Navigation – Plan du site

RYCHNER-FARAGGI A.-M., 2016, Hauterive-Champréveyres. 16. L’industrie osseuse du Bronze final

Neuchâtel, Office du Patrimoine et de l’Archéologie, 78 p., 19 pl. + catalogue (Archéologie neuchâteloise, 54)
Denis Ramseyer
p. 447-448

Texte intégral

1Les industries en matière dure d’origine animale provenant des habitats néolithiques lacustres suisses sont aujourd'hui bien connues et largement publiées depuis les années 1980. Variées, particulièrement riches et bien conservées, elles sont considérées avec intérêt par les archéologues, car elles apportent des éléments chronoculturels importants et sont source de réflexion lorsqu’on les confronte aux autres types d’industries qui leur sont associés. Aucun chercheur n’avait cependant tenté la même approche pour les séries de l’âge du Bronze. Les arguments avancés étaient toujours les mêmes : matériaux quantitativement et qualitativement trop pauvres, trop peu représentatifs, trop marginaux et, par conséquent, n’offrant pas d’intérêt particulier. Les fouilles d’Hauterive-Champréveyres (lac de Neuchâtel), réalisées entre 1983 et 1986 dans le cadre des travaux autoroutiers, allaient révéler un ensemble inhabituel de 328 artefacts en os et bois de cervidés, fort bien conservés, appartenant au Bronze final. Anne-Marie Rychner-Faraggi en a fait l’étude détaillée dans les années 1990, manuscrit déposé en 2001 et qui n’est finalement publié qu’en 2016, pour des raisons indépendantes de la volonté de l’auteure.

2Connu principalement pour son campement de chasseurs magdalénien, le site d’Hauterive-Champréveyres a livré également un important habitat du Néolithique moyen et, enfin, un grand site du Bronze final ; dix monographies liées à ce dernier gisement ont été publiées à ce jour. Le site comprend deux couches d’occupations datées par la dendrochronologie de 1050 à 876 avant notre ère. Ces deux niveaux ont notamment livré près de 9 t de céramique, 20 kg d’objets en bronze (5 900 pièces), ainsi que 4 kg d’objets travaillés en os, dents et bois de cerf, totalisant 328 artefacts, auxquels il faut ajouter 39 000 restes osseux non étudiés.

3La collection étudiée comprend, dans le détail, 202 pièces en os, outils et éléments de parures essentiellement, et 126 pièces en bois de cervidés, qui ont été regroupées en huit catégories selon une classification typomorphologique. Les groupes définis sont les pointes (harpons à douille, armatures de lance, aiguilles à chas, pointes simples, doubles, fines, fusiformes ou encore sur os non fendu) ; les outils biseautés ; les éléments récepteurs (manches et boîtes) ; les outils à emmanchement transversal ; les éléments de harnachement ; les éléments de parures ; les os denticulés ; les objets divers (disques en bois de cerf décorés notamment).

4Une part importante des pointes est identique à celles que l’on trouve dans les niveaux néolithiques. Objets ubiquistes qui peuvent toutefois se différencier, lorsque la surface de l’objet est suffisamment bien préservée, par les traces de travail laissées par un outil métallique et non par un outil en silex, comme c'est le cas pour les périodes plus anciennes. Mais d’autres catégories se différencient bien, en revanche, des séries néolithiques, notamment celles comprenant les éléments de harnachement, les disques et les petites boîtes décorées de cercles concentriques gravés au compas, les armatures de lances et les harpons à douilles, autant d’objets inconnus aux périodes précédentes.

5Du point de vue technique, on observe une prédominance du débitage des andouillers par rapport au débitage cortical du merrain. Le sectionnement transversal par entaillage a été préféré au sciage pour le prélèvement de tronçons d'andouillers. Les techniques sont étroitement liées aux outils métalliques utilisés.

6L’étude, achevée en 2001, n’a pas été remise à jour pour sa publication en 2016. Au final, cette remarque n’est pas gênante, puisqu’aucune découverte majeure ni aucune publication traitant du sujet n’a paru entre-temps. On peut même affirmer que c’est la première étude d’une série d’objets en matière dure d’origine animale de l’âge du Bronze publiée en Suisse. Pour la première fois, il est possible de consulter dix-neuf planches regroupant plus de 300 objets provenant d’un ensemble homogène, bien daté, bien conservé, produit dans un habitat palafittique du Plateau suisse remontant à la fin du 2e millénaire.

7Cet ouvrage pose tout de même une question essentielle. Le site d’Hauterive-Champréveyres est-il représentatif des sites palafittiques ? Un mémoire de Master présenté en septembre 2015 par Florence Gilliard, étudiante de l’Institut d’archéologie de l’Université de Neuchâtel, répond à cette question. Elle a tenté une synthèse de l’ensemble des objets en matière dure d’origine animale de cette période, à partir des pièces publiées, et de vérifier les séries les plus importantes déposées dans les musées et services archéologiques du pays. Les résultats obtenus vont au-delà de notre attente. Non seulement ils permettent de confirmer que les objets découverts à Hauterive-Champréveyres sont bien représentatifs de ce qui existe ailleurs, mais encore peut-on en déduire tout l’intérêt de mener une telle étude. Après avoir effectué un tri drastique de tout ce qui était douteux ou peu sûr du point de vue de l’attribution chronologique, Florence Gilliard a dressé un inventaire de 714 pièces pour l’ensemble des lacs du Plateau suisse, y compris les 328 pièces d’Hauterive-Champréveyres étudiées en détail par Anne-Marie Rychner-Faraggi. Ce qui signifie que ce dernier site comprend, à lui seul, 46 % de la totalité de l’industrie osseuse du 2e millénaire avant notre ère connue entre le lac Léman et le lac de Constance.

8Pourquoi ces objets sont-ils si peu nombreux au Bronze final ? La production intensive d’objets en métal ayant remplacé les matériaux osseux est l’hypothèse la plus souvent avancée, mais ce n'est pas la seule explication. Le manque d’intérêt des chercheurs pour le matériel osseux protohistorique n’est que rarement évoqué, il est pourtant essentiel. À la fin du XIXe siècle, une grande partie des couches de la fin de l’âge du Bronze était encore en place et contenait probablement encore de nombreux artefacts osseux, mais elle n’a pas attiré l’attention des premiers chercheurs. Cependant, au cours des 50 dernières années, l’érosion sublacustre a été particulièrement forte et a emporté, au fil des ans, les niveaux supérieurs des séquences stratigraphiques immergées, ne laissant finalement plus que des champs de pieux aux emplacements des habitats.

9On soulignera une fois de plus la qualité de la mise en pages, des dessins et des photographies des monographies parues dans la série Archéologie neuchâteloise. Ce 54e volume est digne des publications précédentes. Il constituera pour de nombreuses années une référence essentielle pour les protohistoriens et les chercheurs travaillant sur les matières dures d’origine animale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Ramseyer, « RYCHNER-FARAGGI A.-M., 2016, Hauterive-Champréveyres. 16. L’industrie osseuse du Bronze final », Revue archéologique de l’Est, tome 65 | 2016, 447-448.

Référence électronique

Denis Ramseyer, « RYCHNER-FARAGGI A.-M., 2016, Hauterive-Champréveyres. 16. L’industrie osseuse du Bronze final », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 65 | 2016, mis en ligne le 16 octobre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rae.revues.org/8967

Haut de page

Auteur

Denis Ramseyer

Institut d’archéologie, Université de Neuchâtel, Espace Paul Vouga, CH – 2068 Hauterive. denis.ramseyer@unine.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page