Navigation – Plan du site
Articles
Pierre Dumas-Lattaque et Mathilde Arnaud

Le site du « Champ Drillon », un établissement agricole antique à Bezannes (Marne)

p. 275-299

Résumés

La fouille du site du « Champ Drillon » a été réalisée par le service archéologique de Reims Métropole à l’automne 2011 dans le cadre de l’aménagement d’une zone d’activités en lien avec la gare TGV de Bezannes. Un décapage d’environ 9 000 m² a permis de mettre au jour des vestiges essentiellement antiques. La première occupation date de la fin du Ier s. ap. J.-C. Il s’agit de bâtiments agricoles, peut-être en lien avec un habitat situé à proximité qui a fait l’objet d’une autre opération. L’occupation la plus importante est datée de l’Antiquité tardive (IIIe et IVe s.). Il s’agit d’un établissement rural à vocation agricole dont la production est destinée au marché de la ville de Durocortorum (Reims). Il se caractérise par un bâtiment d’habitat avec une cour de service ainsi qu’un ensemble de bâtiments (caves, annexes et grenier) répartis à l’intérieur d’un enclos fossoyé. Au début du IVe s., une série de réaménagements modifie l’organisation de l’établissement, un nouveau bâtiment d’habitat est construit tandis que le précédent est utilisé pour de l’artisanat lié à avec l’agriculture. L’établissement est abandonné à la fin du IVe s., les matériaux des bâtiments sont récupérés parallèlement à l’installation d’une activité d’extraction de craie.

Excavation at the “Champ Dillon” site was carried out by the archaeological department of Reims Métropole during autumn 2011 as part of the development of an industrial and commercial area linked to the high-speed train station at Bezannes. Scraping the ground over 9000 m2 revealed mostly ancient remnants. The earliest settlement dates from the end of the 1st century AD. It is composed of farm buildings that may be linked to a nearby settlement studied in another round of excavations. The most extensive settlement dates from Late Antiquity (3rd and 4th centuries). It is a rural settlement dedicated to agriculture, the production of which was sent to the market in the city of Durocortorum (Reims). It consists of a settlement building with a service courtyard and a group of buildings dedicated to agriculture (cellars, annexes and a loft) laid out within a hollowed out enclosed plot. At the start of the 4th century, several reorganizing projects modified the layout of the settlement; a new residential building was built while the former was used for agricultural craftwork. The settlement was abandoned at the end of the 4th century; the building materials were then salvaged at the time that a chalk quarry was being established.

Im Rahmen des Ausbaus eines Gewerbegebietes in Verbindung mit dem Bau des TGV-Bahnhofs von Bezannes führte das archäologische Amt der Stadt Reims Metropole im Herbst 2011 auf dem Fundplatz „Champ Drillon“ eine Ausgrabung durch. Bei der Abtragung einer Fläche von circa 9000 m² kamen überwiegend antike Überreste zutage. Die älteste Belegungsphase datierte an das Ende des 1. Jh. n. Chr. Die Reste stammen von Wirtschaftsgebäuden. Möglicherweise stehen diese in Verbindung mit einer benachbarten Siedlungsstruktur, die jedoch Gegenstand einer anderen Grabung war. In der Hauptbelegungshase in der Spätantike (3. bis 4. Jh.) befand sich hier ein Gutshof, dessen Produktion für den Markt von Durocortorum (Reims) bestimmt war. Er bestand aus einem Wohngebäude und einem Wirtschaftshof sowie mehreren Wirtschaftsgebäuden (Keller, Nebengebäude und Speicher), die auf einer von einem Graben umgebenen Einfriedung verteilt waren. Am Anfang des 4. Jh. ändert sich die räumliche Organisation des Gutshofes. Ein neues Wohngebäude wird gebaut, während das alte Gebäude als Werkstatt dient, in der für die Landwirtschaft nötige Gerätschaften hergestellt werden. Am Ende des 4. Jahrhunderts wird der Hof aufgegeben. Die Baumaterialien werden wiederverwendet und parallel dazu wird in diesem Bereich Kreide abgebaut.

Texte intégral

PDF 6,8MSignaler ce document

Présentation de l’opération et de son contexte

1La fouille du site du « Champ Drillon » est intervenue dans le cadre des travaux d’aménagement d’une Z.A.C. sur la commune de Bezannes (Marne) au sud-ouest de la ville de Reims, dans le bassin alluvial de la Vesle (fig. 1). Réalisée par le Service archéologique de Reims Métropole à l’automne 2011, elle fait suite à un diagnostic archéologique réalisé en 2007 par Hervé Bocquillon (Inrap).

image

Fig. 1. Localisation de l’opération archéologique et des sites environnants (carte routière R04, 1:250 000, IGN 2008 ; Ed.6 ; DAO : P. Dumas-Lattaque).

2Le site du « Champ Drillon » témoigne de phases d’occupation (fig. 2) s’échelonnant entre le Haut-Empire et l’Antiquité tardive, et dans une moindre mesure, le Moyen Âge (DUMAS-LATTAQUE et alii, 2012).

image

Fig. 2. Plan général phasé du site (DAO : M. Arnaud, P. Dumas-Lattaque).

3L’occupation du Haut-Empire (fin du Ier s. ap. J.-C.) est un établissement à vocation agricole composé de bâtiments de stockage et d’espaces palissadés.

4L’occupation de l’Antiquité tardive est la plus importante ; elle s’étend de la seconde moitié du IIIe s. au début du Ve s. ap. J.-C. Il s’agit d’un site rural à vocation agricole au sein duquel quatre phases ont pu être différenciées : une première phase d’implantation lors de la seconde moitié du IIIe s., une phase de réaménagements et de constructions à la fin du IIIe s. et au début du IVe s., une phase d’abandon lors de la seconde moitié du IVe s. ap. J.-C. et une dernière phase de réoccupation sporadique au début du Ve s.

5Quant à la période médiévale (Xe/XIe s.), elle n’est représentée que par un puits situé au centre du site. En l’absence de vestiges d’habitat ou d’artisanat pour cette période sur « Champ Drillon », il semble que ce puits ait eu une fonction agricole, peut-être en lien avec l’élevage. Le site se trouve à environ 1 km du village de Bezannes où sont situés les vestiges du village médiéval.

6Les datations des différentes phases proviennent de l’étude céramique du comblement ou du niveau de destruction des structures ; elles datent donc leur abandon. Aucun niveau d’occupation n’a été repéré sur le site. Cependant, étant donné qu’aucune structure ne présente de comblement lent, il est fort probable que la période d’utilisation des ces différents vestiges ne soit que légèrement antérieure à leur comblement.

7Cet article présentera volontairement le mobilier découvert sous la forme de courte synthèse des études dont il a fait l’objet, le but n’étant pas d’en publier une étude approfondie que l’on pourra consulter dans le rapport de fouille (DUMAS-LATTAQUE et alii, 2012) ou dans les articles parus ou à paraître. Pour rappel, la céramique a été étudiée par Ludivine Huart, la faune par Frédéric Poupon et la carpologie par Françoise Toulemonde. Les monnaies, identifiées par Fabien Pilon, font l’objet d’un article (PILON, DUMAS-LATTAQUE, 2013) ainsi que l’instrumentum étudié par Anne-Laure Brive (BRIVES, DUMAS-LATTAQUE, à paraître).

I. Une petite unité d’exploitation rurale abandonnée à la fin du Ier s.

8Les vestiges attribuables à cette première phase d’implantation du site se concentrent en cœur de parcelle. Il s’agit essentiellement de bâtiments sur poteaux, d’enclos palissadés et de structures fossoyées (une cave et des fosses) appartenant vraisemblablement à une petite unité d’exploitation (fig. 3).

image

Fig. 3. Plan du site à la fin du Ier s. (DAO : M. Arnaud, P. Dumas-Lattaque).

I.1. Les bâtiments sur poteaux

9Dans la moitié ouest de cette occupation, on trouve un ensemble de quatre constructions sur poteaux (ST11, ST29, ST36 et ST30). Les trois premières s’apparentent, de par leurs critères morphologiques, à des annexes de type greniers (fig. 4). Ces bâtiments ont été attribués à cette phase pour des raisons stratigraphiques, ils sont recoupés par des vestiges de la phase suivante.

image

Fig. 4. Plan des bâtiments du Haut-Empire (DAO : M. Arnaud).

10Un bâtiment (ST30) correspond à un groupe de onze trous de poteau disposés selon une orientation nord-est/sud-ouest (fig. 5). L’ensemble délimite une zone d’environ 57 m². À cela s’ajoute l’espace constitué par les poteaux F572 et F523 à l’est, qui semble matérialiser un porche. Se pose la question de la fonction des trous de poteau situés au sein du bâtiment. Bien que leur position soit désaxée, ils pourraient faire partie du système porteur ou d’une partition interne.

image

Fig. 5. Plan et profil des trous de poteau du bâtiment ST30 (DAO : M. Arnaud).

11Accolée à son flanc sud, une cave (F2) d’un volume minimum de 6 m3 lui est associée. Au sommet des parois, une corniche a été aménagée, probable témoin d’un système de couverture/fermeture (fig. 6). Le comblement est homogène : il s’agit d’un limon brun sombre avec des nodules de craie. La céramique présente dans le comblement date l’abandon de la cave de la fin du Ier s. Un prélèvement réalisé au fond de la cave a livré des graines de céréales : de l’orge vêtue, du blé et une troisième céréale indéterminée. Leur très faible quantité (NR = 6 sur un prélèvement de 15 litres) ne permet cependant pas de tirer des conclusions quant aux denrées stockées dans la cave.

image

Fig. 6. Plan et coupe de la cave F2 (cliché : M. Arnaud).

12La fonction du bâtiment est difficile à établir au vu de la faiblesse du mobilier recueilli et faute de niveaux d’occupation. Cependant, la surface importante du bâtiment (au moins 57 m²) et son association avec la cave évoquent un habitat.

13À l’est, un dernier ensemble de fossés et de trous de poteau limite l’occupation (ST21). Le tracé des fossés forme un U orienté nord-ouest/sud-est, d’environ 16 m de longueur pour 8,50 m de largeur avec un retour interne dans sa partie sud. Les trous de poteau sont de formes et de tailles variées mais ils sont tous creusés au fond du fossé nord (F176). Le fossé sud (F132) est recoupé par une fosse datée de la phase suivante, ce qui constitue le seul indice qui nous permet de dater cette structure. Il s’agit vraisemblablement d’un enclos en partie palissadé. Une structure similaire a été fouillée sur le site du « Bas Torchant » (BONTROND, 2011) et a été interprétée comme l’extrémité d’un enclos palissadé.

14Les enclos rectangulaires sont assez fréquents sur les sites ruraux gallo-romains même s’il ne s’agit généralement que de fossés sans palissade. Ils forment des espaces spécifiques dont la fonction est cependant rarement identifiée (élevage, maraîchage,…) ; ici, le parcage de bétail semble la fonction la plus plausible. Un exemple combinant fossé d’enclos et palissade a été mis au jour sur le site du « Véon Tourné » à Sainte-Savine dans l’Aube (DENAJAR, 2005, p. 513-514).

I.2. Les palissades

15Parmi les cinq ensembles mis en évidence, un seul se situe à l’ouest, au sein des espaces voués à l’implantation des bâtiments sur poteaux. Les autres systèmes palissadés sont localisés dans la moitié orientale de l’exploitation.

16Ces palissades sont pauvres en mobilier : seuls quelques trous de poteau des palissades ST17 et ST20 comportaient de la céramique commune gallo-romaine ne permettant pas de datation précise. L’attribution de ces palissades s’est donc faite sur des critères stratigraphiques et spatiaux.

17Pour la palissade ST20, sa position sous le fossé ST24, clairement daté de la seconde phase, a été un élément déterminant. Les palissades ST14 et ST26, qui avaient été dissociées sur le terrain, ont été regroupées après analyse du plan (fig. 7). Elles créent en effet un ensemble cohérent composé d’une palissade avec des renforts et/ou des réparations. Cet ensemble a été associé à la palissade ST17 qui présente les mêmes caractéristiques. Ces palissades ont été rattachées à la première phase en raison de l’antériorité de la palissade ST17 par rapport à la fosse située dans le bâtiment ST38 qui est datée de la seconde phase.

image

Fig. 7. Plan des palissades ST14 et ST26 (DAO : M. Arnaud).

18La palissade ST37 a été associée à cette phase en raison d’un recoupement avec une autre palissade (ST16) attribuée à la phase suivante. De plus, elle forme un angle droit avec les palissades ST14/26 et ST17.

I.3. Le mobilier céramique

19Le corpus de cette phase se compose de 307 tessons et douze individus minimum, 90 % de l’assemblage provenant de la cave F2, qui est le contexte de référence. Les palissades ST17 et ST20 ainsi que l’enclos ST21 ont également livré de la céramique. L’ensemble est daté de la fin du Ier s. ap. J.-C. La vaisselle de table se partage entre la terre sigillée (coupe Dragendorff 27 et bol Dragendorff 29) et la terra nigra, essentiellement champenoise (fig. 8). Le service des liquides est assuré par de la céramique commune claire champenoise (cruche Reims 103) et la vaisselle à cuire par de la céramique rugueuse claire ou sombre (pot à cuire Reims P1). Le corpus comprend enfin des tessons de dolium et d’amphore provenant de Bétique.

image

Fig. 8. La céramique de la cave F2 (dessin : L. Huart, DAO : M. Arnaud).

I.4. Synthèse

I.4.1. Organisation spatiale

20Les vestiges s’organisent selon deux axes perpendiculaires : un axe sud-ouest/nord-est et un sud-est/nord-ouest.

21On remarque une concentration de bâtiments de stockage dans la partie nord-ouest du site (cave F2, greniers ST11 et ST36) ainsi qu’un possible bâtiment d’habitation ST30. L’ensemble est divisé par un drain (F161/F305) et une palissade (ST20). Dans la partie sud-est, les palissades ST14, ST17, ST26 et ST37 ainsi que le réseau de fossés ST21 (si l’on considère qu’il s’agit seulement de fossés), forment des espaces quadrangulaires.

22Il est probable que la partie centrale du site n’était pas vide comme le suggère le plan. Cette absence de vestiges résulte de l’implantation postérieure, dans l’espace central de la parcelle, de la vaste fosse ST1 liée à l’exploitation de la craie (infra, fig. 24).

23On soulignera l’absence de fossés d’enclos ceinturant le site. Il s’agit d’une configuration plutôt inhabituelle pour les sites ruraux gallo-romains mais d’autres exemples existent. Dans sa synthèse sur l’habitat rural du secteur Seine-Yonne (SÉGUIER, 2011, p. 424), l’auteur cite le cas d’établissements ouverts de faible ampleur (Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne), « Le Tureau des Gardes » ; Balloy (Seine-et-Marne), « Le Tureau à l’Oseille » et Villiers-sur-Seine (Seine-et-Marne), « Le Gros Buisson ») se composant de quelques bâtiments et de fosses. De plus, l’ensemble de ces sites a en commun avec le site du « Champ Drillon » une création lors de la fin du Ier s. ap. J.-C. Plus proche de Bezannes, le site du « Bout des Forces », à Bussy-le-Château (Marne), pourrait également appartenir à un habitat ouvert (MOREAU, 2009). Aucun enclos n’a été découvert, seul un fossé a été fouillé. Cependant, en raison de l’étroitesse de la fenêtre (fouille linéaire sur le tracé de la L.G.V. Est), il n’est pas possible d’affirmer que ce fossé ne formait pas un enclos plus large. La fouille de l’Europort Vatry à Bussy-Lettrée dans la Marne (ACHARD-COROMPT, 2004, p. 76-80) a également mis au jour des installations agricoles qui ne sont pas entourées par un fossé d’enclos. Il s’agit, comme dans le cas du site de Bezannes, d’un tissu assez lâche de bâtiments à vocation agricole.

I.4.2. Une unité de production agricole

24L’association de plusieurs bâtiments liés au stockage (cave et greniers) ainsi que des zones encloses probablement utilisées pour l’élevage poussent à interpréter le site comme une exploitation agricole.

25L’étude carpologique du comblement de la cave a révélé une très faible quantité de céréales qui ne permet ni d’affirmer ni d’infirmer un stockage de céréales dans cette cave. En revanche, le stockage des céréales paraît plus certain dans les greniers. Les graines identifiées dans le comblement de la cave (orge vêtue et blé nu) sont des céréales dont la culture est largement attestée en Gaule septentrionale pour la période gallo-romaine (ZECH-MATTERNE et alii, 2009). Il est probable que les céréales soient la production principale de l’établissement. L’orge vêtue est plutôt une céréale pour la consommation domestique tandis que le blé nu est destiné au marché urbain.

26Les bâtiments de stockage possèdent des surfaces utiles de taille moyenne (un minimum de 4,50 m² pour la cave, entre 10 et 14 m² pour le grenier ST11 et 12 m² pour le grenier ST36) mais qui, cumulées, forment finalement un ensemble de taille importante (entre 26 et 30 m²), laissant supposer une activité relativement conséquente au regard du peu de vestiges attribués à cette phase.

27L’habitation, en relation avec ces structures de stockage, pourrait être représentée par le bâtiment ST30 mais la lecture de ce plan n’est cependant pas certaine. Se pose également le problème de l’accès à l’eau, l’absence de puits daté de cette période limitant l’hypothèse d’un habitat.

28Il convient donc d’envisager pour cette phase une petite exploitation agricole dont la partie habitat reste mal documentée. L’absence de fossé renforce l’image d’un site d’annexes plutôt que d’habitat. On remarquera la séparation spatiale entre les structures liées au stockage situées à l’ouest et la partie utilisée pour l’élevage située à l’est.

29La céramique date l’abandon du « Champ Drillon » à la fin du Ier s. Dans la mesure où aucun élément antérieur à cette période n’a été découvert sur le site, on doit envisager l’occupation de cette phase comme une création ex nihilo. Par ailleurs, la mise en évidence d’un hiatus de l’occupation entre cette phase et la phase suivante montre qu’il s’agit sans doute d’une création ponctuelle.

30Cette unité de production agricole est à mettre en relation avec le site E (fig. 1)localisé à environ 400 m plus à l’ouest (ACHARD-COROMPT, 2012). Également abandonné lors de la fin du Ier, il se compose d’un grand bâtiment avec deux caves, entouré par un fossé d’enclos. À la différence de « Champ Drillon », un puits y a été découvert. De plus, le mobilier issu des structures montre clairement qu’il s’agit d’un habitat.

31Les deux sites sont donc synchrones et pourraient être complémentaires. La distance qui les sépare est relativement importante mais il est possible que le « Champ Drillon » regroupe des annexes agricoles de stockage et d’élevage appartenant à l’habitat du site E qui constituerait le bâtiment principal d’habitation.

II. Un établissement rural de l’Antiquité tardive (seconde moitié du IIIe s. – seconde moitié du IVe s.)

32Le site du « Champ Drillon » est réinvesti quelque temps avant la seconde moitié du IIIe s., après un hiatus d’un siècle et demi. Il est possible que l’occupation du Ier s. soit encore perceptible dans le paysage dans la mesure où l’ensemble des vestiges de cette nouvelle phase reprend, avec un très léger décalage, l’orientation sud-est/nord-ouest des structures du début du Haut-Empire. À la fin du IIIe s. et au début du IVe s., l’établissement connaît une série de réaménagements et de constructions avant d’être abandonné au cours de la deuxième moitié du IVe s.

II.1. La création d’une exploitation agricole lors de la seconde moitié du IIIe s. ap. J.-C.

33Le plan d’un établissement concentré à l’intérieur d’un enclos a été mis au jour (fig. 9), quelques rares structures étant situées en dehors de l’enclos fossoyé.

image

Fig. 9. Plan du site dans la deuxième moitié du IIIe s. (DAO : M. Arnaud, P. Dumas-Lattaque).

II.1.1. L’habitation…

34Un bâtiment (ST5) orienté nord-est/sud-ouest, présentant une forme rectangulaire (fig. 10) mais dont les dimensions exactes ne sont pas connues en raison de son fort arasement, mesurait environ 7,40 m de longueur pour 5,20 m de largeur, soit une superficie de 38,48 m². Seules ses limites nord et ouest sont certaines : elles sont matérialisées par des fondations en pierre (grès et meulière) sans liant, d’environ 0,30 m de largeur dans l’angle nord et qui se poursuivent par une tranchée de récupération vers l’ouest. Les murs sud et est n’ont pas été conservés ; cependant deux indices nous permettent de restituer une limite : des effets de parois pour les murs sud et est et une plaque foyer d’angle au sud. Celle-ci, de plan carré (0,70 m de côté), est construite à partir d’éléments de terre cuite architecturale disposés à plat qui ont été rubéfiés par la chaleur et limités dans l’angle nord par des pierres disposées de chant, l’angle sud prenant appui contre les murs de la pièce.

image

Fig. 10. Vue d’ensemble en plan du bâtiment ST5 (cliché : P. Dumas-Lattaque).

35Située dans l’angle nord-est du bâtiment, une cave (F306) présente un plan en « L » (fig. 11). Creusée directement dans le substrat, elle mesure environ 2,80 m pour ses côtés les plus longs et environ 1,50 m pour ses petits côtés. Un creusement circulaire au fond de la cave correspond au calage d’un récipient de stockage. L’espace de stockage réel, situé dans la longueur nord/sud de la cave, représente un volume de 4 m3. L’absence de mur, de tranchée de récupération ou d’éventuelles traces laissées par des parois en bois fait penser que la craie a été laissée à nu. L’accès à la cave se faisait au niveau de l’appendice sud-est où a été taillé un escalier. Le système de descente adopté est assez original puisqu’un espace de chaque côté de l’escalier a été creusé jusqu’au niveau de la dernière marche. Cette technique semble peu fonctionnelle puisqu’elle crée un petit escalier entouré de vide. Les raisons de ce choix sont difficilement perceptibles mais il est possible que l’espace créé autour de l’escalier ait accueilli une structure en matériaux périssables dont la fonction reste hypothétique (système d’étagères, système de descente protégée,…).

image

36Fig. 11. Vue depuis l’ouest de la cave F306 (cliché : M. Arnaud).

37Également située à l’intérieur du bâtiment, une fosse (F490) a livré un bol à lèvre horizontale courbe complet (Céramique fine champenoise Reims J4), ainsi que de la faune (capriné) et un clou. Un prélèvement réalisé dans le comblement a montré une très faible quantité de graines d’orge vêtue (NR = 3). Son emplacement à l’intérieur de l’habitat et le mobilier découvert (la petite céramique entière, les clous, la faune et quelques céréales) évoquent une tombe d’enfant, comme cela se pratique à l’époque gallo-romaine, malgré l’absence d’ossements humains au tamisage. De mauvaises conditions de conservation pourraient expliquer cette absence. Il semble que ce soit le cas sur certaines sépultures mises au jour sur les nécropoles de Bezannes (ACHARD-COROMPT, 2011 ; BONTROND, 2012). Une autre hypothèse est celle d’un dépôt de fondation. La céramique entière et les quelques graines découvertes pourraient alors correspondre aux offrandes faites lors de la création du bâtiment.

II.1.2. …et sa dépendance

38Immédiatement au sud, un enclos palissadé (ST22) délimite une zone d’environ 84 m² ouverte sur le bâtiment d’habitat ST5 (fig. 12). Cet enclos, vide de construction, abrite uniquement deux fosses. Cette absence de construction et la volonté de délimiter un petit espace à proximité de l’habitat permettent d’interpréter cet espace comme une cour en lien avec des activités domestiques.

image

Fig. 12. Plan de la cour ST22, vue en plan et coupe de la latrine F1. Vue en coupe du silo F3 (clichés et DAO : M. Arnaud, P. Dumas-Lattaque).

39Située dans l’angle sud-est de l’enclos, une fosse rectangulaire (F1) mesure 1,22 m de longueur pour 1 m de largeur et atteint 0,60 m de profondeur avec des parois verticales et un fond plat (fig. 12). Bien que ses dimensions soient réduites, il est possible que cette fosse ait servi dans un premier temps de cellier. Mais la présence de déchets domestiques (os de poule, coquilles d’œuf, etc.) dans son comblement montre qu’elle a pu servir de dépotoir. Cependant, une analyse du comblement a montré un taux élevé de phosphates (160 mg/L au fond de la fosse pour un niveau témoin de 0,31 mg/L), suggérant son utilisation comme latrines, ou au moins d’une fosse-dépotoir ayant servi de fosse d’aisance. Si l’on s’en tient à l’interprétation comme latrine, les caractéristiques de cette fosse permettent de la classer parmi les latrines du type fosse simple non cuvelée qui ne nécessitent pas forcément une circulation d’eau (BOUET, 2009, p.21-26).

40Une fosse circulaire (F3) se situe au nord de la cour (fig. 12). Elle mesure 2,56 m à l’ouverture pour 1,23 m de profondeur et présente un profil piriforme à fond plat. Elle est comblée par plusieurs couches de remblais et d’effondrement de parois composées de limon mêlé à de la craie. Il est tentant d’interpréter cette structure comme un silo. Elle adopte en effet la même forme que les silos piriformes protohistoriques et médiévaux, mais il est généralement admis que le silo piriforme disparaît à l’époque gallo-romaine, au profit des caves et des greniers sur poteaux. Cependant dans notre cas, la présence de mortier de tuileau et de céramique datée de la fin du IIIe s. montre que le comblement de la fosse intervient à l’époque gallo-romaine. Dans son étude sur les parties agricoles des villae dans le nord de la Gaule, Valérie Pannetier n’a recensé qu’un seul silo antique, daté du milieu du Ier s. ap. J.-C, à Rentilly (Seine-et-Marne ; PANNETIER, 1996). Il existe cependant quelques autres cas de silos datés de la période gallo-romaine de façon quasi certaine, comme à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), où le silo est daté du Ve siècle (DRIARD, 2009). Plus près de Bezannes, à Ormes (Marne), quatre silos ont été mis au jour, dont deux ont pu être datés des IIIe s. et IVe s. (PEYNE, 2010). L’interprétation de cette fosse comme un silo paraît donc plausible bien que ce type de structure soit inhabituel pour cette période. La multiplication des cas de silos pour la période gallo-romaine dans une zone géographique centrée sur la Champagne pose la question de la pertinence du modèle communément admis selon lequel le silo disparaît au profit de la cave et du grenier. Existerait-il un faciès régional où le silo connaîtrait une continuité d’utilisation entre la période protohistorique et la période romaine ou bien s’agit-il de cas isolés ?

II.1.3. L’espace agricole

41L’espace de travail de l’exploitation qui renferme plusieurs bâtiments à vocation agricole (stockage et annexes) est limité au nord, à l’est et au sud par un enclos fossoyé (ST24) orienté nord-ouest/sud-est et à l’ouest par l’association habitation et cour de service. L’enclos, légèrement trapézoïdal (47 m de longueur pour le bras nord, 41,50 m pour le bras sud et 37,50 m pour le bras est), délimite une zone d’environ 1 650 m². Il s’interrompt sur sa partie orientale afin de créer un passage de 4 m de largeur. Les fossés ont une largeur moyenne de 0,60 m. Leur comblement homogène semble indiquer un remblaiement rapide et volontaire de l’enclos qui aurait eu lieu lors de la seconde moitié du IIIe s. d’après la céramique.

42L’espace intérieur est structuré par des palissades parallèles aux fossés de l’enclos (fig. 9). Une palissade parallèle au fossé oriental (ST16) vient former une chicane au niveau de l’interruption du fossé. Elle est composée de huit trous de poteau disposés en léger quinconce et espacés de 2 m les uns des autres. Deux autres palissades (ST27 et 32) sont disposées parallèlement et respectivement au fossé nord et au fossé sud. Enfin une palissade en arc de cercle (ST28) vient fermer l’enclos au nord-ouest.

Un espace de stockage

43Une cave (ST10), orientée nord-ouest/sud-est, est localisée dans la partie nord de la surface enclose. Elle est conçue selon un module rectangulaire, de 3,36 m de longueur pour 2,50 m de largeur, le tout sur une hauteur maximale conservée de 1,10 m. Il s’agit d’une cave maçonnée dont les murs sont conservés des quatre côtés sur environ 0,50 à 0,70 m de hauteur (fig. 13). Ces murs sont épais de 0,30 m à un peu plus de 0,40 m et sont érigés en opus caementitium qui associe ici des moellons de pierres calcaires et de grès, liés entre eux à l’aide de mortier de chaux. L’aménagement est soigné, les assises sont régulières et le mortier assez fin.

image

Fig. 13. Plan de la cave ST10 et détail de l’opus spicatum (cliché : Ch. Carlier DAO : M. Arnaud).

44Le sol de la cave est perforé par sept petites excavations circulaires d’un diamètre d’une vingtaine de centimètres en moyenne pour une profondeur qui n’excède pas 0,06 m. Il s’agit très vraisemblablement de cupules de calage pour des récipients de stockage. Un creusement diffère des autres dans sa disposition plus excentrée, ainsi que dans sa forme en T. Il pourrait correspondre au système de calage d’un moyen d’accès à la cave, tel un escalier en bois, puisque aucun autre indice de descente n’a été relevé. Le comblement de la cave se composait essentiellement d’un remblai composé de pierres, de terre cuite architecturale et de mortier ; la céramique découverte date son abandon de la seconde moitié du IIIe s.

45Aucune trace de bâtiment englobant la cave n’a été mise en évidence. Celle-ci forme donc une annexe à part entière, sans doute seulement surmontée d’un espace de stockage au niveau du sol restreint à la surface de la cave. Sur le site de « La Pelle à Four » à Cernay-lès-Reims (Marne), l’auteur propose une restitution de la cave ST50 (KOEHLER, 2003) sous la forme d’un bâtiment s’élevant au-dessus de la cave. La cave isolée et formant un bâtiment à part entière de l’installation vinicole de Parville dans l’Eure (HERVÉ-MONTEIL,2011, p. 166) est un autre exemple de cave indépendante de tout bâtiment.

Les bâtiments sur poteaux

46Un premier bâtiment situé à l’est du site (ST13) est orienté est-ouest et mesure 7 m de longueur pour 3 m de largeur, soit une superficie de 21 m² (fig. 9). Il s’agit d’un bâtiment à travée unique sur six poteaux (le poteau nord a été détruit par une fosse postérieure), traditionnellement interprété comme annexe agricole. Le comblement d’abandon d’un des trous de poteau a livré de la céramique de la seconde moitié du IIIe s.

47Un grenier sur quatre poteaux (ST33) se trouve dans la partie sud de l’enclos (fig. 9), à proximité de la cour domestique. De forme rectangulaire, il mesure 2 m de longueur pour 1,30 m de largeur.

Un bâtiment particulier

48Le bâtiment ST38, orienté sud-ouest/nord-est, se situe dans l’angle sud-est de l’enclos. De forme rectangulaire et bâti sur sablières basses, l’édifice mesure 7,70 m de longueur pour 2,50 m de largeur, soit une superficie d’environ 19 m².

image

Fig. 14. Plan du bâtiment ST38 et de la fosse F26 et cliché de la fosse F26 (DAO : P. Dumas-Lattaque).

49Une fosse (F26) est implantée dans l’angle sud-est du bâtiment (fig. 14). Elle a une forme quadrangulaire, mesurant 1,20 m de longueur et 0,55 m de largeur pour 0,40 m de profondeur. Tout le pourtour de cette fosse est couvert d’une couche charbonneuse noire, meuble et homogène, dans laquelle étaient piégés des fragments métalliques et des clous. Ce type de structure est connu en Champagne notamment sous le nom de cave-coffre ; des fosses similaires ont été fouillées rue de Venise à Reims (ROLLET, BALMELLE, 2000) ou encore sur le site des Monts à Plichancourt (GESTREAU, JEMIN, 2009). Cette cave-coffre devait accueillir un coffrage en bois, matérialisé par la couche charbonneuse et les clous servant à son assemblage. Si le système de fermeture de la structure est difficilement identifiable, une trappe facilement amovible semble le plus plausible. Le comblement de la fosse a livré de très nombreux fragments de terre cuite architecturale, de la céramique, du verre et un lot de monnaies accompagné d’un rasoir. Une étude carpologique a montré la présence d’une importante concentration de graines. Il s’agit d’un petit stock de céréales (blé nu et orge vêtue) accompagné de quelques légumineuses (pois et lentille). Les monnaies et la céramique découverts dans le comblement de la cave-coffre datent sa destruction de la seconde moitié du IIIe s.

50Le bâtiment était recouvert sur toute sa moitié sud et jusqu’au fossé d’enclos d’un niveau de destruction composé de limon hétérogène avec de nombreux fragments de terre cuite architecturale, daté lui aussi de la seconde moitié du IIIe s. Ajoutés à la présence de charbons et de fragments de terre cuite architecturale brûlés dans le comblement de la fosse, ces éléments plaident en faveur d’une destruction par incendie. L’identification de la fonction de ce bâtiment est problématique. S’il peut être interprété comme un habitat du fait de la présence de la cave-coffre avec le petit stock de céréales et les objets personnels (rasoir et monnaies), sa surface étroite pose problème, l’espace habitable s’avérant trop petit (16 m² et seulement 2,50 m de largeur). Inversement, dans l’hypothèse d’une annexe agricole, la surface paraît cohérente mais la présence, dans cette cave-coffre, d’objets personnels pose alors un problème d’interprétation.

L’alimentation en eau

51Le puits F528 est au centre du site (fig. 9). Il a été recoupé par le creusement d’une fosse postérieur ; nous ne connaissons donc pas sa partie supérieure (mais on la suppose évasée comme sur les autres puits du site). Le conduit se divise en deux parties : la partie supérieure a un plan ovale, de 1,72 m par 1,46 m, avec un comblement hétérogène composé d’une alternance de couches de craie provenant d’effondrements de parois et de couches de limon brun plus ou moins chargées en craie. Dans la partie inférieure, le conduit se rétrécit et ne mesure plus que 1,36 m par 1 m avec un comblement de craie beige ou blanche. Le fond a été atteint à 10,70 m sous la surface soit une altitude de 77,42 m NGF. Ce comblement quasi exclusif de craie trouve sûrement son explication dans le décalage perçu dans les premiers mètres. L’abandon du puits, daté de la deuxième moitié du IIIe s. par la céramique, pourrait être la conséquence d’un effondrement de la paroi en craie dans la partie supérieure. Ce comblement accidentel expliquerait le creusement de deux autres puits à proximité afin de maintenir l’approvisionnement en eau.

52L’étude carpologique menée sur les sédiments provenant du fond du puits n’a pas permis d’identifier de graines provenant d’espèces cultivées, hormis un noyau de prune. Elle ne nous renseigne donc pas sur les activités humaines environnantes. En revanche, les nombreuses semences provenant d’espèces sauvages (69 taxons identifiés) permettent d’esquisser une approche environnementale des abords de l’établissement. Ainsi, l’absence de graines d’arbre et le besoin de luminosité caractérisant ces espèces suggèrent un environnement largement ouvert. De plus, les nombreuses graines d’adventices des cultures montrent que des champs cultivés se situaient à proximité immédiate du site.

II.1.4. Mobilier

La céramique

53Le corpus de céramique pour cette phase étant faible (445 tessons), les comparaisons quantitatives ne paraissent pas appropriées. La céramique (fig. 15) provient des comblements des vestiges et date leur abandon de la seconde moitié du IIIe s.

image

Fig. 15. La céramique de la cave ST10 et de la fosse F490. Vue du médaillon et du manche de canif pliant avec sa lame en fer (cultellus) provenant de la fosse F26 (dessin : L. Huart, DAO : M. Arnaud, cliché : Reims Métropole).

54La vaisselle de table se divise en trois catégories de céramiques provenant essentiellement des ateliers de l’est de la Gaule. La production d’Argonne est représentée par de la terre sigillée, de la céramique engobée et de la céramique métallescente (bol à lèvre en baguette Drag. 37, quelques formes fermées et des gobelets à lèvre en corniche Stuart 2). Les productions champenoises sont, quant à elles, représentées par des pots à boire à lèvre effilée ou lèvre en bourrelet Reims Saint-Remi P8 et par un bol à bord horizontal courbe Reims J4 en terra nigra et céramique fine régionale sombre. Cette diversité de productions régionales vaut également pour la céramique commune claire. Le service des liquides est majoritairement assuré par de la céramique commune claire (cruche à lèvre triangulaire Reims 112) mais également par des cruches issues des ateliers d’Argonne ou du sud du massif ardennais. La vaisselle à feu est largement dominée par la céramique rugueuse sombre. Son répertoire (des jattes à bord incliné en crochet et à gorge supérieure Reims J2, des poêlons à lèvre en bourrelet et/ou à parois moulurées Reims J40 et Reims J41, des pots à cuire à bord oblique épais avec sillon médian et gorge interne Reims P15 et un pot à cuire à bord en bandeau avec sillon médian et gorge interne Reims P16) est davantage diversifié que celui de la céramique rugueuse claire (pot à lèvre épaissie Reims P1). Enfin le transport et le stockage des denrées sont représentés par des éléments d’amphores, notamment en provenance de la province de Bétique et d’un vase de stockage à lèvre moulurée aplatie sur la paroi Gose 357/358.

Les monnaies

55Une monnaie (dupondius d’Hadrien) provient du puits mais la découverte la plus intéressante est le lot monétaire trouvé dans la cave-coffre F26. Les monnaies de ce lot forment un ensemble original (PILON, DUMAS-LATTAQUE, 2013) qui pourrait correspondre au contenu d’une bourse. Il se compose d’un sesterce de Trajan, de trois sesterces d’Antonin, d’un dupondius de Commode, d’un sesterce de Septime Sévère, d’un sesterce de Geta, de deux dupondius de Maximin I, d’un dupondius de Gordien III et d’un médaillon de Marc Aurèle et Commode (fig. 15). L’ensemble est daté du début des années 250, soit le milieu du IIIe s. Elles étaient accompagnées de deux clous en alliages cuivreux provenant sans doute de la bourse elle-même et d’un objet se présentant sous la forme d’un manche de canif pliant en os avec sa lame en fer dont l’une des extrémités prend la forme d’un rapace, peut-être une chouette ou un hibou. Cet objet, nommé « cultellus » à l’époque antique, pouvait servir comme rasoir ou comme instrument de manucure (BRIVES, DUMAS-LATTAQUE, à paraître).

Les autres mobiliers

56Le corpus des objets métalliques se compose essentiellement de clous et de tiges, excepté un petit pilastre ou socle de statuette en alliage cuivreux argenté ou étamé malheureusement découvert dans une fosse coupée au diagnostic, ainsi qu’un cerclage de seau et un sabot de freinage de voiture à cheval en fer dans le puits F528 (BRIVES, DUMAS-LATTAQUE, à paraître). Un fragment de pierre à aiguiser en schiste ainsi qu’un fragment de marbre ornemental ont été trouvés dans les structures de cette phase.

II.1.5. Synthèse

57Tous les vestiges précédemment décrit sont comblés lors de la deuxième moitié du IIIe s. Certains sont remblayés ou détruits lors de cette phase (cave ST10, fosse F490, fossé ST24, palissade ST16, ST27, ST28 et ST32, bâtiment ST13 et ST38, puits F528) tandis que d’autres continuent d’être utilisés jusqu’à la phase suivante (bâtiment ST5, enclos ST22, latrine F1, silo F3, grenier ST33 et fossé ST39).

Organisation spatiale

58L’occupation de cette phase (légèrement antérieure à la deuxième moitié du iiie s.) est structurée par le fossé d’enclos ST24 et l’ensemble bâtiment d’habitation/cour de service. L’ensemble des vestiges est localisé à l’intérieur de cet espace. À l’ouest, la limite de l’implantation semble être matérialisée par le fossé ST39. Le système fossoyé est doublé d’un réseau de palissades internes qui suivent l’orientation de l’enclos principal et en sont distantes de près de 5 m. Une quatrième palissade en arc de cercle (ST28) ferme la zone au nord.

59À l’intérieur de ce vaste espace (près de 1 700 m²), les aménagements sont disposés en bordure du fossé, laissant une zone vide au centre. Ce vide provient en réalité du creusement postérieur d’une fosse qui a détruit toute trace d’occupation antérieure. Plusieurs bâtiments structurent l’organisation de cette phase : le bâtiment d’habitat ST5 et sa cour de service ST22 à l’ouest, les bâtiments ST13 et ST38 à l’est et la cave ST10 au nord. Les bâtiments semblent donc se répartir en deux groupes avec d’un côté la partie habitat et de l’autre les bâtiments agricoles.

Un habitat rural

60Le secteur probable d’habitat, regroupé à l’ouest du site, dessine un alignement qui ferme l’enclos dans sa partie occidentale. Le bâtiment, avec son foyer et sa cave, forme une habitation d’environ 40 m². L’activité domestique y est représentée par un foyer d’angle caractéristique qui sert aux activités de la vie quotidienne (préparation des repas,…) et au chauffage de l’habitation. Les objets de la vie quotidienne sont également nombreux et variés. La céramique se compose de vaisselle de table, de céramique pour le service des liquides et de vaisselles à cuire. On notera également la présence d’épingles en os utilisées comme éléments de parure. Comme pour la cave F2 de la phase précédente, la quantité de graines présente dans le comblement de la cave F306 est très faible, voire anecdotique. Il n’est pas possible d’y voir un stockage exclusif de céréales ; au contraire, sa position à l’intérieur de l’habitation suggère plus probablement un rôle de stockage domestique associant denrées alimentaires et outils ou objets personnels. La cour ST22, située à proximité du bâtiment, semble servir pour les activités domestiques. Elle se trouve dans le prolongement du bâtiment et ferme l’enclos ST24 au sud. Elle renferme une structure de stockage F3 et une possible latrine F1. L’absence de vestiges au centre de cet enclos argumente en faveur d’une cour à vocation domestique. Enfin, l’accès à l’eau est attesté par le puits F528, au centre du site, qui devait servir aussi bien aux activités domestiques qu’agricoles.

Une activité agricole

61La partie agricole est représentée par la cave ST10 et les deux annexes ST13 et ST38, situées à l’est du site. Contrairement à la cave F306 qui se trouve à l’intérieur du bâtiment d’habitat, la cave ST10 est isolée et forme un bâtiment de stockage indépendant. L’analyse carpologique a montré une absence totale de graine mais cela ne permet pas d’affirmer que cette cave n’a pas servi au stockage des céréales (le milieu a pu être défavorable à la conservation des graines). Quoi qu’il en soit, les traces de calage des vases de stockage démontrent bien une fonction de stockage de denrées.

62Le bâtiment ST13 a la forme d’une annexe agricole dont la fonction précise demeure difficile à définir. Il pourrait s’agir d’un grenier, d’un abri pour les bêtes ou encore d’un lieu de stockage pour du fourrage ou des outils.

63L’identification du bâtiment ST38 est ambiguë. En effet, ses dimensions (7 m de longueur mais surtout 2,30 m de largeur, soit environ 16 m²) ne permettent pas d’en faire un bâtiment d’habitat mais plaident plutôt en faveur d’un bâtiment annexe. La présence de la petite cave-coffre F26 renfermant un lot monétaire et un petit rasoir nous interpelle sur la présence de ces éléments personnels dans un bâtiment annexe. La composition du lot monétaire s’avère particulièrement originale et comporte un médaillon en bronze dont on ne connaît que très peu d’exemplaires. Le petit canif qui les accompagne est très soigné. La position du bâtiment dans la partie agricole de l’établissement et le stock de céréales découvert dans la cave-coffre font cependant penser qu’il s’agit effectivement d’un bâtiment agricole. Les céréales trouvées dans son comblement apportent des informations sur les produits consommés sur le site mais également sur les probables exportations vers la ville de Reims. En effet, ce stock se compose entre autres de blé nu, céréale très consommée par les populations urbaines, comme cela a été démontré sur les sites de « Rockefeller » ou « Saint-Symphorien » à Reims (MATTERNE, 2009). Les autres céréales et légumineuses présentes seraient plutôt à mettre en relation avec une consommation domestique. La situation de l’exploitation, à proximité des voies se dirigeant vers la ville de Reims, semble confirmer l’hypothèse d’une exploitation agricole tournée vers la production de céréales à destination du marché urbain. Enfin, l’ensemble monnaies/rasoir semble être le résultat d’une thésaurisation peut-être en lien avec l’activité économique de l’établissement, ce qui expliquerait sa découverte dans la partie agricole de l’exploitation avec des lots de céréales.

64L’organisation de l’établissement avec son enclos ouvert à l’est, soit à l’opposé des voies situées à l’ouest, peut dès lors paraître surprenante. Il faut peut-être y voir la volonté de mise en avant du bâtiment d’habitation plutôt que de la partie agricole de l’exploitation, afin de valoriser l’exploitation visible depuis les voies.

65Le plan général des vestiges montre une spatialisation bipartite claire des vestiges. On voit en effet, d’une part l’habitat dans la partie occidentale qui forme un bloc cohérent et ferme l’enclos, et d’autre part, la partie liée à l’activité agricole, qui est regroupée dans le secteur oriental de l’enclos. L’établissement rural du « Champ Drillon » constitue ainsi un bon exemple du principe de bipartition dans les campagnes champenoises au IIIe s. L’exploitation agricole du « Champ Drillon » semble axée principalement sur la production de céréales à destination de la ville de Reims. Il est probable qu’il ne s’agissait pas d’une monoculture mais que l’élevage faisait également partie des productions de l’établissement ; il a cependant laissé moins de traces. Les environs du site peuvent être restitués grâce à l’analyse des prélèvements réalisés dans le puits. Il s’agit d’un milieu largement ouvert, mis en valeur par la culture de céréales. Cette analyse fonctionne bien avec l’interprétation du site comme établissement agricole. L’analyse carpologique sur les sédiments du puits montre que les parcelles cultivées se trouvaient à proximité immédiate de l’installation.

II.2. Une série de réaménagements à la fin du IIIe s. et au début du IVe s.

66Le fossé d’enclos ST24 qui délimitait l’occupation a été remblayé à la phase précédente. Il est cependant probable que sa limite perdure sous forme d’une haie, d’un talus ou plus simplement d’un comblement incomplet puisque aucun vestige ne s’implante au-delà. Plusieurs structures en activité lors de la phase précédente sont abandonnées ou remblayées lors de cette phase : la latrine F1, le silo F3, le bâtiment ST33 et la cave F306. Le secteur lié à l’habitat se déplace au sud-est du site avec la construction du bâtiment ST18, tandis que la zone nord-ouest se spécialise autour des activités agricoles (fig. 16).

image

Fig. 16. Plan du site à la fin du IIIe s. et au début du IVe s. (DAO : M. Arnaud, P. Dumas-Lattaque).

II.2.1. Un nouveau bâtiment d’habitation

67Il est formé d’un corps principal rectangulaire orienté sud-est/nord-ouest auquel a été ajoutée une pièce d’angle au nord-est. Le corps principal (ST18) ne subsiste qu’en fondations de murs en craie concassée et tranchée de récupération. Il mesure 13,50 m de longueur pour 5,50 m de largeur, soit une surface d’environ 74 m². Il est divisé en deux pièces par un mur de refend. Les sols ne sont pas conservés. La pièce d’angle (ST15) est un cellier rectangulaire légèrement excavé (fig. 17) dont les murs ont été récupérés. Elle mesure 4,20 m de longueur pour 3,60 m de largeur et 0,44 m de profondeur. En restituant la largeur des murs, la surface obtenue est d’environ 7 m² (2,80 x 2,60 m).

image

Fig. 17. Vue du cellier ST15 entièrement vidé (cliché : M. Arnaud).

68Le fond de la structure est marqué par de légers surcreusements qui peuvent correspondre à des trous de poteau ou à des calages pour des vases de stockage. Aucun système d’accès n’est perceptible. Le cellier et le bâtiment sont construits lors de cette phase, comme le montre le recoupement avec le fossé d’enclos ST24 abandonné à la phase précédente. Le cellier a une durée d’utilisation courte puisqu’il est comblé lors de cette même phase, d’après la céramique, tandis que le bâtiment ST18 perdure jusqu’à la phase suivante.

69Ce type de bâtiment rectangulaire avec une pièce d’angle est bien connu pour la période gallo-romaine. On en trouve de nombreux exemples dans tout le nord de la Gaule, et notamment à Bezannes. À une centaine de mètres au nord, un bâtiment similaire a été mis au jour lors du diagnostic de la zone 3B3 de la Z.A.C. de Bezannes (GARMOND, 2010). Il s’agit d’un bâtiment d’habitat avec une pièce de stockage à l’angle.

II.2.2. La réaffectation du premier habitat

70Le bâtiment ST5 continue d’être occupé. La cave F306 est remblayée volontairement dans un laps de temps assez court à la fin du IIIe s. ou au début du IVe s. comme le montre la céramique découverte. Le comblement supérieur de la cave comportait de nombreux fragments de mortier et de terre cuite architecturale, ce qui pourrait indiquer une séquence de destruction ou une phase de réfection, à l’issue de laquelle la décision d’abandonner la cave aurait été prise. L’espace du bâtiment continue d’être exploité jusqu’à l’abandon du site.

71Dans la cour de service, la latrine F1 et le silo F3 sont remblayés. L’abandon de ces deux vestiges est daté de la fin du IIIe s. ou du début du IVe s. par la céramique. Il est possible que l’enclos soit également abandonné mais l’absence de niveaux d’abandon ou de destruction ne permet pas de l’affirmer. Il pourrait également continuer d’exister et servir de zone de travail en lien avec la nouvelle fonction agricole et artisanale de la zone.

II.2.3. Des constructions liées à l’artisanat domestique et à l’agriculture

Un espace lié à l’artisanat des céréales

72Situé au sud-ouest du bâtiment ST5, le fumoir/séchoir mesure 3,10 m de longueur pour 1,64 m de largeur et 0,36 m de profondeur. Son plan est particulièrement atypique en raison de l’absence de symétrie (fig. 18) qui ne permet pas de le classer dans la typologie établie par P. Van Ossel (VAN OSSEL, 1992, p. 138). Il s’agit d’une fosse rectangulaire avec, au sud, la partie où l’on mettait les denrées à fumer/sécher (l’équivalent du laboratoire pour les fours à céramique). La sole, qui n’a pas été retrouvée, devait être soutenue par le mur situé contre l’extrémité sud de la structure composée de pierres et de tuiles disposées à plat liées également par un mortier blanc. La partie intermédiaire correspond à l’alandier. Le fond de la fosse est rubéfié et un massif maçonné est présent sur le côté est. Enfin, la partie nord correspond à la zone de travail.

image

Fig. 18. Plan, coupe et vue du fumoir-séchoir ST12 entièrement fouillé (DAO et cliché : M. Arnaud, P. Dumas-Lattaque).

73Un fumoir similaire a été fouillé sur la villa de Cuperly « La Perte » dans la Marne (GESTREAU, JEMIN,2002). Celui-ci présente un plan semblable avec un alandier en biseau et un « laboratoire » rectangulaire. Son orientation est cependant inversée, l’alandier est au sud et le laboratoire au nord. L’aspect moins ouvragé de la structure ST12, par rapport à celui de Cuperly, indique peut être la modestie de l’établissement rural de Bezannes.

74Un prélèvement réalisé dans le comblement a mis en évidence la présence de graines de céréales (majoritairement de l’orge vêtue et des céréales indéterminées) ; elle permet d’appuyer l’interprétation de la structure comme séchoir. Cependant, leur faible quantité n’interdit pas d’imaginer que la structure ait pu également servir comme fumoir.

75Accolé au fumoir/séchoir au nord, l’édifice ST34 est un bâtiment sur poteaux de forme rectangulaire qui mesure 7,60 m de longueur sur 3,35 m de largeur. Il abrite deux petits silos (F162 et 577) de morphologies similaires. De forme circulaire, ils mesurent environ 0,80 m de diamètre pour 0,50 m de profondeur. Les analyses carpologiques montrent une différence de contenu. Le silo F162 a livré des graines de céréales et de légumineuses (orge vêtue, blé et céréales ainsi que pois et féveroles) tandis que le silo F577 n’a livré que des céréales avec une majorité de blé (tendre, dur et barbu), largement devant l’orge vêtue (fig. 19).

image

Fig. 19. Plans et coupes de F162 et F577 (DAO : M. Arnaud, P. Dumas-Lattaque).

76La présence des deux fosses-silos confère au bâtiment ST34 une fonction de stockage qui fonctionne avec le fumoir/séchoir ST12 auquel il s’adosse en partie sud. On peut ainsi restituer une association de proximité entre le stockage des denrées et leur lieu de transformation.

II.2.4. L’alimentation en eau

Le puits F415

77Ce puits se situe à proximité du bâtiment ST18. En surface, il apparaît sous la forme d’une tache circulaire assez large (3,46 m de diamètre), et son profil présente une forme d’entonnoir. Lors de sa construction, pour pallier la mauvaise qualité de la craie et les éventuels éboulements, une fosse, plus large que le puits lui-même, a été creusée afin de bâtir un parement en pierre dont la trace a été trouvée dans la partie inférieure. Sous cette première partie, le creusement du puits devient vertical et adopte une section rectangulaire. Un bac en pierre monolithique a été jeté dans le conduit et s’y est calé de biais (fig. 20). C’est également à ce niveau qu’apparaît le cuvelage en pierre du puits, composé de blocs de grès et de meulières sans liant. La dernière partie, directement creusée dans la craie, est de forme rectangulaire (1,48 m de longueur pour 1,28 m de largeur). Elle était comblée par un limon clair avec beaucoup de blocs de pierres et des nodules de craie. La nappe phréatique a été atteinte à une altitude de 79 m NGF et le fond du puits à 75,68 m NGF.

image

Fig. 20. Vue du puits F415 et du bassin monolithique (cliché : Ch. Carlier).

78Le bac monolithique en craie, responsable de la formation du bouchon, devait se trouver à l’origine à proximité du puits et servir à recueillir l’eau puisée. Il mesure 1,22 m de longueur pour 1 m de largeur et 0,12 m de profondeur. Une bonde, située à la base d’un des grands côtés, permettait de récupérer l’eau via un système de fermeture et/ou de contrôle du débit (type robinet) fixé sur cette ouverture. Sa faible profondeur ne permet pas d’y voir un abreuvoir ou une réserve d’eau. L’hypothèse d’un évier paraît donc la plus plausible. L’étude pétrographique a montré que la craie utilisée pour fabriquer ce bassin provient d’une zone située à environ 30 km au nord-ouest de Reims. Il existe peu de parallèles pour ce type de bac. En effet, les éléments monolithiques représentent une grande quantité de pierre et ils sont très souvent réutilisés, débités en moellons ou calcinés pour en faire de la chaux. Une cuve monolithique a néanmoins été découverte sur le site du Fâ, à Barzan (Charente-Maritime), dans le puits qui alimente les thermes de cette petite ville (BOUET, 2003, p. 117 et 170). Elle a été interprétée comme le réceptacle pour l’eau puisée par la noria. Elle est cependant de forme un peu différente, rectangulaire (1,74 par 0,69 m), avec des parois plus hautes (0,40 m) et présente deux bondes au lieu d’une.

79Les résultats de l’étude carpologique menée sur les sédiments sont comparables à ceux obtenus pour le puits F528 et permettent de restituer un environnement ouvert, sans arbre ni haie, avec des champs cultivés (présence d’adventice des cultures).

Le puits F262

80Ce puits est situé à l’intérieur de l’enclos ST25. Sa partie supérieure présente un profil évasé en forme d’entonnoir d’environ 2,80 m de diamètre. Un anneau circulaire de près de 6 m constitue le blocage externe du puits. Ce principe de cône de creusement de puits est connu, notamment à Cernay-lès-Reims « Les Petits Didris » (Marne). Comme pour le site de Bezannes, le puits de la villa des Didris, attribuable à l’Antiquité tardive, est construit à partir d’une importante fosse de 6 à 7 m de côté (équivalent à F213) dans laquelle a été creusé l’entonnoir du puits (KOEHLER, 2004). Cette technique de construction est rendue nécessaire par la fragilité de la craie en surface, nécessitant de créer un vaste avant-trou pour atteindre les niveaux géologiques plus compacts sans risque d’effondrement. Le conduit du puits débute donc 1,50 m en dessous du cône de creusement. Il se resserre et adopte alors un creusement de section circulaire avec des parois droites. Le substrat géologique sert directement d’encaissant ; aucun parement ou cuvelage n’a été découvert. Le comblement du puits se compose principalement de couches de limon brun avec des passes de gros nodules de craie. La nappe phréatique a été découverte à 9,30 m, soit 78,82 m NGF, et le fond à 78,60 m NGF. La datation par carbone 14 (Ly-15782) d’un ossement découvert au fond du puits situe son comblement de 440 à 612. Il est donc fort probable que ce puits ait été construit aussitôt après le remblaiement (accidentel ?) de F415, afin de maintenir un accès à l’eau, mais il est comblé lors de la phase suivante.

II.2.6. Le mobilier

La céramique

81Le corpus de céramique s’élève à 1237 tessons, réduits à 53 individus minimum, l’ensemble étant daté de la fin du IIIe s. et du début du IVe s. Le répertoire de la vaisselle de table est dominé par la terre sigillée argonnaise bien que la céramique engobée et la céramique métallescente, également argonnaises, et la céramique fine régionale sombre soient encore présentes (fig. 21).

image

Fig. 21. La céramique de la cave F306 (dessin : L. Huart, DAO : M. Arnaud).

82La sigillée est représentée par des assiettes hémisphériques Drag. 32, des coupes tronconiques Drag. 33 ou hémisphériques Drag. 40, un mortier lisse à collerette Drag. 38 et des bols à lèvre en baguette Drag. 37. Les autres catégories de céramique sont représentées par des gobelets à haut col tronconique Niederbieber 33, à col concave et lèvre effilée ou à col concave court et lèvre en bourrelet Reims Saint-Remi P8, et des bols à bord horizontal courbe Reims J4. Le service des liquides réunit des productions argonnaises, champenoises et ardennaises. Il est représenté par des cruches à deux anses à bord mouluré et évasé Reims 203 ou à lèvre horizontale Reims 211. La vaisselle de cuisson présente également un répertoire morphologique diversifié. Comme pour le corpus de la phase précédente, la céramique rugueuse sombre domine largement la céramique rugueuse claire. La batterie de cuisine se compose de plats à cuire à parois évasées Reims A2 et à lèvre en bourrelet Reims A8/A9. Ils sont associés à des jattes à bord en crochet et à gorge supérieure Reims J2, hémisphériques à bord horizontal courbe Reims J4, à lèvre en bandeau avec sillon médian et gorge interne Reims J12/J13, hémisphérique à lèvre en bourrelet Reims J29/J30 et à un poêlon à lèvre en bourrelet et parois moulurées Reims J40. Ils sont accompagnés de pots à cuire à col et à lèvre épaissie Reims P1, à bord incliné en crochet Reims P7, à bord en bandeau à gorge interne Reims P10/P11 et à bord en bandeau avec sillon médian et gorge interne Reims P16. On note également la présence d’une bouilloire et d’un couvercle à lèvre en bourrelet aplati Reims CV1. Des parois de dolium et d’amphores provenant de la province de Bétique et peut-être d’Italie complètent ce corpus.

Le mobilier métallique

83Le corpus se compose de 40 individus (fig. 22), essentiellement concentrés dans le cellier ST15 et dans la cave F306 (BRIVES, DUMAS-LATTAQUE, à paraître). La vocation domestique du cellier ST15 est confirmée par la présence d’une pelle à feu, objet nécessaire à l’entretien du foyer, et d’un poinçon vraisemblablement utilisé pour l’entretien des bâtiments et la réparation des instruments domestiques et agricoles.

image

Fig. 22. Clichés du mobilier métallique issu de la phase de réaménagement : compas, poinçon et pelle à feu (dessin : A.-L. Brives, clichés : Reims Métropole).

84Les autres objets mis au jour dans cette structure sont essentiellement des éléments de quincaillerie, à mettre en relation avec la structure constitutive du bâtiment. La cave F306 a livré un compas en alliage cuivreux entièrement conservé et de très belle facture : il s’agit d’un instrument de mesure utilisé par les artisans travaillant aussi bien le bois, la pierre ou le métal que les matériaux plastiques (DUVAUCHELLE, 2005, p. 105) ; il est donc difficile de lui attribuer un usage précis.

Les autres mobiliers

85Trois fragments de meules ont été découverts pour cette phase, une dans la cave F306 et deux dans le puits F415. Deux d’entre elles présentent des traces de remploi (maçonnerie et polissoir).

II.2.7. Synthèse

Organisation spatiale

86Le fossé d’enclos ST24 qui délimitait l’occupation précédente est remblayé. Il est cependant probable que ce remblaiement ne soit pas complet et que le tracé de l’enclos constitue encore une limite forte. En effet, l’ensemble des vestiges appartenant à cette phase est situé à l’intérieur de l’espace délimité par le tracé de l’ancien enclos. Les palissades qui en structuraient l’intérieur disparaissent également et ne sont pas remplacées. Les vestiges de la phase précédente sont conservés après modifications (bâtiment ST5 avec sa cour ST22) ou détruits (cave F306, latrine F1, silo F3 et bâtiment ST33). De nouveaux bâtiments sont construits : un bâtiment d’habitat (ST18), un fumoir/séchoir ST12 et le bâtiment ST34.

L’habitat

87Le bâtiment ST5 change de fonction et un nouvel habitat ST18 est construit au sud. L’ancien habitat est transformé ; la cave F306 est remblayée mais le bâtiment continue d’être occupé puisque les couches de destruction/abandon de l’édifice sont datées de la phase suivante (cf. infra). Les analyses carpologiques ont permis de mettre en évidence une forte présence de graines céréalières, piégées dans la couche d’incendie du bâtiment. Il semble donc que suite à la création d’un nouveau bâtiment d’habitat, le bâtiment change de fonction et devienne une structure liée au stockage ou à l’artisanat, en relation avec la mise en place du fumoir/séchoir ST12. L’enclos ST22 voit ses structures comblées lors de cette phase. Il est possible cependant que cet enclos, formant alors une petite cour, ait été utilisé dans le cadre de la nouvelle activité d’artisanat liée à l’agriculture.

88La nouvelle partie résidentielle de l’exploitation est construite en limite sud du site. Le bâtiment possède une zone de stockage domestique qui prend la forme d’un cellier (ST15). Celui-ci a une durée de fonctionnement limitée puisqu’il semble construit et comblé au cours de la même phase. Les sols qui fonctionnaient avec le bâtiment n’existent plus en raison du fort arasement et aucun mobilier n’a donc été recueilli pour ce bâtiment. Cependant sa forme très classique permet de l’interpréter comme un bâtiment d’habitat. Accolé à ce bâtiment, un nouveau puits F415 est creusé en remplacement du puits F526 comblé à la phase précédente. Comme pour F528, il est probable qu’il serve à la fois pour les activités domestiques et pour les activités agricoles. Le puits F415 est remplacé lors de son comblement par le puits F262, situé à proximité.

89Plusieurs indices nous permettent de penser que nous avons affaire à une exploitation d’un niveau social intermédiaire. L’apparente « richesse » du domaine immobilier (bâtiment sur solin de craie concassé, parement du puits, bac monolithique,…) est contrebalancée par la faible présence d’objets relatifs à la vie personnelle (absence de fibules notamment). Ce déficit a également été perçu sur les sites voisins D1 et E de la ZAC de Bezannes (ACHARD-CORROMPT, 2010). Les quelques objets « précieux » (socle en bronze, fragment d’assiettes en alliages cuivreux,…) découverts sur le site ne reflètent probablement pas un niveau social plus élevé, mais constituent certainement des moyens de paiements en lien avec l’activité agricole du site (BRIVES, DUMAS-LATTAQUE, à paraître).

Les activités agricoles et d’artisanat domestique

90Le comblement des caves ST10 et F306 ainsi que celui du cellier ST15 montrent un changement dans le mode de stockage. Ce comblement/abandon des caves et celliers se retrouve dans beaucoup de sites ruraux gallo-romains à cette époque (VAN OSSEL, 1992, p. 131). La disparition de ces structures pourrait être compensée par la création des silos du bâtiment ST34. Cependant, ces structures ont une capacité de stockage nettement plus réduite. À ces deux structures, il faut également ajouter le bâtiment ST5 qui semble se spécialiser dans l’agriculture et notamment le traitement des céréales. Ces bâtiments de stockage sont complétés par le fumoir/séchoir ST12 dont la présence renforce la vocation agricole du site. Cette structure semble être utilisée dans la transformation des céréales comme en témoignent les graines mises au jour dans son comblement. Il est possible qu’elle ait été polyvalente et ait servi également pour la transformation d’autres denrées (notamment un traitement de produits carnés).

91L’association des structures ST5, ST12 et ST34 délimite un espace voué à un artisanat autour des céréales. Le terme d’artisanat paraît adapté à la situation : il s’agit en effet d’une transformation de la matière première brute - les céréales - en produit commercialisable, à savoir des céréales prêtes à être consommées. À cette activité céréalière, il faut ajouter pour le bâtiment ST5 une spécialisation dans le traitement de plantes condimentaires comme en témoigne la grande quantité de graines de moutarde trouvée dans la couche d’incendie (cf. infra). Une telle spécialisation et en telle quantité suggère une production pour le marché urbain et non pour la consommation domestique. Un mortier en céramique découvert dans cette même couche a pu servir à broyer ces graines.

92Un certain nombre d’outils mis au jour sur le site dans les couches d’abandon de la dernière phase appartient au domaine agricole, tels les fragments de meules, le peigne à carder, les ciseaux (cf. phase suivante). Ces outils ne sont pas fabriqués sur place bien que le site ait livré des scories qui témoignent du travail du métal. Ces scories, de par leur nombre et leurs caractéristiques, attestent la présence d’une petite forge destinée à la réparation d’objets métalliques. Cette forge n’a pas été clairement identifiée mais elle peut prendre la forme d’un simple foyer à même le sol, ce qui ne facilite pas sa détection. La présence de cette petite forge semble également être confirmée par la découverte de plusieurs outils utilisés dans le travail du métal. Enfin, les nombreuses pierres à aiguiser présentes sur le site ont, pour la plupart, servi à aiguiser des objets en fer comme le montre l’étude tracéologique (DUMAS-LATTAQUE et alii, 2012)

93Cette phase, datée de la fin du IIIe s. et du début du IVe s., mêle des abandons de certaines structures et la création de nouvelles. L’espace nord-ouest du site change de fonction, on y trouve désormais des activités agricoles ou d’artisanats domestiques tandis que la zone dévolue à l’habitat est déplacée plus au sud avec la construction du bâtiment ST18.

94Bien que l’organisation du site évolue, on retrouve une partition entre habitat et activités agricoles encore majoritairement tournées vers la production de céréales destinées au marché urbain. Cependant, on note une diversification de cette activité avec le traitement de plantes condimentaires, elles aussi destinées à des consommateurs urbains. La pratique de l’élevage est attestée par l’étude archéozoologique au moins dans le cadre domestique. En marge de ces activités agricoles, des activités domestiques liées à l’entretien du matériel et des bâtiments ont été perçues notamment grâce aux différents outils découverts et à la présence d’une forge de réparation.

II.3. L’abandon de l’établissement et sa réoccupation ponctuelle lors de la deuxième moitié du IVe s.

95Cette phase correspond à l’abandon des dernières structures liées à l’établissement agricole. La totalité des structures des phases 2 et 3 encore en activité sont abandonnées lors de cette phase. Ce constat s’appuie sur le mobilier issu de leurs comblements mais aussi sur la présence d’un certain nombre de niveaux d’abandon ou de destruction. Les matériaux de construction des bâtiments sont récupérés et, dans le même temps, une carrière d’extraction de craie apparaît (fig. 23).

image

Fig. 23. Plan du site dans la deuxième moitié du IVe s. ap. J.-C. (DAO : M. Arnaud, P. Dumas-Lattaque).

II.3.1. Une série d’abandons

96Au nord-ouest du bâtiment ST18, trois concentrations de couches hétérogènes ont été individualisées. Toutes trois se présentent sous la forme d’un limon brun foncé très chargé en terres cuites architecturales et pierres, considérés comme les résidus liés à la séquence de destruction/récupération du bâtiment ST15/ST18. De la céramique date ces niveaux de démolition de la deuxième moitié du IVe s.

97Le bâtiment ST5, quant à lui, est scellé dans sa moitié nord par une couche d’incendie (US 9). La céramique et les monnaies issues de cette couche sont datées du milieu du IVe s. Une analyse carpologique a révélé une forte présence de graines. L’échantillon prélevé se compose majoritairement d’orge vêtue, une céréale largement consommée à l’époque gallo-romaine, mais également, chose plus inhabituelle, de moutarde des champs. La quantité retrouvée (426 restes) montre clairement une exploitation de cette plante, voire sa culture (DUMAS-LATTAQUE et alii, 2012).

98La palissade ST31, localisée à l’est du site, se compose de sept trous de poteau. De la céramique a été découverte dans deux d’entre eux ainsi qu’une monnaie (Aes 3, Valens) qui ont permis de dater l’ensemble du IVe s. La palissade forme une ligne droite de 12,40 m de longueur avec deux retours perpendiculaires à chaque extrémité. L’espacement entre les trous de poteau est inégale.

99Le fossé ST35 se situe au nord du bâtiment ST5 autour duquel il forme un arc de cercle d’orientation est-ouest. Il mesure 31,50 m de longueur et fait la jonction entre les fosses d’extraction ST1 et ST2. Aucun recoupement n’a été perçu ; il semble plutôt que ce fossé s’interrompait au contact des fosses avec lesquelles il pourrait fonctionner, d’autant que leurs comblements sont synchrones. Il est possible que ce fossé ait servi de délimitation parcellaire ou encore de système de drainage. Plusieurs monnaies et un fragment de verre ont permis de dater le comblement de ce fossé du milieu du IVe s.

100Tout au nord du site, la fosse F253 avait été découverte lors du diagnostic (Sondage A 451, BOCQUILLON, 2007). Elle mesure 1,76 m de longueur pour 1,74 m de largeur et une profondeur de 0,12 m. Son comblement est daté de la deuxième moitié du IVe s. par la céramique et une monnaie.

II.3.2. Des activités d’extraction

Les dépressions

101La fosse ST1 mesure environ 18 m de longueur pour 16 m de largeur et environ 0,50 m de profondeur (fig. 24). Ses parois sont évasées et son fond est plat. La fosse ST2 est ovale et mesure 15 m par 11,50 m et 0,60 m de profondeur. Ses parois sont obliques et son fond est plat. La fosse F183 est une fosse ovale située entre les fosses ST1 et ST2. Elle mesure 12 m de longueur pour 8 m de largeur et 0,25 m de profondeur. Elle possède des parois obliques et un fond plat. Le comblement de ces trois fosses est daté de la deuxième moitié du IVe s. par la céramique.

image

Fig. 24. Vue aérienne des fosses d’extraction ST1 (au premier plan) et ST2 (cliché : P. Dumas-Lattaque).

102Une étude géomorphologique menée par L. Chalumeau (DUMAS-LATTAQUE et alii, 2012) sur le comblement des grandes fosses a permis de déterminer que leur creusement est d’origine anthropique. Il manque en effet, sur l’ensemble de leur surface, l’interface craie/limon que l’on retrouve ailleurs sur le site et qui se présente sous la forme d’une craie altérée. De plus, les parois de ces fosses sont trop abruptes pour être des parois naturelles.Cette origine anthropique des fosses oriente donc notre interprétation vers des fosses d’extraction de la craie. Il s’agirait d’une exploitation de la craie superficielle, laquelle a été fragilisée par l’érosion et est donc plus facile à extraire puisqu’elle est déjà en partie fragmentée.

Le réseau d’ornières ST19

103Il s’agit d’un réseau de treize segments d’ornières qui se situent au nord de la fosse F183. Au total, elles s’étendent sur environ 40 m (fig. 23). Les ornières mesurent entre 1 et 4 m de longueur. Leur orientation générale est sud-ouest/nord-est. Plusieurs groupes d’ornières ont un écartement régulier entre 1,55 et 1,60 m. Il pourrait s’agir des traces laissées par les chariots venant chercher la craie provenant des fosses d’extraction. Sur les voies découvertes à Bezannes (JEMIN, 2010), l’écart est compris entre 1,20 et 1,50 m. Ici, cet écartement est légèrement plus important (1,55 à 1,60 m). Ce décalage est peut être dû au faible nombre d’ornières découvertes qui ne constituent peut-être pas les pendants les unes des autres.

II.3.3. Le bâtiment ST40

104Localisé à l’ouest du site, il s’installe sur la fosse F183 (fig. 23). Il se compose de trois vestiges de blocs de pierres (meulières et grès) alignés sans liant ; ils ont été interprétés comme des murs mais il pourrait s’agir de tranchées de fondation. Ces trois murs forment un rectangle de 6,10 m de longueur pour 3,60 m de largeur. Ce petit bâtiment rectangulaire est orienté sud-ouest/nord-est. Ces murs ou tranchées de fondation peuvent être comparés à ceux du bâtiment trouvés lors du diagnostic de 3B3 (GARMOND, 2010) ; il s’agit également dans ce cas de tranchées de fondations constituées de blocs de pierres.

II.3.4. Le mobilier

105La dépression ST1 et la couche d’incendie US9 du bâtiment ST5 serviront de contexte de référence pour les différents mobiliers, ce sont les vestiges ayant livré le plus de mobilier intéressant en quantité et en qualité.

La céramique

106La céramique et les monnaies découvertes dans les couches d’abandon et de destruction de nombreux vestiges datent cette phase de la seconde moitié du IVe s.

image

Fig. 25. La céramique provenant de la couche d’incendie US9 (dessin : L. Huart, DAO : M. Arnaud).

107La vaisselle de table (fig. 25 et 26) est largement dominée par la terre sigillée argonnaise à hauteur d’environ 35 % du corpus total, dont une partie présente des décors à la molette. Le reste de la céramique fine est anecdotique (moins de 1 %), hormis la céramique fine régionale sombre (4,3 %).

image

Fig. 26. La céramique issue de la dépression ST1 (dessin : L. Huart, DAO : M. Arnaud).

108La terre sigillée argonnaise présente un répertoire riche et diversifié associant, entre autres, des assiettes hémisphériques à lèvre verticale Chenet 304 et Chenet 309, des coupes tronconiques Chenet 310, des coupes ou assiettes à lèvres horizontales Chenet 313 et Chenet 314 ou des mortiers Chenet 330 et Chenet 331. On note cependant que de tous les types en présence, les bols à lèvre en baguette Chenet 319 et Chenet 320 sont majoritaires. La céramique fine régionale sombre est, quant à elle, illustrée par les pots à boire à col court concave et lèvre en bourrelet Reims Saint-Remi P8, à large lèvre oblique Reims Saint-Remi P14 et à haut col tronconique et petite lèvre en bourrelet Niederbieber 33, ainsi que des bols à lèvre courbe horizontale Reims J4. Le répertoire des cruches est majoritairement occupé par des types à deux anses, à lèvre horizontale Reims 211, à col vertical et lèvre en bourrelet Reims 213 et à lèvre en anneau soulignée par une moulure anguleuse Reims 223. On peut également noter la présence de types à une anse à bord mouluré fortement évasé Reims 104 ou à lèvre en anneau Reims 114. La céramique commune claire réunit les productions de trois zones géographiques régionales : argonnaise, champenoise et ardennaise. La préparation des aliments est attestée par quelques mortiers champenois et argonnais à collerette Gose 453 et Gose 455-62. La vaisselle de cuisson, à l’instar de la vaisselle de table, réunit différentes catégories céramiques occupant le corpus de façon inégale. La céramique rugueuse sombre livre un corpus typologique très diversifié associant des plats à cuire à parois évasées et lèvre en amande Reims A3, à bord horizontal à gorge supérieure Reims A4, à lèvre simple ou épaissie Reims A6/7 et à lèvre en bourrelet externe Reims A8/9 ; des jattes à bord en crochet et à gorge supérieure Reims J2, à bord horizontal courbe Reims J4, à profil en esse à lèvre en bourrelet soulignée par une moulure Reims J15 et Reims J21, à paroi verticale et lèvre épaissie interne Reims J27, hémisphérique à lèvre en bourrelet Reims J29/30, à collerette Reims J32, à lèvre épaissie et collerette Reims J33-35 et à paroi verticale, légèrement évasée, lèvre simple ou épaissie soulignée par un filet externe Reims J38/39 et des poêlons à lèvre en bourrelet et parois moulurées Reims J40 ou non, Reims J41. Les pots à cuire sont également bien représentés avec des types à col et à lèvre épaissie Reims P1, à lèvre en amande Reims P6, à bord incliné en crochet Reims P7, à bord en bandeau à gorge interne Reims P8/9, à bord déversé et à rainure supérieure Reims P13, à bord oblique épais avec sillon médian et gorge interne Reims P15 et à bord en bandeau à sillon médian Reims P17. Il faut cependant noter que le pot à cuire à bord en bandeau avec sillon médian et gorge interne Reims P16 domine largement la batterie de cuisine. Enfin les couvercles à lèvre en bourrelet aplati Reims CV1, à lèvre triangulaire Reims CV3, à lèvre verticale Reims CV4 et à lèvre épaisse verticale moulurée Reims CV5 clôturent le répertoire de la céramique rugueuse sombre.

109La céramique rugueuse claire offre également un assemblage typologique intéressant associant différentes productions. On peut ainsi citer la production champenoise illustrée par un pot à cuire à lèvre épaissie Reims P1 et à lèvre avec gorge interne Alzei 27, mais surtout les productions issues des ateliers de Mayen, Speicher et Urmitz, localisés dans la région de l’Eifel, représentées par des plats à cuire Alzei 29, des jattes à lèvre en bourrelet interne Alzei 28, des pots à lèvre à gorge interne Alzei 27 et des bouilloires Alzei 30. Enfin, le plat à cuire à lèvre en amande Blicquy 5 en céramique à vernis rouge pompéien, le pot à cuire à lèvre en bourrelet rainuré Reims Saint-Remi 15-17 en céramique rugueuse dorée et le pot à cuire en céramique à dégraissant coquillé sont anecdotiques. Des éléments de dolium, d’amphores et de creusets clôturent ce corpus.

Le mobilier métallique

110Le corpus d’objets s’élève à 222 individus, pour l’essentiel concentrés dans la fosse d’extraction de craie ST1 (BRIVES, DUMAS-LATTAQUE, à paraître). On note une forte représentation des outils et instruments liés aux activités domestiques (fig. 27) – palette à fard en grès, stylet en fer avec incrustations métalliques, fer de lance, fragment de plat ovale en bronze étamé et petite douille en bronze – et agricoles : peigne à carder, paire de forces, appliques de harnais, jouguet, frette de moyeu de roue de char, ciseau droit… Le domaine immobilier est également représenté par de nombreux éléments de quincaillerie ainsi que par une clé à rotation.

image

Fig. 27. Clichés du mobilier métallique issu de la phase d’abandon : jouguet, peigne à carder, chaîne et paire de forces (dessin : A.-L. Brives, clichés : Reims Métropole).

II.3.5. Synthèse

Les traces d’abandon et les dernières occupations

111Les bâtiments de la phase précédente sont abandonnés comme le montrent la couche d’incendie du bâtiment ST5 et la couche de destruction du bâtiment ST18. Le fumoir/séchoir ST12, les greniers ST34 et les puits F262 et F415 sont comblés.

112La nouvelle occupation comprend le petit bâtiment ST40, installé sur la fosse d’extraction F183, ainsi que la palissade ST31 au nord-est du site. Leur interprétation est difficile, le bâtiment étant très arasé et la palissade isolée. Quelques fosses ainsi qu’un fossé qui rejoint les deux dépressions sont également datés de cette phase.

L’extraction de craie

113Les grandes dépressions ST1 et ST2 sont liées à une activité d’extraction de craie. Le comblement de ces fosses est daté de cette phase mais il est possible que cette activité débute dès la phase précédente, notamment pour la dépression ST2. Il est difficile de connaître le volume exact que représente cette extraction en raison de l’irrégularité des fosses mais on peut estimer que ce sont environ 200 m3 de craie qui ont été extraits. Ce type de structure se retrouve fréquemment en Champagne crayeuse mais leur interprétation varie entre fosses d’extraction et dépressions naturelles. Dans le premier cas de figure, il est difficile de trancher quant à la nature des matériaux prélevés. À Bétheny « sous les Vignes » (Marne), plusieurs fosses ont été mises au jour dans des dimensions similaires ; l’une d’entre elles mesure en effet 25 m sur 10 m pour une quarantaine de centimètres de profondeur. L’hypothèse mise en avant s’appuie sur la faible profondeur de ces fosses qui n’entament pas le substrat sur une hauteur importante. Le but est alors de récupérer la craie altérée pour la fabrication de mortier (RABASTÉ, 2008).

114À « Champ Drillon », l’utilisation de la craie extraite n’est pas connue mais plusieurs hypothèses sont possibles. Elle a pu servir à la construction de bâtiments avec fondations en craie concassée, tel le grand bâtiment mis au jour plus au nord lors du diagnostic de la Z.A.C. (GARMOND, 2010). Il est également possible que la craie ait servi à produire de la chaux. Si aucun four à chaux n’a été découvert sur le site, il est possible que la craie ait été transportée brute jusqu’au lieu de transformation. Le site D1 fouillé en 2007 a également livré une vaste dépression interprétée comme une fosse d’extraction (ACHARD-COROMPT, 2010). L’activité d’extraction de matériaux aurait pu débuter dès la première moitié du IVe s. pour un colmatage à la fin de ce siècle. La contemporanéité de ces vastes fosses témoigne peut-être d’un véritable artisanat organisé mais dont la nature comme les destinations restent à démontrer.

115On assiste à l’abandon du site : les principaux bâtiments (ST5, ST18) sont détruits et les bâtiments annexes (ST34 et ST12) ainsi que les puits sont comblés. Il existe cependant une réoccupation ponctuelle (ST40) sûrement en lien avec la récupération des matériaux et l’extraction de craie. Avec cet abandon lors de la deuxième moitié du IVe s., le site du « Champ Drillon » suit un mouvement commun à tous les établissements ruraux du nord de la Gaule et auquel les occupations situées en périphérie de Reims n’échappent pas (VAN OSSEL, 1992 ; KOEHLER, 2004).

Conclusion

116L’occupation du Haut-Empire a été datée de la fin du Ier s. Les vestiges découverts montrent un site à vocation agricole divisé en deux parties : l’une, à l’ouest, dédiée au stockage et une autre, à l’est, axée sur l’élevage. La partie habitat n’a pas été identifiée avec certitude : un bâtiment présent sur le site peut jouer le rôle de bâtiment résidentiel mais son plan demeure sujet à caution. En revanche, un bâtiment d’habitat est connu à environ 400 m plus à l’ouest (site E, ACHARD-COROMPT, 2010). Les deux sites présentent des similitudes : ils sont fondés et abandonnés à la même période. Ce sont des créations ex-nihilo qui ne sont pas pérennes. Il est possible que ces deux sites soient liés et fassent partie d’un même ensemble avec une partition entre une pars urbana (site E) et une pars rustica (« Champ Drillon »). On serait alors face au schéma classique des exploitations rurales gallo-romaines qui sépare la partie habitat de la partie agricole et artisanale.

117L’occupation de l’Antiquité tardive, datée de la première moitié du IIIe s. au début du Ve s., est la plus représentée sur « Champ Drillon ». L’occupation prend la forme d’un établissement rural de statut intermédiaire à vocation agricole. Quatre phases d’occupation ont pu être différenciées. La première phase correspond à l’implantation de l’exploitation au cours de la première moitié du IIIe s. La seconde phase traduit une série de réaménagements et de constructions de la seconde moitié du IIIe s. au début du IVe s. Suit une phase d’abandon définitif de l’établissement lors de la seconde moitié du IVe s. Une dernière phase d’occupation sporadique et de nature différente prend place au début du Ve s.

118Suivant le schéma classique des établissementsagricoles pour la période gallo-romaine, le site est partagé entre une partie habitat et une partie agricole. L’emplacement de ces deux parties change lors du réaménagement de l’exploitation. Les caves et celliers sont comblés à la fin du IIIe s., comme souvent sur les sites de tradition romaine du nord de la Gaule à cette période. Lors de l’abandon du site, on observe une récupération des matériaux de construction des bâtiments ainsi que l’installation de carrières de craie. « Champ Drillon » continue donc d’être fréquenté, il existe même une occupation sporadique sous la forme de bâtiments mais il ne s’agit plus d’un établissement agricole d’ampleur conséquente comme lors de son installation.

119Grâce aux diagnostics et aux fouilles de la Z.A.C. de Bezannes, la zone péri-urbaine méridionale de la ville antique de Reims commence à être mieux documentée. La Z.A.C. de Bezannes a livré pas moins de six occupations gallo-romaines qui s’étendent de la conquête romaine jusqu’au Ve s. Le site du « Champ Drillon » vient compléter ces informations pour la période antonine et pour l’Antiquité tardive.

120Pour l’époque antonine, par rapport aux sites déjà connus que sont la nécropole du « Haut Torchant » (BONTROND, 2012) et l’habitat du site E (ACHARD-COROMPT, 2012), le site du « Champ Drillon » complète les connaissances de la Z.A.C. en renseignant le volet agricole de l’occupation. Il vient, par la même occasion, grossir le corpus des petits établissements ruraux fouillés en périphérie de Reims et peut être comparé à la ferme indigène gallo-romaine découverte à Cernay-lès-Reims (Marne) au lieu-dit « La Pelle à Four » (KOEHLER, 2003). Il s’agit d’une petite exploitation agricole organisée autour d’un bâtiment sur poteaux entouré par un fossé d’enclos. Cet établissement est fondé à l’époque augustéenne et abandonné à la fin du Ier s. ap. J.-C. La ferme connaît des réaménagements au cours du Ier s. par la construction de bâtiments en dur et de structures en creux associées (cave, puits, etc.). À ces similitudes intrinsèques que présentent les deux établissements de Bezannes et Cernay-lès-Reims, il faut ajouter que ces deux sites sont localisés à proximité d’axes de circulation en direction de Reims et à égale distance de la ville, soit environ 5 km.

121Pour l’Antiquité tardive, le site du « Champ Drillon » s’inscrit dans un environnement densément occupé. Les fouilles et diagnostics ont révélé deux nécropoles au sud et au nord (« Le Haut Torchant » ; BONTROND, 2012 et site K ; ACHARD-COROMPT, 2011), un établissement agricole au sud (Site D1 ; ACHARD-COROMPT, 2010) et un probable deuxième établissement agricole au nord (Site L ; ACHARD-COROMPT, 2011 ; GARMOND, 2010). Ces différents établissements ruraux semblent tous axés sur l’agriculture et la production de denrées agricoles pour la consommation urbaine. Leur relative proximité pose d’ailleurs la question de l’organisation spatiale de la zone. Ces différents établissements étaient-ils indépendants les uns des autres ou faisaient-ils partie d’un même domaine ? Si les relations entre ces différentes occupations ne sont pas encore perceptibles, leur abandon semble synchrone vers la fin du IVe ou au début du Ve s.

122L’étude menée par Pierre Ouzoulias et Paul Van Ossel sur les exploitations agricoles de la Plaine de France (OUZOULIAS, VAN OSSEL, 2009) montre que celle-ci est densément occupée par des établissements similaires au nôtre. Ils classent ce type de sites dans la catégorie des petites exploitations agricoles avec un bâtiment en dur et une superficie inférieure à un hectare comme celui de la Z.A.C. des Tulipes Sud à Gonesse dans le Val-d’Oise (BOUËTIEZ de KERORGUEN et alii, 2004). Ces établissements présentent plusieurs autres points communs : un environnement très ouvert avec un milieu arboré très réduit, une quantité de mobilier métallique important (notamment de l’outillage agricole) ainsi qu’une production agricole destinée au marché et non à une consommation domestique. Les auteurs observent une occupation dense de la Plaine de France qui pourrait être rapprochée de l’occupation que nous observons sur la commune de Bezannes et autour de la ville de Reims.

123Suivant une autre étude sur la typologie des établissements ruraux gallo-romains (NOUVEL, 2011), le site du « Champ Drillon » pourrait être interprété comme un établissement rural de statut moyen à supérieur (type villa gallo-romaine). Il en possède en effet certaines caractéristiques comme la partition entre l’habitat et les installations agricoles, ainsi qu’un certain niveau de vie, comme le montrent les bâtiments sur fondations de craie et le mobilier (socle en bronze, plat en alliage cuivreux, bassin monolithique…). Cependant ces objets de prestige ne sont pas présents pour leur rôle fonctionnel mais plutôt comme moyen d’échange lié à la production agricole de l’établissement (excepté pour le bassin). A contrario, la quasi-absence d’objets personnels (fibules, bagues, objets en verre…) et la faible taille de l’exploitation en feraient plutôt un établissement rural de faible statut. Il est probable que la réalité se situe entre les deux et que nous ayons donc ici l’exemple d’un établissement rural de statut moyen.

Bibliographie

ACHARD-COROMPT N., 2004, « Bussy-Lettrée, Europort ZAC 2, Mont Lardon », in : Bilan scientifique 2001, S.R.A. Champagne-Ardenne, p. 76-80.

ACHARD-COROMPT N., 2010, Bezannes, Z.A.C. 1, Sites D1 et E : deux installations rurales antiques en périphérie de Durocortorum,R.F.O., Inrap, Saint-Martin-sur-le Pré / S.R.A. Champagne-Ardenne.

ACHARD-COROMPT N., 2011, Bezannes, Z.A.C. 1, Sites K et L : deux nécropoles et un habitat antique en périphérie de Durocortorum, R.F.O., Inrap, Saint-Martin-sur-le Pré / S.R.A. Champagne-Ardenne.

ACHARD-COROMPT N., 2012, « La fouille d’un petit établissement gallo-romain de la seconde moitié du Ier s. ap. J.-C. à Bezannes, en périphérie de Reims (Marne) », R.A.E., t. 61, p. 337-349.

BANDELLI A., 2009, « Les restes fauniques antiques et médiévaux » in : ACHARD-COROMPT N. dir., Sillery (51) ‘Le Clos Harlogne’, R.F.O. de fouille archéologie préventive, 21-08 au 27-10-2006, Inrap, Saint-Martin-sur-le Pré / S.R.A. Champagne-Ardenne, p. 111-135.

BÉAL J.-C., 1983, Catalogue des objets de tabletterie du musée de la Civilisation gallo-romaine de Lyon, Lyon, Centre d’études romaines et gallo-romaines de l’Univ. J.-Moulin-Lyon III, 421 p., lxxi pl. (Coll. du Centre d’Études romaines et gallo-romaines, 1).

BOCQUILLON H., CULOT S., 2007, Z.A.C. de Bezannes, Tranche 1, février/mai 2007, R.F.O. de diagnostic, Saint-Martin-sur-le-Pré / Châlons-en-Champagne : Inrap, S.R.A. Champagne-Ardenne, dactylographié.

BONTROND R., 2011, Bezannes ‘Le Bas Torchant’, Z.A.C. de Bezannes, tranche 1, site D2, Marne, Champagne-Ardenne, R.F.O. de fouille, Reims, Service archéologique de Reims Métropole, S.R.A. Champagne-Ardenne.

BONTROND R., 2012, Bezannes ‘Le Haut Torchant’, Z.A.C. de Bezannes, R.F.O. de fouille, Reims, Service archéologique de Reims Métropole, S.R.A. Champagne-Ardenne.

BOUET A. dir., 2003, Thermae Gallicae : les thermes de Barzan (Charente-Maritime) et les thermes des provinces gauloises, Bordeaux, éd. Ausonius, 761 p. (11ème suppl. à Aquitania - Ausonius, Mémoires, 10).

BOUET A., 2009, Les latrines dans les provinces gauloises, germaniques et alpines, Paris, CNRS éd. (59ème suppl. à Gallia).

BOUËTIEZ de KERORGUEN E., BRULEY-CHABOT G., DAGUZON L., DURAND J., FOUCRAY B., FRÈRE S., LECONTE L., PISOT V., RENARD-VIGNAIS V.,2004, Gonesse (Val-d’Oise), Z.A.C. des Tulipes sud, Site gallo-romain, 11 fév.-11 mai 2003, R.F.O. de fouille, Pantin, Inrap, S.R.A. Île-de-France.

BRIVES A.-L., DUMAS-LATTAQUE P., à paraître, « L’apport du petit mobilier à la compréhension de l’établissement rural du ‘Champ-Drillon’ à Bezannes (Marne, 51) », in : Actes du colloque de Lyon (Monographie Instrumentum).

BRULET R., VILVOLDER F., DELAGE R., avec la coll. de LADURON D., 2010, La céramique romaine en Gaule du Nord : dictionnaire des céramiques : la vaisselle à large diffusion, Turnhout, Brepols, 462 p.

DENAJAR L., 2005, L’Aube, Paris, Acad. des Belles Lettres, 699 p. (Carte archéologique de la Gaule,10).

DERU X., ROLLET P., 2000, « La céramique gallo-romaine de la rue de Cernay à Reims (Marne) », i:RIVET L. dir., Actes du congrès de la SFECAG, Libourne, 1-4 juin 2000, Marseille, Soc. française d’Étude de la Céramique antique en Gaule, p. 335-366.

DRIARD C., 2009, Z.A.C. du Midi de la Plaine, Brie-Comte-Robert (77), R.F.O. de fouille, Limoges, Bureau d’études Éveha / S.R.A. Île-de-France.

DUMAS-LATTAQUE P., ARNAUD M., HUART L., POUPON F., BONTROND R., BRIVES A.-L., CABART H., CHALUMEAU L., FRONTEAU G., GARMOND, N., GROETEMBRIL S., LECLERC L., LOCATELLI Ch., PILON F., POUSSET D., SCHÜTZ G., TOULEMONDE F., VAN OSSEL P., 2012, Bezannes, ‘Le Champ Drillon’, site F, Marne, Champagne-Ardenne, R.F.O. de fouille archéologique, Reims, Service archéologique de Reims Métropole / S.R.A. Champagne-Ardenne, 2 vol.

DUVAUCHELLE A., 2005, Les outils en fer du Musée romain d’Avenches, Avenches, Musée romain d’Avenches, 232 p. (Documents du Musée romain d’Avenches, 11).

GARMOND N., 2010, Bezannes Z.A.C., Tranche 2, Phase 3b3 ‘Les basses Pièces’, ‘Le Champ Drillon’, Marne, Champagne-Ardenne, R.F.O. de diagnostic, Reims, Service archéologique de Reims Métropole / S.R.A. Champagne-Ardenne.

GESTREAU R., JEMIN R.,2002, Cuperly, ‘La Perte’, Opération archéologique TGV-EST. Vol. 1, Textes et illustrations, R.F.O. de fouille, Inrap, Saint-Martin-sur-le Pré / Châlons-en-Champagne, S.R.A. Champagne-Ardenne.

GESTREAU R., JEMIN R., 2009, Plichancourt, ‘Les Monts’, 01 octobre/19 décembre 2003. Vol. 1, Textes et illustrations, R.F.O. de fouille, Inrap, Saint-Martin-sur-le Pré / Châlons-en-Champagne, S.R.A. Champagne-Ardenne.

HERVÉ-MONTEIL M.-L., 2011, « La viticulture dans l’ouest de la Gaule Lyonnaise », in :POUX M., BRUN J.-P., HERVÉ-MONTEIL M.-L. dir., La vigne et le vin dans les Trois Gaules, Paris, CNRS éd. (Gallia, 68.1).

JEMIN R., 2010, Bezannes, Marne,Routes d’accès à la gare LGV, Voies antiques et portion d’un établissement rural de l’antiquité tardive, R.F.O. de fouille, Inrap, Saint-Martin-sur-le Pré / Châlons-en-Champagne, S.R.A. Champagne-Ardenne.

KOEHLER A., 2003, Cernay-les-Reims ‘La Pelle à Four’ : ferme indigène gallo-romaine, D.F.S., AFAN, Saint-Martin-sur-le Pré / Châlons-en-Champagne, S.R.A. Champagne-Ardenne.

KOEHLER A., 2004, Cernay-les-Reims ‘Les Petits Didris’ : villa gallo-romaine, D.F.S., AFAN, Saint-Martin-sur-le Pré / Châlons-en-Champagne, S.R.A. Champagne-Ardenne.

LEPETZ S., 1996, L’animal dans la société gallo-romaine de la France du nord, Amiens, 174 p. (Revue archéologique de Picardie, n° spécial, 12).

MATTERNE V., 2009, « Premier aperçu des activités agricoles en plaine champenoise à partir des études carpologiques », in :VANMOERKERKE J. dir., Le Bassin de la Vesle, du Bronze final au Moyen Âge, à travers les fouilles du TGV Est, Reims, Soc. archéologique champenoise, p. 45-56 (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 102, n° 2).

MOREAU C., 2009, « Les occupations protohistoriques et antiques du site de Bussy-Le-Château Bout de Forces (Marne) », in :VANMOERKERKE J. dir., Le Bassin de la Vesle, du Bronze final au Moyen Âge, à travers les fouilles du TGV Est, Reims, Soc. archéologique champenoise, p. 193-231 (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 102, n° 2).

NOUVEL P., 2011, « Structure et évolution de l’occupation rurale en Bourgogne du Nord de la fin de l’époque laténienne au début de l’époque romaine », i:REDDÉM. dir.,Aspects de la romanisation dans l’Est de la Gaule, Glux-en-Glenne, Bibracte, p. 431-445 (Bibracte, 21).

OUZOULIAS P., VAN OSSEL P., 2009, « Petites et grandes exploitations agricoles : le cas de la Plaine de France », in : LEVEAU P., RAYNAUD C., SABLAYROLLES R., TRÉMENT F., Les formes de l’habitat rural gallo-romain : terminologie et typologies à l’épreuve des réalités archéologiques, Actes du colloque AGER VII, Toulouse, 2007, Bordeaux, Ausonius, p. 111-123 (17ème suppl. à Aquitania).

PANNETIER V., 1996, « Les parties agricoles des villae dans le Nord de la Gaule (Ier au IIIe siècle après J.-C.) », Revue du Nord, Archéologie de la Picardie et du Nord de la France, t. LXXVIII, n° 318, p. 163-175.

PEYNE N., 2010, Les Perches – CSR 10 Ormes, R.F.O. de fouille, Limoges, Bureau d’études Éveha / S.R.A. Champagne-Ardenne.

PILON F., DUMAS-LATTAQUE P., 2013, « Découverte d’un médaillon aux bustes affrontés de Marc Aurèle et Commode à Bezannes (Marne) », Cahiers numismatiques, N° 197, sept. 2013, p. 23-38.

ROLLET P., BALMELLE A., 2000, Reims, Marne, 10-20 rue de Venise (1195-96), D.F.S., Reims, AFAN, S.R.A Champagne-Ardenne.

SÉGUIER J.-M., 2011, « L’habitat rural dispersé dans le secteur Seine Yonne : un état des lieux » i: REDDÉ dir.,Aspects de la romanisation dans l’Est de la Gaule, Glux-en-Glenne, Bibracte, p. 417-431 (Bibracte, 21).

RABASTÉ Y., 2008, Betheny ‘Sous les Vignes’, R.F.O. de diagnostic, Reims, Inrap / S.R.A. Champagne-Ardenne.

VAN OSSEL P., 1992, Établissements ruraux de l’Antiquité tardive dans le Nord de la Gaule, Paris, éd. du CNRS, 470 p. (51ème suppl. à Gallia).

ZECH-MATTERNE V., BOUBY L., BOUCHETTE A., CABANIS M., DERREUMAUX M., DURAND F., MARINVAL Ph., PRADAT B., SELLAMI M.-F., WIETHOLD J., 2009, « L’agriculture du VIe au Ier siècle avant J.-C. en France : état des recherches carpologiques sur les établissements ruraux », in : BERTRAND I., DUVAL A., GOMEZ de SOTO J., MAGUER P. dir., Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique, Actes du XXXIème colloque de l’AFEAF, 17-20 mai 2007, Chauvigny (Vienne), T. II, Chauvigny, Ass. des Publ. chauvinoises, p. 383-416 (Mémoire, XXXV).

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Dumas-Lattaque et Mathilde Arnaud, « Le site du « Champ Drillon », un établissement agricole antique à Bezannes (Marne) », Revue archéologique de l'Est, tome 64 | 2015, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2016. URL : http://rae.revues.org/8593. consulté le 21 février 2017.

Auteurs

Pierre Dumas-Lattaque

Responsable d’opération, Bureau d’Études Éveha, 24, avenue des Bénédictins, 87000 Limoges.

Mathilde Arnaud

Responsable adjointe d’opération, Service archéologique de Reims Métropole, 6 rue du Val Clair, 51136, Reims cedex 2.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés