2009, p. 54-55).

10  Sépulture 41 d’Erfurt-Gispersleben (Allemagne, Thuringe), sépulture 44 de Kelheim-Gmünd (Allemagne, Bavière), sépulture 38 de Barbing-Irmlauth (Allemagne, Bavière), sépulture 137/1844 de Nordendorf (Allemagne, Bavière ; HARRINGTON, 2008, p. 124-125) et sépulture 189 d’Unterthürheim (Allemagne, Bavière ; GRÜNEWALD, 1988, p. 128-130).

11  Sépultures datées de 565/630.

12  Pour ces questions, se référer notamment aux travaux de Rainer Christlein (CHRISTLEIN, 1978), Heiko Steuer (STEUER, 1989), Sylvie de Longueville (LONGUEVILLE, 2007) ainsi qu’aux actes du colloque sur l’inhumation privilégiée (DUVAL, PICARD, 1986).

13  En prenant toutes les précautions d’usage quant à ce type d’interprétation (STEUER, 1989, p. 104).

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Fischbach, Fabienne Médard et Hélène Barrand Emam, « Des pièces d’armes au service de l’artisanat textile ? le cas des lames de tisserand mérovingiennesen contexte funéraire », Revue archéologique de l’Est, tome 64 | 2015, [En ligne], mis en ligne le 17 novembre 2016. URL : http://rae.revues.org/8550. consulté le 26 juin 2017.

Auteurs

Fabienne Médard

Anatex.

Articles du même auteur

Hélène Barrand Emam

Antea Archéologie.

Articles du même auteur

Thomas Fischbach

Antea Archéologie.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés