Navigation – Plan du site

Françoise LABAUNE-JEAN dir., Le plomb et la pierre : petits objets de dévotion pour les pèlerins du Mont-Saint-Michel, de la conception à la production (XIVe-XVe siècles)

Caen, Presses univ. de Caen, 2016, 398 p., 382 ill. n & b et coul., tabl. (Publ. du CRAHAM, série antique et médiévale). ISBN : 978-2-84133-775-0. 48 €
Élisabeth Rabeisen
p. 453-460

Texte intégral

1Depuis qu’étaient apparues sur nos écrans les merveilleuses images des moules en pierre d’enseignes de pèlerinage découverts au Mont Saint-Michel entre 2001 et 2005, nous en attendions impatiemment la publication. C'est désormais chose faite, l’important volume sorti des Presses universitaires de Caen délivre une somme précieuse d’informations sur cette découverte exceptionnelle qui éclaire notre connaissance sur les objets de dévotion, témoins du pèlerinage au Mont Saint-Michel, ainsi que sur les contextes, les conditions et les modalités de leur fabrication à la fin du Moyen Âge.

2Pour cette publication, Françoise Labaune-Jean, chargée d’études à l’Inrap Grand-Ouest, est entourée de onze collaborateurs parmi lesquels Denis Bruna, spécialiste des enseignes de pèlerinage, François Caligny-Delahaye, Serge Mentelé, Nicolas Méreau, archéologues, Mathilde Dupré, Stéphane Jean et Hervé Paitier dessinateurs et photographes.

3Le volume est divisé en deux grandes parties à peu près égales entre de courtes introduction et conclusion.
I. « Archéologie d'un artisanat » (p. 21-206, 174 fig.) répartie en plusieurs thèmes : les chapitres I à III traitent du contexte archéologique de la découverte des moules et du mobilier significatif ; les chapitres IV à VI détaillent les processus techniques issus de l’observation des fragments de moules en pierre : étude pétrographique, technique de taille des valves, technique de gravure des empreintes, techniques de mise en œuvre de la coulée d’objets uniques ou d’objets en nombre ; les chapitres VII à IX s’attachent à définir la production, à analyser l’iconographie des gravures et à effectuer des comparaisons.
II. « Catalogue des objets lithiques découverts » (p. 209-355, 229 notices et 213 fig.).
Enfin, en annexe I on trouvera un glossaire succinct des « termes techniques » (p. 18), fort utile pour la métallurgie… où le mot « psychopompe » se sent bien isolé (il aurait pu apparaître en note p. 161) ;
En annexe II, l’étude numismatique de Yannick Pugin (p. 363-365, fig. 1), dont on trouvera la synthèse p. 66 ; en annexe III, les données des analyses pétrologiques de Sébastien Pauly en collaboration avec Moises Ponce de Léon (p. 366-371, fig. 1-3 et tabl. 1-2), dont on trouvera la synthèse p. 78-83. Ces annexes sont suivies d’une importante et utile bibliographie (p. 374-382).

4Les objets sont porteurs d’une telle masse d’informations que le lecteur devra prendre le temps d’« apprivoiser » le sujet, comme les auteurs qui ont réussi à faire parler les exceptionnelles valves de moules de pierre dans des domaines très différents et à des niveaux de lecture variés auxquels leur spécialité d’origine ne les avait pas forcément préparés. En effet, les moules découverts sont le pivot de l’étude qui renvoie, d’une part à des aspects techniques de la métallurgie des alliages de plomb-étain encore peu publiés pour ces périodes, d’autre part aux aspects religieux et économiques d’un grand pèlerinage médiéval qu’ils laissent entrevoir par le biais de la gravure des valves.

5D’une manière générale, il faut le dire, cette lecture nous laisse un sentiment d’inachevé : les données sont présentes et extrêmement riches et détaillées, mais leur exploitation manque de rigueur surtout dans les synthèses. Nous avons relevé un certain nombre de défauts de vocabulaire et de contradictions entre les différents chapitres qui sont à l’origine d’une difficulté de compréhension d’une partie du discours technique et des synthèses ; ils n’auraient pas dû échapper à une relecture attentive.

6Nos observations porteront d’abord sur l’illustration et la mise en page du volume qui est une des causes de notre insatisfaction, puis sur les trois points principaux de l’ouvrage : étude du contexte archéologique, étude technique des valves de moules, caractérisation de la production et analyse iconographique des gravures.

Illustration et mise en page

  • 1 Cf. p. 8, détail du retable d’Anne et Joachim du couvent des Carmes, conservé au Musée de Francfort

7L’illustration est abondante, et on ne peut que s’en réjouir car elle est indispensable aux études comparatives :
- pour l’étude archéologique, les plans clairs et documentés permettent de bien suivre le discours archéologique ; seul bémol : la fosse 170 est bien peu photogénique au regard de son importance dans le discours et le lecteur doit trouver les légendes des couleurs des plans chronologiques (p. 50-58, fig. 27, 32, 34-36) à partir de la légende de la fig. 24 : p. 48. Cette illustration s’avère même redondante dans le cas de certains documents de fouilles : les fig. 14-15-18 (p. 42-46) auraient sans doute pu être concentrées en une seule planche.
- pour le catalogue, toutes les valves sont dessinées et on apprécie particulièrement les excellentes photos et les dessins des objets restitués à l’échelle 1/1, ainsi que les dessins particulièrement détaillés de l’ensemble des faces de chacune des valves à l’échelle ½. Nous saluons ici le travail des auteurs et dessinateurs, car celui qui n’a jamais manipulé de moules métallurgiques ne peut imaginer le temps passé à classer, interroger les objets en effectuant la gymnastique mentale nécessaire pour visualiser et dessiner en trois dimensions une empreinte négative ou les traces fonctionnelles d'outil ; cette démarche est capitale pour accompagner la réflexion théorique. Les illustrations du catalogue reprises pour les pages de synthèse sont les bienvenues à l’appui du discours iconographique, mais abondance de biens nuit… ; ainsi p. 140, la fig. 3 est identique à la fig. 13, p. 167, de fait la légende devient erronée pour le dessin des valves nos 25 et 118 ;
- le lecteur s’interroge sur des choix graphiques qui influent beaucoup sur la lisibilité des objets. L’infographie est certes séduisante, notamment pour les restitutions des expérimentations – très beaux résultats des p. 112-119 – mais elle ne va pas jusqu’au bout des possibilités, notamment pour les restitutions des objets virtuels déduits de la gravure négative des valves et le reste du mobilier lithique (Albert et alii, 2013). Ainsi, sans parler des objets en fer (p. 70-72, fig. 4-6), une ou deux planches photographiques auraient suffi pour traiter l’outillage lithique et le luminaire : pourquoi donner deux fois tant de dessins aussi ingrats pour les non-initiés ? (p. 93-96, fig. 17, 19-21 et les même dessins donnés p. 342-355) ;
- l’espace a ainsi fait défaut pour placer trois clichés en couleur qui manquent cruellement au lecteur pour asseoir son imaginaire et qui auraient pu faire par exemple l’introduction de chapitres : une grande vue du Mont Saint-Michel prise depuis l’est, pour localiser le site de fouilles sans avoir besoin d’une loupe ; une grande vue de l’enluminure des Très Riches Heures du duc de Berry (fig. 5, p. 26), très évocatrice de l’urbanisation du Mont au xve s. et de l’iconographie de l’archange ; une représentation d’enseignes en situation sur un chapeau ou un vêtement de pèlerin comme celles figurant sur des retables et données en exemple dans Bruna, 1996 ou 20071.

8Des principes ont eu le mérite d’être posés p. 209, mais ont-ils bien été respectés ? L’auteur a raison de présenter les clichés dans le sens de la lecture des motifs gravés, mais on note un certain manque de rigueur d’une illustration à l’autre et d’une notice à l’autre car les descriptions des images sont faites parfois d’après la gravure (= négatif) ou à partir du dessin de la restitution de l’objet à sa sortie du moule (= positif) ; les orientations droite/gauche sont faites par rapport au personnage ou par rapport au spectateur. Ainsi le dessin de la plume de la valve n° 100 se retrouve inversé, alors qu’il s’agit d’une restitution (p. 142, fig. 6) ; de même un des dessins de la valve de Rennes (p. 142, fig. 2) est présenté à l’envers.

9De plus, dans le catalogue, comme la notice ne mentionne ni les dimensions, ni surtout l’épaisseur maximale des empreintes gravées, qui permettraient de se faire une idée du volume des objets restitués, le lecteur a recours aux illustrations, mais il s’aperçoit vite qu’aucun ombrage ne permet de saisir la représentation en volume (même si des clichés en donnent l’illusion) et qu’il n’y a pas de coupe ou de profil des objets restitués ; des coupes peu lisibles ont été effectuées sur l’axe de certaines empreintes très plates (valves nos 3, 4, 6, 7, 9, etc.), alors qu'elles manquent pour celles qui présentent un creux important comme l’empreinte de la broche n° 2a, les sphères des grelots nos 12–14 ou des hochets n° 70 (p. 147, fig. 14 ; p. 265, fig. 73) ; les cassures ne sont pas toujours laissées en blanc comme annoncé. Certes, nous connaissons la difficulté de partir d’une empreinte (négatif) pour aboutir à la restitution de l’objet moulé (positif), et nous n’en portons pas grief aux auteurs, mais quelques restitutions seraient à reprendre en premier lieu pour disposer d’une vue de profil de l’objet restitué. Ainsi tous les éléments sont disponibles pour établir un profil et un revers restitué de l’enseigne de saint Michel à la coquille valve n° 123 en lien avec les valves nos 101 et 119, de même avec le hochet de la valve n° 28 ; par ailleurs, de nombreux détails bien visibles sur les clichés ne sont pas reportés sur le dessin de restitution (valve n° 104, p. 331, fig. 164) ; ainsi ont été omises les pattes repliables à l’arrière de certaines enseignes et qui pourtant en font intrinsèquement partie (valves nos 2b, 3, 19), tandis qu’a été ajouté un détail sur un cliché (valve n° 1, p. 211, fig. 2, croix sommitale accostée d’une oriflamme et non pas de deux, les traces de la seconde sur la valve témoignant semble-t-il d’un repentir du graveur) et même ont été données des restitutions erronées, tel le grelot (valve n° 14, p. 230, fig. 19), qui devrait proposer un trou quadrangulaire et non un relief – heureusement très bien restitué p. 117, fig. 21 et 22 – ou telle l’enseigne n° 4 (p. 217, fig. 7), dont le socle – ou l’inscription – paraît avoir été bûché, ou encore l’ampoule n° 36 (p. 143, fig. 8, voir ci–dessous l’analyse iconographique).

10Une autre source de difficulté pour le lecteur est relative à la mise en page et à l’ordre de présentation du catalogue : en premier lieu, une mise en page non maîtrisée empêche de consulter l’illustration du catalogue en regard des notices ; un regroupement des figures en planches avec un classement ordonné des empreintes gravées, accompagné d’un tableau de concordance, aurait sans doute simplifié la consultation. En second lieu, l’auteur ayant choisi de conserver l’ordre de l’inventaire de la fouille (p. 209), le mobilier n’est donc pas classé et c’est très dommage car l’ensemble du volume doit être feuilleté sans cesse, surtout pour examiner et comparer les valves les plus riches techniquement (chapitres IV, V, VI) et iconographiquement (chapitres VII, VIII) ; de plus, dans les chapitres de synthèse, les renvois à la pagination et à la numérotation du catalogue sont quelquefois oubliés.

11Cette mise en page dévalorise aussi les synthèses : ainsi l’excellent travail mené par Nicolas Méreau sur les expérimentations de gravure dont l’illustration, qui aurait dû être continue (p. 88, 90, fig. 15, p. 97, fig. 22, p. 98 et curieusement p. 133, fig. 6 où le renvoi du texte n'a aucun rapport avec le sujet), est entrelardée de considérations sur le luminaire qui auraient eu leur place dans l’étude du mobilier du chapitre III ; elle pèse moins fortement sur la restitution des étapes de la coulée de Philippe Labaune (p. 112-119, fig. 17-26).
C’est un vrai regret pour ce qui était destiné à devenir l’étude de référence de ces objets exceptionnels que sont les valves de pierre.

Contexte archéologique (chapitres I, II, III, p. 21-75)

12Il convient de souligner à sa juste valeur le travail de fouille effectué dans des conditions difficiles et délicates : les exposés de François Caligny-Delahaye, Françoise Labaune-Jean et Serge Mentelé donnent un aperçu de la configuration du lieu, les contraintes techniques et administratives expliquant le long délai et le fractionnement des opérations (p. 22-32). Le résumé des fouilles par Serge Mentelé est clair, précis et suffisamment illustré, par lequel il est possible de suivre pas à pas l’évolution du bâtiment, ses différentes affectations grâce aux stratigraphies successives (p. 33-60). La relation établie avec les événements historiques est particulièrement intéressante au fil du texte, mais un tableau chronologique concordant des principaux évènements survenant dans la période d’existence de l’édifice fouillé (cinq états xiiie-xvie s.), sur le Mont Saint-Michel (sièges, attaques et destructions) et dans le Royaume de France (étapes de la Guerre de Cent ans), aurait été bien utile pour qui n’est pas un familier du Mont. Une partie du mobilier significatif accompagnant la fouille est présenté par Françoise Labaune-Jean, notamment la céramique et les objets de pèlerinage en divers matériaux qui complètent l’apport des objets déduits des valves.

13Le postulat de la présence de deux ateliers, un atelier de taille de valves et de gravures de moules et un atelier de fondeurs d’enseignes dans l’édifice fouillé, est introduit avec précaution par l’auteur de la fouille pour la 2e phase d’occupation (p. 49-51), car il repose sur l’observation d’une très petite surface comportant des structures de chauffe ayant subi d’importants bouleversements stratigraphiques (soit une très faible partie des 60 m2 de l’emprise de la fouille) ; une activité métallurgique aurait repris durant la 4e phase d’occupation (p. 55-59). Cela n’empêche pas que la suite de l’ouvrage considère la présence d’un atelier comme un fait acquis, mais le lecteur ne dispose pas des éléments nécessaires pour comprendre – sauf à consulter tous les rapports de l’Inrap – comment le matériel de la fosse 170 peut être mis en relation avec la stratigraphie du local. Même s’il s’agit d’un ensemble clos (p. 63), certains éléments observés inciteraient à la prudence : la fosse ne contient que des valves, entières ou non, de moules de grand format relativement bien conservées, et non pas le tout-venant qu’on attendrait ; elle n’a donné que très peu de résidus métallurgiques concernant le plomb et aucune forme de céramique restituable (p. 64-65, fig. 1), ce qui serait le cas dans une vidange domestique ou d’atelier ; on y a perdu une bourse de quinze monnaies dans un contexte de catastrophe (p. 51-53, p. 66). Il nous est expliqué aussi que, s’il ne subsiste qu’un si petit volume de déchets, c’est que tout le métal a été systématiquement récupéré et l’espace de travail soigneusement nettoyé (p. 134). Dans ce cas précis, notre expérience et celle d’autres archéologues montre que même une structure de travail du métal bien nettoyée contient des résidus encore visibles à l’œil et que les vidanges contiennent elles aussi des résidus de crassiers ; or, dans le cas de la Cour des Écoles, l’argumentation est si fragile qu’il suffirait de renverser la proposition pour émettre l’hypothèse que, s’il y a peu de déchets et que les résidus d’activité sont si faiblement représentés, c’est précisément parce que l’atelier n’est peut être pas là où tout le monde voudrait le voir. Les débris découverts dans la fosse peuvent très bien venir d’ailleurs, d’un lieu tout proche ou plus lointain, mais à l’extérieur de l’emprise de la fouille : quelques brouettes de matériaux de comblement circulent si facilement… Les circonstances des incendies et des cycles de destructions-reconstructions qui affectent le Mont en ces périodes très troublées ont fait se mélanger les matériaux d’origines variées ; cela semble être le cas dans le grand remblai qui scelle la fin du bâtiment et où a été trouvée la majeure partie des valves de moules et des débris lithiques (p. 59-60, fig. 37).

14La présentation du mobilier lithique (p. 61 « la composition du lot [lithique] ») et son traitement dans le catalogue peut faire croire au lecteur que la masse des valves est un ensemble homogène, ce qu’il n’est pas, à cause des conditions de fouilles et au vu des localisations stratigraphiques indiquées. Nous n’avons pas trouvé facilement dans l’ouvrage les clés de la chronologie des valves ; des éléments en sont donnés : choix de mobilier céramique datant, étude numismatique de Yannick Pugin (p. 66), autres objets en verre et terre cuite relatifs au pèlerinage, mais la synthèse chronologique n’en est pas véritablement faite. Un tableau de concordance des unités stratigraphiques en coupe, croisées avec les numéros de valves, aurait été bien utile pour saisir des notions de chronologie relative (p. 61-66 à mettre en regard avec p. 37, fig. 10 ; p. 60, fig. 37).

15Nous restons donc réservés par rapport à la localisation d’un atelier dans l’édifice fouillé, mais l’examen des valves atteste sans l’ombre d’un doute l’existence d’ateliers de fabrication de souvenirs de pèlerinage sur le Mont Saint-Michel, et ce, pendant au moins trois siècles (XIVe-XVIe s.), comme attendu en un tel lieu.

Étude technique des valves de moules et organisation de la production (chapitres V, VI, p. 77-134)

16De loin la partie la plus importante du volume, les recherches effectuées apporte une contribution essentielle à la compréhension de la mise en œuvre technique de l’objet-valve. Mais il faut dire que cette analyse minutieuse et détaillée est desservie par un défaut de maîtrise et d’utilisation du vocabulaire spécialisé qui engendre un inconfort certain pour le lecteur, bien qu'un dessin clair dénomme les différentes parties du moule (p. 100, fig. 1). Même si l’auteur prétend tordre le cou à l’utilisation du mot « moule » à tort et à travers (« un peu de terminologie », p. 77), elle tombe elle-même dans le piège et on trouve, au gré des chapitres et des notices du catalogue, les expressions « valve de moules », « fragment de moules » « fragment de valve de moule » « contre–moule » « fragment de contre-moule », etc. Après avoir fait le tri, nous comprenons qu’un moule en pierre est composé de plusieurs éléments : une valve, celle qui reçoit la gravure de l’objet à réaliser, éventuellement les systèmes d’alimentation et de fermeture du moule par calage et une ou plusieurs contre-valves (p. 109-110) qui assurent le revers ou les côtés de l’objet coulé, éventuellement les systèmes d’alimentation et de fermeture du moule par calage. La présence d’un noyau est nécessaire pour la coulée d’objets creux. Autres problèmes de vocabulaire : les mots bassin ou entonnoir de coulée auraient mieux convenu que « cône de coulée » (p. 100) pour désigner l’ouverture en entonnoir du système de coulée taillé dans la pierre : le mot cône de coulée ou masselotte étant plutôt à réserver au résultat de la coulée dans cette partie du moule ; le mot est aussi employé pour « cône de calage » ou « cône d’assemblage » qu’il conviendrait de remplacer par trou de calage où sont placées des chevilles ou tenons plutôt que des « plots » d’un matériau à définir permettant la liaison des valves et contre-valves (p. 104, fig. 10). Le « noyau-insert » destiné à la fonte en creux (p. 109, fig. 14), comme le n° 33 (p. 246, fig. 41 et p. 109, fig. 14, 4, insert type N2b), qualifié ailleurs de plusieurs noms variés « tige de contre-moule » (n° 155 p. 319) ou « noyau ou bouchon » (légende de p. 320, fig. 146) ou encore « contre-moule en forme de clou à tête plate » (p. 242, 245), répond à cet important impératif technique très bien visualisé par ailleurs pour la fonte d’anneaux grâce aux valves nos 106-107-108 (p. 119, fig. 24-26) mais peu clair (p. 116, note 4) pour l’explication du « noyau creux » n° 65 (p. 262, fig. 68).

17L’objet-valve est étudié selon plusieurs points de vue par Françoise Labaune-Jean et Nicolas Méreau :
- l’étude pétrographique reconnaît les différents types de pierre ardoisière ou de calcaire employés à la réalisation de valves dont la première permet une fine gravure ; l’étude géologique apporte la preuve d’un approvisionnement de proximité sur le continent, repéré en prospections terrestres (p. 80-82) ; elle est suivie de la reconstitution du processus de découpe de la dalle de pierre brute d’où sortira une valve, appuyée sur une série d’expérimentation de sciage, de découpe et de finitions particulièrement bien observées qui permettent aussi de définir l’outillage utilisé ;

18- l’étude du système de coulée et de l’agencement des valves entre elles est très intéressante et illustrée de belles reconstitutions du processus en 3D ; l’observation fine des surfaces prouve l'ingéniosité déployée par l’artisan pour créer divers canaux et évents destinés à favoriser la coulée et l’évacuation des gaz. Le système d’alimentation du moule est décrit en détail. Il a fait l’objet d’une typologie simple (p. 105-108, fig. 12-13 et tableau 1), qui pourra servir à la description de nouvelles valves car, étrangement, elle n’a pas été utilisée dans les notices du catalogue, sauf pour le tableau 1 p. 187. Le schéma de l’ensemble du système de coulée est tributaire du nombre d’éléments gravés dans la valve, donc du nombre d’objets à produire et de la quantité de métal à couler ; la typologie contribuera à préciser les données de valves incomplètes. Nous retiendrons le fait que la contre-valve peut contenir la moitié ou tous les éléments du système de coulée, ce qui explique que, pour des valves gravées à plusieurs objets, certains n’ont pas de liaison entre eux (valves n° 101 p. 280, fig. 97 ; n° 104 p. 284, fig. 100 ; n° 105, p. 285, fig. 101). Parce que la coulée n’affecte que la valve ou la contre-valve concernée, l’artisan n’a pas besoin d’affiner la profondeur des canaux de la valve ou contre-valve opposée ; certaines valves gravées paraissent donc inachevées et peuvent fausser les conclusions de l’étude si l’on s’arrête à cette observation (p. 51, p. 89, fig. 13). L’auteur n’a pas osé trancher pour la valve n° 7 (p. 221, fig. 10), excellent exemple de contre-valve permettant également le renfort de l’enseigne circulaire n° 5 (p. 219, fig. 8), ce qui est aussi une observation technique inédite (voir aussi le renfort du n° 186, p. 339, fig. 96 et du n° 3 p. 216, fig. 6) ;

  • 2 Le cloisonnement chronologique des disciplines n’a semble-t-il pas encouragé les médiévistes à s’in (...)

19- du point de vue de l’étude des techniques concernant la métallurgie du plomb, le sujet n’est pas nouveau, il suffit de se référer à quelques publications concernant l’Antiquité pour s’en convaincre2 ; en l’occurrence dans l’ouvrage, l’analyse s’appuie sur des déductions faites d’après l’étude des valves et des expérimentations exposées par Nicolas Mentelé ; la note 13 p. 128 nous apprend que l’étude métallurgique des creusets et scories est encore à réaliser. Il faut donc comprendre que le discours sur la coulée, par ailleurs très intéressant, relève autant de notions théoriques issues de pratiques « métallurgiques contemporaines » et de reprise de relations de récentes fouilles d’ateliers médiévaux comparables (p. 99, 131-133) que des déductions faites à partir de l’observation des systèmes de coulée.
L’étude métallurgique sera donc bienvenue pour préciser certaines données encore floues et répondre aux multiples questions qui surgissent à la lecture par exemple pour :

20- l’analyse des échantillons de terrain, des scories pour détecter les traces des métaux utilisés. Mais il ne faudra certainement pas attendre des analyses qu’elles permettent de distinguer les productions attribuables aux ateliers du Mont : à part quelques éléments-traces qui pourraient individualiser l’approvisionnement en plomb, c’est un lieu commun de théorie métallurgique qui ne tient pas compte des effets du recyclage des métaux ;

21- l’étude et l’analyse des creusets (p. 126-127, fig. 1, 2), objets d’un type peu courant dont le petit format fait penser aux creusets gallo-romains de Mâlain qui conservent des traces d’or (RABEISEN, 1988) et pose ici la question des autres matériaux coulés en moule de pierre ; on sait que ce type de moules existe depuis l’Âge du Bronze, que des moules en pierre gréco-romains ou gallo-romains, outre la coulée de l’or ou du plomb, servaient aussi à réaliser des épreuves en cire. Peut-on savoir si on a coulé de l’or dans certaines valves de la Cour des Écoles ? autrement dit, fabriquait-on au Mont des objets d’orfèvrerie (p. 150) ?

Caractérisation de la production et de la diffusion (chapitre VII)

22La caractérisation de la production est menée avec de nombreuses comparaisons, en détaillant les objets produits qui relèvent tous ou presque du domaine du pèlerinage ; les p. 134 à 137 (chap. VI) auraient pu servir d’introduction à ce chapitre. On relève que les enseignes sont les objets les plus nombreux, on en compte, d’après les valves, une quarantaine de types différents. Certaines sont formées à partir de plusieurs valves assemblées notamment pour assurer la mise en place des dispositifs fonctionnels d’accrochage au revers (cf. beaux exemples des valves nos 119, 120, 121). Outre les enseignes, portables sur des vêtements, les artisans pouvaient réaliser des figurines en plomb destinées à la dévotion privée. Après en avoir décrit le processus de fabrication (p. 116), l’auteur suggère trop prudemment la possibilité d’une production de statuettes (p. 328) et, sans aller jusqu’au bout de l’observation et du raisonnement, en contradiction avec les notices du catalogue, finit par conclure à « l’absence de témoignage archéologique de l’existence de figurines », malgré la présence de moules de socles (« les oratoires portatifs et les figurines » chap. VII, p. 144, chap. VIII, p. 155).

  • 3 L’iconographie de saint Georges debout terrassant le dragon est en effet très proche de celle de sa (...)

23Nous pensons que certaines valves et contre-valves témoignent bien de la fabrication de figurines de dévotion, hautes d’au moins 5 à 7 cm, en ronde-bosse, pour être placées sur un socle ou en demi ronde-bosse, avec un revers plat ou creux, pour être placées dans un oratoire de dévotion. En effet, l’archange cuirassé de la valve n° 104 (p. 284, fig. 100) est aptère et l’archange à la tunique de la valve n° 103 a (p. 282-283, fig. 99) paraît l’être aussi. Si, pour le premier, il s’agit bien de saint Michel, et non pas de saint Georges3, il faudrait déduire plausiblement qu’il portait une paire d’ailes rapportées (et non pas « articulées »), telles celles des valves nos 103b, 118 ou 150. De plus, avec deux contre-valves (suivant le dispositif de type 4 p. 111, fig. 15), dont le n° 172 donne un exemple pour un des deux archanges (p. 327, 329-330, fig. 162), on obtiendrait le dos d’une statuette en ronde-bosse ou demi ronde-bosse, le tenon d’accroche des ailes et le système d’alimentation ; ces trois éléments pourraient bien être réunis sur la valve n° 122 (p. 303, fig. 118), mais pour la réalisation d’une figurine au dos plat non détaillé ; la même observation vaut pour la contre-valve avec le dos d’une Vierge à l’Enfant n° 166 (p. 326, fig. 157) où l’on distingue un anneau de fixation sur la tranche. Enfin, d’après l’entonnoir de coulée quadrangulaire de la valve n° 103 (p. 100, fig. 2-1), l’artisan pouvait utiliser le trop plein de métal et le travailler comme élément de fixation de la statuette sur le socle (cf. Bruna, 1996, p ; 26-9-272, n° 518-523).

24Les bagues, broches et fermaux relèvent du domaine de la parure et donnent lieu à une gravure très fine qui inciterait à les examiner comme objets d’orfèvrerie de métal plus précieux que le plomb (p. 150-151). Les autres valves sont aussi intéressantes car les objets qui en sont issus appartiennent à la bimbeloterie du pèlerinage, tels les cornes, grelots, hochets, sifflets, anneaux (p. 146-150) ; certains objets défient une identification précise : ainsi la contre-valve en fort relief n° 11a (p. 226, fig. 15) qualifiée de « manche », qui suppose une valve telle la valve n° 8 (p. 220, 222, fig. 11) identifiée comme une « mini-serpette » ou un « sifflet » (p. 148). L’objet en forme d’attache parisienne, « en guimbarde », gravé en série à la base des valves n° 5 et n° 7 (p. 147, fig. 14) serait à rapprocher du « bouton » de la valve n° 63 (p. 261-262, fig. 66) dont il pourrait être la bélière une fois fixé.

25Trois objets seraient à mettre à part : la valve n° 142, moule à plombs de sertissage de vitraux (p. 313–314, fig. 135, p. 154, fig. 23), la valve n° 152, moule de base de chandelier ? (p. 320, fig. 144 sans cliché) et la valve n° 34 (p. 247, fig. 42) ; ils sont, semble-t-il, étrangers à l’univers de l’enseigne (découverts au décapage et en remblais) mais ouvrent des pistes sur la polyvalence des ateliers, s’ils sont bien situés dans le même horizon chronologique.

26La variété des types observés pour un nombre restreint d’objets se prête peu aux statistiques de production : le moins que l’on puisse dire est que la production est loin d’être standardisée ; c’est pourquoi le terme « production de type industriel » (p. 150, p. 206) ne nous semble pas adapté pour qualifier les coulées en nombre, parler plus généralement d’une production en série serait moins anachronique, le travail reste artisanal et certainement saisonnier. Une question serait intéressante à discuter : dispose-t-on des éléments nécessaires pour identifier des « manières » de graveurs dégageant une stylistique propre au Mont Saint-Michel ? Nous pensons à la manière d’élaborer le cadre et l’entourage des grandes enseignes. En effet, les montants de l’enseigne valve n° 4, (p. 214, p. 217, fig. 7), prennent la forme d’un encadrement architecturé dont le pilastre conservé est orné d’une croix pattée ; il faut noter dans l’ouvrage, une parenté stylistique entre l’enseigne gravée valve n° 19 et le fragment d’enseigne de la valve n° 59 (p. 172, fig. 18) ; par la finesse de leur gravure et des détails communs, toutes ces valves peuvent être rapprochées des enseignes des valves nos 1, 2, 174, qui semblent bien de la même main, et auxquelles on pourrait ajouter l’enseigne de saint Michel de Rennes comme le propose l’auteur (p. 183, fig. 2) ou celle de saint Méen de Gaël (Ille-et-Vilaine, Bruna, 1996, p. 183, n° 275).

Analyse iconographique (chapitres VII, VIII, IX, p. 139-186)

  • 4 Encore une histoire de cloisonnement des disciplines ! ainsi par exemple, l’époque romaine est rich (...)

27En début de chapitre VIII, qui aurait dû s’intituler « Iconographie des gravures des valves », nous aurions aimé lire quelques lignes générales illustrées regroupant des informations souvent dispersées entre les notices du catalogue et les chapitres de synthèse (chap. VII, VIII et IX) et en particulier un petit retour sur l’histoire des objets de dévotion4 et quelques éléments du légendaire et de l’histoire du Mont sur lesquels est susceptible de s’appuyer l’iconographie. En effet, le terreau spirituel dans lequel se développe « l’industrie du pèlerinage » est traduit par une symbolique familière aux contemporains qui relève à la fois des particularités du pèlerinage – notamment celle du rapport avec les reliques conservées au Mont et celle du rapport avec la Maison de Valois – et de l’histoire des mentalités religieuses de l’époque, elle n‘est pas réductible aux seuls impératifs économiques d’une grande abbaye.

28Ce chapitre aurait pu aussi judicieusement englober le petit chapitre IX (p. 181-186) « Les moules à enseignes de pèlerinage : historique des connaissances », quitte à déplacer en annexe de fin de volume les seize pages du très utile tableau de récolement des valves de moules connues ; celui-ci est dépourvu de numérotation continue, qui aurait permis de se reporter à une carte un peu plus développée que la fig. 1, p. 181 ; à l’examen, le tableau ne concerne pas seulement les « motifs religieux » comme annoncé et englobe des valves d’époques très différentes (au moins deux valves du XVIIe s).

29L’analyse iconographique des empreintes d’enseignes est un des aspects les plus passionnants de l’ouvrage. Elle foisonne de références et de comparaisons que le lecteur devra rassembler et consulter s’il veut en approfondir les thèmes : l’« iconographie de l’Archange », « le diable, le dragon et le Mal », « la Vierge à l’Enfant », « les autres thèmes » (p. 155-179) ; les valves montrent une iconographie variée et originale, rarement identique aux enseignes comparables connues et éclairent l’impossibilité de préciser la réalité de la diffusion de ces objets.

30Le lecteur trouvera ensuite l’intéressante synthèse de Denis Bruna (chap. VIII, p. 175-179), qui reprend en grande partie un article de 2011 et replace les productions du Mont Saint-Michel dans le courant général de celles des pèlerinages de l’époque et en dégage l’originalité.

31Si nous pointons ici quelques exemples d’analyses trop peu poussées, c’est en raison du grand intérêt que nous avons porté à ce sujet et du souci d’enrichir la signification des représentations, en avançant quelques hypothèses pour en permettre la discussion, selon le souhait émis par l’auteur dans sa conclusion (p. 203–205).

32Certaines descriptions et analyses iconographiques ne sont pas assez abouties et révèlent des oublis ou des inexactitudes. Nous passerons sur le fermail en forme d’« Étoile de David » (valve n° 5, p. 214, 216, 218-219, fig. 8) qui est, avant toute interprétation, un motif ornemental courant au Moyen Âge et nous mentionnerons entre autres :
- le vêtement de l’archange : c’est le plus souvent une tunique ou une aube accompagnée d’un manteau ou d’une chape à fermail ; les enseignes même petites montrent bien la manière conventionnelle de représenter le pan d’un manteau passant en arrondi sur les épaules et en biais sur la tunique. Ce manteau revêt le plus souvent saint Michel tenant la Croix, il ne s’agit pas d’une « courte cape » (p. 157, 213) ; le fermail apparaît sous la forme d'un losange orné d’un motif quadrilobé (valves nos 1, 2, 174) ;

  • 5 BNF manuscrit n° 18 947 intitulé : « Travaux de Don Jean Huynes et pièces diverses », n° 10, « Cata (...)

33- dans l’iconographie de l’archange, la hampe de la « lance crucifère » (p. 157-158) n’est pas toujours terminée par un fer de lance, c’est avant tout la croix à longue hampe du Christ de la Résurrection (avec ou sans oriflamme), portée par le signifer, qui suffit à terrasser le démon. D’ailleurs, au sujet des origines de l’iconographie de saint Michel (valves nos 104 et 174) ou de la supposée Notre-Dame de Tombelaine (valve n° 4, cf. ci-dessous), pourrait être posée la question du modèle utilisé par les graveurs, peut–être une image vénérée dans leurs sanctuaires respectifs. Pour saint Michel le modèle était-il la statue exécutée grâce à une donation de Philippe le Bel « qui représente St Michel, qui est toute couverte de lames d’or, excepté la tête et le col qui sont d’or massif, comme on le voit maintenant en l’église en dessous du Crucifix » ?5.

34Certaines affirmations sont un peu expéditives et maladroites voire présentent des contradictions, par exemple :
- selon l’auteur, à propos de l’empreinte d’ampoule de la valve n° 36 (p. 143, fig. 8), sa présence est étonnante sur un site où « n’existe aucune huile ou eau bénite » ; c’est oublier un peu vite que tout est bon pour qui veut rapporter un souvenir pieux de son pèlerinage, un coquillage ou même du sable de la plage ; si le pèlerin souhaite emporter de l’eau bénite, il peut faire confiance aux religieux pour en mettre à sa disposition, d’autant que le légendaire indique qu’une source avait jailli miraculeusement sur le Mont lors de la fondation, précieux remède contre les fièvres !

35- contrairement à ce qui est énoncé p. 16, saint Michel est bien un recours pour les malades (p. 204) ; il est invoqué contre la peste dont, selon la légende, il a arrêté l’épidémie à Rome en 590 – une maladie toujours d’actualité au XVe s. et dont l’issue est le plus souvent la mort – et c’est sans doute pour cela qu’il figure en compagnie de saint Sébastien sur une valve du Musée des Arts décoratifs (p. 184, fig. 4) et qu’une relique de saint Sébastien figure dans le trésor du Mont ;

36- p. 205 et note 19, rappelons qu’une « grosse » représente douze douzaines d’enseignes, soit 144 objets, donc « 12 sous la grosse » fixe le prix de la douzaine d’enseignes à 1 sou, une somme accessible, autant que le prix d’une livre de chandelle ;
- p. 158 et 163, contradictions issues d’une phrase plutôt obscure à propos du blason dont le chef aux armes de France fut accordé à l’abbaye par Louis XI lors de son pèlerinage en 1462 ;

37- la même Vierge à l’Enfant est déclarée « en pied » p. 169, décrite « assise » p. 289, la posture n’étant pas spécifiée p. 275…

38Certains détails iconographiques et épigraphiques méritent d'être discutés et reconsidérés à la lumière de nos observations personnelles des clichés des valves, elles demanderaient bien sûr à être précisées d’après les objets réels :
- le décor de la valve n° 3 (p. 214 et fig. 5-6, p. 215-216), fermail circulaire ajouré orné d’une frise alternant six rosettes et six figures d’anges, est interprété comme autant de diverses représentations de l’archange saint Michel dans ses hauts faits, c'est du moins ce qui ressort de la typologie esquissée dans l’ouvrage (p. 155-169). Il nous semble plus convaincant de proposer une lecture plus large et globale du décor. La petitesse des figures (H. 1,6 cm) n'empêche pas un travail soigné, les détails de l’iconographie sont très simplifiés mais reconnaissables. En effet, toutes ont en commun un même schéma : anges de face, aux ailes éployées, même si les sonneurs jouent de profil ; ils sont vêtus d’une longue tunique sur laquelle passent en biais les plis d’un manteau. La restitution du bandeau (cf. p. 215, fig. 6) déroule le cortège des anges : si l’ardillon du fermail est bien disposé en position horizontale, l’archange saint Michel prend place, comme on s’y attend, au sommet de la composition dans la scène du combat contre le démon. Les autres figures entourant le chef des milices célestes sont au nombre de cinq : un ange présente le buste d’un petit personnage (on pourrait reconnaître un ange gardien) ; deux anges symétriques – qui ne sont pas des « anges musiciens » au sens strict du terme – ils sonnent la trompe du Jugement vers le haut et vers le bas ; un ange psychopompe – celui qui accompagne l’âme à la porte du Paradis dans les représentations du Jugement dernier – tenant devant lui une petite âme figurée par une tête de personnage émergeant d’un linge ; enfin un ange dont l’attribut est plus difficilement lisible, ange thuriféraire ou autre ange gardien ? Selon cette lecture, les figures conviendraient à un décor rappelant les saints Anges ; d’après le Missel aussi bien que d’après la Légende dorée, les compagnons de l’Archange sont honorés avec lui en sa fête liturgique du 29 septembre ;

39- à propos des couronnes de la valve n° 9 (p. 222-224, fig. 11–13) se pose la question de leur utilisation. Peut-être simples ex-voto, elles sont justement comparées aux couronnes dédiées au Roi Mages vénérés à Cologne qui, rappelons-le, protègent les voyageurs et les pèlerins. Longues de 9 cm, hautes de 2,3 cm, elles forment, une fois repliées et accrochées, un cercle de près de 3 cm de diamètre. L’auteur n’a pas repris l’intéressante suggestion exprimée dans Bruna, 2007, p. 106, 111-113, d’un anneau décoré ceinturant la partie basse d’un cierge ; outre que ces anneaux seraient fort utiles pour préserver la main du porteur des coulées de cire chaude, cette hypothèse permettrait d’évoquer un autre aspect du commerce du pèlerinage, lui aussi très florissant, en lien avec celui des plombs : celui des cierges vendus au Mont et qui auraient pu être décorés de motifs en plomb propres au sanctuaire ;

40- deux figures mariales nous semblent devoir être ajoutées au corpus des enseignes du Mont (cf. p. 169, 171-172, p. 156, tabl. 1). La première apparaît sur la valve n° 4, (p. 214, p. 217, fig. 7), classée avec la valve n° 19 sous le titre curieux de « figures anecdotiques », elle est très intéressante, bien que mutilée. L’examen d’après dessin et cliché, même à la loupe, ne remplace certes pas une vision directe de la gravure, mais la figure, ne nous semble pas masculine – même si les traits du visage sont très peu féminins. En effet, son attitude et ses attributs nous incitent à proposer l’identification d’une enseigne en relief, haute d’environ 7 cm, représentant une Vierge de Majesté dont presque la moitié a disparu dans une cassure où devait se trouver l’Enfant tenu sur le bras gauche (sur le cliché de la valve, il semble subsister en bordure de la cassure un élément de vêtement et une petite main sous l’attache du manteau). La Vierge est assise sur un siège à pieds moulurés garni d’un coussin, elle porte une couronne fleurdelisée haute et évasée, elle est vêtue d’une tunique et d’un manteau dont le drapé passe sur les genoux, sa main droite présente un fruit. Cette iconographie symbolise l’Incarnation qui, par le oui de la Vierge, sauve l’humanité de la faute originelle ; elle est bien connue dans la statuaire et figure aussi sur diverses enseignes de pèlerinages mariaux : Notre–Dame de Boulogne, la Vierge du Musée de Worms ou une autre Vierge non identifiée (BRUNA, 1996, p. 84, n° 76 ; BRUNA, 2007, p. 15 ; BRUNA, 1996, p. 106, n° 118 pour le visage et la couronne) ; elle est aussi très proche de celle de Notre-Dame de Tombelaine, identifiée par une inscription (BRUNA, 1996, p. 100, n° 108). La présence de cette enseigne ne serait pas surprenante au Mont (cf. valves nos 99-110, p. 169, et 171-172, fig. 17 où la Vierge à l’Enfant est assise sous une architecture) ; si notre hypothèse d’une inscription bûchée se confirmait pour la valve n° 4, elle aurait très bien pu mentionner Tombelaine.

41La seconde figure se trouve sur la contre-valve n° 166 (p. 326, fig. 157), il s’agit d’une silhouette en relief, haute de 5 cm, de ce qui nous semble être une autre Vierge à l’Enfant, cette fois de dos et debout – et non pas une « longue cloche » – ; le relief est peu détaillé, c’est pourquoi il s’agit vraisemblablement d’un revers de statuette fixée dans un oratoire de dévotion au moyen d’une attache en anneau (présente sur la tranche de la valve) d’après un exemple étudié dans BRUNA, 1996, p. 274-275, n° 531-532 ;

42- nous ne pensons pas devoir retenir la lecture restituée de l'inscription circulaire de la valve de socle n° 6 (p. 219-220 et fig. 9) : « + AVE MAR(ia) [...d]EO », transcrite : « Ave Maria Gratia Plena Mater Deo » qu’il faudrait lire de toute façon « Mater Dei » et il resterait de l’espace disponible pour une inscription plus longue ; alors pourquoi ne pas lire le début de la salutation angélique « +AVE MAR[ia grac(ou t)ia plena Dominus t]EC(um) » si courante à l’époque ? (BRUNA, 1996, p. 84, n° 76, p. 353, n° 688 revers ; 2007 p. 41) ; elle est lue en partie deux fois sur le brouillon d’écriture de la valve n° 3 (p. 121, fig. 27 ; p. 215, fig. 5) ;

  • 6 « ...collier d’or faict à coquilles, lacées l’une avec l’autre d’un double lacs...», bien visibles (...)

43- le graffite de la valve n° 141 (p. 121, fig. 27, p. 313, fig. 134), plutôt que le brouillon d’une « paire de ciseaux ouverte » serait celui d’un nœud à deux brins et deux boucles qui évoque fortement les « lacs » alternant avec des coquilles du premier collier de l’ordre de Saint–Michel fondé en 1469 par Louis XI ; le motif fournirait ici un jalon chronologique intéressant6.

44- le décor de l’empreinte d’ampoule de la valve n° 36 (p. 245, 248, fig. 44), n’a pas été vraiment observé, ce qui fait que la restitution de l’ampoule (p. 143, fig. 8) est erronée : les « quatre petites incisions » surmontées d’une croix , sont en réalité les jambages des lettres I H inversées en capitales romaines ; une petite croix est entée sur la traverse bombée de la lettre H, qui permet de reconnaître le monogramme I(esus) H(ominum) S(alvator), le S ou Ƨ ayant disparu avec la cassure. Cette formule a rencontré un grand succès avec le développement de la dévotion au saint Nom de Jésus à partir du XVe s. Des ampoules avec la même inscription, mais en lettres gothiques, sont associées à un motif de coquille au revers (BRUNA, 1996, n° 58, n° 484 et divers sites de détection non autorisée) ; ici, pour un objet découvert en contexte de remblai, l’écriture donne un indice de chronologie à partir de l’extrême fin du XVe s. ou des premières décennies du XVIe s. Notons à toutes fins utiles que l’archange figurant sur deux enseignes du Musée de Prague le porte en écriture gothique l’un sur l’écu (saint Michel à la coquille), l’autre en médaillon sur une aile (BRUNA, 2007, p. 35) ; par ailleurs, les quatre archanges gravés sur la valve du Musée des Arts décoratifs déposée à Avranches portent précisément, en messagers de Jésus Sauveur, ce même monogramme dans un cœur sur le plastron de leur cuirasse (p. 184, fig. 3) ; ces derniers nous paraissent tardifs (monogramme en capitales avec le motif des trois clous : XVIe s., voire XVIIe s.) ;

  • 7 Reliquaire du chef de sainte Suzanne, Avranches dans http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/pali (...)

45- enfin, dans le cas de l’enseigne gravée sur la valve n° 19 (p. 172-173, fig. 18, p. 233-234 et fig. 26-27, p. 236-237), la lecture de l’inscription placée sur le bandeau inférieur donne lieu à une interprétation historique hautement fantaisiste : « SAINTE : DUCANNE » pourrait se lire plus vraisemblablement « SAINTE : SUSANNE » ; de plus, si l’iconographie conventionnelle de cette figure féminine auréolée, revêtue d'un manteau et tenant un livre, correspond à une figure proche de BRUNA, 1996, p. 269, n° 516, elle se rattache fortement à diverses représentations sculptées de cette sainte, datées de la fin du XVe ou du XVIe s., conservées notamment en Bretagne et en Normandie. Ce serait la première enseigne recensée dédiée à la sainte martyre romaine nommément identifiée, très certainement vénérée au Mont Saint-Michel même puisque le trésor de l’abbaye possédait un reliquaire octogonal contenant un fragment de son crâne. Cet objet, daté de la fin du XIVe s., actuellement conservé en l’église Saint-Gervais d’Avranches, est cité dans l’inventaire des reliques du Mont Saint-Michel par Dom Jean Huynes autour de 1640 : « 22 Le Chef de Ste Susanne Vierge et Martyre, proche parente de l’Empereur Dioclétien, dans un dosme de cuivre doré et bien travaillé »7. Chacune des huit faces est gravée au trait d’une figurine de sainte martyre à la palme et au livre placée sous un arc trilobé à gâble dont les rampants sont ornés de crochets, décor d’architecture d’une ressemblance frappante avec la valve n° 19.

  • 8 BNF manuscrit n° 18 947 intitulé : « Travaux de Don Jean Huynes et pièces diverses », n° 10, « Cata (...)

46Ainsi nous savons qu’avec des représentations de saint Michel, de Notre-Dame de Tombelaine et de sainte Suzanne, toutes les valves d’enseignes gravées découvertes dans la fouille de la Cour des Écoles – y compris la valve de petite épée n° 102 (p. 281, fig. 98)8 – se rapportent à une dévotion pratiquée à l’abbaye du Mont Saint-Michel. Cela nous conforte dans l’idée d’un programme iconographique élaboré par les bénédictins à partir des images des saints titulaires des reliques appartenant au sanctuaire et réalisé dans des enseignes qui fonctionnent auprès du pèlerin comme autant de rappels de l’histoire des merveilleuses actions de la Vierge, des anges et des saints entendue dans la liturgie du pèlerinage (à confronter avec p. 137, 176-178, 203-205).

47Pour conclure, mis à part les interrogations, les hypothèses et les regrets que nous avons développés ci-dessus, cet ouvrage très dense témoigne d’un travail considérable et fournit matière à des études encore plus approfondies. Si des études complémentaires, notamment métallurgiques, sont menées par la suite, elles conforteront son apport déjà globalement important : d’une part pour l’histoire des techniques métallurgiques et plus précisément de la fonte en moule de pierre, grâce à l’étude détaillée de la fabrication, de la gravure et de l’utilisation des valves de moules, d’autre part pour la connaissance des chaînes techniques et commerciales de la diffusion des enseignes de pèlerinage dont l’iconographie parfois incertaine demanderait à être mieux comprise et qui commence à l’être grâce au renouveau des études d’anthropologie religieuse.

48Mais laissons le dernier mot aux fidèles, à propos de l’illustration de couverture – la version choisie est celle de l’empreinte partielle figurant le démon terrassé par deux jambes cuirassées (fragment de valve n° 24, p. 235-236, 240, fig. 32) – : notre sensibilité aurait préféré que cette place fût accordée à la gravure de la belle valve n° 1 (p. 210-211, fig. 2) qui, d’emblée, désignait le sujet de l’ouvrage. En effet, elle synthétise l’habileté des artisans graveurs d’enseignes qui offrent au pèlerin du Mont l’image de l’archange vainqueur et protecteur avec tous ses attributs, lui, le passeur d’âmes, le principal objet de la dévotion du lieu, image si prégnante à l’époque, faisant écho à la supplication de l’offertoire de la Messe des Morts : « libera eas de ore leonis, ne absorbeat eas tartarus, ne cadant in oscurum : sed signifer sanctus Michael repraesentet eas in lucem sanctam… ».

Haut de page

Bibliographie

ABERT F., LEGROS V., LINLAUD M., FEUGÈRE M., MILLET É., 2013, « Modes de représentation des objets archéologiques non céramiques », Les Nouvelles de l’Archéologie, 131, p. 19-25.

BARBERA M., 1991, « I crepundia di Terracina : analisi e interpretazione di un dono », Bollettino di Archeologia, 10, luglio-agosto 1991, p. 11–33.

BRUNA D., 1996, Enseignes de pèlerinage et enseignes profanes au Musée national du Moyen Âge : catalogue de la collection, Paris, éd. de la Réunion des Musées Nationaux, 383 p. et ill.

BRUNA D., 2007, Saints et diables au chapeau : bijoux oubliés du Moyen Âge, Paris, éd. du Seuil, 189 p. et ill.

CHEW H., 1991, « Deux Vénus en plomb d’époque romaine », Antiquités nationales, 22-23, 1990-1991, p. 81-94.

DUVAUCHELLE A., 1999, « Un atelier de métallurgie du plomb du Bas-Empire à Avenches/En Selley : investigations 1997 », Bull. de l’Ass. Pro Aventico, 41, p. 133-146.

DUVAUCHELLE A., MONTEIX N., 2013, « Comprendre la métallurgie du plomb : un exemple pompéien », Les Nouvelles de l’Archéologie, 131, p. 34-39 ;

RABEISEN É., 1988, « Le travail du bronze », in : Roussel L. dir., Mediolanum, une bourgade gallo-romaine : 20 ans de recherches archéologiques, Catalogue d’exposition, Musée archéologique de Dijon, 1988, p. 213-219, n° 688, pl. 80.

TASSINARI S., BURKHALTER F., 1984, « Moules de Tartous : techniques et production d’un atelier de toreutique antique », in : GEHRIG U. dir., Toreutik und figürliche Bronzen römischer Zeit, Akten der 6. Tagung über Antike Bronzen 13.-17. Mai 1980 in Berlin, Berlin, p. 87-106.

THOMAS É., 1952, « Monuments votifs en plomb sur le territoire de la Pannonie (la Fonderie de plomb de Pogánytelek) », Archaeologiai Értesitö, p. 32-38, pl. IV-VI.

Haut de page

Notes

1 Cf. p. 8, détail du retable d’Anne et Joachim du couvent des Carmes, conservé au Musée de Francfort.

2 Le cloisonnement chronologique des disciplines n’a semble-t-il pas encouragé les médiévistes à s’inspirer des études existantes sur le plomb antique et particulièrement sur les moules en pierre ou en plâtre : DUVAUCHELLE, 1999 ; DUVAUCHELLE, MONTEIX, 2013 ; THOMAS, 1952 ; TASSINARI, BURKHALTER, 1984.

3 L’iconographie de saint Georges debout terrassant le dragon est en effet très proche de celle de saint Michel ; nous pensons d’ailleurs que la valve p. 142, fig. 5 (coll. Laurette, Ardevon, Manche) est un saint Georges, non antérieur au XVIe s. Saint Georges est honoré au Mont, il figure dans BNF, Département des Manuscrits français n° 18 947 intitulé : « Travaux de Don Jean Huynes et pièces diverses », n° 10, f° 207, n° 2, « Les Litanies des Saints, dont il y a des reliques notables et assûrées dans le Trésor du Mont St Michel » réf. électronique http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525000133/f419.item.r=&rk=21459;2.

4 Encore une histoire de cloisonnement des disciplines ! ainsi par exemple, l’époque romaine est riche en statuettes, édicules, ex-voto, jetons et tessères, ustensiles et mobilier miniatures, cadres de miroirs et rouelles en plomb portant déjà les mêmes problématiques que les enseignes médiévales : CHEW, 1991 ; BARBERA, 1991.

5 BNF manuscrit n° 18 947 intitulé : « Travaux de Don Jean Huynes et pièces diverses », n° 10, « Catalogue des Saintes Reliques qui se voyent dans le Trésor du Mont St Michel », f° 201, n° 2, réf. électronique : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525000133/f419.item.r=&rk=21459;2

6 « ...collier d’or faict à coquilles, lacées l’une avec l’autre d’un double lacs...», bien visibles dans les enluminures : Statuts de l'ordre de Saint-Michel (Jean Fouquet, 1470), Paris, BnF, Département des Manuscrits français 19819, f° 1. et portrait de Louis XII du Livre d’heures de Louis XII (Jean Bourdichon, env. 1498-1499), Los Angeles, Getty Center, Ms. 79A.

7 Reliquaire du chef de sainte Suzanne, Avranches dans http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr

BNF manuscrit n° 18 947 intitulé : « Travaux de Don Jean Huynes et pièces diverses », n° 10, « Catalogue des Saintes Reliques qui se voyent dans le Trésor du Mont St Michel », f° 203, n° 22 [Sainte Susanne], et f° 208, elle figure dans « Les Litanies des Saints, dont il y a des reliques notables et assûrées dans le Trésor du Mont St Michel » réf. électronique cf. n. 5.

8 BNF manuscrit n° 18 947 intitulé : « Travaux de Don Jean Huynes et pièces diverses », n° 10, « Catalogue des Saintes Reliques qui se voyent dans le Trésor du Mont St Michel », f° 206-207, n° 48 [épée et écu miniatures, reliques venues d’Irlande d’après la chronique de Baldric, archevêque de Dol au xiie s.] réf. électronique cf. n. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Rabeisen, « Françoise LABAUNE-JEAN dir., Le plomb et la pierre : petits objets de dévotion pour les pèlerins du Mont-Saint-Michel, de la conception à la production (XIVe-XVe siècles) », Revue archéologique de l’Est, tome 65 | 2016, 453-460.

Référence électronique

Élisabeth Rabeisen, « Françoise LABAUNE-JEAN dir., Le plomb et la pierre : petits objets de dévotion pour les pèlerins du Mont-Saint-Michel, de la conception à la production (XIVe-XVe siècles) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 65 | 2016, mis en ligne le 16 octobre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rae.revues.org/8979

Haut de page

Auteur

Élisabeth Rabeisen

Membre associé de l’UMR ArTeHiS 6298 ; Ancien conservateur des Musées d’Alise-Sainte-Reine.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page