Navigation – Plan du site
Articles
Romain GUICHON, Benjamin CLÉMENT, Aline COLOMBIER-GOUGOUZIAN, Nicolas DUBREU et Maximilien ÉVRARD

L’établissement protohistorique et gallo-romain de Chessy-les-Mines (Rhône)

p. 223-273

Résumés

Cet article est une synthèse des données relatives au site antique de Chessy-les-Mines (Rhône), connu depuis le début du XXe s. par des découvertes fortuites et partiellement fouillé en 1979. Le réexamen récent de la documentation et du mobilier – notamment l’abondante vaisselle en céramique – ainsi que les prospections complémentaires effectuées en 2012 permettent à présent de mieux appréhender cet établissement rural, dont l’occupation principale s’étend de la seconde moitié du IIe s. av. J.-C. au début du IIIe s. ap. J.-C. Si de nombreuses questions demeurent ouvertes, les éléments présentés ici constituent néanmoins un corpus archéologique original, propre à enrichir la connaissance du territoire oriental des Ségusiaves.

This article is a summary of the data regarding the ancient site of Chessy-les-Mines (Rhône), known since the early twentieth century from chance discoveries and partially excavated in 1979. The recent re-examination of the documentation and artefacts – especially the abundant ceramic finds – and the additional surveys carried out in 2012 now enable a better understanding of this rural settlement, whose principal occupation lasted from the second half of the 2nd century BC to the start of the 3rd century AD. Although several questions remain unanswered, the information presented here enriches our knowledge of the eastern territory of the Segusiavi people.

Dieser Artikel ist eine Synthese der archäologischen Funde und Befunde, die für den antiken Fundplatz von Chessy-les-Mines (Departement Rhône) vorliegen. Er wurde Anfang es 20. Jh. zufällig entdeckt und 1979 teilweise ausgegraben. Die erneute Überprüfung der Dokumentation und des Mobiliars – namentlich der zahlreichen Keramikscherben - sowie die 2012 durchgeführten zusätzlichen Prospektionen erlauben es diese ländliche Siedlung, die hauptsächlich von der zweiten Hälfte des 2. Jh. v. Chr. bis zum Beginn des 3. Jh. n. Chr. besiedelt war, besser zu verstehen. Zwar stehen noch zahlreiche Fragen offen, doch die hier präsentierten Elemente bilden nichtsdestoweniger ein originelles archäologisches Korpus, das die Kenntnis des östlichen Territoriums der Segusiaver bereichert.

Texte intégral

PDF 18MSignaler ce document

1. Cadre géographique et historique

1Chessy-les-Mines est situé à 20 km au nord-ouest de Lyon, dans la moyenne vallée de l’Azergues, affluent de la Saône s’écoulant à la retombée orientale du Massif central (fig. 1). En amont, la rivière traverse la barrière compacte du Haut Beaujolais puis inverse sa courbe en aval, peu après sa jonction avec la Brévenne, créant une large plaine alluviale jusqu’à la confluence à Anse.

image

Fig. 1. Chessy-les-Mines dans son cadre géographique (DAO : R. Guichon).

  • 1  Le nom du lieu est tombé en désuétude. Il apparaît au pluriel sur le cadastre napoléonien de 1827 (...)

2Le site archéologique, au lieu-dit « Le Colombier » (ou « Les Colombiers »)1, est placé sur la rive gauche de la rivière, au débouché du vallon de la « Goutte Molinant » et en limite des terres limoneuses du fond de vallée. Au nord-ouest s’élève un coteau en pente douce, alors qu’au nord-est se dresse un plateau surplombant le bourg médiéval. Le secteur est par ailleurs réputé pour ses gisements de cuivre et de calcaire jaune, dont l’exploitation est attestée aux époques médiévale et moderne (fig. 2 et 3).

image

Fig. 2. Chessy-les-Mines : environnement archéologique et ressources géologiques (DAO : R. Guichon ; fond de carte IGN).

3À la fin de l’Âge du Fer, la moyenne vallée de l’Azergues appartenait de toute évidence au territoire ségusiave, qui correspond approximativement aux actuels départements du Rhône et de la Loire (LAVENDHOMME, 1997, p. 40-42 ; BÉAL, 2007, p. 6-12). À l’est, il est en effet admis que ce territoire s’étendait jusqu’à la Saône et probablement au-delà dans l’actuel département de l’Ain, alors qu’au nord la frontière avec les Éduens franchissait théoriquement l’Azergues environ 25 km en amont de Chessy, entre Aiguerande au bord de la Saône et Iguerande au bord de la Loire (BÉAL, 2007, p. 10-11).

image

Fig. 3. Chessy-les-Mines « Le Colombier » (1979) : vue aérienne du site vers le sud-ouest (archives SRA Rhône-Alpes ; DAO : R. Guichon).

4Le tracé du territoire colonial de Lugdunum –déduit de celui des Ségusiaves en 43 av. J.-C. (PLINE l’Ancien, HN, II, V, 4) – demeure assez problématique et il apparaît plus délicat d’y inclure Chessy avec certitude (VALETTE, 1999, p. 48-49 ; BÉAL, 2007, p. 12-26). Suivant l’analyse dite régressive prenant en compte les archiprêtrés d’Anse et de l’Arbresle au nord et à l’ouest (CELLI et alii, 2000, p. 236) ou encore l’hypothèse faisant remonter la limite coloniale jusqu’au cours de l’Ardière (VEYNE, 1959, p. 90-93 ; contraBÉAL, 2007, p. 15), il serait possible de rattacher directement le site au territoire de la colonie de Lugdunum. À l’inverse, certains auteurs ont estimé que ce territoire était restreint (BERNARD, 1858, p. 116 ; STEYERT, 1895, p. 245), voire inexistant (PELLETIER, 1999, p. 18), ce qui en exclurait largement Chessy. Une solution médiane consiste à placer la station d’Anse-Asa Paulini comme limite septentrionale sur la voie Lyon-Mâcon, le milliaire trouvé en 1937 près du castrum pouvant être attribué au bornage ségusiave et mis en rapport avec une liaison routière vers la capitale Feurs-Forum Segusiavorum (BÉAL, 2007, p. 21-24). Ceci rejoint le postulat considérant les vallées de l’Azergues – son cours inférieur – et de la Brévenne non seulement comme un lien naturel et nécessaire entre les deux agglomérations, mais aussi comme la frontière nord-ouest entre la colonie de Lyon et la cité des Ségusiaves (WUILLEUMIER, 1953, p. 14-15). Suivant cette configuration, il faudrait admettre que l’établissement de Chessy, situé 5 km avant la confluence des deux rivières, n’était pas dans la pertica de Lugdunum mais dans son immédiate périphérie.

image

Fig. 4. Le nord-est du territoire ségusiave : sites et voies de communication (DAO : R. Guichon).

5Du point de vue des flux de circulation (fig. 4), la vallée de l’Azergues constitue en tout cas « un couloir important de communication vers la Loire et le Charolais » (WALKER, 1981b, p. 281). Suivant l’axe nord-sud, la voie antique censée relier Lyon à Chamelet passe théoriquement à proximité du site archéologique de Chessy, dont le nom de lieu moderne peut d’ailleurs être considéré comme un odonyme (colombier / columna ; GENDRON, 2006, p. 80 ; BLIN, 1957, p. 8). D’est en ouest, une voie devait également suivre la moyenne vallée de l’Azergues à partir de Châtillon-Dorieux, puis remonter la vallée du Soanan jusqu’à Amplepuis, avant de redescendre sur le Roannais via Thizy, créant ainsi une alternative à la route principale de Lyon à Roanne par Pontcharra-Mediolanum (SAVOYE, 1899, p. 95 ; FUSTIER, 1955, p. 70-71 ; FAURE-BRAC, 2006, p. 80 ; VALETTE, 1999, p. 21). À plus large échelle, cet itinéraire est l’une des routes constituant le vaste passage trans-gaulois reliant les vallées du Rhône et de la Loire, entre le Massif central et le Morvan, dont l’importance économique est perceptible au moins depuis la fin de l’Âge du Fer (OLMER, 2002, p. 295).

2. Historique des recherches

2.1. Découvertes anciennes (XIXe s.-début XXe s.)

6Plusieurs découvertes fortuites effectuées au XIXe s. suggéraient une occupation celtique et romaine à Chessy : il s’agit d’une part de « pièces isolées de l’Âge du Fer provenant d’alluvions », mentionnées par E. Chantre (1876) dans sa carte archéologique du bassin du Rhône, mais dont on a perdu la trace ; d’autre part d’une statuette de Bacchus en bronze découverte « en 1833 à Chessy en déracinant un vieux chêne », acquise par l’antiquaire A. Comarmond puis revendue en 1851 au British Museum (infra, annnexe). Au lieu-dit « Le Colombier », dans le Clos Debilly, la découverte en 1906 d’une série monétaire romaine et d’un lot de cinq antéfixes à tête humaine indiquait l’existence d’une installation antique dans le secteur (infra). À la même époque, « une amphore de type Dressel 1 et deux antéfixes en terre cuite » auraient également été trouvées dans le champ adjacent à l’ouest, qui renfermerait par ailleurs selon ses anciens cultivateurs des « dallages » et « une piscine en marbre blanc » (WALKER, DESBAT, 1979 ; WALKER, 1981a, p. 86).

2.2. Fouilles de sauvetage (mars-novembre 1979)

7Au début de l’année 1979, les travaux de déviation de la route D.485 conduisirent la Direction des Antiquités historiques de Rhône-Alpes à réaliser des fouilles sur le site du « Colombier » : les premiers sondages furent ouverts au mois de mars sous la responsabilité de Maurice Delorme, alors correspondant des Antiquités historiques, et l’encadrement scientifique du chantier fut assuré par le Groupe lyonnais de Recherche en Archéologie gallo-romaine, dirigé par Armand Desbat. La première phase d’opération, durant le printemps et l’été, concerna le secteur de l’édifice maçonné (zone A) et des ramassages de surface furent également effectués sur les parcelles environnantes (tuiles, céramique, matériaux de construction, etc.). Durant les mois d’octobre et de novembre 1979, Stephen Walker assura seul la direction du chantier avec l’aide financière de l’Association pour les Fouilles archéologiques nationales (crédit de sauvetage) et celle matérielle de la Direction départementale de l’Équipement (deux pelles mécaniques pendant dix jours). Cette seconde phase permit de poursuivre la fouille de la zone A et d’étendre le décapage de surface et les sondages vers l’est (zones B et D) et l’ouest (zone C).

2.3. Rapports, notices, expositions, inventaires (1979-2006)

8Un rapport fut rédigé en 1979 à la suite de la première phase d’intervention, concluant à « l’existence d’un habitat celtique, à l’heure actuelle le plus proche de Lyon, […] un des seuls sites de la région où nous avons le passage de la période de l’indépendance à la période gallo-romaine » (WALKER, DESBAT, 1979). S. Walker présenta l’année suivante le résultat des fouilles lors d’un congrès à Clermont-Ferrand (WALKER, 1983) et intégra par la suite des informations concernant Chessy dans son travail de thèse (WALKER, 1981a, p. 54, 87), puis dans un ouvrage collectif édité sous sa direction (WALKER, 1981b, p. 290-292, p. 298-299). Il avait également un projet de publication exhaustive, qui ne nous est parvenu que sous la forme d’un manuscrit annoté (archives du SRA Rhône-Alpes). Plusieurs dessins de mobilier ont été réalisés dans cette optique et l’étude des ossements animaux fut confiée à Philippe Columeau (1991 ; 2002). À cette époque également, une notice informative parut dans Gallia (LASFARGUES, 1982), une partie du mobilier et de la documentation fut présentée au Musée de la Civilisation gallo-romaine de Lyon (LASFARGUES, 1984) et J.-P. Pélatan examina le matériel lithique préhistorique (PÉLATAN, 1981). Durant les années 1990-2000, les recherches se limitèrent à des vérifications ponctuelles et à l’inventaire sommaire du mobilier (COLLAS, 2007, p. 36-37), jusqu’à la parution d’une notice synthétique dans la carte archéologique du Rhône (FAURE-BRAC, 2006, p. 190-192).

2.4. Reprise des recherches (2009-2014)

9Au regard de l’intérêt scientifique du site, sous-exploité, une étude exhaustive mobilisant divers étudiants et chercheurs a été entreprise en 2009 et s’est déroulée en plusieurs phases : rassemblement et tri de la documentation, étude du mobilier découvert en 1906 et 1979 (céramique : R. Guichon ; verre : A. Colombier-Gougouzian ; terres cuites architecturales : B. Clément ; restes fauniques : M. Evrard ; monnaies : N. Dubreu) ; campagne de prospections pédestres (GUICHON et alii, 2012), présentation et publication des niveaux laténiens (GUICHON, 2011), du mobilier en verre (COLOMBIER-GOUGOUZIAN, 2012) et des terres cuites architecturales (CLÉMENT, 2011 ; GUICHON, CLÉMENT, à paraître). La synthèse de ces données a fait l’objet d’un mémoire de Master soutenu en 2013 à l’Université de Lausanne, sous la direction de Thierry Luginbühl et l’expertise de Matthieu Poux (GUICHON, 2013).

3. Répartition générale des vestiges

10Il est possible de localiser l’ensemble des découvertes et des interventions réalisées sur le site et d’estimer ainsi l’emprise de l’établissement antique (fig. 5) : elle semble limitée au sud par les terres inondables du fond de vallée, sur lesquelles les prospections se sont révélées négatives – à moins que les vestiges ne soient masqués par les colluvions ? – alors qu’au nord-ouest la limite des ramassages de surface effectués en 1979 correspond au pied du coteau dominant cette partie du site (GUICHONet alii, 2012, p. 28-30 ; WALKER, DESBAT, 1979). L’extension maximale du site vers l’est et vers l’ouest reste en revanche imprécise en raison des habitations modernes qui occupent ces zones et empêchent d’y effectuer des repérages. En l’état actuel des connaissances, il est donc possible d’attribuer au site une emprise minimale de quatre hectares, du moins pour l’époque romaine.

image

Fig. 5. Chessy-les-Mines « Le Colombier » : localisation des vestiges et des zones d’intervention (DAO : R. Guichon).

4. Les découvertes anciennes (1906)

4.1. Contexte de découverte

  • 2  Nous tenons à remercier M. et Mme Delorme-Debilly, qui nous ont permis l’accès à cette collection.

11Différentes sources mentionnent la découverte ancienne de cinq antéfixes et d’une série monétaire au Clos Debilly, situé immédiatement à l’est des parcelles sondées en 1979 (GIROUD, 1952 ; WALKER, DESBAT, 1979 ; WALKER, 1981a ; PÉLATAN, 1981 ; LASFARGUES, 1982 ; PÉROUSE, 1991). Le mobilier proviendrait du sous-sol d’un pavillon d’agrément bâti en 1906 et dont la surface avoisine les 50 m2. D’après la profondeur des substructions, il est probable que le substrat ait été atteint sur l’ensemble de la zone. Ces indications constituent les seuls éléments fiables concernant le contexte de découverte des objets2.

4.2. Antéfixes (B. Clément)

4.2.1. Caractéristiques techniques

  • 3  Cette série d’antéfixes a déjà fait l’objet d’une publication spécifique, dont on ne reprendra ici (...)

12Les cinq antéfixes3 sont fabriquées à partir de deux éléments distincts – une imbrex d’un côté, un visage moulé de l’autre – fixés avant cuisson par un joint de contact en argile (fig. 6). Certains caractères communs (visages triangulaires, yeux convexes asymétriques, léger sourire) suggèrent qu’un seul moule ait été utilisé pour la confection de tous les visages ; les variations légères peuvent être induites par l’usure de ce moule. La coiffure et la pilosité (cils, sourcils et moustaches) ont été réalisées en revanche après démoulage, soit par une série d’incisions faites au stylet, soit par pression sur l’argile. En outre des traces d’engobe rougeâtre, sous forme d’une fine couche d’argile non grésée, ont été observées sur la partie supérieure de l’imbrex et une partie du visage de deux individus (I.A.1 et II.A.5). La polychromie de ces antéfixes, largement attestée par ailleurs, est tout à fait supposable.

image

Fig. 6. Chessy-les-Mines « Clos Debilly » : antéfixes à tête humaine (cliché : Ch. Thioc ; DAO : B. Clément).

4.2.2. Éléments de datation

13Par rapprochement avec les productions régionales de tuiles tardo-républicaines, attestées à Chessy dans les niveaux précoces (fossé F1, infra) et plus généralement sur l’axe Rhône-Saône dès la seconde moitié du IIe s. av. J.-C., plusieurs observations permettent de proposer une datation haute (150-50 av. J.-C.) pour ces antéfixes découvertes hors contexte : il s’agit notamment de la typologie des imbrices, dont la faible épaisseur (1,3 à 1,6 cm) est caractéristique des exemplaires précoces, mais aussi de la nature des pâtes employées (grossières, avec inclusions de chamotte), également comparable à celle des tuiles de type tardo-républicain (CLÉMENT, 2011, p. 89-90).

4.3. Monnaies (N. Dubreu)

14Les onze monnaies (fig. 7) sont dans un bon état de conservation, quel que soit le moment de frappe, entre les règnes de Tibère et de Constantin. Cette ample fourchette chronologique, entre le début du Ier s. et le début du IVe s. ap. J.-C., laisse penser que ces monnaies ne sont pas issues d’une cachette mais plutôt de couches d’occupation couvrant plusieurs siècles, d’autant plus qu’il s’agit exclusivement de types courants. On peut cependant constater une grande proportion de sesterces dans ce lot, peut-être due au fait que ces grosses monnaies ont été plus facilement repérées par les ouvriers lors du creusement des fondations.

image

Fig. 7. Chessy-les-Mines « Clos Debilly » : monnaies romaines (DAO : R. Guichon).

5. Les fouilles de sauvetage (1979)

5.1. Présentation générale (fig. 8)

image

15Les fouilles ont été menées sur l’emprise de la déviation routière (actuelle D.385), parallèlement à la voie ferrée, sur une bande d’environ 20 à 25 m de largeur et 250 m de longueur. Cette aire d’un peu plus de 5000 m2 a été divisée en quatre secteurs de surfaces inégales, correspondant à différentes phases d’intervention. La zone D, représentant près des deux tiers de la surface totale du chantier, a été entièrement décapée à la pelle mécanique et n’a livré ni structure ni mobilier antique, mais seulement quelques dépressions comblées de matériaux de construction modernes. Il est probable que cette partie du site vierge d’aménagements antiques et présentant une forte épaisseur de terre arable corresponde à une ancienne zone humide, marécageuse. Les vestiges antiques apparaissent exclusivement au nord-ouest de la bande exploratoire, dans les zones A, B et C, de part et d’autre de la « Goutte Molinant », un chenal post-antique traversant le secteur. Contrairement à la zone D entièrement excavée jusqu’au substrat, cette partie du site a été décapée en surface puis explorée par une douzaine de sondages plus ou moins étendus, dont les emplacements et la numérotation ne sont pas intégralement connus.

5.2. Les horizons préhistorique et protohistorique

16Une série d’artefacts en silex a été récoltée en 1979 durant l’opération de sauvetage ; la majorité provient de ramassages hors contexte stratigraphique (tas de déblais et champs labourés environnants) et quelques-uns ont été trouvés dans des couches profondes atteintes en sondage. L’essentiel des produits recensés – cinq nucléus, vingt-neuf outils (lames, lamelles, racloirs, grattoirs) et soixante-seize éclats – a été attribué au Paléolithique moyen (300 000 – 30 000 B.P.), précisément à la culture du « Moustérien à nucléus et éclats de technique Levallois », mais il n’est pas exclu que certains soient plutôt attribuables au Paléolithique supérieur (PÉLATAN, 1981). Ces pièces peuvent être mises en relation avec les onze éléments lithiques découverts en prospection dans la moyenne vallée de l’Azergues et principalement datées du Paléolithique moyen (GUICHON etalii, 2012, p. 57-61).

17Sept artefacts (un nucléus, trois lamelles, un grattoir, une pointe de flèche et une hache polie), trouvés également hors contexte, ont été attribués à la période du Néolithique final ou du Chalcolithique (PÉLATAN, 1981). Ils pourraient éventuellement se rattacher à l’horizon ancien identifié dans le sondage 1 (couche argilo-sableuse contenant six tessons de céramique modelée très grossière ; infra, fig. 11, n° 2).

5.3. Les structures antiques

18Les structures identifiées (fig. 9) étaient couvertes en moyenne par 0,40 à 0,60 m de terre arable et implantées dans des niveaux naturels de graviers à matrice argileuse, repérés sur l’ensemble du site. D’après les éléments de datation disponibles, essentiellement le mobilier céramique (infra), ces vestiges peuvent être rattachés à deux phases d’occupation principales, l’une couvrant La Tène finale et la période augustéenne (état 1), l’autre le Haut-Empire (état 2).

image

Fig. 9. Chessy-les-Mines « Le Colombier » (1979) : plan général et proposition de phasage des structures (DAO : R. Guichon).

5.3.1. État 1

5.3.1.1. Le fossé F1

19Ce fossé, d’orientation est-ouest, a été repéré dans huit sondages sur près de 70 m de longueur (fig. 10). Aucun retour n’a été constaté. Son profil est très évasé (jusqu’à 2,50 m de largeur au sommet) et peu profond (0,60 à 0,80 m conservé).

image

Fig. 10. Chessy-les-Mines « Le Colombier » (1979) : sondage 9, fossé F1 et mur M5 vus vers le sud (archives S.R.A. Rhône-Alpes).

20Le profil stratigraphique (fig. 11) montre un premier dépôt stérile, de texture argilo-sableuse proche de celle du sédiment encaissant, pouvant correspondre à une première phase de ruissellement ou de ravinement dans le fossé, peut-être aux dépens d’un talus interne. Le comblement principal comprend deux dépôts de texture proche, très cendreuse et charbonneuse, dans lesquels le mobilier était abondant : il s’agit en particulier de fragments de céramiques dont des amphores, dans une moindre mesure d’éléments de faune, de quincaillerie, de scories, de tuiles et de blocs de calcaire jaune rubéfiés. La nature et la fragmentation du matériel, sa dispersion, ainsi que la composante charbonneuse des sédiments, évoquent des vidanges périodiques de foyers.

image

Fig. 11. Chessy-les-Mines « Le Colombier » (1979) : sondage 1, stratigraphie ouest (archives S.R.A. Rhône-Alpes ; DAO : R. Guichon).

5.3.1.2. Le fossé F2

21Ce fossé, d’orientation nord-sud, a été repéré et dégagé sur 20 m de longueur. Son profil en cuvette évasée, de dimension réduite (0,20 m de profondeur conservée et 0,80 m de largeur), évoque un fond de structure arasée. Son tracé est pratiquement perpendiculaire à celui du fossé F1 mais l’emprise de la fouille n’a pas permis de préciser la relation entre les deux structures. Le comblement principal de F2 – argileux, brun, avec de nombreux charbons de bois – a livré du mobilier céramique et quelques éléments de faune.

5.3.1.3. Les niveaux d’occupation

22Deux zones contenant du mobilier céramique attribuable à La Tène finale ont été découvertes au nord du fossé F1 et peuvent être considérées comme des vestiges de l’occupation de l’état 1, oblitérée par l’édifice maçonné postérieur : il s’agit d’une part d’un niveau avec une écuelle à bord rentrant écrasée en place, situé sous la couche de démolition romaine ; d’autre part de deux couches charbonneuses atteintes entre les murs M6 et M13, dans lesquelles sont mentionnés des fragments de céramique vraisemblablement laténienne (« céramique noire de tradition indigène », « céramique grossière montée à la main »).

5.3.2. État 2

5.3.2.1. L’édifice maçonné

23Un bâtiment maçonné est installé sur le bord septentrional du fossé F1, parallèlement à celui-ci (fig. 12). Il s’agit d’une construction rectangulaire de 10,40 x 16,25 m, arasée à hauteur ou légèrement au-dessus de fondations peu profondes. Les murs, larges d’environ 0,60 m, sont faits de blocs de calcaire jaune liés par un mortier blanchâtre. L’angle nord-est du bâtiment est la partie la mieux conservée, avec un sol en terre battue et quatre assises de parement encore en place. Au vu de la faiblesse des fondations, il est probable que les maçonneries dégagées étaient surmontées d’une élévation en terre et en bois.

image

Fig. 12. Chessy-les-Mines « Le Colombier » (1979) : édifice maçonné, vu vers le nord-est (archives S.R.A. Rhône-Alpes).

24L’intérieur de l’édifice comprend une couche de démolition peu épaisse formée essentiellement de tuiles, de blocs de calcaire et de gros galets, alors qu’aux deux extrémités sont apparues deux fosses de grandes dimensions, comblées également de matériaux de démolition. Le comblement principal de la fosse occidentale FS1 est très cendreux, avec de nombreux matériaux brûlés (tuiles vitrifiées et collées les unes aux autres, briques crues rubéfiées, traces de planches ou de poutres calcinées). Des fragments de tubuli et du mortier de tuileau y sont également signalés. Le remplissage de la fosse orientale FS2 se distingue par la présence de blocs de calcaire jaune et de galets non brûlés, accompagnés de quelques tessons de céramique. Ces imposants niveaux de destruction (couche centrale et fosses latérales) n’ont pas été intégralement fouillés. Par ailleurs, un aménagement constitué d’une dizaine de blocs de calcaire disposés un arc de cercle était encore en place sous la démolition. La couche cendreuse observée au centre de la structure, ainsi que les traces de rubéfaction sur les pierres, permettent de l’interpréter comme un foyer (fig. 13).

image

Fig. 13. Chessy-les-Mines « Le Colombier » (1979) : foyer situé à l’intérieur de l’édifice maçonné (archives S.R.A. Rhône-Alpes).

25Trois murs apparaissent au nord-ouest du corps de bâtiment principal : M4 et M14 (blocs de calcaire jaune liés au mortier blanc, largeur 0,70 m) viennent se greffer dans le prolongement de la façade sud alors que M13 (cinq assises de blocs de calcaire jaune et de galets liés au mortier blanc, largeur 0,70 m) se développe au nord suivant un axe légèrement divergent. Il est probable que ces murs se rejoignent hors de l’emprise de fouille pour former un petit espace annexe, peut-être à ciel ouvert, adjoint à l’édifice rectangulaire lors d’une phase de réaménagement.

5.3.2.2. Le fossé F3

  • 4  Le fossé F3 n’apparaît pas sur le relevé planimétrique du site mais son emplacement par rapport au (...)

26Ce fossé d’orientation est-ouest, recoupé dans trois sondages au moins, est pratiquement parallèle au fossé F14. Il est de profil évasé (plus de 2 m de largeur au sommet pour environ 0,60 m de profondeur conservée), avec un comblement principal argileux, comprenant quelques charbons de bois et de nombreux fragments de tuiles (fig. 14). La coupe du sondage 10 montre un premier niveau de comblement plus compact, dans lequel on peut noter la présence de tessons de « céramique grossière » (WALKER, DESBAT, 1979) et l’absence de tuiles (comblement précoce ? recoupement ou reprise d’une structure antérieure ?).

image

Fig. 14. Chessy-les-Mines « Le Colombier » (1979) : sondage 10, stratigraphie ouest (archives SRA Rhône-Alpes ; DAO : R. Guichon).

  • 5  « À un endroit (sondage 9) le fossé est comblé par un important dépotoir ménager, riche en matérie (...)

27Dans le sondage 9 pratiqué au sud-est de l’édifice maçonné, la fouille du fossé F3 a livré près de 6000 tessons de céramique, ainsi que de la vaisselle en verre, des éléments de faune, des tesselles de mosaïque, quelques fragments de tubuli et une antéfixe anthropomorphe en terre cuite. Cette concentration de matériel est interprétée comme un dépotoir recoupant le comblement principal du fossé5.

5.3.3. Structures de datation incertaine

5.3.3.1. Le mur M5

28Un long mur constitué de galets liés à l’argile, sans tranchée de fondation apparente, est implanté sur le bord sud du fossé F1 suivant une orientation légèrement divergente (1,50 m de désaxement sur la longueur observée). Il a été suivi sur près de 70 m sans qu’aucun retour ne soit constaté et marque vraisemblablement une limite de parcelle. Il est le mieux conservé dans sa partie occidentale (zone C), avec quatre assises de galets au maximum. Cette même zone a permis d’observer ponctuellement plusieurs assises de blocs de calcaire jaune taillés, disposées sur les galets : cette configuration a été interprétée comme une réfection tardive du mur, mais elle peut simplement témoigner d’une arase parementée reposant sur la fondation de galets en pleine terre. Cette arase a d’ailleurs pu servir de base à une élévation en terre crue, suivant une technique largement attestée par ailleurs. Aucun élément matériel ne permet de préciser la datation de ce mur M5. Les relations stratigraphiques indiquent seulement qu’il est postérieur au fossé F1 remblayé à l’époque augustéenne.

5.3.3.2. La canalisation CN1

29Cette canalisation d’orientation nord-sud, observée sur une vingtaine de mètres, est constituée de blocs et de dalles de calcaire jaune disposés en parois ou en couverture (fig. 15). Elle est probablement postérieure au bâtiment maçonné de l’état 2, dont les fondations de murs et la couche de démolition semblent entaillées par la structure. Les quelques tessons de céramique trouvés dans son remplissage sont attribuables à l’époque romaine au sens large.

image

Fig. 15. Chessy-les-Mines « Le Colombier » (1979) : canalisation CN1 et mur [M2], vus vers le nord-est (archives SRA Rhône-Alpes).

5.3.3.3. La canalisation CN2

30Cette canalisation est située une quinzaine de mètres à l’est du bâtiment de l’état 2 et suit un axe général nord-sud. Elle est comparable à la canalisation CN1, tant par son orientation que son mode de construction (blocs et dalles de calcaires jaune). Si le comblement stérile de cette canalisation CN2 ne permet pas d’en préciser la datation, on peut tout de même affirmer qu’elle est postérieure aux états 1 et 2 car elle coupe les trois structures est-ouest situées sur son tracé (fossés F1, F3, mur M5).

6. Mobilier céramique des fouilles de sauvetage (R. Guichon)

6.1. Options méthodologiques

31Le matériel céramique provient principalement de trois contextes : les fossés F1 et F2 relatifs à l’état 1, le dépotoir du fossé F3 appartenant à l’état 2. Parmi les rares éléments issus d’autres contextes (couches d’occupation, fosses, etc.), seuls ceux qui fournissent des éléments de datation fiables sont présentés. Au total, le corpus étudié comprend 9609 fragments, représentant au minimum 944 individus.

32Le mode de classement utilisé est celui en usage dans les études régionales récentes (ex : BATIGNE-VALLET, LEMAÎTRE, 2008, p. 213-214), au sein desquelles les céramiques fines, majoritairement destinées au service et à la consommation, sont distinguées des céramiques communes, plutôt vouées à la préparation et à la cuisson des aliments. À cette distinction fonctionnelle s’ajoute un classement par catégorie technique, chacune étant caractérisée par le type de pâte (fine, grossière), le procédé de montage (modelage, tournage) ou le mode de cuisson (mode A, mode B). Les formes usuelles (pot, cruche, marmite, mortier, etc.) ont été distinguées et subdivisées par types morphologiques.

33Le mobilier est comptabilisé suivant le nombre de restes (NR) et le nombre minimum d’individus (NMI). Ce dernier chiffre correspond au nombre de bords comptés après recollages, sans pondération (protocole Beuvray : ARCELIN, TUFFREAU-LIBRE, 1998). Pour chaque ensemble étudié, une brève description typologique est donnée par catégorie, accompagnée de tableaux de comptages et de planches synthétiques illustrant la quasi-totalité des types rencontrés, ainsi qu’une proposition de datation.

6.2. Céramiques du fossé F1 (fig. 16)

34L’ensemble (NMI : 385) est dominé par les céramiques communes, qui constituent plus de la moitié du lot. Viennent ensuite les céramiques fines – au sein desquelles les productions grises fines indigènes sont fortement majoritaires – puis les amphores, essentiellement italiques. La part des dolia est minime.

image

Fig. 16. Fossé F1 : répartition des différentes familles de céramiques.

6.2.1. Céramiques fines (fig. 17)

6.2.1.1. Céramiques grises fines

image

Fig. 17. Fossé F1 : répartition des différentes catégories de céramiques fines.

  • 6  Enfumée : NR : 510 / NMI : 75 ; non enfumée : NR : 290 / NMI : 45.

35Les céramiques de cette catégorie présentent soit une pâte intégralement grise, cuite en mode B, soit une pâte gris-beige à rosé cuite en mode A, avec une pellicule noirâtre en surface obtenue par saturation de l’atmosphère en fin de cuisson (ajout de combustible)6. Cette surface enfumée, parfois mal conservée, est plus ou moins brillante suivant le degré de lissage et présente fréquemment des bandes lustrées luisantes réalisées avant cuisson. Les décors en creux sont plus rares (ondés, moletés, estampés). Les formes basses sont les plus nombreuses (NMI : 93) : il s’agit essentiellement des récipients de tradition indigène (dont 43 écuelles à bord rentrant et 28 bols hémisphériques ; fig. 18, nos 1-7), dans une moindre mesure des imitations de céramique campanienne (cinq bols Lamboglia 31/33, six assiettes Lamboglia 5/7 et deux assiettes Lamboglia 36 ; fig. 18, nos 8-12). Toutes ces formes basses trouvent des correspondances dans le répertoire laténien ségusiave, à Roanne notamment (LAVENDHOMME, GUICHARD, 1997, p. 102-105, 108-112). Les formes hautes, pots et pichets, sont minoritaires (NMI : 24 ; fig. 18, nos 13-19). Un couvercle et un fragment de faisselle sont également à signaler (fig. 18, n° 20).

image

Fig. 18. Fossé F1 : céramique grise fine (DAO : R. Guichon).

6.2.1.2. Céramiques peintes

36Les récipients de cette catégorie présentent quasi exclusivement une pâte non calcaire, de teinte beige-chamois. Le revêtement peint, lorsqu’il subsiste, apparaît généralement sous forme d’aplats rouges, parfois superposés avec un bandeau blanc ; aucun décor surpeint n’est conservé. La forme principale est le bol hémisphérique (NMI : 13), dont la taille varie du simple au triple, avec une lèvre en bourrelet légèrement saillante ou placée dans la continuité de la panse, le col pouvant être finement souligné par une rainure (fig. 19, nos 1-4). Il s’agit globalement de profils typiquement laténiens, précédant ceux des bols « de Roanne » classiques (aucune rupture entre le bord infléchi et la panse), dont l’apparition est située vers 40-30 av. J.-C. (GRAND, 1995, p. 179). Les formes hautes sont seulement attestées par un col tronconique et par une lèvre renflée peinte en rouge, qui pourrait être le bord d’un vase haut fuselé (fig. 19, n° 5).

image

Fig. 19. Fossé F1. 1-5.Céramique peinte ; 6-7.sigillée italique ; 8-9.céramique campanienne ; 10. céramique à parois fines (DAO : R. Guichon).

6.2.1.3. Sigillées italiques

37Les trois formes identifiées sont des assiettes du service II, dont ne subsistent que les bords en bandeaux tripartites (fig. 19, nos 6-7). Les pâtes sont similaires (très calcaires, beige clair, vernis rouge mat inégal tirant sur le brun-orangé), de même que leurs dimensions (diamètre de 18 à 20 cm : catini bessales). L’apparition de ce type de production est située dans les années 10 av. J.-C. (Roanne - horizon 6 récent : GENIN, 1997, p. 27 ; Lyon - rue des Farges, Verbe-Incarné : GENIN, 1993, 1997). Cinq tessons de pâte calcaire proche sont aussi recensés, soit deux fragments de panses et trois de pieds annulaires.

6.2.1.4. Céramiques campaniennes

38Un seul tesson à pâte rouge et vernis noir mat correspond aux productions de céramique campanienne A ; aucune forme ne peut lui être associée. Les autres fragments sont rattachés au cercle de la campanienne B : les deux individus identifiés sont une patère Lamboglia 5 et un bol Lamboglia 1 (fig. 19, nos 8-9), présentant les deux une pâte calcaire chamois clair et un vernis noir à reflets métalliques d’assez mauvaise tenue, écaillé par endroits. Un autre tesson, à pâte beige orangé et vernis très abîmé, présente deux rainures externes et correspond sans doute à un autre bol de type Lamboglia 1. Le dernier fragment, informe, possède une pâte de fine épaisseur à vernis noir mat très adhérent. À Roanne et à Lyon, les céramiques campaniennes B – Lamboglia 5 et 1 en particulier – apparaissent dès la seconde moitié du IIe s. av. J.-C. et deviennent majoritaires au début du siècle suivant, au détriment des campaniennes A (MOREL, 1997, p. 127 ; MAZA, 2001, p. 440 ; VERRIER, 2013, p. 568).

6.2.1.5. Sigillées gauloises

39Deux tessons, dont un fragment de panse bilobée appartenant à un bol Drag. 27, présentent une pâte caractéristique des productions précoces non grésées de Gaule centrale (orangé-beige à revêtement orangé mat écaillé). Un fragment de pied annulaire est attribuable quant à lui aux productions méridionales (pâte beige rosé sombre peu calcaire, vernis rouge, nombreux points de chaux blancs). Ces productions n’apparaissent pas avant la fin du règne d’Auguste (BET, DELOR, 2000 ; GENIN, 2007).

6.2.1.6. Céramiques à parois fines

40Le gobelet à bord oblique légèrement concave, à pâte calcaire orangé-rouge sans revêtement, correspond aux importations italiques de la famille des gobelets ovoïdes ou fusiformes à bord oblique ou concave typiques du Ier s. av. J.-C. (Mayet 2, Marabini 2, fig. 19, n° 10). On trouve des correspondances dans plusieurs contextes ségusiaves datés de l’époque augustéenne précoce, que ce soit à Roanne dans les horizons 5 et 6 (LAVENDHOMME, GUICHARD, 1997, pl. 73, 86) ou à Lyon dans les dépôts de Loyasse 3 (GENIN, 1993, pl. 17) et du Verbe-Incarné 2 (DESBATet alii, 1989, pl. 72). Un tesson de panse ovoïde, couvert entièrement d’un engobe rouge-brun, pourrait être identifié comme un gobelet engobé de fabrication gauloise de « type Beuvray » (butt-beakers) circulant dès les années 40-30 av. J.-C. (LAVENDHOMME, GUICHARD, 1997, p. 131).

6.2.2. Céramiques communes (fig. 20)

6.2.2.1. Céramiques communes non tournées

image

Fig. 20. Fossé F1 : répartition des différentes catégories de céramiques communes.

41Les pâtes rencontrées au sein de cette catégorie sont majoritairement de teinte foncée gris-brun, le plus souvent hétérogène, témoignant d’une cuisson en mode B mal maîtrisée (oxydations ou saturations ponctuelles). Les parois sont d’aspect irrégulier (facettes, grains désordonnés…) et bénéficient fréquemment d’un traitement de surface (lissage, balayage, peignage, grattage) et/ou d’un décor incisé. La répartition est équilibrée entre les formes hautes (NMI : 65) et basses (NMI : 57) alors que les couvercles sont minoritaires (NMI : 12). Parmi les formes hautes, le type de pot le plus fréquent présente une lèvre incurvée, moulurée ou non, sur un col quasi inexistant (NMI : 38 ; fig. 21, nos 1-3). Il s’agit d’un type bien représenté dans les contextes lyonnais pré-romains (Rue du Souvenir, fossé aval du Verbe-Incarné ; BATIGNE-VALLET, 2001). Les pots à col marqué, lisse ou côtelé, parfois munis d’un épaulement, sont moins nombreux (NMI : 16) et semblent résulter d’un mode de montage mixte (panse modelée puis finition au tour lent ; fig. 21, nos 4-5). Ils correspondent aux variantes de pots ovoïdes les plus fréquentes à Lyon durant l’époque augustéenne (GENIN, 1994, p. 345).

image

Fig. 21. Fossé F1 : céramique non tournée grise (DAO : R. Guichon).

42Les formes basses sont dominées par les jattes à bord rentrant (NMI : 26), courantes en contexte ségusiave dès le milieu du IIe s. av. J.-C. (LAVENDHOMME, GUICHARD, 1997, p. 92-93 ; VAGINAY,GUICHARD, 1988, p. 53-55). Les lèvres sont le plus souvent arrondies (fig. 21, nos 6-7), les deux plus grands exemplaires ont un bord en bourrelet décoré (fig. 21, n° 11). Les jattes à profil « en S » sont également bien représentées (NMI : 17 ; fig. 21, nos 8-9). Un individu fortement caréné, à lèvre étirée moulurée, se distingue par sa facture particulière (pâte fortement micacée, finition probable au tour) et son état de conservation (fig. 21, n° 10). Parmi les formes minoritaires, on peut mentionner un plat à cuire à bord évasé, dont les parois fines micacées sont entièrement lissées (fig. 21, n° 12), d’un type attesté à Lyon à partir de l’époque augustéenne (BATIGNE-VALLET, 2001, p. 208).

6.2.2.2. Céramiques communes claires

43Les vases de cette catégorie présentent des pâtes claires à dominante calcaire et variant dans les teintes beige-jaune-rosé. Le répertoire comprend soit des formes indigènes, typiquement celtiques (neuf jattes à bord rentrant, neuf bols hémisphériques ; fig. 22, nos 1-4), présentes à Roanne uniquement à partir des années 40-30 av. J.-C. en pâte claire (LAVENDHOMME, GUICHARD, 1997, p. 106-108), soit des formes de tradition méditerranéenne (neuf cruches, trois pichets, quatre pots Haltern 62 ; fig. 22, nos 5-11), plutôt recensées dans les contextes lyonnais ou viennois d’époque augustéenne (GENIN, 1997 ; LEBLANC, 2007).

image

Fig. 22. Fossé F1 : céramique commune commune claire (DAO : R. Guichon).

44Ces dernières peuvent provenir des officines régionales et ne sont pas considérées comme des importations, à l’exception d’un fond de cruche à pâte jaune-beige pâle, très calcaire (fig. 22, n° 12), apparenté aux « olpés » de type républicain présents à Lyon dès la seconde moitié du IIe s. av. J.-C. (Rue du Souvenir, ZAC Charavay : MAZA, 2001). La présence de faisselles ou passoires ainsi que d’un vase miniature de type « amphorisque » mérite aussi d’être signalée.

6.2.2.3. Céramiques communes tournées

45Les vases de cette catégorie minoritaire (NMI : 24) ont été réalisés avec un tour rapide (lignes régulières, surfaces nettes, stries, grains ordonnés) et peuvent être de teinte grise (mode B) ou rouge (mode A). On rencontre soit des formes connues du répertoire gallo-romain régional comme les pots à col côtelé (fig. 23, nos 1-2) ou cannelé (fig. 23, n° 3), les jattes à bord rentrant mouluré (fig. 23, nos 5-6) ou les couvercles à bord en bandeau (fig. 23, nos 7-8) ; soit des formes plus rares comme le pot à lèvre en gouttière (fig. 23, n° 4). La jatte de grande dimension à bord rentrant arrondi est probablement un pot de stockage (fig. 23, n° 9 ; PY et alii, 1993, DOL1a).

image

Fig. 23. Fossé F1. 1, 2, 4, 5, 7, 8.Commune tournée grise ; 3, 6, 9.commune tournée rouge (DAO : R. Guichon).

6.2.2.4. Céramiques à vernis rouge pompéien

46Le seul vase identifié est un plat à panse convexe et lèvre courte à méplat (Goudineau 4 ou 13), dont le vernis écaillé rouge mat, épais, et la pâte brun-orangé à dégraissant abondant fin ou moyen (chaux, micas, pyroxènes) suggèrent une origine campanienne (fig. 24, n° 1).

image

Fig. 24. Fossé F1 : céramique à vernis rouge pompéien (DAO : R. Guichon).

6.2.3. Amphores (fig. 25).

6.2.3.1. Amphores italiques (côte tyrrhénienne)

image

Fig. 25. Fossé F1 : répartition des différentes catégories d’amphores.

47Ces amphores sont largement représentées au sein du fossé F1, où elles totalisent près d’un quart du nombre de restes. L’analyse des argiles n’a pas été faite, mais certains caractères observables à l’œil nu évoquent des productions de Campanie et d’Étrurie méridionale. Les fragments de bords ont bénéficié d’une attention particulière : la hauteur, la largeur, l’inclinaison de la lèvre ainsi que le diamètre à l’embouchure ont été systématiquement mesurés (fig. 26).

image

Fig. 26. Fossé F1 : répartition des lèvres d’amphores italiques suivant la hauteur et l’inclinaison (R. Guichon).

48D’après les critères établis dans l’étude du mobilier de Roanne – lèvre de 20 à 30 mm de hauteur, moins haute qu’épaisse, inclinée de moins de 65° avec l’horizontale (GUICHARD, 1997, p. 135) – une seule amphore peut être classée au sein des productions gréco-italiques (fig. 27, n° 1). Neuf exemplaires, dont les lèvres triangulaires (indice H/L compris entre 1 et 1,2) sont à base concave, horizontale ou oblique (fig. 27, nos 2-4), ont été considérés comme des amphores gréco-italiques récentes, qui marquent la transition avec les Dressel 1A (MAZA, 1998, p. 20).

image

Fig. 27. Fossé F1 : amphores italiques (DAO : R. Guichon).

  • 7  La présence conjointe, équilibrée, des types gréco-italique récent, Dressel 1A et Dressel 1B (9, 1 (...)

49Ce type est bien documenté dans les camps de Numance, occupés et désertés à la fin des années 130 av. J.-C. (SANMARTI-GREGO, 1992) et rencontré régionalement à Lyon, Saint-Georges-de-Reneins ou Lentilly, dans des contextes datés de la seconde moitié du IIe s. av. J.-C. (MAZA, 1998 ; BATIGNE-VALLET et alii, 2009 ; TEYSSONNEYRE, MAZA, 2014).Quatorze récipients, dont le bord n’entre pas dans les critères précédents (gréco-italiques classiques ou récentes) mais dont la hauteur n’excède pas pour autant 54 mm (critère distinctif des Dressel 1B), ont été considérés comme des amphores Dressel 1A (fig. 27, nos 5-7), dont la diffusion en Gaule interne débute dans le dernier tiers du IIe s. av. J.-C. (POUX, 1998, p. 386-391). Enfin, huit exemplaires à lèvre massive en bandeau de hauteur supérieure ou égale à 55 mm, à base horizontale ou légèrement concave, présentant parfois un ressaut sublabial, ont été classés parmi les amphores Dressel 1B (fig. 27, nos 8-10). Ces dernières remplacent progressivement les Dressel 1A dans le premier tiers du Ier s. av. J.-C. et cesseraient d’être importées dès les années 40-30 av. J.-C. (DESBAT, 1998, p. 33 ; POUX, 2004, p. 199)7.

6.2.4. Autres productions

50Quatre fragments – un bord en bourrelet court, deux anses à section circulaire et une partie d’épaulement – appartiennent visiblement à un même récipient de type Lamboglia 2 originaire de la côte adriatique (fig. 28, n° 1 ; CIPRIANO, CARRE, 1989), alors que trois autres bords isolés permettent d’identifier respectivement une amphore Pascual 1 de Tarraconaise, avec une estampille anépigraphe (fig. 28, n° 2), une amphore Dressel 2-4 orientale (fig. 28, n° 3) et une amphore à huile de type Dressel 20, dont le bord en amande est de morphologie précoce (fig. 28, n° 4 ; PYet alii, 1993, Dr20A ; MARTIN-KILCHER, 1987, var. A). La présence d’amphores hispaniques et orientales, en association à des amphores italiques, est typique des contextes augustéens régionaux (LEMAÎTREet alii, 1998).

image

Fig. 28. Fossé F1 : amphores. 1.Italique (côte adriatique) ; 2.Tarraconnaise ; 3.gréco-orientale ; 4.Bétique (DAO : R. Guichon).

6.2.4.1. Dolia

51Un groupe de trente-huit fragments en céramique grossière appartient à de grosses jarres de stockage aux parois épaisses (1,5 à 3 cm), ou dolia. Leur pâte est grise au cœur et brun-rouge en surface, à gros dégraissant, avec un peignage anarchique ou régulier intérieur-extérieur. Deux bords, dont un très lacunaire, sont en quart de cercle, à méplat presque concave (fig. 29, n° 1) ; le troisième, également très lacunaire, est massif à profil quadrangulaire. Localement, cet ensemble trouve des points de comparaison avec les dolia découverts à Lentilly, dans un dépôt daté du milieu du Ier s. av. J.-C. (TEYSSONNEYRE, MAZA, 2014, p. 645), ou encore à Lyon-Gadagne - état 1, dans les années 75-50 av. J.-C. (BATIGNE-VALLET, LEMAÎTRE, 2008, p. 219).

image

Fig. 29. Fossé F1 : dolium (DAO : R. Guichon).

6.2.5. Datation

52La dizaine d’amphores à lèvre triangulaire, dites gréco-italiques « récentes », permet théoriquement de placer la constitution de cet ensemble dès la seconde moitié du IIe s. av. J.-C. (vers 130 av. J.-C. ?). Cela coïncide avec la présence de céramique campanienne A et de certaines formes de céramiques communes (jattes à bord rentrant, pots à col peu développé, etc.), également attestées à cette période en contexte ségusiave. Cependant, les marges d’incertitude relatives à la typo-chronologie des amphores tardo-républicaines invitent à la prudence concernant cette limite haute (OLMER, 2012). La présence de sigillée italique Haltern 2 place la limite basse autour du changement d’ère. L’horizon augustéen mis en évidence au sein du lot s’intègre parfaitement dans cette ambiance (cruche globulaire, cruches Haltern 45, Haltern 50, pots Haltern 62 en commune claire ; plats de cuisson et pots à col côtelé en commune sombre ; amphore Dressel 20A). Les trois fragments de sigillée gauloise précoce, s’ils ne sont pas intrusifs, indiquent même que le fossé n’était pas totalement comblé avant la fin du règne d’Auguste.

6.3. Céramiques du fossé F2 (fig. 30)

53Cette structure probablement arasée a livré un lot de 323 tessons, soit treize vases au minimum. La céramique commune non tournée grise et les amphores italiques sont les deux catégories les mieux représentées.

image

Fig. 30. Fossé F2 : répartition des différentes familles de céramiques.

6.3.1. Céramiques fines (fig. 31)

6.3.1.1.Céramiques grises fines8

  • 8  Enfumée : NR : 17 / NMI : 1 ; non enfumée : NR : 1 / NMI : 0.

54La seule forme attestée est une imitation de patère campanienne Lamboglia 36 de forme presque complète (fig. 34, n° 1). Un bas de panse de forme haute ovoïde est également à signaler (fig. 34, n° 2). Ces deux éléments présentent une couverte sombre enfumée.

image

Fig. 31. Fossé F2 : répartition des différentes catégories de céramiques fines.

6.3.1.2.Céramiques peintes

55Cette catégorie est représentée par six tessons de panse appartenant au même vase et présentant les traces d’un engobe externe blanc. La pâte est non calcaire, micacée, de couleur brun-orangé.

6.3.2. Céramiques communes (fig. 32)

6.3.2.1.Céramiques communes non tournées

image

Fig. 32. Fossé F2 : répartition des différentes catégories de céramiques communes.

56Cette catégorie est la mieux représentée avec cinq pots à col court (fig. 34, nos 3-4), une jatte à bord rentrant (fig. 34, n° 5), une autre à profil en S et un couvercle à lèvre épaissie (fig. 34, n° 6).

6.3.2.2.Céramiques communes claires

57Deux tessons de panse à pâte calcaire assez fine, jaune-beige claire, constituent les seuls éléments de cette catégorie.

6.3.3. Amphoreset dolia (fig. 33)

image

Fig. 33. Fossé F2 : répartition des différentes catégories d’amphores.

58Les quatre bords d’amphores identifiés appartiennent tous au type Dressel 1A (fig. 34, n° 7). Ils présentent des lèvres de morphologie précoce, d’assez faible hauteur (32 à 40 mm). Par ailleurs, vingt-deux fragments appartiennent à la même grande jarre de stockage à paroi épaisse de type dolium. Leur pâte gris-brun est très proche de celle des dolia présents dans le fossé F1. Un fragment de bas de panse, muni d’un cordon de préhension, indique une circonférence d’au moins 50 cm (fig. 34, n° 8).

image

Fig. 34. Fossé F2. 1-2.Céramique grise fine ; 3-6.céramique non tournée grise ; 7.amphore italique ; 8.dolium (DAO : R. Guichon).

6.3.4. Datation

59Au vu du caractère lacunaire de ce lot de céramique (la structure étant arasée), il apparaît difficile d’en tirer des indications chronologiques totalement fiables. Cependant, plusieurs indices suggèrent une fourchette chronologique plus restreinte que celle du fossé F1 : la présence exclusive d’amphores italiques Dressel 1A, l’absence totale de céramique commune sombre tournée, la part minime des céramiques communes claires et fines grises non enfumées, d’une manière générale le caractère précoce des formes identifiées (pots à cuire et jattes à bord rentrant modelé : BATIGNE-VALLET, 2001, p. 205 ; assiette Lamboglia 36 en céramique grise fine enfumée : LAVENDHOMME, GUICHARD, 1997, p. 104) et l’absence d’élément césaro-augustéen sont en effet autant d’indices pour placer la constitution de ce lot depuis le dernier tiers du IIe s. av. J.-C. jusqu’au milieu du siècle suivant.

6.4. Céramiques du fossé F3 (fig. 35)

image

Fig. 35. Fossé F3 : répartition des différentes familles de céramiques.

60L’ensemble (NMI : 543) est dominé par les céramiques communes, qui constituent près des deux tiers du lot, tant sur le plan du nombre de restes que sur celui du nombre d’individus. Viennent ensuite les céramiques fines – en particulier les sigillées gauloises et les productions locales grises fines ou peintes – puis les amphores dans une moindre mesure. La part des dolia est infime.

6.4.1. Céramiques fines (fig. 36)

6.4.1.1.Sigillée lyonnaise

image

Fig. 36. Fossé F3 : répartition des différentes catégories de céramiques fines.

61Un fragment de fond estampillé L. TYRS, à pâte calcaire beige clair et vernis rouge sombre mat, écaillé, est attribuable aux productions lyonnaises de sigillée. Cette estampille est attestée parmi les productions de l’atelier de la Muette (groupe de L. Thyrsus), diffusées surtout au début du Ier s. ap. J.-C., exclusivement sur des fonds de plats et d’assiettes avec cette graphie (DESBAT, GENIN, 1996, p. 239 ; GENIN etalii, 1996, p. 206, n° 16).

6.4.1.2.Sigillées gauloises

62Les sigillées gauloises représentent la catégorie la plus abondante au sein des céramiques fines. La distinction entre les productions de Gaule méridionale et centrale n’a été réalisée que sur les formes identifiables : elles totalisent ainsi respectivement 59 et 30 individus, pour la plupart des formes basses lisses.

6.4.1.3.Sigillées de Gaule méridionale (fig. 37 et 38)

image

Fig. 37. Fossé F3 : sigillée lisse de Gaule méridionale.

63Les bols ou coupes constituent la majorité du lot de sigillée lisse, avec neuf types identifiés, parmi lesquels le bol bilobé Drag.27 est surreprésenté (fig. 41, n° 1). Les plats ou assiettes apparaissent en quantité moindre ; il s’agit surtout des formes Drag.15/17 et Drag.18, dont un exemplaire est en sigillée marbrée (fig. 41, nos 10-11). On recense aussi bien des productions du Ier s. ap. J.-C. (Drag.27B, Drag.15/17B, Ritt.9, etc.) que du IIe s. ap. J.-C. (Drag.35, Ritt.14B, Herm.29C, etc.). Les productions moulées sont représentées par deux bords de bols hémisphériques Drag.37 (fig. 41, nos 18-19) et un fragment isolé de décor (ménade dansante, cordon tremblé).

image

Fig. 38. Fossé F3 : datations typo-chronologiques des sigillées lisses de Gaule méridionale (d’après GENIN, 2007).

6.4.1.4.Sigillées de Gaule centrale (fig. 39 et 40)

image

Fig. 39. Fossé F3 : sigillée lisse de Gaule centrale.

image

Fig. 40. Fossé F3 : datations typo-chronologiques des sigillées lisses de Gaule centrale (d’après BETet alii, 1989).

64Les bols ou coupes sont également majoritaires, avec six types identifiables, parmi lesquels le bol tronconique Drag.33 / Lezoux 036 est le plus fréquent (fig. 41, n° 12). Six assiettes ou plats profonds de type Drag.31 / Lezoux 054 (fig. 41, n° 15) et quatre gobelets (fig. 41, n° 17) sont également recensés. À l’image des productions méridionales (supra), certaines formes sont typiques du Ier s. ap. J.-C. (Ritt.12, Drag.24/25), alors que d’autres n’apparaissent qu’à partir du IIe s. ap. J.-C. (Drag.46, Drag.31, Lezoux 102-103-169). Les sigillées moulées sont représentées au moins par huit bols de type Drag.37 dont les profils sont plus ou moins ouverts et les pâtes hétérogènes (fig. 41, nos 20-21). Ils présentent tous sous la lèvre un bandeau lisse et une frise d’oves et pendentifs ; on peut leur associer divers fragments de panses décorées (cordons perlés, caryatide, cornucopia, monstre marin, scène de chasse…).

image

Fig. 41. Fossé F3. 1-11, 18-19.Sigillée de Gaule méridionale ; 12-17, 20-21.sigillée de Gaule centrale (DAO : R. Guichon).

6.4.1.5.Céramiques à parois fines

65Cinq groupes de production ont été distingués au sein de cette catégorie, essentiellement constituée de gobelets. Les céramiques à engobe sombre sont majoritaires, avec notamment neuf gobelets de types Lezoux 331 - Lezoux 334 auxquels sont associés divers éléments de décor (épingles, lunules, treillages, guillochis, écailles, personnages, animaux ; fig. 42, nos 1-2). Ce type de céramique est produit en Gaule du Centre-Est entre les années 70 et 150 ap. J.-C. (BET, GRAS, 1999 ; JOLY, 1999 ; CARD, 2008) et se retrouve à Lyon et Roanne durant cette période (GRATALOUP, 1988 ; GENIN, LAVENDHOMME, 1997). Les céramiques à engobe blanc sont représentées par un gobelet cylindrique (fig. 42, n° 3) ; les céramiques rouges sans engobe par un bord à col large de type Mayet XV (fig. 42, n° 4) ; les céramiques grises micacées par un gobelet à col cannelé et un bol à bord en collerette (fig. 42, nos 6-7) ; les céramiques grises sans engobe, à couverte sombre gris-bleu, par un gobelet à col étranglé et un gobelet à col tronconique (fig. 42, nos 5-8).

image

Fig. 42. Fossé F3. 1-8.Céramique à parois fines ; 9-19.céramique grise fine ; 20-23.Terra nigra (DAO : R. Guichon).

6.4.1.6.Céramiques métallescentes

66Deux fragments de panse de gobelet à décor guilloché peuvent être rattachés aux productions de céramique métallescente, qui n’apparaissent pas avant la fin du IIe s. ap. J.-C. (DESBAT, PICON, 1996 ; BET, GRAS, 1999). Ils présentent une pâte gris clair couverte d’un engobe gris ardoisé à reflets métalliques.

6.4.1.7.Céramiques grises fines

67Les vases de cette catégorie présentent des pâtes fines, rarement demi-fines, gris clair à gris foncé, parfois noircies en surface (lustrage, enfumage). Les formes hautes sont majoritaires (NMI : 32), avec des pots ou gobelets le plus souvent caractérisés par un épaulement marqué et une lèvre en bourrelet (fig. 42, nos 9-10), deux pots à panse ondulée guillochée (fig. 42, n° 13) – productions attestées à Roanne au IIe s. et au début du IIIe s. ap. J.-C. (DUMOULIN, 1997, type 2.11 ; GENIN, LAVENDHOMME, 1997, p. 101, 133) – et trois pichets (fig. 42, n° 14). Les formes basses sont moins nombreuses (NMI : 17), avec quatre écuelles et quatre bols de tradition laténienne (fig. 42, nos 15-17), ainsi que neuf plats ou assiettes évasés imitant le répertoire de la terra nigra (fig. 42, nos 18-19 ; vaisselle recensée au Ier s. ap. J.-C., ibid., p. 98-99).

6.4.1.8.Terra nigra

68Cette catégorie concerne uniquement les céramiques fines à couverte sombre gris-noir lustrée et correspondant au répertoire des formes de terra nigra établi d’après le mobilier de Roanne (GENIN, LAVENDHOMME, 1997, p. 94). Elle comprend un large plat à bord en bandeau dérivé du service I de Haltern (Roanne type 2 ; fig. 42, n° 20), cinq plats ou assiettes à parois rectilignes (Roanne type 1 ; fig. 42, nos 21-22) et une jatte à bord droit (Roanne type 4 ; fig. 42, n° 23). Seuls la jatte et le plat à marli présentent une pâte blanche kaolinitique typique de l’Allier ; les autres pâtes sont gris-rouge et légèrement dégraissées. Globalement, ces productions de terra nigra apparaissent avant la fin du règne d’Auguste et semblent limitées à la première moitié du Ier s. ap. J.-C. (GENIN, 1993, p. 102 ; GENIN, LAVENDHOMME, 1997, p. 94).

6.4.1.9.Céramiques peintes

  • 9  Beige clair, à dégraissant fin ou moyen, sans mica : 26 ex. (nos 1-6) ; beige-brun, plus sonore, f (...)

69La catégorie est dominée par une quarantaine de bols « de Roanne » (PÉRICHON, 1974, type 16), caractérisés par une lèvre en bourrelet – rarement pincé ou aplati – terminant une panse arrondie placée dans la continuité du fond ombiliqué (fig. 43, nos 1-3). Les dimensions varient du simple au triple et trois groupes de pâte peuvent être clairement distingués9. La peinture, lorsqu’elle est conservée, correspond seulement au décor de fond et se compose toujours d’un bandeau rouge sous le bord, surmontant un bandeau blanc plus large ; un fond présente un registre inférieur rouge.

image

Fig. 43. Fossé F3 : céramique peinte (DAO : R. Guichon).

70Cette série, qui correspond pleinement aux productions classiques du Ier s. ap. J.-C., tant du point de vue de la forme que du décor (GRAND, 1995), est accompagnée d’une autre forme basse et d’une forme haute indéterminées.

6.4.1.10.Lampe

71Un petit fragment de lampe à pâte claire très calcaire est recensé ; il présente un épaulement à trois stries caractéristique du type Loeschke I (Ier s. ap. J.-C.).

6.4.2. Céramiques communes (fig. 44)

6.4.2.1.Céramiques à vernis rouge pompéien

image

Fig. 44. Fossé F3 : répartition des différentes catégories de céramiques communes.

72Deux bords de plats du type Goudineau 15/19 sont identifiés au sein de cette catégorie (GOUDINEAU, 1970). Leur pâte beige micacée à engobe rouge les rattache aux productions de Gaule centrale, qui apparaissent à Saint-Romain-en-Gal dans la seconde moitié du Ier s. ap. J.-C. et se rencontrent jusque dans les horizons du IIIe s. ap. J.-C. (LEBLANC, 2007, p. 191-194).

6.4.2.2.Céramiques communes non tournées

73Au moins six vases de couleur sombre sont des productions non tournées. Les formes identifiées ne trouvent pas de comparaison pertinente dans les ensembles du premier état (fossés F1 et F2).

6.4.2.3.Céramiques communes tournées grises

74Cette catégorie particulièrement abondante concerne les vases tournés à pâte grossière cuite en mode B. De nombreuses traces de chauffe rougeâtres ou noirâtres témoignent de la vocation culinaire de ces récipients. La forme la plus représentée est le pot à col côtelé (NMI : 40), dont les dimensions varient du simple au triple (fig. 45, nos 1-2). Ce type de vase est particulièrement fréquent dans les contextes lyonnais et viennois, dès la période augustéenne (GENIN, 1997).

image

Fig. 45. Fossé F3 : céramique commune tournée grise (DAO : R. Guichon).

75Plusieurs types minoritaires de pots et de pichets complètent la gamme des formes hautes, à laquelle on peut rattacher 25 fonds plats (fig. 45, nos 3-4). Parmi les 67 formes basses identifiées, les jattes peuvent être à bord rentrant, le plus souvent mouluré (NMI : 19 ; fig. 45, n° 5) ou à bord en bandeau (NMI : 10 ; fig. 45, n° 6), deux types apparaissant régionalement vers le milieu du Ier s. ap. J.-C. (BATIGNE-VALLET, 2010, p. 122). Deux exemplaires à bord décoré se distinguent par leurs formes et leurs dimensions (fig. 45, n° 11). La trentaine de marmites présentent soit des profils carénés à lèvre étirée-moulurée (NMI : 10 ; fig. 45, n° 7) ou à lèvre arrondie (NMI : 14 ; fig. 45, n° 8), soit des profils hémisphériques avec un bord à collerette (NMI : 6 ; fig. 45, n° 9), attestés par ailleurs dès la fin du Ier s. av. J.-C. (ibid.). 31 couvercles aux profils variés sont également recensés (fig. 45, n° 10).

6.4.2.4.Céramiques communes tournées rouges

76Cette catégorie concerne les vases tournés à pâte grossière cuite en mode A. À l’instar des céramiques communes grises, les nombreuses traces de chauffe observées indiquent un usage principalement culinaire. Les pots à lèvre moulurée, presque systématiquement noircie par le feu, représentent plus d’un tiers du lot (NMI : 35 ; fig. 46, nos 1-3). Ce type de vase apparaît relativement tôt dans le répertoire ségusiave, autour du changement d’ère (BATIGNE-VALLET, 2010, p. 122). Neuf autres pots de types minoritaires complètent la gamme des formes hautes (fig. 46, n° 4), à laquelle on peut rattacher une trentaine de fonds aux profils variés (rectiligne, évasé, fuselé, cintré). Les formes basses sont représentées par des marmites (NMI : 23), parfois tripodes, le plus souvent à lèvre étirée-moulurée (fig. 46, n° 5) ou pendante (fig. 46, n° 6), par des plats à cuire (NMI : 14), tous tripodes et à lèvre arrondie (fig. 46, n° 8 ; type attesté dès la fin du Ier s. ap. J.-C., ibid., p. 123) et par des jattes dans une moindre mesure (NMI : 5). Neuf couvercles complètent la série (fig. 46, n° 9).

image

Fig. 46. Fossé F3 : céramique commune tournée rouge (DAO : R. Guichon).

6.4.2.5.Céramiques communes claires

77Les vases de cette catégorie présentent une pâte généralement calcaire, variant du beige-jaune à l’orangé-rouge et pouvant être finement dégraissée. Les formes hautes – vingt et un pots ou gobelets et quatorze cruches – sont de types variés (fig. 47, nos 1-14), la plupart référencés dans le vaisselier régional du Haut-Empire, notamment à Saint-Romain-en-Gal (LEBLANC, 2007). Trois pots à lèvre rainurée se distinguent par une pâte beige orangée non calcaire finement dégraissée, à revêtement argileux micacé brun-orangé (fig. 47, nos 15-16). Ce type est attesté dès la fin du Ier s. ap. J.-C. en territoire ségusiave (BATIGNE-VALLET, 2010, p. 123). Les formes basses sont surtout des jattes (NMI : 22), notamment une série de treize exemplaires à bandeau saillant (fig. 47, nos 19-20), typiques de la même période (ibid.). Les trois plats (fig. 47, n° 18) et l’unique marmite recensée paraissent anecdotiques. Les mortiers sont généralement à lèvre pendante (NMI : 6), à l’exception d’un exemplaire à lèvre massive triangulaire (fig. 47, nos 21-22). Un vase-miniature de type « amphorisque » est également attesté.

image

Fig. 47. Fossé F3 : céramique commune claire (DAO : R. Guichon).

6.4.2.6.Céramiques communes blanches grossières

  • 10  Cette catégorie apparaît notamment à Sail-les-Bains (Loire), dans un contexte daté de la fin du II(...)

78Cette catégorie regroupe des produits à pâte très claire, beige à blanche, grossièrement dégraissée10. Il s’agit de six grands pots du même type, à ouverture large et lèvre aplatie moulurée, le col séparé de la panse par un ressaut (fig. 48, n° 1). Ces vases, probablement destinés au stockage des denrées, présentent en outre des traces de peinture rouge-orangé au niveau de l’embouchure. Une grande jatte à lèvre débordante moulurée accompagne ce lot (fig. 48, n° 2).

image

Fig. 48. Fossé F3. 1-2.Céramique blanche grossière ; 3.amphore régionale ; 4.amphore de Bétique ; 5.amphore gauloise (DAO : R. Guichon).

6.4.3. Amphores et dolia (fig. 49)

79La part des amphores dans le dépotoir du fossé F3 est minime, avec seulement quatre individus et 159 restes dénombrés. Les amphores ou grandes cruches dites régionales, principalement en circulation au IIe s. ap. J.-C. (DUMOULIN, 1997), sont représentées par une quarantaine de fragments de panses lisses ou moulurées, parfois peignées ou présentant des traces de peinture rouge. Les pâtes grossières, beige-orangé, micacées, appartiennent à quatre récipients au minimum ; la seule forme identifiable présente un large col tronconique mouluré (fig. 48, n° 3 ; ibid., types 2.12 et 2.15).

image

Fig. 49. Fossé F3 : répartition des différentes catégories d’amphores.

80Les productions de Bétique sont attestées par plusieurs tessons à pâte beige granuleuse, épaisse, feuilletée, dont un bord de type Dressel 20 caractéristique du Ier s. ap. J.-C. (fig. 48, n° 4 ; PYet alii, 1993, Dr20C ; MARTIN-KILCHER, 1987, var. C). Deux bords du type Dressel 1A et une quinzaine de fragments de panses documentent également la présence d’amphores italiques tardo-républicaines, de toute évidence en position résiduelle dans le fossé F3. Une quinzaine de tessons à pâte calcaire fine beige-jaune, dont deux fonds annulaires de type Gauloise 1/5 (fig. 48, n° 5), correspondent aux productions de Gaule méridionale (PYet alii, 1993, p. 90). Enfin, une dizaine de tessons de panses à large courbure, à pâte brun-rouge très grossière, épaisse, peignée sur l’extérieur, attestent la présence de plusieurs dolia.

6.4.4. Éléments de datation

  • 11  Au moins treize types recensés dans le fossé F3 se réfèrent à des « types à caractère local » renc (...)

81L’étude de la céramique fine du fossé F3, en particulier les sigillées lisses, révèle une chronologie étendue aux deux premiers siècles de notre ère. Ce constat est également valable pour les vases en céramique commune, qui trouvent divers points de concordance sur les sites régionaux du Haut-Empire à Vienne, Lyon et surtout dans l’aire ségusiave11. Globalement, hormis de rares éléments potentiellement précoces (sigillée lyonnaise, sigillée non grésée de Gaule centrale), la carence de produits typiquement augustéens et l’absence des premières productions de La Graufesenque sont notables et conduisent à proposer comme limite haute pour cet ensemble l’époque de Tibère, dans les années 20-30 ap. J.-C. Concernant la limite basse, les types les plus tardifs en sigillée de Gaule centrale (gobelets Lezoux 102-103-169) fournissent un terminus post quem postérieur au milieu du IIe s. ap. J.-C. Toutefois la part infime des céramiques métallescentes et l’absence de sigillée claire B ou africaine C – productions fréquemment attestées à partir du IIIe s. ap. J.-C. dans la région lyonnaise (BONNET et alii, 2003 ; SILVINO et alii, 2011) – constituent un argument a silentio pour ne pas étendre la datation au-delà des premières décennies du IIIe s. ap. J.-C.

6.5 Autres contextes

82En marge des fossés laténiens F1 et F2 et du dépotoir du Haut-Empire dans le fossé F3, quelques contextes ont livré de la céramique en quantité modeste. Les seules formes identifiables proviennent de la zone de l’édifice maçonné.

83État 1 : une écuelle à bord rentrant en céramique fine grise enfumée-lissée, de forme typiquement laténienne, était écrasée en place sous la couche de démolition occupant l’intérieur de l’édifice. On dénombre en tout quarante-cinq fragments appartenant à cet individu, certains présentant des traces de réparations (fig. 50, n° 1). Ce type de vase est particulièrement représenté à Roanne dans les horizons 3 et 4, soit les années 110 à 70 av. J.-C. (LAVENDHOMME, GUICHARD, 1997, p. 104). Cet individu participe certainement d’un niveau d’occupation laténien antérieur à l’installation de l’édifice maçonné et probablement liée au fossé F1 dans lequel ont été identifiés plusieurs récipients similaires.

image

Fig. 50. Contextes divers. 1.Céramique grise fine ; 2.sigillée claire B ; 3.céramique commune africaine (DAO : R. Guichon).

84État 2 : un bol caréné en sigillée claire B, à pâte calcaire beige-orangé et vernis orangé peu adhérent (fig. 50, n° 2), ainsi qu’une marmite basse à fond strié en céramique culinaire africaine, à pâte fine et revêtement argileux interne orangés (fig. 50, n° 3), ont été trouvés sur le lambeau de sol en terre battue conservé au nord de l’édifice maçonné. Le bol caréné est une variante du type Desbat 7 / Lamboglia 34 attribué à la première période de production des sigillées claires B, couvrant approximativement le milieu du IIe s. ap. J.-C. (DESBAT, 1988, p. 96) ; cette forme est effectivement absente des contextes datés du IIIe s. ap. J.-C. sur la Presqu’Île lyonnaise (BONNETet alii, 2003). Les marmites africaines de type Hayes 23B sont diffusées dans les années 150-220 ap. J.-C. (PYet alii, 1993, p. 88) ; cette forme est attestée régionalement à Lyon-Célestins par trente-cinq exemplaires trouvés dans un contexte daté des premières décennies du IIIe s. ap. J.-C. (BONNETet alii, 2003, p. 161). Ces deux éléments concordent pour dater la phase d’abandon de l’édifice maçonné dans la deuxième moitié du IIe s. ap. J.-C., voire le début du siècle suivant, en accord avec l’attribution chronologique proposée pour le dépotoir du fossé F3.

7. Mobilier non céramique des fouilles de sauvetage

7.1. Verre (A. Colombier-Gougouzian)12

7.1.1. Description générale

7.1.1.1. Le verre moulé

85Sur les quatre fragments de verre moulé, trois sont des coupes côtelées Isings 3. Il s’agit d’un fond à longues côtes caractéristiques des variantes Isings 3 a ou b et de deux panses, dont l’une est en verre bleu outremer. Ces coupes sont datables de la fin du Ier s. av. J.-C. au tout début du IIe s. ap. J.-C. La deuxième forme identifiée est une assiette, dont il ne subsiste qu’un dessin (fig. 51, n° 1). Elle correspond au type AR 13.1/ AV V 21, très répandu de 60/70 à 120 ap. J.-C.

image

Fig. 51. Fossé F3 : mobilier en verre. 1. AR 13.1 / AV V 21 ; 2-4. AR 107 et 109 ; 5-6. AR 80 ; 7. Isings 12 / AR 34 ; 8-11. Isings 85 / AR 98 ; 12. AR 99 ; 13. AR 38 ; 14. AR 53.2 / AV V 52 ; 15. Isings 21 / AR 44-45 ; 16. Isings 15 ; 17. Isings 50 ; 18. AV V 50 ; 19. Isings 75 ; 20. Isings 8 ; 21. fragment de sphère Isings 10 à décor de plomb (DAO, cliché : A. Colombier-Gougouzian).

7.1.1.2. Le verre soufflé

86À l’exception de quelques pièces, l’ensemble des verres soufflés est composé de formes communes de vaisselle de service ou de vases servant à la toilette.

87Les coupes et assiettes sont peu diversifiées. Trois bords à lèvres tubulaires se rattachent aux formes AR 107 et 109, très fréquentes dans tout l’Empire du Ier s. au IVe s. ap. J.-C (fig. 51, nos 2 à 4) et deux bords à lèvre horizontale proviennent de coupes AR 80, datées de 60/70 au IIIe s. ap. J.-C. (fig. 51, nos 5-6). Le service à boire est plus présent, avec un fragment de bol cylindrique apode à lèvre coupée (Isings 12/AR 34, fig. 51, n° 7), cinq fragments de bols cylindriques incolores à pied annulaire et à lèvre arrondie (Isings 85 / AR 98, fig. 51, nos 8-11) et plusieurs gobelets, dont un bord de gobelet haut AR 99 (fig. 51, n° 12), un bord de type AR 38 (fig. 51, n° 13), un fragment à lèvre coupée et panse ovoïde de type AR 53.2 / AV V 52 (fig. 51, n° 14) et une panse en verre incolore ornée de facettes gravées apparentée au type Isings 21/ AR 45 (fig. 51, n° 15).

88En ce qui concerne les formes fermées, peu de vases se rapportent au service de table. Seule la partie supérieure d’une cruche pourrait être, d’après le dessin conservé, une amphorisque Isings 15 (fig. 51, n° 16). Parmi les vases de stockage et de transport, on dénombre une anse et un fond, dont on ne peut préciser la forme (Isings 50 ou 51) ainsi que le bas de panse et le fond d’une bouteille à section carrée (Isings 50) soufflée dans un moule (fig. 51, n° 17). Trois anses plates et une anse coudée complètent cet ensemble. Un bord à lèvre ourlée en double bandeau est assimilable à la variante de petite dimension des pots ovoïdes Isings 67c/ AV V 106 et un bord de pot à lèvre coupée et concave se rapproche du type AV V 50 (fig. 51, n° 18). On note aussi la présence d’un manche de patère Isings 75, connu seulement par un dessin (fig. 51, n° 19).

89Le petit flaconnage ayant servi à la toilette n’est pas absent. On retrouve une panse bulbeuse à fond aplati appartenant à un balsamaire Isings 6/8 et le col-épaule à panse étroite d’un exemplaire de type Isings 8 (fig. 51, n° 20). Mais le plus intéressant est la présence d’un fragment de sphère Isings 10 à décor interne de plomb. Il est en verre bleu outremer, très fin et orné d’un filet blanc opaque rajouté dans la masse pendant le soufflage (fig. 51, n° 21).

7.1.1.3. Le verre à vitre

90Il convient finalement de mentionner deux fragments bleu-vert et un autre incolore. Les trois sont plats et présentent une face lisse et une face granitée qui permettent de les identifier comme des fragments de vitres coulées et étirées.

7.1.2. Éléments de datation

91Si l’on exclut les formes telles que les bouteilles et les coupes à lèvre tubulaire qui sont produites sur de très longues périodes (Ier-IVe s.), les datations typo-chronologiques s’étalent du Ier s. à la seconde moitié du IIIe s. ap. J.-C. (fig. 52). Certaines formes sont caractéristiques du Ier s. et ne dépassent pas les années 100-120 (Isings 3, Isings 12, Isings 8, Isings 10, Isings 15), tandis que d’autres n’apparaissent que vers le milieu du IIe s. (AR 98, AR 99, AR 53.2). On note cependant qu’un certain nombre de formes sont produites entre la seconde moitié du Ier s. et la première moitié du IIe s., telles que les assiettes AR 107 et AR 13.1 ou les gobelets ornés de facettes Isings 21. Globalement, cet ensemble peut donc être daté du début du Ier s. au IIIe s. ap. J.-C.

image

Fig. 52. Fossé F3 : mobilier en verre, datations typo-chronologiques (A. Colombier-Gougouzian).

7.2. Mobilier métallique (R. Guichon)

92Parmi les contextes rattachées à l’état 1 (La Tène finale - Auguste), la totalité des vingt-sept éléments métalliques répertoriés provient du fossé F1. Le matériel en fer est représenté par treize clous, six éléments de quincaillerie indéterminés, une ferrure plate (env. 80 x 30 mm), un fragment recourbé de lame à section triangulaire – élément de faux ? – (env. 140 x 20 mm) et trois scories. Les éléments en bronze sont une tige plate (env. 45 x 2 mm), un fragment de tôle triangulaire perforé (env. 25 x 25 mm) et une plaque rectangulaire également perforée (env. 55 x 20 mm ; fig. 53). Dans les contextes de l’état 2 (Haut-Empire), il est seulement possible de mentionner quelques éléments de quincaillerie, des scories, ainsi qu’une fibule émaillée en bronze (objet perdu ; WALKER, DESBAT, 1979).

image

Fig. 53. Fossé F1 : applique en bronze (archives S.R.A. Rhône-Alpes ; DAO : R. Guichon).

7.3. Éléments de construction (B. Clément)

7.3.1. Tuiles (fig. 54)

93Les tuiles conservées proviennent toutes du fossé F1. Il s’agit d’un lot relativement homogène, à pâte siliceuse, composé de cinq fragments de tegulae et de sept fragments d’imbrices. D’après la typo-chronologie établie pour la Gaule du Centre-Est (CLÉMENT, 2009 ; 2013), les tegulae correspondent soit aux productions tardo-républicaines à rebord en quart-de-rond (n° 1.1 et 1.5, types A et B), soit aux productions augustéennes à rebord rectangulaire (n° 1.2, type C).

image

Fig. 54. Fossé F1 : tuiles (DAO : B. Clément, R. Guichon).

94Les imbrices sont quant à elles de profil tubulaire classique, avec une faible épaisseur (1,5 à 2,1 cm) caractéristique des exemplaires du Ier s. av. J.-C. (n° 2.5), à l’exception d’un individu plus massif comparable aux types régionaux du Ier s. ap. J.-C. (n° 2.1). Ces observations sont conformes aux données chronologiques fournies par l’ensemble céramique associé (NMI : 385 ; cf.supra), dont la constitution peut être placée entre la seconde moitié du IIe s. av. J.-C et le début du Ier s. ap. J.-C.

7.3.2. Antéfixe (fig. 55)

95Une antéfixe à tête humaine (hauteur : 11 cm ; largeur : 9,5 cm ; épaisseur : 3,5 cm) provient du dépotoir localisé dans le fossé F3. Elle nous est parvenue sans son imbrex, avec le nez et la chevelure dégradés. Elle représente un visage de femme, triangulaire, aux yeux en amande, convexes. L’œil gauche est plus large que le droit, la bouche est fine, avec la lèvre supérieure légèrement plus prononcée. Elle présente un léger sourire. Des empreintes digitales d’assemblage à cru sont imprimées sur la face arrière.

image

Fig. 55. Fossé F3 : antéfixe à tête humaine (cliché : R. Guichon).

96L’étude macroscopique réalisée sur cette antéfixe montre l’utilisation d’une pâte grossière, avec des inclusions remarquables telles que des quartz et des fragments de roche granitique. On note également la présence d’inclusions rouges, brunes ou noires, faisant penser à de la chamotte ou à des nodules ferrugineux. Cette antéfixe au cœur mal décarburé, de couleur bleu-noir, a cuit en atmosphère réductrice-oxydante.

97Il s’agit d’un objet tout à fait semblable, tant du point de vue technique que stylistique, aux cinq antéfixes trouvées en 1906 dans le « Clos Debilly » et datées des années 150 à 50 av. J.-C. d’après la nature des pâtes et le type des imbrices utilisées (supra). Il est donc fortement probable que cet exemplaire date de la même période et son rejet dans le fossé F3, dont le comblement n’est pas antérieur au premier tiers du Ier s. ap. J.-C. (d’après le mobilier en céramique et en verre ; supra), témoigne peut-être d’une utilisation longue, à moins qu’il ne soit en position résiduelle, au même titre que les fragments d’amphores italiques.

7.4. Restes fauniques (M. Évrard)

  • 13  À l’issue des fouilles de 1979, l’étude des restes fauniques avait été confiée par S. Walker à J.  (...)

98391 restes osseux ont été étudiés en vue de la présente publication13. Ils proviennent soit du fossé F1 (sondages 1 et 4), soit du fossé F3 (sondage 9) et sont donc représentatifs des deux états principaux identifiés sur le site.

7.4.1. La faune du fossé F1 (fig. 56)

99Les restes osseux issus de ce contexte sont au nombre de 260 pour un poids total de 3,9 kg. 162 restes sont déterminés, soit 62,3 % de l’ensemble. Les espèces domestiques sont représentées non seulement par la triade habituelle bœuf-caprinés-porc, mais aussi par du cheval, du chien et des gallinacés. Les espèces sauvages sont attestées par quelques restes de cerf et de chevreuil.

image

Fig. 56. Fossé F1 : restes fauniques (M. Evrard).

100En terme de quantité, relativement au total déterminé, le porc (30,9 %) et les caprinés (26,5 %) dominent l’ensemble, le bœuf n’est présent qu’à 18,5 %, tandis que le cheval et le chien ne regroupent à eux deux que 16,1 %. La faune sauvage ne représente que 5,5 % et les oiseaux 2,5 %. D’un point de vue pondéral, on peut souligner que les grands mammifères regroupent 65 % du poids total des restes déterminés. Aucune trace de découpe n’a été mise en évidence sur ces os et la répartition anatomique de chacune des espèces ne montre pas de proportion anormale, à l’exception des éléments du rachis, quasi inexistants, et d’une légère surreprésentation des éléments de crâne, qui pourrait s’expliquer par une meilleure résistance des dents. Ces observations plaident pour des rejets de consommation courants plutôt qu’une préparation bouchère spécifique.

7.4.2. La faune du fossé F3 (fig. 57)

101Le dépotoir du sondage 9 a livré un total de 131 restes osseux, dont 63 % ont pu être déterminés, pour un poids de 2,4 kg. À l’image du fossé F1, les trois espèces domestiques principales sont les plus représentées. En revanche, le bœuf domine en nombre de restes (62,7 %) comme en valeur pondérale (88,8 %), alors que le porc et les caprinés représentent chacun 13,3 % des restes déterminés. Le cheval est totalement absent et le chien n’est attesté que par un reste (partie proximale d’un métacarpe 4 gauche). En ce qui concerne les oiseaux domestiques, deux restes de gallinacé ont pu être identifiés, ainsi qu’un ulna gauche d’oie. La faune sauvage est représentée quant à elle par quatre restes de cerf, notamment deux éclats de bois qui pourraient induire des pratiques artisanales, alors que le chevreuil fait défaut.

image

Fig. 57. Fossé F3 : restes fauniques (M. Evrard).

7.4.3. Synthèse (fig. 58)

102À travers l’étude de ces deux petits lots de faune, il est possible d’appréhender l’évolution locale des modes de consommation, du IIe s. av. J.-C. au IIIe s. ap. J.-C. La triade domestique est favorisée, quelle que soit la période, mais ce sont les porcs et les caprinés qui sont les plus représentés durant La Tène finale, tandis que dans le dépotoir du Haut-Empire le bœuf devient majoritaire, suivant une tendance largement observée en contexte rural du nord au sud de la Gaule (Grand-Herbage à Sées / Orne : BAUDRY, 2007 ; villa des Prés-Bas à Loupian / Hérault : COLUMEAU, 2001 ; villa Saint-Michel à La Garde / Var : BRUN et alii, 1989). Bien qu’aucune trace de découpe n’ait été observée sur les vingt-six restes de chien et de cheval issus du fossé F1, la consommation alimentaire de ces animaux est tout à fait envisageable. Suivant cette hypothèse, la quasi-absence de ces espèces dans le dépotoir du fossé F3 (un seul reste de chien) indique peut-être un abandon de l’hippophagie et de la cynophagie durant l’état 2, conformément aux dynamiques mises en évidence à l’échelle de la Gaule, entre la fin de l’Âge du Fer et l’époque romaine (LEPETZ, 1996).

image

Fig. 58. Faune des fossés F1 et F3 : synthèse des données (M. Evrard).

8. Les prospections (2012)

8.1. Contexte

103Une campagne de prospections pédestres couvrant une trentaine d’hectares a été conduite en octobre-novembre 2012, l’objectif principal étant de préciser par des explorations concentriques l’emprise et l’environnement du site antique de Chessy-les-Mines (GUICHONet alii, 2012, p. 9-16). La parcelle AE 4, située environ 150 m au nord-est des vestiges dégagés en 1979, était la seule zone cultivée et accessible dans le secteur du « Colombier » (supra, fig. 5). Le terrain, une plantation de cassis labourée, offrait une lisibilité moyenne. La totalité de la surface prospectée a livré du mobilier archéologique épars, sur 4500 m2 environ, sans phénomène de concentration notable.

8.2. Mobilier céramique

104La zone a fourni cinquante-quatre restes de céramique, soit douze individus au minimum. Les céramiques communes dominent le lot avec 90 % des restes et la totalité des formes identifiées. Les céramiques fines et les amphores paraissent anecdotiques.

8.2.1. Céramique fines

105Les céramiques fines se limitent à un tesson de sigillée méridionale lisse et deux fragments décorés attribuables aux productions de Gaule centrale, le mieux conservé montrant une scène de chasse impliquant un cavalier, un chien et un gibier.

8.2.2. Céramique communes

106Les céramiques non tournées sont représentées par deux tessons de vases cuits en mode B et par un bord rentrant à lèvre aplatie, attribuable à un pot globulaire cuit en mode A (fig. 59, n° 1). Neuf tessons à pâte claire assez dépurée, de nature calcaire, sont attribuables aux productions antiques de céramique commune claire.

image

Fig. 59. Chessy-les-Mines « Le Colombier » (prospections de 2012). 1. Commune non tournée rouge ; 2-3. commune tournée rouge ; 4-12. commune tournée grise ; 13-18. tuiles.

107Deux pots à bord en bourrelet épais appartiennent à la catégorie des céramiques communes tournées rouges (fig. 59, nos 2-3) mais la céramique commune tournée grise est majoritaire, avec trois formes typiques du vaisselier gallo-romain – une jatte massive à bord en bandeau (fig. 59, n° 4), un pot à bord en bourrelet épais et sillon interne (fig. 59, n° 5) et un couvercle à lèvre en amande (fig. 59, n° 12) – et les autres appartenant au répertoire médiéval – quatre ollae à bord en bandeau convergent (fig. 59, n° 6), vertical (fig. 59, n° 7) ou divergent (fig. 59, nos 8-9) et deux cruches à lèvre étirée moulurée, l’une d’elles conservant le départ d’un bec ponté (fig. 59, nos 10-11).

8.2.3. Amphores

108Un fragment de panse, très roulé, est attribuable aux productions italiques de type Dressel 1.

8.2.4. Éléments de construction

109Cinq bords de tegulae, deux fragments d’imbrices et un fragment de tubulus ont été récoltés. S’il est difficile, en l’absence d’encoche entièrement conservée, d’identifier avec certitude les types de tegulae (CLÉMENT, 2013, p. 79-83), on peut tout de même préciser que trois bords présentent un arrondi relativement prononcé, caractéristique de la période 50 av.-30 ap. J.-C. (types B et C ; fig. 59, nos 14-16), alors que le bord restant, presque rectangulaire avec une gorge marquée, est d’un profil plus évolué typique du Ier s. ap. J.-C. (type D ; fig. 59, n° 13).

8.2.5. Datation

110Le vase modelé à embouchure large, probablement un pot de stockage, est de facture protohistorique. De telles formes à bord rentrant et lèvre aplatie sont notamment attestées au début du second Âge du Fer (DiNAPOLI, LUSSON, 2011, p. 132). Elles ne semblent en revanche pas typiques de La Tène finale, du moins en contexte ségusiave (LAVENDHOMME, GUICHARD, 1997).

111L’unique tesson d’amphore Dressel 1 atteste une fréquentation au IIe ou Ier s. av. J.-C. Les tegulae datent vraisemblablement de la fin du Ier s. av. et du Ier s. ap. J.-C. Les fragments de sigillée gauloise s’insèrent dans une fourchette chronologique large (Ier - IIIe s. ap. J.-C.) et les céramiques communes de type gallo-romain n’offrent pas d’indication plus pertinente.

112Les quatre ollae grises présentent des bords en bandeau de « deuxième génération », attestés dans la région lyonnaise dès le VIe s. ap. J.-C. Ces vases culinaires d’une « impressionnante longévité » se rencontrent jusqu’au XIIe s. et constituent difficilement un argument de datation (FAURE-BOUCHARLAT, 2001, p. 70) mais il est tout de même établi que les bandeaux à axe convergent s’inscrivent dans la continuité des profils triangulaires précoces de « première génération », attestés dès le Ve s. (BATIGNE-VALLET, LEMAÎTRE, 2008, p. 239 ; SILVINOet alii, 2011, p. 162), alors que les bandeaux divergents apparaissent également au VIe s. mais ne deviennent majoritaires à Lyon qu’à la fin du VIIIe s. (FAURE-BOUCHARLAT, VICHERD, 2001, p. 156 ; HORRY, 2000, p. 18-19). Les cruches à bec ponté sont aussi attestées régionalement, de la fin du VIIIe s. jusqu’au XIVe s. (HORRY, 2000, p. 18).

8.3. Bilan

113Le mobilier recueilli sur la parcelle AE4 s’insère dans une large fourchette chronologique, couvrant la Protohistoire et le Moyen Âge. Ce modeste lot apporte plusieurs informations concernant les phases d’occupation du « Colombier » : il tend notamment à confirmer l’existence d’un horizon protohistorique ancien, antérieur à La Tène finale (céramique modelée de profil archaïque), ainsi que l’extension du site gallo-romain vers le nord, hors de la plaine inondable. La céramique indique en outre une réoccupation du site, au moins partielle, durant la période médiévale. Les éléments typiques du haut Moyen Âge (ollae à bandeau convergent ou vertical) pourraient même témoigner d’une forme de continuité avec le domaine gallo-romain, dont on suppose le fonctionnement durant le Bas-Empire (infra).

9. Synthèse

9.1. Un établissement gaulois à caractère aristocratique ?

9.1.1. Datation, organisation et extension du site

114L’établissement laténien est concrètement matérialisé par deux fossés perpendiculaires et des affleurements de matériel épars. Le mobilier céramique livré par le fossé est-ouest F1, relativement abondant (NMI : 385), fournit les indications chronologiques les plus fiables : la constitution de cet ensemble peut être placée entre les années 140-120 av. J.-C. au plus tôt (amphores gréco-italiques récentes) et le début du Ier s. ap. J.-C. au plus tard (sigillées italiques du service II). Une telle amplitude chronologique indique a priori une constitution lente des dépôts, effectuée régulièrement sur plusieurs générations ; il est toutefois plus prudent de parler de période de fréquentation car, en l’absence de phase stratigraphique clairement distinguée, la dynamique d’occupation du site nous échappe en grande partie.

115L’organisation spatiale de ce premier établissement demeure également floue. On ignore la relation entre les deux fossés et aucune autre structure n’a été identifiée. Le fossé F1, assez large et suivi sur près de 70 m, apparaît toutefois comme un élément structurant majeur. Les traces d’occupation observées immédiatement au nord de cette limite indiquent vraisemblablement le développement du site dans cette direction, ce que n’infirment pas les fragments d’amphores de type Dressel 1 recensés dans la zone (découvertes anciennes, prospections 2012). La restitution d’un talus sur le flanc nord de ce fossé [F1] serait un argument supplémentaire pour étayer cette hypothèse, car ils sont le plus souvent disposés en position interne dans les enclos fossoyés délimitant les établissements ruraux laténiens (MALRAIN etalii, 2002, p. 149). L’absence de structure bâtie (trou de poteau, sablière, etc.) peut s’expliquer par la faiblesse des investigations – pratiquées sur une surface réduite et par sondages – ou/et l’oblitération des niveaux de l’état 1 par l’édifice maçonné postérieur.

116Au sud du fossé F1, le développement du fossé F2 indique une emprise de l’établissement également de ce côté du site et plaide en définitive pour la restitution d’enclos multiples, probablement à subdivisions internes, suivant une configuration fréquemment attestée sur les résidences rurales laténiennes de rang élevé (MALRAIN etalii, 2002, p. 141-142 ; FICHTL, 2009). L’extension de l’établissement est en revanche très imprécise vers l’ouest, mais supposable vers l’est jusqu’au « Clos Debilly », d’où provient un lot d’antéfixes à tête humaine dont la datation tardo-républicaine a été démontrée. Cela permet théoriquement d’étirer la limite orientale du site au moins sur 130 m, suivant l’axe du fossé F1. Au-delà, les constructions modernes permettent difficilement de poursuivre les observations.

117La découverte en prospection d’un tesson d’amphore de type Dressel 1 à près de 700 m au sud-est des vestiges du « Colombier », au cœur de la plaine alluviale, mérite aussi d’être soulignée (GUICHON etalii, 2012, p. 28-29). Ce fragment isolé, s’il a pu être simplement transporté ici par des colluvionnements ou des épandages agricoles, permet néanmoins de postuler l’existence d’une dépendance ou d’un autre établissement dans le secteur. L’hypothèse d’une occupation laténienne plus étendue – habitat ouvert ou oppidum – à l’emplacement du bourg médiéval de Chessy et dans le prolongement oriental du site du « Colombier », ne peut pas non plus être totalement exclue.

9.1.2. Nature hypothétique du site

118Parmi le matériel récolté au sein des fossés de l’état 1 (céramiques, terres cuites architecturales, mobilier métallique, restes fauniques ; supra), on ne constate globalement aucune représentation anormale de telle ou telle catégorie, susceptible de traduire une vocation singulière du lieu, qu’elle soit artisanale, cultuelle, militaire ou commerciale ; a priori, le faciès matériel de l’état 1 plaide pour l’identification d’un site d’habitat. Il est possible d’établir des comparaisons à partir des données relatives à la céramique de l’agglomération ségusiave de Roanne, aux IIe-Ier s. av. J.-C. (LAVENDHOMME, GUICHARD, 1997) : en utilisant les mêmes critères de classement pour les 2296 individus roannais (horizons 1 à 6) et les 399 exemplaires de Chessy (état 1), il apparaît que la distribution des grandes familles de céramique est similaire sur les deux sites, avec une légère prépondérance des ustensiles culinaires (céramique commune) sur la vaisselle de présentation (céramique fine) et la présence moindre d’amphores vinaires, à hauteur de 10 % (fig. 60). Par analogie, ce constat suffit à renforcer l’interprétation de l’établissement de Chessy comme un site d’habitat, sans pour autant préjuger ni de son statut ni de sa polyvalence.

image

Fig. 60. Comparaison des faciès céramiques de Chessy et de Roanne (milieu IIe s. - fin Ier s. av. J.-C.).

119Dans ce contexte, l’absence d’instumentum domestique (parure, artisanat du textile, etc.) paraît surprenante, mais pourrait être imputée à la faiblesse des investigations. De manière générale, c’est la présence de rejets qui caractérise les comblements des fossés F1 et F2 dans lesquels le matériel était fragmenté, épars, sans qu’aucun dépôt particulier ou phénomène de concentration ne soit signalé. Il semble que ces deux structures, outre leurs fonctions de limite, ont servi à des rejets liés à des activités quotidiennes. Les sédiments charbonneux et les pierres rubéfiées contenus dans le fossé F1 évoquent en particulier des curages ou des réfections répétés de foyers, suivant un modèle couramment vérifié en marge des habitats ruraux (MALRAIN etalii, 2002, p. 160).

9.1.3. Statut du site

120Partant de ce constat, on peut s’interroger sur le statut de cette résidence et de ses occupants. Le terme de « ferme indigène », à connotation égalitariste, ne semble pas le plus approprié ; il ne rend pas compte des diversités économiques et sociales caractérisant les établissements ruraux laténiens, en n’insistant que sur leur fonction agricole (POUX, 2004, p. 226). Celui d’aedificium, déjà employé par les fouilleurs, est peut-être plus judicieux (WALKER, 1981b, p. 290) : s’il apparaît polysémique sous la plume de César – et plus encore de ses traducteurs – il pourrait en définitif renvoyer à la simple notion de « maison » ou d’« habitation » (MALRAIN etalii, 2002, p. 7-8 ; BRUNAUX, MÉNIEL, 1997, p. 224).

121Au-delà de ces questions de vocabulaire, plusieurs indices matériels permettent d’évaluer le statut de l’établissement de Chessy, en particulier les témoignages de contacts précoces avec le monde méditerranéen. La présence d’amphores vinaires n’est pas exceptionnelle en milieu rural, mais à l’aune des données disponibles pour la Gaule, la quarantaine d’individu recensée dans les fossés de l’état 1 n’est pas une quantité négligeable (POUX, 2004, p. 227). Ceci semble d’autant plus vrai que seule une surface restreinte du site a été fouillée et qu’au sein même des sondages le mobilier provient de structures partiellement dégagées (fossé F1) ou visiblement arasées (fossé F2). L’estimation du nombre d’amphores doit donc être revue à la hausse, suffisamment pour parler d’une consommation régulière de vin sur le site. La variété typo-chronologique du lot (gréco-italique, gréco-italique récent, Dressel 1A, Dressel 1B) conforte ce sentiment.

122Quoi qu’il en soit, on est en mesure de se demander si la présence d’amphores illustre à Chessy, comme ailleurs en milieu rural, « la nature profondément élitaire de la consommation du vin » (POUX, 2004, p. 227 ; VIDEAU, 2013, p. 367-368). En effet, hormis la vaisselle d’importation, assez rare au demeurant, force est de constater que les marqueurs de richesse font défaut parmi le mobilier associé à ces amphores : parures luxueuses, monnaies, vaisselle métallique, pièces de char et autres objets remarquables brillent en effet par leur absence. La statuette en bronze de Bacchus de type hellénistique anciennement découverte à Chessy est certes un objet de prestige, qui plus est lié à la culture antique du vin, mais sa provenance de l’établissement du « Colombier » ne peut pas être prouvée (infra, annexe). En revanche, les éléments architecturaux méditerranéens constitutifs de la résidence de l’état 1 sont à considérer comme des marqueurs sociologiques de haut rang (PAUNIERet alii, 2002). Il s’agit d’une part des tuiles – tegulae et imbrices – de type tardo-républicain qui inscrivent Chessy parmi la douzaine de sites de Gaule du Centre-Est sur lesquels sont attestées des toitures de type gréco-romain, aux IIe et Ier s. av. J.-C. (CLÉMENT, 2009) ; d’autre part des six antéfixes anthropomorphes dont la datation haute est également incontestable et qui sont encore plus rares à cette période en Gaule interne (CLÉMENT, 2011) (fig. 61).

image

Fig. 61. Terres cuites architecturales recensées en Gaule du Centre-Est aux IIe et Ier s. av. J.-C. (DAO : B. Clément).

123Ces terres cuites architecturales, dont l’apparition a déjà été mise en relation avec celle du commerce et de la consommation du vin, en particulier sous sa forme communautaire qu’est le banquet, pourraient faire « partie intégrante de la légitimation du pouvoir des élites gauloises », au même titre que la boisson italique (CLÉMENT, 2011, p. 99, 103). L’existence d’édifices spécifiquement dévolus aux banquets et construits selon des standards méditerranéens avait déjà été envisagée, à partir notamment des exemples d’Arnac-la-Poste et de la Rue du Souvenirà Lyon (POUX, 2004, p. 317-318). Sur le site allobroge de « Champ-Martin » à Revel-Tourdan, la découverte de tuiles tardo-républicaines et d’une antéfixe à tête humaine comparables à celles de Chessy (fig. 62), associées à des amphores vinaires et des restes de boucherie, a permis de supposer l’existence d’un espace élitaire, en partie lié à la tenue de festins (VARENNES, 2010, p. 112-120 ; 2012, p. 137-138).

image

Fig. 62. Comparaison d’antéfixes anthropomorphes de Chessy-les-Mines et de Revel-Tourdan.

124Peut-on supposer à Chessy la présence d’un tel bâtiment, couvert de tuiles et décoré d’antéfixes, voué aux rites de commensalité ? Si la signification des antéfixes n’est pas univoque – têtes héroïques de tradition celte ? Masques dionysiaques d’inspiration étrusco-italique ? (CLÉMENT, 2011, p. 98-102) – il n’empêche que, lors d’éventuels rassemblements, la multiplication de ces visages pétrifiés devait offrir aux visiteurs un décor saisissant. Leur concentration dans la zone du « Clos Debilly » incite à y voir la partie du site où était édifié cet hypothétique bâtiment communautaire ; la série de onze monnaies romaines trouvée au même endroit peut d’ailleurs être considérée comme un indice postérieur d’activité commerciale ou cultuelle.

9.2. L’établissement du Haut-Empire : une villa de haut rang ?

9.2.1. Datation, extension et caractérisation du site

125L’établissement de l’état 2 est implanté à proximité immédiate des fossés de l’état 1, suivant une orientation identique. Il est matérialisé par le fossé F3 – qui a servi de dépotoir dans les années 20-30 à la fin du IIe s. ap. J.-C. – et par un bâtiment rectangulaire de 160 m2 visiblement abandonné à la même période, à la suite d’un incendie. Il est impossible, en l’état des connaissances, de cerner précisément l’organisation de cet établissement mais son extension vers le nord-est, hors des terres inondables, est assurée sur une surface minimale de 4 ha par les ramassages de surface (céramiques, matériaux de construction) et les découvertes fortuites anciennes (monnaies).

126La caractérisation difficile des occupations rurales gallo-romaines a été maintes fois soulignée, y compris dans le contexte régional (WALKER, 1981a, p. 157 ; BÉAL, FAURE-BRAC, in : FAURE-BRAC, 2006, p. 95). En l’absence de fouille extensive, il est effectivement malaisé de distinguer un habitat d’envergure d’une petite agglomération. Dans le cas de Chessy, le terme de villa employé à plusieurs reprises (LASFARGUES, 1984, p. 37 ; FAURE-BRAC, 2006, p. 190) se réfère prioritairement à la fonction résidentielle suggérée par le matériel exhumé, que ce soit les éléments de construction (tuiles, briques, tubuli, blocs de pierre), de décoration (tesselles, enduits peints) ou de consommation courante (vaisselle en verre et en céramique, restes fauniques). Les structures repérées en sondages pourraient donc correspondre à un fossé de parcelle bordé d’un bâtiment de service, à proximité de la pars urbana d’une villa beaucoupplus étendue. La restitution d’un établissement « à pavillons multiples alignés », peut-être à plan ramassé, est une solution envisageable (FERDIÈREet alii, 2010).

127Cependant, l’impossibilité de fixer l’extension orientale du site, en direction du bourg médiéval, n’exclut pas totalement l’hypothèse d’un habitat aggloméré, de même que l’on a mentionné, pour les mêmes raisons, celle d’un village ouvert laténien. Aucune découverte n’est toutefois signalée à notre connaissance dans le village, en dehors du site du « Colombier ». Ainsi, l’idée d’une petite agglomération gallo-romaine bordant un axe viaire, si elle n’est pas inconcevable, ne peut pas être retenue en l’état actuel des recherches. Le statut de vicus attribué à Chessy par Steyert (1895, p. 260) doit être pareillement mis au rang des suppositions, avec les assertions qualifiant indument comme tel divers villages du Nord-Ouest lyonnais (BÉAL, FAURE-BRAC, in :FAURE-BRAC, 2006, p. 98).

128La restitution à Chessy d’une villa autonome est donc a priori l’hypothèse la plus probable, mais la faiblesse des investigations invite à la prudence et le terme plus neutre d’« établissement rural » demeure en définitive le mieux approprié.

9.2.2. Statut du site

129À l’instar de l’étude menée sur les établissements de Bourgogne du Nord (NOUVEL, 2007), la hiérarchisation des installations rurales gallo-romaines peut être appréhendée par la comparaison de plans et d’éléments matériels documentés au sein d’un territoire défini. La région du Lyonnais ne dispose cependant pas d’une base de données suffisamment étoffée pour effectuer de telles analyses statistiques, mais plusieurs essais de caractérisations fournissent tout de même des points de comparaison exploitables : l’étude, portant sur une douzaine d’occurrences, entre les basses vallées de la Saône et de l’Isère, montre notamment que la majorité des sites concernés sont des « fermes de taille et de conception modestes », sur lesquelles est constatée « l’absence de toute ‘sophistication’ aussi bien dans leurs aspects extérieurs (absence de toute recherche de monumentalité ou d’éléments décoratifs) que dans les intérieurs (absence de peintures murales ou de mosaïques, foyers au sol centraux en guise de chauffage, etc.) » (DEKLIJNet alii, 1996, p. 271, 282). À proximité de Chessy, l’exploitation rurale fouillée récemment à Fleurieux-sur-L’Arbresle s’intègre bien dans cette catégorie d’établissement modeste, au vu de sa superficie (2200 m2) et de l’absence de matériaux de construction luxueux (MOTTEet alii, 2011, p. 121-124).

130Au « Colombier », la surface estimée du gisement (4 ha), les enduits peints et les tesselles de mosaïque récoltés en surface, ainsi que la mention orale d’une « piscine de marbre » (impluvium ? nymphée ?) suffisent à classer l’établissement d’époque romaine parmi les habitats régionaux de rang supérieur. Il en va de même des fragments de verre à vitre ou des tubuli en terre cuite, indiquant l’existence d’un système de chauffage à hypocauste, voire d’un balneum privé (fig. 63). Localement, sur le cours inférieur de l’Azergues, la villa d’Anse / Bancillon (2,25 ha) permet de se figurer un appareil architectural et décoratif de ce type, toutefois sans commune mesure avec la villa voisine de la Grange du Bief, étendue sur près de 15 ha (BÉALet alii, 2013, p. 184-255, 290-333).

image

Fig. 63. Chessy-les-Mines « Le Colombier » : matériaux de construction ou de décoration témoignant d’un fort investissement architectural.

  • 14  Il s’agit de l’une des très rares occurrences de ce type de production au nord de Lyon (GENIN, 200 (...)

131Contrairement aux matériaux et techniques de construction qui sont des « critères de détermination fondamentaux » (NOUVEL, 2007, p. 133), le mobilier ne semble pas aussi révélateur du degré de richesse des établissements ruraux gallo-romains. Il est en effet reconnu que les objets a priori luxueux (vaisselle fine, amphores d’origine lointaine, bracelets en verre, appliques en ivoire, etc.) parviennent sur tous les sites, y compris ceux de rang inférieur (ibid., p. 138). Ainsi, à Chessy, les quelques objets se distinguant par leur rareté (manche de patère et flacon-boule en verre, assiette en sigillée marbrée de Gaule méridionale14) ne constitueraient pas un réel indice d’aisance. De même, parmi les restes fauniques, la présence non négligeable du cerf peut difficilement être retenue comme un marqueur privilégié de l’otium aristocratique (ibid., p. 139).

9.3. Du IIe s. av. J.-C. au IIIe s. ap. J.-C. : permanences et mutations

9.3.1. Continuité d’occupation et contexte socio-historique

132La superficie du site, les solutions architecturales et ornementales choisies, dans une moindre mesure le mobilier consommé, tout porte donc à croire que les occupants de l’établissement gallo-romain de Chessy appartenaient à une classe sociale moyenne ou supérieure, capable d’investir considérablement dans son lieu de vie. Ce statut s’inscrit dans la continuité de celui de l’établissement de l’état 1, que l’on a proposé d’interpréter comme une « résidence aristocratique » cumulant théoriquement des fonctions de natures foncière, commerciale, politique et/ou cultuelle. La « villa » du Haut-Empire avait-elle, peu ou prou, les mêmes attributions ? La continuité spatiale et temporelle démontrée entre les deux phases d’occupation évoque en tout cas clairement une forme de stabilité domaniale.

133De manière plus générale, le site du « Colombier » fait partie des établissements ruraux laténiens perdurant à l’époque romaine, suivant un schéma fréquemment rencontré en Gaule (BAYARD, COLLART, 1996) et notamment dans la région lyonnaise (DEKLIJN etalii, 1996). Le site voisin de « Grange Rouge » à Quincieux, sur lequel une enclos fossoyé de La Tène finale précède une installation augusto-tibérienne, constitue un bon exemple de ces phénomènes de persistance (ibid., p. 273). À Chessy, la reprise des structures primitives, tant du point de vue de l’orientation que de la localisation, couplée au faible hiatus constaté entre les deux phases d’occupation identifiées (abandon du fossé F1 à la fin de l’époque augustéenne, dépotoir du fossé F3 constitué dès la période tibério-claudienne), font du site un remarquable exemple de continuité. Des comparaisons peuvent être effectuées régionalement avec les sites de Saint-Laurent-d’Agny (Rhône) et du « Parc de La Grange » à Genève (Suisse), qui présentent des reprises d’orientation similaires, sans discontinuité chronologique notable entre les différentes phases d’occupation (fig. 64). Dans ces deux cas les grandes villae d’époque impériale sont assimilées à de véritables palais ruraux d’inspiration italique, centres de pouvoir prenant le relais de résidences aristocratique indigènes dont la vocation politico-religieuse est également supposée (HALDIMANN etalii, 2002, p. 7 ; POUX etalii, 2009, p. 415).

image

Fig. 64. Comparaison de sites régionaux. Noir : enclos de La Tène finale. Gris : structures d’époque romaine (DAO : R. Guichon, d’après POUX etalii, 2011, p. 15 ; HALDIMANN etalii, 2002, p. 5).

134Ces différents sites présentent une phase gallo-romaine précoce caractérisée notamment par des techniques de construction mixtes (pierres et terre/bois). Cette phase intermédiaire n’est documentée à Chessy que par l’horizon céramique augustéen mis en évidence au sein du fossé F1 (supra, 5.4.1). La stabilité de l’établissement, de son statut relativement élevé, démontrée tant à l’époque indépendante que romaine, pose inévitablement la question de l’identité de ses propriétaires. Au risque de souscrire à un déterminisme géographique réducteur, on serait enclin à expliquer prioritairement cette permanence statutaire par la pérennité des dessertes viaires et des ressources naturelles. Le contexte politique a dû aussi jouer un rôle déterminant dans la transmission des tènements fonciers à l’époque augustéenne, mais il est impossible, en l’état des recherches, de déterminer quelle était la situation des occupants du lieu (colons italiens, incolae indigènes ?). Dans cette problématique, la question de l’appartenance du site à la pertica de Lugdunum paraît déterminante, de même que celle du prétendu statut privilégié de l’aristocratie ségusiave, obtenu en récompense de la loyauté maintenue envers César jusqu’aux derniers temps de la Conquête (VALETTE, 1999, p. 25-26).

9.3.2. Architecture et mobilier : quelle romanisation ?

135La romanisation, concept fluctuant entre l’assimilation latente et l’intégration consentie de la culture romaine par les populations indigènes (LEROUX, 2004 ; REDDÉ, 2011), peut être notamment appréhendée à travers l’observation du mobilier et des techniques de construction, en tentant de distinguer l’apport méditerranéen de la tradition locale.

136Une rupture est indéniablement observée entre l’architecture de l’état 1 et celle de l’état 2 : la diversification des matériaux de construction (blocs taillés, mortier, dalles de terre cuite, briques crues, tubuli, verre à vitre, plomb), des éléments de décoration (tesselles de mosaïque, enduits peints, placages de marbre) et des structures (bâtiment quadrangulaire sur fondations maçonnées, canalisations) sont autant d’éléments nouveaux tranchant avec les seuls enclos fossoyés caractérisant l’établissement laténien. Ce constat apparemment radical doit être nuancé : l’apparition dès l’état 1 de terres cuites architecturales – tuiles et antéfixes – marque par exemple l’assimilation précoce de certaines techniques de construction méditerranéennes. À l’inverse, la conservation d’un système de clôture fossoyé durant l’état 2, suivant un phénomène attesté régionalement, témoigne d’une certaine stabilité structurelle (DEKLIJN et alii, 1996). Il en va de même des techniques de construction mixtes employées pour l’édifice de l’état 2 : si les formes adoptées – solins maçonnés et adobes – sont résolument novatrices (POUX etalii, 2014, p. 330), leur mise en œuvre témoigne aussi d’un savoir-faire local reconnu dans le bâti en terre et en bois, ne serait-ce que pour l’approvisionnement en matériaux (DESBAT, 1981, p. 64). La même réflexion s’applique à l’emploi de la pierre, et spécialement du calcaire jaune : déjà attesté dans les fossés de l’état 1 par des pierres de foyers rubéfiées, l’usage de ce matériau local persiste durant la phase suivante, sous la forme nouvelle de moellons.

image

Fig. 65. Évolution du répertoire des céramiques culinaires entre les états 1 et 2 (DAO : R. Guichon).

137L’observation des mobiliers, en particulier les céramiques (fig. 65), fournit également des informations concernant les processus de romanisation : à l’image des matériaux de construction, l’état 2 connaît une diversification des formes de céramiques (fig. 66 et 67), avec la progression ou l’apparition de récipients typiquement méditerranéens tels que les plats (patinae), les marmites (caccabi) ou les mortiers (mortarii).

image

Fig. 66. Répartition des différentes formes de céramiques par phase d’occupation.

138Ces mutations du répertoire accompagnent certainement l’adoption partielle des pratiques culinaires romaines, décrites notamment dans le fameux banquet de Trimalcion (DESBAT etalii, 2006 ; BATIGNE-VALLET, 2008). L’abandon quasi total de la technique du modelage apparaît tout aussi révélatrice d’un certain changement dans les modes de production et de consommation, de même que la généralisation de la vaisselle de présentation en sigillée, ou encore l’introduction des récipients en verre.

image

Fig. 67. Répartition des différentes catégories de céramiques.

139S’il est particulièrement perceptible à travers le mobilier du Haut-Empire, ce phénomène de romanisation des manières de table s’amorce en fait dès le premier état d’occupation du site, avec l’usage de céramiques importées ou imitées du répertoire méditerranéen (supra). Les productions campaniennes et leurs reproductions locales en céramique grise fine enfumée témoignent en particulier d’un attrait précoce pour les coutumes romaines, dès la fin du IIe s. av. J.-C. (GENIN et alii, 1992 ; BARRAL, 1998). Parmi les nombreux pots à cuire et les jattes de tradition laténienne, la présence dans le fossé F1 d’un plat italique à vernis interne rouge pompéien (cumanae patellae), daté dans ce contexte au plus tard de l’époque augustéenne, suppose aussi la préparation de mets nouveaux comme le pain cuit au four ou les poissons mijotés (DESBAT etalii, 2006, p. 178). À ce titre, les deux autres plats de cuisson, de forme romaine mais de facture typiquement indigène (commune grise modelée), apparaissent comme des prototypes hybrides encore plus révélateurs de cette transition culturelle.

140La perduration des pots à cuire entre les états 1 et 2, en proportions équivalentes, suivant un phénomène constaté au sein même des faciès céramiques post-coloniaux lyonnais, pourrait être en revanche un indice de survivance alimentaire indigène (BATIGNE-VALLET, 2001, p. 208 ; BATIGNE-VALLET, 2008, p. 136-137). Plus généralement, une forme de maintien des usages de table entre les deux états d’occupation s’exprime peut-être à travers les distributions similaires observées entre les grandes familles de céramique, ou encore entre les formes hautes, les formes basses et les couvercles (fig. 68 et 69). Ce fait singulier pourrait aussi en partie s’expliquer par les mutations précoces du répertoire, constatées dès La Tène finale et la période augustéenne.

image

Fig. 68. Répartition des différentes familles de céramiques par phase d’occupation.

Fig. 69. Répartition globale des formes de céramiques par phase d’occupation.

9.4. Vers Cassiacus : l’occupation du Bas-Empire et du haut Moyen Âge

9.4.1. Les indices de l’occupation tardo-antique

  • 15  Chronologiquement, l’abandon des structures de l’état 2 coïncide avec la guerre civile de 197 entr (...)
  • 16  « Le propriétaire vient de labourer le dit terrain et partout l’on trouve des moellons sur la surf (...)

141Les études de mobilier placent l’abandon des structures de l’état 2 à la fin du IIe s. ou au début du IIIe s. ap. J.-C.15. Plusieurs indices suggèrent néanmoins que le site ne fut pas totalement déserté après cette date, à commencer par les trois monnaies d’Aurélien, de Maxence et de Constantin 1er provenant du « Clos Debilly » (supra, fig. 7). Par ailleurs, les archives de fouilles indiquent des éléments caractéristiques de l’Antiquité tardive, ramassés en surface, sans qu’il soit possible d’en préciser la nature16. La réoccupation ou le réaménagement des sites ruraux à partir du IIIe s. ap. J.-C. est un phénomène largement constaté à l’échelle régionale (DEKLIJN et alii, 1996, p. 283). Aux objets précédemment mentionnés, trouvés hors contexte, il serait donc tentant d’associer les trois structures de datation indéterminée dégagées en 1979 : sans pouvoir totalement l’affirmer, il est en effet probable que la canalisation CN1 est postérieure à l’édifice du Haut-Empire et que la canalisation CN2, de constitution très proche, est aussi liée à cette occupation tardive (supra). Le mur de parcelle M5, légèrement divergent par rapport aux structures des états 1 et 2, pourrait également correspondre à cette troisième phase en reprenant la fonction du fossé F3, suivant un schéma parfaitement documenté régionalement à Pont-d’Ain (DEKLIJN et alii, 1996, p. 277).

9.4.2. Les indices de l’occupation médiévale

142Les prospections menées en 2012 sur le site du « Colombier », environ 150 m au nord des vestiges repérées en 1979, ont livré six bords de récipients appartenant au répertoire médiéval (cruches à bec ponté, ollae à bord en bandeau ; supra, fig. 59, nos 6 à 11). La fourchette chronologique induite par ce mobilier est très large, du VIe au XIVe s., mais elle permet de supposer une forme de continuité avec l’établissement du Bas-Empire précédemment évoqué. En région lyonnaise, cette configuration est attestée sur les sites de Poncin, L’Albenc ou Saint-Laurent-d’Agny (FAURE-BOUCHARLAT, VICHERD, 2001 ; DEKLIJN et alii, 2001 ; POUX etalii, 2009), mais n’est pas systématique puisque de nombreux habitats du haut Moyen Âge sont en fait des créations ex nihilo (FAURE-BOUCHARLAT, 2001, p. 33).

  • 17  Chartes 14, 136, 204 et 218 (Bernard, 1853, p. 17, 99, 143, 151). Cassaniaco, Cassiacus, Chassiacu (...)

143Dans le cartulaire de l’abbaye de Savigny, Chessy apparaît avec une dizaine de graphies différentes, dans des chartes de donation datées des années 928 à 98217 : il s’agissait alors d’une villa,chef-lieu d’une vicaria de l’ager tarnantensis, lui-même situé dans le pagus lugdunensis. La charte 136, datée du 11 avril 968, nous informe que cette villa était dotée de vignes, de champs, de prés, de bois, d’un moulin ainsi que d’une église, le tout aux mains de familles aristocratiques, au sein desquelles sont distingués Aroldus et sa femme Engela : « Est itaque haec cessio dimidia ecclesiae in supradicta villa, quae est in honore ejusdem sancti Martini consecrata, cum superpositis rebus quae ad nos pertinent : hoc sunt vineis, campis, pratis, silvis, aquis aquarumque decursibus, pascuis et impascuis, cum molinare superposito... » : BERNARD, 1853, p. 99-100).

144Les sources historiques confirment donc l’existence d’une communauté paysanne à Chessy à la fin du premier millénaire, suffisamment développée pour avoir son propre lieu de culte. Il s’agit certainement du noyau de population constitutif du bourg médiéval, dont le château et l’église du XIIe s. sont les témoignages architecturaux actuellement visibles (DELORME, 1982, p. 309-311). Il ne fait aucun doute que l’occupation identifiée sur le site du « Colombier » – dont certains éléments matériels n’apparaissent pas avant le VIIIe s. (cruches à bec ponté) – tenait une place importante, sinon majeure, au sein de la villa léguée au Xe s. à l’abbaye de Savigny.

9.4.3. « Le Colombier » et « La Roche » : deux établissements pour une même villa ?

145Le site archéologique de « La Roche », découvert en 2012 lors d’une campagne de prospections pédestres (GUICHON etalii, 2012, p. 16-22), fournit des informations supplémentaires concernant l’occupation de Chessy durant le Bas-Empire et le haut Moyen Âge (supra, fig. 2 ; fig. 70) : situé à moins d’un kilomètre du « Colombier », de l’autre côté du bourg médiéval, ce gisement a livré sur près d’un hectare les vestiges d’un établissement (pierres de construction, mortier, tuiles, tubulures), dont l’occupation principale peut être datée de l’Antiquité tardive (amphores et sigillées africaines, sigillées luisantes, céramique commune tardive), avec une perduration durant l’époque médiévale (ollae à bord en bandeau).

image

Fig. 70. Châtillon « La Roche » : mobilier tardo-antique et médiéval. 1-5. Céramique à revêtement argileux ; 6. sigillée africaine C ; 7-10. céramique commune grise. (DAO : R. Guichon).

146En tenant compte des observations effectuées aux paragraphes précédents, il apparaît vraisemblable que les deux établissements aient été contemporains ; ceci pose aussi la question de leurs liens réciproques. D’après le cartulaire de Savigny décrivant Cassiacus comme une seule villa, on peut imaginer que les deux sites étaient constitutifs d’un même domaine et qu’ils entretenaient entre eux des rapports d’interdépendance. Cette hypothèse de travail demanderait à être approfondie par le réexamen des chartes relatives à Chessy et par la poursuite des recherches archéologiques sur les deux sites (prospections et sondages) ; elle s’approche en tout cas des réflexions formulées à propos du Velin du haut Moyen Âge : « les villae [d’époque carolingienne] témoigneraient donc de la survivance de domaines privés au centre d’une exploitation (ceux du Bas-Empire ?), sans doute encore en partie aux mains de l’aristocratie indigène gallo-romaine... » (BOUVIER, 2001, p. 42).

Conclusion

147La période comprise depuis la seconde moitié du IIe s. av. J.-C. jusqu’au début du IIIe s. ap. J.-C. est la mieux caractérisée sur le site archéologique du« Colombier » : les sondages de 1979 ont révélé des structures parallèles, au sein desquelles le mobilier n’indique pas véritablement de hiatus. Quelques éléments isolés suggèrent une perduration de l’établissement durant le Bas-Empire et le haut Moyen Âge. La découverte en prospection, sur la même parcelle AE4, de mobilier protohistorique, gallo-romain et médiéval, à quelques mètres de la plus vieille bâtisse du secteur (propriété Lacombe), paraît révélatrice de ce phénomène de continuité.

148L’orientation de cette ferme traditionnelle, seule construction représentée sur le cadastre « napoléonien » de 1827, est par ailleurs remarquable (fig. 71) : sa façade nord et la route qu’elle borde montrent en effet un parallélisme évident avec les structures antiques dégagées une centaine de mètres plus au sud. De telles continuités de limites, généralement tributaires de la topographie des sites, sont attestées régionalement, à Meyzieu « La Chapelle »notamment (FAURE-BOUCHARLAT etalii, 2001, p. 284). Dans le cas présent, il faut admettre que la portion de route concernée forme un coude tout à fait singulier dans la voie d’accès au bourg médiéval : on serait tenté d’y voir une empreinte structurelle des établissements antérieurs, en place depuis la fin de l’Âge du Fer.

image

Fig. 71. Chessy-les-Mines « Le Colombier » : orientation des vestiges antiques et du parcellaire moderne sur le cadastre de 1827 (DAO : R. Guichon).

149À Saint-Laurent-d’Agny, une solution de continuité est envisagée entre la villa romaine et la ferme de« Goiffy » – identifiée à la villa Goffiacus des cartulaires médiévaux – par l’intermédiaire de l’établissement tardo-antique partiellement repéré sur le site (POUX etalii, 2009, p. 436-439 ; POUX etalii, 2010, p. 191-195). Au « Parc de la Grange » à Genève, où un domaine bourgeois du XVIIIe s. se superpose à l’établissement aristocratique allobroge installé dès le IIe s. av. J.-C., l’hypothèse d’une filiation directe est également postulée (HALDIMANN etalii, 2001, p. 14). Une configuration de ce type est tout à fait plausible à Chessy. Cela rejoint en tout cas une problématique essentielle, celle de l’origine des agglomérations de l’Ouest lyonnais, définie à l’échelle régionale comme « l’un des enjeux de la recherche sur le haut Moyen Âge » (FAURE-BOUCHARLAT, REYNAUD, 2006, p. 113).

Annexe : le Bacchus du British Museum (fig. 72)

  • 18  Nous tenons à le remercier pour ces informations inédites.

150En 1851, le médecin-archéologue lyonnais Ambroise Comarmond vendit au British Museum un bronze trouvé à Chessy (?) et représentant Dionysos-Bacchus jeune. Cette statuette était accompagnée de centaines d’objets antiques collectés non seulement dans la région lyonnaise, mais plus largement « de la Bourgogne au Languedoc, avec d’importantes séries provenant de la vallée du Rhône » – le tout fut cédé pour 1600₤ (FEUGÈRE, 2005, p. 86). La notice originale concernant cette pièce peut être restituée grâce à M. Feugère, qui eut en 1981 l’occasion de transcrire le catalogue de vente manuscrit de Comarmond, lors d’un séjour d’étude au British Museum18 :

151« N° l. Statuette de Bacchus jeune, de style grec, d’un travail fin, dans une pose gracieuse. Debout, il tient de la main droite un vase à deux anses, et de la gauche il tenait un riton [sic] qui a été perdu. La robe antique est lisse, et d’un vert clair - belle conservation. Il a été découvert en 1833 à Chessy en déracinant un vieux chêne (dpt. du Rhône). J’ai payé ce bronze 2400 frs et j’en ai refusé plusieurs fois 6000 frs. La niche où il reposait était en mosaïque de marbre polychrome. Comme elle ne pouvait être restaurée, j’en ai fait refaire une sur le même modèle, en marbre blanc. »

image

Fig. 72. Statuette de Bacchus trouvée en 1833 à Chessy (?). Hauteur : 21,3 cm (cliché British Museum).

  • 19  REINACH, 1897, p. 113, n° 2 : sous forme de gravure ; MURRAY, 1898, p. 89-90 : photographie et par (...)
  • 20  « No classical artist could have ever made that mistake » (MURRAY, 1898, p. 89).

152Référencé depuis par le Greek and Roman Department sous le n° d’inventaire 1851-0813.1, le bronze fut publié en 1897 par S. Reinach dans son Répertoire de la statuaire grecque et romaine et les années suivantes successivement par Murray puis Walters19. Il s’agit d’une statuette en bronze de 21,3 cm de haut pour presque 1,2 kg, représentant Dionysos jeune et nu, en contrapposto sur la jambe droite, la gauche légèrement en retrait, talon relevé. Les cheveux ondulent de part et d’autre du visage glabre et sont noués à l’arrière par un chignon. Le regard part à droite, les pupilles sont incisées. La main gauche, relevée, tenait selon Comarmond un rhyton, tandis que l’autre saisit par une anse une petite amphore, récemment restaurée, qui remplace ici le traditionnel canthare20.

153D’après la thèse consacrée par I. Manfrini-Aragno à cette catégorie d’objets, l’exemplaire de Chessy s’apparente au type AIIc, uniquement attesté dans le monde romain par quatre exemplaires, dont deux proviennent de Rome (MANFRINI-ARAGNO, 1987, p. 73-75). Vu sa taille, bien inférieure à celles des exemplaires du Tibre et de la Via del Babuino, la statuette de Chessy peut être considérée comme une réplique miniature des ces statues, elles-mêmes inspirées de modèles grecs. La datation et l’origine de ce type sont sujettes à caution : les notices éditées par le British Museum indiquent pour le Bacchus de Chessy une date haute – vers 200 av. J.-C. – et une provenance des ateliers de Tarente, sur des critères semble-t-il purement stylistiques (JENKINS, TURNER, 2014, p. 40-41). P. Zanker propose pour l’exemplaire du Tibre une datation du Ier s. av. J.-C., ce qui constitue un repère chronologique relativement fiable (MANFRINI-ARAGNO, 1987, p. 75). Ces observations orientent a priori la datation du Bacchus de Chessy vers la période tardo-républicaine ou augustéenne et suggèrent une provenance de la péninsule italique, mais cela demanderait un examen plus approfondi.

154Il convient néanmoins de s’interroger sur la localisation de cette découverte. Il est notoire que parmi les importations grecques ou italiques répertoriées en Gaule au XIXe s., un certain nombre résulte de manipulations ; l’invention d’une provenance pour un objet sans contexte étant la fraude la plus courante (MILCENT, 2006). Dans le cas du Bacchus de Chessy, l’époque de découverte (XIXe s.), le contexte d’acquisition (vente) et l’état de conservation de l’objet (très bon) ne plaident pas, a priori, en la faveur d’une authentification du lieu de provenance. Le peu d’information concernant son contexte de découverte (« en déracinant un vieux chêne »), de même que les tractations financières entourant son achat invitent également à la prudence. S’il n’y a pas réellement lieu de suspecter A. Comarmond, celui-ci a très bien pu être abusé par un habitant peu scrupuleux, qui aurait acquis à moindre prix cet objet sur le marché de l’art. L’exemple du bas-relief de Bacchus (ESP.1803), une autre figuration dionysiaque traditionnellement attribuée à Chessy, mais qui provient certainement d’Anse (BÉAL etalii, 2013, p. 280-281), montre par ailleurs que le trafic d’antiquités était une pratique courante au XIXe s. dans le Beaujolais.

  • 21  « Si la vigilance doit toujours être de rigueur avec les objets recueillis hors contexte archéolog (...)

155Faut-il pour autant exclure cette pièce du corpus archéologique de Chessy ? L’existence de l’établissement antique du « Colombier », dont la statuette est théoriquement contemporaine, est à notre sens – et selon les recommandations méthodologiques de P.-Y. Milcent21 – un argument décisif pour accepter la provenance locale de l’objet, d’autant plus qu’aucune source n’indique que le site était connu à cette époque (en 1833), ce qui, dans le cas contraire aurait pu rajouter du crédit à une telle falsification. Au bénéfice du doute, on peut donc considérer, avec toute la prudence de rigueur, que la statuette du British Museum provient effectivement de Chessy.

156Dans ce cas, il serait concevable que la pièce provienne de l’établissement du « Colombier ». La datation imprécise de l’objet ne permet pas de dire à quel état d’occupation il pourrait être rattaché ; mais s’il s’agissait réellement d’une importation précoce, il devrait être considéré comme un bien de prestige exceptionnel. Quoi qu’il en soit, l’étude d’I. Manfrini-Aragno démontre que les statuettes de Bacchus – à la différence notamment des représentations de Mercure – avaient une « diffusion socialement limitée », spécialement en Occident où elles étaient probablement destinées à une clientèle culturellement différenciée, pour ne pas dire plus « romanisée » que le reste de la population (MANFRINI-ARAGNO, 1987, p. 167, 182). Ces réflexions d’ordre général ne s’opposent pas à celles formulées dans cet article à propos de l’établissement du « Colombier », dont le statut relativement élevé et la romanisation précoce ne sauraient être démentis.

Bibliographie

Sources historiques :

CÉSAR, Guerre des Gaules, trad. L.-A. Constans, Belles Lettres.

DIONCASSIUS, Histoire romaine, trad. H. B. Foster, Loeb.

HÉRODIEN, Histoire des empereurs romains, trad. C. R. Whittaker, Loeb.

PLINE l’Ancien, Histoire naturelle, trad. J. Beaujeu, Belles Lettres.

Abréviations :

AR = RÜTTI B., 1991, Die römischen Gläser aus Augst und Kaiseraugst, t. 1-2, Augst, Römermuseum (Forschungen in Augst, 13).

AV V = BONNET-Borel F., 1997, Le verre d’époque romaine à Avenches-Aventicum : typologie générale, Avenches, Musée Romain (Documents du Musée romain d’Avenches, 3).

BMC/RE. = British Museum, Coins of the Roman Empire, 6 vol., Londres, 1923-1962.

BN. = GIARD J.-B., Catalogue des monnaies romaines de la Bibliothèque Nationale, 3 vol., Paris, 1988-1998.

C. = COHEN H., Description historique des monnaies frappées sous l’Empire Romain, Paris, 1880-1892.

RIC = Roman Imperial Coinage, 10 vol., Londres, 1923-1994.

Bibliographie générale :

Anonyme, 2006, Saint-Germain-sur-l’Arbresle, Histoires, Ville de Saint-Germain-sur-l’Arbresle, 110 p.

ARCELINP., TUFFREAU-LIBREM., 1998, La quantification des céramiques. Conditions et protocole, Glux-en-Glenne, 157 p. (Bibracte, 2).

BARGE H., FEUILLET M.-P., CANAL A., MEYSSONNIER M., 1999, La concession de cuivre de La Ronze (Chessy-les-Mines - Rhône) : diagnostic archéologique avant mise en sécurité, DRAC-SRA, Lyon.

BARRAL Ph., 1998, « Place des influences méditerranéennes dans l’évolution de la céramique indigène en pays éduen aux IIe-Ier s. av. n. è. », in : TUFFREAU-LIBRE M., JACQUES A., Lacéramique précoce en Gaule Belgique et dans les régions voisines : de la poterie gauloise à lacéramique gallo-romaine, Actes de la table ronde d’Arras, 14-17 oct. 1996, Berck-sur-Mer, p. 367-384 (Nord-Ouest archéologie, 9).

BATIGNE-VALLET C., 2001, « Les répercussions de la fondation d’une colonie sur la fabrication de céramique à feu : l’exemple de Lyon-Lugdunum », in : TUFFREAU-LIBRE M., JACQUES A., La céramique en Gaule et en Bretagne romaines :commerce, contacts et romanisation, Actes de la table ronde d’Arras, 23 au 25 oct. 1998, Berck-sur-Mer, p. 201-214 (Nord-Ouest Archéologie, 12).

BATIGNE-VALLET C., 2008, « Approche de l’alimentation cuite en Gaule romaine à travers l’étude des céramiques à feu », in : Boire, manger, cuisiner : exemples de la Préhistoire à l’Antiquité, Toulouse, Archives d’Écologie préhistoriques, p. 113-143 (Archéo-plantes, 3).

BATIGNE-VALLET C., 2010, « Les céramiques communes de la région Rhône-Alpes et du sud de la Bourgogne du Ier s. au Ve s. : répartition des faciès de consommation ou ‘Groupes Morphologiques Locaux’ », in : RIVET L. dir., Actes du congrès de la SFECAG, Chelles, 13-16 mai 2010, Marseille, SFECAG, p. 117-129.

BATIGNE-VALLET C., LEMAITRE S., 2008, « Le mobilier céramique d’un site antique du Vieux Lyon fréquenté entre le deuxième quart du Ier s. av. J.-C. et le début du Ve s. ap. J.-C. : le Musée Gadagne », Revue archéologique de Narbonnaise, t. 41, p. 211-260.

BATIGNE-VALLET C., MAZA G., MAYOUD S., 2009, « Saint-Georges-de-Reneins / Ludna – Patural (Rhône) : découvertes du second Âge du Fer en territoire ségusiave », in : LAMBERT M.-J. et alii dir., De l’Âge du Bronze à l’Âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.) : la moyenne vallée du Rhône aux Âges du Fer, Actes du XXXe colloque international de l’AFEAF, co-organisé avec l’APRAB, Saint-Romain-en-Gal, 26-28 mai 2006, Dijon, S.A.E., p. 173-182 (27ème suppl. à la R.A.E.).

BAUDRY A., 2007, « La faune de l’établissement rural antique de Sées ‘Le Grand-Herbage’ (Orne) », Revue archéologique de l’Ouest, t. 24, p. 191-201.

BAYARD D., COLLART J.-L. dir., 1996, De la ferme indigène à la villa gallo-romaine, Actes du colloque d’Amiens, Paris, CNRS éd., 336 p. (Revue archéologiquede Picardie,suppl. 11).

BÉAL J.-C., FAURE-BRAC, 2006, « Les agglomérations antiques du département du Rhône », in : FAURE-BRAC O., 2006, p. 95-98 (Carte archéologique de la Gaule, 69-1).

BÉAL J.-C., 2007, « Les territoires des cités antiques : notes de géographie historique en région lyonnaise », Revue des Études anciennes, t. 109, fasc. 1, p. 5-26.

BÉAL J.-C, COQUIDÉ C., TENU R., 2013, Ludna et Asa Paulini, deux étapes antiques du val de Saône sur la route de Lyon, Lyon, ALPARA, 440 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, 39).

BERNARD A., 1853,Cartulaire de l’abbaye de Savigny et petit cartulaire de l’abbaye d’Ainay, Paris, Impr. Impériale, 2 vol.

BERNARD A. J., 1858,Description du pays des Ségusiaves pour servir d’introduction à l’histoire du Lyonnais (Rhône et Loire), Paris, Dumoulin/Lyon, Auguste Brun, 171 p.

BET P., DELOR A., 2000, « La typologie de la sigillée lisse de Lezoux et de la Gaule centrale du Haut-Empire : révision décennale », in : RIVET L. dir., Actes du congrès de la SFECAG, Libourne, 1er-4 juin 2000, Marseille, SFECAG, p. 461-484.

BET P., GRAS D., 1999, « Parois fines engobées et céramique métallescente de Lezoux », in : Brulet R., SYMONDS R. P., VILVORDER F. dir., Céramiques engobées et métallescentes gallo-romaines, Actes du colloque de Louvain-la-Neuve, 18 mars 1995, Oxford, p. 13-28 (Rei Cretariae Romanae Fautorum acta, suppl. 8).

BLIN L., 1957, « Notes sur deux chemins anciens de Lyon au Charolais », Annales de Bourgogne, t. 29, fasc. 1, p. 7-28.

BONNET C., BATIGNE-VALLET C., DELAGE R., DESBAT A., LEMAÎTRE S., MARQUIÉ S., SILVINO T., 2003, « Mobilier céramique du IIIe siècle à Lyon : le cas de trois sites de la ville basse : place des Célestins, rue de la République / rue Bellecordière et place Tolozan », in : RIVET L. SAULNIER S. dir., Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, Marseille, SFECAG, p. 145-181.

BOUVIER A., 2001, « Le peuplement du Velin : archéologie et autres sources », in : FAURE-BOUCHARLAT É. dir., 2001, p. 37-76 (Document d’Archéologie en Rhône-Alpes, 21).

BRUN J.-P., COLUMEAU P., ROGERS G. B., THINON M., 1989, « La villa gallo-romaine de Saint-Michel à La Garde (Var) : Un domaine oléicole au Haut-Empire », Gallia, t. 46, p. 103-162.

BRUNAUX J.-L., MÉNIEL P., 1997, La résidence de Montmartin(Oise, IIIe-IIe s. av. J.-C.), Paris, éd. de la M.S.H., 270 p.(Documents d’Archéologie française, 64).

CARD C., 2008, « Nouvelles données sur les productions des ateliers de potiers gallo-romains de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône) : la vaisselle en céramique non sigillée », R.A.E., t. 57-2008, p. 205-226.

CELLIP., GARRAUD C., LITAUDON J.-C., CERVANTES S., 2000, « Lugdunum en territoire ségusiave : les limites occidentales de la colonie retrouvées ? », Revuearchéologique du Centre de la France, t. 39, p. 235-243.

CHANTRE E., 1876, « Carte archéologique du bassin du Rhône », Ass. Française pour l’Avancement des Sciences, 2e session, Lyon, p. 675-679.

CIPRIANO T., CARRE M.-B., 1989, « Production et typologie des amphores sur la côte adriatique de l’Italie », in : Amphores romaines et histoire économique : dix ans de recherche,Actes du colloque de Sienne, 22-24 mai 1986, Rome, p. 67-104 (Coll. de l’École française de Rome, 114).

CLÉMENT B., 2009, « Nouvelles données sur les tuiles de couverture en Gaule du Centre-Est, de la fin de la République au IIIe s. : typologie et chronologie », in : RIVET L. dir., Actes du congrès de la SFECAG, Colmar, 21-24 mai 2009, Marseille, SFECAG, p. 611-636.

CLÉMENT B., 2011, « Antéfixes à tête humaine tardo-républicaines en Gaule du Centre-Est », Gallia, t. 68-2, p. 83-108.

CLÉMENT B., 2013, Les couvertures de tuiles en terre cuite en Gaule du Centre-Est (IIe s. av.-IIIe s. ap. J.-C.), Montagnac, éd. M. Mergoil, 350 p. (Monographie Instrumentum, 46).

COLLAS R., 2007, La basse vallée de la Saône et ses marges aux Âges du Fer, Mémoire de master, sous la dir. de J.-P. Guillaumet, Univ. de Bourgogne, Dijon.

COLOMBIER A., 2007, Le verre gallo-romain entre Anse et Mâcon, Mémoire de master 1, Université Lumière-Lyon 2.

COLOMBIER-GOUGOUZIAN A., 2012, « Le verre d’un dépotoir antique de la villa du ‘Colombier’ à Chessy-les-Mines (Rhône) », Bull. de l’Ass. française pour l’Archéologie du Verre, p. 28-31.

COLOMBIER-GOUGOUZIAN A., 2014, Le verre gallo-romain en Gaule du Centre-Est du IIe s. av. n. è. au IVe s. de n. è. : production, circulation, usages en contexte urbain et rural, 2 vol., Thèse de doctorat, Univ. Lumière-Lyon 2.

COLUMEAU Ph., 1991,Le monde rural, Aix-en-Provence, Univ. de Provence, 186 p. (Travaux du Centre Camille Jullian, 9).

COLUMEAU Ph., 2001, « Nouveau regard sur la chasse et l’élevage dans le sud et le sud-est de la Gaule, aux IVe et Ve s. ap. J.-C. et l’exemple de Constantine (B.-du-Rh.) », Revue archéologique de Narbonnaise, t. 34, p. 123-137.

COLUMEAU Ph.,2002, Alimentation carnée en Gaule du Sud (VIIe s. av.-XIVe s.), Aix-en-Provence, 270 p. (Travaux du Centre Camille Jullian, 29).

DEKLIJN H., MOTTE S., VICHERD G., 1996, « Éléments de romanisation des campagnes en Nord Rhône-Alpes », in :BAYARD D., COLLART J.-L. dir.,1996, p. 271-286 (Revue archéologiquede Picardie, suppl. 11).

DELORME M., 1982, « Chessy », in : PELLETIER A. dir., Grande encyclopédie de Lyon et des communes du Rhône, Roanne, éd. Horvath, p. 308-315.

DESBAT A., 1981, « La construction en terre à l’époque romaine », in : WALKER S. dir., Récentes recherches en archéologie gallo-romaine et paléochrétienne sur Lyon et sa région, Oxford, p. 105-117 (B.A.R., Intern. series, 108).

DESBAT A., 1988, « La sigillée claire B : état de la question », in : Actes du congrès de la SFECAG, Orange, Marseille, p. 91-99.

DESBAT A., 1998, « L’arrêt des importations de Dressel 1 en Gaule », in : Actes du congrès de la SFECAG, Istres, Marseille, p. 31-36.

DESBAT A., GENIN M., 1996, « Les ateliers précoces et leurs productions », Gallia, 53, p. 219-241.

DESBAT A., PICON M., 1996, « Les céramiques métallescentes de Lyon : typologie, chronologie et provenance », in : Actes du congrès de la SFECAG, Dijon, 16-19 mai 1996, Marseille, p. 475-490.

DESBAT A., GENIN M., LAROCHE C., THIRION P., 1989, « La chronologie des premières trames urbaines à Lyon », in : GOUDINEAU C. dir., Aux origines de Lyon, Lyon, p. 95-118 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 2).

DESBAT A., FOREST V., BATIGNE-VALLET C., 2006, « La cuisine et l’art de la table en Gaule après la conquête romaine », in : PAUNIER D. dir., Celtes et Gaulois : l’archéologie face à l’histoire, 5 : La romanisation et la question de l’héritage celtique, Actes de la table ronde de Lausanne, 17-18 juin 2005, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen, p. 167-192 (Bibracte, 12/5).

DINAPOLI F., LUSSON D.,2011, « Deux occupations rurales de La Tène ancienne à Sainte-Maure-de-Touraine, Les Chauffeaux (Indre-et-Loire) », Revue archéologique du Centre de la France, t. 50, p. 109-174.

DUMOULIN F., 1997, « La production de céramique gallo-romaine à Roanne », Revue archéologique du Centre de la France, t. 36, p. 79-97.

FAURE-BOUCHARLAT É. dir., 2001, Vivre à la campagne au Moyen âge : l’habitat rural du Ve au XIIe s. (Bresse, Lyonnais, Dauphiné) d’après les données archéologiques, Lyon, ALPARA, 431 p. (Document d’Archéologie en Rhône-Alpes, 21).

FAURE-BOUCHARLAT É., RAYNAUD J.-F., 2006, « Le haut Moyen Âge : cadre historique et données archéologiques », in : FAURE-BRAC O., 2006, p. 111-120 (Carte archéologique de la Gaule, 69-1).

FAURE-BOUCHARLAT É., VICHERD G., 2001, « Poncin, La Châtelarde (Ain) », in : FAURE-BOUCHARLAT É. dir., 2001, p. 141-176 (Document d’Archéologie en Rhône-Alpes, 21).

FAURE-BRAC O., 2006, Le Rhône [hors Lyon], Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 616 p. (Carte archéologique de la Gaule, 69-1).

FERDIÈRE A., GANDINI C., NOUVEL P., COLLART J.-L., 2010, « Les grandes villae ‘à pavillons multiples alignés’ dans les provinces des Gaules et des Germanies : répartition, origine et fonctions », R.A.E., t. 59, fasc. 2, p. 357-446.

FEUGÈRE M., 2005, « Le casque républicain de Sainte-Foy-lès-Lyon et la question des casques romains surmontés d’un anneau », in : CRUMMY N. ed., Image, craft and the classical world : essays in honour of Donald Bailey and Catherine Johns, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 61-67 (Monographies Instrumentum, 29).

FICHTL S., 2009, « La villa gallo-romaine, un modèle gaulois ? Réflexions sur un plan canonique », in : GRUNWALD S., KOCH J. K., MÖLDERS D., SOMMER U., WOLFRAM S. dir., Artefact : Festschrift für Sabine Rieckhoff zum 65. Geburtstag, Bonn, R. Habelt, p. 439-448 (Universitätsforschungen zur prähistorischen Archäologie, 172).

FUSTIER P., 1955, « Repérage et coupes de la voie romaine de Lyon à Roanne », R.A.E., t. 6, fasc. 1, p. 70-76.

GENDRON S., 2006, La toponymie des voies romaines et médiévales : les mots des routes anciennes, Paris, éd. Errance, 196 p.

GENIN M., 1993, « Céramiques augustéennes du Verbe-Incarné à Lyon : étude du mobilier de trois ensembles clos », R.A.E., t. 44, fasc. 1, p. 63-104.

GENIN M., 1994, « Céramiques augustéennes précoces de Lyon : étude du dépôt de la Montée de Loyasse (L3) », R.A.E., t. 45, fasc. 2, p. 321-359.

GENIN M., 1997, « Les horizons augustéens et tibériens de Lyon, Vienne et Roanne : essai de synthèse », in : RIVET L. dir., Actes du congrès de la SFECAG, Le Mans, 8-11 mai 1997, Marseille, p. 13-36.

GENIN M. dir., 2007, La Graufesenque (Millau, Aveyron). Vol. 2 : Sigillées lisses et autres productions, Bordeaux, éd. de la Fédération Aquitania, 589 p. (Études d’Archéologie urbaine).

GENIN M., LAVENDHOMME M.-O., 1997, Rodumna (Roanne, Loire), le village gallo-romain, Paris, éd. de la M.S.H., 289 p. (Documents d’Archéologie française, 66).

GENIN M., GUICHARD V., LAVENDHOMME M.-O., 1992, « Les influences méditerranéennes dans le répertoire des céramiques grises de Roanne(Loire) au Ier s. av. J.-C. et au Ier s. ap. J.-C. », in :Actes du congrès de la SFECAG, Tournai, 28-31 mai 1992, Marseille, p. 181-187.

GIROUD J., 1952, « Notice historique sur Chessy », Almanach du Beaujolais, p. 49-52.

GOUDINEAU C., 1970, « Notes sur la céramique à engobe interne rouge-pompéien », Mélanges de l’École française de Rome, t. 82, p. 159-186.

GRAND K., 1995, « Le répertoire décoratif de la céramique peinte gallo-romaine de Roanne », Revue archéologique du Centre de la France, t. 34, p. 177-194.

GRATALOUP C., 1988, Les céramiques à parois fines, rue des Farges à Lyon, Oxford, British Archaeological Report, 201 p. (BAR, Intern. series, 457).

GUICHARD V., 1997, « Les amphores », in : LAVENDHOMME M.-O., GUICHARD V.,1997, p. 133-143(Documents d’Archéologie française, 62).

GUICHON R., 2011, « Chessy-les-Mines ‘Le Colombier’, Rhône : nouvelles données sur l’occupation de La Tène finale », Bull. de l’AFEAF, n° 29, p. 35-38.

GUICHON R., 2013, L’établissement antique de Chessy-les-Mines (Rhône) : entre cité des Ségusiaves et colonie de Lugdunum, Mémoire de master en Archéologie provinciale romaine sous la dir. de T. Luginbühl, Univ. de Lausanne, 234 p.

Guichon R., CLÉMENT B., à paraître, « Chessy-les-Mines (Rhône) : éléments de toiture italiques en Territoire ségusiave (IIe-Ier s. av. J.-C.) », in : Les modèles italiques dans l’architecture des IIe-Ier s. av. J.-C. en Gaule et dans les régions voisines, Actes du colloque de Toulouse, 2-4 oct. 2013.

GUICHON R., BASSIN L., DUBREU N., Mauvilly M., 2012, Le peuplement ancien de la moyenne vallée d’Azergues (Protohistoire récente - haut Moyen Âge) : campagne de prospections 2012 : Chessy-les-Mines, Châtillon-d’Azergues (69), Rapport final d’opération, Lyon, DRAC Rhône-Alpes, 64 p.

HALDIMANN M.-A., ANDRÉ P., BROILLET-RAMJOUÉ E., POUX M., 2002, « Entre résidence indigène et domus gallo-romaine :le domaine antique du Parc de la Grange (GE) », Archéologie suisse, t. 24, p. 2-15.

HORRY A., 2000, « Lyon Presqu’île : contribution à l’étude des céramiques du haut Moyen Âge »Archéologie du Midi médiéval, t. 18, p. 1-26.

ISINGS C., 1957, Roman glass from dated finds, Groningen – Djakarta, J. B. Wolters (Archaeologica traiectina, 2).

JENKINS I, TURNER V., 2014, La beauté du corps dans l’Antiquité grecque, Catalogue d’exposition, Martigny, Fond. P. Gianadda / Londres, British Museum, 388 p.

JOLY M., 1999, « Les ateliers de Bourgogne et de Franche-Comté », in : BRULET R., SYMONDS R. P., VILVORDER F. dir., Céramiques engobées et métallescentes gallo-romaines, Actes du colloque de Louvain-la-Neuve, 18 mars 1995, Oxford, R.C.R.F, p. 39-68 (Rei Cretariae Romanae Fautorum acta, Suplementum, 8).

LASFARGUES J., 1982, « Informations archéologiques », Gallia, t. 40, fasc. 2, p. 411.

LASFARGUES J., 1984, « Chessy-les-Mines (Rhône) : un établissement gaulois et une villa romaine », in : LASFARGUES J. dir., Archéologie en Rhône-Alpes : Protohistoire et monde gallo-romain : 10 ans de recherches, Catalogue d’exposition au Musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon, 1983-1984, p. 37-38.

LAVENDHOMME M.-O., 1997, La Loire, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 305 p. (Carte archéologique de la Gaule, 42).

LAVENDHOMME M.-O., GUICHARD V., 1997,Rodumna (Roanne, Loire), le village gaulois, Paris, éd. de la MS.H., 369 p.(Documents d’Archéologie française, 62).

LEBLANC O., 2007, Les faciès des céramiques communes de la Maison des Dieux Océan à Saint-Romain-en-Gal (Rhône) du Ier s. av. au IIIe s. ap. J.-C., Marseille, SFECAG, 208 p. (3ème suppl. SFECAG).

LEMAÎTRE S., DESBAT A., MAZA G., 1998, « Les amphores du site du ‘Sanctuaire de Cybèle’ à Lyon : étude préliminaire », in : Actes du congrès de la SFECAG, Istres, 231-24 mai 1998, Marseille, p. 49-60.

LEPETZ S., 1996, « L’animal dans l’économie gallo-romaine », Revue archéologique de Picardie, n° spécial 12, p. 81-147.

LEROUX P., 2004, « La romanisation en question », Annales. Histoire, Sciences sociales, 2004/2, 59e année, p. 287-311.

MALRAIN F., MATTERNE V., MÉNIEL P., 2002,Les paysans gaulois (IIIe siècle – 52 av. J.-C.), Paris, éd. Errance, 236 p. (Coll. des Hespérides).

MANFRINI-ARAGNO I., 1987,Bacchus dans les bronzes hellénistiques et romains : les artisans et leur répertoire, Lausanne, Bibl. historique vaudoise, 229 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 34).

MARABINI M. T., 1973, The Roman thin walled pottery from Cosa (1948-1954), Rome, American Acad. in Rome, 324 p. (Memoir of the American Acad. in Rome, 32).

MARTIN-KILCHER S., 1987, Die römischen Amphoren aus Augst und Kaiseraugst : ein Beitrag zur römischen Handelsund Kulturgeschichte. 1 : Die südspanischen Olamphoren, Augst, 311 p. (Forschungen in Augst, 7/1).

MAYET F., 1975,Les céramiques à parois fines dans la péninsule ibérique, Paris, Publ. du Centre Pierre Paris, 191 p.

MAZA G., 1998, « Recherche méthodologique sur les amphores gréco-italiques et Dressel 1 découvertes à Lyon, IIe-Ier s. avant J.-C. », in : Actes du congrès de la SFECAG, Istres, 231-24 mai 1998, Marseille, p. 11-29.

MAZA G., 2001, « Les importations de céramique fine méditerranéenne à Lyon (IIe-Ier s. av. J.-C.) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Lille-Bavay, 24-27 mai 2001, Marseille, p. 413-444.

MILCENTP.-Y., 2006, « Examen critique des importations méditerranéennes en Gaule centrale et occidentale : les attributions douteuses, erronées ou falsifiées », in : FRÈRE D. dir., MORIN A. coll., De la Méditerranée vers l’Atlantique : aspects des relations entre la Méditerranée et la Gaule centrale et orientale (VIIIe - IIe siècle av. J.-C.), Rennes, Presses univ. de Rennes, p. 117-133.

MOREL J.-P., 1997, « Céramique à vernis noir », in : LAVENDHOMME M.-O., GUICHARD V.,1997, p. 119-129(Documents d’Archéologie française, 62).

MOTTE S. dir., BONNET Chr., CABANIS M., CÉCILLON Chr., LALAÏ D., REBISCOUL A., ROUSSEL P., SAINTOT S., 2011, A89 Secteur 2, Fleurieux-sur-l’Arbresle, ‘Grand’Plantes’, Rapport final d’opération, Inrap Rhône-Alpes-Auvergne, 305 p.

MURRAY A. S., 1898, Greek Bronzes, London, Seeley and Co., 8 vol.

NOUVEL P., 2007, « Luxe matériel et aménagements monumentaux dans les établissements ruraux de Bourgogne du Nord », in : BARATTE F., JOLY M., BÉAL J.-C. dir., Autour du trésor de Mâcon : luxe et quotidien en Gaule romaine, Mâcon, Inst. de recherche du val de Saône-Mâconnais, p. 123-146.

OLMER F., 2002, « Les aristocrates éduens et le commerce », in :GUICHARD V., PERRIN F. dir., L’aristocratie celte de la fin de l’Âge du Fer (du IIesiècle avant J.-C. au Ier siècle après J.-C.), Actes du colloque de Glux-en-Glenne, 10-11 juin 1999, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, p. 289-298 (Bibracte, 5).

OLMER F., 2012, « Les amphores sont-elles utiles à la chronologie de la fin de l’Âge du Fer ? », in : BARRAL Ph., FICHTL S. dir., Regards sur la chronologie de la fin de l’Âge du Fer (IIIe-Ier siècles avant notre ère) en Gaule non méditerranéenne, Actes de la table ronde de Bibracte, 15-17 oct. 2007, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, p. 317-341 (Bibracte, 22).

PAUNIER D., DESBAT A., MEYLAN F., 2002, « Les premiers habitats romanisés en Gaule du Centre-Est : un témoignage de l’aristocratie indigène », in :GUICHARD V., PERRIN F. dir., L’aristocratie celte de la fin de l’Âge du Fer (du IIesiècle avant J.-C. au Ier siècle après J.-C.), Actes du colloque de Glux-en-Glenne, 10-11 juin 1999, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, p. 271-287 (Bibracte, 5).

PÉLATAN J.-P., 1981, « Découvertes préhistoriques à Chessy-les-Mines, Rhône (sauvetage archéologique et préhistorique en 1979 avant le passage de la déviation du C. D. 485) », Bull. de la Soc. linnéenne de Lyon, p. 312-331.

PELLETIER A., 1999, Lugdunum, Lyon, Lyon, Éd. lyonnaises d’art et d’histoire/Presses univ. de Lyon, 151 p. (Coll. Galliae civitates).

PÉRICHON R., 1974, La céramique peinte celtique et gallo-romaine en Forez et dans le Massif central, Roanne, éd. Horvath, Centre d’études foréziennes, 146 p. (Thèses et Mémoires, 6).

PÉROUSE M.-L., 1991, Chessy-les-Mines, de la Préhistoire à nos jours, Belmont-Tramonet (73), imp. Solaro (6e éd.), 52 p.

POUX M., 1998, « Les amphores et la chronologie des sites bâlois (Bâle-Gasfabrik, Bâle-Münsterhügel) : nouvelles données », in :TUFFREAU-LIBRE M., JACQUES A. dir., Lacéramique précoce en Gaule Belgique et dans les régions voisines : de la poterie gauloise à lacéramique gallo-romaine, Actes de la table ronde tenue à Arras, 1996, Arras, p. 385-416(Nord-Ouest archéologie, 9).

POUX M., 2004,L’âge du vin : rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante, Montagnac, éd. M. Mergoil, 637 p. (Protohistoire européenne, 8).

POUX M. dir., CLÉMENT B., COLLET A., GUILLAUD L., PRIOUX F, TRIPIER A., 2009, Villa de Goiffieux, commune de Saint-Laurent-d’Agny (Rhone), Rapport de fouille 2009, Lyon, DRAC Rhône-Alpes, 477 p.

POUX M. dir., CLÉMENT B., GILLES A., PRIOUX F., TRIPIER A., CARRATO Ch., 2010, Villa de Goiffieux, commune de Saint-Laurent-d’Agny (Rhone), Rapport de fouille intermédiaire (2010), Lyon, DRAC Rhône-Alpes, 400 p.

POUX M. dir., CLÉMENT B., CouRtot A., DAL COL S., LEPERLIER M., PRIOUX F., TRIPIER A., 2011, Villa de Goiffieux, commune de Saint-Laurent-d’Agny (Rhone), Rapport de fouille 2011, Lyon, DRAC Rhône-Alpes, 369 p.

POUX M., avec la coll. de CLÉMENT B., ARGANT Th., BLANC F., BOUBY L., COLOMBIER A., DEBIZE Th., GALLIEGUE A., GILLES A., GUILLAUD L., LEMAISTRE C., LEPERLIER M., MORILLON G., TILLIER M., TOUTIN Y.-M., TRIPIER A., 2014, « Produire et consommer dans l’arrière-pays colonial de Lugdunum et de Vienne : étude de cas », in : DERU X., GONZÀLEZVILLAESCUSA R. dir., Consommer dans les campagnes de la Gaule romaine, Actes du Xe congrès de l’association AGER, p. 323-356 (Revue du Nord, hors série - coll. Art et Archéologie, 21).

PY M., ADROHER-AUROUX M., RAYNAUD C., 1993, Dicocer I. Dictionnaire des céramiques antiques (VIIe av. n.è. - VIIe s. ap. n.è.) en Méditerranée nord-occidentale (Provence, Languedoc, Ampurdan), Lattes, éd. de l’Ass. pour la Recherche en Languedoc Oriental (Lattara,6).

REDDÉ M., 2011, « Avant-propos », in : REDDÉ M., BARRAL Ph., FAVORY F., GUILLAUMET J.-P., JOLY M., MARC J.-Y., NOUVEL P., NUNINGER L., PETIT Chr. dir., Aspects de la romanisation dansl’Est de la Gaule, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, p. 9-14 (Bibracte, 21).

REINACH S., 1897,Répertoire de la statuaire grecque et romaine, Paris, éd. Leroux, 6 vol.

ROBIN L., 2007, L’atelier de verrier de la Montée de la Butte, quai Saint-Vincent, Lyon (milieu Ier s. ap. J.-C. - début IIe s. ap. J.-C.), Mémoire de master 2, Univ. Lumière-Lyon 2.

SANMARTI-GREGO E., 1992, « Nouvelles données sur la chronologie du camp de Renieblas V à Numance », Documents d’Archéologie méridionale, 15, p. 417-430.

SAVOYE Cl., 1899, Le Beaujolais préhistorique, Lyon, Rey, 213 p.

SILVINO T., BONNET Ch., CÉCILLON Ch., CARRARA S., ROBIN L., 2011, « Les mobiliers des campagnes lyonnaises durant l’Antiquité tardive : premier bilan », in : KASPRZYK M., KUHNLE G. dir., L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule I. La vallée du Rhin supérieur et les provinces gauloises limitrophes : actualité de la recherche, Actes de la table ronde de Strasbourg, 20-21 nov. 2008,Dijon, S.A.E., p. 109-172. (30ème suppl. à la R.A.E.).

STEYERT A., 1895, Nouvelle histoire de Lyon et des provinces du Lyonnais, Forez, Beaujolais. T. 1 : Antiquité, Lyon, éd. Bernoux et Cumin, 614 p.

TEYSSONNEYRE Y., MAZA G., avec la coll. de BRUYÈRE J., ARGANT Th., VIRIOT J., 2014, « L’enclos gaulois du site des ‘Fourches’ à Lentilly (Rhône) :la question de la caractérisation des dépôts en contexte d’habitat : contribution à notre connaissance de l’occupation de l’Ouest lyonnais au second Âge du Fer », in : Les Celtes et le Nord de l’Italie (Premier et Second Âges du fer), Actes du XXXVIe colloque international de l’AFEAF, Vérone, 17-20 mai 2012, Dijon, S.A.E., p. 627-652 (36ème suppl. à la R.A.E.).

VAGINAY M., GUICHARD V., 1988, L’habitat gaulois de Feurs (Loire) : fouilles récentes (1978-1981), Paris, éd. de la M.S.H., 200 p.(Documents d’Archéologie française, 14).

VAGINAY M., LEYGE F., 1988, « Les Gaulois dans la plaine du Forez », Archéologia, n° 231, Dijon, éd. Faton, p. 30-41.

VALETTE P., 1999, Forum Segusiavorum, le cadre urbain d’une ville antique (Ier s.-IIIe s.), Lyon, 243 p.

VARENNES G., 2010, Dynamiques et formes de peuplement dans la plaine de la Valloire (Drôme/Isère), de la Protohistoire récente au haut Moyen Âge, Thèse de doctorat, sous la direction de D. Garcia, Université de Provence Aix-Marseille I, Centre Camille Jullian (UMR 6573), 3 vol., n.p.

VARENNES G., 2012, « L’occupation de l’agglomération de Tourdan durant l’âge du Fer », in : SCHÖNFELDER M., SIEVERS S. dir., L’Âge du Fer entre la Champagne et la vallée du Rhin : la question de la proto-urbanisation à l’Âge du Fer, Actes du 34e colloque international de l’AFEAF, Aschaffenburg, 13-16 mai 2010, Bonn, R. Habelt, p. 131-145 (Kolloquien zur Vor- und Frühgeschichte, 16).

VERRIER G., 2013, « Les faciès des céramiques à vernis noir entre Arvernes et Éduens (Auvergne, Forez, Bourgogne) aux trois derniers siècles avant notre ère », in : OLMER F. dir., Itinéraires des vins romains en Gaule, IIIe-Ier siècles avant J.-C. : confrontations des faciès, Actes du colloque européen organisée par l’UMR 5140 du CNRS, Lattes, 30 janv.-2 fév. 2007, Lattes, p. 565-574. (Monographies d’Archéologie méditerranéenne, hors série 5).

VEYNE P., 1959, « Le monument des suovétauriles de Beaujeu (Rhône) », Gallia, t. 17, p. 90-93.

VIDEAU, 2013, « Les amphores tardo-républicaines dans les habitats ruraux de la vallée de la Saône et la vallée du Doubs », in : OLMER F. dir., Itinéraires des vins romains en Gaule, IIIe-Ier siècles avant J.-C. : confrontations des faciès, Actes du colloque européen organisée par l’UMR 5140 du CNRS, Lattes, 30 janv.-2 fév. 2007, Lattes, p. 345-369 (Monographies d’Archéologie méditerranéenne, hors série 5).

WALKER S., 1981a, L’habitat rural dans la région Rhône-Loire (Ier s. av. J.-C. - Ve s. ap. J.-C.), Thèse de doctorat de IIIe cycle, Univ. Lyon 3, 382 p.

WALKER S., 1981b, « La campagne lyonnaise du Ier s. av. J.-C. au Ve s. ap. J.-C. », in : WALKER S. dir., Récentes recherches en archéologie gallo-romaine et paléochrétienne sur Lyon et sa région, Oxford, Britich Archaeological Reports, p. 279-329 (BAR, Intern. series, 108).

WALKER S., 1983, « Les fouilles de Chessy-les-Mines et l’Âge du Fer dans le Lyonnais », in : COLLIS J., DUVAL A., PÉRICHON R. dir., Le deuxième Âge du Fer en Auvergne et en Forez et ses relations avec les régions voisines, Actes du colloque régional de Clermont-Ferrand, 1980, Sheffield Univ. / Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, p. 94-96.

WALKER S., DESBAT A., 1979, Rapport, Lyon, Drac Rhône-Alpes, n. p.

WALTERS H. B., 1899, Catalogue of the bronzes, Greek, Roman, and Etruscan, in the Department of Greek and Roman Antiquities, London, British Museum, 394 p.

WUILLEUMIER P., 1953, Lyon, métropole des Gaules, Paris, Les Belles Lettres, 117 p.

Notes

1  Le nom du lieu est tombé en désuétude. Il apparaît au pluriel sur le cadastre napoléonien de 1827 mais il semble que les deux formes aient été utilisées oralement. Il figure en tout cas au singulier dans les notices scientifiques anciennes (WALKER, 1981a, 1983 ; LASFARGUES, 1982, 1984 ; VAGINAY, LEYGE, 1988) et dans la publication du pré-inventaire du département du Rhône (FAURE-BRAC, 2006).

2  Nous tenons à remercier M. et Mme Delorme-Debilly, qui nous ont permis l’accès à cette collection.

3  Cette série d’antéfixes a déjà fait l’objet d’une publication spécifique, dont on ne reprendra ici que les éléments typo-chronologiques essentiels (CLÉMENT, 2011).

4  Le fossé F3 n’apparaît pas sur le relevé planimétrique du site mais son emplacement par rapport aux autres structures est indiqué par le relevé stratigraphique du sondage 9. Il subsiste en revanche une incertitude quant à son orientation exacte (« parallèle » au fossé F1 : DESBAT, WALKER, 1979). Ceci explique la mention « orientation hypothétique » apparaissant sur les plans présentés dans cette étude.

5  « À un endroit (sondage 9) le fossé est comblé par un important dépotoir ménager, riche en matériel céramique du Ier et surtout du IIe s. Malheureusement ce dépotoir fut fouillé avant notre arrivée et de ce fait le matériel fut mélangé, mais il semble s’agir d’un dépotoir du IIe s. entaillé dans un fossé du Ier s. » (S. Walker, archives personnelles).

6  Enfumée : NR : 510 / NMI : 75 ; non enfumée : NR : 290 / NMI : 45.

7  La présence conjointe, équilibrée, des types gréco-italique récent, Dressel 1A et Dressel 1B (9, 14 et 8 ex.) paraît suffisante pour exclure les phénomènes de résidualité ou d’intrusion. À titre d’exemple, à Lyon, les amphores gréco-italiques sont déjà pratiquement absentes des sites de l’atelier Saint-Vincent et de l’hôpital Sainte-Croix, datés des années 100-40 et 60-40 av. J.-C. (Maza, 1998) et les épaves méditerranéennes les plus récentes (Planier 3, La Plane 1, Cap Béar 3) ne contiennent plus que des amphores Dressel 1B vers les années 50-30 av. J.-C (DESBAT, 1998a, p. 32).

8  Enfumée : NR : 17 / NMI : 1 ; non enfumée : NR : 1 / NMI : 0.

9  Beige clair, à dégraissant fin ou moyen, sans mica : 26 ex. (nos 1-6) ; beige-brun, plus sonore, fine et légèrement micacée : 10 ex. (nos 7-8) ; beige-orangé, friable, légèrement micacée, retenant mal le revêtement : 6 ex. (nos 9 et 10).

10  Cette catégorie apparaît notamment à Sail-les-Bains (Loire), dans un contexte daté de la fin du IIe s. et du début de IIIe s. ap. J.-C. (ACR « Céramiques de cuisine d’époque romaine en région Rhône-Alpes et Sud-Bourgogne », données inédites).

11  Au moins treize types recensés dans le fossé F3 se réfèrent à des « types à caractère local » rencontrés depuis la fin du Ier s. av. jusqu’au début du IIIe s. ap. J.-C. au sein du deuxième « groupe morphologique », caractérisant les sites de la Loire et du nord-ouest du Rhône (BATIGNE-VALLET, 2010).

12  Le mobilier en verre a fait l’objet d’un article plus détaillé, publié dans le Bulletin de l’AFAV de 2012 (COLOMBIER-GOUGOUZIAN, 2012). Il s’intègre également à l’étude régionale du verre en Gaule du Centre-Est, réalisée dans le cadre d’une thèse de doctorat (COLOMBIER-GOUGOUZIAN, 2014).

13  À l’issue des fouilles de 1979, l’étude des restes fauniques avait été confiée par S. Walker à J. Columeau : des résultats ont été publiés dans le cadre de synthèses d’archéozoologie relatives à la Gaule méridionale, mais sans indication de contexte hormis la localisation du site et sa période d’occupation, tantôt datée du Ier s. (COLUMEAU, 1991, p. 113, 147), tantôt du IIe s. ap. J.-C. (COLUMEAU, 1991, p. 27 ; COLUMEAU, 2002, p. 126). On ignore quels sont exactement les lots étudiés, ni leur éventuel lieu de déposition. Il nous a donc paru préférable de ne prendre en compte que le matériel accessible, actuellement conservé dans les réserves du musée de Saint-Romain-en-Gal.

14  Il s’agit de l’une des très rares occurrences de ce type de production au nord de Lyon (GENIN, 2007, p. 155-161).

15  Chronologiquement, l’abandon des structures de l’état 2 coïncide avec la guerre civile de 197 entre Septime Sévère et Albin, dont l’affrontement final en région lyonnaise fut suivi de représailles (DION CASSIUS, Épitome, LXXVI, 6-7 ; HÉRODIEN, III, 7, 2-7). Hormis, éventuellement, le niveau d’incendie mis en évidence au sein de l’édifice maçonné (bois calciné, tuiles vitrifiées), aucun fait archéologique spécifique ne permet de rapprocher les deux évènements (militaria, sépulture de crise, etc.).

16  « Le propriétaire vient de labourer le dit terrain et partout l’on trouve des moellons sur la surface, une prospection rapide nous a livré des sigillées et, plus important, l’évidence pour une occupation au Bas-Empire. » (courrier manuscrit de S. Walker à l’attention de J. Lasfargues, daté du 22 novembre 1979. Archives SRA Rhône-Alpes).

17  Chartes 14, 136, 204 et 218 (Bernard, 1853, p. 17, 99, 143, 151). Cassaniaco, Cassiacus, Chassiacus, Chessiacus, Cheyssiaco, Chaissieu, Chayseu, Chessieu, Cheissiacus, Cheissieu, Chessy (BERNARD, 1853, p. 115).

18  Nous tenons à le remercier pour ces informations inédites.

19  REINACH, 1897, p. 113, n° 2 : sous forme de gravure ; MURRAY, 1898, p. 89-90 : photographie et paragraphe détaillé ; Walters, 1898 : notice technique, n° 808.

20  « No classical artist could have ever made that mistake » (MURRAY, 1898, p. 89).

21  « Si la vigilance doit toujours être de rigueur avec les objets recueillis hors contexte archéologique, il faut qu’elle soit renforcée dès lors que l’on examine des trouvailles antérieures à la seconde Guerre mondiale ou qui nous sont parvenus à la suite d’un achat. Les pièces concernées par l’un de ces deux cas de figure nécessitent un retour systématique aux archives et informations disponibles sur le lieu de découverte – correspond-il à un site déjà connu dans la littérature archéologique et, dans l’affirmative, le gisement archéologique est-il contemporain de l’importation ? –, la personnalité de l’inventeur ou du premier collectionneur connu. L’examen de l’objet – état de la patine, réparation, type de cassure subie – fournit dans un deuxième temps des informations intrinsèques qui sont de nature à vérifier les données publiées ou archivées » (MILCENT, 2006, p. 128-129).

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain GUICHON, Benjamin CLÉMENT, Aline COLOMBIER-GOUGOUZIAN, Nicolas DUBREU et Maximilien ÉVRARD, « L’établissement protohistorique et gallo-romain de Chessy-les-Mines (Rhône) », Revue archéologique de l'Est, tome 64 | 2015, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2016. URL : http://rae.revues.org/8586. consulté le 21 février 2017.

Auteurs

Romain GUICHON

Archeodunum – Chercheur associé UMR 5138 ArAr – 7 rue Raulin, 69365 Lyon cedex 7.

Benjamin CLÉMENT

Archeodunum – Doctorant Université Lumière Lyon 2 – UMR 5138 ArAr – 7 rue Raulin, 69365 Lyon cedex 7.

Aline COLOMBIER-GOUGOUZIAN

Chercheur associé UMR 5138 ArAr – 7 rue Raulin, 69365 Lyon cedex 7.

Nicolas DUBREU

Doctorant Université Lumière Lyon 2 – UMR 5138 ArAr – 7 rue Raulin, 69365 Lyon cedex 7.

Maximilien ÉVRARD

Étudiant Université Lumière Lyon 2 – 86 rue Pasteur, 69365 Lyon cedex 7.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés