Navigation – Plan du site
Articles
Émilie Alonso

Les médaillons en bois de cerf de l’est et du centre-est de la Gaule romaine : étude d’après l’ensemble d’Alésia

p. 197-223

Résumés

L’étude des médaillons en bois de cerf d’Alésia a permis de faire le point et de tenter une synthèse sur ce type de mobilier, rarement publié en France depuis ces vingt dernières années. L’ensemble exceptionnel de ce site a pu être étudié en comparaison avec les autres ensembles inventoriés dans l’est et le centre-est de la Gaule romaine. Grâce au bon état de conservation des médaillons et à la diversité des décors représentés, une typologie et de nouveaux axes de travail peuvent être proposés.

The recent study of antler bone medallions from Alesia has given us the opportunity to take stock and to attempt a synthesis of this type of find, rarely the object of publication in France during the last twenty years. The outstanding collection from this site has been compared to other inventoried collections of Eastern and Central-Eastern Gaul. A typology and new research themes have been proposed thanks to the good preservation of these medallions and the diversity of their decoration.

Die Untersuchung der aus Alésiastammenden Hirschgeweihmedaillons bot die Gelegenheit Bilanz zu ziehen undeine Synthese dieser Kategorie von Mobiliar vorzuschlagen, zu der in Frankreich in den letzten zwanzig Jahren kaum Veröffentlichungen vorliegen. Das außergewöhnliche Ensemble aus Alésia konnte im Vergleich mit weiteren inventarisierten Ensembles aus dem Osten und östlichen Zentrum des römischen Gallien untersucht werden. Dank ihres guten Erhaltungszustandes und der Vielfalt der dargestellten Dekore konnten eine Typologie und neue Fragestellungen vorgeschlagen werden.

Texte intégral

PDF 657kSignaler ce document

Introduction

1À la fin de l’année 1955, P. Parruzot publiait dans la Revue Archéologique de l’Est un premier article traitant des médaillons en bois de cerf. À sa suite, de nombreux chercheurs ont contribué par leurs articles à construire un inventaire des médaillons découverts en France. Ces précieux renseignements constituent une première base pour l’étude de ces objets.

2Tour à tour, J.-J. Hatt, P. Lebel, R. Joffroy, H. Vertet, A. Roes et A. Thévenin rédigent des articles et publient des clichés de médaillons. Ils réagissaient à travers les notes complémentaires de la Revue Archéologique de l’Est sur les articles de l’un ou de l’autre, échangeant ainsi des informations tout en poursuivant l’inventaire des objets. Des renvois bibliographiques particulièrement intéressants ont également été fournis. A. Roes est notamment la première à mentionner les Geoponica, manuel byzantin, compilé au Xe siècle, traitant des travaux de la terre et de la population rurale, et qui attribue aux médaillons une première fonction d’amulette (Roes, 1955, p. 252).
Conjointement à l’engouement de ces auteurs, d’autres articles sont publiés dans diverses revues archéologiques, telles que OGAM ou Latomus.

3Il revient à Jean-Claude Béal d’avoir publié dans sa thèse, en 1983, la première étude sur les techniques mises en œuvre pour la réalisation des médaillons en bois de cerf, ainsi qu’une première carte de répartition de ce type d’objet (Béal, 1983a). Plusieurs travaux étrangers ont mis en évidence l’évolution et les caractéristiques des médaillons en bois de cerf dans différents pays. Une abondante quantité de médaillons a été mise au jour sur les sites du limes rhénan, en Suisse, en Allemagne et aux Pays-Bas. Certaines publications offrent des synthèses très complètes sur ces médaillons et dressent des typologies adaptées à l’étude de ce type de mobilier. Les travaux de J. Obmann sur le mobilier de Nida-Hedernheim, de H. Mikler sur celui de Mayence ou de S. Deschler-Erb sur celui d’Augst font office de référence pour la création d’une typologie concernant la Gaule.

  • 1  Cette étude est issue d’un mémoire de DEA. Elle n’aurait pu voir le jour sans l’aide précieuse de (...)

4Dans cette optique, il est apparu opportun de reprendre l’étude des médaillons en bois de cerf dans une aire géographique couvrant l’est et le centre est de la Gaule à la faveur d’un travail consacré à l’ensemble découvert sur le site d’Alésia1.

1. Origine et fabrication des médaillons

5Avant d’aborder l’étude proprement dite du corpus, il est utile de rappeler succinctement les différentes étapes techniques qui concourent à l’élaboration des médaillons.

1.1 Généralités

6Le cerf élaphe (Cervus Elaphus) est actuellement le plus grand mammifère vivant dans les forêts européennes. À l’époque gallo-romaine, le cerf élaphe peuplait déjà une importante partie du continent européen. Il était présent dans les forêts d’Espagne, de France et d’Europe de l’Est et plus rarement dans les îles Britanniques.

7Seul le mâle porte des bois qui, chaque année, deviennent plus forts et plus épais. Après la chute des bois, qui a lieu en général au printemps, la phase de repousse dure environ quatre mois. Animal plutôt casanier, il aime à fréquenter régulièrement les mêmes domaines forestiers et l’on constate alors qu’il perd ses bois presque aux mêmes endroits d’année en année.

8Les bois prennent naissance sur la meule, à la partie sommitale de la tête du cerf. Le merrain est la tige centrale d’où se dégagent les andouillers (fig. 1 et 2). Le bois se compose de trois parties principales : la partie basilaire, la partie médiane et l’empaumure. Nous nous intéresserons ici davantage à la partie basilaire, où le médaillon se forme lors de chaque repousse. Pendant cette phase, de nombreux vaisseaux sanguins se développent. Ils se situent entre la peau, nommée velours, et le bois. Au fur et à mesure de l’évolution du bois, les vaisseaux s’encastrent dans celui-ci. Sur le bois, leurs empreintes se reconnaissent par les petits trous laissés dans la pierrure, formant ainsi une couronne. Au début de la repousse du bois, au printemps, les nombreux vaisseaux sanguins irriguent fortement le merrain croissant. Durant la repousse, le bois est couvert de velours qui sèche et se détache une fois la repousse terminée, vers le début de l’été. Lorsque les bois tombent, à partir de février, le cycle est achevé.

Fig. 2. Croissance d’un bois de cerf. D’importants vaisseaux sanguins cheminent le long du pédoncule (P) et du bois (B) en traversant la couronne (C) (extrait de Poplin, 1976, fig. 2).

9Il n’existe que deux modes d’acquisition du bois de cerf. Le premier est le ramassage. On reconnaît un médaillon issu de ce mode d’acquisition grâce aux caractéristiques de la surface de détachement du bois et lorsque celui-ci n’est scié que sur l’une de ses faces. L’autre mode d’acquisition est le prélèvement du bois de massacre. Il consiste à prélever le bois, et par conséquent le médaillon, sur le crâne d’un animal abattu (massacre). Dans ce cas le médaillon présente des traces de sciage sur les deux faces : l’une issue de la découpe du bois à la base du crâne, l’autre issue de la découpe du médaillon sur le bois. Les médaillons tournés et sculptés à partir d’un bois de massacre pouvaient être travaillés différemment et sont identifiables grâce aux traces de sciage visibles sur les deux faces.

1.2 Travail et réalisation

10Face à la faible quantité d’outils de tabletterie découverts en contexte archéologique ainsi qu’au manque total de textes antiques relatant du travail du bois de cerf, la restitution de la chaîne opératoire de l’artisan tabletier a été menée à travers l’étude des traces de fabrication laissées sur les objets.

11Il n’existe qu’une brève mention du ramollissement de l’os, par Plutarque, qui indique qu’une fois trempé dans la cendre et le vinaigre, l’os était scié avec un fil (Plutarque, traité n° 33, 4). On peut supposer qu’une même technique pouvait être employée pour le ramollissement du bois de cerf. Dans ce cas, il n’y a que les traces laissées sur les objets qui peuvent nous renseigner sur les méthodes de travail des tabletiers et les éventuels accidents de fabrication.

Le débitage

12Le médaillon est présent sur chaque bois. Après prélèvement du bois sur l’animal ou après son ramassage à terre, le sciage s’effectue en dessous du merrain, juste au niveau du pédicule ou pivot. Certaines parties, plus robustes, ont été d’abord entamées par sciage, puis détachées par percussion à l’aide d’un autre outil. Cette pratique laisse dans la plupart des cas une esquille de cassure (Béal, 1983, p. 23). Lors du débitage du médaillon, la lame de la scie est généralement orientée transversalement par rapport au bois. Pour que le médaillon soit débité d’une façon propre et franche, le sciage doit rester le plus possible sur le même axe. Or nous avons constaté sur de nombreux exemples que les sciages ont été réalisés sur plusieurs axes sécants nécessitant parfois d’achever le débitage par cassure. Il arrive également de noter des traces plus ou moins profondes sur la surface du médaillon, témoignant du dérapage de la lame. Cependant, il ne semble pas exister de protocole de débitage. Le sciage se faisait certainement de manière spontanée suivant la courbure de chaque pièce.

13Une fois le médaillon débité, l’objet se présente sous son aspect naturel c’est-à-dire brut. Il se caractérise par sa forme circulaire ou ovalaire et par sa pierrure, généralement dense. Cette dernière se situe tout autour du tissu spongieux central.

Le tournage

14Avant de commencer à ouvrer le médaillon, les bois devaient être ramollis. Des hypothèses concernant l’utilisation d’une solution acide obtenue à partir d’oseille sauvage (Rumex acetosa) ont été avancées par A. Mac Gregor (Mac Gregor, 1985, p. 63), mais aucun texte ni découverte ne les corrobore.

15Une grande partie des médaillons présentent un décor obtenu généralement par tournage ou par sculpture sur leur face naturellement bombée (bois de mue). D’un point de vue technique, le tournage d’un médaillon pouvait se faire uniquement à l’aide d’un tour (Gérold, 1999, p. 12 ; Picod, 2003, fig. 1).

16Dans l’hypothèse où l’artisan utilise un tour à archet, ce n’est que lorsque la rotation s’effectue dans un même sens qu’il peut poser son ciseau sur l’objet pour en façonner le décor. Le décor réalisé par tournage est essentiellement constitué de moulures arrondies alternées avec des gorges plus ou moins profondes, profilées en U ou V, situées autour d’un point central. Ce point désigne l’endroit où la poupée dormante venait en appui sur la surface du médaillon. L’empreinte alors laissée est appelée trou de poupée (Béal, 1983b, p. 373). Dans plusieurs cas (médaillons nos 12 et 16), le trou de poupée est ensuite foré et transformé en trou perforant dans un but décoratif ou fonctionnel.

Le forage

17Si le tournage de l’objet était important, le forage des trous dans les médaillons était tout aussi délicat. En effet, bon nombre de médaillons possèdent un, voire plusieurs trous sur leur surface. Les trous sont forés au centre ou en périphérie de l’objet, généralement sur des décors ou sur la pierrure. Le forage pouvait être exécuté grâce à des outils spécifiques tels que des « mèches à cuillère » ou « mèches hélicoïdales » se présentant comme une vrille (Béal, 1983a, p. 27). Ces mèches semblent être adaptées pour faire des trous de forme tronconique, évasés vers le haut et plus resserrés vers le fond. Le foret à archet pouvait être utilisé pour le forage (Ibid., p. 27). Les quelques exemples de médaillons retrouvés brisés à l’emplacement du trou laissent envisager que des accidents de forage pouvaient survenir. Il est également possible que cette cassure (médaillons nos 10, 12 et 14) soit la conséquence de l’usure générée par le frottement d’un lien sur une paroi trop fine (trous forés en périphérie).

Le décor

18Plusieurs techniques décoratives sont employées sur le travail des médaillons. Le tournage est effectué uniquement dans un but décoratif. Le forage, lui, sert en général à la fixation, mais pourrait être éventuellement une des étapes du décor sur certaines pièces.

19Les techniques décoratives que l’on retrouve le plus souvent sont les cercles concentriques et les gorges réalisées par tournage. Ces décors symétriques et géométriques sont utilisés dès l’époque celtique, mais surtout à l’époque gallo-romaine. Ils peuvent être également créés par incision. Le décor au compas permet la réalisation de cercles de grands diamètres, notamment des motifs en forme de rosaces. Les petits cercles oculés peuvent être obtenus à l’aide d’une mèche (Barbier, 1988). Ces motifs semblent davantage refléter l’ornementation des périodes mérovingienne ou carolingienne.

20Lorsque le médaillon est découvert hors contexte, seul le décor peut nous permettre de proposer une datation.

21Le décor en ronde-bosse est aussi attesté, notamment les décors figurés particulièrement appréciés chez les Gallo-romains. En effet, on trouve de nombreuses représentations de phallus sculptés au centre du médaillon. Quelques exemplaires sont répertoriés en Gaule ; ils sont beaucoup plus courants en Germanie. Plus rarement, nous avons répertorié des représentations d’animaux, quelquefois en association avec des phallus (Roes, 1956, p. 57). Certains décors sculptés sont exceptionnels, notamment celui du médaillon des Sources de la Seine représentant une tête d’enfant (fig. 10).

2. Le site d’Alésia

2.1 Contexte archéologique du mobilier étudié

22Le mobilier d’Alésia provient exclusivement des fouilles de la ville gallo-romaine située sur le Mont-Auxois. L’agglomération antique s’étend sur 80 hectares et succède à l’oppidum indigène.

23L’étude des médaillons en bois de cerf d’Alésia nous est apparue intéressante pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les fouilles exhaustives menées depuis plus d’un siècle sur certains quartiers, notamment dans la zone du centre monumental, nous ont permis d’obtenir, malgré de nombreuses lacunes, les contextes de découverte les plus précis de Gaule. De plus, c’est l’ensemble le plus important et l’un des plus variés de l’est de la France.

24La bonne conservation des médaillons d’Alésia ainsi que leur nombre autorisent une étude approfondie de ce matériel. En effet, les quinze médaillons en bois de cerf découverts sur le site constituent un ensemble exceptionnel par leur quantité puisque la moyenne des découvertes de médaillons par site est de trois objets uniquement.

25Cinq ateliers de tabletterie et dix dépotoirs ont été identifiés à Alésia (fig. 3) (Grapin, 1992 ; Grapin, 2005). L’atelier de la Maison à la Mater [055] a été le premier mis au jour à la fin de la campagne de 1908 et au début de celle de 1909. Il se situait en fond de cour, à proximité du forum, dans un contexte a priori considéré comme plutôt résidentiel et commercial. Les trois autres ateliers, l’atelier de l’insula B [069], l’atelier de l’insula F [079] et l’atelier de l’insula J [089], se caractérisent par une ouverture directe sur l’un des axes principaux de la ville. Ces ateliers-boutiques ont sans doute fonctionné entre l’époque Trajan-Hadrien et les années 270-280 (Grapin, 1990-92, p. 2-5 ; Grapin, 2005, p. 116). On remarque également la proximité de ces ateliers avec le macellum, « quartier des boucheries », mais aussi avec certains quartiers où l’activité métallurgique paraît prépondérante. Le dernier atelier, décelé en 2002 lors d’une opération de diagnostic, se situe contre le théâtre (Grapin, 2005, p. 116).

26Quinze médaillons ont été mis au jour sur le site d’Alésia. Aucun n’a été découvert à proximité d’un atelier de tabletier. Quatorze de ces objets sont conservés au Musée Alésia, le dernier est conservé au Musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-en-Laye.

27La répartition des découvertes des médaillons est assez disséminée et concerne l’ensemble de la ville (fig. 3). Deux médaillons ont été découverts sur le forum [061], quatre à proximité de caves trouvés en contexte domestique [041] [083] et [065], un sur la voie [051] et un dans un dépotoir domestique ou artisanal comblant une carrière située sur l’area du temple [047]. Les autres médaillons ont des provenances moins précises ou inconnues car la plupart proviennent de fouilles anciennes. Si ces médaillons sont tous attribuables à l’époque gallo-romaine en général, il est en revanche impossible de dater précisément leur fabrication.

28On peut supposer que ces objets faisaient partie de la vie des habitants d’Alésia et qu’ils pouvaient être portés aisément. En effet, on en retrouve dans des secteurs administratifs, commerciaux, culturels ou privés. Certains ont été découverts dans un dépotoir comblant une carrière ou encore dans un niveau de destruction d’habitat. Ce dernier médaillon est d’ailleurs l’un des plus richement tournés et ornés. Il a été découvert incomplet et brisé.

29Il est raisonnable d’envisager que la plupart des médaillons découverts à Alésia ont été réalisés sur place. En effet, il n’est pas nécessaire de posséder des structures artisanales complexes pour travailler le bois de cerf. Un équipement léger (scie, foret et éventuellement tour) suffit à la réalisation d’un médaillon.

2.2 Catalogue des médaillons d’Alésia

30Le catalogue est constitué de quinze médaillons découverts sur l’ensemble de l’agglomération et tous conservés au Musée Alésia, à Alise-Sainte-Reine, à l’exception d’un objet conservé au Musée des Antiquités Nationales, à St-Germain-en-Laye. Les médaillons ont tous été dessinés à l’échelle 1/2. Par convention, la face supérieure de l’objet désigne la partie naturellement bombée située contre le crâne de l’animal. Cette face a été systématiquement dessinée ainsi que la coupe. La face inférieure du médaillon, celle qui correspond à la face détachée du reste du bois par sciage a été systématiquement photographiée. Ces médaillons proviennent tous des fouilles anciennes, effectuées à la fin du XIXe siècle sur le site. Ils sont complets et attribuables à l’époque gallo-romaine.

3101 : Alésia 01 (fig. 4)
Provenance : ville gallo-romaine. Fouilles anciennes, 1906-1911.
Conservation : Musée Alésia, Alise-Sainte-Reine, inv. n° AL.792. Médaillon inédit.
Dimensions : D : 58 x 50, Ép. Max : 19.
Description : médaillon brut. Bois de chute.

32La face supérieure de l’objet est brute d’aspect. On remarque une partie centrale spongieuse plus lisse et naturellement plus bombée. Celle-ci comporte de légères traces horizontales éparses. La pierrure naturelle qui compose le tour du médaillon possède de nombreux petits trous et de fines cavités. La face inférieure, plane, a dû être obtenue par sciage mais presque aucune trace n’est visible. Cette face semble avoir été polie ou usée.

3302 : Alésia 02 (fig. 4)
Provenance : trouvé à l’est de la cave T [065] le 31 août 1911.
Conservation : Musée Alésia, Alise-Sainte-Reine, inv. n° 1013.
Dimensions : D : 59 x 70, Ép. max : 13.
Description : médaillon brut. Bois de chute.

34La face supérieure, brute d’aspect, possède un relief assez plat sur toute la partie spongieuse. Un creusement est marqué sur cette face. Une petite partie de la pierrure manque sur la périphérie inférieure. L’autre face, plane, a été débitée par sciage mais presque aucune strie n’est visible. Cette face semble usée ou polie volontairement après sciage. On remarque des traces de radicels. Deux trous naturels dans la pierrure semblent porter des traces d’usure sur les côtés.
Bibliographie : JVP, BSSS, t. XXXVIII (1912-1922), p. 396 ; Sautot, 1978, p. 26, n° 34.

3503 : Alésia 03 (fig. 4)
Provenance : trouvé En Curiot « à l’est de la fouille n° 33 et y joignant » [033-33] le 26 août 1910.
Conservation : Musée Alésia, Alise-Sainte-Reine, inv. n° AL.794. Médaillon inédit.
Dimensions : D : 58 x 65, Ép. max : 24.
Description : médaillon brut. Bois de chute.

36La face supérieure, brute d’aspect, possède un relief fortement bombé. Une large pierrure naturelle entoure le médaillon. Une partie de celle-ci manque à la périphérie. L’autre face, plane, a dû être sciée au niveau de la partie spongieuse et semble ne pas avoir été débitée par un sciage brut. Aucune trace de strie n’est visible.
Bibliographie : VP, Carnet D ; Piard, 1967, p. 27 et pl. 21.

3704 : Alésia 04 (fig. 4)
Provenance : sur le forum [061]. Découvert le 28 août 1906.
Conservation : Musée Alésia, Alise-Sainte-Reine, inv. n° AL.793 (32). Médaillon inédit.
Dimensions : D : 57 x 48, Ép. max : 18.
Description : médaillon brut. Bois de chute.

38La face supérieure, brute d’aspect, possède un relief bombé. Une large pierrure naturelle entoure le médaillon. La forme ovalaire est bien marquée par la pierrure. Le débitage de la face inférieure s’est effectué par sciage. La lame de l’outil a entamé la surface en deux temps interrompant momentanément le sciage et laissant une esquille en périphérie du médaillon.
Bibliographie : VP, Carnet A.

3905 : Alésia 05 (fig. 4)
Provenance : « Sur le béton I’ de la cour H1 », quartier au sud du théâtre [041]. Découvert le 16 juin 1961.
Conservation : Musée Alésia, Alise-Sainte-Reine, inv. n° 1801. Médaillon inédit.
Dimensions : D : 59 x 57, Ép. max : 16.
L’objet comporte un trou central de 8 mm et un trou à sa périphérie de 3 mm.
Description : médaillon brut. Bois de chute.

40La partie spongieuse de la face supérieure est assez irrégulièrement bombée. Le trou central est foré un peu obliquement et présente une légère trace d’usure. La face inférieure, plane, a été obtenue par un sciage régulier que l’on reconnaît grâce aux marques linéaires et parallèles sur l’ensemble de cette face. Le débitage s’est effectué par un sciage franc, marqué de stries très fines et serrées, suivi d’une séparation par percussion marquée par une esquille sur la périphérie du médaillon. On retrouve quelques petites aspérités et des traces de radicelles.
Bibliographie : Le Gall, Journal 0, 1961, p. 35.

4106 : Alésia 06 (fig. 4)
Provenance : carrière sous l’area du temple [047-16]. Découvert le 20 juin 1907.
Conservation : Musée Alésia, Alise-Sainte-Reine, inv. n° 1450.
Datation : Claude-Domitien / Trajan.
Dimensions : D : 69 x 60, Ép. max : 15. D. tr. : 10.
Description : médaillon brut. Bois de chute.

42La partie spongieuse de la face supérieure est perforée d’un trou d’assez grande dimension. Le trou central est un peu oblique et présente une légère trace d’usure. De nombreux petits trous sont visibles dans la pierrure. Les plus grands se situent à la périphérie du médaillon. Le débitage de la face inférieure se caractérise ici par un sciage irrégulier, où la lame de la scie a laissé des traces linéaires et parallèles plus accentuées sur deux bords opposés du médaillon.
Bibliographie : JVP, BSSS, t. XXXVI (1908-1909), p. 268.

4307 : Alésia 07 (fig. 4)
Provenance : N° 27, sur la voie. Fouille n° 527 [051]. Découvert en 1910.
Conservation : Musée Alésia, Alise-Sainte-Reine, inv. n° 1452. Médaillon inédit.
Dimensions : D : 56 x 44, Ép. max : 14. D. tr. : 6.
Description : médaillon brut. Bois de chute.

44La partie spongieuse de la face supérieure est perforée d’un grand trou situé à la périphérie de l’objet pouvant servir de suspension. Ce trou ne porte pas de traces d’usure. Le débitage de la face inférieure s’est effectué par un sciage franc, marqué de stries fines et serrées. Une petite esquille en périphérie marque un arrêt du sciage avant la fin de la découpe totale du médaillon. Cette face semble légèrement usée ou polie. Ce médaillon est en parfait état de conservation.

4508 : Alésia 08 (fig. 4)
Provenance : N° 40. Fouille n° 440 [061]. Découvert en 1909.
Conservation : Musée Alésia, Alise-Sainte-Reine, inv. n° 1451. Médaillon inédit.
Dimensions : D : 55 x 64, Ép. max : 14. D. tr. : 8.
Description : médaillon brut. Bois de chute.

46Sur la face supérieure, la partie spongieuse est perforée d’un trou situé à la périphérie de l’objet, vers la pierrure. Ce trou a été foré verticalement en un coup et se caractérise par une déformation sur son pourtour causée par l’usure. Deux hypothèses peuvent expliquer les quelques très légères traces de couleur rouge visibles au-dessus du trou, sur la pierrure. Soit le médaillon était peint, soit ces traces peuvent correspondre à des pigments laissés par un élément de fixation ou de suspension.
La face inférieure, convexe, a été obtenue par un débitage dont le sciage s’est effectué selon deux angles d’amorce différents. Le médaillon a été attaqué une première fois sur sa plus petite surface, puis le sciage s’est interrompu pour reprendre à partir du bord opposé. Les fines stries de sciage laissées par la lame lors de cette deuxième amorce attestent d’une inclinaison plus oblique de la lame. De nombreuses traces parallèles et sécantes indiquent un glissement de celle-ci.

4709 : Alésia 09 (fig. 4)
Provenance : découvert le 14 septembre 1956 à proximité de l’entrée de la cave H-XX-221-321 [083].
Conservation : Musée Alésia, Alise-Sainte-Reine, inv. n° 1731. Médaillon inédit.
Datation : Ier-IIIe siècles.
Dimensions : D : 65 x 55, Ép. max : 13. D. tr. : 8.
Description : médaillon brut. Bois de massacre.

48La face supérieure du médaillon présente de nombreuses stries issues de l’utilisation d’une scie. Cette face a donc été débitée par sciage suivant deux axes différents. La partie spongieuse n’est présente ici que sur le milieu du médaillon. Celui-ci paraît particulièrement abîmé et il apparaît que le médaillon semble ne pas avoir été scié jusqu’à terme mais ôté. Deux trous ont été forés l’un à côté de l’autre en périphérie de l’objet. L’un a été foré légèrement en oblique en une fois alors que le second, le plus abîmé, a été foré en oblique peut-être à partir de la face supérieure.
La face inférieure a été débitée elle aussi par sciage. De nombreuses traces linéaires et parallèles sont visibles sur l’ensemble de celle-ci. Cette face, un peu creusée vers l’intérieur, nous permet de penser que la pression sur la lame a dû être plus forte sur le centre de l’objet. Il semble que la lame de la scie est plus épaisse sur cette face que sur l’autre. Les stries sont moins serrées et moins fines. De nettes traces d’usure sur le contour des trous sont visibles.
Ce médaillon a été mis au jour avec un fragment de ruban en alliage cuivreux situé à l’intérieur d’un des trous. Cette découverte inédite en France fait de ce médaillon un objet unique et remarquable.
Bibliographie : Maillard, Jovignot, Journal de fouilles, 1956, p. 20.

4910 : Alésia 10 (fig. 4)
Provenance : ville gallo-romaine. Fouilles anciennes.
Conservation : Musée Alésia, Alise-Sainte-Reine, inv. n° AL.76. Médaillon inédit.
Dimensions : D : 57 x 53, Ép. max : 16. D. tr. : 8.
Description : médaillon brut. Bois de chute.

50Ce médaillon semble particulièrement abîmé et érodé. Il présente deux trous forés en oblique, dont l’un est très usé. Il semble y avoir des traces d’anciens trous forés sur la périphérie de l’objet. Celui-ci étant cassé, il nous est impossible d’en déterminer la cause. La face inférieure a été obtenue par sciage. Les traces d’usure des deux trous sont nettement visibles.

5111 : Alésia 11 (fig. 5)
Provenance : ville gallo-romaine. Collection Pernet.
Conservation : Musée Alésia, Alise-Sainte-Reine, inv. n° 1646. Médaillon inédit.
Dimensions : D : 57 x 47, Ép. max : 17. D. tr. : 5-6.
Description : médaillon brut. Bois de chute.

52La face supérieure est brute d’aspect ; sa partie centrale présente des aspérités spongieuses et sa pierrure se développe tout autour de celle-ci. Trois trous ont été forés sur la périphérie de l’objet, en triangle entre la pierrure et la partie spongieuse du médaillon. De nettes traces d’usure sont visibles sur le contour des trous leur donnant ainsi la forme d’une goutte d’eau. Quelque chose a longtemps frotté sur les parois internes de ces trous. On distingue également des traces d’usure sur le haut du médaillon.

5312 : Alésia 12 (fig. 5)
Provenance : quartier au sud du théâtre, local E2, dans le niveau de destruction E2 [041]. Découvert le 25 mai 1962.
Conservation : Musée Alésia, Alise-Sainte-Reine, inv. n° 1815. Médaillon inédit.
Datation : Domitien - fin du IIe siècle (?).
Dimensions : D : 55 x 59, Ép. max : 17. D. tr. : 6.
Description : médaillon tourné. Bois de massacre ? Bois de chute ?

54La face supérieure de l’objet est tournée et présente plusieurs cercles concentriques. Le décor se compose d’une alternance de petites gorges en V symétriques et de moulures arrondies autour d’un axe central. Ce décor peut être réalisé en appliquant la poupée dormante du tour au centre du médaillon. Le trou de poupée a été transformé ensuite en trou perforant. Un trou se situe à la périphérie de l’objet et deux trous ont dû être forés sur le haut du médaillon pour recevoir les deux rivets en bronze. Une césure est visible sur le bas. D’après la position symétrique des deux rivets et la forme de cette cassure, on peut supposer que deux autres trous étaient situés à cet emplacement. On peut aussi envisager la présence de deux rivets d’après les traces vertes d’oxydation situées à proximité de la cassure. La couleur verte qui s’est imprégnée sur une partie du médaillon est certainement due à l’oxydation de deux rivets en alliage cuivreux. La face inférieure a été débitée par sciage puis tournée.
L’objet présente donc deux faces tournées. Pour cette raison il est impossible de savoir si ce médaillon est issu d’un bois de chute ou d’un bois de massacre.
Bibliographie : Le Gall, Journal 0, 1962, p. 80 ; Le Gall, Rapport, BSSS, 1962/4, p. 11.

5513 : Alésia 13 (fig. 5)
Provenance : ville gallo-romaine. Fouilles anciennes.
Conservation : Musée Alésia, dépôt du Musée Municipal d’Alise-Sainte-Reine, inv. n° 1524. Médaillon inédit.
Dimensions : D : 55 x 49, Ép. max : 11. D. tr. : 4-5.
Description : médaillon tourné. Bois de chute.

56La face supérieure est tournée et se compose de plusieurs cercles concentriques et de deux petites gorges en V autour d’un trou de poupée. Une légère couronne cylindrique autour de ce trou est visible. Deux trous se situent de chaque côté de cet axe. Ils sont parfaitement symétriques et diamétralement opposés. La face inférieure, plane, a été débitée par un sciage uniforme dont il ne reste que quelques traces fines. La surface a été polie volontairement. Ce médaillon à une épaisseur très fine.

5714 : Alésia 14 (fig. 5)
Provenance : ville gallo-romaine. Fouilles anciennes.
Conservation : Musée Alésia, Alise-Sainte-Reine, inv. n° AL.74.
Dimensions : D : 56 x 67, Ép. max : 15. D. tr. : 10.
Description : médaillon tourné. Bois de chute.

58La face supérieure est tournée et se compose de deux cercles et de deux gorges en V autour d’un trou de poupée. La couronne cylindrique autour de celui-ci est nettement marquée. Trois trous se situent en triangle de chaque côté de cet axe. L’un des trous forés est incomplet. Il a pu être cassé par usure. Les deux autres trous portent de nettes traces d’usure. La pierrure n’est visible que sur une petite partie du médaillon, le reste a dû être poli. L’autre face a été débitée par un sciage irrégulier. Au moins trois angles d’attaque ont été nécessaires pour séparer ce médaillon du merrain. La lame de la scie a dû glisser plusieurs fois et n’a pas toujours gardé sa trajectoire initiale. De plus, les stries laissées par la lame témoignent de plusieurs inversions de l’axe de sciage.
Bibliographie : Piard, 1967, p. 27 et pl. 21 ; Sautot, 1978, p. 26, n° 35 et pl. VI, n° 6.

5915 : Alésia 15 (fig. 5)
Provenance : ville gallo-romaine. Fouilles anciennes, don de V. Pernet en 1869.
Conservation : Musée des Antiquités Nationales, inv. n° 10534. Médaillon inédit.
Dimensions : D : 54 x 45, Ép. max : 9.
Description : médaillon tourné. Bois de massacre.

60La partie supérieure est plane et possède de nombreuses traces de sciage. Cette face a donc été sciée, aplanie puis tournée. On discerne un décor de trois cercles concentriques autour d’un petit trou de poupée. Une volonté de supprimer la pierrure est identifiable d’après les stries régulières laissées par la lame de la scie. La face inférieure de l’objet possède également plusieurs traces de sciage ainsi qu’un décor composé de deux cercles. La pierrure n’est plus visible. Le travail de cet objet paraît avoir été interrompu car de nombreux éléments des deux faces, comme la pierrure ou le décor esquissé, semblent indiquer un arrêt de fabrication. Ce médaillon provient certainement d’un bois de massacre d’après les traces de débitage par sciage laissées sur chaque face.

3. Les autres sites de l’est et du centre est de la Gaule

61Parallèlement à l’étude de l’ensemble d’Alésia, nous avons recensé et étudié l’ensemble des découvertes anciennes et récentes de médaillons, effectuées dans le quart nord-est de la Gaule. L’étude de cet inventaire montre que la présence des médaillons en bois de cerf est attestée sur tous les types de site à l’époque gallo-romaine. Les résultats les plus significatifs sont ainsi présentés en quatre grandes catégories de sites à fonction civile et religieuse.

3.1 Les agglomérations (fig. 6a)

62Un nombre important de médaillons a été découvert dans les grandes agglomérations de l’est de la Gaule. Pour quelques-uns seulement, nous connaissons la provenance exacte et disposons de quelques éléments de datation, mais dans la plupart des cas le contexte archéologique reste inconnu du fait de l’ancienneté de la découverte.

63Deux médaillons ont été mis au jour à Sens en contexte urbain. L’un a été découvert dans un dépotoir et le second a été mis au jour lors de fouilles de sauvetage dans un secteur d’habitat daté entre le milieu du Ier siècle et la fin du IIe. La présence d’une activité artisanale, principalement métallurgique, et d’un habitat semble caractériser cette occupation.

64Le musée de Langres conserve dix médaillons en bois de cerf. Un médaillon a été mis au jour lors de fouilles situées « Place du Marché » ou « Place du Centenaire ». Des extrémités distales de métatarses sciées ont également été découvertes durant les fouilles et témoignent du travail de l’os (Joly, 2001, p. 98). Louis Lepage signale que deux ateliers de tabletterie existaient à Langres et que le dernier découvert se situait « place du Marché » (Lepage, 1994, p. 53). Un autre médaillon a été découvert lors du creusement d’un caniveau dans le quartier de la Citadelle en décembre 1976. L’existence d’un second atelier ou dépotoir de tabletier est évoquée par L. Lepage grâce à la découverte de grandes quantités d’os brûlés et ébauchés. Les autres médaillons conservés au musée de Langres sont issus de fouilles anciennes dont les notes sont perdues ou n’ont jamais existé.

65Deux médaillons ont été mis au jour à Besançon lors des fouilles du parking de la Mairie en 1990. Ces deux objets ont été découverts dans la phase 8 du site, entre 120 et 165 ap. J.-C. Le site est composé d’un quartier d’habitat ainsi que d’un secteur artisanal, principalement métallurgique (Guilhot, Goy, 1992, p. 148). D’autres médaillons ont été découverts à Besançon lors de la fouille d’une zone artisanale, sans plus de précision (Joan, 2003, p. 165).

66Dix médaillons mis au jour à Vertault sont conservés au musée de Châtillon-sur-Seine. Ils proviennent tous d’un secteur d’habitat et chacun d’eux a été découvert dans des habitations différentes (Joffroy, 1956, p. 62).

67Un médaillon est connu à Strasbourg (Baudoux et alii, 2002, p. 379-380). Décoré d’un phallus, il a été découvert en association avec de la céramique dans les aménagements annexes d’habitats datés de la fin du Ier siècle. Ce médaillon correspond à ceux mis au jour dans les camps du limes.

68Deux médaillons ont été découverts dans l’agglomération gallo-romaine de Mâlain. Ce site, connu depuis le XIXe siècle, a fait l’objet de nombreuses campagnes de fouilles depuis 1967. Aucune information ne nous renseigne sur ces médaillons.

Agrandir

3.2 Les nécropoles (fig. 6b)

69Un ensemble formé de huit individus a été mis au jour lors des fouilles de la construction du nouvel Arsenal à Besançon, exécutées en 1842, au sud-ouest de la ville. À la différence de la plupart des sites, nous possédons pour les fouilles de l’Arsenal des informations précises concernant cette découverte. Les médaillons proviennent d’une tombe de type indigène que l’on situe avant Néron, aux environs du milieu du Ier siècle. H. Walter indique que nous serions en présence du plus ancien cimetière de Séquanie, se situant exactement dans le quartier de Chamars (Walter, 1979, p. 133-138). Une grande quantité d’objets « hétéroclites » constituée notamment d’une cinquantaine de défenses de sangliers, de coquilles de pèlerins, de coquilles d’huîtres, de 200 clous d’ornements et de 600 grains en verre opaque troués et cannelés ainsi que six médailles romaines de l’époque de Néron a été mise au jour mêlée aux médaillons (Walter, 1979, p. 133-138). J.-J. Hatt a interprété cette tombe comme celle d’un aurige d’après la présence de rivets et de cabochons qui auraient pu être fixés sur des fasciae, lanières de cuir qui entouraient le torse de celui-ci (Hatt, 1956, p. 55). Le mobilier associé à cette tombe est exceptionnel et inclut les médaillons dans un contexte de découverte unique.

70Deux rondelles en bois de cerf sont conservées au Musée Rolin à Autun. Elles proviennent de la fouille d’un tumulus, dit « Tombe du chasseur » à Saint-Martin (Saône-et-Loire), à proximité de Verdun-sur-le-Doubs (Sautot, 1978, p. 34). Deux médaillons ont été découverts à Fontaines-sur-Marne (Haute-Marne), lors de la fouille du cimetière du « Châtelet ». Cette nécropole mixte est utilisée de la fin de l’époque romaine jusqu’à la période mérovingienne (Thévenard, 1996, p. 212-213).

71De nombreux médaillons ont été mis au jour sur des sites similaires lors de fouilles de nécropoles gallo-romaines tardives et mérovingiennes. C’est le cas du médaillon découvert à Molesme (Côte-d’Or) dans le cimetière « Saint-Père » (Joffroy, 1956, p. 64, fig. 20), d’un médaillon à Beaujeu (Haute-Saône) (Thévenin, 1959, p. 210), d’un médaillon découvert dans le cimetière d’Isle-Aumont (Aube) (Scapula, 1950, p. 77) et d’un autre connu à Troyes. À Audincourt (Doubs), le médaillon découvert provient plutôt d’une sépulture féminine datée du haut Moyen Âge (Delarbre, 1959, p. 42-44). Un médaillon en bois de cerf pouvant provenir de la nécropole gallo-romaine de Haut-Viné à Epernay (Marne) a été signalé par M-P. Roualet, ancien conservateur du musée d’Epernay (Béal, 1983b, p. 383).

3.3 Les sanctuaires (fig. 6c)

72Deux médaillons en bois de cerf ont été découverts dans le sanctuaire des Sources de la Seine et sont conservés au Musée archéologique de Dijon. La première mention de ces objets est donnée par H. Baudot (Baudot, 1842-1846) qui a dirigé les premières fouilles sur le site, entre 1836 et 1842, dans le but de dégager des bâtiments de la partie haute du sanctuaire. Un des médaillons présente un décor exceptionnel de sculpture de tête d’enfant. Le seul autre médaillon découvert en contexte de sanctuaire provient du site de Saint-Révérien (Nièvre). Cet objet a été recueilli à proximité d’un temple (Lebel, 1956, p. 141).

Agrandir

3.4 Les villas (fig. 6d)

73Les fouilles menées sur une villa gallo-romaine, implantée sur la rive droite de l’Armançon, à Migennes (Yonne), au lieu-dit « Dessous de la Côte Mitière », ont permis la découverte de deux médaillons. La villa de Versingue au sud de Lamargelle (Côte-d’Or) en a également livré un. Un autre a été recueilli par F. Jarreau, à proximité des ruines de la villa gallo-romaine de la Chapelle-du-Mont-de-France (Saône-et-Loire). Le matériel mis au jour sur ce site est très abondant et témoigne d’une activité artisanale (Guey, 1956, p. 273-274, fig 9). Nous avons également connaissance d’un médaillon provenant d’une villa gallo-romaine rurale à Troyes (Aube) datée du Bas-Empire. Deux médaillons ont également été découverts dans la villa gallo-romaine d’Andilly-en-Bassigny (Haute-Marne).

4. Synthèse

74La synthèse présentée porte sur l’analyse typologique, la répartition spatiale des découvertes et l’attribution chronologique des médaillons ainsi que leur fonction.

4.1 Évolution du décor et typologie

75L’évolution du décor et l’élaboration de la typologie sont basées sur l’étude d’un corpus de 69 objets. L’étude des médaillons de l’est et du centre-est de la Gaule à partir de l’ensemble d’Alésia nous a permis de dégager quatre grandes catégories : les médaillons bruts, tournés, sculptés à décors figuratifs et sculptés à décors géométriques. Un deuxième niveau de classement est fourni par le nombre de trous que ces médaillons comportent. Cette typologie permet de classer les médaillons français, mais également les médaillons étrangers.

76- Médaillons bruts
Cette catégorie regroupe les médaillons bruts, c’est-à-dire les médaillons dont la partie supérieure n’a pas été modifiée par l’homme. Cette catégorie est subdivisée en trois groupes définis par le nombre de trous réalisés sur le médaillon (fig. 4 et 5, nos 01 à 11 ; fig. 8 à 10).

77- Médaillons tournés
Cette catégorie regroupe les médaillons tournés dont le décor se compose de cercles concentriques, de fines gorges et de bombements. Cette catégorie est subdivisée en trois groupes définis par le nombre de trous réalisés sur le médaillon (fig. 5, nos 12 à 15 ; fig. 11).

78- Médaillons sculptés à décors figuratifs (phallus, représentations humaines et animales)
Cette catégorie regroupe les médaillons comportant des représentations de type phallique, anthropomorphe ou animalier (fig. 12).

79- Médaillons sculptés à décors géométriques
Cette catégorie concerne les médaillons sculptés à motifs géométriques, généralement identifiables par les décors de rosaces ou petits cercles oculés et entrelacs (fig. 13).

Commentaire

80La répartition des types de médaillons sur notre secteur d’étude est assez évocatrice. À part les médaillons de types inconnus (7), la majorité d’entre eux sont des médaillons bruts (43). Viennent ensuite les médaillons tournés (15), puis sculptés (11) (tabl. 1). Dans la majorité des cas, les médaillons possédant le plus grand nombre de trous sont des médaillons tournés. Pour notre zone d’étude, ils possèdent en majorité quatre trous dont les traces d’usure sont très marquées. Les médaillons sculptés à décor figuratif ont souvent plusieurs trous. En revanche, les médaillons à décors géométriques ne portent pas plus d’un trou. Lorsque les trous réalisés en périphérie des médaillons ne sont pas une conséquence du tournage, leur présence peut alors être attribuée à un système de suspension ou de fixation. Le groupe des médaillons sculptés a été divisé en deux afin de classer les médaillons par types de décors. On peut partir de l’hypothèse que leurs décors varient en fonction de la période chronologique. En effet, les décors de type phallus semblent dater de la période romaine alors que les médaillons dotés d’une ornementation géométrique se rapprochent des périodes mérovingienne et carolingienne. Ces éléments sont à prendre avec beaucoup de précaution car il ne semble pas exclu que des médaillons à décors géométriques puissent appartenir à une époque romaine tardive.

4.2 Répartition spatiale des découvertes

81La répartition spatiale des découvertes est visualisée sous forme cartographique selon la fonction du site et le contexte archéologique de découverte. Comme nous l’avons vu ci-dessus, les médaillons en bois de cerf ont été mis au jour sur tous les types de sites connus pour la période gallo-romaine (cf. fig. 6).

 Fonction du site

82Si Alésia est le site qui a livré le plus grand ensemble de médaillons, il est important de remarquer qu’il se situe dans la zone géographique ayant le plus souvent publié ce type d’objet. En effet, la très forte intensité de la recherche archéologique peut expliquer en partie l’importante quantité de médaillons connus pour l’est et le centre-est de la Gaule mais nous devons garder à l’esprit qu’il peut également s’agir d’une particularité régionale. Notre zone d’étude se compose des régions actuelles de Bourgogne, Franche-Comté, Champagne-Ardenne, Alsace et Lorraine. Si nous nous concentrons sur les types de sites de cette zone, nous pouvons dégager plusieurs points importants. Les sites porteurs de médaillons se concentrent essentiellement en Bourgogne, en Franche-Comté et en Champagne-Ardenne, autrement dit, principalement sur les territoires antiques des Éduens, des Lingons, des Sénons, des Séquanes et des Tricasses.

83Une grande partie des sites est localisée le long d’axes fluviaux navigables. La plupart d’entre eux correspondent en effet à des agglomérations antiques connues pour se situer à proximité des voies de communication principales. La découverte fréquente des médaillons en contexte d’agglomération semble être une réalité archéologique, qui laisse supposer que les villes antiques puissent être un des lieux de production de ces objets.

84Le cerf évolue sur un vaste territoire, parfois plusieurs dizaines de kilomètres carrés, qu’il contrôle entièrement. Son développement dépend de facteurs extérieurs comme la richesse du milieu en nourriture ou la nature du terrain. Il convient de remarquer que l’importance du domaine forestier dans nos régions a pu favoriser le développement des populations de cervidés, facilitant ainsi l’acquisition de bois de cerf. S’il serait souhaitable de pouvoir mettre en corrélation la quantité de cerfs chassés avec le couvert forestier durant l’Antiquité, il est raisonnable de supposer que les populations de cervidés n’ont que peu évolué depuis la période romaine jusqu’à nos jours.

Contexte de découverte

85Les types de sites ayant livré des médaillons en bois de cerf sont variés. D’emblée, nous pouvons supposer que ces médaillons en tant qu’objets du quotidien devaient être déposés ou perdus dans de nombreux lieux. Nous avons ici la liste des sites ayant un contexte de découverte précis.

86Le plus grand nombre de médaillons a été découvert en contexte d’agglomération (tabl. 2). La zone de découverte des médaillons peut être alors extrêmement diversifiée. À Alésia, par exemple, on en retrouve dans des zones d’habitat, sur le forum, etc., ce qui corrobore l’idée de déplacement du médaillon par l’homme et dans chaque lieu de vie quotidienne.

87À Langres, la découverte d’au moins un médaillon dans un dépotoir de tabletier nous permet de supposer que ces objets pouvaient être fabriqués dans ce type de structure artisanale. Les médaillons du parking de la Mairie de Besançon (découverts en quartier artisanal) viennent conforter cette hypothèse. Besançon fait exception dans la mesure où la découverte de dix médaillons dans la tombe de « l’aurige » vient fausser la représentation.

88D’autres médaillons ont été découverts en contexte de nécropoles. Dans ce cas, seules quelques tombes ont livré des médaillons. Deux hypothèses sont alors envisageables. Soit, seule une petite partie de la population était en possession de ces objets. Soit, il est fort possible que dans de nombreuses tombes le bois de cerf ne se soit pas conservé. Or, les Gallo-romains avaient coutume de se faire inhumer et peut-être même incinérer avec leurs effets personnels. Nous pouvons donc penser que ces médaillons faisaient partie intégrante de leur vie et de leurs croyances.

89La présence de médaillons sur les sanctuaires des Sources de la Seine et de Saint-Révérien permet d’envisager, pour la première fois, une éventuelle fonction votive pour ce type d’objets. Cette hypothèse est confortée par la découverte, aux Sources de la Seine, de statues d’enfants portant sur la poitrine des objets de forme circulaire, dont le rapport d’échelle correspond aux dimensions des médaillons. La figuration d’une tête d’enfant sur celui retrouvé dans ce prestigieux sanctuaire accroît le caractère exceptionnel de cette découverte.

90Nous pouvons supposer que dans certaines grandes villas, l’acquisition de bois et la confection de médaillons étaient également possibles. En effet, la localisation de ces exploitations agricoles et artisanales à proximité de grands massifs forestiers a certainement facilité le ramassage de bois de cerf. L’existence de structures artisanales dans ces villas permet de penser que les médaillons pouvaient être réalisés directement sur place.

4.3 Attribution chronologique (fig. 7)

91La datation des médaillons n’est possible que par deux moyens. Le premier est le contexte de découverte. Malheureusement, comme nous venons de le voir, il est souvent imprécis. Le second est l’évolution du décor ou de la technique de fabrication.

92Une des particularités les plus remarquables des médaillons est leur étonnante pérennité chronologique. Les plus anciens ont été découverts à La Tène I sur un site suisse (Baray, 2003). Les plus fréquents semblent dater de l’époque gallo-romaine. L’utilisation des médaillons perdure aux époques mérovingienne et carolingienne (Barbier, 1989).

93En ce qui concerne les médaillons de notre zone d’étude, nous ne possédons qu’un médaillon pouvant être rattaché à la Protohistoire. Il s’agit du médaillon de Saint-Martin (Saône–et- Loire), découvert lors de la fouille d’un tumulus. La date précise reste cependant inconnue.

94Le plus grand nombre de médaillons appartient à l’époque gallo-romaine. Plusieurs de ces objets ont été découverts en association avec du mobilier du Ier siècle, comme sur les sites d’Alésia, Strasbourg, Langres et Besançon. Quelques médaillons proviennent enfin de sites datés de l’époque mérovingienne ou carolingienne. Il est très rare d’obtenir plus de précisions chronologiques.

95De nombreux médaillons ont été découverts dans les pays germaniques et les pays proches de la France, notamment sur le limes rhénan. Ils proviennent notamment des sites de Vindonissa, de Augst (Deschler-Erb, 1991), Nida-Heddernheim (Obmann, 1997), Velsen (Hottentot, 1990) et se caractérisent souvent par un décor phallique stylisé et un relief de même nature. Le nombre élevé des médaillons de ce type sur les anciennes provinces de Germanie Supérieure et Germanie Inférieure est caractéristique des camps militaires romains établis le long du Rhin. Le très faible nombre de décors phalliques dans notre zone d’étude pourrait donc s’expliquer par l’absence de découverte de médaillons en contexte militaire.

96D’après S. Deschler-Erb, les reliefs figurant un phallus sont surtout présents sur les sites du limes rhénan et le long du Danube. La disparition de ces médaillons en contexte de castellum est remarquée à partir du IIe siècle. Le nombre de médaillons à décor de phallus (à connotation apotropaïque) domine pour les Ier et IIe siècles mais on retrouve également de nombreux médaillons à décor concentrique. Il est important de préciser que les décors phalliques et à cercles concentriques semblent typiquement romains.

97Si les décors de type phallique semblent plutôt dater de la période romaine, les médaillons géométriques, formés d’entrelacs, de rosaces et de cercles oculés semblent caractéristiques des périodes mérovingienne et carolingienne. La présence ou l’absence de la pierrure peut également apporter quelques indices chronologiques. En effet, nous avons remarqué que les médaillons dont la pierrure a été retirée appartiennent souvent à ces deux dernières périodes.

98La trop faible quantité de médaillons découverts en contexte archéologique précis, excluant toute tentative de datation de ce mobilier, rend pour le moment extrêmement difficile une reconstitution précise de l’évolution chronologique des décors.

4.4 Fonction du médaillon en bois de cerf

Symbolique de l’animal

99Grâce à sa mue et à la repousse annuelle de ses bois, le cerf symbolise souvent la force, la puissance, l’abondance et la virilité. Pour l’étude des médaillons, on ne peut dissocier la fonction de l’objet, du matériau dans lequel il a été façonné (bois de cerf).Dans le monde gaulois, le dieu Cernunnos est souvent représenté assis, portant des bois et un torque, accompagné d’un serpent à tête de bélier et d’un cerf. Le culte de ce dieu, typiquement indigène, s’étend de la Gaule du Nord à l’Europe de l’Est et perdure durant l’époque romaine.

100Les traditions et les croyances des populations indigènes gauloises envers les médaillons en bois de cerf ont pu également se poursuivre. La découverte de médaillons pendant l’Antiquité ainsi qu’aux époques mérovingienne et carolingienne dénote la survivance et la continuité des croyances portées à cet animal.

101Dans l’iconographie de la fin de la période gauloise et de la période gallo-romaine, le cerf apparaît souvent représenté en statuaire ainsi que sur les fresques, les mosaïques, les reliefs, la céramique et également sur les monnaies gauloises.

Analyse de la fonction de l’objet à la lumière du contexte de découvertes

102Nous avons noté que les médaillons bruts, tournés et sculptés pouvaient avoir été portés, suspendus ou bien cousus sur des vêtements. La fonction de suspension peut être attestée lorsque le trou présente une forme en « goutte d’eau » caractéristique de l’usure liée au passage d’un lien. Cette déformation est très nettement visible sur le médaillon Langres 04 (fig. 13) ou le médaillon des Sources de la Seine 01 (fig. 12). Ce dernier médaillon a particulièrement attiré notre attention. La représentation d’une tête d’enfant sur ce médaillon, découvert en contexte de sanctuaire guérisseur, insiste sur le rôle protecteur attribué à cet objet. Nous pourrions supposer que ces médaillons aient ici une éventuelle fonction d’ex-voto, mais l’absence de tels objets dans les nombreux autres sanctuaires de l’est de la Gaule, invite à la prudence. Aux Sources de la Seine, les nombreuses statues d’enfants découvertes montrent l’importance accordée par les populations à la protection de ces derniers. En effet, d’après S. Deyts, ces médaillons seraient des ornements talismaniques maintenus par deux lanières sur le buste et dans le dos des pèlerins (Deyts, 1994). Un parallèle peut ainsi être fait entre les médaillons en bois de cerf et la représentation d’un objet circulaire maintenu par des lanières croisées sur le torse et le dos des statues d’enfants. Le cercle ainsi représenté est sculpté sur un grand nombre de statues. Certains possèdent un décor concentrique et des perforations périphériques. De sculptures et reliefs sont présents dans de grands sanctuaires de Côte-d’Or ou appartiennent à des stèles funéraires que l’on retrouve notamment au musée de Dijon, de Châtillon-sur-Seine ou encore de Bourges. Le médaillon devient alors une amulette protectrice destinée aux enfants, pouvant être portée autour du cou ou suspendue sur les vêtements (Coulon, 2004, p. 138). La plupart de ces représentations proviennent de sanctuaires à forte tradition indigène et se concentrent dans des régions où les médaillons sont le mieux attestés.

103Le médaillon Alésia 09 a été découvert avec un élément en bronze (bélière ?) en place dans l’un des trous (fig. 4). Cette découverte permet de conforter l’hypothèse selon laquelle les médaillons pouvaient être suspendus soit à une paroi, soit au cou d’une personne ou d’un animal.

104À Besançon, la découverte de médaillons dans la sépulture d’un éventuel aurige souligne le rôle protecteur des médaillons. Dans cette tombe, selon J.-J. Hatt, les perles, les défenses de sangliers et les coquillages étaient sûrement reliés entre eux et les médaillons devaient être cousus sur les vêtements du défunt pour le protéger des « maléfices » et de la malchance (Hatt, 1955). Cette remarque est renforcée par la présence de phallus stylisés qui décorent deux de ces médaillons. Ils pourraient avoir un rôle protecteur pour l’aurige et son attelage, et peut-être un rôle d’apparat. Le médaillon Alésia 12 (fig. 5) possède quatre trous non perforants destinés à recevoir des clous en alliage cuivreux disposées symétriquement, qui avaient un rôle décoratif et dans ce cas particulièrement ostentatoire. En effet, c’est le seul exemple de médaillon décoré d’éléments en bronze. Cette découverte conforte l’idée que des médaillons pouvaient servir à un certain moment d’apparat.

105La présence à Lyon d’un médaillon de plus petite taille que les autres et portant des traces d’usure sur ses côtés a permis à J.-C. Béal de supposer qu’il a été porté dans une bourse (Béal, 1983).

106Bien que l’archéologie expérimentale nous ait montré que la fabrication d’un médaillon ne nécessite pas de structure lourde, il convient de remarquer que l’acquisition de bois de cerf (chute ou massacre) reste difficile, voire exceptionnelle. La découverte fortuite d’un bois de mue pouvait conférer au médaillon une dimension apotropaïque d’autant plus importante pour celui qui le porte.

107La plupart des sites étrangers sont de type militaire alors que pour la Gaule, nous remarquons une plus grande variété de sites. Le plus grand nombre de médaillons français semble localisé sur l’est et le centre-est. Nous avons soulevé l’hypothèse que ce groupement reflète soit une imprécision bibliographique, soit une différence d’intensité des fouilles entreprises. Il faut notamment prendre en compte l’acidité du sol dans certaines régions qui influe sur les conditions de conservation des médaillons. Mais nous pouvons également supposer que le nombre important de découvertes réalisées dans l’est et le centre-est soit dû à des pratiques culturelles et cultuelles différentes du reste de la Gaule. En effet, une forte tradition indigène a sans doute influencé les populations locales.

108L’importante quantité de médaillons découverte dans l’agglomération d’Alésia, de même qu’à Vertault et Langres, corrobore plutôt l’idée d’une production locale de ces objets.

Conclusion

109Les médaillons en bois de cerf constituent une catégorie de mobilier peu étudiée en France. La principale difficulté pour l’étude des médaillons reste l’imprécision des contextes de fouille et par conséquent des datations. Dans l’état actuel de nos connaissances et sans les indications minimales d’un contexte, seules l’étude et l’analyse des décors et les comparaisons peuvent nous permettre de les rapprocher d’une période chronologique.

110Ces médaillons avaient une fonction d’amulettes et pouvaient être portés sur des vêtements ou attachés à des parois. Le rôle prophylactique du cerf étant démontré, nous avons pu voir à travers différents médaillons que le rôle d’amulette pouvait être destiné aux animaux (chevaux), aux hommes mais surtout aux enfants.

111Leur présence sur plusieurs types de sites, notamment sur l’important sanctuaire des Sources de la Seine, ainsi que sur de grandes agglomérations comme Alésia ou Besançon, nous a permis de mieux comprendre comment s’organisaient l’acquisition et la diffusion de ces médaillons. Jusqu’à présent, les études réalisées laissaient penser que ces médaillons étaient quasiment absents des côtes atlantiques et méditerranéennes. Les fouilles récentes montrent cependant des découvertes de plus en plus nombreuses dans ces régions qu’il conviendra d’étudier à l’avenir. Il serait intéressant dans de futurs travaux, de dresser un inventaire le plus complet possible des médaillons en essayant d’obtenir le plus de précisions possible sur les contextes de découvertes. Ceci permettrait certainement d’affiner la datation et de tenter de proposer une évolution chronologique, technique et stylistique des décors pour les médaillons découverts en Gaule romaine.

Bibliographie

Alésia :
Rapports de fouille manuscrits (archives Alésia, Société des Sciences de Semur, Musée Alésia) :
Carnets et Journaux manuscrits de V. Pernet :
- Carnets manuscrits (VP) de 1905 à 1914, numérotés A à G.
- Journaux manuscrits (JVP) de 1905 à 1914. Les Journaux des années 1905, 1906, 1907, 1908 et 1911 ont été publiés avec quelques modifications de détails dans le Bulletin de la Société des Sciences de Semur (BSSS).
Journaux manuscrits de H. Pernet de 1932 à 1949.
Journal manuscrit de M. Maillard et de l’abbé J. Jovignot.
Journal de fouille de J. Le Gall.
- Rapports et articles publiés par E. Espérandieu dans les revues BSSS, Pro Alésia et Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or.

Baray L., 2003, Pratiques funéraires et sociétés de l'âge du Fer dans le Bassin parisien(fin du VIIe s-troisième quart du IIe s. avant J.-C), Paris, CNRS éd., p. 319-341 (56ème suppl.à Gallia).

Barbier M., 1988, « Le travail de l’os à l’époque gallo-romaine », Les dossiers d’archéologie, 126, Dijon, éd. Faton, p. 48-55, ill.

Barbier M., 1989, Les objets en os du site des Halles à Langres. Contribution à l’étude de la tabletterie gallo-romaine. Apport par l’archéologie expérimentale,Langres, 52 p.

Baudot H., 1842-1846, « Rapport sur les découvertes faites aux Sources de la Seine », Mém. CACO, T. II, p. 95, pl. XV.

Baudoux J., Flotté P., Fuchs M., Waton M.-D., 2002, Strasbourg, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 586 p., ill. (Carte archéologique de la Gaule, 67/2).

Béal J.-C., 1981, « Fouilles de Javols, 1969-1978 : catalogue des objets en os (II) », Revue du Gévaudan, 1981/1, p. 5-23.

Béal J.-C., 1983a, Catalogue des objets de tabletterie du Musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon,Lyon, Université Jean Moulin, Lyon III, 421 p. (Collection du Centre d’études romaines et gallo-romaines, Nouvelle série, n° 1).

Béal J.-C., 1983b, « Médaillons, anneaux et fusaïoles gallo-romains en bois de cerf à Clermont-Ferrand », Bull. historique et scientifique de l’Auvergne, t. 91, n° 677, avril-juillet 1983, p. 369-386.

Béal J.-C., 1983c, « Les ateliers gallo-romains de tabletterie à Lyon et à Vienne », Latomus,XLII, fasc. 3, juillet-sept. 1983, p. 607-618.

Béal J.-C., 1984a, « Les objets de tabletterie antique au Musée Archéologique de Nîmes », Cahiers des musées et monuments de Nîmes, n° 2, Nîmes, 32 p.

Béal J.-C., 1984b, Musée de la ville de Vienne, objets en os et en ivoire, Vienne.

Béal J.-C., 1984c, « Un artisanat tardif du bois de cerf à Drevant (Cher) », Bull. des Amis du Musée de Saint-Vic, n° 12, déc. 1984, p. 7-16.

Béal J.-C., 1994, « Tabletterie et tabletiers d’os en Gaule romaine », in : Aurochs le retour. Aurochs, vaches et autres bovins de la Préhistoire à nos jours, Lons-le-Saunier, Centre Jurassien du Patrimoine, p. 121-130.

Billanboz A., 2004, « Les vestiges en bois de cervidés dans les gisements de l’époque Holocène : essai d’identification de la ramure et de ses différentes composantes pour l’étude technologique et l’interprétation paléoethnographique », in : Industrie de l’os néolithique et de l’âge des métaux, Réunion du Groupe de travail n° 3 sur l'industrie de l'os préhistorique, CNRS, Aix-en-Provence,1978, Marseille, imp. Lamy.

Coulon G., 2004, L’enfant en Gaule romaine, Paris, éd. Errance, 208 p.

Delarbre, 1959, « Médaillons en corne de cerf du cimetière mérovingien d’Audincourt Doubs », R.A.E., t. X, p. 42-44, fig. 17.

Deonna W., 1956, « Talismans en bois de cerf », OGAM, t. VIII, p. 3-14.

Desalbres, 1996, « Talismans en bois de cerf : permanence à travers les âges », Revue archéologique de Bordeaux, 77, p. 63-70.

Deschler-Erb S., 1998, Römische Beinartefakte aus Augusta Raurica : Rohmaterial, Technologie, Typologie und Chronologie, 2 vol. : Bd 1 : Text und Tafeln, 423 p., 386 ill. ; Bd 2 : Katalog (Forschungen in Augst, Bd 27, 1 et 2).

Deschler-Erb S. et alii, 1991, Das frühkaiserzeitliche Militärlager in der Kaiseraugster Unterstadt, Augst, Römermuseum Augst, 149 p. (Forschungen in Augst, Bd 12).

Deyts S., 1994, Un peuple de pèlerins : offrandes de pierre et de bronze des Sources de la Seine, Dijon, 145 p. (13ème suppl. à la R.A.E).

Dureuil J.-F., Béal J.-C., 1996, La tabletterie gallo-romaine et médiévale : une histoire d'os, Les Musées de la Ville de Paris, Musée Carnavalet-Histoire de Paris, 123 p. (Catalogue d’art et d’histoire de Musée Carnavalet, 11).

Faider-Feytmans G., 1956, « Talismans en bois de cerf trouvés dans les tombes mérovingiennes », R.A.E., t. VII, p. 138-140, fig. 53-54.

Gerold J.-C., 2000, « Réalisation d’un trépan à archet », Instrumentum, n° 12, p. 27-28.

Grapin C., 1992, Le matériel de tabletterie d’Alésia : contribution à l’étude de l’industrie de l’os en Bourgogne à l’époque gallo-romaine, Mémoire de Maîtrise d’archéologie, Dijon, Université de Bourgogne, 2 t., 188 p., ill.

Grapin C., 2005, « L’artisanat de l’os et de la corne », Dossiers d’archéologie, n° 305, juillet-août 2005, p. 116-119, ill.

Guey J., 1956, « Informations archéologiques », Gallia XIV, fasc. 2, Paris, éd. du CNRS, p. 273-274.

Guilhot J.-O., Goy C. dir., 1992, 20 000 m3 d’histoire : les fouilles du parking de la Mairie à Besançon, Catalogue de l’exposition, Besançon, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie, 399 p.

Hatt J.-J., 1955, « Et omnes stellas ex cornibus alcinis : talismans gallo-romains en bois de cerf ou d’élan trouvés dans les tombes », R.A.E., t. VI, p. 55-59, fig. 14-15.

Hottentot W., Van Lith S., 1990, « Römische Amulette aus Hirschhorn in den Niederlanden », Helinium, XXX /2,p. 186-207.

Joan L., 2003, Le Doubs et le territoire de Belfort, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 561 p., ill. (Carte archéologique de la Gaule, 25 et 90).

Joffroy R., 1956, « Notes complémentaires II », R.A.E., t. VI, p. 64-66, fig. 20-21.

Labrousse M., 1948, « Fouilles de Gergovie 1945-1946 », Gallia,t. 6, Paris, éd. du CNRS, p. 31-95.

Lebel P., 1956, « Notes complémentaires I », R.A.E., t. VI, p. 59-64, fig. 16-17-18.

Lebel P., 1956, « Notes complémentaires », R.A.E., t. VII, p. 140-143, fig. 55 à 57.

Lepage L., 1996,Il était une fois... en Haute-Marne, les Mérovingiens, Centre d'études et de recherches de préhistoire haut-marnaise, p. 53 (Publ. du Centre d'études et de recherches de préhistoire haut-marnaise).

Lerat L., 1962, « Informations archéologiques, circonscription de Besançon », Gallia, 20, Paris, éd. du CNRS, p. 517-545.

Mac Gregor A., 1985, Bone, antler, ivory and horn : the technology of squeletal materials since the Roman period, Londres, 245 p.

Mikler H., 1997, Die römischen funde aus Bein im Landesmuseum Mainz, Montagnac, éd. Monique Mergoil, 173 p., ill., pl. 9, 10, 11 (Monographies Instrumentum, 1).

Neiss R., 1985, « Informations archéologiques de Champagne-Ardenne », Gallia, t. 43, fasc. 2, Paris, éd. du CNRS, p. 367-368, fig. 18.

Obmann J., 1997, Die römischen Funde aus Bein von Nida-Heddernheim, Bonn, R. Habelt, p. 71-241 (Schriften des Frankfurter Museums für Vor- und Frühgeschichte- Archäologisches Museum, 13).

Parruzot P., 1955, « Nouvelles contributions à l’étude des médaillons et pendentifs en cornes de cerf II », R.A.E., t. VI, p. 249-254, fig. 86-87.

Piard Ch., 1967, Catalogue des objets en os trouvés dans les fouilles d’Alésia, 2 t., Dijon, Diplôme d’Études Supérieures d’Histoire.

Picod C., 2000, « Tournage expérimental à l'archet de jetons en os », Instrumentum n° 12, déc. 2000, p. 25-26.

Plutarque, Œuvres morales. t. VII, Première partie : Traité de morale n° 33 : Si le vice suffit pour rendre l’homme malheureux, Texte établi, traduit et comment par J. Dumortier, Paris, 1975.

Poplin F., 1977, « Analyse de matière de quelques ivoires d'art », in : Méthodologie appliquée à l'industrie de l'os préhistorique, Actes du 2ème coll. international sur l’industrie de l’os dans la Préhistoire, Abbaye de Sénanque (Vaucluse), juin 1976, Paris, éd. du CNRS, p. 77-94, 8 fig. (Coll. internationaux du CNRS, 568).

Poplin F., 1993, (Interventions), in : Desse J., Audoin-Rouzeau F. éd., Exploitation des animaux sauvages à travers le temps,Actes des XIIIe Rencontres internationales d'archéologie et d'histoire d'Antibes, 4ème colloque international de l'Homme et l'Animal, Société de Recherche interdisciplinaire, oct. 1992, Juan-les-Pins, éd. A.P.D.C.A. (sur les traces de découpe sur les os : p. 102 ; sur les trophées et les restes alimentaires en archéozoologie : p. 292 ; sur le sanglier et l'étymologie de l'ivoire : p. 301 et 373 ; sur les appellations des mammifères marins : p. 317 ; sur la vraie chasse : p. 402 403 ; sur la femme et la chasse et le mythe des saints Hubert, Eustache et Germain : p. 452).

Poplin F., 1995, « Délitage et débitage dans le travail de l'ivoire vrai sur des exemples du début du Paléolithique supérieur », in : Actes de la table ronde ‘Le travail et l'usage de l'ivoire au Paléolithique supérieur’, Ravello, 29-31 mai 1992, Rome, Ist. Poligrafico e Zecca dello Stato, p. 17-27, 6 fig.

Prost D., 1983, « Le mobilier en os gallo-romain d’Escolives-Sainte-Camille (Yonne) », R.A.E., t. XXXIV, p. 263-299., ill.

Roes A., 1955, « Nouvelles contributions à l’étude des médaillons et pendentifs en cornes de cerf I », R.A.E., t. VI, 1955, p. 249-254, fig. 84-85.

Roes A., 1956, « Médaillons en corne de cerf et têtes de taureaux », R.A.E., t. VII, p. 57-63, fig. 16-20.

Roes A., 1958, « Anneaux en bois de cerf », R.A.E., t. IX, p. 323-325, fig. 93.

Sautot M.-Ch. dir., 1978, Le cycle de la matière : l’os, Catalogue d’exposition, Dijon, Musée Archéologique.

Scapula J., 1950, « Fouilles de la butte d’Isle-Aumont (Aube) », Gallia, t. 8, Paris, éd. du CNRS, p. 77-94, fig. 8.

Thévenard J.-J., 1996, La Haute-Marne, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 372 p., ill. (Carte archéologique de la Gaule, 52/1).

Thévenin A., 1961a, « Médaillons en corne de cerf dans le département de la Haute-Saône », R.A.E., t. XII, p. 43-44, fig. 16.

Thévenin A., 1961b, « Un curieux objet en os gravé trouvé à Gondenans-les-Moulins (Doubs) », R.A.E.,t. XII, p. 169-171, fig. 59.

Toutain J., 1915, « L’industrie de l’os à Alésia », Pro Alésia, Nouvelle série, n° 5-6, août-novembre.

Toutain J., 1944, « Les fouilles exécutées en 1943 à Alise-Sainte-Reine (Côte-d’Or) par la Société des Sciences historiques et naturelles de Semur », Gallia, t. 2, Paris, éd. du CNRS, p. 121-140.

Toutain J., 1948, « Les fouilles d’Alésia de 1944 à 1947 », Gallia, t. 6, Paris, éd. du CNRS, p. 95-139.

Ulbricht I., 1978, Die Geweihverarbeitung in Haithabu,Neumünster, Wachholtz (Die Ausgrabungen in Haithabu, 7).

Unz C., Deschler-Erb E., 1976, Katalog der Militaria aus Vindonissa : Veroffentlichungen der Gesellschaft, 146 p.(Pro Vindonissa, Bd XIV).

Walter H., 1979, La Franche-Comté romaine, Wettolsheim, éd. Mars et Mercure, 167 p.

Notes

1  Cette étude est issue d’un mémoire de DEA. Elle n’aurait pu voir le jour sans l’aide précieuse de Cl. Grapin, Conservateur départemental du patrimoine, chargé du Musée Alésia, Conseil Général de la Côte-d’Or, de G. Sauron, Professeur d’histoire de l’art et d’archéologie romaine à l’Université Paris IV Sorbonne, et de J.-R.. Bourgeois, musée archéologique de Dijon, pour les dessins.

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Alonso, « Les médaillons en bois de cerf de l’est et du centre-est de la Gaule romaine : étude d’après l’ensemble d’Alésia », Revue archéologique de l’Est, Tome 55 | 2006, [En ligne], mis en ligne le 07 septembre 2008. URL : http://rae.revues.org/985. consulté le 28 juin 2017.

Auteur

Émilie Alonso

Université Paris-Sorbonne (Paris IV) - contractuelle au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, 19 rue du Lycée, 25000 Besançon.

Droits d'auteur

© Tous droits réservés