Navigation – Plan du site
Notes et documents

La nécropole mérovingienne d’Erstein (Bas-Rhin) : étude des textiles minéralisés au contact des fibules

Fabienne Médard, Pascal Rohmer, Christophe Moulherat et Jacques Guillaume
p. 307-322

Résumés

Au cours des années 1999 et 2000, des fouilles de sauvetage ont été menées au lieu dit « Beim Limersheimerweg », non loin de la ville d’Erstein (France, Bas-Rhin). Une importante nécropole datée entre le début du VIe et la fin du VIIe siècle après J.-C. a été mise au jour. 239 sépultures au mobilier funéraire très riche ont été découvertes. Alors que les matières organiques d’origine végétale et animale ont été peu préservées, les nombreuses pièces d’armement (épées longues, scramasaxes, couteaux, pointes de lance), éléments vestimentaires (boucles de ceinture) et éléments de parures (fibules) en fer, bronze ou cuivre ont favorisé la conservation de fragments de tissus restés au contact de la matière métallique. Grâce au processus de minéralisation, de très nombreux vestiges textiles ont été préservés, faisant de la nécropole d’Erstein un site majeur pour la connaissance des pratiques vestimentaires et des tissus mérovingiens.

Haut de page

Texte intégral

I – Présentation du site

1La commune d’Erstein est située dans la plaine d’Alsace, à 18 km au sud de Strasbourg, en bordure de l’Ill. L’agglomération actuelle se développe principalement sur la rive gauche de l’Ill, sur une terrasse de loess d’une épaisseur moyenne de 2 m. La fouille préventive au lieu-dit « Beim Limersheimerweg » a été motivée par l’implantation d’un centre commercial. Après une évaluation destinée à appréhender l’importance du site, elle a été réalisée de juillet 1999 à mai 2000 par l’Association pour les fouilles archéologiques nationales sous la direction de P. Rohmer et avec la collaboration du Service Régional de l’Archéologie d’Alsace. Une seconde intervention a eu lieu en septembre 2003 sur une autre partie de la nécropole. La fouille, financée par l’État, la ville d’Erstein et le centre commercial Leclerc, a mobilisé une équipe de six à treize archéologues ainsi qu’un anthropologue de terrain (fig. 1). D’emblée, il a été décidé de solliciter les compétences du Laboratoire d’Archéologie des Métaux de Nancy-Jarville, afin de prélever dans les meilleurs conditions possibles tous les objets métalliques mis au jour.

Fig. 1. Plan du site d’Erstein (schéma : P. Rohmer).

2La plus grosse partie de la nécropole a été fouillée en 1999-2000 ; une seconde campagne, en 2003, ayant porté le nombre total de sépultures à 258. Les limites est et nord de la nécropole ont ainsi pu être mises en évidence. La limite sud a été perturbée par une loessière dès le XVIIIe siècle. Les tombes sont toutes orientées est/ouest avec la tête du défunt systématiquement placée à l’ouest. Une grande part des objets métalliques étant en cours de stabilisation, l’étude n’est pas encore achevée. Néanmoins, les premiers éléments permettent d’établir une fourchette chronologique qui s’étend du début du VIe au VIIe siècle après J.-C.

II – Les pratiques funéraires

II.1 - L’architecture des tombes

3La nécropole d’Erstein est particulière car elle ne renferme pas moins de 138 chambres funéraires, ce qui représente près de 54 % des inhumations. La tombe masculine de Morken en Rhénanie, publiée par K Böhner en 1959 (Böhner, 1959), a servi de référence pour la typologie des chambres funéraires. Le type de Morken se définit comme un coffre de planches disposées horizontalement, renfermant le cercueil de bois du défunt, placé contre la paroi nord, le reste de l’espace étant dévolu aux offrandes. Dans certaines d’entre elles, notamment sur la rive droite du Rhin, à Klepsau et Herbolsheim (Stein, 1993, p. 3-41), on observe la présence d’un plancher constitué de planches en bois disposées longitudinalement. Si l’origine des chambres funéraires remonte à l’époque romaine tardive, notamment dans le domaine alaman (régions du Main, du Neckar moyen, de l’Altmühltal jusque dans le canton de Schaffhouse), elles sont également connues au Mérovingien précoce. Leur développement va cependant s’accélérer dans le dernier tiers du VIe siècle, y compris dans le domaine franc. Généralement riches en mobilier funéraire, elles ne sont plus, à compter du VIIe siècle, réservées à une élite sociale.

4L’aire de répartition des chambres funéraires, considérées comme résultant d’une influence franque, comprend le nord et le nord-est de la Gaule (Brabant, Ardennes, Lorraine, Franche-Comté, Alsace) (Passard, Urlacher, 2003, p. 143-153). Présentes en faible nombre sur ces territoires, elles sont surtout bien attestées dans le sud-ouest de l’Allemagne, sur la rive droite du Rhin.

5À Erstein, les chambres funéraires accueillent indistinctement hommes, femmes et immatures. Les traces de bois retrouvées en périphérie des fosses d’inhumation permettent d’imaginer avec précision leur agencement. Les fosses, dont les parois de bois ont une épaisseur moyenne de 8 cm, sont fermées par des planches disposées horizontalement dans le sens de la longueur qui, dans certains cas, reposent vraisemblablement sur deux poutres transversales révélées par la présence de traces organiques. Cet agencement particulier pourrait attester l’existence d’une cabane funéraire, mais aucun argument archéologique ne permet de l’affirmer avec certitude.

6Les chambres funéraires, présentes sur l’ensemble de la nécropole, accueillent un cercueil ou un lit funéraire habituellement disposé latéralement dans la partie nord. À ce titre, il est probable qu’un lit funéraire ait remplacé le cercueil dans la chambre funéraire 237, comme en témoigne la céramique ainsi qu’un peigne découverts sous le squelette. Dans trois cas seulement, le corps est placé au sud, dans l’espace libre consacré aux offrandes (sépultures 85, 11 et 219). La présence d’inhumations dans un tronc d’arbre évidé (sépultures monoxyles) est supposée dans deux cas (sépultures 114 et 217) qui devront être confirmés par l’étude anthropologique. Les inhumations en pleine terre, minoritaires, se traduisent par des fosses de creusement ovales ou quadrangulaires aux angles arrondis. Quatre tumulus, répartis au sud et au nord-est, matérialisés par des vestiges de fossés circulaires de 7 à 10 m de diamètre, devaient recouvrir une ou plusieurs sépultures (sépultures 25, 26, 221, 49, 61, 62, 63, 141). Un espace libre autour de la sépulture 136 pourrait correspondre à un cinquième tumulus.

II.2 - Les offrandes alimentaires

7Les offrandes sont principalement constituées d’un ou plusieurs récipients en céramique, de verrerie, vaisselle en bronze, de dépôts d’armes, de pièces de viande dont ne subsistent que les os, ou encore d’oeufs, poissons… D’autres objets en matières périssables, tels que la vaisselle en bois, les textiles, les matières végétales, ont également pu y être déposés et pourraient expliquer la présence d’espaces vides.

8Des offrandes alimentaires étaient présentes dans 111 sépultures, soit près de 40 % du nombre total de tombes, proportion considérable dans le contexte régional. D’une façon générale, la pratique de l’offrande alimentaire est, durant le haut Moyen Âge, en régression par rapport à l’époque gallo-romaine, mais elle a connu de fortes fluctuations régionales. Bien attestée chez les Lombards, les Avars, elle est moins courante dans les domaines franc, alaman et thuringien et peu répandue en France du Nord (Menghin, 2002). Si, en Gaule, le déclin de cette pratique tient sans doute à l’influence de l’Église, elle a subsisté aux VIe et VIIe siècles et même au-delà, à l’extérieur des frontières de l’Empire, dans le Barbaricum germanique. Ici, tradition et paganisme sont restés indistinctement mêlés. La nécropole d’Erstein, malgré sa proximité avec l’aire gauloise, apparaît donc, au moins sur ce point, totalement intégrée au monde germanique.

II.3 – Le mobilier

9Boucles de ceinture, peignes, bassins en bronze, céramique ainsi que couteaux sont des objets communs aux tombes masculines et féminines. Ils sont abondants dans la nécropole d’Erstein.

Le mobilier mixte

10La céramique
La céramique constitue une catégorie de matériel particulièrement bien représentée dans la nécropole d’Erstein. Plus de la moitié des tombes fouillées en contenaient, ce qui représente une proportion bien supérieure à celle que l’on rencontre habituellement dans les nécropoles du sud de la vallée du Rhin supérieur. Les pots prédominent largement, les autres formes telles que les cruches, les pots verseurs, les bols, les écuelles et les gobelets étant plus exceptionnelles. Ces récipients sont généralement accompagnés d’offrandes alimentaires, déposées à côté, et parfois d’un gobelet ou d’un vase en verre. À l’origine, devaient s’y ajouter un ou plusieurs récipients en bois qui n’ont pas été conservés.

11Les bassins en bronze
Aux côtés de la céramique, commune à Erstein, la vaisselle de luxe est représentée par quatre bassins en tôle d’alliage cuivreux mis au jour dans trois sépultures, deux masculines et une féminine. Dans tous les cas, comme dans de nombreuses autres nécropoles, il s’agit de tombes richement dotées appartenant à une classe sociale élevée.

12La verrerie
La verrerie est présente dans douze sépultures, cinq masculines, six féminines et une de sexe indéterminé. Il s’agit principalement de gobelets carénés à bouton terminal ou à fond convexe, en moindre part de flacons (un exemplaire) et de pots (un exemplaire). Dans la moitié des cas, le récipient de verre était associé à une ou plus rarement deux céramiques.

13Les monnaies
Sur l’ensemble du site, de nombreuses monnaies romaines, pour la plupart des iiie et ive siècles, ont été recueillies, soit dans les aumônières, soit suspendues aux châtelaines. Seules deux monnaies mérovingiennes ont été mises au jour, l’une dans l’aumônière en cuir de la tombe masculine 237, la seconde, sous forme d’obole à Charon (dans la bouche du mort) dans la sépulture masculine 47. La première est une monnaie d’argent (demi-silique ?) du royaume ostrogoth (491-553), portant à l’avers l’effigie de Justinien Ier et au revers le monogramme d’un roi ostrogoth, peut-être Baduila (541-552). La seconde, également en argent, est de Justinien Ier (527-575), frappée entre 552 et 565, peut-être à Ravenne.

14Les couteaux
Les couteaux en fer sont très communs dans les sépultures mérovingiennes, qu’elles soient masculines ou féminines. La nécropole d’Erstein en compte 123, présents dans 114 tombes.

15Les peignes
Allant de pair avec leur diversité morphologique et décorative, un nombre exceptionnel de peignes a été mis au jour sur le site d’Erstein (120 pièces). Ils sont constitués d’éléments en os découpés et taillés, maintenus entre des traverses et assemblés grâce à des rivets de fer.

Le mobilier des tombes masculines

16La panoplie « idéale » du guerrier mérovingien comprend, au début du VIe siècle, l’épée longue, le bouclier, l’angon, le long couteau à un tranchant ou « scramasaxe », la hache ainsi que les flèches. Dans la nécropole d’Erstein, les armes sont présentes dans 56 tombes masculines, dont la répartition sur l’ensemble de la nécropole est assez uniforme (fig. 2). C’est à partir de l’association de ce type d’objets qu’il est possible, à l’instar des travaux de R. Christlein (Christlein, 1973, p. 147-180), d’appréhender une hiérarchie sociale, représentée par quatre groupes (Qualitätsgruppen).

Fig. 2. Exemple de sépulture masculine (tombe 192) (cliché : P. Rohmer).

17Les épées longues
L’épée longue ou « spatha », ainsi nommée dans la littérature germanique et les sources historiques concernant les peuples nordiques (Cimbres, Teutons, Suèves), apparaît entre le Ier siècle avant J.-C. et le Ier siècle après J.-C. Pour le haut Moyen Âge, elle est mentionnée dans une lettre du roi Théodoric le Grand au roi des Vandales. À Erstein, l’épée longue est présente dans quinze tombes. Au VIe siècle et au début du siècle suivant, c’est encore une arme légère, dont la lame à deux tranchants rapportés est le plus souvent damassée. Les quinze exemplaires d’Erstein mesurent entre 86 cm de long, pour la plus courte (sépulture 204), et 94,5 cm (sépulture 262), pour la plus longue. La largeur des lames est comprise entre 4,6 cm (sépulture 241) et 6,5 cm (sépulture 192). Bien que très corrodées, et malgré le fait qu’elles ne soient pas encore toutes restaurées, les épées d’Erstein sont notamment intéressantes pour l’étude des fourreaux dont les matières organiques sont remarquablement conservées (bois, cuir, fourrure, tissu ; étude menée par Cécile Pillard-Jude, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives).

18Les boucliers
Les quinze boucliers, qui constituent à Erstein l’unique arme défensive, étaient en bois d’aulne ou de peuplier, dont il ne subsiste que des traces fixées sur la partie centrale : l’umbo et le manipule à son revers, tous deux en fer forgé (étude effectuée par Willy Tegel, Labor für Holzanalyse, Bohlingen, Allemagne).

19Les fers de lance
Retrouvés dans trente-huit sépultures masculines, ils étaient toujours déposés à côté du corps, dans la partie sud de la tombe destinée aux offrandes. Ils étaient placés au niveau du crâne (seize cas), ou des pieds. La plupart des lances recueillies présentent une douille fendue, caractéristique du VIe siècle, et une flamme ovale ou losangique. Certaines d’entre elles comportent un décor de losanges estampés.

20Les scramasaxes
Présents dans vingt-huit sépultures, leur localisation par rapport au défunt est remarquable en ce sens qu’ils reposent en position oblique sur le bassin, ou le long du bras gauche, le plus souvent calés entre ce dernier et le thorax. Contrairement au premier cas, où l’arme peut être fixée à la ceinture, il s’agit manifestement d’un dépôt dans le second cas. L’orientation la plus fréquente du scramasaxe, la pointe curieusement dirigée vers l’ouest, renforce cette interprétation.

21Les pointes de flèches
Mises au jour dans sept sépultures, elles ont en commun une douille ouverte et une flamme ovale, caractéristiques ne permettant pas une datation précise. Leur localisation dans la sépulture est variable, mais reste généralement proche de la partie supérieure du corps.

22Les haches
Les haches sont présentes dans trois sépultures seulement. La hache à tranchant symétrique et « marteau » à l’opposé de la tombe 202 est la plus précoce (type N de W. Hübener ; Hübener, 1980, p. 65-127) ; elle est datée de la deuxième moitié du Ve siècle et de la première moitié du VIe. La hache dissymétrique de la tombe 41 (forme K de W. Hübener) appartient à la deuxième moitié du VIe siècle. Celle de la tombe 101, à tranchant symétrique et épaississement au niveau de l’œil (forme G de W. Hübener), est connue dans la seconde moitié du VIe siècle et au début du VIIe.

23Les aumônières
Ces pochettes, généralement en cuir, plus rarement en bois, sont dotées d’un fermoir en fer et exceptionnellement de garnitures en alliage cuivreux. Elles sont fixées à la ceinture, sur l’abdomen ou dans le dos. À Erstein, elles concernent la majorité des tombes masculines et contiennent, aux côtés des couteaux, épingles, alênes et pinces à épiler, de menus objets, à nos yeux souvent insignifiants, mais sans doute chargés d’une valeur symbolique pour leur propriétaire. Il s’agit de monnaies romaines, présentes dans dix-huit aumônières, de fragments de verre ou de tessons de céramique sigillée.

Le mobilier des tombes féminines

24Avec les armes, la parure féminine est sans doute l’élément le plus spectaculaire du mobilier funéraire et constitue en outre un bon marqueur chronologique (fig. 3).

Fig. 3. Exemple de sépulture féminine (tombe 49) (cliché : P. Rohmer).

25Les bagues et les boucles d’oreille
Les bagues sont rares dans la nécropole d’Erstein - quatre paires seulement ont été mises au jour - contrairement aux autres nécropoles du nord-est de la Gaule. Contrastant avec la richesse des fibules, elles sont en outre de qualité médiocre.

26Les perles et les fusaïoles
Plusieurs milliers de perles, recueillies presque exclusivement dans les tombes féminines, appartiennent en majeure partie aux colliers et, dans une moindre mesure, aux bracelets. La plupart des grains sont en verre (verre translucide ou pâte de verre opaque, souvent agrémentée de filets ou de points de couleur, millefiori), mais il en existe aussi en améthyste, en ambre, en nacre et en alliage cuivreux.

27Les fibules
Les fibules occupent une place prépondérante parmi les vestiges mis au jour. Objets utilitaires, ce sont aussi, dans la plupart des cas, des bijoux précieux qui contribuent à afficher le rang social de leur propriétaire. Les fibules peuvent être regroupées, pour le VIe siècle, en deux familles : les petites fibules qui ferment le vêtement à la partie supérieure du thorax et les grandes fibules ansées, qui leur sont en principe complémentaires. Ces dernières sont fixées à la partie inférieure du vêtement, conformément à une mode commune à tous les Germains occidentaux.

28À Erstein, les petites fibules sont essentiellement des fibules discoïdes ou « rosettes » cloisonnées de grenats. Moins nombreuses, les fibules en « S », à deux chefs de monstres antithétiques, ou les fibules aviformes sont aussi représentées. À la fin du VIe siècle, la mode des deux paires de fibules disparaît et laisse place à la coutume de ne porter qu’une seule fibule sur la partie supérieure du thorax. À Erstein, au demeurant peu nombreuses, ces fibules uniques sont fabriquées dans un alliage cuivreux. Les fibules cloisonnées, originaires de l’empire byzantin, ont été diffusées dans les régions septentrionales (du nord des Alpes au sud de l’Angleterre). Adoptées par les Francs de Rhénanie durant la première moitié du VIe siècle, elles sont dès lors fabriquées dans des ateliers régionaux.

29Les châtelaines et les pendentifs
La châtelaine, accrochée à la ceinture et permettant de suspendre des amulettes et des objets de la vie quotidienne, peut être lestée d’une grosse perle de verre à son extrémité, ou encore d’un pendentif en os hémisphérique, dont une face est gravée d’un cercle et d’ocelles, des éléments de parure très abondants au VIe siècle entre Meuse et Rhin. Dans les tombes du VIe siècle, la châtelaine est simplement constituée d’un lien végétal ou de cuir, parfois fixé à un ou plusieurs anneaux en fer, en alliage cuivreux ou plus rarement en plomb.

30La lame de tisserand
Cet instrument, le « Webschwert » de la littérature germanique, exclusivement lié aux tombes féminines et parfois confondu avec une épée en raison de sa forme, a été déposé à la droite du corps avec une fusaïole dans la tombe 239. Encore en usage de nos jours, mais sous une forme différente, il était sans doute utilisé pour tasser les fils de trame lors du tissage. J. Werner considérait qu’il pouvait également être en bois et, pour cette raison, non retrouvé dans les sépultures (Werner, 1962, p. 34, 164 et suiv.). En usage aux VIe et VIIe siècles, les lames de tisserand sont l’apanage des tombes riches, comme le confirme la découverte d’Erstein. Peu fréquentes en Gaule (par exemple à Nancy et Villey-Saint-Étienne en Lorraine), elles sont cependant plus abondantes hors de ses limites orientales. Leur répartition est très large : Italie, Pannonie, chez les Lombards, en Bohême, Thuringe et jusqu’en Angleterre et en Scandinavie (Salin, 1939, p. 156-157).

III – Les vestiges textiles

III. 1 – Conditions de conservation et abondance des découvertes

31Nous venons de le voir, le nombre élevé de sépultures mises au jour à Erstein a permis d’exhumer un matériel considérable. L’importance de la nécropole pour la connaissance des pratiques funéraires et des modes de vie à l’époque mérovingienne a été reconnue par les autorités archéologiques françaises et des crédits ont été attribués à la conservation et à la restauration de l’ensemble des vestiges. Ainsi, une première série d’objets a été présentée lors d’une exposition accueillie par le Musée Archéologique de Strasbourg, du 22 octobre 2004 au 31 août 2005 (Trésors mérovingiens d’Alsace, 2004), puis à Erstein. Cette exposition participe à la connaissance du site au travers d’objets remarquablement conservés.

32Cette qualité de conservation a favorisé la découverte de restes textiles ; certains artefacts en portaient la trace visible au moment de leur mise au jour, d’autres n’ont été détectés qu’au moment de la restauration, lors du nettoyage des objets. À l’heure actuelle, tous les vestiges n’ont pas encore été traités ; il est donc probable que de nouveaux restes textiles apparaissent à mesure que progressent les travaux de conservation et de restauration.

33Pour l’heure, des textiles ont été repérés sur des artefacts très différents, dont le point commun est d’être métalliques, en alliage cuivreux, en fer ou en argent. Préservés grâce à un processus conduisant au remplacement total ou partiel de la matière organique par un matériau inorganique, les textiles ont été minéralisés. Pour qu’un tel phénomène se produise, l’objet doit avoir la particularité de se corroder rapidement (fer ou alliage cuivreux, par exemple) ; le textile est alors, soit imprégné, soit recouvert de sels produits lors de la corrosion.

34Boucles et garnitures de ceinture, anneaux, umbos de bouclier, scramasaxes, couteaux, épées, fourreaux d’épées et fibules portent ainsi la trace des textiles avec lesquels ils étaient en contact dans la sépulture (fig. 4). Parmi ces objets, les fourreaux d’épées constituent un lot particulièrement intéressant. Le contact de la lame avec l’intérieur du fourreau a favorisé la conservation des matières organiques constituant ces derniers : bois, fourrures, cuirs et textiles ont ainsi été préservés (Pillard, 2000 ; Pillard-Jude, 2004, p. 54-55). Ce lot de matériel devrait prochainement faire l’objet d’une étude spécifique, associant plusieurs spécialistes de l’identification des bois et matières végétales, de celle des matières animales (cuirs et fourrures) et de l’analyse des vestiges textiles.
Pour le moment, une première mise en valeur du matériel d’Erstein a permis d’effectuer une étude consacrée aux tissus préservés au contact des fibules.

Fig. 4. Lame de couteau présentant des traces de textiles minéralisés (cliché : F. Médard et C. Moulherat).

III.2 – Les restes textiles minéralisés au contact des fibules

35Plus de 80 fibules, associées à 35 sépultures, ont été découvertes dans la nécropole d’Erstein. Admirablement conservées pour la plupart, elles sont de formes et de dimensions variables. Des traces de textiles ont été observées sur 10 d’entre elles. Hormis les sépultures 8 et 165, qui contenaient chacune deux fibules portant des vestiges textiles, les autres, à savoir les sépultures 22, 49, 92, 148, 159 et 211, ne contenaient qu’une seule fibule présentant des traces textiles (fig. 5a, b). Dans la sépulture 121 se trouvait une boucle de ceinture avec quelques restes textiles incrustés en surface (fig. 5c).

Fig. 5. Exemples d’objets présentant des traces textiles. a. Fibule ansée digitée avec grenats, issue de la sépulture 159 ; b. fibule ansée issue de la sépulture 49 ; c. boucle de ceinture issue de la sépulture 121 (clichés : F. Médard).

Présentation du matériel

36L’ensemble des fibules (auxquelles s’ajoute une boucle de ceinture), répertoriées avec des traces textiles, datent du VIe siècle. Selon l’ordre de numérotation des sépultures, elles se répartissent ainsi :

37- Sépulture nº 8 : 2ème moitié du VIe siècle :
fibules nos 10 et 11 : fibules ansées digitées en argent et grenats ;

38- Sépulture nº 22 : 2ème tiers du VIe siècle :
fibule nº 9 : fibule ansée en argent ;

39- Sépulture nº 49 : 2ème moitié du VIe siècle :
fibule nº 17 : fibule ansée digitée en argent ;

40- Sépulture nº 92 : 1ère moitié du VIe siècle :
fibule nº 2.2 : fibule ansée en argent.

41- Sépulture nº 121 : 2ème quart du VIe siècle :
fibule nº 9 : boucle de ceinture en bronze et fer ;

42- Sépulture nº 148 : 2ème tiers du VIe siècle :
fibule nº 9 : fibule discoïde en argent et grenats ;

43- Sépulture nº 159 : 2ème moitié du VIe siècle :
fibule nº 11 : fibule ansée digitée en argent et grenats ;

44- Sépulture nº 165 : 2ème moitié du VIe siècle :
fibules nº 11 (1 et 2) : fibules ansées en argent ;

45- Sépulture nº 211 : fin du VIe siècle :
fibule nº 5 : fibule discoïde en argent.

État de conservation des vestiges textiles

46Les tissus sont généralement conservés sur de faibles surfaces : 0,8 cm2 en moyenne. Dans l’ensemble, les restes textiles sont localisés sur les revers de fibules, mais on recense quelques cas de conservation sur les avers : il s’agit des objets associés aux sépultures nos 49, 92, 121 et 165 (1 et 2). Dans l’ensemble, les tissus localisés sur les avers de fibules sont les mieux conservés : moins corrodés et plus souples, ils sont aussi de dimension supérieure.

47Les restes de tissus ne présentent pas tous le même degré de minéralisation. Certains sont fortement minéralisés (fibules issues des sépultures 159 et 18) : leur couleur est rouille sombre, leur texture extrêmement dure, et les prélèvements de matière première s’effectuent en force, en cassant une petite partie de la matière minéralisée. D’autres, moins corrodés, sont de couleur rouille, pas nécessairement très sombre, et leur texture est dure (fibules issues des sépultures 8, 22, 49 et 148). D’autres, enfin, sont très peu minéralisés, voire pas du tout. Ces vestiges ont été conservés au contact du métal, mais la substitution entre matière organique et matière minérale n’a pas encore eu lieu. Les tissus conservent une partie de leur souplesse et ils sont généralement de couleur beige claire (fibules issues des sépultures 92, 165.11 (1 et 2), 211 et boucle de ceinture issue de la sépulture 121).

III.3 – Analyse technique des tissus

Identification des fibres textiles (Christophe Moulherat)

48Aucune trace de coloration n’a pu être décelée. Chaque reste textile a fait l’objet d’un prélèvement dans le but d’identifier le matériau dans lequel il a été confectionné. Nous avons pris soin que les deux directions du tissage (sens chaîne et trame) soient représentées à chaque prélèvement, afin de déterminer si des matières premières différentes ont été employées pour la réalisation du même tissu. Une quinzaine d’analyses ont ainsi été effectuées.

  • 1  Les avantages du microscope électronique par rapport au microscope optique sont :
    - un grossissemen (...)

49La préparation des échantillons pour leur identification est spécifique aux fibres minéralisées. On procède au prélèvement d’un échantillon dont la taille n’excède pas 5 mm2. Préalablement recouvert d’une fine couche d’or pour rendre la surface conductrice, celui-ci est alors observé au microscope électronique à balayage1.

50Les matériaux représentés sont la laine et le lin.
La laine : en vue longitudinale, quel que soit l’échantillon observé, il s’agit de fibres allongées avec des écailles dont l’épaisseur (environ 0,6 µm) et la forme (en mosaïque) permettent de préciser leur appartenance au mouton. En coupe transversale, les sections sont circulaires. De nombreuses fibres médulleuses sont associées aux fibres les plus grosses. L’altération des fibres ne permet pas de déceler une quelconque pigmentation. Par conséquent, il s'agit de laine de mouton ; la présence de fibres à forts diamètres rappelle les laines appartenant à des toisons de qualité moyenne (fig. 6).

51Le lin : la plupart des fibres sont isolées et non regroupées en faisceau, comme c'est généralement le cas des fibres libériennes. En vue longitudinale, les fibres se présentent sous une forme cylindrique assez régulière avec quelques plis de flexion en X. Quand il est possible de les voir, leurs extrémités se terminent brusquement en pointe, en spatule, ou s’arrondissent. En coupe transversale, la section est polygonale, mais avec des angles plutôt arrondis et un lumen petit et très fin. Le diamètre des fibres varie entre 5 et 25 µm, la moyenne étant le plus souvent autour de 18 (fig. 7).

Fig. 6 (à gauche). En haut : tissu de laine en vue macroscopique (tombe 121) (cliché : F. Médard). En bas : fibres de laine vues au microscope électronique à balayage (tombe 8) (cliché : C2RMF, C. Moulherat).

Fig. 7 (à droite). En haut : tissu de lin en vue macroscopique (tombe 49) (cliché : F. Médard). En bas : fibres de lin vues au microscope électronique à balayage (tombe 49) (cliché : C2RMF, C. Moulherat).

Caractéristiques de fabrication des tissus

52En l’absence de lisière, les sens chaîne et trame ne sont pas identifiables : ils sont donc notés OX et OY, selon une norme mise au point par H. Masurel (Masurel, 1990). Par ailleurs, nous devons ici rappeler que les restes textiles analysés sont de petites dimensions : les caractéristiques techniques mises en évidence ne sont donc pas nécessairement représentatives du tissu dans son intégralité.

53- Sépulture nº 8 / fibule nº 10
Tissu 1 : sergé 2 lie 2
OX : fil simple - torsion S – diamètre : 0,5 mm – matériau : laine – réduction : 12 fils
OY : fil simple - torsion Z – diamètre : 0,5 mm – matériau : laine – réduction : 15 fils
Tissu 2 : toile à aspect reps
OX : fil simple - torsion Z – diamètre : 0,4-0,5 mm – matériau : laine – réduction : 22 fils
OY : fil simple - torsion Z – diamètre : 0,4-0,5 mm – matériau : laine – réduction : 14 fils

54- Sépulture nº 8 / fibule nº 11
Tissu 3 : sergé
OX : fil simple - torsion Z – diamètre : 0,4-0,5 mm – matériau : laine – réduction : 13-15 fils
OY : fil simple - torsion Z – diamètre : 0,4-0,5 mm – matériau : laine – réduction : 13-15 fils

55- Sépulture nº 22 / fibule nº 9
Tissu 4 : sergé 2 lie 2
OX : fil simple - torsion Z – diamètre : 0,4-0,5 mm – matériau : laine – réduction : 12 fils
OY : fil simple - torsion S – diamètre : 0,4-0,5 mm – matériau : laine – réduction : 12 fils

56- Sépulture nº 49 / fibule nº 17
Tissu 5 : toile à aspect reps
OX : fil simple - torsion Z et S – diamètre : 0,4 mm – matériau : lin – réduction : 22 fils
OY : fil simple - torsion Z et S – diamètre : 0,4 mm – matériau : lin – réduction : 16 fils

57- Sépulture nº 92 / fibule nº 2.2
Tissu 6 : toile équilibrée
OX : fil simple - torsion Z et S – diamètre : 0,4 mm – matériau : lin – réduction : 13 fils
OY : fil simple - torsion Z et S – diamètre : 0,4 mm – matériau : lin – réduction : 12 fils

58- Sépulture nº 121 / fibule nº 9
Tissu 7 : toile équilibrée
OX : fil simple - torsion Z – diamètre : 0,5 mm – matériau : laine – réduction : 14 fils
OY : fil simple - torsion Z – diamètre : 0,5 mm – matériau : laine – réduction : 14 fils

59- Sépulture nº 148 / fibule nº 9
Tissu 8 : toile équilibrée
OX : fil simple - torsion Z – diamètre : 0,5 mm – matériau : lin – réduction : 12 fils
OY : fil simple - torsion Z – diamètre : 0,5 mm – matériau : lin – réduction : 12 fils

60- Sépulture nº 159 / fibule nº 11
Tissu 9 : toile à aspect reps
OX : fil simple - torsion Z et S – diamètre : 0,2-0,3 mm – matériau : lin – réduction : 33 fils
OY : fil simple - torsion Z et S – diamètre : 0,2-0,3 mm – matériau : lin – réduction : 16 fils

61- Sépulture nº 165 / fibule nº 11 (1)
Tissu 10 : toile à aspect reps
OX : fil simple - torsion Z et S – diamètre : 0,4 mm – matériau : lin – réduction : 20 fils
OY : fil simple - torsion Z – diamètre : 0,4 mm – matériau : lin – réduction : 15 fils

62- Sépulture nº 165 / fibule nº 11 (2)
Tissu 11 : toile à aspect reps
OX : fil simple - torsion Z et S – diamètre : 0,4-0,5 mm – matériau : lin – réduction : 16 fils
OY : fil simple - torsion Z – diamètre : 0,4-0,5 mm – matériau : lin – réduction : 14 fils

63- Sépulture nº 211 / fibule nº 5
Tissu 12 : toile à aspect reps
OX : fil simple - torsion Z et S – diamètre : 0,4-0,5 mm – matériau : lin – réduction : 20 fils
OY : fil simple - torsion Z et S – diamètre : 0,4-0,5 mm – matériau : lin – réduction : 12 fils

Analyse des fils

64Tous les fils analysés sont des fils simples. La plupart d’entre eux mesurent entre 0,4 et 0,5 mm de diamètre. Le sens de tissage n’a aucune influence sur ces dimensions ; les fils de chaîne et de trame sont de dimensions quasiment équivalentes. Seul le tissu 9 atteste l’utilisation de fils plus fins : compris entre 0,2 et 0,3 mm de diamètre, ils sont fortement minéralisés.

65Plus que le diamètre des fils, les sens de torsion sont intéressants. La torsion Z est environ deux fois mieux représentée que la torsion S (respectivement 65 % et 35 %). Les fils en Z, parfois associés avec des fils en S, peuvent aussi être employés exclusivement pour la réalisation d’un tissu (tissus 2, 3, 7, 8). Les fils de torsion S ne sont jamais utilisés pour former à la fois la chaîne et la trame du tissu. Lorsqu’ils apparaissent, ils sont systématiquement associés à des fils de torsion Z (tissus 1, 4, 5, 6, 9, 10, 11, 12). L’utilisation conjointe des torsions S et Z est fréquente, elle caractérise environ 65 % des tissus examinés. Une observation intéressante tient à l’alternance des fils tordus en S et en Z dans un même sens de tissage (soit en chaîne, soit en trame, soit dans les deux sens) (tissus 6, 9, 12). Cette alternance ne semble pas forcément régulière, mais les petites surfaces de tissu conservé ne permettent pas toujours de repérer un rythme ou une répétition des « motifs ». Les pièces de tissu les mieux conservées permettent pourtant d’observer une alternance plus ou moins régulière. C’est le cas des tissus 10 et 11, issus de la même sépulture et appartenant probablement à la même pièce au vu de leurs caractéristiques techniques. Dans le sens de tissage noté OX, on observe des fils tordus alternativement en S et en Z, groupés deux à deux. Le tissu 5 atteste également une alternance régulière de fils tordus en S et en Z, répartis par groupes de 10 dans le sens de tissage noté OX.

Réductions et armures de tissage

66En OX, les réductions sont comprises entre 12 et 33 fils / cm ; la moyenne se situe à 17,3 fils / cm. En OY, elles sont comprises entre 10 et 16 fils / cm ; la moyenne se situe à 13,5 fils / cm.

67Sur les 12 tissus examinés, 3 sont en armure sergé et 9 sont en armure toile (fig. 8). Les armures toile comprennent les toiles équilibrées et les toiles à aspect reps. Ces dernières élèvent le nombre moyen de fils tissés en OX, car l’obtention de l’effet reps implique un tassement supérieur des fils dans l’un ou l’autre sens du tissage. Hormis les toiles à aspect reps, les tissus examinés présentent une réduction plus ou moins équivalente dans les deux sens de tissage.

Fig. 8. À gauche : sergé de laine en vue macroscopique (tombe 22). À droite : toile de lin en vue macroscopique (tombe 49) (clichés : F. Médard).

III.4 – Les découvertes d’Erstein dans le contexte de la production textile mérovingienne

Matières premières, fils, réductions et armures de tissage

68Bien qu’il ne s’agisse pas des seules matières textiles usitées à l’époque mérovingienne, la laine et le lin constituent sans doute les matériaux les plus répandus. Leur présence a été de nombreuses fois attestée, à Crotenay (Jura), par exemple (étude en cours par Christophe Moulherat), et à Nouvion-en-Ponthieu (Somme) (Moreau, 1985). À Crotenay, le nombre de tissus de laine représente plus des deux tiers des tissus étudiés ; à Nouvion, il semblerait que le lin ait été utilisé de façon quasi exclusive, mais il peut s’agir d’un problème de conservation différentielle. Le lin et la laine ont également été identifiés sur les textiles mérovingiens des Ve et VIe siècle de Bâle (Suisse, canton de Bâle-ville), Achleitheim (Suisse, canton de Schaffhouse), Flaach (Suisse, canton de Zurich), Rodersdorf (Suisse, canton de Soleure) (Rast-Eicher, 2003, p. 113). Ces tissus en lin, en laine, ou formés d’un mélange des deux matières, sont tissés en armure toile. Comme les tissus d’Erstein présentés ici, ils sont conservés sur des fibules.

69Nous avons eu l’occasion de le souligner, certains tissus présentent une alternance plus ou moins régulière de fils tordus en S et en Z dans l’un, l’autre, ou dans les deux sens de tissage. Quelles hypothèses permettent d’expliquer cette situation ?
- Il peut s’agir d’une recherche esthétique dont l’objectif consiste à créer un effet visuel. Il est possible d’imaginer qu’à chaque sens de torsion correspondent des fils de couleurs différentes ; dans ce cas, le travail de sélection des fils est facilité par l’emploi des couleurs. On peut également imaginer des fils de même coloris ; dans ce cas, le travail de sélection des fils est plus délicat et plus méticuleux. Il résulte de l’utilisation alternée de fils de torsion différente, un effet visuel ; selon qu’ils sont tordus en S ou en Z les fils ne renvoient pas la lumière de la même façon.
- Il peut s’agir d’un choix technique : en associant des fils de torsion différente le tisserand renforce la cohésion et le maintien de la toile.

70Dans les deux cas, la finesse et l’attention accordée au tissage doivent être soulignées. Il ne s’agit pas de toiles ordinaires, car les fils ont été sélectionnés en fonction de leur sens de torsion et soigneusement disposés par groupes (fig. 9). Ce phénomène n’est pas isolé : la découverte récente d’un tissu minéralisé sur le site de Geispolsheim (Bas-Rhin) (Billoin et alii, 2005, p. 257-259) témoigne de l’utilisation alternée de fils de torsion différente, les changements de torsion étant effectués tous les 3 à 4 fils. La tombe 835 du site de Schleitheim (Suisse, canton de Schaffhouse) a également livré un tissu de ce type, entre autres restes textiles conservés au contact de fibules (Rast-Eicher, 2003, p. 113 ; Burzler et alii, 2002).

Fig. 9. Tissu en lin constitué de fils tordus en S et en Z alternativement, dans les deux sens de tissage (tombe 165) (cliché : F. Médard).

71D’une manière générale, les réductions de tissage représentées à Erstein sont comparables avec celles d’autres textiles mérovingiens issus d’autres sites. Avec des valeurs comprises entre 12 et 33 fils dans un sens et entre 10 et 16 fils dans l’autre, les tissus d’Erstein s’apparentent au groupe de tissus des Ve et VIe siècle de Bâle (Suisse, canton de Bâle ville), Achleitheim (Suisse, canton de Schaffhouse), Flaach (Suisse, canton de Zurich), Rodersdorf (Suisse, canton de Soleure), dont les réductions se situent entre 15 et 28 fils (Rast-Eicher, 2003, p. 113). Dans l’ensemble et à l’exception de quelques exemplaires (tissus 9, 5, 2), il s’agit de toiles de densité « moyenne », à l’instar des tissus nos 5 et 6 issus de la tombe féminine du VIIe siècle mise au jour dans l’église réformée de Bülach (Suisse, canton de Zurich) (Amrein et alii, 1999, p. 92). Les armures de tissage sont également de type « classique », avec une forte représentation des armures toiles.

72Les tissus d’Erstein s’inscrivent donc dans la production textile mérovingienne, telle qu’on est actuellement en mesure de l’apprécier au travers des vestiges textiles. Ils ne diffèrent pas de la plupart des tissus mis au jour dans des contextes similaires, tant au niveau des matières premières, des armures de tissage que des réductions. D’après nos observations, ils s’agit de pièces relativement fines, de confection parfois soignée, mais rien n’indique si elles étaient ou non précieuses. La qualité d’exécution pourrait renvoyer au riche mobilier des sépultures dont proviennent les textiles examinés - la seule présence de fibules, parfois très ouvragées, atteste le rang social des défuntes. Il ne serait donc pas surprenant que les corps aient été parés de vêtements en accord avec ce rang.

Le costume mérovingien à la lumière des découvertes textiles

73Si la présence de textiles sur les revers de fibules est liée au mode d’utilisation de ces objets, dont la partie inférieure est au contact du tissu qu’ils maintiennent, les traces textiles sur les avers impliquent que des étoffes recouvraient, au moins partiellement, les fibules au moment de l’inhumation. Par un jeu de plissés, elles peuvent correspondre aux plis d’une étoffe retombant partiellement sur les fibules, ou à un éventuel linceul enveloppant le corps et les dépôts funéraires (cette pratique est notamment attestée dans la sépulture d’Arégonde, dont le corps était recouvert d’une toile de chanvre).

74Les fibres textiles mises en évidence (lin et la laine) sont cohérentes avec un usage vestimentaire des textiles, dont nous savons par ailleurs peu de choses compte tenu de la rareté et des faibles dimensions des étoffes généralement conservées. Un exemple parmi les plus éloquents est celui de la sépulture d’Arégonde mise au jour dans la Basilique de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) (Dossiers de l’Archéologie, 1979, p. 27-41, 66-88 ; Fleury, France-Lanord, 1998). Grâce à des conditions de conservation exceptionnelles, les restes textiles, encore abondants, ont permis de reconstituer la totalité du costume que portait la reine lors de son inhumation. Étoffes de soie, broderie de fils d’or témoignent du caractère exceptionnel de cette sépulture, offrant peu d’éléments de comparaison avec les découvertes textiles d’Erstein, pas plus qu’avec de nombreuses autres découvertes textiles de cette époque. D’autres découvertes d’exception tendent à fausser notre perception de la production textile mérovingienne : datée du VIIe siècle, la fibule estampée de la tour de Trême, en Gruyère (Suisse, canton de Fribourg), en est un exemple. Un des textiles minéralisés en surface de cette fibule est une tapisserie en lin dont les motifs décoratifs sont obtenus à l’aide d’une trame supplémentaire. Les fils de chaîne, tordus en S, renvoient, quant à eux, aux traditions de filage proche-orientales ; cette tapisserie ne trouve guère de comparaison parmi les vestiges textiles mérovingiens découverts en Europe. Il s’agit vraisemblablement d’une pièce rare et, pour cette raison, remarquée (Graenert, Rast-Eicher, 2003, p. 158-172).

75On l’aura compris, ce que nous savons du costume mérovingien ne tient pas nécessairement aux découvertes les plus spectaculaires, peu représentatives des habitudes vestimentaires les plus répandues. À l’heure actuelle, les découvertes textiles effectuées en France sont encore trop peu nombreuses ou trop peu étudiées, pour permettre de reconstituer le costume du haut Moyen Âge. Fort heureusement, les sources d’informations sont diversifiées et les données iconographiques (fresques, illustrations de psautiers, stèles funéraires…) et les textes « complètent avec bonheur les indices archéologiques. » (Schnitzler, 2004, p. 30-32).

76D’une manière générale, le costume féminin du VIe siècle, tel qu’il devait être porté par les défuntes de la nécropole d’Erstein, était constitué d’une longue tunique, également appelée « robe » par certains auteurs, fermée, à la partie supérieure, par une paire de petites fibules, le plus souvent cloisonnées, parfois aviformes ou en « S ». Au niveau du bassin, le vêtement était fermé par une paire de fibules ansées, le plus souvent décalées dans le sens de la hauteur et portées la tête en bas. Dans une minorité de tombes, l’absence d’une seconde fibule ansée pose problème. S’agit-il d’une mode vestimentaire ou bien de la perte d’un objet précieux du vivant de sa propriétaire ?

77Dès le début du VIIe siècle, la mode des deux paires de fibules disparaît au profit d’une fibule unique, le plus souvent discoïde, ici en alliage cuivreux, fermant le vêtement à la partie supérieure du thorax. On est mal renseigné sur la présence éventuelle d’autres pièces de vêtement : voile, cape ou manteau, dans la mesure où ils n’ont pas laissé de traces tangibles d’accessoires métalliques et faute de galons de métal précieux brodés sur les manches comme il en existe dans les tombes aristocratiques et dans celles des sujets de cours princières. Les épingles métalliques sont souvent considérées comme ayant pu avoir joué un rôle dans la fixation du vêtement mais, à Erstein, la plupart d’entre elles étaient placées dans l’aumônière. Une seule, retrouvée à proximité du crâne de la défunte, semble plus vraisemblablement avoir été en relation avec sa coiffure qu’avec un quelconque vêtement.

Conclusion

78Erstein est un site important pour la connaissance des modes de vie à l’époque mérovingienne. Nous souhaitons profiter de l’occasion qui nous est donnée ici pour dresser un rapide état des recherches textiles mérovingiennes sur le sol français. La nécropole d’Erstein et les nombreuses découvertes qui y ont été faites s’inscrivent dans un contexte archéologique où les connaissances sont lacunaires. Pour ce qui concerne plus spécifiquement les textiles, la recherche française liée au haut Moyen Âge souffre d’importantes lacunes. À ce jour, les études de matériel sont encore rares et ne permettent pas d’obtenir une idée précise de ce qu’était l’artisanat textile à cette époque. Quelques études approfondies ont été effectuées, mais elles sont souvent liées à des sépultures de prestige, qui pour être très intéressantes, ne sont pas forcément représentatives. Il est curieux et finalement assez décevant de constater que les travaux d’Albert France-Lanord sur les sépultures de Saint-Denis, pour ne citer que les plus spectaculaires, n’ont pas fait d’émules avant ces dernières années. Des centaines, sinon des milliers de sépultures ont été fouillées depuis les années cinquante sans que des observations aient été réalisées sur les tissus, dont la présence n’a pourtant pas toujours échappé aux fouilleurs, comme le montrent les illustrations des publications. Reprendre ce matériel pour étude s’avère extrêmement difficile, car les vestiges textiles ont disparu lors des restaurations ou n’ont pas résisté du fait de leur fragilité. Il semble que désormais, l’intérêt pour les textiles soit admis par la communauté scientifique, mais il serait à l’avenir très instructif de confronter les textiles associés aux fibules à des exemplaires recueillis dans d’autres sépultures et associés à d’autres objets. On obtiendrait ainsi des précisions sur le choix des étoffes, sur la différenciation sociale exprimée au travers des différentes qualités de vêtements, sur les pratiques vestimentaires masculines et féminines. De par son importance, la qualité des fouilles et les bonnes conditions de conservation des vestiges en matière organique, le site d’Erstein nous offre cette opportunité.

Glossaire

79Armure : mode d’entrecroisement des fils de chaîne et de trame, suivant des règles nettement définies, en vue de la production d’un tissu ou d’une partie de tissu. Quel que soit le type de métier utilisé, les fils de trame passent perpendiculairement au-dessus et au-dessous des fils de chaîne.

80Armure toile : armure dont le rapport se limite à deux fils et deux coups, et dans laquelle les fils impairs et pairs alternent à chaque coup, au-dessus et au-dessous de la trame.

81Armure toile à aspect reps : tissu en armure toile dont les coups de trame sont plus tassés que les fils de chaîne et recouvrent complètement ces derniers. On précise toile à aspect reps par la trame. À l’inverse, il existe des toiles à aspect reps par la chaîne (ne pas confondre avec l’armure reps).

82Armure reps : armure à côtes longitudinales plus ou moins larges, formées par des flottés de trame reposant sur une armure de fond.

83Armure sergé : armure caractérisée par des côtes obliques obtenues en déplaçant d’un seul fil de chaîne, vers la droite ou vers la gauche, tous les points de liage à chaque passage de la trame. Les sergés se définissent par une suite de nombres dont la somme détermine le rapport d’armure et qui indiquent la longueur respective des flottés et des liages, ainsi que leur répartition dans le rapport d’armure.

84Chaîne : ensemble de fils longitudinaux d’un tissu. Ils sont tendus dans la longueur du métier et passés dans les organes chargés de les actionner. Sur les métiers verticaux, ils correspondent aux fils tendus dans le sens vertical.

85Fil simple ou filé : fil simple produit par la filature de fibres. Il peut s’utiliser ainsi ou constituer les éléments de base d’un fil retors.

86Fil retors : fil constitué de deux ou plusieurs fils simples retordus ensemble. Le sens de torsion adopté lors du retordage est souvent contraire à celui de la première torsion.

87Flotté : enjambement d’un fil de chaîne au-dessus ou au dessous de plusieurs coups de trame contigus, ou d’une trame au-dessus ou au dessous de plusieurs fils de chaîne contigus.

88Liage (point de liage) : lieu où un fil de chaîne et un fil de trame changent de position l’un par rapport à l’autre.

89Réduction : nombre de fils de chaîne ou de trame contenus dans un centimètre.

90Trame : fil disposé transversalement aux fils de chaîne dans un tissu.

91Torsion : action de tordre un fil ou un groupe de fils. Le sens de torsion s’indique par les lettres S ou Z suivant que l’inclinaison des spires du fil formé correspond à celle de la barre médiane de la lettre indiquée.

Haut de page

Bibliographie

Amrein H., Rast-Eicher A., Windler R., 1999, « Neue Untersuchungen zum Frauengrab des 7. Jahrhunderts in der reformierten Kirche von Bülach (Kanton Zürich) », Zeitschrift für Schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte, 56/2, Zürich, p. 73-112.

Bijoux et parures mérovingiens de la reine Arégonde, belle-fille de Clovis, Dijon, Éditions Faton, 1979 (Dossiers de l’Archéologie, nº 32).

Billoin D., Châtelet M., Médard F., Moulherat C., 2005, « Équerres métalliques et enveloppe textile d’une sépulture mérovingienne à Geispolsheim (Haut-Rhin) », R.A.E., t. 53-2004, p. 253-261.

Böhner K., 1959, « Das Grab eines fränkischen Herren aus Morken im Rheinland », Führer des Rheinisches Landesmuseums in Bonn, 4, Cologne-Graz, 47 p., 23 fig.

Burzler A., Höneisen M., Leicht J., Ruckstuhl B., 2002, Das frühmittelalterliche Schleitheim – Siedlung, Gräberfeld und Kirche, Schaffhausen, 905 p. (2 vol.) (Monographien der Kantonsarchäologie Schaffhausen, Schaffhauser Archäologie, 5).

Christlein R., 1973, « Besitzabstufungen zur Merowingerzeit im Spiegel reicher Grabfunde aus West- und Süddeutschland », Jahrbuch des römisch-germanischen Zentralmuseums Mainz, 20, p. 147-179.

Fleury M., France-Lanord A., 1998, Les trésors mérovingiens de la Basilique de Saint-Denis, Gérard Klopp, Metz-Woippy, 450 p.

Graenert G., Rast-Eicher A., 2003, « La fibule estampée de la tour de Trême : une trouvaille particulière de l’époque mérovingienne en Gruyère », Cahiers d’Archéologie Fribougeoise, nº 5, Fribourg, p. 158-172.

Hübener W., 1980, « Eine Studie zu den Beilwaffen des Merowingerzeit », Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters, 8e année, p. 65-127.

Masurel H., 1990, Tissus et tisserands du premier Âge du Fer, Société des Amis du Musée des Antiquités Nationales et du château de Saint-Germain-en-Laye, 303 p. (Antiquités Nationales, Mémoire 1).

Menghin W., 2002, Die Langobarden, Stuttgart, 236 p.

Moreau A., 1985, « Les vestiges textiles, identification des fibres », in : La nécropole de Nouvion-en-Ponthieu, p. 339-355 (Dossiers Archéologiques, Historiques et Culturels du Nord et du Pas-de-Calais, 20).

Passard F., Urlacher J.-P., 2003, « Architectures funéraires de la nécropole de Saint-Vit (Doubs). Des significations sociales et culturelles ? », in : Burgondes, Alamans, Francs, Romains dans l’est de la France, le sud-ouest de l’Allemagne et la Suisse, Ve-VIIe siècle après J.-C., Besançon, p. 143-153.

Pillard C., 2000, Étude des fourreaux d’épées provenant du site d’Erstein, Mémoire de DESS, inédit, 64 p.

Pillard-Jude C., 2004, « Des fourreaux d’épées remarquablement conservés », in : Trésors mérovingiens d’Alsace : la nécropole mérovingienne d'Erstein (6e-7e siècle après J.-C.),Catalogue d’exposition, Musée Archéologique de Strasbourg, 22 oct. 2004-31 août 2005, éd. Musées de la Ville de Strasbourg, Strasbourg, p. 54-55 (Série Fouilles récentes,n° 6).

Rast-Eicher A., 2003, « Frühmittelalterliche Umhänge aus Fraueng der Nord- und Nordostschweiz », in : Bender-Jorgensen L., Bank-Burgess J., Rast-Eicher A. ed, Textilien aus Archäologie und Geschichte, Festschrift für Klaus Tidow, Neumünster, p. 112-131.

Salin É., 1939, Le Haut Moyen Âge en Lorraine d’après le mobilier funéraire. Trois campagnes de fouilles et de laboratoire,Paris, 335 p., 44 pl., 31 fig.

Schnitzler B., 2004, « Mode et costume à l’époque mérovingienne », in : Trésors mérovingiens d’Alsace : la nécropole mérovingienne d'Erstein (6ème-7ème siècle après J.-C.),Catalogue d’exposition, Musée Archéologique de Strasbourg, 22 oct. 2004-31 août 2005, éd. Musées de la Ville de Strasbourg, Strasbourg, p. 30-32 (Série Fouilles récentes, n° 6).

Stein F., 1993, « Grabkammern bei Franken und Alamannen : Beobachtungen zur socialen Gliederung und zu den Verhältinssen nach der Eingliederung der Alamannen in das Merowingerreich », in : Herrschaft, Kirche, Kultur. Beiträge zur Geschichte des Mittelalters, Festschrift für Friedrich Prinz in seinem Geburtstag, Stuttgart, 1933, p. 3-41.

Trésors mérovingiens d’Alsace. La nécropole mérovingienne d'Erstein (6ème-7ème siècle après J.-C.),Catalogue d’exposition, Musée Archéologique de Strasbourg, 22 oct. 2004-31 août 2005, éd. Musées de la Ville de Strasbourg, Strasbourg 2004 (Série « Fouilles récentes » n° 6).

Werner J., 1962, « Die Langobarden in Pannonien », Bayerische Akademie der Wissenschaft. Phil.-Hist. Kl. Abhandlungen N.F., tome 55, 2 vol.

Haut de page

Notes

1  Les avantages du microscope électronique par rapport au microscope optique sont :
- un grossissement plus important pouvant atteindre x 300 000. Dans la pratique, on l'utilise couramment jusqu'à x 10 000,
- une plus grande profondeur de champ, c'est-à-dire la possibilité de voir nets des plans distincts,
- si le microscope est couplé à un système d'analyse des rayons X émis, il permet alors d'étudier la composition élémentaire de l'échantillon.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan du site d’Erstein (schéma : P. Rohmer).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/971/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 2. Exemple de sépulture masculine (tombe 192) (cliché : P. Rohmer).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/971/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 3. Exemple de sépulture féminine (tombe 49) (cliché : P. Rohmer).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/971/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 4. Lame de couteau présentant des traces de textiles minéralisés (cliché : F. Médard et C. Moulherat).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/971/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 5. Exemples d’objets présentant des traces textiles. a. Fibule ansée digitée avec grenats, issue de la sépulture 159 ; b. fibule ansée issue de la sépulture 49 ; c. boucle de ceinture issue de la sépulture 121 (clichés : F. Médard).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/971/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 6 (à gauche). En haut : tissu de laine en vue macroscopique (tombe 121) (cliché : F. Médard). En bas : fibres de laine vues au microscope électronique à balayage (tombe 8) (cliché : C2RMF, C. Moulherat).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/971/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 8. À gauche : sergé de laine en vue macroscopique (tombe 22). À droite : toile de lin en vue macroscopique (tombe 49) (clichés : F. Médard).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/971/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 9. Tissu en lin constitué de fils tordus en S et en Z alternativement, dans les deux sens de tissage (tombe 165) (cliché : F. Médard).
URL http://rae.revues.org/docannexe/image/971/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Médard, Pascal Rohmer, Christophe Moulherat et Jacques Guillaume, « La nécropole mérovingienne d’Erstein (Bas-Rhin) : étude des textiles minéralisés au contact des fibules », Revue archéologique de l’Est, Tome 55 | 2007, 307-322.

Référence électronique

Fabienne Médard, Pascal Rohmer, Christophe Moulherat et Jacques Guillaume, « La nécropole mérovingienne d’Erstein (Bas-Rhin) : étude des textiles minéralisés au contact des fibules », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 55 | 2006, mis en ligne le 07 septembre 2008, consulté le 18 août 2017. URL : http://rae.revues.org/971

Haut de page

Auteurs

Fabienne Médard

Docteur en archéologie. UMR 7041, Laboratoire de Protohistoire européenne. Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie René Ginouvès, 21, allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex.

Articles du même auteur

Pascal Rohmer

Archéologue, Inrap Grand-Est Sud.

Christophe Moulherat

Docteur en archéologie. CERTA (Centre Européen de Recherche sur les Textiles Anciens), 24, rue Louis Blanc, 75010 Paris.

Articles du même auteur

Jacques Guillaume

Ingénieur d’étude (CNRS), UMR 7002-laboratoire d’Archéologie médiévale, Université de Nancy II.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page