Navigation – Sitemap
Articles

Une occupation médiévale et moderne en marge du village et du château d’Osthouse (Bas-Rhin)

Yves Henigfeld und Édith Peytremann
p. 363-408

Zusammenfassungen

Bei der 2004 auf einem 2500 m2 großen Areal durchgeführten Präventivgrabung wurden am Südrand des Dorfes Osthouse (Departement Bas-Rhin) große Mengen an Fundmaterial lokalisiert. Von den fünf identifizierten Siedlungsperioden, die vom Ende der Spätbronzezeit bis zum 19. Jh. reichen, ist die Zeit zwischen dem Anfang des 9. und dem Ende des 12. Jahrhunderts zweifellos die am besten dokumentierte Periode. Sie liefert Informationen zur Entstehung des mittelalterlichen Dorfes. Diese Grabung ist außerdem interessant, weil sie neues Licht auf die Siedlungsbedingungen dieses Sektors im ausgehenden Mittelalter wirft. In der Tat weist er die Besonderheit auf, in unmittelbarer Nähe des Schlosses der Familie Zorn de Bulach zu liegen und ein neues regionales Referenzkorpus für die Keramik zu liefern.

Seitenanfang

Aufbau

Seitenanfang

Volltext

I. Présentation du site et de l’intervention archéologique

1Cette fouille d’archéologie préventive a été motivée par le projet de construction du lotissement « Zorn de Bulach » dans le village d’Osthouse (Bas-Rhin), dans la plaine d’Alsace, à une vingtaine de kilomètres au sud de Strasbourg, sur la rive gauche de l’Ill (fig. 1).

Fig. 1. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan de localisation du site (n° 1 en rouge) et du contexte archéologique d’après les données de la carte archéologique, S.R.A. Alsace, sur fond de carte IGN au 1/25000 (© IGN 2012 – www.geoportail.gouv.fr/mentions-legales). DAO : Y. Henigfeld.

2Le site est localisé au sud-ouest de l’agglomération, en bordure de la route départementale reliant Matzenheim à Erstein (fig. 1, n° 1). Fouillé du 13 septembre au 22 octobre 2004 par une équipe de l’Inrap (HENIGFELD, 2005), il a révélé de nombreux vestiges attribués au Moyen Âge et à l’Époque moderne qui présentent l’intérêt de se développer en marge du village actuel et à proximité de son château (fig. 2).

Fig. 2. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Localisation du site sur le plan cadastral de 1834 (Section E). Échelle : 1/5000. DAO : P. Girard.

I.1. Le contexte archéologique

3Les plus anciennes traces d’occupation attestées sur le ban communal ont été mises au jour en 2012, lors d’une opération préventive localisée à 150 m au sud-ouest du lotissement « Zorn de Bulach », au lieu-dit Kleinfeld (fig. 1, n° 2). Cette opération a notamment révélé un habitat néolithique et de rares structures de l’Âge du Bronze final (PERRIN, 2013).

4La présence de vestiges protohistoriques est également attestée par des prospections aériennes ou des découvertes anciennes (FLOTTÉ, FUCHS, 2000 ; LASSERRE, LEGENDRE, 1987). Parmi elles, il convient notamment de mentionner la présence d’un ensemble tumulaire localisé à plusieurs kilomètres au sud-est de l’agglomération, en bordure de la forêt d’Osthouse (hors carte), dans un secteur connu pour avoir livré, à la fin au XIXe s., des pièces de harnachement en bronze. Deux bracelets à tampons datant de La Tène ancienne ont par ailleurs été mis au jour dans un tumulus au nord de l’agglomération (non localisable).

  • 1  D’après la notice, la nécropole était perturbée par un bâtiment attribué au XVIIe s.

5Les traces d’occupation antique sont peu nombreuses. Outre la découverte, en 1952, de vestiges romains mentionnés sans plus de précisions dans une courte notice (Gallia, 1953, fasc. 1, p. 153), l’époque gallo-romaine est représentée par deux sites funéraires, identifiés au sud du village. Le premier, localisé aux lieux-dits Leimengrub et Kleinfeld (fig. 1, n° 3), immédiatement au sud du lotissement « Zorn de Bulach », a été exploré en 1977 par E. Kern qui a mis au jour une petite nécropole de l’Antiquité tardive composée de tombes contenant trois squelettes d’adultes et huit squelettes d’enfants associés à des fragments de tuiles et de céramique du IVe s. (Gallia, 1978, fasc. 1, p. 366-367)1. Le second site se trouve à environ 500 m au sud-est du premier, au lieu-dit Illau (fig. 1, n° 4). Il correspond à une tombe à crémation découverte au milieu du XIXe s. (NICKLÈS, 1863-1864, p. 131 et 134).

6La période mérovingienne est, quant à elle, attestée par une nécropole fouillée en 2006, localisée au nord-ouest du ban communal, au lieu-dit Galgen (fig. 1, n° 5). Cet ensemble funéraire, fouillé à l’occasion du triplement de la voie ferrée, a livré seize tombes à dépôts comprenant des chambres funéraires entourées, pour deux d’entre elles, d’un fossé circulaire (CHÂTELET, 2009).

7La fin de l’Antiquité et le très haut Moyen Âge ne sont représentés que par quelques rares vestiges d’habitat, globalement attribués à une période comprise entre le IVe et le VIIIe s., identifiés au sud du lotissement « Zorn de Bulach », au lieu-dit Kleinfeld, déjà mentionné ci-dessus pour ses vestiges néolithiques et protohistoriques (fig. 1, n° 2). Les structures alto-médiévales se présentent sous la forme de cinq fonds de cabane associés à deux fosses et deux silos (PERRIN, 2013, p. 149-156). La fin de cette occupation coïncide avec la première mention connue d’Osthouse (Ossinhuss), qui remonte à 737, date à laquelle l’Abbé de Murbach y concède des biens en précaire (BRUCKNER, 1949, p. 72-73 ; SCHWEITZER, 1984, p. 221).

8Le plus ancien établissement castral répertorié sur le territoire communal correspond à une motte, identifiée au sud du village actuel (fig. 1, n° 6), entre l’Ill et le Mühlbach, qui alimentait l’ancien moulin. Détruit en 1968 dans le cadre de travaux de remembrement, ce tertre figurait sur une carte topographique de 1883, révisée en 1957, où son sommet culminait à environ 3 m au-dessus du sol actuel (BURNOUF, 1978, p. 253-254 ; METZ, 1998, p. 10). À cet emplacement, au lieu-dit Der Rebgarten, le plan cadastral de 1888 présente une parcelle curviligne révélant l’emplacement supposé de la motte (fig. 3).

Fig. 3. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Emplacement supposé de la motte castrale au lieu-dit Der Rebgarten. Extrait du plan cadastral de 1888, section B, section N. Archives municipales d’Osthouse. Cliché : Y. Henigfeld.

  • 2  Cf. http://w1.bnu.fr/cartes/alsace/cartes_imprimees/M_Carte_2.jpg

9Osthouse qui appartenait, depuis 1349 au moins, au domaine impérial, est attribué à la famille des Zorn en fief d’Empire (METZ, 1998, p. 10). Le village possédait, à la fin du Moyen Âge, deux châteaux de plaine, le Niederschloss (ou Unterschloss) etl’Oberschloss, comme le montre la carte d’Alsace de D. Specklin de 15762.

10L’emplacement du Niederschloss, qui n’apparaît plus sur les plans postérieurs, pose question. Il a dans un premier temps été localisé à l’emplacement de la motte (SALCH, 1976), puis, dans un second temps et à titre d’hypothèse, un peu plus au nord (fig. 2), rue du Faubourg du Château, désigné sous le nom de Schloss Rhein sur le plan cadastral de 1834 (METZ, 1998, p. 10).

  • 3  « das schoß Osthuß…mit mergklichen kosten erbuwen » (cité dans METZ, 1998, p. 10).
  • 4  L’inscription « renovirt » paraît cependant suspecte à B. Metz (1998, p. 10).

11L’emplacement de l’Oberschloss ne pose, en revanche, aucune difficulté, puisqu’il correspond au château actuel (fig. 1, n° 7 ; fig. 2 et 4). Un projet de pacte familial des Zorn datant du XVe s. (vers 1436 ?) précise que Claus Zorn de Bulach et ses trois fils ont bâti, rebâti ou transformé le château3. Certains auteurs attribuent la rénovation du château, en 1558, à Georges Zorn de Bulach, en raison d’un millésime inscrit sur une porte de la cave (SALCH, 1976 ; TOURSEL-HARSTER et alii, 1995)4. Les archives familiales et seigneuriales de la famille des Zorn de Bulach étant inaccessibles et en l’absence d’étude de bâti, il est difficile de se prononcer sur les origines et la chronologie de cet édifice. Plusieurs chercheurs émettent ou reprennent cependant l’hypothèse d’une construction remontant au XIVe s. (WOLFF, 1908, p. 259 ; SALCH, 1976 ; TOURSEL-HARSTER et alii, 1995). Ils supposent en effet que les deux ailes de l’édifice en retour d’équerre attribuées aux XVe-XVIe s. succèdent peut-être à une Wasserburg plus ancienne dont il ne subsisterait que l’enceinte de plan carré, flanquée de quatre tours d’angle aujourd’hui arasées et bordée par un fossé toujours en eau (fig. 2 et 4).

Fig. 4. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vue d’ensemble du château, prise du SE. Cliché : Y. Henigfeld.

12Localisée au centre du village (fig. 1, n° 8 ; fig. 2), l’église paroissiale Saint-Barthélémy est entourée d’un enclos cimétérial surélevé dont le mur de clôture inclut des dalles funéraires des XIVe-XVe s. et dont l’entrée est datée du milieu du XVIe s. Si la nef et le chœur de l’église remontent au XVIIIe s., la base du clocher-porche pourrait être romane (TOURSEL-HARSTER et alii, 1995).

13Pour la période moderne, le village d’Osthouse dispose d’une étude des propriétés bâties depuis 1650 (KIPP, 1996) dans laquelle l’auteur exploite notamment les plans cadastraux de 1834 et 1888.

I.2. Intérêt du site fouillé dans son contexte régional

14Le site présente l’intérêt de se trouver en marge du village actuel, dans un secteur particulièrement sensible, puisqu’il se trouve à une centaine de mètres à peine de la nécropole tardo-antique, de l’habitat des IVe-VIIIe s. et du château de la fin du Moyen Âge (fig. 2). Au-delà de l’étude menée à l’échelle du site, la fouille devait permettre d’apporter des éléments d’information sur les origines de ce village pour lequel la documentation archéologique fait défaut et, plus largement, d’alimenter la question de la morphogenèse des villages médiévaux dans la plaine d’Alsace. Elle offre, en outre, la possibilité de documenter des structures d’habitat de la fin du Moyen Âge et de l’Époque moderne, rarement traitées en contexte d’habitat rural.

15En Alsace comme partout en France, la recherche archéologique s’est jusqu’à présent essentiellement focalisée sur les habitats ruraux du premier Moyen Âge, dont le nombre de sites fouillés s’est considérablement accru ces dernières années avec le développement de l’archéologie préventive. À la fin des années 1990, seuls trente-trois sites étaient recensés en Alsace (PEYTREMANN, 2003, vol. 1, p. 105). Actuellement, le nombre de sites répertoriés s’élève à cinquante-huit, répartis dans une quarantaine de localités (fig. 5).

Fig. 5. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan de localisation des sites d’habitats ruraux fouillés en Alsace (en rouge, sites ayant livré des vestiges postérieurs au XIIe siècle). État en 2013. Doc : É. Peytremann.

16L’habitat de la fin du Moyen Âge, plus rarement touché par les fouilles préventives, reste en revanche le parent pauvre de la recherche archéologique. Exception faite des observations effectuées dans les années 1980 sur une maison d’Artolsheim dans le Haut-Rhin (SCHWIEN et alii, 1990), il faut attendre le début du XXIe s. pour voir les premières investigations archéologiques préventives portant sur des sites du second Moyen Âge. Ces derniers sont tous localisés dans le département du Bas-Rhin. Il s’agit soit de diagnostics ponctuels conduits en milieu villageois, comme à Bischoffsheim « Rue des Moutons » (PEYTREMANN, 2004 et 2013b ; LEFRANC, 2007), soit de fouilles réalisées sur de plus grandes surfaces, comme à Crastatt « Lotissement Falby » (GUILLOTIN, 2010) ou à Marlenheim « Maison Apprédéris » (CHÂTELET, 2006a). Dans ces deux derniers cas, l’habitat du second Moyen Âge succède à des occupations plus anciennes. La seule fouille programmée correspond à celle du village disparu d’Elbersforst (commune de Balbronn), occupé depuis le XIIe s. (DOTTORI, 2011).

  • 5  À ce sujet, voir notamment PEYTREMANN, BOUCHARLAT, 2012.

17C’est dans ce contexte particulier que la publication de la fouille d’Osthouse, aussi modeste soit-elle, prend tout son relief, autant pour la connaissance du bâti domestique et agricole que dans le domaine de la culture matérielle à l’époque médiévale. Elle participe, par ailleurs, à un mouvement plus vaste perceptible à l’échelle nationale, marqué par un nouvel intérêt pour l’archéologie de l’habitat rural du second Moyen Âge5.

I.3. Conditions d’intervention et stratégie de fouille

18Localisé à l’angle de la rue des Pierres (RD 288) et de la rue Zorn de Bulach, le site est bordé, au sud-est, par un chemin d’exploitation agricole qui le sépare de la propriété castrale (fig. 6). Le projet d’aménagement prévoyait la subdivision du terrain en plusieurs lots destinés à la construction de maisons individuelles. Parmi eux, sept lots, localisés dans la partie orientale du site et couvrant une superficie totale de 5457 m2, ont fait l’objet d’une prescription archéologique.

Fig. 6. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan de localisation du site et des vestiges toutes périodes confondues. Échelle 1/1500. DAO : Y. Henigfeld.

19Compte tenu du temps imparti à la fouille (six semaines, avec une équipe de quatre à cinq personnes) et de la densité et de l’imbrication des vestiges mis au jour à l’issue de la première phase de décapage, la décision a été prise, en concertation avec le S.R.A., de ne fouiller que la partie nord de l’emprise qui correspondait, d’après le diagnostic (LATRON, 2002), à la partie la plus riche en vestiges (fig. 6 et 7). Réalisée sur une surface d’environ 2500 m2, la fouille a été fortement mécanisée, puisque environ 70 % des structures ont été fouillées à l’aide d’une mini-pelle. Les trous de poteau, les fosses et les silos ont généralement été coupés par moitié ou en quarts opposés, alors que les fonds de cabane ou les bâtiments excavés ont été entièrement explorés, afin de mieux comprendre leur organisation interne.

Fig. 7. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vue d’ensemble du site après décapage, prise du SO. Cliché : Y. Henigfeld.

  • 6  Le fond de cabane désigne la structure archéologique, alors que la cabane excavée correspond au bâ (...)

20Les données archéologiques ont fait l’objet d’un enregistrement classique par unités stratigraphiques (US), regroupées en faits ou structures archéologiques, désignés par des numéros à trois chiffres précédés par un code à trois lettres (CAV : cave ; CHA : chablis ; EXH : exhaussement ; FDC : fond de cabane6 ; FOU : four ; FOS : fosse ; PUI : puits ; TRA : tranchée). Pour faciliter l’identification des US et éviter les confusions ou les erreurs d’enregistrement, les trois premiers chiffres du numéro d’US reprennent ceux utilisés pour désigner les faits (ex. : TRA 101 : US 1010 et 1011 ; FOS 102 : US 1020 et 1021, etc.).

21Le mobilier archéologique, principalement constitué de céramique, a pu faire l’objet d’une exploitation complète. En revanche, les études paléoenvironnementales ont été, pour des raisons budgétaires, limitées à une brève analyse des restes fauniques.

Fig. 8. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan d’ensemble des structures archéologiques présentées par périodes. Échelle : 1/400. Topographie : J.-L. Wüttmann. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld et É. Peytremann.

22Les résultats sont synthétisés par périodes. Au total, la fouille a révélé 344 structures en creux, parmi lesquelles 207 ont pu être datées en fonction du mobilier et des données stratigraphiques (fig. 8). Elles sont réparties dans les cinq périodes d’occupation suivantes :
- période 1 : époque protohistorique (Bronze final IIIb – La Tène ancienne ?) ;

  • 7  L’intervalle VIe-XIIe s. correspond à une période qui s’adapte bien à l’étude des sites ruraux (PE (...)

23- période 2 : époque antique (2ème moitié IIIe s – IVe s.) ;
- période 3 : premier Moyen Âge (IXeXIIe s.)7 ;
- période 4 : second Moyen Âge (XIIIeXVIe s.) ;
- période 5 : époque moderne et/ou contemporaine (XVIIeXIXe s.).

24Les structures entaillent le substrat à une profondeur de 0,65 m environ, à une altitude moyenne de 155,45 m NGF. Dans sa partie supérieure, le substrat se présente sous la forme d’un lehm (US 1001) recouvrant, sur une trentaine de centimètres, une puissante couche de lœss d’une épaisseur moyenne de 1 m (US 1002). Cette dernière correspond à la bordure de la terrasse d’Erstein, qui accuse ici un léger pendage nord-nord-est/sud-sud-ouest. Elle surmonte, à la cote moyenne de 154,15 m NGF, des alluvions gravelo-sableuses d’origine rhénane (US 1003).

II. Les premières formes d’occupation

II.1. Une discrète occupation protohistorique

II.1.1. Les vestiges immobiliers

25Les premiers indices d’anthropisation attestent une occupation sporadique du site à l’époque protohistorique (période 1). Les vestiges sont essentiellement concentrés dans la moitié méridionale du site, dans un secteur d’environ 200 m2, qui s’étend peut-être au-delà de la limite sud-ouest de l’emprise (fig. 9). Les huit structures mises au jour correspondent à trois trous de poteau (TPO 290, 337 et 411), trois silos (SIL 150, 292 et 342) et deux fosses (FOS 289 et 334). Compte tenu du faible nombre de structures observées, la nature de cette occupation reste difficile à interpréter. Tout au plus peut-on souligner la présence de silos attestant une activité de stockage (en périphérie d’un habitat ?). Ces structures présentent des caractéristiques communes avec les vestiges mis au jour plus au sud, sur le site de Kleinfeld, où six fosses (dont deux silos) ont livré du mobilier céramique attribué au Bronze final (PERRIN, 2013, p. 149-156).

Fig. 9. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan des vestiges protohistoriques (échelle : 1/400) et plans et coupes de silos et de fosses (échelle : 1/100). DAO : P. Girard, Y. Henigfeld et É. Peytremann.

26Les trois silos, de plan ovale et à profil tronconique, sont conservés sur une profondeur comprise entre 0,70 m et 1,50 m (fig. 9). Le silo 150, de dimension plus réduite et à fond concave, est comblé par une accumulation de couches de limons et de limons lœssiques déposées à l’horizontale. Les silos à fond plat 292 et 342 sont en revanche caractérisés par une stratification plus complexe, alternant des phases d’effondrement de parois lœssiques et des couches à dominante limoneuse ou lehmique, résultant d’un processus de comblement lent. Ces structures incluent quelques rares fragments de céramique.

27La fosse 289, de plan rectangulaire, fait une longueur de 2,34 m pour une largeur de 1,80 m et une profondeur maximale conservée de 0,32 m. Comblée par un mélange de limon et de lœss incluant notamment quelques fragments de charbons de bois, de torchis et de céramique, cette structure très arasée, à fond plus ou moins plat, pourrait éventuellement correspondre à un fond de cabane. Les indices à notre disposition sont toutefois insuffisants pour étayer cette hypothèse.

28La fonction de la fosse 334 est également indéterminée. De plan ovale, elle est conservée sur une profondeur de 0,16 m. Comblée par un sédiment limoneux marron homogène et compact, elle inclut quelques nodules de lœss et de rares fragments de céramique et de charbon de bois.

29Les trous de poteau sont conservés sur une faible profondeur allant de 0,12 m (TPO 411) à 0,28 m (TPO 290). Leur rareté et leur état de dispersion ne permettent pas de les interpréter. Tout au plus peut-on souligner la proximité entre le trou de poteau 290 et la fosse 289.

II.1.2. Les vestiges mobiliers et les indices de datation

  • 8  Le mobilier a été identifié et daté par Marieke Van Es (Inrap) et Marina Lasserre (S.R.A. Alsace).

30Le seul indice de chronologie relative correspond au recoupement du silo 150 par un fond de cabane du premier Moyen Âge (FDC 149). Les éléments de datation absolue sont tout aussi rares. Le mobilier céramique n’est en effet composé que de vingt et un fragments de céramiques fines et grossières protohistoriques (HENIGFELD, 2005b, p. 26)8. Un fragment de lèvre à marli à décor interne graphité et à peinture rouge, recueilli dans le comblement du silo 150, peut être attribué au Bronze final IIIb ou au Hallstatt C, au même titre qu’un fragment de panse à peinture rouge externe issu de la fosse 289, correspondant à une production attestée entre la fin du Bronze final et la fin du Hallstatt (ADAM et alii, 2011, p. 75-77). En revanche, trois autres fragments de panse en céramique fine provenant du silo 292 sont plutôt attribuables à la transition entre le Hallstatt D et La Tène ancienne. Ces rares indices permettent par conséquent de placer une partie des structures identifiées aux périodes de transition Bronze final IIIb / Hallstatt C (SIL 150, FOS 289) et Hallstatt D / La Tène ancienne (SIL 292).

II.2. Un établissement rural de l’Antiquité tardive

II.2.1. Les vestiges immobiliers

31Après un hiatus chronologique de plusieurs siècles, le site fait l’objet d’une nouvelle occupation attribuable à l’Antiquité tardive (période 2), marquée par la présence de trente et une structures en creux, dont la datation reste supposée pour neuf d’entre elles (fig. 10). Elle est essentiellement caractérisée par la présence de fosses associées à quelques trous de poteau et à un silo. En l’absence de structures signifiantes, la nature de cette occupation reste toutefois imprécise. Tout au plus peut-on émettre l’hypothèse d’un établissement rural dont les bâtiments principaux pourraient se développer en dehors de l’emprise fouillée.

Fig. 10. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan des vestiges antiques (échelle : 1/100) et plans et coupes de silos et de fosses. DAO : P. Girard, É. Peytremann et Y. Henigfeld.

32D’un point de vue topographique, les vestiges se répartissent de façon assez lâche sur l’ensemble de la zone fouillée. Une limite se développant selon un axe nord-est/sud-ouest est néanmoins perceptible en bordure nord-ouest de l’emprise. Elle est corroborée par les résultats du diagnostic archéologique qui n’ont pas révélé d’aménagements au nord-ouest du site (fig. 6). En revanche, les limites nord-est, sud-est et sud-ouest de l’occupation restent inconnues.
Les structures attribuées à cette période correspondent à vingt-quatre fosses, à un silo et à six trous de poteau.

33Dispersés sur l’ensemble de l’emprise, les trous de poteau attribuables à l’époque antique ne forment pas de plan cohérent. Tout au plus peut-on éventuellement associer les trous de poteau 362 et 389 à des alignements parallèles et non datés se développant selon un axe nord-est/sud-ouest.

34Une seule fosse (SIL 172), localisée au sud-est de l’emprise, semble avoir servi de silo. Sa datation reste néanmoins incertaine dans la mesure où elle n’a livré qu’un seul fragment de céramique antique, peut-être en position résiduelle.

35Parmi les vingt-quatre autres fosses mises au jour, dix-neuf structures peuvent être attribuées à la période antique. En revanche, la datation des cinq autres fosses (FOS 179, 195, 270, 301 et 324) ne peut être assurée, dans la mesure où elles n’ont livré qu’une quantité insuffisante de mobilier.

36Les comblements sont composés de lehm, de limon lœssique et de lœss, parfois mélangés. Dans la majorité des cas, ils sont faiblement stratifiés, compacts et homogènes.

37D’un point de vue fonctionnel, ces structures sont difficilement interprétables, à l’exception peut-être de l’ensemble localisé au sud-ouest du secteur, composé par la fosse polylobée 350 et les fosses 382, 383, 384, 385, 423, 424, 425 et 426, que l’on peut éventuellement associer à une activité d’extraction.

38Les fosses 136 au nord-est et 412 au nord-ouest ont servi de dépotoir dans un second temps d’utilisation. La première (FOS 136) a livré 104 tessons de céramique et quinze fragments de métal. La seconde (FOS 412), de plan ovale dans sa partie supérieure et quadrangulaire dans sa partie inférieure, incluait de nombreux fragments de céramique associés à du métal et à des restes fauniques. Cette structure, dont la fonction première pose question, présentait par ailleurs la particularité de comporter deux pierres en grès et une pilette circulaire en terre cuite rouge, retrouvée posée à plat en surface du comblement.

II.2.2. Les vestiges mobiliers et les indices de datation

39Plusieurs recoupements stratigraphiques donnent des indices en chronologie relative. Sept fosses (FOS 162, 179, 195, 273, 301, 350 et 405) sont recoupées par des aménagements plus récents, pour la plupart attribués à la période 3 (IXe-XIIe s.).

40L’étude de la céramique antique permet de préciser la datation de sept structures du dernier quart du IIIe s. ou de la première moitié du IVe s. de notre ère (BAUDOUX, 2005). Aucun élément gallo-romain antérieur à cette date n’a été découvert sur le site. Quatre structures contenaient un mobilier céramique attribuable au dernier quart du IIIe s. (FOS 136, 162, 368 et 374) et trois autres (TPO 302, FOS 350 et 412) de la céramique au faciès un peu plus récent (1ère moitié du IVe s.). Cette datation tardive est corroborée par la découverte, dans la fosse 412, d’une monnaie frappée à Londres, en 320 (BURGEVIN, 2005).

41Notons que cette occupation renvoie à la période d’utilisation de la petite nécropole de l’Antiquité tardive fouillée à la fin des années 1970, aux lieux-dits Leimengrub et Kleinfeld (fig. 1, n° 3) (Gallia, 1978, fasc. 1, p. 366-367). En revanche, le mobilier mis au jour sur le site d’habitat voisin de Kleinfeld, globalement attribué à un intervalle compris entre la fin du IVe et le début du VIIIe s., est plus tardif (PERRIN, 2013, p. 163-167).

III. Un site densément occupé au premier Moyen Âge (IXe - XIIe s.)

42Après une période de quatre siècles environ, pendant laquelle le secteur reste apparemment inoccupé, l’histoire du site est marquée par une nouvelle occupation, beaucoup plus dense, qui s’étend du IXe au XIIe s. (période 3). Cette dernière est toutefois difficile à caractériser, compte tenu de la faible superficie décapée. Elle est marquée par l’aménagement d’une trentaine de cabanes excavées associées à au moins un grand bâtiment sur poteaux et à un ensemble de structures en creux (fig. 11).

Fig. 11. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan des vestiges du premier Moyen Âge. Échelle : 1/400. DAO : P. Girard, É. Peytremann et Y. Henigfeld.

  • 9  Il s’agit des structures FDC 124 et FOS 102, 104, 155, 168, 178 et 184.

43Cette période est la mieux documentée puisqu’elle a livré un nombre minimum de cent treize structures archéologiques. La chronologie de cette occupation repose principalement sur l’étude du mobilier céramique (fig. 11). Ainsi sept structures ont plus particulièrement été datées des IXe-Xe s.9, soixante-dix-sept des XIe-XIIe s., les autres étant indistinctement attribuées au premier Moyen Âge. Enfin, plusieurs structures ont été classées dans cette période en raison de leur nature (fond de cabane) ou de leur position stratigraphique.

III.1. Les vestiges immobiliers

44Les limites de l’occupation n’ont été que très partiellement perçues. En effet, si l’on se fie aux sondages effectués à l’occasion du diagnostic, seule la limite nord-ouest du site est perceptible (fig. 6). En revanche, une extension des vestiges au sud-est et au nord-est, c’est-à-dire vers le château et le village actuel, ne fait aucun doute, ce qui est moins évident pour le sud-ouest. En effet, les vestiges d’habitats alto-médiévaux mis au jour sur le site de Kleinfeld en 2012 sont tous antérieurs au IXe s. (PERRIN, 2013).

45L’analyse spatiale d’une petite superficie (environ 2500 m2) constitue un exercice délicat. Toutefois, et sans extrapoler outre mesure, il apparaît que les vestiges s’organisent selon deux ensembles spatialement distincts. Le premier pôle (fig. 11, ensemble nord) s’inscrit dans l’angle septentrional de l’emprise tandis que le second s’étend sur sa moitié sud-est (fig. 11, ensemble sud-est). A priori, la nature des vestiges est identique d’un ensemble à l’autre. Leurs orientations principales, nord-ouest/sud-est et nord-est/sud-ouest, n’ont pas de signification chronologique. Il faut toutefois noter l’absence de structure attribuable aux IXe-Xe s. dans l’ensemble septentrional.

46La délimitation de ces deux pôles d’occupation reste toutefois incertaine. La bande d’une quinzaine de mètres qui sépare ces deux espaces comporte en effet un certain nombre de vestiges non datés composés de fosses et de trous de poteau et l’hypothèse d’un bâtiment localisé dans la partie nord-est de l’emprise n’est pas totalement exclue (fig. 11).

47Au sein de l’ensemble sud-est, au moins trois alignements de cabanes, globalement orientés selon un axe nord-ouest/sud-est, sont perceptibles. Le premier réunit les cabanes 419, 271, 249 et 448, le deuxième comprend les cabanes 276, 171, 170 et 166 et le troisième rassemble les cabanes 300, 281 et 236. Ces alignements, relativement courants sur les sites ruraux alsaciens, peuvent être interprétés de diverses manières. Ils peuvent en effet résulter soit d’un simple processus qui consiste à reconstruire une cabane à côté d’une structure plus ancienne, soit d’un véritable programme de lotissement (PEYTREMANN, à paraître). Dans le cas d’Osthouse, les deux alignements les plus au sud (FDC 276/171/170/166 et FDC 300/281/236) délimitent un espace linéaire de 4 à 5 m de largeur qui pourrait marquer en négatif un axe de cheminement perpendiculaire et donnant accès au grand bâtiment sur poteaux.

III.1.1. Les cabanes excavées

48Les cabanes excavées sont omniprésentes dans les deux ensembles. Leur densité est particulièrement élevée puisqu’elle atteint 4,16 pour 100 m2 dans le secteur nord et 1,7 pour 100 m2 dans l’ensemble sud-est. Les cabanes accusent, pour la plupart d’entre elles, un plan rectangulaire d’une superficie comprise entre 4,60 et 10,17 m2. Sises entre 0,20 et 1,20 m, les profondeurs conservées sont majoritairement supérieures à 0,40 m (vingt-deux cabanes). Il n’existe, en revanche, aucune corrélation entre la superficie et la profondeur conservée.

III.1.1.1. Techniques de construction

49Avec vingt et une occurrences, le mode de construction le plus employé consiste à utiliser deux poteaux axiaux pour soutenir la charpente (fig. 12 et 13).

Fig. 12. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plans et coupes des fonds de cabane du premier Moyen Âge à deux poteaux axiaux (FDC 112, 115, 122, 147, 166, 170, 171, 185, 232, 249, 264 et 275). Échelle : 1/100. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld, É. Peytremann.

Fig. 13. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plans et coupes des fonds de cabane du premier Moyen Âge à deux poteaux axiaux (FDC 271, 276, 330, 400, 408 et 419). Échelle : 1/100. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld, É. Peytremann.

50D’autres techniques de montage de la charpente sont également attestées, comme celle de l’emploi de poteaux corniers (FDC 191 et 228) ou celle combinant l’usage de poteaux axiaux et corniers (FDC 124) (fig. 14). La présence d’un poteau supplémentaire au milieu de la paroi sud-ouest est à noter pour la cabane 124.

Fig. 14. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plans et coupes des fonds de cabane du premier Moyen Âge à quatre, six et sans poteaux (FDC 124, 191, 228, 236, 281, 300, 399 et 403). Échelle : 1/100. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld, É. Peytremann.

51Cinq cabanes (FDC 236, 281, 300, 399 et 403)se distinguent par leur architecture qui n’utilise a priori pas de poteau porteur (fig. 14). À l’exception de la cabane 403, ces cabanes présentent la caractéristique d’être conservées sur une profondeur supérieure à 0,75 m. Si elles possèdent toutes, dans leur fond, des empreintes circulaires ou ovales, ces dernières ne dépassent guère 10 cm de profondeur, ce qui exclut a priori l’hypothèse de trous de poteau ayant joué un rôle dans le support de la charpente.

52Les cabanes excavées dépourvues de poteaux porteurs appartiennent à un type architectural connu, sans être pour autant largement diffusé. En Alsace, des exemplaires sont attestés du VIIe au XIIe s. dans le Bas-Rhin sur les sites de Nordheim (KOZIOL, 2011, p. 87-90), Marlenheim La Peupleraie (CHÂTELET, 2002d, fig. 20), Bischoffsheim (PEYTREMANN, 2004, p. 14), Crastatt (GUILLOTIN, 2010, p. 76-77), Mackenheim (HAMM, 2001, p. 23) et Matzenheim (TOULLEC, 2008, p. 44), et dans le Haut-Rhin sur les sites de Riediesheim Leibersheim (SCHWEITZER, 1984, p. 32), Wittenheim (ibid., p. 54) et Sierentz (ROTH-ZEHNER, 2007, p. 220).

53Plusieurs fonds de cabane (FDC 171, 185, 232, 249, 276, 281 et 300) ont révélé des trous de piquet disposés à l’intérieur de la fosse, le long d’une ou de plusieurs parois (fig. 12-14). Ces derniers sont généralement interprétés comme les vestiges de parois clayonnées. La présence d’alignements sur un seul côté étonne cependant et l’hypothèse de parois mixtes, utilisant à la fois des planches en bois et un système de torchis-clayonnage, peut être émise.

54La cabane 448 possède, dans son quart sud-est, les restes rubéfiés d’un muret en terre crue d’environ 30 cm d’épaisseur (US 4482), orienté nord-est/sud-ouest et parallèle au petit côté de la cabane (fig. 13). Cet aménagement, conservé sur une seule assise et une longueur de 1 m, était apparemment construit en briques crues disposées en boutisse, installées sur une planche ou une sablière, ici réduite à l’état de cendres. Une brique, entièrement conservée à l’extrémité sud-ouest du muret, faisait 8,4 cm de largeur, 30 cm de longueur et 6,6 cm d’épaisseur. Il n’est pas aisé de proposer une interprétation pour cet aménagement, dans la mesure où la cabane, fortement perturbée par deux fosses postérieures, n’a pas pu être appréhendée dans sa totalité (fig. 11).

55Une cabane aux parois en briques crues, attribuée aux IVe-Ve s., est connue sur le site de Geispolsheim (BILLOIN, 2005, p. 46-49). Son état de conservation n’a néanmoins pas permis d’obtenir ses dimensions précises. Des briques crues, en position secondaire, ont par ailleurs été observées dans le comblement de structures de plusieurs sites ruraux régionaux du premier Moyen Âge : Marlenheim, Hochfelden, Nordheim, Sermersheim et Pfulgriesheim dans le Bas-Rhin (PEYTREMANN, 2013a ; PEYTREMANN, à paraître). Les dimensions restituées d’une des briques de Hochfelden sont de 17 cm de largeur sur plus de 22 cm de longueur pour 8,5 cm d’épaisseur (CHÂTELET, 2002a, p. 24). Ces dimensions sont similaires à celles d’Osthouse et aux modules habituellement rencontrés pour des périodes antérieures (CHAZELLES-GAZAL, 1997).

56La cabane 281 (fig. 14) diffère des autres cabanes non seulement par une induration du fond et des parois sur une cinquantaine de centimètres de hauteur (US 2184), mais aussi par la présence, dans trois de ses parois (nord, sud et est), de trous de piquet implantés horizontalement à une dizaine de centimètres au-dessus du fond. Une fine couche charbonneuse et horizontale (US 2812) scelle le comblement inférieur de la structure (US 2813) à la hauteur à partir de laquelle les parois commencent à être indurées. Si l’induration peut résulter d’un coffrage partiel des parois, il est en revanche plus délicat d’interpréter la fonction des piquets fichés horizontalement dans les parois et celle des empreintes marquant le fond de la fosse.

57Aucune trace d’accès n’a été observée. Étant donné la profondeur des cabanes, il est fort probable qu’une petite échelle ait été utilisée.

III.1.1.2. Aménagements internes et fonctions

58Plusieurs cabanes ont révélé des aménagements internes. La cabane 400, qui présente un décrochement dans sa paroi nord-est, possède, dans sa moitié nord-est, une petite fosse oblongue de 1,40 m de longueur sur 0,23 m de largeur (fig. 13 et 15). Cette dernière présente la particularité d’être située en face de la paroi entaillée. Cette fosse résulte peut-être du piétinement du tisserand devant un métier appuyé contre la paroi de la cabane. Aucun mobilier en relation avec cette hypothèse n’a cependant été découvert dans le comblement. Dans une certaine mesure, ce type d’aménagement peut être comparé au type « à rainure » identifié en Île-de-France (DESCHAMPS, 2009, p. 64), même si les datations franciliennes diffèrent de celles d’Osthouse.

Fig. 15. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vue du fond de cabane 400, prise du SE. Cliché : Y. Henigfeld.

59Les cabanes 271 et 479, qui se recoupent selon un axe différent, comportent chacune une fosse interne à faible dépression dont l’interprétation reste délicate (fig. 13). La cabane 408 possède un certain nombre de trous de poteau localisés dans trois angles et dans l’axe médian qui participent à plusieurs états de réfection de la cabane (fig. 13). La cabane 236 a, quant à elle, révélé plusieurs empreintes marquant le fond de la structure, qu’il est, là aussi, difficile d’interpréter (fig. 14).

  • 10  Traduction É. Peytremann.

60La profondeur conservée, parfois supérieure à 0,75 m (FDC 166, 236, 281 et 399), et la morphologie de certaines de ces cabanes amènent à se demander si ces excavations n’avaient pas la fonction de cave, selon la définition de Peter Donat : « […] un espace d’une hauteur d’homme minimale et enterré sous une construction de plain-pied10 » (DONAT, 1993, p. 214). La comparaison avec des caves en terre récemment fouillées sur le site de Pfulgriesheim (PEYTREMANN, 2013a) montre cependant une différence notable dans la superficie des constructions. En effet, à Osthouse, aucune de ces structures ne dépasse 6,73 m2, alors que les caves de Pfulgriesheim ont des superficies comprises entre 8,51 et 15,70 m2. Celles connues en Allemagne sont généralement plus grandes, avec une surface de 15 à 25 m2 (BAUMHAUER, 2001). Des similitudes apparaissent toutefois, dans le rapport longueur-largeur (entre 1,25 et 1,55 m), dans l’existence d’un niveau induré et dans la présence d’empreintes et autres creusements dans le fond de la fosse. Les datations sont également comparables, les caves de Pfulgriesheim étant datées du milieu du Xe à la fin du XIe s.

61Il est difficile de trancher sur la nature réelle de ces creusements qui peuvent correspondre soit à des fonds de cabane, soit à des caves de bâtiments sur sablières basses ou sur poteaux. Dans cette perspective, l’hypothèse d’un bâtiment à deux caves recouvrant les cabanes 281 et 236 peut être émise sans toutefois pouvoir être vérifiée ou restituée (fig. 11). Peut-être faut-il aussi établir un lien entre ces vestiges et les alignements de poteaux non datés localisés de part et d’autre.

62Dans dix-neuf cas, le comblement des structures s’est avéré stratifié, avec, pour seize d’entre elles, un fond induré interprété comme niveau d’occupation. Les cabanes mises au jour à Osthouse n’ont pas servi de dépotoir si l’on se fie à la pauvreté du mobilier retrouvé. Malheureusement, les aménagements internes et le mobilier ne permettent pas de statuer sur leur fonction exacte.

63L’hypothèse d’un atelier de tissage peut toutefois être émise pour les cabanes 408, 170, 300 et 276, dans lesquelles des pesons ont été découverts sur le sol ou dans les empreintes marquant leur fond. La cabane 448 a également livré un peson dans le comblement d’un poteau. Les pesons découverts (cf. infra) sont attribués aux Xe-XIIe s., par association avec le mobilier céramique.

64Les cabanes découvertes à Osthouse sont, dans l’ensemble, comparables à celles découvertes dans la région et, plus largement, dans le nord-ouest européen. Il convient néanmoins d’insister sur leur excellent état de conservation et sur la présence d’aménagements pour lesquels aucune comparaison n’a été trouvée, comme par exemple le coffrage partiel des parois associé à la présence de piquets fichés horizontalement. La forte densité des cabanes doit néanmoins être relativisée en tenant compte des recoupements observés sur le terrain et de la durée d’utilisation d’une cabane, estimée entre 30 et 50 ans maximum (FEDERICI-SCHENARDI, FELLNER, 2004, p. 242).

III.1.2. Les constructions de plain-pied

65Outre les hypothétiques bâtiments sur cave, probablement construits sur sablières basses, une seule construction sur poteaux est graphiquement restituable. Ce bâtiment se développe au nord-ouest de l’ensemble sud-est selon un axe nord-est/sud-ouest (fig. 11 et 16). Long de 11,60 m et large d’environ 6,20 m, son ossature est constituée de douze poteaux dessinant les parois externes.

Fig. 16. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan du bâtiment sur poteaux et coupes des poteaux. Échelle : 1/100. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld, É. Peytremann.

66L’espace interne comprend cinq poteaux axiaux le divisant en deux nefs de largeurs égales. Plusieurs poteaux sont doublés, indiquant de probables réfections. Le fort taux d’arasement limite l’étude architecturale du bâtiment. Néanmoins, la disposition en vis-à-vis des poteaux et la morphologie des poteaux de parois suggèrent l’utilisation d’entraits. Cette hypothèse est corroborée par des études récentes qui ont montré la plus grande facilité de mise en œuvre des entraits par rapport à la faîtière (ÉPAUD, 2009, p. 143). Les poteaux axiaux ont pu servir à supporter un plancher. Au premier Moyen Âge, ce type de bâtiment est relativement courant dans la moitié septentrionale de la France, aussi bien dans ses techniques de construction que dans ses dimensions (PEYTREMANN, 2003, p. 280-281). Régionalement, le bâtiment d’Osthouse peut être comparé à des constructions découvertes à Nordhouse (Bas-Rhin ; CHÂTELET, 1998, p. 14-16) ou, dans une moindre mesure, au bâtiment 1 découvert à Roeschwoog (KOZIOL, 2010, p. 77).

67Aucun élément direct ne renseigne sur sa fonction. En revanche sa proximité avec les cabanes excavées et l’absence de dépotoir plaiderait plutôt en faveur d’une dépendance agricole que d’une maison d’habitation. Mais cette hypothèse reste à vérifier.

III.1.3. Les silos

68Quatre structures correspondent à d’hypothétiques silos arasés (fig. 17). Distants de 2 m l’un de l’autre, les silos 398 et 404 se trouvent dans l’ensemble septentrional, tandis que les silos 246 et 299 sont localisés dans l’ensemble sud-est (fig. 11).

Fig. 17. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plans et coupes des fosses interprétées comme silos du premier Moyen Âge. Échelle : 1/100. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld, É. Peytremann.

  • 11  Le silo correspond à « une excavation dont la largeur maximale est égale à la profondeur, ce maxim (...)
  • 12  Cette hauteur est déduite des recommandations données dans Le manuel des habitants de la campagne (...)

69Les structures 398 et 404 sont de plan ovale. Le silo 404 présente un fond légèrement concave et une paroi orientale légèrement rentrante dans sa partie supérieure. Malgré un arasement important estimé à environ 1 m, selon la définition du silo proposée par Alain Villes11, il est possible d’en restituer le profil afin d’estimer sa capacité. Pour ce faire, le protocole de calcul utilisé correspond à celui mis au point par P. Dabeck dans le cadre de son master (DABECK, 2004, p. 8-10) et affiné dans le cadre des travaux du PCR sur L’habitat rural du Moyen Âge en région Centre. Le diamètre d’ouverture du goulot du silo est estimé théoriquement à 0,60 m, tout comme sa hauteur12. Le goulot n’est pas pris en compte dans la capacité de stockage. Après restitution des parties manquantes, le profil est décomposé en formes géométriques simples : hémisphérique ou tronconique. Le résultat donne une estimation de 1,32 m3. Les comparaisons restent délicates. Au niveau régional, le niveau d’arasement permet rarement une estimation des capacités. Néanmoins quelques volumes ont été estimés sur le site de Sermersheim (Bas-Rhin) pour des silos datés des VIIIe-Xe s., où ils sont compris entre 0,35 et 1,93 m3 (PEYTREMANN, à paraître). Le silo 404 d’Osthouse rentre dans cette fourchette. Plus généralement, dans l’est de la France, les données font défaut. Même si les données franciliennes sont plus abondantes, le protocole de restitution et de calcul n’est pas publié (GENTILI, 2009, p. 100-102). Les capacités estimées sur plusieurs sites de la région Centre sont majoritairement inférieures à 0,70 m3 (DABECK, 2004, p. 51-55). Les silos 246 et 299 dessinent un plan un peu plus irrégulier. Leur profondeur conservée est respectivement de 0,42 m et 0,66 m. Il n’est en revanche pas possible de proposer des estimations de leur capacité dans la mesure où, outre l’érosion d’environ 0,80 m, les parois du silo 246 sont moins bien conservées que celles du silo 404. Le silo 299 n’a été que partiellement observé. Les comblements sont généralement homogènes, à l’exception de celui du silo 246 qui présente une stratification horizontale dans sa partie inférieure. La nature des remplissages indique qu’ils n’ont pas servi de dépotoir.

70Les fosses 151 et 406 correspondent peut-être à des silos recoupés et/ou arasés (fig. 17). La fosse 151 mesure 2,57 m de longueur pour 2,42 m de largeur et une profondeur conservée de 0,55 m. Son comblement stratifié incluant une fine couche de lœss adoptant une forme de dôme, conforte l’hypothèse d’un silo. La fosse 406, de plan ovale, mesure, quant à elle, 1,63 m sur 1,32 m. Sa profondeur conservée est de 0,40 m. Dans ce cas, c’est plus l’emplacement de la fosse à proximité des silos 398 et 405 et de la fosse de stockage 407 qui plaide pour l’hypothèse d’un silo que la morphologie ou le comblement de la fosse.

III.1.4. Les fosses de stockage

71Au premier Moyen Âge, le site d’Osthouse se singularise notamment par la présence de fosses de stockage qui diffèrent des silos classiques.

Fig. 18. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plans et coupes des fosses de stockage. Échelle : 1/100. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld, É. Peytremann.

72Au nombre de dix, si l’on prend en compte les fosses 157 et 459 non datées, ces fosses (FOS 109, 121, 159, 178, 226, 315, 407, 431, 456, 157 et 459) de plan rectangulaire aux dimensions variables présentent des parois verticales et un fond horizontal (fig. 18). Les longueurs sont comprises entre 1,80 et 2,68 m, les largeurs entre 1,25 m et 2,66 m, pour des profondeurs allant de 0,38 m à 0,68 m. Les fosses 109 et 159 sont caractérisées par l’aménagement d’une « marche » d’angle (fig. 18 et 19). Les fosses 109, 157 et 159 possèdent un creusement de poteau dans leur fond. À deux reprises, ce dernier est situé au milieu d’un des petits côtés (FOS 157 et 159).

Fig. 19. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vue de la fosse de stockage quadrangulaire 109, prise du SE. Cliché : Y. Henigfeld.

73Dans trois cas, les comblements sont homogènes (FOS 159, 157 et 407). Dans les autres, ils sont stratifiés (FOS 109, 121, 178 et 315). À plusieurs reprises, un niveau fortement induré a été observé dans le fond des structures et parfois à la base des parois. Ces éléments ajoutés à la morphologie des fosses plaident en faveur de structures coffrées pourvues ou non d’un plancher et probablement équipées d’un couvercle.

74Même si l’absence d’analyse sur le comblement des fosses ne permet pas d’étayer cette hypothèse, il est probable que ces structures ont servi au stockage de denrées agricoles (racines, légumineuses ou éventuellement grains). Elles offrent en effet une alternative au stockage en silo ou en grenier. Le fait qu’elles soient localisées à proximité de silos pour la fosse 407 ou de fosses de nature identique (FOS 109, 315, 459 et 121 ; FOS 157 et 159) ne fait que conforter cette hypothèse.

75Récemment, au moins six fosses comparables ont été découvertes sur le site de Pfulgriesheim (Bas-Rhin). Datées du milieu du Xe s. à la fin du XIe s., elles sont néanmoins plus profondes (PEYTREMANN, 2013a, p. 106-111). Il convient par ailleurs d’ajouter que, comme à Pfulgriesheim, le comblement d’au moins une de ces fosses (FOS 109) comprenait des coquilles d’œufs. Des graines carbonisées ont également été observées mais n’ont pas pu être étudiées.

76Des fosses de morphologie et de comblement proches ont été mises au jour sur le site de Bussy-Saint-Georges (Seine-et-Marne) « Les Cent Arpents ». Elles sont interprétées, sans argumentation poussée, comme des fosses de travail en raison de l’induration du fond ou comme d’éventuels greniers ou celliers (GUINCHARD-PANSERI, PACCARD, 2007, p. 119-120).

77Ces fosses peuvent également être comparées à celles interprétées comme « celliers » mises au jour dans le Nord ou en Picardie, notamment le « cellier » 1132 du site de Sissonne (Aisne ; MARTIN, 2011, p. 120). Mais là encore, le terme « cellier » n’est pas précisément défini. On ne sait pas si ces structures étaient associées à un bâtiment de plain-pied et leurs caractéristiques ne sont pas clairement exposées. Compte tenu du nombre croissant de découvertes de fosses de ce type, dont les critères communs minimaux sont un plan quadrangulaire, des parois verticales et un fond horizontal, il conviendrait à l’avenir d’analyser plus en détail le comblement et les indurations non seulement par des analyses micromorphologiques, mais encore par un tamisage afin d’identifier d’éventuelles paléosemences ou coquilles d’œuf. Ces données permettraient ainsi d’affiner la définition et l’identification de ces structures.

III.1.5. Les autres fosses

78Vingt-quatre autres fosses sont réparties sur l’ensemble de la surface fouillée. Six d’entre elles se distinguent par leur morphologie et l’importance de leurs dimensions. Il s’agit des fosses 103, 116, 168, 180 et 346 localisées dans l’ensemble sud-est (fig. 11 et 20). Ces structures accusent toutes un plan ovale, d’une longueur comprise entre 2,55 et 5,25 m pour une largeur située entre 1,94 et 4,20 m, les profondeurs conservées oscillant entre 0,43 et plus de 1,67 m.

Fig. 20. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plans et coupes des grandes fosses FOS 103, 116, 168, 180 et 346 et des fosses 226 et 229. Échelle : 1/100, DAO : P. Girard, É. Peytremann.

79Parmi elles, deux structures sortent du lot. Il s’agit des fosses 226 et 229 (fig. 20) éloignées l’une de l’autre de moins de 2 m (fig. 11). De plan rectangulaire, elles sont de dimensions modestes (1,12 sur 0,80 m). La fosse 226 est conservée sur 0,56 m. Ses parois verticales et son fond horizontal présentent une forte induration et une coloration verdâtre. Le comblement inférieur stratifié de la fosse comprend deux niveaux pulvérulents très organiques, évoquant du bois. Le comblement supérieur est cendreux et charbonneux. Ces différents éléments suggèrent une fosse coffrée, dont le couvercle se serait affaissé. À moins qu’il ne s’agisse d’une fosse recevant un coffre. L’induration des parois fait toutefois plutôt pencher pour la première hypothèse. Ses dimensions modestes ne permettent pas de la classer avec les fosses de stockage précédemment étudiées, même s’il existe de fortes probabilités pour que cette fosse ait servi au même usage. Le comblement supérieur indique, quant à lui, une seconde utilisation en dépotoir au même titre que la fosse 229, dont le comblement comprend des rejets de cendres et de charbon de bois, provenant d’un four ou d’un foyer.

80Il n’est pas possible de proposer des fonctions pour les autres fosses qui sont, pour la plupart, arasées ou recoupées par des structures postérieures, et dont le comblement est rarement stratifié.

III.2. Les vestiges mobiliers

III.2.1. La céramique

81La céramique du premier Moyen Âge est attribuable à deux périodes distinctes, recouvrant respectivement les IXe-Xe s. et XIe-XIIe s.

III.2.1.1. La céramique des IXe-Xe s.13

  • 13  Cette partie a été rédigée à partir de l’étude présentée dans le rapport de fouille par Madeleine (...)

82Les données quantitatives. La céramique de la première période est issue de cinq fosses (FOS 102, 104, 155, 168 et 180) et de deux fonds de cabane (FDC 124, 184). Représentées par quarante-cinq fragments correspondant à un nombre minimum de quatorze individus, elle appartient à deux groupes techniques : la céramique micacée montée en technique mixte (Micm) et la céramique à pâte claire (Cl), respectivement représentées par vingt-sept et dix-huit tessons.

83Les groupes techniques. De couleur généralement ocre, la céramique à pâte claire est tournée. Elle est de dureté moyenne et sa pâte comprend des inclusions siliceuses généralement inférieures ou égales à 0,5 mm. Trois sous-groupes sont habituellement distingués selon la dureté et la granulométrie des argiles : la céramique à pâte claire « commune » et la céramique à « pâte bien cuite », toutes deux vraisemblablement fabriquées dans la région de Soufflenheim, et la céramique « granuleuse », appelée anciennement « très bien cuite », importée du Palatinat ou du nord du Pays de Bade (CHÂTELET, 2002c ; CHÂTELET et alii,2005). À l’exception de la fosse 104, qui renfermait également un tesson de céramique à « pâte bien cuite », les structures mentionnées ci-dessus ont exclusivement livré des céramiques du premier groupe.

84Les céramiques micacées en technique mixte, montées au colombin, puis reprises à la tournette, dont la production peut être située dans le sud de l’Alsace (CHÂTELET et alii, 2005), sont caractérisées par une argile plus ou moins micacée comportant de nombreuses petites inclusions siliceuses associées à quelques rares éléments plus grossiers (1 à 2 mm). Les pâtes, d’une dureté moyenne, ont une couleur variant du brun à l’orangé.

85Les formes et les fonctions. Les céramiques sont majoritairement culinaires (fig. 21). Seul un fragment en pâte claire, découvert dans le fond de cabane 124, pourrait correspondre à un bord de gobelet de poêle (fig. 21, n° 5), à moins qu’il ne s’agisse d’un gobelet à boire ou d’un gobelet culinaire, similaire à un exemplaire décoré à la molette trouvé au Mont Sainte-Odile (CHÂTELET, 2002c, pl. 135, n° 25).

Fig. 21. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Céramiques micacées montées en technique mixte (Micm), à pâtes claires (Cl), claires « peintes » (Clp), orangées (Or), fusaïole et pesons du premier Moyen Âge. Dessins : Y. Henigfeld ; DAO : P. Girard, Y. Henigfeld.

86Les céramiques montées en technique mixte sont exclusivement représentées par des pots globulaires à base lenticulaire non décorés. Trois bords sont conservés. Ils sont allongés et marqués, dans un cas, par une dépression interne (fig. 21, n° 3) et, dans les deux autres, par un léger épaississement externe (fig. 21, nos 1 et 2). La panse, toujours soigneusement façonnée, varie en épaisseur entre 5 et 7 mm.

87Les céramiques à pâte claire se composent de fragments de pots globulaires à base plate et d’un bord de pot verseur de forme allongée et tronconique (fig. 21, n° 6). Trois tessons sont ornés d’un décor imprimé à la molette de croisillons (fig. 21, n° 4), de chevrons inversés emboîtés ou de stries fines horizontales (non dessinés).

88Bien que peu abondant, le mobilier peut être daté de façon satisfaisante grâce à son caractère homogène. Les pâtes claires, comme les céramiques micacées, offrent dans l’ensemble des caractéristiques tardives. Les premières se définissent par des pâtes épurées et une finition soignée ; elles sont peu décorées et pourvues de lèvres allongées. Les céramiques micacées se caractérisent, quant à elles, par des formes déjà bien maîtrisées, des parois d’épaisseur moyenne et des lèvres hautes à épaississement externe. Leur surface est soigneusement lissée et ne présente aucun décor. Ces caractéristiques permettent ainsi d’intégrer ce lot à la fin de la phase Nord 5 (820/840 - 900/920) et à la phase Nord 6 (900/920 - 950/1000) de la chronologie régionale (CHÂTELET, 2002c, p. 128-131). La présence de quelques céramiques micacées relativement épaisses (6-7 mm) assure le début de l’occupation au IXe s. Concernant la céramique à pâte claire, le très petit nombre de décors et les lèvres exclusivement allongées plaident en faveur du Xe s.

89La composition des céramiques est marquée par la prédominance des céramiques micacées (27 tessons) sur les céramiques à pâtes claires (18 tessons). Même si ce faible échantillonnage ne permet de donner qu’une signification relative à ces proportions, ces effectifs se distinguent de ceux des habitats voisins de Nordhouse et de Benfeld, où, à la même période, la part des céramiques micacées s’élève respectivement à 12 % et à 17 % (CHÂTELET, 2002c, p. 183 ; CHÂTELET, 2006b). Cette différence entre les trois sites, pourtant très proches, est vraisemblablement liée au fait qu’ils se situent non loin de la zone de contact entre l’aire de distribution de la céramique à pâte claire au nord, dans laquelle ils s’intègrent encore, et de la céramique micacée au sud (CHÂTELET, 2002c, p. 186, fig. 157).

III.2.1.2. La céramique des xie-xiie s.

90Les données quantitatives. La vaisselle en céramique des XIe-XIIe s. est aux deux tiers composée de céramique micacée montée en technique mixte, avec 99 fragments sur 151 (fig. 22). Elle précède les céramiques claires qui peuvent être « peintes » (vingt-cinq fragments), orangées (dix-sept fragments) et grises « cannelées » (cinq fragments). Les autres groupes techniques (micacée mixte ? micacée tournée ; micacée indéterminée ; claire granuleuse ; claire orangée) ne sont chacun représentés que par un seul fragment.

Fig. 22. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Tableau de répartition de la vaisselle en céramique des XIe-XIIe s. par groupes techniques en nombre de restes (NR) et en nombre minimum d’individus (NMI).

91À côté de la vaisselle, les autres groupes fonctionnels sont représentés par de rares fragments de gobelet de poêle et un tesson de lampe à huile, une fusaïole et quatre pesons (dont deux fragmentaires) en terre cuite.

92Les groupes techniques. Les céramiques micacées montées en technique mixte présentent des caractéristiques techniques comparables aux céramiques mixtes plus anciennes (petites inclusions siliceuses associées à des paillettes de mica, montage en technique mixte, terres cuites de dureté moyenne de couleur marron-orangé). Elles s’en différencient cependant par un polissage horizontal interne des encolures (HENIGFELD, 2005a, groupe 5). Parmi les céramiques mixtes, un fragment, classé dans le groupe des céramiques mixtes indéterminées, se distingue par l’absence d’inclusions micacées.

93Les céramiques claires « peintes » s’inscrivent dans la continuité de la production des céramiques à pâte claire du haut Moyen Âge produites dans le nord de l’Alsace (HENIGFELD, 2005a, groupe 7). Elles s’en différencient néanmoins par des parois plus fines (épaisseur moyenne : 4 mm) et par la présence occasionnelle de cannelures de tournage. Les terres cuites sont de couleur ocre ou beige. Certains fragments sont ornés d’un décor peint. Les pâtes comprennent de fines inclusions siliceuses, essentiellement composées de quartz.

94Parmi les céramiques claires, un tesson classé dans le groupe des céramiques à pâte claire « granuleuse » est caractérisé par une pâte dure, pratiquement grésée, et des inclusions siliceuses de taille moyenne à grossière (de 0,5 à 2 mm).

95Les céramiques orangées sont attestées en contexte de production sur le site de la caserne Barbade à Strasbourg (HENIGFELD, 2005a, groupe 6). Les matériaux argileux comportent quelques inclusions siliceuses dispersées. Les terres cuites, de dureté moyenne, sont généralement grises à cœur et orangées en surface.

96Un tesson, classé dans le groupe des céramiques claires orangées, présente la particularité de comporter de nombreuses inclusions siliceuses pouvant atteindre 2 mm. Également attestée à Strasbourg (ibid., groupe 5), la pâte, d’une dureté moyenne, est grise à cœur et ocre-orangée en surface.

97Les céramiques « grises cannelées » sont caractérisées par des pâtes dures, blanches à cœur et grises en surface (ibid., groupe 11). Elles comprennent de fines inclusions siliceuses principalement composées de quartz. Les parois sont généralement fines (entre 3 et 4 mm d’épaisseur) et, comme leur nom l’indique, marquées par des cannelures de tournage.

98La fusaïole est confectionnée dans une pâte de dureté moyenne, marron-gris à cœur et gris foncé en surface. Elle comporte quelques grosses inclusions siliceuses pouvant atteindre 2 mm. Les pesons sont fabriqués dans une terre cuite moyennement dure comprenant des inclusions minérales grossières, pouvant atteindre une taille de 1 cm. Les pâtes sont gris-orangé ou grises à cœur et marron clair en surface.

99Les formes et les fonctions. Très fragmenté, ce mobilier céramique est essentiellement représenté par des pots ayant notamment servi à la cuisson des aliments (fig. 21), comme l’attestent les traces de mise au feu observées sur plusieurs fragments.

100Les céramiques micacées montées en technique mixte se présentent sous la forme de lèvres et d’encolures à inflexion externe et à extrémités arrondies. L’une d’elles (fig. 21, n° 9) a un diamètre de 140 mm. Le seul diamètre de base restituable (fig. 21, n° 12) est de 110 mm.

101Les fragments d’encolures en céramique claire accusent une inflexion externe-interne, l’extrémité de la lèvre étant légèrement repliée vers l’intérieur (fig. 21, nos 13-14). Un fragment de panse, décoré par une plage de peinture marron-rouge, est marqué par des cannelures de tournage (fig. 21, n° 15). Une autre lèvre à repli interne appartient vraisemblablement à un gobelet de poêle tronconique (fig. 21, n° 16).

102Parmi les formes significatives en céramique orangée, on peut notamment mentionner un fragment de lampe à huile à extrémité aplatie (fig. 21, n° 18) et un fragment de couvercle pourvu d’un bouton de préhension perforé à sa base et muni d’une anse latérale (fig. 21, n° 17).

103Fragmentaire, la fusaïole 1701.003 (fig. 21, n° 19) est conservée sur une hauteur de 12 mm. Son diamètre maximal est de 28 mm, le diamètre de la perforation interne étant de 6 mm.

104Les pesons ont des dimensions importantes, et leur masse est d’environ 600 g. Le premier (fig. 21, n° 20), retrouvé dans une dépression de la cabane 276 (fig. 13) fait une hauteur totale de 80 mm pour une largeur maximale de 92 mm. Le second (fig. 21, n° 21) fait 77 mm de hauteur pour une largeur maximale de 104 mm. La perforation centrale des deux objets a un diamètre compris entre 60 et 120 mm. Le peson 4541.001 se différencie de l’autre par l’existence d’un cône aménagé sur un côté, probablement taillé dans un second temps d’utilisation. La fonction secondaire de cet objet reste, pour l’instant, inexpliquée. S’il est possible de conclure à une activité textile sur le site d’Osthouse, elle apparaît cependant assez limitée compte tenu du faible nombre de pesons découvert.

  • 14  Ce groupe technique, attesté à partir du VIIe s., correspond vraisemblablement à une importation p (...)

105Comparaisons et datation. Hormis un fragment probablement résiduel de céramique granuleuse14 et un tesson de céramique mixte indéterminé, pour lequel on ne dispose d’aucun élément de comparaison, les autres groupes de céramique peuvent être globalement attribués à un intervalle chronologique allant de la fin du Xe au début du XIIe s., si l’on se réfère aux études chrono-typologiques régionales (HENIGFELD, 2005a ; CICUTTA, 2009 ; CHÂTELET, 2013). Les céramiques étudiées présentent notamment de fortes similitudes avec celles des sites strasbourgeois de la place des Bateliers (HENIGFELD, 2005a, période 1a-b) et de la rue Brûlée (CICUTTA, 2009, phases M3 à M5) ou du site rural de Pfulgriesheim, rue du Levant, dans le Bas-Rhin (CHÂTELET, 2013 : phases MA1a-c). Le groupe des céramiques orangées est, quant à lui, clairement attesté sur le site de la caserne Barbade dans un contexte de production attribué par 14C à une fourchette chronologique recouvrant les XIe et XIIe s.

106Les céramiques micacées mixtes, toutes marquées par un polissage interne de l’encolure, sont comparables au mobilier strasbourgeois de la place des Bateliers (HENIGFELD, 2005a, groupe 4) et de la rue Brûlée (CICUTTA, 2009, pl. 1). Les fragments de bord présentent également des similitudes avec des éléments provenant d’une cave du site de Pfulgriesheim, dans le Kochersberg, attribués au XIe s. (CHÂTELET, 2013, fig. 172, n° 12), ou plus au sud, à du mobilier provenant des premiers niveaux d’occupation du chevet de l’église Saint-Étienne de Mulhouse datant des années 1185-1200 (DAUL, HENIGFELD, 1994, p. 9-11). Sur le site de la Andreasplatz à Bâle, ce groupe technique est attribué à une période allant du second tiers du XIe au début du XIIIe s. (ATZBACH et alii, 1989, p. 63-65).

107Concernant la céramique claire alsacienne, des parallèles peuvent être établis, comme pour la céramique mixte, avec le mobilier de Pfulgriesheim (CHÂTELET, 2013, fig. 169 et 172) au XIe s. ou des sites strasbourgeois des Bateliers (HENIGFELD 2005a, fig. 86) ou de la rue Brûlée (CICUTTA, 2009, pl. 1), où des lèvres comparables sont attribuées aux XIe-XIIe s.

108Le mobilier d’Osthouse se différencie de ces sites de consommation par la forte prédominance de la céramique montée en technique mixte, ce qui rejoint le constat effectué pour la période antérieure et qui s’explique probablement par des sources d’approvisionnement plus méridionales.

  • 15  Pour les régions du Rhin supérieur, il n’existe qu’une tentative de synthèse chrono-typologique (G (...)

109La fusaïole et les pesons d’Osthouse peuvent difficilement servir de vecteur chronologique15. Il convient toutefois de souligner que des pesons présentant des caractéristiques similaires ont été retrouvés dans des fonds de cabane des XIe-XIIe s. à Hochfelden (CHÂTELET, 2005a), Ruelisheim (STRICH et alii, 1999) et Nordhouse par exemple (CHÂTELET, 1998, p. 28, fig. 12) ou encore dans des structures excavées de Pfulgriesheim, où elles sont attribuées à une période allant du milieu du Xe à la fin du XIe s. (PEYTREMANN, 2013a, fig. 191).

110Ces différents indices conduisent à attribuer ce mobilier à une date recouvrant globalement les XIe et XIIe s. La faible occurrence de céramique grise « cannelée », qui apparaît à cette période à la suite de la céramique grise tournée, mais qui ne se développe, dans des proportions importantes, qu’à partir du XIIIe s., ne fait que corroborer cette hypothèse.

III.2.2. Le mobilier métallique et lithique

111Le mobilier métallique est mal représenté et peu significatif. Il comprend trois clous, deux scories et trois objets qui n’ont pas pu être clairement identifiés. L’un d’eux, retrouvé dans la fosse 432, correspond peut-être à une lame de couteau.

112De même, le mobilier lithique est quasiment absent. Il convient toutefois de mentionner plusieurs pierres à aiguiser (inv. 1041.007, 1092.001 et 1491.005) qui proviennent toutes de l’angle oriental de la fouille. L’aiguisoir 1092.01 (fig. 23) est en pierre verte et possède une perforation dans sa partie proximale. Il correspond à un type d’objet qui devient relativement fréquent à partir du Xe s. Dans la région, il est notamment attesté sur le site de Pfulgriesheim, avec deux exemplaires (PEYTREMANN, 2013a, p. 203-204). Plus largement, ce type de pierre est présent sur des sites très différents comme par exemple le Château de Blois (Loir-et-Cher ; AUBOURG, JOSSET, 2003, p. 190-191), le site de Colletière à Charavines (Isère ; COLARDELLE, VERDEL, 1993, p. 281-283), Villiers-le-Sec (Val d’Oise ; CUISENIER, GUADAGNIN, 1988, p. 217) ou encore le castrum d’Andone (Charente ; BOURGEOIS, 2009, p. 252).

Fig. 23. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Pierre à aiguiser 1092.01. Dessin : J.-L. Isselé ; cliché : F. Schneikert, DAO : Y. Henigfeld, É. Peytremann.

III.2.3. La faune

  • 16  Ce paragraphe a été rédigé à partir de l’étude de Jean-Hervé Yvinec (Inrap), présentée dans le rap (...)

113Les vestiges de faune attribués aux périodes des IXe-XIIe s. sont peu nombreux, avec un nombre total de soixante-trois restes identifiés sur un total de quatre-vingts (fig. 24)16. Compte tenu de la faiblesse de cet échantillon issu de plusieurs unités stratigraphiques, sa validité statistique est relative. On peut toutefois noter que le bœuf domine avec trente-six restes. Les porcins et caprinés ne sont respectivement représentés que par six et huit restes. La diversité animale est très bonne, avec onze espèces, dont trois ou quatre sauvages. Les animaux de basse-cour sont bien représentés avec trois espèces, auxquelles s’ajoute le canard colvert, dont il est difficile d’assurer le caractère sauvage ou domestique.

Fig. 24. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Tableau de répartition des restes fauniques du premier et du second Moyen Âge. Doc. : J.-H. Yvinec.

114Parmi les sites de comparaison régionaux, Osthouse se rapproche notamment de celui de Nordhouse, autant dans le choix des espèces que dans le système agropastoral que cela implique (YVINEC, 2006). La tendance à une prédominance du bœuf en Alsace à partir du VIIIe s. semble ici se confirmer.

IV. Une rétraction de l’espace bâti au second Moyen Âge (XIIIe - XVIe s.)

IV.1. Les vestiges immobiliers

115À partir du XIIIe s., le site est marqué par une rétraction sensible de l’espace bâti, avec quarante-deux structures attribuées à un intervalle chronologique allant du XIIIe au XVIe s. (période 4) (fig. 25). Au total, ce sont une ou deux caves (fos 214, cav 164), quatre silos, dix trous de poteau, vingt-six fosses, un chablis et deux exhaussements qui ont été fouillés.

Fig. 25. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan des vestiges de la période XIIIe-XVIe s. Échelle : 1/400, DAO : P. Girard, É. Peytremann et Y. Henigfeld.

116Outre les recoupements stratigraphiques qui permettent de vérifier la chronologie relative du site, la datation des vestiges repose, en majeure partie, sur l’étude du mobilier céramique (cf. infra).

117Le développement topo-chronologique du site peut ainsi être scindé en deux grandes séquences qui couvrent respectivement une période allant du XIIIe au milieu du XVe s. et de la seconde moitié du XVe s. à la fin du XVIe s.

118Parmi les structures datées, sept sont antérieures au milieu du XVe s. et dix-neuf postérieures à cette date. Les autres vestiges sont attribués au second Moyen Âge, sans plus de précisions. Parmi eux, une fosse (208) et un silo (299) peuvent remonter au premier Moyen Âge. Un trou de poteau (437) et une fosse (141) sont peut-être modernes.

119Les données archéologiques ne permettent pas de caractériser plus précisément la nature du site. Tout au plus peut-on constater que cet ensemble se trouve à une centaine de mètres à l’est du château et qu’il comprend à la fois des bâtiments et des structures à caractère agricole (des silos notamment).

120Sur le plan topographique, les vestiges se répartissent de façon clairsemée sur l’ensemble de l’emprise (fig. 25). S’il paraît assuré, compte tenu des résultats du diagnostic, que le site ne se développe guère au-delà de la limite nord-ouest du terrain, ses limites nord-est, sud-est et sud-ouest restent, en revanche, inconnues. La faible densité des vestiges est d’autant plus marquée que ces structures n’ont pas toutes fonctionné simultanément. L’orientation des bâtiments est globalement comparable à celle des constructions antérieures, marquant ainsi la continuité de l’occupation.

IV.1.1. La fosse 214 : cave ou cellier ?

121Localisée en bordure méridionale de l’emprise, la fosse 214 est orientée selon un axe nord-est/sud-ouest (fig. 25). De plan rectangulaire, elle se présente sous la forme d’une fosse à fond plat, conservée sur une profondeur de 1,08 m (fig. 26 et 27). Le creusement mesure 3 x 2,14 m en surface (6,42 m2) et 2,60 x 1,70 m à sa base, soit 4,42 m2. Cette structure présente la particularité d’être pourvue d’un accès en pente, localisé sur son petit côté sud-ouest (L : 1 m ; l : de 0,80 à 1,30 ; H : 0,74 m), d’un aménagement creusé en sape dans la paroi nord-est (L : 0,68 m ; prof. : 0,22 m ; H : 0,53 m) et de quatre trous de poteau d’angle peu profonds (de 0,08 à 0,20 m) à base concave, dont le diamètre moyen est de 0,30 m.

Fig. 26. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plans et coupes de la fosse 214, de la cave 164, des silos 285, 308 et 310 et des fosses 314 et 380 du second Moyen Âge. Échelle : 1/100, DAO : P. Girard, Y. Henigfeld.

Fig. 27. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vue de la fosse 214, prise du SO. Cliché : Y. Henigfeld.

122Parfaitement horizontal, le fond est marqué par un niveau d’occupation (US 2143) formé d’un limon marron-noir fortement induré (fig. 26). Il est surmonté d’un sédiment beige à dominante lœssique, homogène et compact, comprenant quelques fragments de céramiques (US 2142). Cette couche de comblement, dont la partie supérieure coïncide avec le niveau inférieur de l’aménagement de paroi et de l’accès en pente, est scellée par un mélange de lehm et de lœss (US 2141), faiblement graveleux, marron beige, hétérogène et compact, incluant de la céramique en quantité relativement importante, quelques fragments de briques et de tuiles, de rares éclats de grès, un peu de faune, de charbon de bois et de métal.

123La structure présente, à première vue, des caractéristiques similaires à certaines structures excavées rencontrées au premier Moyen Âge. Elle est également comparable à des structures quadrangulaires du bas Moyen Âge identifiées comme celliers sur les sites ruraux du Nord–Pas-de-Calais de Dechy (COMPAGNON et alii, 2002, p. 105-108), Guesnain (ibid., p. 40), Hordain (LOUIS, 1989, p. 36 et 54) et Vitry-en-Artois (DERBOIS, LOUIS, 1987, p. 50-52).

124Dans le cas d’Osthouse, l’hypothèse d’un cellier ou plus simplement d’une petite cave surmontée d’un bâtiment de plain-pied peut être émise, sans toutefois pouvoir être démontrée. Quoi qu’il en soit, il convient de souligner qu’il s’agit de la première découverte de ce type attribuable à une période comprise entre le milieu XIIIe et le milieu XIVe s. en Alsace.

IV.1.2. La cave 164

125En revanche, l’identification en tant que cave de la grande structure rectangulaire orientée nord-ouest/sud-est, localisée dans la moitié orientale du site ne fait guère de doute (fig. 25 et 28). Cette dernière, conservée sur une profondeur de 0,95 m, présente des parois verticales et un fond plat. Elle fait 5,58 x 4,11 m en surface et 4,95 x 3,39 m à sa base, soit 16,8 m2. L’accès se faisait au moyen d’un escalier maçonné aménagé dans son angle sud-est (ESC 165) (fig. 26, 28 et 29).

Fig. 28. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vue de la cave 164, prise du NE. Cliché : Y. Henigfeld.

126Les parois de la cave sont renforcées par un parement en briques rouges digitées non liées, très partiellement conservé sur une assise sur le côté sud-ouest et dans l’angle nord de la structure. Les briques ont un module moyen de 30 x 18 x 7 cm. L’assise inférieure repose sur une petite couche de lœss fortement compactée, ayant probablement servi à l’installation du mur (US 1614f). Une couche à dominante lœssique incluant, en certains endroits, des fragments de briques, tapisse les parois sur la moitié inférieure du creusement (US 1641e).

Fig. 29. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vue de l’escalier 165, prise du NO. Cliché : Y. Henigfeld.

127Installé dans l’angle sud-est de la cave, l’escalier 165, conservé sur une profondeur de 0,95 m, se développe sur une longueur de 1,80 m et une largeur de 1,30 m (fig. 29). Soigneusement maçonné, il comprend six marches en briques digitées, posées de chant et liées avec un mortier de chaux blanc. Les briques sont de couleur jaune, jaune-orangé ou rouge et leur module moyen est identique à celui des briques utilisées en parement. Elles reposent sur un lit de mortier d’une épaisseur moyenne de 3 cm. Certaines briques ne subsistent que sous forme d’empreintes. Un blocage, formé de briques cassées noyées dans un bain de mortier, a été observé à l’arrière de trois marches.

128La cave est comblée par quatre couches plus ou moins horizontales (US 1641a, b, c et d) reposant sur un niveau d’occupation en terre battue (US 1642) incluant des fragments de céramiques en quantité moyenne (fig. 26). Les couches de comblement sont constituées d’un mélange hétérogène de limons et de lœss dégradés incluant du mobilier en quantité relativement importante. Outre la présence de bois de construction subsistant dans un état pulvérulent (bois de charpente, plancher ou éléments d’une architecture à pans de bois ?), les couches de comblement comportent des charbons de bois, des fragments de terres cuites architecturales (tuiles creuses et briques) et d’enduits peints blancs. En dépit de ces éléments, le bâtiment qui recouvrait la cave reste difficile à caractériser d’un point de vue architectural. Tout au plus peut-on émettre l’hypothèse d’une maison à pans de bois couverte de tuiles. Retrouvé en quantité importante, le mobilier présente la particularité de comporter, outre de nombreuses céramiques culinaires, une forte proportion de céramique de poêle (cf. infra), ce qui tend à montrer que la cave était surmontée d’un espace domestique chauffé. Quelques objets métalliques, de rares fragments de verres à vitre, de gobelets en verre et de faune complètent cet assemblage (cf. infra). L’étude de la céramique et du verre provenant des US 1641 et 1642 montre que la maison a été abandonnée entre la seconde moitié du XVe et la fin du XVIe s. (cf. infra).

129Il convient de remarquer que ce type de structure constitue un des rares exemples de caves alsaciennes du Moyen Âge tardif fouillé en contexte rural. Dans les régions voisines, les parallèles sont tout aussi rares. À titre indicatif, trois sites mosellans ont révélé des structures comparables attribuées au bas Moyen Âge ou au début de l’Époque moderne. Il s’agit en l’occurrence des caves maçonnées d’Imling (Moselle ; CHÂTELET, 2002b, p. 41-42), d’Ars-sur-Moselle (Moselle ; BLAISING, 2001, p. 80-89) et surtout de Vitry-sur-Orne (Moselle), où des caves d’une superficie de 15 à 24 m2 dotées d’une rampe d’accès où d’un escalier sont attestées pour la fin du XIVe s. (LANSIVAL, 2013, p. 93-98). Ces dernières, qui présentent de fortes similitudes avec la structure observée à Osthouse, sont interprétées comme des caves de maisons vigneronnes à pans de bois sur solins.

IV.1.3. Des vestiges de bâtiments sur poteaux ou de clôtures ?

130Associés à ces structures en creux, quelques trous de poteau suggèrent la présence éventuelle de bâtiments sur poteaux ou de clôtures. Leur dispersion ne permet cependant pas d’en proposer des restitutions.

131À l’exception du trou de poteau 437, peut-être plus récent (Époque moderne ?), les dix trous de poteau attribués à la période 4 remontent tous, si l’on se réfère au mobilier céramique piégé dans les comblements, à la seconde moitié du XVe ou au XVIe s. Le trou de poteau 463 présentait la particularité d’inclure un couteau fortement oxydé (cf. infra).

IV.1.3.1.Les silos

132Comme pour la période antérieure, plusieurs fosses ont été interprétées, avec plus ou moins de certitude, comme silos. Au nombre de quatre, elles sont de plan ovale ou circulaire (fig. 26). La seule structure clairement postérieure au milieu du XVe s. correspond au silo 310. Les autres, globalement attribuables aux XIIIe-XIVe s., ne peuvent être datées plus précisément. Parmi elles, le silo 299, déjà évoqué (fig. 17), remonte peut-être aux XIe-XIIe s.

133Les structures sont conservées sur une profondeur comprise entre 0,50 et 0,84 m et leur diamètre moyen est d’environ 1,30 m. Les profils présentent des bases concaves, irrégulières ou plates, et des parois évasées, verticales ou rentrantes. L’identification des silos 285, 299 et 308 reste toutefois hypothétique. En revanche, la fonction du silo 310 est assurée, si l’on se fie à son profil et à la nature de son comblement caractérisé par une alternance de couches limoneuses et de lentilles à dominante lœssique. Il comprenait, outre quelques fragments de céramique, de verre et de charbons de bois, un manche de couteau (cf. infra).

134D’un point de vue plus général, il importe de souligner qu’Osthouse correspond au premier site régional à avoir livré des silos postérieurs au XIIe s. Au-delà de l’anecdote, cette découverte atteste la pérennité de ce mode de conservation au bas Moyen Âge en Alsace.

IV.1.3.2. Les fosses

135Plusieurs fosses, de dimensions variables, se développent par ailleurs sur l’ensemble du site (fig. 25). Elles sont de plan circulaire, ovale, oblong, quadrangulaire ou irrégulier (fig. 26). Ces fosses sont, dans l’ensemble, faiblement stratifiées et difficilement interprétables. Si l’on se réfère à leurs caractéristiques morphologiques, un certain nombre d’entre elles peuvent néanmoins être considérées, à titre d’hypothèse, comme des trous de poteau (FOS 213, 218, 360 et 370) ou des silos (FOS 219 et 237). D’autres, qui incluaient une proportion importante de mobilier, ont probablement servi de dépotoir, dans un second temps d’utilisation (FOS 265 et 347).

136Les fosses quadrangulaires. Parmi les fosses présentant un aspect particulier, il convient de mentionner deux fosses quadrangulaires à parois verticales et à fond plat, attribuables à la seconde moitié du XVe et/ou au XVIe s. La première (FOS 314) se développe dans le nord-est du site, à proximité du silo 310, et la seconde (FOS 380), dans la partie sud-ouest de l’emprise (fig. 25-26).

137La petite fosse 314 (L : 1,10 m ; l : 0,98 ; prof. conservée : 0,47 m) a vraisemblablement servi de fosse de stockage dans un premier temps d’utilisation, puis de dépotoir, comme le suggère la quantité relativement importante de fragments de céramique et les quelques éléments en fer (dont des maillons de chaîne) qu’elle comportait.

138Moins riche en matériaux anthropiques, le comblement de la fosse 380 (US 3801) reposait sur une couche de sédiment induré (US 3802) indiquant un niveau d’occupation. Même si les aménagements internes sont moins nombreux, les dimensions (L : 2,70 m ; l : 2,43 m ; prof. conservée : 0,42 m) et le profil de la structure (fond plat et parois verticales) sont comparables à la fosse 214, interprétée comme une cabane ou un éventuel cellier.

139Un exhaussement de terrain et un chablis ancien. Une séquence d’exhaussement du terrain a été perçue en limite nord-est et sud-est de l’emprise, où le même remblai scelle apparemment toutes les structures antérieures au XVIIe s. sur une épaisseur comprise entre 0,25 et 0,50 m. Elle est constituée d’un apport d’un sédiment limoneux, légèrement graveleux, marron foncé, compact et homogène, incluant quelques fragments de céramiques et de terres cuites architecturales, qui font remonter cette séquence à la fin du XVIe s.

140Localisée en bordure nord-ouest de l’emprise (fig. 25), la structure 409 présentait les caractéristiques d’un chablis, ayant piégé du mobilier de la fin du Moyen Âge. Il est cependant possible que cette perturbation soit plus récente.

IV.2. Les vestiges mobiliers

IV.2.1. La céramique

141Le mobilier céramique issu des structures du second Moyen Âge est essentiellement composé de vaisselle (946 NR ; 153 NMI) et de céramique de poêle (233 NR ; 106 NMI), auxquelles il faut ajouter de rares tessons de lampes à huile (7 NR ; 3 NMI) ainsi qu’un fragment de figurine et une fusaïole provenant d’une structure plus récente (FOS 213).

142Les données quantitatives. Le vaisselier est principalement composé de céramiques rouges (393 NR ; 55 NMI) et de céramiques grises « cannelées » (382 NR ; 42 NMI) qui, si l’on se réfère au nombre de restes, sont représentées en quantité équivalente (de 40,4 à 45,5 %) (fig. 30). Ces deux groupes sont suivis par les céramiques blanches à glaçure verte (11,3 % ; 107 NR) et à glaçure jaune sur cru (2,75 % ; 26 NR), puis par quatre catégories représentées à moins de 2 % (céramiques rouges à glaçure sur cru ; céramiques rouges à glaçure verte sur engobe ; grès ; céramiques blanches).

Fig. 30. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vaisselle et céramique de poêle. Tableau de répartition du mobilier céramique du second Moyen Âge par groupes techniques en nombre de restes (NR), en nombre minimum d’individus (NMI) et en pourcentage.

143Exception faite de deux tessons en céramique grise cannelée (0,86 %), la céramique de poêle est exclusivement composée de céramiques rouges non glaçurées et de céramiques rouges à glaçure verte sur engobe blanc (fig. 30). Avec un pourcentage de 62,2 %, les céramiques rouges sont sensiblement majoritaires (NR : 145 NR ; 75 NMI) par rapport aux céramiques rouges à glaçure verte sur engobe blanc, qui représentent un peu plus du tiers des effectifs (36,9 % ; 86 NR ; 29 NMI).

144Les groupes techniques. Par rapport à la période antérieure, la céramique du second Moyen Âge est représentée par sept nouveaux groupes techniques, associés au groupe des céramiques grises « cannelées » qui apparaît entre le Xe et le XIIe s. et qui se développe de façon massive à partir du XIIIe s. (HENIGFELD, 1996, 1998 et 2005a). Fabriquées dans le nord de l’Alsace, les céramiques grises « cannelées » du second Moyen Âge se différencient des céramiques antérieures par des parois généralement plus fines (environ 3 mm) et la présence quasi systématique de cannelures de tournage. Elles comprennent de petites inclusions siliceuses dispersées dans une pâte dure généralement blanche à cœur et grise en surface.

145Parmi les nouveaux groupes attestés, les céramiques rouges sont caractérisées par des pâtes moyennement dures qui peuvent être grises à cœur. Elles comportent, en quantité moyenne, des inclusions siliceuses inférieures ou égales à 1 mm, associées à des paillettes de mica dispersées. D’une épaisseur comprise entre 3 et 5 mm, les céramiques culinaires sont, dans la majorité des cas, marquées par des cannelures de tournage affectant la partie supérieure des récipients. Les parois des céramiques de poêle (gobelets ou « carreaux-bols ») sont généralement plus épaisses (environ 6 mm) et marquées par de profonds sillons de tournage.

146Certaines céramiques rouges, classées dans le groupe des céramiques à glaçure sur cru, sont partiellement revêtues d’une glaçure plombifère de couleur vert olive ou marron appliquée par aspersion. Elles se différencient des céramiques rouges à glaçure verte sur engobe qui présentent la particularité d’être revêtues d’une glaçure plombifère reposant sur une fine pellicule d’engobe blanc. À Osthouse, ce groupe technique est essentiellement représenté par des carreaux de poêle à façade moulée, même si quelques rares objets ont une fonction culinaire.

147Parmi les nouveaux groupes, les céramiques blanches ont des pâtes comparables à celles des céramiques grises « cannelées ». De couleur blanche ou légèrement rosée, les terres cuites comportent de fines inclusions siliceuses et dispersées. Certains objets peuvent présenter de fines cannelures de tournage. Ils sont, le plus souvent, revêtus d’une glaçure interne verte ou jaune.

148Le dernier groupe correspond à deux fragments de céramique en grès dont les pâtes, qui comportent de rares inclusions siliceuses de petite taille, sont grises à cœur et brun-orangé en surface. Ce revêtement résulte d’une glaçure au sel qui confère aux objets un aspect brillant.

  • 17  Concernant la localisation des centres de production dans le nord de l’Alsace, se référer à HENIGF (...)

149Au même titre que certains groupes techniques évoqués précédemment (céramiques grises « cannelées » ; céramiques blanches avec ou sans glaçure ; céramiques de poêle rouges à glaçure sur engobe), les céramiques en grès proviennent probablement de centres de production localisés dans le nord de l’Alsace17. La forte proportion de céramiques rouges incluant des éléments de micas, faiblement représentées à Strasbourg, laisse toutefois supposer l’existence de produits issus d’ateliers plus méridionaux.

IV.2.1.1. Les formes et les fonctions

150Le répertoire morphologique est essentiellement composé de vaisselle (céramique de conservation, de préparation et de cuisson) et de céramiques de poêle, auxquelles il faut ajouter quelques formes particulières (tasse en grès, fusaïole, lampes à huile, figurine).

151La vaisselle. Presque exclusivement représentée par des formes fermées, la vaisselle en céramique grise « cannelée » est composée de pots, de pots ansés, de cruches et de couvercles (fig. 31). Les pots sans élément de préhension apparaissent sous la forme d’encolures pourvues de lèvres en bandeau. Ils sont associés à des pots ansés et à des cruches équipés d’une anse latérale rubanée. Les cruches sont munies d’un bec pincé diamétralement opposé à l’anse (fig. 31, n° 1). Les rares formes complètes sont élancées, les dimensions des récipients étant variables (diamètre des ouvertures : de 12,3 à 18 mm ; diamètre des bases : de 6,5 à 10,4 mm). Ces récipients, à base horizontale, sont équipés de couvercles coniques (fig. 31, n° 9).

Fig. 31. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Moyen Âge 2, céramiques grises « cannelées » (Gc). Dessins : Y. Henigfeld ; DAO : P. Girard, Y. Henigfeld.

152À côté des céramiques grises « cannelées », les céramiques rouges composent l’essentiel du vaisselier (fig. 32). De façon générale, les pots présentent des similitudes avec les céramiques grises « cannelées » (lèvres en bandeau, cannelures de tournage). Ils s’en différencient néanmoins par la répartition des cannelures, qui sont, dans le cas de plusieurs grands récipients, délimitées par un bourrelet marquant la transition entre la panse et l’épaule (fig. 32, nos 7 et 12). Les couvercles sont coniques ou à base horizontale (fig. 32, nos 13 et 15).

Fig. 32. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Moyen Âge 2, céramiques rouges (R). Dessins : Y. Henigfeld ; DAO : P. Girard ; Y. Henigfeld.

153Le répertoire morphologique comprend un récipient verseur, caractérisé par la présence d’un bec tubulaire greffé sur l’épaule du récipient (fig. 32, n° 16). Cette forme, équipée d’une anse en étrier, existe également en céramique rouge à glaçure sur cru (fig. 33, n° 1).

Fig. 33. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Moyen Âge 2, céramiques rouges à glaçure sur cru (Rglc) et à glaçure verte sur engobe (Rglve), blanches à glaçure verte (Bglvc) ou jaune sur cru (Bgljc), grès (Gr). Dessins : Y. Henigfeld ; DAO : P. Girard, Y. Henigfeld.

154Peu nombreuses, les céramiques rouges à glaçure verte sur engobe sont notamment représentées par trois formes conservées à l’état de fragment. Il s’agit en l’occurrence d’une lèvre en bandeau de jatte ansée (fig. 33, n° 3), d’une lèvre appartenant à une forme ouverte (fig. 33, n° 4) et d’une base de récipient tripode (fig. 33, n° 5).

155Les céramiques blanches à glaçure verte et à glaçure jaune sur cru sont représentées par des fragments de formes fermées ou ouvertes et par des récipients tripodes (fig. 33, nos 6 à 15). Un bord, équipé d’un manche tubulaire, correspond vraisemblablement à un fragment de poêlon ou de caquelon (fig. 33, n° 10).

156Parmi les récipients réservés à la consommation des boissons, il convient de mentionner la présence d’un fragment d’encolure de tasse en grès (fig. 33, n° 16).

157La céramique de poêle. Très homogènes d’un point de vue typologique, les céramiques de poêle sont représentées par quatre types de formes (fig. 34) : les gobelets de poêle, les « carreaux-bols », les carreaux « à fond d’écuelle » et un carreau à façade décorée.

Fig. 34. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Moyen Âge 2, céramiques de poêle rouges (R) et rouges à glaçure verte sur engobe (Rglve). Dessins : Y. Henigfeld ; DAO : P. Girard, Y. Henigfeld.

158Peu nombreux, les gobelets de poêle en céramique rouge se présentent sous la forme de récipients tronconiques à lèvres marquées par une dépression interne (fig. 34, n° 1). Les « carreaux-bols » en céramique rouge, qui correspondent à des gobelets à ouvertures quadrangulaires, sont de deux types. Les premiers sont représentés par des lèvres à bandeaux internes (fig. 34, nos 2 à 10), alors que les seconds sont pourvus de lèvres à inflexion externe (fig. 34, nos 11, 12 et 13). Ces derniers ont des dimensions comprises entre 160 et 163 mm à l’ouverture, entre 77 et 112 mm à la base et font une hauteur totale variant de 56 à 97 mm.

159Les carreaux de poêle en céramique rouge sur engobe blanc sont de deux types. Le plus récurrent est celui des carreaux dits « en fond d’écuelle » en raison de son décor à motif circulaire (fig. 34, n° 15). Le module moyen de ce type d’élément est de 170 x 170 mm pour le corps de façade et de 67 mm pour la profondeur totale. Le second type de carreau, représenté par un élément incomplet de 85 mm de profondeur, est orné en façade d’un motif d’oiseau moulé inséré dans un décor de feuillage stylisé (fig. 34, n° 14).

160Les autres formes. Les autres formes attribuables au second Moyen Âge correspondent à plusieurs lampes à huile en céramique rouge et grise « cannelée », à une figurine en céramique rouge et à une fusaïole en grès (fig. 35).

Fig. 35. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Moyen Âge 2, lampes à huile en céramiques rouge (R) et grise « cannelée », figurine en céramique rouge et fusaïole en grès (Gr) décoré au bleu de cobalt (Grcob). Dessins : Y. Henigfeld ; DAO : P. Girard, Y. Henigfeld.

161Les lampes à huile sont de deux types. Le premier correspond à des coupelles à lèvres aplaties (fig. 35, nos 1 et 2), le second à un fragment de coupelle à extrémité accusant une forte inflexion interne (fig. 35, n° 3). La seule forme complète est en céramique grise « cannelée » (fig. 35, n° 2). Haute de 30 mm, ses diamètres inférieurs et supérieurs sont respectivement de 47 et 110 mm.

162Le fragment de figurine en terre cuite rouge représente un petit personnage aux mains jointes (fig. 35, n° 4).
La fusaïole est en grès gris décoré au bleu de cobalt (fig. 35, n° 5). Elle mesure 12 mm de haut pour un diamètre maximal de 23 mm.

IV.2.1.2. Comparaisons et datation

163La céramique étudiée présente de fortes similitudes techniques et morphologiques avec le mobilier issu des sites de consommation strasbourgeois (HENIGFELD, 2005a ; CICUTTA, 2009). Elle est globalement attribuable à un intervalle chronologique compris entre le XIIIe et la fin du XVIe s. En effet, si l’on excepte les céramiques grises « cannelées » qui apparaissent entre le Xe et le XIe s. et les céramiques rouges qui apparaissent à Strasbourg dès le XIIIe s., tous les groupes techniques attestés durant la période considérée sont postérieurs au XIIe s. Par ailleurs, l’absence de céramique polychrome et de faïence permet de placer ce mobilier à une date antérieure au XVIIe s.

  • 18  EXH 107, TPO 133, CAV 164, TPO 190, FOS 218, FOS 233, FOS 234, FOS 237, FOS 265, TPO 279, SIL 310, (...)

164Parmi les critères de datation susceptibles de préciser la chronologie du site, il convient de porter une attention particulière aux structures ayant livré des céramiques à pâte blanche et à glaçure verte ou jaune sur cru qui, dans le nord de l’Alsace, se développent essentiellement à partir des années 1450/1485 (HENIGFELD, 2005a). Or, dix-neuf structures ont livré au moins un fragment de céramique blanche glaçurée, permettant ainsi d’attribuer leur comblement à une date postérieure au milieu du XVe s.18

  • 19  FOS 213, FOS 214, FOS 219, FOS 260, SIL 308, FOS 347 et FOS 381.
  • 20  FOS 193, FOS 194, FOS 196, TPO 203, TPO 205, FOS 227, FOS 241, SIL 285, TPO 293, FOS 316, TPO 340, (...)

165Sept structures sont, en revanche, caractérisées par l’absence de céramique blanche glaçurée19. Parmi elles, la fosse 213 et le silo 308 ont livré de la céramique rouge à engobe blanc qui n’apparaît en Alsace qu’à partir du milieu du XIVe s. Les fosses 214 et 219 comprenaient de la céramique rouge à glaçure sur cru qui ne se développe, dans la région, qu’à partir de la fin du XIIIe s. Les fosses 347 et 381 n’ont, quant à elles, révélé aucun fragment de céramique glaçurée et peuvent, par conséquent, remonter au XIIIe s., même si cette datation ne peut être assurée. La fosse 260, qui n’a livré que des céramiques grises « cannelées » et des céramiques rouges, est peut-être un peu plus tardive (XIVe s. ?) en raison notamment de la présence d’un bord de « carreau-bol », qui correspond à une forme qui n’apparaît en Alsace qu’à partir de la fin du XIIIe s. (MAIRE, SCHWIEN, 2000, p. 151).
Les autres structures attribuées à cette phase ont livré un nombre trop insuffisant de tessons (inférieur à dix) pour préciser leur datation20.

166Quelques éléments de comparaison permettent de préciser cette approche chronologique. Parmi les céramiques culinaires, des parallèles peuvent être établis entre plusieurs céramiques grises « cannelées » de la cave 164 et des récipients provenant de sites strasbourgeois (HENIGFELD, 2005a). Parmi elles, une cruche (fig. 31, n° 1) et un pot ansé (fig. 31, n° 2) sont clairement attribuables à la seconde moitié du XVe s. et/ou au XVIe s. De même, les lèvres en bandeau issues de la fosse 265 (fig. 31, nos 10 à 13) relèvent vraisemblablement de la même période.

167En revanche, il n’existe actuellement pas d’éléments de comparaison suffisamment pertinents pour dater les céramiques rouges sans risque d’erreur. Tout au plus peut-on mentionner la découverte, sur le site de production d’Ingwiller (Bas-Rhin), de pots à lèvre en bandeau cannelés, parfois pourvus d’un cordon horizontal, associés à des carreaux-bols qui présentent des similitudes morphologiques avec le mobilier d’Osthouse (HENIGFELD, 2013). Globalement attribuable à la seconde moitié du XIVe ou au XVe s., ce mobilier s’en différencie toutefois par des pâtes dépourvues de mica et des terres cuites majoritairement grises. Compte tenu de son éloignement géographique, il est d’ailleurs fort peu probable que ce site de production localisé à environ 70 km au nord d’Osthouse ait approvisionné le site. Sans doute faudrait-il chercher dans la céramique rouge étudiée ici des sources d’approvisionnement plus méridionales.

  • 21  Cette étude est amorcée en 2014 dans le cadre d’un Master à l’université de Strasbourg.
  • 22  Artolsheim, « Maison Schwœrer » (Vivre au Moyen Âge, 1990, p. 417, n° 2,63) ; Haut-Barr, « Château (...)

168Hormis l’étude effectuée sur la céramique de la seconde moitié du XVe et du début du XVIe s. sur le site de l’îlot Saint-Quirin à Sélestat (Bas-Rhin) qui a principalement livré une céramique à glaçure partielle considérée comme locale et difficilement comparable au mobilier découvert à Osthouse (GOY, BILLOIN, 2001) et celle, plus récente, effectuée sur la céramique issue de latrines de la fin du XVIe et de la première moitié du XVIIe s. d’un hôtel aristocratique à Andlau (Bas-Rhin ; GAUTIER, 2013), la céramique du centre de l’Alsace reste, dans l’ensemble, méconnue. Sans doute l’étude du mobilier de la cave d’une maison de chevalier à Châtenois, qui a livré un assemblage attribuable à la seconde moitié du XVe ou au premier quart du XVIe s. apportera-t-elle son lot d’informations21. La céramique de poêle rouge peut difficilement servir de vecteur chronologique. Les « carreaux-bols », dont les variations typologiques sont difficiles à percevoir, sont en effet attestés en Alsace sur de nombreux sites et sur une période longue, allant de la fin du XIIIe au milieu du XVIe s. (MAIRE, SCHWIEN, 2000, fig. 2). En revanche, la datation des carreaux de poêle en céramique rouge à glaçure verte sur engobe provenant notamment de la cave 164 peut être précisée. Même s’il ne s’agit pas du même motif, le carreau représentant un oiseau sur une branche (fig. 34, n° 14) peut être comparé avec plusieurs exemplaires à motifs similaires retrouvés sur le site minier du « Tiergarten » au Silberwald (Stosswihr, Haut-Rhin), où ils sont datés de la fin du XVe et/ou du début du XVIe s. (BOHLY, FLUCK, 2000, fig. 6). De même, les carreaux dits « à fond d’écuelle » (fig. 34, n° 15) sont attestés sur de nombreux sites alsaciens où ils sont, le plus souvent, attribués au XVIe s.22.

IV.4.2. Les autres catégories de mobilier

  • 23  Merci à Aurélie Raffin de nous avoir communiqué cette référence.

169Deux couteaux en fer et à manche en os attribuables, d’après le mobilier associé, à la seconde moitié du XVe ou au XVIe s. sont issus d’un trou de poteau (TPO 463) et d’un silo (SIL 310) (fig. 36, nos 1-2). Le seul objet complet (4631.001), doté d’une lame à extrémité arrondie, fait une longueur totale de 13 cm. Il peut être comparé à des exemplaires anglais attribués à la même période, comme à Great Linford par exemple (MYNARD et alii, 1991, fig. 96, n° 318)23.

Fig. 36. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Objets en métal et en verre provenant du trou de poteau TPO 463, du silo SIL 310 et de la cave CAV 164. Échelle : 1/2. Dessins : J.-L. Isselé (métal) et Y. Henigfeld (verre) ; DAO : P. Girard et Y. Henigfeld.

170Plusieurs objets en verre et en métal sont issus des couches de la cave 164 (fig. 36, nos 3 à 6). Son niveau d’occupation (US 1642) a livré deux gobelets en verre moulé décorés de côtes obliques. Le seul objet archéologiquement complet fait 62 mm de hauteur (fig. 36, n° 3). Ilremonte à la seconde moitié du XVe s. (WATON, 1990, p. 47, fig. 13, n° 109). Les couches de comblement de la cave ont, quant à elles, livré plusieurs éléments métalliques, dont un fragment d’objet à fonction indéterminée en alliage cuivreux long de 65 mm (fig. 36, n° 6), une anse de seau en fer de 244 x 113 mm (fig. 36, n° 4) et un outil à douille ouverte en fer de 74 x 130 mm, correspondant vraisemblablement à un curoir de soc de charrue(fig. 36, n° 5).

IV.4.2.1. La faune

  • 24  Ce paragraphe a été rédigé à partir de l’étude réalisée par Jean-Hervé Yvinec (2005).

171Comme pour le premier Moyen Âge, la quantité de faune provenant des structures du second Moyen Âge (67 restes, dont 52 déterminés) est insuffisante pour obtenir des résultats fiables (fig. 24)24. Tout au plus peut-on constater la proportion toujours dominante des bovins, même si leur part diminue légèrement par rapport à celle du porc qui représente désormais un tiers environ de la triade domestique. Le taux de caprinés reste, en revanche, stable, au même titre que la consommation des oiseaux de basse-cour. Il est toutefois difficile d’étendre l’analyse à des comparaisons régionales, compte tenu de la faiblesse quantitative de l’échantillon.

V. Une occupation lâche aux époques moderne et contemporaine (XVIIe - XIXe s.)

V.1. Les vestiges immobiliers

172Les vestiges immobiliers les plus récents remontent à une période allant du XVIIe au XIXe s. De faible densité, l’occupation est caractérisée par la présence de dix structures composées d’une cave, d’un four, d’un puits et de sa fosse d’installation, de quatre fosses à fonction indéterminée et de deux trous de poteau (fig. 37). Deux autres structures, déjà évoquées dans le chapitre précédent, remontent peut-être au second Moyen Âge (FOS 141 et TPO 437). La chronologie des structures repose à la fois sur des recoupements stratigraphiques et sur le mobilier recueilli dans leurs comblements. La céramique présente notamment la particularité d’être composée de céramiques polychromes, de céramiques à glaçure marron et de faïences, ce qui permet de les attribuer à une fourchette allant du XVIIe au XIXe s. (cf. infra). Parmi les structures observées, la cave 206, qui appartenait à un bâtiment vraisemblablement détruit entre 1883 et 1888, correspond à la structure la plus récente. Après cette date, le site reste apparemment inoccupé pendant plus d’un siècle.

Fig. 37. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan des vestiges de la période XVIIe-XIXe s. Échelle : 1/400, DAO : P. Girard, É. Peytremann et Y. Henigfeld.

173Les vestiges observés sont tous localisés dans la moitié sud-est de l’emprise (fig. 37). Deux noyaux d’occupation peuvent être distingués. Le premier, localisé dans la partie sud de l’emprise, comprend une cave (206), un four (221), un puits (224), deux fosses (223 et 230) et un trou de poteau (437). Le second, constitué de trois fosses (141, 142 et 252) et de deux trous de poteau (255 et 258), se développe à environ 30 m au nord du premier. Une fosse rectangulaire (277) est installée entre ces deux noyaux.

V.1.1. La cave 206

174Le seul vestige de bâtiment se développe selon un axe nord-est/sud-ouest dans le noyau méridional de l’emprise (fig. 37, 38 et 39). Il s’agit en l’occurrence d’une cave maçonnée de plan rectangulaire à fond plat, conservée sur une profondeur comprise entre 0,60 et 0,90 m. En surface, elle s’étend sur une longueur totale de 5,90 m et une largeur de 3,60 m. À sa base, la surface utilisable est de 5,20 x 2,90 m, soit 15,08 m2. La fosse de creusement entaille des structures plus anciennes. Plusieurs fosses et trous de poteau, observés dans le fond de cave (fig. 39), peuvent également correspondre à des aménagements internes. Ces vestiges n’ont malheureusement pas pu être relevés ni documentés en raison d’une inondation survenue en fin de chantier.

Fig. 38. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plans et coupes de la cave CAV 206, de la fosse FOS 223, du puits PUI 224 et du four FOU 221. Échelle : 1/50. DAO : P. Girard et Y. Henigfeld.

175Le creusement de la cave est parementé sur ses quatre côtés par une maçonnerie montée en petit appareil irrégulier, sommairement liée avec un mortier de chaux très sableux et pulvérulent sur une hauteur conservée de deux à six assises. Le mur, dont l’épaisseur oscille entre 0,20 et 0,30 m, est formé de matériaux composites, essentiellement composés de briques jaunes digitées (réemploi ?) associées à quelques moellons en grès rose, à des galets et à des tuiles plates à extrémité arrondie. La rupture de maçonnerie observée dans l’angle sud-est de la cave correspond peut-être à l’emplacement d’un escalier récupéré.

Fig. 39. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vue de la cave CAV 206, prise du NO. Cliché : Y. Henigfeld.

176Le comblement de la cave (US 2061) est constitué d’un mélange hétérogène et meuble de sédiments argileux, limoneux et lehmiques de couleur marron à gris foncé incluant, en proportion moyenne, des fragments de céramiques et des matériaux provenant de la destruction du bâtiment (essentiellement des briques et des tuiles, associées à quelques moellons en grès) et, en quantité plus modeste, des fragments de verre, de pipe et de la faune.

177Cette structure correspond très probablement à la cave d’un bâtiment attesté sur le plan cadastral de 1834 (fig. 40). Elle occupe environ un cinquième de l’emprise du bâtiment qui la surmonte. Ce dernier n’apparaît plus sur le plan cadastral de 1888 (fig. 40, en vignette), ce qui laisse supposer qu’il a été détruit avant cette date.

Fig. 40. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Superposition des vestiges sur le projet d’aménagement et un extrait du plan cadastral de 1834, section B, section E. Échelle : 1/750. En vignette : extrait du plan cadastral de 1888, section B, section N. Archives municipales d’Osthouse. DAO : P. Girard, É. Peytremann et Y. Henigfeld.

178La liste des propriétaires successifs de cette maison de 1750 à 1888 peut être établie grâce à l’exploitation du Livre de mutation des propriétés bâties, conservé à la mairie d’Osthouse (KIPP, 1996). En 1834, la propriété se développait sur trois parcelles couvrant une superficie totale de 1710 m2 comprenant une maison et une cour installées sur une parcelle de 90 m2 (n° 285), un jardin de 250 m2 (n° 284) et un terrain de 1370 m2 (n° 286). La propriété appartenait au moins depuis 1750 à la famille Kretz. À cette date, elle était occupée par Jean Kretz, journalier, et son épouse Anne-Marie Strubel. En 1812, elle a été transmise à leur fils Joseph Kretz, garde champêtre, et Madeleine Gsell (originaire de Boersch). En 1848, elle revient à leurs filles Françoise et Madeleine Kretz, respectivement décédées en 1876 et 1883. En 1888, les trois parcelles sont achetées par le comte Fr. Antoine de Bulach qui les intègre à son domaine. Aussi peut-on supposer que le bâtiment a été détruit entre 1883 et 1888, ce qui n’est pas en contradiction avec le type de mobilier recueilli dans le comblement de la cave (cf. infra).

V.1.2. Le puits 224 et la fosse 223

179Le puits 224 et sa fosse d’installation 223 se trouvent à moins de 10 m au nord de la cave 206 (fig. 37). Pour des raisons de sécurité et de cote de fond de fouille, ces structures n’ont pu être observées que sur une profondeur de 1,80 m (fig. 38).

180Le puits est installé dans une grande fosse de plan rectangulaire à parois verticales (FOS 223 : L sup. : 5,35 m, L inf. : 4,60 m ; l sup. : 5 m, l inf. supposée : 4,25 m) entaillant le lœss et les graviers naturels. Un palier de creusement d’une largeur maximale de 0,70 m est visible sur ses côtés sud-est et nord-est. Cette fosse d’installation est comblée par des recharges successives de sédiments gravelo-lœssiques à dominante beige, très compactes, incluant de rares fragments de terres cuites architecturales et de faune (US 2231). Le puits, dont le conduit a été récupéré dans sa partie haute, a été observé sur une profondeur de 1,80 m. De plan circulaire, son diamètre externe est de 2,50 m. Son comblement (US 2241) est constitué d’un sédiment limono-lœssique, meuble et homogène de couleur gris marron, comportant quelques fragments de céramiques, de briques, de terres cuites indéterminées, de mortier blanc et de métal (US 2241). L’US 2242 correspond à une poche de lœss incluant quelques graviers, de rares granules et des galets, résultant vraisemblablement d’un effondrement de paroi lié à la récupération du conduit du puits.

181Le mobilier recueilli, globalement attribuable à l’époque moderne, n’est pas suffisamment significatif pour préciser la date d’abandon du puits. Il est néanmoins possible que cette structure, qui n’apparaît pas sur le plan de 1834, soit antérieure à la cave 206.

V.1.3. Le four 221

182Installé à proximité de la cave 206 et du puits 224 (fig. 37), le four 221 mesure approximativement 1,50 m de diamètre externe et 1 m de diamètre interne. Il et est équipé d’un petit alandier, observé sur une longueur de 0,55 m (fig. 38).

183La structure de chauffe est aménagée dans une fosse de plan irrégulier se développant sur une longueur de 2,62 m, une largeur comprise entre 1,32 m et 2,20 m et une profondeur maximale conservée de 0,30 m. La partie située au nord-ouest du four correspond vraisemblablement à une aire de service marquée par deux creusements partiellement délimités par des trous de piquet.

184La sole, dont l’épaisseur totale est de 0,12 m, comprend au moins deux états formés chacun d’un lit de mortier (US 2215). Le premier repose partiellement sur des briques rouges et le second correspond à un niveau de lœss rubéfié, incluant des éléments provenant peut-être d’un premier effondrement de la structure. Sous la sole, le substrat est rubéfié sur une épaisseur de 8 cm environ. Conservés sur une hauteur maximale de 0,13 m et une épaisseur comprise entre 0,16 à 0,28 m, la paroi et l’alandier sont formés d’un sédiment lœssique rubéfié (US 2213).

185Au nord-ouest du four, l’aire de travail est marquée par un niveau de piétinement marron-noir fortement induré d’une puissance d’environ 2 cm, incluant quelques charbons de bois et de rares fragments de céramique et de métal (US 2212).

186La structure est scellée par deux niveaux de comblement. Le premier (US 2214) est composé de lœss rubéfié, provenant vraisemblablement de la destruction du four. Le second (US 2211) est formé de limons marron à gris, meubles et homogènes incluant de nombreux charbons de bois et des cendres. Il comprend par ailleurs quelques fragments de céramiques et de matériaux de construction (tuiles, briques, nodules de mortier et lœss rubéfié) associés à des coquilles d’œuf et à des esquilles d’os brûlés.

187Les indices à notre disposition ne permettent pas de préciser l’usage de ce four (fonction domestique ou artisanale ?) ni d’assurer sa contemporanéité par rapport au puits 224 et à la cave 206, même si le mobilier recueilli dans le comblement de la structure permet de l’attribuer à l’époque moderne.

V.1.4. Les fosses et trous de poteau

188Parmi les fosses et les trous de poteau, deux structures remontent peut-être à la même période (FOS 141 et TPO 437). Hormis la fosse 230, qui entaille la fosse d’installation du puits et la fosse 277, installée à 10 m au nord-est de la fosse 223, les fosses 142 et 252 et les trous de poteau 255 et 258 sont localisés dans le noyau d’occupation identifié au nord-est de l’emprise (fig. 37).

189D’un point de vue fonctionnel, rien ne permet de préciser la fonction des fosses, ni d’associer les trous de poteau à une construction particulière.

V.2. Les vestiges mobiliers

V.2.1. La céramique

190Le mobilier céramique issu des structures modernes est majoritairement composé de vaisselle (140 NR ; 58 NMI), associée à quelques rares fragments de céramique de poêle (11 NR ; 19 NMI), à un fragment de vase de nuit et à une fusaïole en position résiduelle, présentée dans le chapitre précédent.

V.2.1.1. Les données quantitatives

191Le vaisselier est essentiellement composé de céramiques blanches à glaçure verte et jaune sur cru, dont le pourcentage en nombre de restes équivaut pratiquement à la moitié du corpus (fig. 41). Ces céramiques sont suivies par la céramique à glaçure polychrome, puis par la céramique rouge, dont les pourcentages sont compris entre 15 et 17,90 %. La céramique grise « cannelée » ne représente plus que 7,14 % des effectifs et les autres groupes techniques apparaissent à moins de 4 %.

Fig. 41. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vaisselle et céramique de poêle. Tableau de répartition du mobilier céramique moderne par groupes techniques en nombre de restes (NR), en nombre minimum d’individus (NMI) et en pourcentage.

192À côté des céramiques culinaires, la céramique de poêle (11 NR ; 9 NMI) n’est représentée que par cinq fragments en céramique rouge, trois tessons en céramique rouge à glaçure verte sur engobe, deux fragments en céramique blanche à glaçure verte sur cru et un tesson en céramique grise « cannelée ».

193Il convient enfin de mentionner la présence d’une céramique blanche à glaçure marron et jaune sur engobe, interprétée comme vase de nuit.

V.2.1.2. Les groupes techniques

194La plupart des groupes techniques attribués à l’époque moderne sont déjà présents à la fin du Moyen Âge, à l’exception toutefois de quatre nouvelles catégories de céramiques : la céramique blanche à glaçure marron et jaune sur engobe, la céramique blanche à glaçure marron sur cru, la céramique à glaçure polychrome et les faïences.

195La céramique blanche à glaçure marron et jaune sur engobe est caractérisée par l’application, sur une couche d’engobe, d’une glaçure jaune interne. La glaçure marron, appliquée à cru, recouvre la paroi externe du récipient.

196La céramique blanche à glaçure marron ne diffère des céramiques à glaçure verte ou jaune que par la couleur de son revêtement à dominante marron foncé.

197La céramique à glaçure polychrome est caractérisée par l’application d’un décor au barrolet de couleur jaune sur fond marron (fig. 42, nos 9 et 11) ou marron et vert sur fond jaune (fig. 42, nos 2 et 14). Dans le premier cas, les décors se présentent sous la forme de bandes verticales et dans le second, les récipients sont ornés d’un décor végétal.

Fig. 42. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Époque moderne, céramiques rouges à glaçure verte sur engobe (Rglve), blanches à glaçure verte, jaune ou marron sur cru (Bglvc, Bgljc, Bglmc), blanches à glaçure marron et jaune sur engobe (Bglmje), céramiques à glaçure polychrome (Glpoly) et faïences (F). Dessins : Y. Henigfeld ; DAO : P. Girard, Y. Henigfeld.

198Les faïences, revêtues d’un enduit stannifère de couleur blanche, peuvent être peintes. C’est le cas notamment de deux fragments ornés d’un décor floral de couleur verte, jaune, rouge et bleu (fig. 42, nos 16 et 17).

V.2.1.3. Les formes et les fonctions

199Le répertoire morphologique se compose de pots ansés, de couvercles coniques et de formes ouvertes de type jatte, assiette ou plat à marli (fig. 42). La partie supérieure du pot ansé 2521.005 (fig. 42, n° 7) présente la particularité d’être ornée d’un décor de bandes horizontales peintes. Son diamètre à l’ouverture est de 170 mm.

200Parmi ces formes, le récipient à glaçure jaune sur engobe et marron 2061.013 (fig. 42, n° 8), dont le diamètre supérieur est de 180 mm, correspond probablement à un vase de nuit et le petit récipient en faïence 2061.018 (fig. 42, n° 17) à un éventuel sucrier.

201Les fragments de céramique de poêle (non dessinés), pour certains en position résiduelle, ne présentent, quant à eux, pas de différences notoires avec les formes antérieures.

202Parmi les formes particulières, il convient de mentionner la présence d’un fragment de tuyau de pipe (non dessiné) provenant de la cave 206 (diam. ext. : 7 mm ; diam. int. : 2 mm).

V.2.1.4. Comparaisons et datation

203Les rares éléments de comparaison utilisables sur un plan régional permettent d’attribuer ce mobilier à une période allant du XVIIe au XIXe s.

204Parmi eux, le pot (ansé) à glaçure sur cru orné de bandes horizontales 2521.005 (fig. 42, n° 7) et les céramiques polychromes à décor végétal présentent de fortes similitudes techniques et morphologiques avec le mobilier issu des latrines de l’ENA à Strasbourg (WATON, MAIRE, 1995), des latrines de la résidence aristocratique d’Andlau (GAUTIER, 2013) et du château de Wangenbourg près de Saverne (HAEGEL, 1996). Ces trois ensembles sont globalement attribuables à une fourchette chronologique couvrant la seconde moitié du XVIIe et le début du XVIIIe s.

205En revanche, certaines céramiques, comme par exemple les faïences ornées d’un décor végétal, paraissent plus récentes (fig. 42, nos 16 et 17), ce qui n’est pas en contradiction avec les données archivistiques, qui montrent que la cave dont elles sont issues (CAV 206) appartenait à un bâtiment attesté sur le plan cadastral de 1834, probablement détruit entre 1883 et 1888.

VI. Synthèse des données et apports de l’intervention

206Sur les 344 structures archéologiques mises au jour à Osthouse, 207 ont pu être datées et attribuées à cinq périodes d’occupation, allant de l’Âge du Bronze final à l’époque contemporaine. Parmi elles, c’est sans aucun doute la période des IXe-XIIe s. qui est la mieux documentée puisqu’elle a livré, à elle seule, plus de la moitié des vestiges. L’intervention archéologique apporte non seulement des informations sur les premières formes d’occupation et sur les origines du village, mais elle offre également un éclairage inédit sur les modalités de l’occupation à la fin du Moyen Âge de ce secteur situé à proximité immédiate du château des Zorn de Bulach, tout en livrant un nouveau corpus de référence régional pour la céramique médiévale et moderne.

VI.1. Les premières formes d’occupation

207Contrairement au site de Kleinfeld (fig. 1, n° 2), localisé à environ 150 m au sud-ouest de l’emprise fouillée, où c’est le Néolithique qui est la période la mieux représentée (PERRIN, 2013, p. 79-146), les premières traces d’anthropisation du secteur ne sont pas antérieures à l’époque protohistorique. Très discrète, l’occupation, qui s’étend peut-être au-delà de la bordure sud-ouest de l’emprise fouillée, est marquée par la présence de quelques trous de poteau, de silos et de fosses, principalement concentrés dans un secteur d’environ 200 m2. Étant donné la faible quantité de structures mises au jour (sept au total), la nature de cette occupation reste difficile à interpréter. La présence de trois silos atteste néanmoins une activité de stockage, éventuellement localisée en marge d’un habitat. Ces vestiges qui sont attribués, avec réserve, aux périodes de transition Bronze final IIIb / Hallstatt C et Hallstatt D / La Tène ancienne renvoient au rares structures du Bronze final mises au jour plus au sud, sur le site de Kleinfeld, où elles sont composées de six fosses, dont deux silos (ibid., p. 149-156).

208Après un hiatus chronologique de plusieurs siècles, le site est réinvesti à la fin du IIIe s. et durant la première moitié du IVe s. de notre ère, époque à laquelle une trentaine de fosses, associées à quelques trous de poteau et à un silo, se répartissent sur l’ensemble de l’emprise, avec une limite perceptible au nord-ouest. En l’absence de vestiges architecturaux clairement identifiables, la nature de cette occupation reste toutefois imprécise. Tout au plus peut-on émettre l’hypothèse d’un établissement rural dont le ou les bâtiments principaux pourraient se trouver en dehors de la zone explorée. Si l’on se fie à la datation des vestiges, on est tenté de les mettre en relation avec la découverte de la nécropole de l’Antiquité tardive explorée en 1977, à une centaine de mètres au sud-ouest du site (fig. 1, n° 3).

VI.2. Le développement d’un site en marge du village et du château ?

209Après un nouveau hiatus chronologique de quatre siècles environ, l’occupation reprend du IXe au XIIe s. Cette reprise de l’occupation coïncide avec l’abandon du site de Kleinfeld, plus au sud (fig. 43), où cinq cabanes excavées à six poteaux, deux fosses et deux silos sont attribués une période comprise entre la fin du IVe et le VIIIe s. (PERRIN, 2013, p. 149-156). À Kleinfeld, les cabanes sont très arasées (moins de 0,20 m de profondeur conservée). Elles ont des surfaces comprises entre 9,01 m² et 20,09 m² et sont pourvues de six poteaux, ce qui les différencie des constructions mises au jour au « Lotissement Zorn de Bulach » où elles sont, pour quatre d’entres elles, dotées de six poteaux.

Fig. 43. Osthouse. Localisation des vestiges du premier Moyen Âge fouillés au sud-ouest du village en 2004 et 2013, d’après VAUTHIER, 2012 et PERRIN, 2013.

  • 25  FOS 102, 104, 155, 168 et 180.
  • 26  FDC 124 et 184.

210Or, ce type de construction comprenant quatre poteaux corniers et deux poteaux axiaux n’est représenté, sur le site du lotissement « Zorn de Bulach », que par une seule occurrence (FDC 124). Sur ce dernier, c’est la cabane à deux poteaux axiaux qui prédomine sensiblement. L’occupation du IXe au XIIe s. est caractérisée par l’aménagement d’une trentaine de cabanes excavées et d’au moins un grand bâtiment sur poteaux à deux nefs, auxquels il faut ajouter des trous de poteau, des fosses et des silos. Ces vestiges non maçonnés, qui s’étendent en dehors des limites de l’emprise fouillée, se répartissent en deux noyaux d’occupation séparés par un espace apparemment non bâti. Cette occupation semble encore relativement discrète du IXe au Xe s., puisque seules cinq fosses25 et deux cabanes26 ont livré du mobilier exclusivement attribué à cette période. En revanche, elle se densifie sensiblement du XIe au XIIe s., avec un nombre minimum de 77 structures sur un total de 113. Parmi elles, plusieurs fosses quadrangulaires profondes et sans poteau ont peut-être servi de caves. Ces dernières, pour lesquelles il existe peu d’équivalents régionaux, hormis sur le site de Pfulgriesheim dans le Bas-Rhin, où elles sont datées du milieu du Xe s. à la fin du XIe s., constituent sans doute l’un des principaux intérêts de la fouille.

211Les vestiges observés font de ce site un établissement rural qui reste difficile à caractériser d’un point de vue fonctionnel, compte tenu de la petite superficie fouillée et des rares indices d’activité observés. Il convient néanmoins de souligner que la forte densité et la superposition des vestiges émanent d’un établissement durablement installé dans un secteur actuellement localisé en marge du village. Le site occupait peut-être déjà une position similaire au Moyen Âge. Une autre interprétation possible serait de mettre ces vestiges en lien avec un éventuel édifice antérieur au château des XIVe-XVe s. Mais, là encore, les informations font défaut pour aller plus loin dans l’argumentation. La question de l’origine d’Osthouse, dont le nom Ossinhuss remonte à 737, pour la première fois mentionné au début du VIIIe s., reste ouverte et il faudrait sans doute poursuivre les investigations archéologiques dans le village actuel pour espérer obtenir des éléments de réponse.

212Cette densité de l’occupation semble toutefois se réduire à partir du XIIIe s. Les quarante-deux structures attribuables à une fourchette chronologique allant du XIIIe au XVIe s. sont en effet disséminées sur l’ensemble du site. Parmi elles, sept sont antérieures au milieu du XVe s. et dix-neuf sont postérieures à cette date.

213Parmi les structures remarquables, il convient d’évoquer, pour la phase antérieure au XVe s., la découverte d’une structure en creux à fond plat (FOS 214) ayant peut-être servi de cave ou de cellier, et, pour la période allant de la seconde moitié du XVe au XVIe s., la présence d’une cave (CAV 164) pourvue d’un escalier maçonné. Cette dernière correspond à un des rares exemples de caves de la fin du Moyen Âge fouillées en contexte rural en Alsace. De la même façon, la découverte inédite de silos tardo-médiévaux mérite d’être soulignée.

214Les indices à notre disposition ne permettent malheureusement pas de mettre en relation directe ces vestiges avec le château construit au XIVe ou au XVe s., localisé à quelques centaines de mètres à l’est du site. Sa proximité immédiate laisse cependant supposer un lien qu’il est impossible de vérifier, les archives familiales et seigneuriales de la famille des Zorn de Bulach étant inaccessibles.

215Les derniers vestiges attestés sur le site remontent à une période allant du XVIIe au XIXe s. De faible densité, cette occupation est marquée par la présence d’une dizaine de structures comprenant notamment une cave associée à un four à fonction indéterminée et à un puits. Le travail réalisé sur les textes et sur les cadastres du XIXe s. montre que la cave appartenait à un bâtiment présent sur le plan cadastral de 1834. Il faisait partie d’une propriété se développant sur trois parcelles comprenant une maison, une cour, un jardin et un terrain, qui s’étendaient sur une superficie totale de 1710 m2. En 1750, cette propriété appartenait à un journalier du nom de Jean Kretz qui la transmet à ses héritiers. Ce n’est qu’en 1888 qu’elle est vendue au comte Fr. Antoine de Bulach qui l’intègre à son domaine.

216Il aura fallu attendre le début du XXIe s. pour que ce terrain, resté inoccupé depuis cette date, fasse l’objet d’une nouvelle campagne de lotissement.

VI.3. Un nouveau corpus de référence pour la céramique médiévale en milieu rural

217L’étude du site d’Osthouse permet par ailleurs de saisir le développement chrono-typologique de la céramique médiévale et moderne sur une période qui s’étend sur environ dix siècles, offrant ainsi un nouveau corpus de référence pour la céramique du second Moyen Âge en milieu rural.

218La quantification du nombre de restes par période permet de mettre en évidence les phases d’apparition, de développement et de disparition des groupes techniques rencontrés (fig. 44). Il convient toutefois de rappeler que les résultats obtenus reposent sur des effectifs faibles, ce qui tend à limiter leur portée.

Fig. 44. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vaisselle, pourcentage des groupes techniques par périodes (en gris clair : de 0 à 10 % ; en gris moyen : de 10 à 50 % ; en gris foncé : plus de 50 %).

219Du IXe au XIIe s., ce sont les céramiques micacées mixtes qui représentent environ les deux tiers du nombre de restes. Cette proportion importante de céramique montée au tour, puis reprise à la tournette, contraste avec les sites de consommation plus septentrionaux où ce type de production est minoritaire. L’hypothèse d’un ou de plusieurs ateliers de fabrication fonctionnant à proximité du site peut ainsi être émise, même si une partie de la céramique représentée, comme les céramiques claires peintes du nord de l’Alsace et orangées de Strasbourg, montre que le site était également alimenté par des centres de production plus septentrionaux.

220Les XIIIe et XIVe s. sont caractérisés par la forte prédominance des céramiques grises « cannelées » du nord de l’Alsace et des céramiques rouges dont l’origine est peut-être plus méridionale, ainsi que par l’apparition des céramiques glaçurées.

221La période moderne est, quant à elle, marquée par un fort développement des céramiques blanches à glaçures sur cru, qui représentent environ la moitié des effectifs. En revanche, la proportion de céramiques rouges et de céramiques grises « cannelées » diminue fortement alors que de nouveaux groupes apparaissent, parmi lesquels la céramique à glaçure polychrome est bien représentée.

222Le développement chrono-typologique des formes médiévales et modernes représentées à Osthouse est globalement comparable à celui des sites de consommation de la même période (fig. 45).

Fig. 45. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Chrono-typologie par groupes techniques. Dessins : Y. Henigfeld ; DAO : P. Girard, Y. Henigfeld.

223Du IXe au XIIe s., le vaisselier est exclusivement composé de pots à fonction polyvalente, majoritairement montés en technique mixte. Dans le courant du second Moyen Âge, le répertoire morphologique se diversifie sensiblement avec le développement de pots plus élancés, parfois pourvus d’une anse latérale, en céramique rouge ou grise « cannelée », destinés à la cuisson et au stockage des produits alimentaires. Cette tendance à une diversification des formes s’accentue dans la seconde moitié du XIVe et surtout à partir de la fin du XVe s., avec l’apparition de jattes et de récipients tripodes revêtus d’une glaçure interne, utilisés pour la préparation ou à cuisson des aliments. C’est aussi à cette époque qu’apparaissent des formes plus spécifiquement réservées aux liquides et au service de table (tasses en grès, cruches en céramique grise « cannelée »). À partir du XVIIe s., l’élancement des formes fermées se poursuit et l’utilisation de la glaçure se systématise. C’est également à cette période qu’apparaissent les formes ouvertes à revêtement polychrome et les premières faïences.

224À côté de cette vaisselle abondante, quelques fragments de gobelets de poêle à pâte claire attestent l’utilisation de ce mode de chauffage dès les IXe-Xe s. À la fin du Moyen Âge, ces modules sont remplacés par des « carreaux-bols » rouges et par des carreaux de poêle à façade glaçurée. Quelques exemplaires de lampes à huile en céramique grise sont également présents aux XIe-XIIe s., au même titre que des fusaïoles et des pesons en terre cuite, attestant une modeste activité de tissage. Un fragment de vase de nuit moderne et glaçuré complète ce bel ensemble de céramique.

225Cette étude du mobilier sur la longue durée doit néanmoins être considérée comme une première approche apportant un certain nombre d’informations chrono-typologiques qu’il conviendrait de reprendre, de préciser et de compléter dans les années à venir par l’étude d’ensembles régionaux équivalents. Il en va de même pour l’étude archéologique des sites ruraux de la fin du Moyen Âge qui restent largement méconnus.

Seitenanfang

Bibliografie

ADAM A.-M., DEFFRESSIGNE S., KOENIG M.-P., LASSERRE M., BOYER A., DELNEF H., LANDOLT M., PLOUIN S., ROTH-ZEHNER M., TIKONOFF N. avec la coll. de BALZER I., KUHNLE G., TREFFORT J.-M., VÉBER C., 2011, La céramique d’habitat du Bronze final IIIb à La Tène A en Alsace et en Lorraine : essai de typo-chronologie, Dijon, S.A.E., 341 p. (29e suppl. à la R.A.E.).

ATZBACH R., SKUTECKI A., WOLF I., 1989, « Andreasplatz. Die mittelalterliche Keramik aus der Grabung Andreaskirche (Vorbericht) », Jahresbericht der Archäologischen Bodenforschung des Kantons Basel-Stadt, p. 59-68.

AUBOURG V., JOSSET D., 2003, « Le site du promontoire du château de Blois du VIIIe au XIe s. (Loir-et-Cher). Seconde partie : le mobilier non céramique », Revue Archéologique du Centre de la France, t. 42, p. 169-216.

BAUDOUX J., 2005, « La céramique gallo-romaine », in : HENIGFELD Y., 2005b, vol. 1, p. 80-84.

BAUMHAUER M., 2001, « ‘Grubenhaus’ oder ‘Keller’ ? Bemerkungen zu ihrer Unterscheidbarkeit anhand ausgewählter mittelalterlichen Befunde », in : PFROMMER J., SCHREG R. dir., Zwischen den Zeiten : archäologische Beiträge zur Geschichte des Mittelalters in Mitteleuropa, Festschrift für Barbara Scholkmann, Rahden, Verl. M. Leidorf, p. 349-362 (Internationale Archäologie, Studia Honoria,15).

BAYLE-MOUILLARD E.-F., 1834, Le manuel des habitants de la campagne et de la bonne fermière ou traité complet d’économie rurale et domestique, Paris, Librairie encyclopédique Roret, 244 p.

BILLOIN D. avec les coll. de BAUDOUX J., BOËS É., CHÂTELET M., COLECCHIA A., HENIGFELD Y., LEFRANC Ph., 2005, Geispolsheim (67) ‘Forlen’, Rapport de fouille archéologique préventive, Dijon, Strasbourg, Inrap Grand-Est Sud, 108 p.

BLAISING J.-M., 2001, Ars-sur-Moselle (57), 59 rue Foch : site d’habitat des Âges des Métaux à la période contemporaine, DFS de fouille d’archéologie préventive, Metz, S.R.A. Lorraine.

BOHLY B., FLUCK P., 2000, « La céramique de poêle dans les habitats miniers des Vosges », in :RICHARD A., SCHWIEN J.-J. dir., Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne : technologie, décors, aspects culturels, Actes de la table ronde de Montbéliard, 23-24 mars 1995, p. 59-72 (15ème suppl. à la R.A.E.).

BOURGEOIS L., 2009, dir., Une résidence des comtes d’Angoulême autour de l’an mil : le castrum d’Andone, fouilles d’André Debord, Caen, publications du CRAHM, 560 p.

BRUCKNER A. E. dir., 1949, Regesta Alsatiae aevi Merovingici et Karolini, 496-918, vol. 1, Strasbourg/Zurich, P. H. Heitz (Heppenheim : Druck von Otto), 570 p.

BURGEVIN A., 2005, « Une monnaie de la première moitié du IVe siècle de notre ère », in : HENIGFELD Y., 2005b, vol. 1, p. 85.

BURNOUF J., 1978, La motte castrale, structure particulière de l’habitat seigneurial dans le paysage rural alsacien au Moyen Âge, Thèse de 3e cycle, Univ. de Strasbourg, 2 vol.

CHÂTELET M., avec la coll. de VIRLOGEUX Y. et les contr. de PRADAT B. et de TEGEL W., 1998, Un habitat médiéval des IXe-XIIe siècles, Nordhouse ‘Oberfuert’ (Bas-Rhin), DFS de sauvetage urgent, Strasbourg, S.R.A. Alsace.

CHÂTELET M., 2002a, Hochfelden ‘Le Belvédère’ : une occupation romaine et des vestiges d’un habitat médiéval (Xe-XIIIe siècles) (Bas-Rhin), DFS de sauvetage urgent,Strasbourg, S.R.A. Alsace, 39 p.

CHÂTELET M., avec les contr. de ACCARD G., CABART H., HECKENBENNER D., MARZOLFF P., TEGEL W. et du Centrum voor Isotopen Onderzoeck, 2002b, Imling ‘Le Haut des Oies’ : le village disparu de Sarrixing (Moselle),DFS de sauvetage urgent,Metz, S.R.A. Lorraine, 3 vol.

CHÂTELET M., avec des contr. de MAUS H. et de MOESGAARD J. C., 2002c, La céramique du haut Moyen Âge du sud de la vallée du Rhin supérieur (Alsace et Pays de Bade) : typologie, chronologie, technologie, économie et culture, Montagnac, éd. M. Mergoil, 608 p., 246 fig., 196 pl. (Europe médiévale, 5).

CHÂTELET M., avec les contr. de BAUDOUX J., BAUDRY A., MATTERNE V., MŒSGAARD J., WIETHOLD J., YVINEC J.-H., TEGEL W., BOËS É. et du Centrum voor Isotopen Onderzoek, 2002d, Marlenheim ‘La Peupleraie 2’ : sur les marges d’une villa romaine et d’un habitat du haut Moyen Âge (6e-12e siècle) (Bas-Rhin),DFS de sauvetage urgent, Strasbourg, S.R.A. Alsace, AFAN Grand-Est, 2 vol.

CHÂTELET M., 2005a, « Hochfelden, Le Belvédère – 5, rue du 14 juillet », in : Bilan scientifique de la région Alsace 2000, Paris, Min. de la Culture, p. 20-22.

CHÂTELET M., 2005b, « La céramique du haut Moyen Âge », in : HENIGFELD Y., 2005b, vol. 1, p. 89-92.

CHÂTELET M., avec les contr. de DUBOIS S., HENIGFELD Y., MENTELE S., WIETHOLD J., SCHWARTZ D., GEBHARDT A., LATRON-COLLECHIA A.-M. et du Centrum voor Isotopen Onderzoeck, 2006a, Marlenheim, ‘Maison Apprédéris’ (Bas-Rhin) : du premier Âge du Fer à l’époque médiévale : à l’origine du village actuel, Rapport final d’opération archéologique, Dijon, Inrap Grand-Est Sud, 2 vol.

CHÂTELET M., avec la coll. de PRADAT B., YVINEC J.-H., BOËS É., 2006b, « Un habitat médiéval encore instable : l’exemple de Nordhouse ‘Oberfuert’ en Alsace (IXe-XIe siècle) », Archéologie Médiévale, t. 36, p. 1-56.

CHÂTELET M., 2009 dir., Matzenheim (67) ‘Bodengewann’ et Osthouse (67) ‘Galgen’ (Bas-Rhin) : deux nécropoles mérovingiennes en limite de ban, Dijon, Inrap Grand-Est Sud, 2 vol.

 CHÂTELET M., 2013, « Le mobilier céramique : vaisselle, lampe et céramique de poêle », in : PEYTREMANN É., 2013a, vol. 1, p. 148-190.

CHÂTELET M., PICON M., THIERRIN-MICHAEL G., WAKSMAN Y., 2005, « Une centralisation des ateliers céramiques au VIIe siècle ? Bilan d’un programme d’analyses sur la production de la céramique en Alsace et en Pays de Bade pendant la période du haut Moyen Âge », Archéologie Médiévale, t. XXXV, p. 11-38.

CHAZELLES-GAZAL Cl.-A. de, 1997, Les maisons en terre de la Gaule méridionale, Montagnac, éd. M. Mergoil, 231 p.

CICUTTA H., 2009, « La céramique médiévale, moderne et contemporaine », in : KUHNLE G. dir., Strasbourg, Bas-Rhin, 4, rue Brûlée : nouvelles données sur le camp romain et sur un îlot urbain du haut Moyen Âge au XXe siècle, Rapport final d’opération,Strasbourg, Inrap Grand-Est Sud, vol. 2, n.p.

COLARDELLE M., VERDEL É. dir., 1993, Les habitats du lac de Paladru (Isère) dans leur environnement. La formation d’un terroir, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 416 p. (Documents d’Archéologie Française, 40).

COMPAGNON É., LOUIS É., WILLOT J.-M., 2002, Au cœur des villages médiévaux du Nord de la France : les fouilles de Guesnain et de Dechy (Nord), Douai, 117 p. (Archaeologia Duacensis, 21).

CUISENIER J., GUADAGNIN R. dir., 1988, Un village au temps de Charlemagne : moines et paysans de l’abbaye de Saint-Denis du VIIe siècle à l’an Mil, Catalogue de l’exposition du Musée national des arts et traditions populaires, 29 nov. 1988-30 avril 1989, Paris, éd. de la RMN, 357 p.

DABECK P., 2004, Les structures de stockage de la région Centre au haut Moyen Âge, Mémoire de maîtrise d’archéologie de l’Univ. de Tours, Tours, 2 vol.

DAUL J.-C., HENIGFELD Y., 1994, « Étude de la céramique de l’église ‘Saint-Étienne’ de Mulhouse (68) », in : GUILD R. dir., Saint-Étienne de Mulhouse (68), Rapport de fouilles de sauvetage programmé, Strasbourg, S.R.A. Alsace, p. 134-174.

DERBOIS M., LOUIS É., 1987, Vitry-en-Artois (Pas-de-Calais), Les Colombiers, Rapport de fouille, Douai, Service archéologique de Douai, 55 p.

DESCHAMPS M., 2009, « Le fond de cabane dans l’habitat rural du haut Moyen Âge en Île-de-France : état des recherches et premier essai de synthèse », in : GENTILI F., LEFÈVRE A. dir., L’habitat rural du haut Moyen Âge en Île-de-France, PCR bilan 2004/2006, Guiry-en-Vexin, Centre de recherches Archéologiques du Vexin français, p. 61-67.

DONAT P., 1993, « Zehn Keller von Gebesee, Lkr. Erfurt : Studien zu hochmittelaltrelichen Kelleranlagen », in : DUŠEK S. éd., Jahresschrift des Thüringischen Landesamtes für archäologische Denkmapflege, Stuttgart, K. Theiss Verl., p. 207-262 (Band 2)

DOTTORI B., 2011, « Elbersforst (Bas-Rhin) : histoire et archéologie d’un village disparu et de son environnement, XIIe-XVIIIe siècles », Cahiers alsaciens d’Art, d’Histoire et d’Archéologie, 54, p. 79-105.

ÉPAUD F., 2009, « Approche ethno-archéologique des charpentes à poteaux plantés : les loges d’Anjou-Touraine », Archéologie médiévale, t. 39, p. 121-160.

FEDERICI-SCHENARDI M., FELLNER R., 2004, Develier-Courtételle : un habitat mérovingien. 1. Structures et matériaux de construction, Porrentruy, Office de la culture, Soc. jurassienne d’Émulation, 339 p. (Cahier d’Archéologie jurassienne, 13).

FLOTTÉ P., FUCHS M.,2000, « Osthouse », in : Le Bas-Rhin, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 501-502 (Carte archéologique de la Gaule, 67-1).

GAUTIER G., 2013, « La vaisselle en céramique des latrines LA1002 », in :SEILLER M., WERLÉ M. dir., La seigneurie d’Andlau : un hôtel aristocratique de la fin du XVIe siècle dans le vignoble alsacien, Bernardswiller, I. D. l’Édition, p. 79-93 (Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Dambach-la-Ville, Barr et Obernai, hors-série).

GENTILI F., 2009, « Silos et greniers. Structures de conservation des grains sur les sites ruraux du haut Moyen Âge d’après des exemples franciliens », in : GENTILI F., LEFÈVRE A. dir., L’habitat rural du haut Moyen Âge en Île-de-France, PCR bilan 2004/2006, Guiry-en-Vexin, Centre de Recherches archéologiques du Vexin français, p. 97-123.

GOY C., BILLOIN D., 2001, « Céramiques de poêle de Sélestat (67), XVe siècle/début du XVIe siècle », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, XLIV, p. 85-98.

GROSS U., 1992, « Zu den runden Webgewichten des frühen und hohen Mittelalters », Archölogische Informationen, 15, 1-2, p. 56-62.

GUILLOTIN S. dir., 2010, Crastatt Lotissement ‘Falby’, Alsace, Bas-Rhin, (67), Rapport final d’opération d’archéologie préventive, Strasbourg, Habsheim, S.R.A. Alsace, Antéa, 2 vol.

GUINCHARD-PANSERI P., PACCARD N., 2007, Bussy-Saint-Georges, ZAC. des Cent Arpents (secteur est), Lots CA 14 et CA 16, Rapport final d’opération, Inrap, Paris, S.R.A. Île-de-France, 2 vol.

HAEGEL B., 1996, « Château de Wangenbourg : découverte des vestiges d’une cuisine dans le logis de Georg de Wangen », Châteaux forts d’Alsace, 1, p. 13-34.

HAEGEL B., 2009, « Saverne, Rue Neuve : un atelier de potier de la fin du Moyen Âge », in : 10 000 ans d’Histoire ! Dix ans de fouilles archéologiques en Alsace, Catalogue d’exposition, Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg, p. 160-162.

HAMM É., 2001, « Mackenheim-Kirchfeld, un habitat du haut Moyen Âge », Annuaire de la Soc. d’Histoire de la Hardt et du Ried, 14, p. 21-28.

HENIGFELD Y., 1996, « La céramique grise ‘cannelée’ dans la vallée du Rhin supérieur (XIe-XVIe s.) : état de la question », Archéologie Médiévale, t. XXVI, p. 109-144.

HENIGFELD Y., 1998, La céramique grise cannelée de la rue des Juifs à Strasbourg (fin XIIe-fin XVIe siècle) : contribution à l’étude de la céramique dans la vallée du Rhin supérieur, Saverne, Centre de Recherches archéologiques médiévales de Saverne, 130 p. (Documents du CRAMS, I).

HENIGFELD Y., 2001, « La céramique de poêle du château de Kaysersberg (milieu XVe-début XVIIe siècle) », Châteaux forts d’Alsace, 5, p. 79-98.

HENIGFELD Y., 2005a, La céramique à Strasbourg de la fin du Xe au début du XVIIe siècle, Caen, Publ. du CRAHM, 430 p., 143 fig. 73 pl.

HENIGFELD Y., en coll. avec BAUDOUX J., BURGEVIN A., CHÂTELET M., PEYTREMANN É., YVINEC J.-Y., 2005b, Osthouse ‘Lotissement Zorn de Bulach’ (Bas-Rhin), Rapport final d’opération archéologique, Strasbourg, Inrap Grand-Est Sud, 2 vol., 416 p., 58 fig., 58 pl., 31 ph.

HENIGFELD Y., 2007, « La céramique médiévale et moderne », in : NILLES R. dir., Haguenau, ‘Secteur Barberousse’ (Bas-Rhin), Rapport final d’opération archéologique, Strasbourg, Inrap Grand-Est Sud, p. 56-104.

HENIGFELD Y., 2008, « Étude et inventaire du mobilier céramique, in : KUCHLER Ph., HENIGFELD Y., Haguenau, Rue des Cultivateurs/rue de la Mos (Bas-Rhin), Rapport de diagnostic archéologique, Strasbourg, Inrap Grand-Est Sud, p. 16-25 et 32-36.

HENIGFELD Y., 2009, « La vaisselle céramique en Alsace du XIVe au XVIe siècle : un état de la question », in : RAVOIRE F., DIETRICH A. dir., La cuisine et la table dans la France de la fin du Moyen Âge : contenus et contenants du XIVe au XVIe siècle, Actes du colloque de Sens, 8-10 janvier 2004, Caen, Publ. du CRAHM, p. 281-297.

HENIGFELD Y., 2013, « La céramique médiévale », in : NILLES R. dir., Ingwiller, Bas-Rhin, 9-11-13-15 rue du 11 novembre : étude d’un tronçon de l’enceinte urbaine de 1346 et fouille d’une partie de l’atelier de potiers du XVe siècle installé au pied du mur de l’enceinte, Rapport de fouille, Dijon, Inrap Grand-Est Sud, p. 61-87.

HENIGFELD Y., DAUL J.-C., avec la coll. de ROHMER M. et de PEYTREMANN É., 1994, Château de Lichtenberg (n° 67 265 002 AH) (Bas-Rhin) : étude du mobilier archéologique, Rapport de fouille programmée,Strasbourg, S.R.A. Alsace, vol. 3.

KIPP A., 1996, « Aperçu sur les propriétés bâties à Osthouse depuis 1650 », Annuaire de la Soc. d’Histoire des Quatre Cantons, XIV, p. 29-79.

KOZIOL A. dir., 2010, Roeschwoog, Bas-Rhin, Lotissement ‘Am Wasserturm’ : habitat rural et ensemble funéraire du haut Moyen Âge (fin du 6e – fin du 10e siècle) : étude géomorphologique d’une portion de la plaine alluviale du Ried Nord, Rapport de fouille préventive, Sélestat, Strasbourg, PAIR, S.R.A. Alsace, 3 vol.

KOZIOL A.dir., 2011, Nordheim, Bas-Rhin : construction d’un lotissement par l’AFUL, Am Neuen Berg, Rapport de fouille préventive, Strasbourg, Sélestat, PAIR, S.R.A. Alsace, 5 vol.

LANSIVAL R., 2013, « Le développement de l’habitat médiéval de Vitry-sur-Orne en Moselle (genèse d’un hameau de vignerons VIe/VIIeXVe s.) », in : MAHÉ-HOURLIER N., POIGNANT S., 2013, p. 67-109.

LASSERRE M., LEGENDRE J.-P., 1997, « Les nécropoles de tumulus protohistoriques de la région d’Erstein (Bas-Rhin) : étude topographique et directions de recherche », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXX, p. 75-79.

LATRON F., 2002, Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach (Bas-Rhin), DFS de la fouille d’évaluation archéologique préalable à la construction d’un lotissement, Strasbourg, Inrap Grand-Est Sud, 20 p., 8 fig.

LEFRANC Ph., 2007, Bischoffsheim (Bas-Rhin), 29 rue des Moutons (06/10/07 – 07/10/07),Rapport d’évaluation archéologique, Strasbourg, S.R.A. Alsace, Inrap Grand-Est Sud, 19 p.

LOUIS É., 1989, Recherches sur le château à motte de Hordain (Nord), Douai, 98 p. (Archaeologia Duacensis, 2).

MAHÉ-HOURLIER N., POIGNANT S. dir., 2013, Archéologie du village, archéologie dans le village dans le Nord de la France (Ve-XIIIe s.), Actes de la table ronde des 22-24 nov. 2007, Saint-Germain-en-Laye, AFAM, 250 p. (Mémoires de l’Ass. française d’Archéologie mérovingienne, 30).

MAIRE J., SCHWIENJ.-J., 2000, « Le poêle en terre médiéval : réflexions sur sa structure et ses qualités calorifiques », in :RICHARD A., SCHWIEN J.-J. dir., Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne : technologie, décors, aspects culturels, Actes de la table ronde de Montbéliard, 23-24 mars 1995, Dijon, S.A.E., p. 145-173 (15ème suppl. à la R.A.E.).

MARTIN J.-F. dir., 2011, Le site de Joeffrécourt à Sissonne (Aisne) : cimetière et unités domestiques du VIe au IXe siècle ap. J.-C., Amiens, 394 p. (Revue archéologique de Picardie, n° 1-2).

METZ B., 1998, « Alsatia Munita, répertoire critique des sites fortifiés de l’ancienne Alsace du 10e s. à la Guerre de Trente Ans », Bull. d’Information de la Soc. pour la Conservation des Monuments Historiques d’Alsace, 14, p. 4-12.

MINNE J.-P., 1977, La céramique de poêle de l’Alsace médiévale, Strasbourg, Publitotal, 397 p.

MYNARD D. C., ZEEPVAT R. J., WILLIAMS R. J., 1991, Excavations at Great Linford, 1974-80, Aylesbury, Buckinghamshire Archaeological Society, 394 p. (Buckinghamshire Archaeological Society monograh series, 3).

NICKLÈS N., 1863-1864, « Helvetus et ses environs (Ehl, près Benfeld) au Ve siècle », Bull. d’information de la Soc. pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, II.2, p. 113-158.

PERRIN B. dir., 2013, Osthouse ‘Kleinfeld’, Alsace, Bas-Rhin, Rapport final d’Archéologie préventive, Strasbourg, S.R.A. Alsace, 346 p.

Archéologie de l’habitat rural dans le nord de la France du IVe au XIIe siècle, Saint-Germain-en-Laye, Ass. française d’Archéologie mérovingienne, 2 vol., 452 p. et 432 p. (Mémoires publiés par l’AFAM, t. XIII).

Inrap Grand-Est Sud

Pfulgriesheim (Bas-Rhin), Krautplaetzle Rue du Levant : des vestiges d’occupations néolithiques et protohistoriques et un secteur d’habitat rural particulier du premier Moyen Âge (VIIe-XIe s.), Rapport final d’opération, Dijon, Inrap Grand-Est Sud, 2 vol., 255 p. et 246 p.

PEYTREMANN É. dir., à paraître, En marge du village : la zone d’activités spécifiques et les groupes funéraires de Sermersheim (Bas-Rhin) du VIe au XIIe siècle, Dijon (suppl. à la R.A.E.).

PEYTREMANN É., BOUCHARLAT É., 2012, Programme 20 ‘Espace rural, peuplement et productions agricoles aux époques gallo-romaine, médiévale et moderne’ pour le CNRA en vue de la révision de la programmation.

ROTH-ZEHNER M. dir., 2007, Sierentz 2006/2007. Zac Hoell Alsace, Haut-Rhin (68), Rapport d’archéologie préventive, Strasbourg, Habsheim, S.R.A. Alsace, Antea, 6 vol.

SALCH Ch.-L., 1976, « Osthouse », in : Dictionnaire des châteaux de l’Alsace médiévale, Strasbourg, éd. Publitotal, p. 236.

SALCH Ch.-L., 1977, Le château de Spesbourg : architecture et histoire, Strasbourg, Centre d’Archéologie médiévale de Strasbourg, 85 p. (Chantiers d’études médiévales, 14).

SCHNITZLER B., 1984, « La céramique de poêle du château du Haut-Barr », Études Médiévales, t. II, p. 117-146.

SCHWEITZER J., 1984, L’habitat rural en Alsace au haut Moyen Âge, Riedisheim, éd. par l’auteur, 380 p.

SCHWIEN J.-J., FISCHER T., GRODWOHL M., 1990, « Une maison paysanne de la fin du Moyen Âge à Artolsheim », in : Vivre au Moyen Âge : 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Catalogue d’exposition, Strasbourg, Les éd. des Musées de la Ville de Strasbourg, p. 151-156.

STRICH J., CHÂTELET M., ALIX G., BOËS É., 1999, Ruelisheim ‘Le Clos Saint-Georges’ : un habitat du haut Moyen Âge (7e-11e siècle) (Haut-Rhin), DFS de sauvetage urgent, Strasbourg, S.R.A. Alsace, 2 vol.

TOULLEC L. dir., 2008, Matzenheim ‘lotissement le Lavoir’, Alsace, Bas-Rhin, Rapport d’archéologie préventive, Strasbourg, Habsheim, S.R.A. Alsace, Antea, 2 vol.

TOURSEL-HARSTER D., BECK J.-P., BRONNER G., 1995, « Osthouse », in : Dictionnaire des Monuments historiques d’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue, p. 311-313.

VAUTHIER S. dir., 2012, Osthouse (Bas-Rhin), lotissement ‘Kleinfeld’ : une occupation rurale mérovingienne et une sépulture rubanée, Rapport de diagnostic, Sélestat, PAIR, 68 p.

VILLES A., 1981, « Les silos de l’habitat protohistorique en Champagne crayeuse », in : GAST M., SIGAUT F. dir., Les techniques de conservation des grains à long terme : leur rôle dans la dynamique des systèmes de culture et des sociétés, Paris, éd. du CNRS, t. II, p. 194-225.

Vivre au Moyen Âge : 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Catalogue d’exposition, Strasbourg, Les Musées de la Ville de Strasbourg, 1990, 523 p.

WATON M.-D., 1990, « Strasbourg-Istra : verrerie du XVIe siècle », in : Verrerie de l’Est de la France, XIIIe-XVIIIe siècles : fabrication – consommation, Dijon,S.A.E., p. 17-74 (9ème suppl. à la R.A.E.).

WATON M.-D., 2000, « Essai de comparaison des céramiques de poêle médiévales et modernes provenant d’édifices laïcs et religieux à Strasbourg », in :RICHARD A., SCHWIEN J.-J. dir., Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne : technologie, décors, aspects culturels, Actes de la table ronde de Montbéliard, 23-24 mars 1995, Dijon, S.A.E., p. 73-92 (15ème suppl. à la R.A.E.).

WATON M.-D., MAIRE J., 1995, « Un extraordinaire lot de céramiques à décor polychrome découvert à l’ENA – Strasbourg », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 38, p. 121-149.

WOLFF F., 1908, Elsässisches Burgenlexikon : Verzeichnis der Burgen und Schlösser im Elsass, Strasbourg, L. Beust, 440 p.

YVINEC J.-Y., 2005, « Étude archéozoologique », in : HENIGFELD Y., 2005b, vol. 1, p. 119-124.

YVINEC J.-Y., 2006, « La faune », in : CHÂTELET M. et alii, 2006b, Archéologie médiévale, t. 36, p. 40-44.

Seitenanfang

Anmerkungen

1  D’après la notice, la nécropole était perturbée par un bâtiment attribué au XVIIe s.

2  Cf. http://w1.bnu.fr/cartes/alsace/cartes_imprimees/M_Carte_2.jpg

3  « das schoß Osthuß…mit mergklichen kosten erbuwen » (cité dans METZ, 1998, p. 10).

4  L’inscription « renovirt » paraît cependant suspecte à B. Metz (1998, p. 10).

5  À ce sujet, voir notamment PEYTREMANN, BOUCHARLAT, 2012.

6  Le fond de cabane désigne la structure archéologique, alors que la cabane excavée correspond au bâtiment dans son intégralité.

7  L’intervalle VIe-XIIe s. correspond à une période qui s’adapte bien à l’étude des sites ruraux (PEYTREMANN, 2003).

8  Le mobilier a été identifié et daté par Marieke Van Es (Inrap) et Marina Lasserre (S.R.A. Alsace).

9  Il s’agit des structures FDC 124 et FOS 102, 104, 155, 168, 178 et 184.

10  Traduction É. Peytremann.

11  Le silo correspond à « une excavation dont la largeur maximale est égale à la profondeur, ce maximum se situant à l’origine au fond, ou presque. » (VILLES, 1981, p. 197).

12  Cette hauteur est déduite des recommandations données dans Le manuel des habitants de la campagne et de la bonne fermière ou traité complet d’économie rurale et domestique (BAYLE-MOUILLARD, 1834, p. 186).

13  Cette partie a été rédigée à partir de l’étude présentée dans le rapport de fouille par Madeleine Châtelet (CHÂTELET, 2005b).

14  Ce groupe technique, attesté à partir du VIIe s., correspond vraisemblablement à une importation provenant de la région du Kraichgau, dans le nord du Pays de Bade (CHÂTELET et alii, 2005).

15  Pour les régions du Rhin supérieur, il n’existe qu’une tentative de synthèse chrono-typologique (GROSS, 1992).

16  Ce paragraphe a été rédigé à partir de l’étude de Jean-Hervé Yvinec (Inrap), présentée dans le rapport de fouille (YVINEC, 2005).

17  Concernant la localisation des centres de production dans le nord de l’Alsace, se référer à HENIGFELD, 2005a, p. 235-239, et HENIGFELD, 2009, p. 282-284.

18  EXH 107, TPO 133, CAV 164, TPO 190, FOS 218, FOS 233, FOS 234, FOS 237, FOS 265, TPO 279, SIL 310, FOS 314, FOS 319, FOS 360, FOS 370, FOS 380, FOS 436, EHX 444 et TPO 463.

19  FOS 213, FOS 214, FOS 219, FOS 260, SIL 308, FOS 347 et FOS 381.

20  FOS 193, FOS 194, FOS 196, TPO 203, TPO 205, FOS 227, FOS 241, SIL 285, TPO 293, FOS 316, TPO 340, FOS 349, TPO 395, CHA 409

21  Cette étude est amorcée en 2014 dans le cadre d’un Master à l’université de Strasbourg.

22  Artolsheim, « Maison Schwœrer » (Vivre au Moyen Âge, 1990, p. 417, n° 2,63) ; Haut-Barr, « Château » (SCHNITZLER, 1984, p. 132, pl. 4 ; Vivre au Moyen Âge, 1990, p. 442, n° 3.93) ; Kaysersberg « Château » (HENIGFELD, 2001, pl. 3, carreau 3) ; Lichtenberg (Henigfeld, Daul, 1994, pl. LI-LIII) ; Ortenbourg, « Château » (MINNE, 1977, p. 116, n° 17b) ; Spesbourg « Château » (SALCH, 1977, p. 42, n° 12) ; Sélestat, « Îlot Saint-Quirin » (GOY, BILLOIN, 2001, fig. 4, n° 6) ; Strasbourg « Rue Hannong et rue de Juifs » (WATON, 2000, fig. 6, nos 4 et 5).

23  Merci à Aurélie Raffin de nous avoir communiqué cette référence.

24  Ce paragraphe a été rédigé à partir de l’étude réalisée par Jean-Hervé Yvinec (2005).

25  FOS 102, 104, 155, 168 et 180.

26  FDC 124 et 184.

Seitenanfang

Abbildungsverzeichnis

Beschriftung Fig. 1. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan de localisation du site (n° 1 en rouge) et du contexte archéologique d’après les données de la carte archéologique, S.R.A. Alsace, sur fond de carte IGN au 1/25000 (© IGN 2012 – www.geoportail.gouv.fr/mentions-legales). DAO : Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 204k
Beschriftung Fig. 2. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Localisation du site sur le plan cadastral de 1834 (Section E). Échelle : 1/5000. DAO : P. Girard.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 132k
Beschriftung Fig. 3. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Emplacement supposé de la motte castrale au lieu-dit Der Rebgarten. Extrait du plan cadastral de 1888, section B, section N. Archives municipales d’Osthouse. Cliché : Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 212k
Beschriftung Fig. 4. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vue d’ensemble du château, prise du SE. Cliché : Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 212k
Beschriftung Fig. 5. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan de localisation des sites d’habitats ruraux fouillés en Alsace (en rouge, sites ayant livré des vestiges postérieurs au XIIe siècle). État en 2013. Doc : É. Peytremann.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 200k
Beschriftung Fig. 6. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan de localisation du site et des vestiges toutes périodes confondues. Échelle 1/1500. DAO : Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 108k
Beschriftung Fig. 7. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vue d’ensemble du site après décapage, prise du SO. Cliché : Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 216k
Beschriftung Fig. 8. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan d’ensemble des structures archéologiques présentées par périodes. Échelle : 1/400. Topographie : J.-L. Wüttmann. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld et É. Peytremann.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 160k
Beschriftung Fig. 9. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan des vestiges protohistoriques (échelle : 1/400) et plans et coupes de silos et de fosses (échelle : 1/100). DAO : P. Girard, Y. Henigfeld et É. Peytremann.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 100k
Beschriftung Fig. 10. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan des vestiges antiques (échelle : 1/100) et plans et coupes de silos et de fosses. DAO : P. Girard, É. Peytremann et Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 116k
Beschriftung Fig. 11. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan des vestiges du premier Moyen Âge. Échelle : 1/400. DAO : P. Girard, É. Peytremann et Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 156k
Beschriftung Fig. 12. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plans et coupes des fonds de cabane du premier Moyen Âge à deux poteaux axiaux (FDC 112, 115, 122, 147, 166, 170, 171, 185, 232, 249, 264 et 275). Échelle : 1/100. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld, É. Peytremann.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 112k
Beschriftung Fig. 13. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plans et coupes des fonds de cabane du premier Moyen Âge à deux poteaux axiaux (FDC 271, 276, 330, 400, 408 et 419). Échelle : 1/100. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld, É. Peytremann.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 92k
Beschriftung Fig. 14. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plans et coupes des fonds de cabane du premier Moyen Âge à quatre, six et sans poteaux (FDC 124, 191, 228, 236, 281, 300, 399 et 403). Échelle : 1/100. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld, É. Peytremann.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 108k
Beschriftung Fig. 15. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vue du fond de cabane 400, prise du SE. Cliché : Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 232k
Beschriftung Fig. 16. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan du bâtiment sur poteaux et coupes des poteaux. Échelle : 1/100. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld, É. Peytremann.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-16.jpg
Datei image/jpeg, 56k
Beschriftung Fig. 17. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plans et coupes des fosses interprétées comme silos du premier Moyen Âge. Échelle : 1/100. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld, É. Peytremann.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-17.jpg
Datei image/jpeg, 68k
Beschriftung Fig. 18. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plans et coupes des fosses de stockage. Échelle : 1/100. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld, É. Peytremann.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-18.jpg
Datei image/jpeg, 76k
Beschriftung Fig. 19. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vue de la fosse de stockage quadrangulaire 109, prise du SE. Cliché : Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-19.jpg
Datei image/jpeg, 416k
Beschriftung Fig. 20. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plans et coupes des grandes fosses FOS 103, 116, 168, 180 et 346 et des fosses 226 et 229. Échelle : 1/100, DAO : P. Girard, É. Peytremann.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-20.jpg
Datei image/jpeg, 84k
Beschriftung Fig. 21. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Céramiques micacées montées en technique mixte (Micm), à pâtes claires (Cl), claires « peintes » (Clp), orangées (Or), fusaïole et pesons du premier Moyen Âge. Dessins : Y. Henigfeld ; DAO : P. Girard, Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-21.jpg
Datei image/jpeg, 72k
Beschriftung Fig. 22. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Tableau de répartition de la vaisselle en céramique des XIe-XIIe s. par groupes techniques en nombre de restes (NR) et en nombre minimum d’individus (NMI).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-22.jpg
Datei image/jpeg, 72k
Beschriftung Fig. 23. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Pierre à aiguiser 1092.01. Dessin : J.-L. Isselé ; cliché : F. Schneikert, DAO : Y. Henigfeld, É. Peytremann.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-23.jpg
Datei image/jpeg, 60k
Beschriftung Fig. 24. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Tableau de répartition des restes fauniques du premier et du second Moyen Âge. Doc. : J.-H. Yvinec.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-24.jpg
Datei image/jpeg, 76k
Beschriftung Fig. 25. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan des vestiges de la période XIIIe-XVIe s. Échelle : 1/400, DAO : P. Girard, É. Peytremann et Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-25.jpg
Datei image/jpeg, 104k
Beschriftung Fig. 26. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plans et coupes de la fosse 214, de la cave 164, des silos 285, 308 et 310 et des fosses 314 et 380 du second Moyen Âge. Échelle : 1/100, DAO : P. Girard, Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-26.jpg
Datei image/jpeg, 88k
Beschriftung Fig. 27. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vue de la fosse 214, prise du SO. Cliché : Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-27.jpg
Datei image/jpeg, 284k
Beschriftung Fig. 28. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vue de la cave 164, prise du NE. Cliché : Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-28.jpg
Datei image/jpeg, 248k
Beschriftung Fig. 29. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vue de l’escalier 165, prise du NO. Cliché : Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-29.jpg
Datei image/jpeg, 148k
Beschriftung Fig. 30. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vaisselle et céramique de poêle. Tableau de répartition du mobilier céramique du second Moyen Âge par groupes techniques en nombre de restes (NR), en nombre minimum d’individus (NMI) et en pourcentage.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-30.jpg
Datei image/jpeg, 92k
Beschriftung Fig. 31. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Moyen Âge 2, céramiques grises « cannelées » (Gc). Dessins : Y. Henigfeld ; DAO : P. Girard, Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-31.jpg
Datei image/jpeg, 72k
Beschriftung Fig. 32. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Moyen Âge 2, céramiques rouges (R). Dessins : Y. Henigfeld ; DAO : P. Girard ; Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-32.jpg
Datei image/jpeg, 76k
Beschriftung Fig. 33. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Moyen Âge 2, céramiques rouges à glaçure sur cru (Rglc) et à glaçure verte sur engobe (Rglve), blanches à glaçure verte (Bglvc) ou jaune sur cru (Bgljc), grès (Gr). Dessins : Y. Henigfeld ; DAO : P. Girard, Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-33.jpg
Datei image/jpeg, 56k
Beschriftung Fig. 34. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Moyen Âge 2, céramiques de poêle rouges (R) et rouges à glaçure verte sur engobe (Rglve). Dessins : Y. Henigfeld ; DAO : P. Girard, Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-34.jpg
Datei image/jpeg, 92k
Beschriftung Fig. 35. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Moyen Âge 2, lampes à huile en céramiques rouge (R) et grise « cannelée », figurine en céramique rouge et fusaïole en grès (Gr) décoré au bleu de cobalt (Grcob). Dessins : Y. Henigfeld ; DAO : P. Girard, Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-35.jpg
Datei image/jpeg, 36k
Beschriftung Fig. 36. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Objets en métal et en verre provenant du trou de poteau TPO 463, du silo SIL 310 et de la cave CAV 164. Échelle : 1/2. Dessins : J.-L. Isselé (métal) et Y. Henigfeld (verre) ; DAO : P. Girard et Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-36.jpg
Datei image/jpeg, 84k
Beschriftung Fig. 37. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plan des vestiges de la période XVIIe-XIXe s. Échelle : 1/400, DAO : P. Girard, É. Peytremann et Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-37.jpg
Datei image/jpeg, 72k
Beschriftung Fig. 38. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Plans et coupes de la cave CAV 206, de la fosse FOS 223, du puits PUI 224 et du four FOU 221. Échelle : 1/50. DAO : P. Girard et Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-38.jpg
Datei image/jpeg, 72k
Beschriftung Fig. 39. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vue de la cave CAV 206, prise du NO. Cliché : Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-39.jpg
Datei image/jpeg, 228k
Beschriftung Fig. 40. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Superposition des vestiges sur le projet d’aménagement et un extrait du plan cadastral de 1834, section B, section E. Échelle : 1/750. En vignette : extrait du plan cadastral de 1888, section B, section N. Archives municipales d’Osthouse. DAO : P. Girard, É. Peytremann et Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-40.jpg
Datei image/jpeg, 200k
Beschriftung Fig. 41. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vaisselle et céramique de poêle. Tableau de répartition du mobilier céramique moderne par groupes techniques en nombre de restes (NR), en nombre minimum d’individus (NMI) et en pourcentage.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-41.jpg
Datei image/jpeg, 100k
Beschriftung Fig. 42. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Époque moderne, céramiques rouges à glaçure verte sur engobe (Rglve), blanches à glaçure verte, jaune ou marron sur cru (Bglvc, Bgljc, Bglmc), blanches à glaçure marron et jaune sur engobe (Bglmje), céramiques à glaçure polychrome (Glpoly) et faïences (F). Dessins : Y. Henigfeld ; DAO : P. Girard, Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-42.jpg
Datei image/jpeg, 84k
Beschriftung Fig. 43. Osthouse. Localisation des vestiges du premier Moyen Âge fouillés au sud-ouest du village en 2004 et 2013, d’après VAUTHIER, 2012 et PERRIN, 2013.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-43.jpg
Datei image/jpeg, 116k
Beschriftung Fig. 44. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Vaisselle, pourcentage des groupes techniques par périodes (en gris clair : de 0 à 10 % ; en gris moyen : de 10 à 50 % ; en gris foncé : plus de 50 %).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-44.jpg
Datei image/jpeg, 80k
Beschriftung Fig. 45. Osthouse, Lotissement Zorn de Bulach. Chrono-typologie par groupes techniques. Dessins : Y. Henigfeld ; DAO : P. Girard, Y. Henigfeld.
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/8610/img-45.jpg
Datei image/jpeg, 63k
Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Yves Henigfeld und Édith Peytremann, « Une occupation médiévale et moderne en marge du village et du château d’Osthouse (Bas-Rhin) », Revue archéologique de l’Est, tome 64 | 2015, 363-408.

Online-Version

Yves Henigfeld und Édith Peytremann, « Une occupation médiévale et moderne en marge du village et du château d’Osthouse (Bas-Rhin) », Revue archéologique de l’Est [Online], tome 64 | 2015, Online erschienen am: 18 November 2016, abgerufen am 23 November 2017. URL : http://rae.revues.org/8610

Seitenanfang

Autoren

Yves Henigfeld

Université de Nantes, LARA, UMR 6566. yves.henigfeld@univ-nantes.fr

Weitere Artikel des Autors

Édith Peytremann

Inrap, Craham, UMR 6273. edith.peytremann@inrap.fr

Weitere Artikel des Autors

  • - Federici-Schenardi Maruska, Fellner Robert — Develier-Courtételle : un habitat rural mérovingien. 1. Structures et matériaux de construction. (Cahier d’Archéologie Jurassienne, 13).
    - Eschenlohr Ludwig, Friedli Vincent, Robert-Charrue Linder Céline, Senn Marianne, avec une contr. de Fellner Robert — Develier-Courtételle : un habitat rural mérovingien. 2. Métallurgie du fer et mobilier métallique. (Cahier d’Archéologie Jurassienne, 14).
    - Marti Reto, Thierrin-Michael Gisela, Paratte Rana Marie-Hélène, Fellner Robert, Friedli Vincent, Mazimann Jean-Pierre, Basset Sandrine, avec des contr. de Affolter Jehanne et de Rebmann Thierry — Develier-Courtételle : un habitat rural mérovingien. 3. Céramiques et autres objets en pierre, verre, os, bois ou terre cuite. (Cahier d’Archéologie Jurassienne, 15).
    - Guélat Michel, Brombacher Christoph, Olive Claude, Wickavec Lucia, avec des contr. de Braillard Luc, Burnand Jacques, Fellner Robert et Rachoud-Schneider Anne-Marie — Develier-Courtételle : un habitat rural mérovingien. 4. Environnement et exploitation du terroir. (Cahier d’Archéologie Jurassienne, 16).
    - Fellner Robert, Federici-Schenardi Maruska, avec des contr. de Robert-Charrue Linder Céline, Stékoffer Sarah, Guélat Michel, Thierrin-Michael Gisela et Demarez Jean-Daniel — Develier-Courtételle : un habitat rural mérovingien. 5. Analyse spatiale, approche historique et synthèse. Vestiges gallo-romains. (Cahier d’Archéologie Jurassienne, 17).
    Erschienen in Revue archéologique de l’Est, Tome 59-2 | 2010
Seitenanfang

Urheberrechte

© Tous droits réservés

Seitenanfang